Surpoids en grande croisiere

d'apres vous quel est le poids que l'on peut charger raisonnablement sur un bateau de 9m,de 10 m et de 11 m,sans mettre en peril ses qualités nautiques ,que chargez vous dans le votre ?

L'équipage
28 jan. 2012
28 jan. 2012
0

bonjour pierre,
si tu veux aller loin il faut voyager leger il y en a meme qui se rasent les jambes
,ta question est pertinente mais sur quel type d'embarcation,? ,sur deux voiliers de 12m
un ULDB de 4t et un classique de 15t ,une tonne de charge n'influera pas de la meme maniere sur le comportement ..
quand j'avais le hood 38,14t en charge il marchait mieux les pleins faits qu'a vide
je doute qu'un voilier de la meme taille que l'on chargerait pour avoir le meme poids avance de la meme maniere .
alain

0

ma question est pour des voiliers de croisiere normaux a deplaçement moyen !

28 jan. 201228 jan. 2012
0

Le moins possible comme le dit 60nora!
La plupart accepte avec plus ou moins de bonheur autour d'une tonne ( non compris les réservoirs pleins)

28 jan. 2012
0

J'ai toujours pensé que la croisière à la voile était le lieu du retour à une vie où l'on ne "s'encombre" que de l'essentiel.

0

oui mais l'essentiel pour etre autonome c'est beaucoup!

28 jan. 201228 jan. 2012
0

Certes le poids des provisions peut s'avérer important mais tout voilier de croisière hauturière devrait être pensé pour ce cas de figure.

Et pour le reste, l'autonomie peut être l'opposée du beaucoup.

28 jan. 2012
0

Tu n'es pas marié?
Oh, la jolie cocote-minute! oh, le dessus de lit! oh, le plat incassable!... et les livres, les godasses... tu n'es sauvé que par le manque de place! et encore!

28 jan. 2012
0

je me souviens de 2 sister ships acier .
l'un mat en bois , tres chargé et l'autre bien plus léger avec mat alu et meilleures voiles.
Le chargé marchait mieux ! mais c'était au pres .
j'ai eu un moyen en alu que j'utilisait en cotiere donc presque vide . le jour ou je l'ai chargé pour aller "plus loin" les performances étaient tres nettement inférieures .
Mais on s'y habitue et ça marche quand meme .
peut etre que ta question pourrait se situer au niveau de la flottaison.
Sur un 10 m , un enfoncement de 10 cm( flottaison) est-il dangereux ??
un voilier lourd tres chargé marche bien au pres mais mouille plus . Au portant il faut plus le toiler .
un leger , une fois chargé et mal chargé ( aux extrémités !) devient une cata au portant . Je me doute que ça ne répond pas à ta question mais , dans la réalité , à part en course , on charge ce dont on a besoin et basta ...

0

C’est la très bonne question !
C’est là que le choix du bateau prend tout son sens. Un bateau est dessiné en charge parce que sa fonction de base reste le transport de personnes y compris les bateaux de course les plus pointus. Ensuite la vie à bord en permanence implique de transporter des objets qui ont un poids ainsi qu’un stock de nourriture pas nécessairement prévus lors de l'étude. Un bateau fonctionne de manière optimum que s’il est dans ses lignes c’est a dire en charge, mais en charge selon le poids à embarquer voulu par la concepteur. Je vois ici ou là des bateaux de série acheté pour vivre à bord mais le problème dans ces tailles de 9 à 11m c’est la charge utile en grand voyage pour des bateaux initialement conçus pour des vacances d’un mois de port à port ou des locations de 10 à 15 jours. Si l’équipage est peut nombreux 1 à 2 personnes ça peut le faire mais à 4 ça devient très difficile surtout par des voiliers récents.

28 jan. 2012
0

le problème est que ce soit un 14m ou un 10 m, si on part a 3 ou 4 on emmené le même poids en equipements peut être excepte pour l eau ou le Pinard et encore..Certains bateaux acceptent mieux la charge que d autres.Je pense que 15 a 20 /100 du poids a vide est raisonnable. Le constructeur me donne
1800 kg mais si je rajoute 250 de go plus 400 d eau plus les gamelles, le bib, le spi et tout le reste, je doit être vraiment au dessus. bien charge le bateau s enfonçe peu, marche mieux au près, gite moins(1er ris a 20nds au lieu de 15/16, au portant c est difficile a dire car a quelques degrés du vent, ça change tout.
Sur les catas il est prouve (test bateaux ou VV) qu un outremer ou catana charge marche moins bien qu un lagon et sont plus dangereux

28 jan. 2012
0

Chez nous on est chargé un max pour y vivre, mais depuis qu'on, n'y vit plus on a déchargé environ 1,5 tonnes, ça change tout pour la barre beaucoup plus facile et légère, les réactions du bateau sont plus vives (ou moins molles si vous préférez) le passage dans les vagues est plus facile et il tangue moins, j'ai aussi l'impression (mais ce n'est peut-être qu'une impression) que le bateau va plus vite. Bref, à vider le bateau on y gagne partout mais on n'y vit plus. Ca c'est bête.

28 jan. 2012
0

Je viens de faire mon "devis de masse"...
Pour un Evasion34 donné à 5.5T lège nous arrivons à 7T avec un avitaillement d'un mois pour 4 personnes... soit près de 30% de charge utile.
Le plus lourd 500 l. de flotte (dont chauffe eau) + 200 l de GO est centré sous la flottaison, reste 800 kg un peu n'importe où...
Comme chacun le sait, à vide ou chargé ce fifty ne commence à bouger sous voiles qu'à partir de 10/15 nds. Au delà j'ai même l'impression que la charge améliore son comportement...
A+
DD

28 jan. 201228 jan. 2012
0

merçi blue eyes ,enfin du concret!kaj c'est quoi les 1t 5 que tu as dechargé du bateau ?tu avais emporté tes meubles ?

28 jan. 2012
0

toujours la même expérience, limite, mais sans problèmes en fait. une tonne sur un first 30 de 3,4 tonnes. bateau moins nerveux dans le petit temps, moins rapide entre boston et halifax. entre halifax et les acores avec du vent et de la mer pendant les 6 premiers jours, un avion rapide sur et stable, les derniers jours par petit temps ok, le bateau s'était allégé
flottaison enfoncé de 10 cms

29 jan. 2012
0

Rhâaa ! j'enrage ! il y a un tas de trucs invraisemblables, comme tu ne peux pas imaginer. Tout ce qui n'était pas un meuble est rentré dans le bateau, les livres, les documents à ne pas jeter avant 10 ans, ceux avant 5 ans, la machine à laver, la hotte aspirante, les couchages en sextuple (non ! c'est pas du sexe ! quoi que...) le frigo plein, les réserves à n'en plus finir, et tout un tas de trucs qui ne me viennent pas à l'idée mais qui remplissent allègrement un bateau sans qu'on s'en aperçoive, par exemple un caddie normal pour les courses mais aussi un autre renforcé pour porter les choses lourdes (batteries par exemple) les béquilles à 30kg chaque, le sac de terreau pour les pots de fleurs suspendus au portique... etc... Effrayant ! mais on y a vécu pendant plus de 8 ans alors il faut un tas de trucs pour vivre tous les jours, dommage pour la perf mais ça c'est vraiment secondaire.

28 jan. 2012
0

La surcharge est par principe mauvaise sur beaucoup de points.
Il ne faut surtout pas compromettre la stabilité, le reste étant moins fondamental.
Selon la forme de la coque pouvant évoluer (en raccourci) de creuse à plate la stabilité peut ètre assez peu ou très altérée. La surcharge sera d'autant plus nocive que sont CG
sera haut situé, jusqu'à devenir catastrophique. La surcharge "acceptable" doit ètre concentrée dans les fonds, (sans doute +1T dans les tailles citées?, à vérifier).
Sur un plan complet figurent:la ligne de flottaison de référence, le devis de poids complet du bateau prèt à partir,l'enfoncement à la tonne et la courbe de stabilité statique.
Certaines formes de coques de vrais bateaux de voyages, ont pu ètre exceptionnellement surchargées jusqu'à 50% en restant en relative sécurité par très mauvais temps, mais ces formes très creuses ne sont plus de mode.

Une façon d'effacer le problème était de remonter la ligne de flottaison.

28 jan. 2012
0

outremer, je te suis, sur un déplacement moyen avec du creux comme le 30 mauric, on peux charger en dessous de la flottaison, la baille a mouillage etait vide, le coqueron aussi, le mouillage légère était dans le coffre AR bâbord, l'eau était dans le carré et sous la flottaison, etc , avec un bateau moderne de taille et meme de poids équivalent mais haut sur l'eau la stabilité aurait pu etre un pb, pour nous c'était le contraire, il traçait son sillon plein pot

29 jan. 2012
0

la capacité de charge est parmi les facteurs les moins pris en considération dans le choix d'un voilier pour aller se ballader loin, et pourtant parmi les plus importants, même avant la longueur

le déplacement total du bateau entre en compte sur pratiquement toute la conception du bateau: dimensionnements de structure, mâture, voilure, moteur, etc etc

il y a des bateaux qui par conception sont plus tolérants par rapport à une variation de déplacement, d'autres qui le sont beaucoup moins

si on a envie-besoin de se promener avec 2 tonnes de matériel, si on veut choisir un bateau à déplacement léger qui maintienne ses caractéristiques il faut aller toucher les 14-15-16etc... mètres de longueur, si on veut un déplacement moyen on y arrive avec une longueur moindre, et ainsi de suite.

Un Pogo de 10m, s'il est bien étudié pour son déplacement léger, avec 2 tonnes en plus fait reduire pratiquement tous les coéfficients de sécurité du projet.
Certaines situations sont à double tranchant: la stabilité par ex.
1. Je rajoute du poids en moyenne dans le centre de gravité: le moment de redressement -sauf formes de coques très très particulières- augmente, donc les coéfficients de sécurité du mât diminuent, ceux de l'échantillonage de la coque diminuent, ceux de la quille diminuent, etc
2. Je rajoute du poids en baissant le centre de gravité: mêmes effets, certains beaucoup plus néfastes, notamment mât, quille, etc
3. Je rajoute du poids, avec un cdgravité final plus haut: dimensionnement de la coque avec des cds plus bas, bateau avec moins de stabilité

A tout cela il faut ajouter les effets sur la vitesse, qui souvent apparaît comme un facteur décisifs dans le choix d'un type de bateau plutôt qu'un autre...

Bref, si on veut/doit amener un "X kg" considérable sur le bateau, je pense que le truc "un bateau pour un programme" doit mettre les "X kg" parmi les premières contraintes, car ils le sont amha

29 jan. 2012
0

bien evidemment en limite surcharge ou dedans, prierede choisir un bateau tres solide avec une quille bien attachée
sur littlewing haubannage de 7 mm sur sun machin truc 5 ?
un melody doit bien supporter la charge aussi

29 jan. 2012
0

J'avais un peu plus gros (Via 42) très chargé. Ca marchait, mais par contre après 500 milles, j'ai du alléger l'avant : 2 mouillages, trop long de chaines. Et sans changer au poids total du bateau, le comportement a beaucoup changé. Donc, sur des bateaux de 9 à 11 m, pense aussi à ça. Un mouillage long, c'est indispensable mais 30 m de chaine de 8 et 50 m de bout, ca arrange bien la marche du bateau plutôt que 80 m de chaine de 10.

0

merçi francois pour la chaine ,je l'avais deja constaté:cet enorme poids a l'avant est prejudiciable ,j'ai un essai de la revue bateau ou ils montrent qu'un sun light 30 surchargé d'une tonne ne perds quasiment pas en performance

29 jan. 2012
0

Quasiment 2 T. Dont 400 Kg d'eau, 130 Kg de GO, 125 Kg de batteries, près de 150 Kg de mouillages (50 m de chaine de 10 + 2 ancres de 20 Kg + bout), 50 Kg de survie, autant pour l'annexe, environ 15 Kg d'outillage et de pièces diverses.

0

donc on peut dire ,9m = 1Tonne,10m = 1T5 ,11m = 2 tonnes ????

29 jan. 2012
0

bonjour,
je crois que les archi tiennent compte des pleins d'eau et de carburant et eventuellement du mouillage ,donc pour moi ce n'est pas à prendre en compte dans la charge
c'est tout ce que l'on ajoute en plus :sécurité ,annexe, portique, bimini,exct..qui sont incontournables ,maintenant les enrouleurs sont pris en compte mais ce ne l'etait pas sur les voiliers d'avant 90 .la difference de poids entre un mat a enrouleur et un mat classique n'est pas négligeable .
c'est interessant de faire peser son bato lors du carénage par la grue si elle est équipée d'un peson .
après evidement il y a le lest dit intelligent , les vivres et les bricoles indispensables dont on pourrait se passer.
sur un voilier à stabilité de poids ce n'est pas grave mais sur un a stabilité de forme
il est très difficile de charger sous la flottaison donc le voilier devient rouleur et instable en mer et encore plus au mouillage .
mais on on dit bon rouleur,bon marcheur
alain

29 jan. 2012
0

Tu as raison Alain, nous on a fait peser le bateau à la grue avec tout dedans ainsi que les pleins, on affichait 7900 kg, mais on avait oublié la chienne (11 kg) à bord. Pour la tenue en mer on a pu supporter sans reproches mais non sans peur 58 knts en méd et je pense qu'il restait de la marge. Je préfère 15 kts en Bretagne.

29 jan. 2012
0

La charge maxi est ce que l'architecte a prévu à la conception du bateau, pour qu'il reste dans ses lignes et que la sécurité (stabilité) réponde aux normes.
Dans cette situation le bateau est totalement armé avitaillé avec équipage, prèt à partir.
La surcharge est au dessus de cete valeur.
L'architecte ne pourra que mettre en garde ou fortement dissuader.
Il ne pourra jamais cautionner un tel chargement.
(En aviation cela est catastrophique, surtout au décolage).
(En 4 roues les autorités peuvent immobiliser le véhicule).
A contrario une coque mise à l'eau encore sans son lest total et pratiquement vide
se présente presque posée sur l'eau.
Pour un 10/11m selon le creux l'enfoncement va de 4 à 6cm/T (à vérifier)

29 jan. 2012
0

ah le poids en grande croisére , c est horible , trop trop et jamais assez de chose . l outillage , indispensable pése lourd , les piéces de rechanges ,les appros aussi etc .. je ne retire jamais de poids depuis le départ que des choses en plus le bateau s enfonce , je rale et je suis tellement content de trouver a bord l outil , la piéce de rechange ou des appros sympa quand tu est dans des endroits isolés , alors ??

29 jan. 2012
0

Tu as raison tropicat, et il n'y a jamais assez d'outils ou de pièces de rechange ! Il faut tout garder de ce qui a été démonté, tout peut servir et tout sert, c'est incroyable ce qu'on peut faire avec une demi tonne (là j'exagère quand même beaucoup) d'objets de récup

29 jan. 2012
0

et ceux qui partent hiverner en antartique !
j'avais vu une photo du 15 m d'autissier avec un bidon de fuel de 200 l installé au pied de mat . donc bien au dessus de la flottaison .
Pareil pour un joshua .
Le petit damien ( 10 m) partait de tahiti vers l'antartique avec un maximun de vivres et de fuel .
tous ces voilier passent par le drake qui peut etre tumultueux ....

29 jan. 2012
0

un indicateur basique
est le nombre de passagers pour lequel est prévu le bateau. Pour le Sun fizz, il y avait 11 couchages . Avec 150kg par équipier équipé et ses vivres, cela donne 1650Kg de charge utile.
Nous sommes partis à 4 autour du monde avec 8 cm d'enfoncement de flottaison, j'estime à 2 tonnes le chargement équipiers compris. Le bateau n'a rien perdu de ses capacités au prés, même dans le petit temps, ou l'inertie était un avantage dans le clapot. Au portant, il est plus dur à la barre dans la houle, même en allégeant l'étrave.
J'avais allégé Horus de plus de 250kg en modifiant ou refaisant les aménagements, et nous avons toujours veillé à limiter le chargement. Je ne suis pas certain que cela ait servi à grand chose. nous aurions pu charger plus et accepter d'aller un peu moins vite. Il ne faut toutefois pas perdre de vue que les efforts sur le gréement et le système de barre peuvent être dangereusement augmentés au delà d'un certain stade.
Comment définir ce stade?
Comme des amis qui on démonté totalement leur voilier de 14m après s'être aperçu en traversée qu'ils avaient dépassé les bornes; bateau à l'arrêt dans le petit temps, ingouvernable dans le gros temps.
certaines carènes étant plus sensibles que d'autrs au surpoids, il n'y a pas de règle universelle en la matière. Il vaut donc mieux tester son bateau en charge avant de larguer les amarres pour de bon.
Comme pour d'autres sur ce fil, il faut viser la plus grande légèreté, car les occasions de charger sont innombrables.
Alex

30 jan. 2012
0

Je n'ai pas toutes les données de mon bateau (11m70) mais le déplacement annoncé est 8t22. Lors du dernier carénage le grutier m'a annoncé env 12t. Soit 3t5.
En regardant la ligne d'eau, qui était peinte d'origine je n'ai pas l'impression que le bateau soit enfoncé.
Pour ce qui est du comportement, je n'ai pas non plus l'impression qu'il y ait eu des différences de comportement suivant les périodes où il était plus ou moins chargé.
La majorité du poids vient à mon avis de l'outillage, et du matériel de rechange : rien qu'une caisse avec des vis et écrous pèse plusieurs kg.
Par contre, maintenant que j'ai un guindeau et que j'ai commandé une ancre de 20kg et 60 m de chaine, je vais débarquer une ancre de secours et je vais fixer la deuxième sur le balcon arrière, et placer 15m de chaine de secours dans les fonds.

Je me suis souvent posé la question, pour le poids mais aussi pour la place, quand je vois la liste d'équipement que les tour du mondistes décrivent dans leurs blogs.

0

Outremer et Tropicat, vous touchez du doigt le problème de l’architecte.
Il est pris entre des antagonismes différents :
A) l’architecture navale objective qui lui impose un bateau correspondant à un programme de voyage c'est-à-dire finalement à un bateau de déplacement moyen à lourd
B) le commercial qui demande un poids léger pour vendre le « produit » sur un marché atteint du syndrome de la vitesse. La vitesse d’un bateau est directement lié à sa longueur : la vitesse de croisière du France était de 31 nœuds.
C) le client qui oubli aussi qu’il va au bout du monde et dont sa référence est représenté par les plaquettes commerciales et les essais presse pas toujours réellement objectifs.
D) Le look et les performances d’un bateau open planant alors que la vitesse est génératrice d’inconfort. Si on veut planer pour dépasser la vitesse de carène on passe dans un autre monde ou les enfants et le confort doivent êtres oubliés

Bref tant que le demandeur voudra reproduire des concepts découlant de la course ou des styles découlant du marketing on aura des bateaux ne correspondant pas à leur finalité qui est : grand voyage avec ou sans enfants. Reste l’occasion. A mon avis il y a peut d’occasion de bateaux de grand voyage, c’est à dire avec une charge utile acceptable. La seule solution reste de choisir un bateau plus grand que nécessaire si on tape dans du bateau de série. Exemple pour deux un bateau d’au moins 12m pour avoir des rangements en suffisance, de l’eau en suffisance, un capacité de charge en suffisance, mais avec les coûts de maintenance et la condition physique qui va avec.

30 jan. 2012
0

L'obnubilation de la course fait oublier les raisons mème du voyage en voilier.
Dans la marine à voile d'autrefois quand le quillard au sens moderne, issu de la course, n'existait pas, le lest était constitué de façon variable du chargement et de pierres.
Il suffisait de rajouter des pierres au retour à vide. Quand le chargement était mal fixé cela pouvait mal tourner (Le dernier accident dramatique de ce type a été le dernier navire école à voile allemand). Actuellement le lest est définitivement bloqué.
Sur les DI de voyage, en le prévoyant lors des aménagements, on peut facilement envisager la solution commerciale d'autrefois, sur une partie du lest (de toute façon on garde traditionnellement 10% du lest total, en complément pour centrage lors de la finition).
Cela ne règle pas le problème de la tendance malheureuse à trop charger les hauts.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

En Ecosse, soit il pleut, soit il va pleuvoir...

Après la pluie...

  • 4.5 (13)

En Ecosse, soit il pleut, soit il va pleuvoir...

mars 2021