TAPACENBAL One tonner vous connaissez ?

Je suis l'heureux propriétaire d'un superbe one tonner qui va bientôt fêter ses 30 ans. Ayant à peu près le même âge que lui, je dois avouer qu’à l’époque de son lancement je savais à peine que nos petits bateaux qui vont sur l’eau avaient des jambes, et je m’en contentais très bien !
Certains d'entre vous auraient-ils quelques connaissances ou anecdotes sur cette époque et ces bateaux ?

L'équipage
21 juin 2007
22 juin 2007
0

30 ans
donc 1977 ;-)

à cette époque, les "IOR" dont faisaient partie les one-tonner avaient encore de belles formes de bateau :-D :-D :-D :-D

cela s'est quelque peu dégradé par la suite, avec l'apparition des "bosses de jauges" et autres SKEG :-(

le problème majeur de ces one-tonner (mais peut-être pas encore très marqué à l'époque du tien) est leur assiette longitudinale très "sur le nez", défaut induit par la jauge!!!, que l'on compensait par 6 ou 7 gars costaud sur l'arrière (j'exagère à peine ;-) )
à part ça, de bons bateaux ;-)

entre 79 et 84,la cinquantaine de 1/4-ton, half , 3/4-ton et one-ton ont été mon pain quotidien :-)

tracé échelle 1, marbre, couple, strate, ponçage, accastillage et quelquefois essais ......

que du plaisir, ces protos, surtout lorsqu'ils finissaient champions du monde (plusieurs) ou vainqueur de la "Figaro"

pour finir, une question....ton magnifique proto a été dessiné par qui ?

22 juin 2007
0

précision
la cinquantaine de 1/4.........ton[color=red]que j'ai construit avec l'aide de quelques compagnons[/color]ont été.......

22 juin 2007
0

Tapacembal...
…a été dessiné par Berret, et je confirme pour les belles formes, beau coup de crayon Mr Berret ;-)! Il a été construit en bois moulé dans un petit chantier près de St-Malo je crois.
Concernant l'assiette, le mien à été équipé d'une quille à bulbe, ce qui doit compenser l'équipage de 6 ou 7 malabars dont tu parle (enfin j'imagine).
A priori, il à un beau palmarès, et j’espère le reconstituer via ce fil...

Merci pour vos infos !

22 juin 2007
0

oui mais
6 au rappels ;-)

22 juin 2007
0

5 sur un half
7 sur un one ton ....donc 1 à la barre et 6 au rappel :-D :-D :-D

22 juin 2007
0

Pas 6 ou 7...
Il ne fallait pas naviguer à 7 mais 9 équipiers ... si possible costauds.

22 juin 2007
0

ah bon
tu me rassures
;-)

22 juin 2007
0

C'est très simple
quand ils sont arrivé, ils ont tout gagné pendant 2 ans, jusqu'à ce qu'on les imite. Le plus célèbre: Tina de Dick Carter, une merveille. C'est le premier vrai voilier d'"après-guerre": un jeune architecte américain osait enfin remettre en cause les vieux "couloirs lestés" à l'anglaise. Bateaux très larges, avec une énorme stabilité de forme, permettant de réduire le lest et de partir à donf au portant. Avant eux, on ne faisait que des voiliers "de près".
L'évolution logique a amené les "fers à repasser" d'aujourd'hui.
Le tien est tout simplement magnifique, félicitations !

22 juin 2007
1

dans la foulée
"Subversion" de M. JOUBERT (en 72?)
et "45° SOUTH" de B. FARR à la 1/4 ton cup de Deauville (74?)

les évolutions réussies de la jauge IOR

et aussi pour se libérer de la jauge, le "Surprise", toujours de M. JOUBERT et B. NIVELT

22 juin 2007
0

Fastnet, pas possible...
Les bateaux les plus petits à avoir couru le fastnet sont les half-tonner. Petite Fleur ( écume Flush deck) est un quarter. Il n'a donc pu y participer.

A ma connaissance, il y avait deux "Petite Fleur" dans les années 1974/ 77. La Scoumoune à Lorient et Petite Fleur à M.Perroud à la Trinité.

22 juin 2007
0

45th South...
était encore au Havre, il n'y a pas longtemps. Peut-être y 'est-il toujours.
Impensable, l'ancêtre du First 30 est au port municipal de Deauville, ponton du DYC.
Au Bassin St Pierre à Caen, on trouve un Ecume de Mer flush deck, qui, selon son propriétaire, a couru le Fastnet et a été construit en 5 exemplaires.
:-)

22 juin 2007
0

les half aussi
j'adore le Drac de Mauric, superbe bateau, One Toner

a marseille il y a un evenement Mauri

pour les half il y a un site belge excellent et des regattes annuelles , c'est vrai que les derniers IOR avaient un look bizarre mais els premiers etaient jolis comem le First 30 de mauric par exemple ou le meme le 30 E de Berret

22 juin 2007
1

Tapacenbal : je connais
J'ai navigué sur TAPACENBAL à St Malo en 1979 et 1980.

Ce bateau était mal construit en bois moulé et pont en contreplaqué. A chaque virement de bord dans la brise des craquements impressionnants venaient du jeu des cloisons.

En IOR,c'était un bateau rapide dans la brise mais mauvais dans le petit temps. C'était un plan BERRET identique à Crazy Horse, dériveur à l'origine, performant dans le petit temps.

Lors de la semaine de Cowes 1979, nous avons fort bien marché car tous les jours nous avions entre 25 et 35 nds.

Sous spi avec 54 nds de vent , lors d'un départ à l'abattée nous avons arraché 50 cm2 du pont puis dématés lors d'une régate d'anthologie la veille du Fastnet si tristement célèbre, ce qui nous a évité de prendre le départ.

Ce bateau a été ensuite de nombreuses années à l'abandon dans le port de St Cast.

22 juin 2007
0

Tapacembal
curieuse coïncidence :-) :-) :-)

je pensais que ce bateau était encore en Polynésie...

je connais très bien Gilles, l'ancien propriétaire qui a modifié le bateau de font en comble, avec l'aval de Berret notamment pour le changement de quille et le recul du moteur

j'ai eu bien sûr l'occasion de naviguer dessus à La Rochelle, après sa restauration....super bateau, bon au près, avec un seul défaut à ma connaissance, le safran n'était pas assez compensé.

si tu veux des infos sur ton bateau, je pourrai les demander la prochaine fois que je vois Gilles (demain? ;-) )

22 juin 2007
0

il est toujours en polynésie...
...ou il coule des jours heureux dans les iles sous le vent ! (sera visible à Huahiné ce weekend ;-) )
Je connais Gilles puisque c'est moi qui lui ai acheté! Mais il ne m'a pas forcément donné beaucoup d'infos sur son bateau, et sur sa première vie.
Sinon, puisque je m'adresse à des techniciens assez pointus (il semblerait) ;-), je souhaiterais avoir votre avis concernant la remotorisation de Tapacembal: je vais installer un 3YM30 et donc alléger le bateau de 100 à 150kg, dans quelle mesure cela risque t'il de modifier son comportement (sous voile!) ?
Enfin dernier point pour viking35: en toute objectivité, si la coque en bois moulé à été mal construite, alors je serais curieux de voir a quoi ressemble une coque de 30ans bien construite !! Mais peut être que le travail de rénovation de Gilles à été particulièrement efficace car je n'ai jamais entendu d'autres craquements que ceux de la glacière à hinano dans ce bateau :-D ; d'autre part la coque ne présente aucune trace de décollement, ce qui est (je crois) un signe de vieillesse de ce type de construction.

22 juin 2007
0

Ah...
... on ne parle peut être pas du même bateau alors: Tapacembal n'a que 2 cloisons et elles sont stratifiées à la coque (ce qui, c'est vrai, n'était pas forcément le cas à l'époque), mais 3 à 4 cm de déformation, ca me parait enorme pour une coque à 4 plis de 25mm d'epaisseur !
Si je me fie au documents du bord, son premier nom était "Yacht Service" et il a été construit dans un chantier près de St Malo dont je ne me souviens plus le nom (je vérifierais ce weekend)

22 juin 2007
0

Bien construit, ou pas...
D'après mes souvenirs lointains, il n'a pas été construit par un chantier mais par un (ou des )amateurs éclairé. (d'ou son nom)

Quand aux craquements systématiques que l'on entendaient à chaque virement, ils n'étaient guère rassurants. Je me souviens aussi que l'on pouvait passer la main entre certaines cloisons et la coque selon le bord. Evidemment, tout cela se passait dans la brise, pas par 15 nds de vent.

Par ailleurs, le pont était en contreplaqué et de nombreuses poulies n'avaient pas de contreplaques. Et qu'une poulie puisse arracher 50 cm2 de pont n'est pas normal.

Ce Berret avait été optimisé pour la brise, contrairement à son quasi sister ship Crazy horse, plus toilé et meilleur dans le petit temps.

23 juin 2007
0

Malheureusement si...
Si bien sur, l'on parle du même bateau. Sa silhouette est tout de même très caractéristique.

En 1979, les cloisons n'étaient pas stratifiées. Malgré nos efforts, nous n'avons jamais pu identifier le bruit violent qui se produisait lors des virements. On finit par s'y habituer...

18 août 2007
0

polynesie
bonjour,

il semble tu navigues en polynésie avec un vrai quillard, sans doute plus d' 1M90

les lagons sont ils facilement accessibles avec un TE de 1M90 ?

cette question car venant de m'installer sur territoire, je suis à la recherche soit d'un voilier, soit d'un bateau moteur, sachant que nosu avons eu les 2 en métropole, tout en étant plus attachés aux voiliers.

et comme suis sur un First 35, donc 1M90 de TE je m'interroge ?

merci d'avance de ta réponse :-p

30 avr. 2013
0

Je suis le frère de Alain Texier, ancien propriétaire du bateau, voileux moi-même je navigue sur un Oceanis 473 et concernat TAPACENBAL, auriez-vous de photos.
En vous remerciant.
TEX

22 juin 2007
0

question d'un néophyte
que signifie one toner? pourquoi?

23 juin 2007
0

A cause de Brest!!!
One tonner de Brest! juron bien connu des navigateurs bretons... et autres!

23 juin 2007
0

Classe IOR

Classe I = 70' à 33'
Classe II = 32,9' à 29 ' = Two toner
Classe III = 28,9' à 25,5' = One toner
Classe IV = 25,7' à 23' = Trois quart toner (3/4)
Classe V = 22,9' à 21' = Half toner (1/2)
Classe VI = 20,9' à 19,5 '
Classe VII = 19,4' à 17,5' = Quarter (1/4)
Classe VIII = 17,4' à 16' = Mini (1/8 toner)

25 juin 2007
0

Un tonneau...
La jauge des "un tonneaux" a été crée par le Cercle de la Voile de Paris à la fin du 19ième siècle et correspondait au tonnage des voiliers.

Par la suite, nos amis anglais on repris l'appellation.

23 juin 2007
0

bois verni
je me souviens l'avoir vu au chantier vanek en1979 80 il etait en bois verni tres beau il avait dematé au vis de mulet mat tres enfoncé sans doute les hale bas hy draulique tres en vogue a l'epoque qui etaient une vraie rente pour les fabriquants de mats, je me souvient qu'il y avait quelqu'un qui avait fait des trous a la scie cloche dans les varangues pour gagner du poids,je pense que l'on peut surtout gagner de gros ennuies , son mat etait bleu

23 juin 2007
0

exact !
Plus précisément les trous ne sont pas dans les varangues mais plutôt les goussets raidisseurs entre coque et pont, ce qui parait un peu ridicule vis-à-vis du gain de poids c’est vrai, mais n'affecte pas leur résistance mécanique.
Je ne suis pas un spécialiste de la construction en bois moulé, mais sur la base de mon expérience en nav et de mon intuition d'ingénieur structure, je considère ce bateau comme un coffre-fort flottant.
Bien sûr, que le bateau ai été en voie de dislocation ou que des psychopathes se soit acharnés sur la coque à la scie cloche, je veux bien le croire, toujours est il que 30 ans plus tard le bateau se porte comme un charme et navigue toujours ! quel bol !
Non, si vous avez navigué sur ce bateau ca serait sympa que vous me racontiez aussi : ou? quand ? comment? pourquoi? avec qui? dans quelles conditions? et les réglages?! Et pourquoi pas, les régates que vous avez peut être gagné avec !
Merci !
;-)

23 juin 2007
0

Désolé...
Je suis désolé d'être contrariant mais TAPACENBAL a dématé en aout 1979. Il était verni avec le tableau arrière blanc, son mat était en alu brut. Il a été rematé en Angleterre avec un mat Kempf en alu non peint. Fin 1979 et saison 1980, il a couru à St Malo et je ne me souviens pas que nous soyons descendu en Bretagne Sud.

Coté palmarès, il est modeste, bien que je crois que nous ayons gagné ou fini 2ième de la semaine de Cowes 1979. Nos concurrents étaient Oystercatcher et Bermudes.

A ma connaissance, il n'a pas dématé en 1981/82 . Il avait été repeint en bandes dégradées de vert et a passé de nombreuses années au sec, ouvert, sur le quai de St Cast.

Le chantier Yacht Service n'est pas son constructeur mais un chantier de La Richardais ou il a été remis en état dans les années 1990.

27 juin 2007
0

voir
du cote de la one ton cup en allemagne a felsburg en1978 je me demande si il ne faisait pas partie de la bande des français avec bermudes gregal etc... je crois me souvenir que s'etait le bateau de la voilerie griot sur st malo quand au au plan s'etait le grand frere du beret de pauletteetde oesophage boogie mais demande a jean beret son archi mais son mat etait bien bleu il est reste longtemps au chantier vanek et le bateau a ete vu par plusieurs personnes sur le terre plein un bateau cmme celui la ne s'oublie pas ,

25 oct. 2008
0

one tonner
BOnjour !

Ton boat a l'air fort joli...
Peux tu me donner son nom d'origine et son architecte ?
J'ai possédé et couru avec un swan 37 puis avec des protos en IOR, aussi pourrais je te donner des infos sur l'environnt de ton bateau et l'histoire de la classe...

A bientôt

Antoine

26 oct. 2008
0

si la question est posée à Etienne
son bateau est "TAPACEMBAL" plan J. BERRET

27 oct. 2008
0

Pieds de jauge,
Bonjour,
Le nombre de pieds de jauge IOR ne donne pas le taille du bateau mais sa jauge une fois tous les paramètres pris en compte.C'est pour cela qu(un half tonner mesure plus ou moins 30 pieds mais que sa jauge est de 21,7'.

JD

27 oct. 2008
0

Ne pas confondre rating et longueur.
Il s'agit de rating en pieds non de longueurs.

27 oct. 2008
0

Suite a l'intervention de Basile...
Classe II = 32,9' à 29 ' = Two toner
.....
Classe V = 22,9' à 21' = Half toner (1/2)

Sur une pub de mon bateau, je lis:
bla bla bla..."Half ton Cup" bla bla...
Il fait 9m35, soit plutot 10'
C'est quoi c'bazard ????? :o)
Merci d'eclairer ma lanterne...
A+, Lolo

16 oct. 2009
0

Cherche infos sur
Je suis interressé par un one toner, et cherche des infos le concernant.
"Monaco" a été dessiné par Andrieu et construit en 1987 en sandwich.
Il s'appelle aujourd'hui "Fantasy Forest".

16 oct. 2009
0

peut etre voir
directement avec Daniel Andrieux

www.andrieudesign.com[...]se.html

amha , c'est un mec supersympa :-)

17 oct. 2009
0

Mais encore !
J'ai déjà consulté le site de M Andrieu, mais voudrais avoir aussi l'opinion de personne qui ont navigué sur "Monaco", ou qui connaissent le parcours du bateau.

30 avr. 2013
0

Bonjour Viking 35,
Je suis voileux moi-même et heureux propriétaire d'un Oceanis 473 je vois que vous avez navigué sur TAPACENBAL, auriez-vous des photos de ce bateau qui appartenait à mon frère Alain Texier.
En vous remerciant.

16 oct. 2009
24 oct. 2009
0

Tapacenbal, du nouveau...
J'avais relaté ici une régate d'anthologie sur ce Berret en 1979 ou je mettais en doute la construction de ce bateau ( semi-amateur en bois moulé )pour avoir eu le pont arraché sur 50 cm 2.

Mais ma mémoire était défaillante. J'ai rencontré récemment un copain qui était équipier sur ce voilier avec moi lors de la Semaine de Cowes 1979.

Ce n'est pas un morceau de pont qui a été arraché mais deux, voire trois!
- Poulie de barber 50 cm2
- Poulie de l'écoute. 30 cm2
- ferrure de bastaque arraché.

Tout cela dans le même départ à l'abattée!

24 oct. 2009
0

one ton
J'ai fais quelques régates à Port La Forêt, à Lorient sur un ONE TON baptisé Sorhenn appartenant à Didier Caradec.
Il avait été construit chez CDK, tout en carbone, sous le pied de mât une cale pour tendre le gréement comme un arc.
Une véritable usine à gaz dans le petit et moyen temps, handicapé dans le gros temps.
8 à 9 personnes à bord, chacun a une place bien définie.
Pas de cabine, ni de cloison, des bannettes, une vrai caisse de résonance pour les ronfleurs!!!
Un très bon bateau, handicapé par son rating.

www.sorhenn.fr[...]au.html

24 oct. 2009
0

sorhenn
J'ai eu l'occasion de faire un stage d'une semaine sur ce bateau en mai 2007. Super bateau,tres bon marcheur et tres plaisant a barrer. Une semaine de gros temps avec des sortie assez musclées (equipage reduit,mon epouse,moi meme et didier caradec). Effectivement la coque carbone est tres bruyante. Equipement spartiate mais tres bien pour vivre a bord en stage. Un super bon bateau a l'image de son skipper. Bateau a essayer.

26 oct. 2009
0

Juste en passant…
j'ai participé à la construction du One tonner INDULGENCE VII, dessiné par Daniel Andrieu. Ce One Tonner a gagné l'Admiral's cup en 1989. L'association Andrieu/Chantier B&B a fait des merveilles dans la seconde moitié des années 80's.

Mais, pour avoir construit aussi les derniers IOR's, des halfs totalement carbonisés et titanisés, on ne pouvait que se rendre compte que le chemin architectural et technique menait à une impasse. Budget pharaonique, bosses de carène démesurées, roof disgracieux. Entre autres.

Mais la jauge IOR a connu son heure de gloire et bon nombres de voiliers issus de cette jauge sont de très bonnes unités à l'allure et aux performances, excellentes.

16 nov. 2009
2

Tapacenbal : semaine de Cowes 1979
En août 1979, l’avant-veille du départ du trop célèbre et meurtrier Fastnet, lors de la dernière régate de la Semaine de Cowes, le Royal Yacht Squadron a donné un départ dans des conditions rares. Compte tenu de la dépression profonde qui passait sur le sud de l’Angleterre, seuls les « one tonner », « two tonner » et « maxi » étaient autorisés à naviguer. Sur la ligne se trouvait donc les classe 1 dont Condor -30 m - les admiralers du monde entier ( Néo-zed, Australiens, Américains…) et une dizaine de « petits », les « one tonner « (11.5 à 13m).

Je courais sur Tapacenbal, un plan Berret en bois moulé, voilier rapide dans la brise qui avait régnée toute la semaine et nous courions pour la première place au classement général. Notre concurrent le plus coriace était l’anglais Oystercatcher.

Fidèle à leur habitude, le Royal Yacht Squadron a donné le départ au vent arrière vers l’est, à l’heure précise. Pourtant un nuage sombre s’annonçait juste derrière nous venant des Needles, dans l’ouest du Solent.

Au coup de canon devant Cowes, le vent était établi à 40 nœuds. Cela « fumait ». Seuls, Bermudes, Cider & Roses, Oystercatcher et nous même envoyons le spi tribord, plein vent arrière, en route directe vers la première bouée : South Bramble. La plupart des autres concurrents préféraient naviguer sous génois ou foc tangonné.

Equipage affuté, notre envoi de spi se passe sans difficulté et Tapacenbal déboule à une dizaine de nœuds vers la bouée. Le spi ne peut être plus bridé. Pour ma part, je suis au bras de spi et il me suffit d’être attentif. Tout le travail est pour le barreur, hyper concentré. De temps à autre, on sent un coup de gite sur tribord, à la contre-gite mais on s’habitue.

« Cela baigne » et, passé la première minute, nous sommes décontractés. Nous prenons le temps de « jeter un œil » derrière nous sur le roulis rythmique impressionnant des IOR classiques. Le Joubert Bermudes, skippé par Yves Pajot, nous précède ainsi qu’un anglais. C’est bien parti pour nous, car nous savons que nous « allons mieux qu’eux » au près. « Cela devrait le faire ».

Soudain, il ne reste plus qu’un spi devant nous et, 20 secondes après, nous longeons Bermudes démâté. Nous nous réjouissons. Le départ a été donné il y a moins de 5 minutes ! Le grain monte, violent, les barber ne peuvent être plus souqués, le spi lourd orange plus bridé. Sans doute à une quinzaine de nœuds, sur un clapot court et une mer plate, Tapacenbal accélère sur un rail. Nous sommes tendus et, chacun intérieurement, pense que ce n’est pas vraiment raisonnable mais «cela le fait ».

Cela déboule bien et sommes maintenant à moins d’un mille de la bouée, juste derrière Cider & Roses que nous voyons soudain pivoter brutalement et se coucher. Il n’a plus de safran. A moins de 500 m de la première bouée, nous sommes en tête. Toutefois, le courant nous a un peu dépalé dans l’est de la route et Lionel, concentré, nous maintient magistralement sur la panne avec une légère contre gite. Avec 50 nœuds de vent, il faut le faire.

Nous étions trop en confiance. Brutalement, bien qu’après deux ou trois alertes, notre Berret part à l’abattée comme ces carènes savaient si bien le faire. La bôme empanne violemment, se plaque sur la bastaque tribord reprise. C’est la guerre. Chacun d’entre nous essaie de se coordonner avec les « collègues ». La grand-voile claque violemment, le spi chalute sur tribord.

Pour ma part, étant au bras de spi du tangon planté dans l’eau, dans un cockpit dont le plancher est quasi vertical, j’essaie sans doute de choquer le bras alors que le winch tribord est sous l’eau. Le plus urgent est de reprendre la bastaque bâbord et de choquer celle de tribord, sous l’eau, couché que nous sommes à 80°. Le safran, en permanence sorti de l’eau est inopérant et nous dérivons, couché sur notre tribord amure. Nous voyons clairement la grand voile se découdre, les lattes se glisser hors de leur gousset.

Une fois la bastaque choquée, la drisse de spi larguée, tant bien que mal les équipiers avant, Loïc et Alain, récupèrent le spi et Tapacenbal se redresse. En même temps, François et Bébert affalent la grand voile dont plusieurs laizes se décousent et renvoyons un foc 2. C’est alors que nous nous apercevons que le pont en contreplaqué est arraché sur 50 cm2 à bâbord et 30 cm2 à tribord au niveau des poulies de barber-haulers ! Au niveau de la bastaque bâbord, le pont est aussi arraché.

Nous continuons notre route plein vent arrière, sous foc seul, juste devant la flotte encore en course sous génois ou foc tangonné et, surprise, avec notre petite voile d’avant, équipage décontracté, notre carène planante va aussi vite qu’eux !

Toujours vent arrière vers les Forts, nous croisons la flotte des classe 1 de retour au louvoyage. Condor, Gauloises 3, sous 3 ris et foc nous croisent. Bien calé dans le balcon arrière, avec mon appareil photo, malgré la visibilité réduite et la pluie, je mitraille les voiliers qui passent à proximité. Curieusement, nous sommes toujours en tête de notre classe !

Un admiraler, Casse tête V passe juste devant nous bâbord amure et vire immédiatement. Je le photographie. Alors que son équipage reborde son foc, il prend sa gite et, dans une rafale, sa tête de mat se glisse entre notre pataras et notre mat !

Je prends la photo alors que nous nous couchons et que notre mat se plie à hauteur de la première barre de flèche. Il ne nous reste plus qu’à continuer notre route vers Gosport, sous le vent à quelques milles. Adieu le Fastnet. Nous ne connaissions pas encore notre chance.

Nous saurons par la suite que, dans la matinée, 54 noeuds de vent ont été enregistrés à la station météo voisine et qu’un équipier est mort dans un empannage involontaire.

Pour la jeune classe, lors du Fastnet 1979, 19 voiliers ont été abandonnés et récupérés, 5 bateaux coulés après leur abandon par l’équipage et il y a eu 15 morts, pour la plupart dans leur canot de survie. Notre « agresseur » Casse tête V, malgré sa taille, était du lot des nombreux voiliers qui ont rencontré de sérieuses difficultés.

16 nov. 2009
0

que d'emotion
vraiment un beau recit malgrer vos malheur.

j'en ai la chère de poule :-(

24 nov. 2012
0

Je suis un marin d'eau douce. Mais début Aout 1979, j'ai trimballé de St-Malô à un port du sud de l'Angleterre, en ferry, une grand voile assez immense avec Alain texier et 2 ou 3 copains. Au retour à St-Malô, on a assez mal visé dans une brume il faut bien dire assez épaisse et Tapacenbal s'est retrouvé sur une plage du Cotentin....

17 fév. 2010
0

One tonner
bonjour,

que d'anecdote sur ces jolie bateaux. il en reste trés peu en france. 1 a port la foret. 1 a brest. 1 ou 2 dans le sud de la france.

dommage

25 nov. 201225 nov. 2012
2

J'ai aussi navigué sur ce bateau et fait une saison de courses organisée par le RORC en Manche et une one ton cup en Irlande. Je n'ai pas la mémoire impressionnante de Viking 35 mais je me souviens notament d'une course partie de Cowes où nous devions virer une bouée devant Le Havre, puis aller devant Dieppe et revenir au Havre. Lionnel PEAN skippait le bateau. Après une traversée de Manche nous sommes arrivés de nuit à la première bouée: éclairage en panne. Nous l'avons quand même trouvée dans la nuit, ce qui n'est pas rien lorsqu'on se souvient qu'à l'époque le GPS n'existait pas, que toute aide électronique à la navigation (Decca ou autre) était interdite et qu'on ne naviguait qu'à l'estime. Nous avions fait une très belle course et nous pensions avoir gagné. Pas de chance les Britaniques conformément à leur fair play habituel avaient changé la règle du jeu en cours de route et regroupé deux classes en un seul classement. Résultat: c'est un Anglais qui a gagné.
A la one ton cup nous n'avons guère brillé. Il faut dire que nous n'avons pas eu de chance. Le skipper était Jean-Yves BERNOT. En Irlande nous espérions avoir du vent. En effet le bateau était performant surtout dans la brise. A l'occasion d'un changement dans la jauge il avait fallu prendre une décision: modifier la coque en y faisant des bosses de jauge ou diminuer la surface de grand'voile de 2 ou 3 m2. Le propriétaire, Alain TEXIER, n'a pas voulu abimer son beau bateau et a choisi la seconde option avec pour conséquence un manque de performance dans le petit temps. Or à Cork nous n'avons eu que de la pétole, les départs étant systématiquement retardés dans l'attente d'une brise thermique poussive et malgré les ruses du skipper nous n'arrivions pas à tirer notre épingle du jeu. Il n'y a que lors de la grande course que nous avons eu du vent. J'ai encore dans les yeux l'image grandiose de la navigation sous spi lorsque nous avons viré de nuit le phare du Fasnet dans la piaule. Nous étions dans le paquet de tête lorsqu'à 3 heures de l'arrivée le vent est brutalement tombé et nous avons vu les autres nous passer un à un: résultat final de cette one ton cup gagnée par JUSTINE, 13ème sur 14.

25 nov. 2012
1

Je me souviens parfaitement de Tapacenbal, à l'époque je naviguais sur Cayenne un half tonner basé à St. Malo.(1979, 1980..)
Pendant la saison des courses du RORC, le bateau restait à Cowes et nous prenions le Ferry tous les 15 jours de St. Malo à Porsthmouth. Les nuits sur le ferry avec les équipages de plusieurs bateaux malouins et les soirées à Cowes étaient plus que mémorables!..
Tapacembal était un magnifique voiler superbement mené par son équipage.
C'était la guerre avec les roses..beefs, l'époque ou Révolution le voilier rouge de jean-Louis Fabry gagnait tout à la barbe des glaouiches!
Je me souviens d'un départ de régate pendant la Cowes week ou les gars de révolution avaient installés 2 couvercles de chiottes sur le tableau arrière et avaient rebaptisé le bateau Revo loo tion!
C'etait la grande époque de la voile encore pas trop professionnelle, avec en point d'orgue le tour de l'île de Wight et tous les 2 ans l'Admirals Cup.
Sans oublier l'illustrissime Cowes - Pinard....!

30 avr. 2013
0

j'ai pas mal navigué sur Tina, un one tonner de Dick Carter, mais çà c'était avant et çà ne me rajeunit pas...

01 juin 2014
0

Bonjour a tous,
Un One tonner est a vendre sur la Bay.
"espace de désir" mis en vente a 15.000 roros.

www.ebay.fr[...]0040242

25 juin 2014
0

J'aimerais retrouver le frère du propriétaire de 1979 qui m'avait contacté en MP

25 juin 2014
0

Bonjour, c'est le frère Djibilé.
Mail: jacques.texier@gias-aviation.com

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

dans le port de Pollenca aux Baléares

Après la pluie...

  • 4.5 (59)

dans le port de Pollenca aux Baléares

mars 2021