SUPER transportable

  • - SUPER transportable - -

Je n'ai jamais eu de transportable. Aujourd'hui, voulant revenir à la voile, les coûts fixes d'un voilier non transportable me rebute. Sans compter que les places aux ports disponibles ne correspondent pas à ma zone de navigation proche et favorite. Alors un transportable OUI, mais à condition de ne pas dépendre du bon vouloir ou des dispos d'un équipier pour pouvoir naviguer, et de ne pas être progressivement découragé pas les opérations de préparation/matage/gréage/mise à l'eau... Alors un transportable étudier pour limiter au maximum ces désagréments : C'est le SUPER transportable auquel j'aspire. Non, un super transportable n'est pas dans mon esprit un transportable « super » ou mieux que les autres. C'est un transportable prévue et optimisé pour être utilisé fréquemment avec à chaque fois les opérations de mise à l'eau et sortie d'eau. Les choix et compromis sont arbitré pour qu'un homme SEUL puisse passer en moins de 15 minutes et sans aucun stress ni précipitation de la position ROUTE à la NAVIGATION. Pas simplement de la route à la mise à l'eau mais bien à la navigation avec toute la préparation que cela implique !

Un bateau sans place au port qui permet de naviguer du printemps à l'automne.

Un vrai voilier mais sure, pour la ballade. Conçu pour remplir complètement le programme suivant en mer/lac/rivière :
-sortie à la demi-journée ou journée ( 1 à 5 personnes)
-week-end ( 1 à 3/4 )
-petite croisière côtière. ( 1 à 2/3)

Cela implique que toute les contraintes liées au matage et gréeage ( courant/dormant/voile), à la mise à l'eau, (appendice, moteur) à l’arrimage du bateau sur la remorque, à l’arrimage du matériel pour la route, au chargement ( boisons/nourriture/vêtement/matériel de navigation/ énergie/etc) , soient prise en compte dés la conception du bateau.

liste des contraintes :

1 préparation, Chargement/déchargement de tout le matériel ( au sens large) rapide.
2 tirant d'eau faible et compatible avec les mises à l'eau depuis une remorque sur tout type de cale.
3 mise à l'eau et sortie optimisée( temps).
5 matage et gréage ( voile /écoutes/etc...) express
6 poids réduit.

Mes solutions
(1) le chargement/Préparation:
les rangements, au sens large (Equipés à habits, nécessaire de baignade, coffre à bouteille, matériel de navigation, block cuisine,glacière, placard à nourriture WC, etc... ) devront être des « coffre/boites/équipé » amovibles pour être préparés avant la sortie et clipsées à leurs places juste avant ou après la mise à l'eau. 3 avantages :
1 Alléger le bateau pour la route et les manutentions
2 « déplacer » les temps nécessaires à la préparation ou post-sortie (la veille ou le
lendemain)
3 ajuster l'équipement du bateau au programme ( après-midi seul ou petite semaine à 3)

(2) le tirant d'eau
-a-Pour avoir à la fois un tirant d'eau réduit ( max 25 cm) et un poids limité, il faut un appendice mobile.
-b- Le leste le plus léger (à stabilité constante) est la quille profonde à bulbe. Mais Le bulbe de leste dans l'axe complique la mise sur remorque.

Alors pourquoi pas un biquille sabre ? Peut être qu'une quille pivotante dans l'axe et s'escamotant complètement dans son puis, serait aussi légère ? Et plus sure en rase cailloux, mais avec un encombrement de la cabine plus important. Peut être aussi un biquille pivotantes... il faudra choisir !

Faut-il une fausse quille longue de quelque cm pour faciliter l'alignement lors de la remonté sur remorque et protéger la coque pour beacher ou échouer ?

Pour l'instant je retiens plutôt le Biquilles sabre avec bulbe. Les raisons de ce choix :
Réduire le poids de l’appendice mobile ( divisé par 2) pour les manipulations et contrainte mécanique.
libérer le passage au centre du bateau ( aménagement).
Les puits ne sont pas en contact avec le sol ( échouage/coquillages/sable/algues)
Plus simple et accessible ( mécaniquement)

(3) La mise à l'eau et sortie optimisée
Une chaise moteur renforcée faisant partie de la structure du bateau pour supporter le trajet routier moteur en place. Inclinaison du moteur à 90° pour les manœuvres de mise à l'eau.

Le safran ( double ou pas ) relevable au delà de la ligne de flottaison pour la mise à l'eau sans dommage, restant en place pour le trajet routier. Articulation renforcé avec un blocage pour la route.

4 sangles à poste sur la remorque avec attache et blocage rapide sur le bateau( type crochet de chaussures de ski)
Échelle de bain à poste permettant de monter à bord quand le bateau est sur remorque.
4 Pare-battage à poste ( poche dans filières).
Amarres (1 avant et 2 arrières) à poste (frappé au taquet) dans les balcons (sac).

(4) matage et gréage express : le gros morceau pour gagner du temps!

La conception ( voir le plan):
Un mat basculant sur jumelle. Un gréement presque cat boat ( mat très avancé). Un gréement houari. Le but est d'avoir un mat court et legé qui déborde peu ou pas à l'arrière une fois couché.

Haubans/étais/écoutes de grand voile restant à demeure.

Un mâtereau arrière pour le mat couché, intégrant un système de blocage rapide pour la route.

Des jumelles hautes et renforcées. Un système de clip automatique en pied de jumelle pour que le mat tienne droit même sans étais une fois redressé ( le temps de finir l'opération).
L'étais est fixé à demeure sur un  bout dehors triangulaire articulée sur un axe large. La sous barbe se fixe sur le ponté du treuil de la remorque.

Flèche longue (ou corne je ne sais pas comment on dit) quasiment à pic pour compenser la faible hauteur du mat.
Si possible ( pour simplification et gain de poids)absence de bôme.
Voile lattée ( au moins en haut).

Un système de lazy bag, qui permet de « ranger/protéger » tout le gréement ( mat, voile, flèche) pour la route et le stockage sans dégréer ( voile, écoute, drisses, violon de ris) .

Le but de tous cela ? Que l'opération de matage et gréage se résume à :

-1- libérer le blocage sur le mâtereau arrière.10 secondes.
-2- Ouvrir le zip du lazy bag. 50 secondes
-3- Basculer le mat sur l'avant. 10 secondes
-4- basculer le bout-dehors sur l'avant. 10 secondes
-5- étarquer et bloquer la sous barbe. 40 secondes.

L'installation des voiles d'avant sur emmagasineur ( foc/génac) étant optionnelle sur un presque cat-boat, le gréement dormant et le gréement courant de base et prêt en 2 minutes  !!! OK c'est sans doute très optimiste, disons moins de 5 minutes par un homme seul.
Ce système permettrait aussi de passer les ponts ( rivière et lac) facilement et d'accéder à des places interdites aux voiliers en raison du tirant d'air !

Peut-être que: un étais textile + une voile d'avant sur emmagasineur avec un guindant textile, permettrait de garder le foc gréé pour le transport en l'intégrant dans le lazi bag ( voir plan!).


La coque :
matériaux: idéalement du sandwich, pour le poids. Peut être un sandwich cp/mousse/cp plus facile à mêtre en œuvre, sinon CP epoxy...

la forme :simple bouchain + un fond plat.

Franc bord et Largeur modérés ( gain de poids) entre 190 et 210 cm
un roof large type corsaire pour le confort d'assise,
L'étrave sera large au niveau du pont, pour avoir la possibilité de loger les 30 à 40 centimètres de large de l'articulation du bout-dehors. ( David Raison ayant sévit, elle sera peut-être aussi large à la flottaison!!!)

Brillon peu marqué et au dessus de la flottaison, pour faciliter la remonté sur remorque et descente à pieds secs quand on est beaché.

Agencement général :
En avant des jumelles de mat, un grand coffre pour les voiles d'avant, taux et autres matériels volumineux mais léger.

En arrière du mat 2 options :

OPTION 1 ( cabine courte)
 Une « copie » de l'excellent  Hamac (Fouroux père et fils/chantier escapade marine) me tenterai bien, avec un roof plus large et un cockpit rallongé (70 cm). Un système de tente tunnel, qui se positionne à l'arrêt sur le cockpit et recouvre la descente. Pour abriter un espace carré/cuisine extérieure communiquant facilement avec l’intérieur La cuisine serait constitué d'un ou deux blocs ( + une boite glacière) fixés sous les bancs de cockpit pour la navigation, et venant prendre place sur ces même banc pour la popote. Avec cette configuration ( cabine courte), l'option quille pivotante sous le cockpit semble possible sans gêner l'espace en cabine.

OPTION 2 ( cabine longue)
Un plan classique type micro. Ou les puis de quilles sabres seraient entre la couchette avant et les couchettes semi engagés.La couchette avant légèrement reculée pour bénéficier de côtes plus généreuses au pied et laisser de la place pour le grand coffre d'étrave.

Les deux puis de quilles excentrés. Entres les puis et le bordé, des équipés amovibles.

Rangement amovible sous la marche d’accès à la cabine ( WC ou cuisine ou autre)
Des bancs de cockpit : au moins 200 cm
sous la partie arrière des bancs de cockpit, il y aura 4 ( 2 de chaque côté) coffres amovibles.

20 à 30 cm de jupe. Comprenant. Échelle de bain, chaise moteur et safran. Mâtereau.
Le mâtereau arrière pouvant servir à gréer un taud, de support de bôme si présente et de support pour un feux de mouillage, etc...

Les côtes  ( à la louche) le l'avant vers l'arrière:
A 70 cm de coffre avant.
B 195cm de couchette avant.
D 100 cm de couchette ( plus 100 sous cockpit).
E 230 cm de banc de cockpit.
F 25 cm de jupe

total 6 m environ.

Le poids ( important le poids !):

-1- réduction du poids
Un mat court + une surface de voile standard ( la grand voile) modérée + une carène large à la flottaison et plate ( stabilité de formes) + des quilles profondes (avec bulbe), tout cela devrai permettre de limiter le leste à gère plus de 100 kg. Avec un franc bord modéré + largeur modérer + une construction optimisé pour le poids, on devrait pouvoir avoir un poids raisonnable (max 500 Kg lège) garantissant des manutentions faciles même par un homme seul.

-2- optimisation des masses.
Poids centré et abaissé.
- Le casier à bouteille/jerrycan/ pack d'eau) sous cockpit.
- Le mouillage, en raison de son poids, il serait bien qu'il participe au couple de redressement en étant logé dans un coffre sous le planché du cockpit. Avec la possibilité d'une utilisation d'urgence ( ou non) par l'arrière ( accès plage / amarre à terre) . Évidement pour le mouillage en eau libre il faut reprendre le mouillage sur l'avant ! Et si le clapot imposait de le remonter par l'avant il viendrait prendre place exceptionnellement dans le coffre à voile ( en avant du mat... il faut suivre !).

-3- participation du ou des équipiers au couple de rappel
pour réduire le franc bord ( en dure) en arrière du roof mais optimiser le confort d'assise ou de rappel. Un système de cadre articulé à 3 positions avec une toile tendue :
--a-- couchée à 90 degré vers l’intérieur du cockpit= position routière ou bain de soleil/couchette d’appoint.
--b-- incliné de 30 degré vers l'extérieur = dossier d'assise.
--c-- incliné entre 100 et 120 degré vers l'extérieur= ailes de rappel.

Voilà l'état actuel de mes réflexions pour ce programme de voilier SUPER transportable !

Merci d'éclairer ma lanterne de vos expériences.
Merci aussi de respecter le sujet : voilier SUPER transportable.

L'équipage
16 déc. 2011
16 déc. 2011
0

Cahier des charges impressionnant
manque cependant permis E ou pas
capacité a tracter du véhicule (bateau + remorque )

16 déc. 201116 juin 2020
0

winning cat =350kg

16 déc. 2011
0

A ce point de détail, faut le faire construire; ça fait "expression des besoins" pour permettre de définir le cahier des charges dans un bureau d'architecte. Sinon j'ai vu au salon le Maxus 21 et le Maxus 24 plutôt bien.

16 déc. 201116 juin 2020
0

pense aussi au tilapia

www.ocqueteau.com[...]

0

il a dit moins de 500 kg !!!

16 déc. 2011
0

Véhicule tracteur= Scénic 1,9DCI 1400Kg, cella doit passer sans le permis E ?
je m'étais renseigné pour un micro et c'était OK. Donc en restant sur le même poids...
Même si il fallait le Permis E ce ne serait pas bloquant.

Je ne trouve pas d'info sur le winning cat.

Le tilapa est superbe, mais Poids lège : 1400 kg !!! ce n'est pas compatible avec des manipulations fréquentes. Les manipulations du mat seul ?

16 déc. 2011
0

et le fun ?

16 déc. 201116 juin 2020
0

l'icone j =600kg cette année ils le sortent avec une cabine plus grande ,le winning cat est fabriqué en italie (des renseignements sur le site nautical trek)
un micro fait au minimun 550 a 600 kg

16 déc. 2011
0

Pendant quelques années, j'ai eu un Figaro 5 que je tractais derrière une Golf sans problème. Pas de problème non plus pour mater, démater, mettre à l'eau et sortir seul.
Un peu juste pour ton programme, sinon juste au dessus il y a le Figaro 6, je ne sais pas si on peut le tracter sans permis E (il y en a un a vendre sur le "Bon Coin" dans la Manche). Tu trouveras les caractéristiques des deux bateaux sur le site "Figarocinqsix".

16 déc. 2011
0

Il existe effectivement beaucoup de petits voiliers transportables.
Mais aucun ne se mate et se gréé en 2 minutes.
Aucun ne prévoit l'arrimage (mat, bôme, moteur... pour la route)
On met 200 à 300 Kg dans le font de la coque pour éviter de concevoir un appendice mobile optimisé.
Soit il s'agît d'un day boat peu habitable, soit les volumes de coques et le poids enfle.

Dans les bateaux existants, le lanaverre 590 et proche de ce que je cherche mais pas suffisamment simple et rapide pour la préparation.

j'attends plus des remarques, voir des objections sur mon cahier des charges, que des propositions de bateau approchants.

L'idée et le plaisir, est de concevoir mon bateau pour ne pas subir des compromis arbitrés par d'autre suivant des critères qui ne me correspondent pas. Après il faudra le construire...

16 déc. 2011
0

Tout bateau, quel qu'il soit, n'est qu'un compromis entre différents paramètres.

Certains tentent toujours de créer le mouton à cinq pattes...

le transportable idéal n'existe pas. Depuis le temps, ça se saurait !

bon courage quand même..

16 déc. 2011
0

T'as essayé le laser, je te jure ça le fait... :jelaferme:

16 déc. 2011
0

En vrac:
biquille et torpille construction complexe,voir le systeme du Cabrio
pour la voile,les lattes sur le pic pas pratiques,dégréer pour ranger
ma préférence:voile au tiers trés allongée plus mini tape-cul,voir N.Irens
le mat pivotant,oui mais a prolonger dans la "soute a voile" = un mat de cat-boat,pas de géement dormant
pourquoi pas un roof amovible?
Voir les discussions sur Nauticaltrek

16 déc. 2011
0

Peut être un peu cher le Seascape 18,plus lourd Deltania 20 ou 20.5 S.

17 déc. 2011
0

@petite jane, merci pour ces remarques constructives.

Oui, rallonger le bas du mat sous l'axe de pivot et le faire « rentrer » dans la soute à voile est une excellente idée. Je la retiens. Cela permettrait sans doute d'avoir un mat non haubané. Mais le mat est court, alors peut-on envoyer une corne/pic sur un mat non haubané. Garder une paire de haubans simple ( sans barre de flèche ) doit permettre un mat plus léger à manipuler et avec un étais pour des voiles d'avants.

« les lattes sur le pic pas pratiques à dégréer pour ranger » Le but de mon gréement et justement de ne pas dégréer, tout doit rentrer dans le lazi bag tel quel. Si les lattes ne le permettent pas alors il faudra se passer du rond de chute. Se serai dommage pour la surface et le fasseyage.

« pourquoi pas un roof amovible? » cella me semble un peu radical, mais télescopique ( Edel) éventuellement, ou un grand capot coulissant amovible.

17 déc. 2011
0

un pic sur mat non-haubanné=oui,voir les cat-boats.
lattes sur pic=pas top pour affaler.
roof amovible=plus grande plage d'utilisation,équipiers plus nombreux en été.
pour la quille:
www.crusyacht.it[...]_e.html

17 déc. 2011
0

Pour pousser ta réflexion, voici les liens sur mes deux transportables :
transportable.free.fr[...]pip.php
maybe.heoblog.com[...]/
Ainsi qu'un fil de discussion sur le même sujet :
www.nauticaltrek.com[...]thierry

17 déc. 2011
0

très jolie récit, et instructif. Il démontre tout l'intérêt du transportable, mais :

«  14h, mâtage du voilier et préparation pour la mise à l'eau. Deux heures plus tard, tout est prêt, malgré un vent à décorner les boeufs. Mais notre système est au point et nous restons zen. 16h, mise à l'eau. Là c'est moins drôle, car la cale est parcourue par un méchant courant. Avis aux amateurs, la mise à l'eau du port d'Antibes est réservée aux personnes qui maîtrisent parfaitement cette manoeuvre. Un heure plus tard, cependant, le bateau est sur sa place de port, rangé et prêt pour la grande aventure. 17h, montée de la remorque et du véhicule vers le gardiennage. »

toute ma réflexion, et justement : Comment passer de 3h à 15 minutes !!! pour avoir non pas un transportable mais un SUPER transportable utilisable aussi à la journée voir la demi-journée, et seul, tout en gardant le programme côtier.

0

excuse moi d'insister mais le seul vrai transportable qui se matte en moins de 15 minute est le winning cat ,car il a un embrion de mat qui reste fixe sur le roof et il suffit d'introduire le reste du mat dedans comme un manchon !aller meme cinq minutes suffisent ,c'est un plan de bruce farr a ses debuts ,et cet homme avait bien compris le transportable !

17 déc. 2011
0

Bonjour
Pour un devis de poids inférieur à 500kg on oublie carrément la notion de lest et on passe au multicoques genre Astus 20.2...

17 déc. 2011
0

je suis désolé mais faut pas rêver !!
15 mn entre l'arrivée et la navigation, vous allez être déçu.............. à part un jetski et encore ...
je vous conseille d'assister à plusieurs mise à l'eau de transportable

Bonne chance
Michel..10 ans de transportable.

17 déc. 2011
0

C'était impossible, mais il ne le savait pas, alors il l'a fait...

sérieusement, c'est tout le propos. Oui, ce n'est pas possible avec les bateaux existants. D’où ma réflexion et mes propositions, tu les as lu ? Quesqu'y cloche dans mes propositions ? C'est ce que je cherche à travers ce post.

17 déc. 2011
0

je ne voudrais pas paraître méchant, mais des architectes - dont c'est le métier - se penchent sur la question, en tentant toujours d'améliorer la fiabilité, la rapidité de mise en oeuvre, la facilité, etc...

Et parfois même avec leur expérience derrière, il leur arrive de se tromper, avec de fausses/bonnes solutions !

Alors un amateur...

17 déc. 2011
0

je possède un petit transportable et je me suis posé les mêmes questions (hors habitabilité). Un point important : la fausse quille longue de qqs centimètres est un régal à plusieurs titres. Au portant, je remonte ma dérive est le bateau se maitrise très bien. Pour beacher, elle protège très bien la coque (il faut mettre un bande mole en alu ou laiton sur cette fausse quille). Elle guide le bateau pour la remontée sur la remorque, avec les rouleaux adéquats. Enfin, au moteur, tu as ton bateau bien manoeuvrant a petite vitesse, il ne dérappe pas trop.

Autre excellente idée : préparer les sacs/boites à la maison et venir les clipper, lacer ou ce que tu veux, au moment de la mise à l'eau. Rien ne reste dans le bateau, tu prépares tranquile etc ... penser à qqs rangements externes étanches, car sur une petite taille (< 6m), tu ne vas à l'intérieur qu'au port, au mouillage ou dans le temps très calme. Quand cela bouge un peu, on est vraiment mieux dehors que dans une toute petite cabine. Il faut donc des rangements accessibles depuis le poste de barre pour avoir à portée, des sandwichs, de l'eau, le ciré au cas ou, la VHF pas loin etc ...

Autre point (pas encore résolu sur mon voilier) : faire un peu de nav avec une carte depuis le ccokpit ... pas évident de déployer une carte, avec la main sur la barre, un oeil sur le cap, sur le compas, sur l'écoute de GV etc ... Imaginer une tablette rigide, transparente permettant de glisser une carte de format A3 par exmple ... mais il faut avoir un endroit ou la mettre pour y acceder en qqs secondes et ranger aussi en qqs secondes. Idem pour avoir un compas de relevement pas loin, un GPS portable. Il faut donc imaginer un kit de navigation assez accessible. Si le choix est fait d'avoir un GPS portable avec carto intégrée, cela résout tous ces problèmes, mais peut en créer d'autres, c'est un autre débat.

Superbe projet

hervé

17 déc. 2011
0

Merci pour ce retour constructif.
Je prends bonne note que la fausse quille longue est utile.
Idem pour les équipés externes.

Pour la « nav » en navigation, il est vrai que, bien préoccupé par la conception générale du bateau je n'y avais pas pensé. Et j'ai eu tord ! A cogiter... bien sûr la tentation diabolique de l’électronique/informatique est grande, est j'ai du mal à résister... juste un GPS portable avec carto, c'est pas pêcher ( sur accus avec un jeu de piles d'avance pour la sécu).
Cela dit ça pose le problème de l'électricité. Batterie ou pas ? C'est tentant...

« ouverture du mode mauvaise fois »
La batterie bien placé c'est pas un poid et des complications superflus, c'est du lest pour la sécurité !
« fermeture du mode mauvaise fois »

17 déc. 2011
0

Et le génial MARAUDEUR ? 350 kg, se mâte seul. Moins de 15 mn ? Sans doute des pros du Maraudeur l'ont-ils déjà fait. AMHA, entre gréer un mouchoir de poche non haubanné en 14 mn ou un bon vrai gréement en 26, je choisis les 12 mn de plus.

www.asmaraudeur.com[...]/

17 déc. 2011
0

Le fil sur le Nonsuch30 me suggère une idée, peut être déjà explorée par les archis, mais ils ne l'ont pas dit... Un gréement catboat, sur un 6 m, ça veut dire la possibilité de mettre un mat non haubané, en puits, peut être suffisamment léger pour être mis en place par un homme seul, sans haubans, et hop, le tout à la baille en une quinzaine de mn si bien organisé ?

0

ça existe hi ,voir plus haut

17 déc. 2011
0

Avec mise en oeuvre en 15 minutes ? Et un mat manoeuvrable par un homme seul ?

0

moins de quinze minute ,je vous retrouve l'essai!

17 déc. 2011
0

Le Winning Cat et la démonstration que l'on peu avoir un bateau de 6 m léger. Je ne connaissais pas , il est remarquable. Mais il a une orientation trop sportive ( pour moi). Flottaison étroite( peu stable). 100 kg de confort en plus(volume habitable, franc bord et roof) serai les bien venu pour mon programme.

0

l'avantage du winning cat c'est que je pourrais le tirer avec ma 106 diesel ! :-D

17 déc. 2011
0

un archi qui a très exploré ce concept : Gilles Montaubin. A :on avis, cela vaut le coup de regarder ses dessins, ses réalisations, ses visions du bateau de raid.

hervé

0

je viens de faire un tour de toute ma documentation et ce que j'ai remarqué c'est que les bateaux les plus legers sur la remorque sont ceux a ballast liquide (bay raider 20=450kg)pourquoi ne pas explorer cette voie ainsi que celle du cat boat ?

17 déc. 2011
0

un mât non-haubanné, une voile sans bôme qui peut s'enrouler, que peut-il y avoir de plus simple ?

17 déc. 2011
0

Jusqu'a tres recemment j'ai eu un petit lanaverre menhir,-5m pour 400kgs env.
je l'ai equipé de jumelles, d'un arceau arriere qui soutient le mat.En arrivant a la cale, les haubans deja a poste, la GV ferlée sur la bôme, j'ai juste a reculer le mat pour installer l'axe ,relever le mat et crocher l'etai .Installer le hors bord et faire la manoeuvre. Mine de rien en etant bien rodé, c'etait 40mn en moyenne.Rt j'etais tres content.
Encore sans les imponderables;du monde a la cale ,vent ou courant de travers qui te font aller doucement, place pour garer l'auto, etc..Sans compter qu'a poids tres leger ,les conditions maximum de nav sont vite atteintes.J'ai preferé changer pour plus long, plus lourd, certainement plus chiant aussi pour cette pratique...
Voili voilou ma tite contribution..

17 déc. 2011
0

Intéressante contribution, surtout par le retour d'expérience.
40 minutes c'est déjà très raisonnable. Avec juste comme optimisation les jumelles et l'arceau ?

Les objectifs « temps » que je me fixe ne sont pas rigides, c'est pour aller vers l'optimum.
Par rapport à votre expérience, j'économise au moins: le désarrimage du mat, son déplacement, la fixation de l'axe, la mise en place du moteur. Probablement aussi la fixation du vit-de-mulet et la mise en place de la drisse de GV.

0

combien ça pese une remorque pour un moins de 500 kg ?

17 déc. 2011
0

remorque a vide, de memoire, 170KGS; charge de maxi de 630 soit 800 tt compris.

0

merçi ,donc avec ma voiture d'un poids a vide de 895 kg je peux tirer une remorque de 800 kg de ptc sans permis E puisque mon ptr est 2095 !

17 déc. 2011
0

oui, sans probleme je crois.

17 déc. 2011
0

Et le Farr 6000?

17 déc. 2011
0

pourquoi pas le krill, il répond a presque tout !!

17 déc. 2011
0

Ce qui derange dans le krill, c'est qu'apparement le mat n'est pas rabattable.Pour remonter les rivieres, pas top autrement il a tt pour plaire oui.

17 déc. 2011
0

Bonjour,
Concept très séduisant! Mais 15 minutes, je n'y crois pas. Rien que mettre un semi-rigide à l'eau, ça prend plus de 15 minutes (débrancher et enlever la plaque minéralogique et les feux, détacher le bateau, descendre la voiture avec remorque et bateau sur la cale, descendre le bateau de la remorque, l'amarrer à quelque chose le temps de remonter voiture et remorque, trouver une place pour les 2, revenir jusqu'au bateau, embarquer, baisser le moteur, démarrer, larguer les amarres...)
Par contre, si on conçoit un bateau avec un gréement hyper simple, peut-être qu'un quart d'heure suffira à le gréer et à envoyer les voiles. Cela fait une demi-heure au total, ce qui est déjà remarquable!
Points à prendre en compte: sur un monocoque très léger, le poids du corps du skipper est proportionnellement très important. Pas question d'aller faire le pitre sur le pont avant, sinon ça finit à la baille, avec les rires des spectateurs! Il faut donc que toutes les manoeuvres se fassent depuis le cockpit (il n'est pas envisageable de gréer la bateau avant de le mettre à l'eau, car il va falloir le laisser au minimum 5 minutes sans surveillance, le temps d'aller garer voiture et remorque)
Personnellement je pencherais plutôt pour un multi, de préférence un tri, repliable en 1 ou 2 minutes avec le système Farrier. Sans compter qu'au niveau performances, "y a pas photo".
Le Farrier F22, [url] avec ses 600 kg tout mouillé pourrait être assez proche de ton concept idéal, sous réserve de revoir le gréement pour le rendre conforme à tes idées. Un mat en 2 parties manchonnées ou un mat court et un pic, monté sur jumelles, des cadènes positionnées de façon à ce que le mat soit correctement maintenu pendant la montée, un étai monté sur palan, et un tangon faisant office de chèvre, je pense qu"il suffirait de 5 minutes pour hisser le mat, autant pour hisser la grand-voile, étarquer la drisse du foc (monté sur emmagasineur). Reste alors a baisser la dérive, enfiler le safran dans son guide, basculer le moteur, dérouler le foc.
Je pense qu'en 1/2 heure ça doit pouvoir se faire, en solitaire, bien sûr! A 2, on doit pouvoir se rapprocher un peu plus du 1/4 heure. L'avantage d'une telle solution serait de partir d'une base éprouvée et performante, permettant une vraie croisière à 2 ou 3, des ballades à 5 ou 6, et de ne faire que lui adapter un gréement spécifique, adapté à ce programme. Certainement une solution assez réaliste...

18 déc. 2011
0

Le F22 il a tout pour plaire.

Léger, rapide, c'est le meilleur compromis, son seul handicap pour moi, c'est son prix.

17 déc. 2011
0

F22 :pouce:

17 déc. 2011
1

je m'interroge sur la finalité de l'opération !

S'agit-il de trouver un bateau existant qui réponde à ce cahier des charges ?

S'agit-il d'inciter un constructeur à investir 100.000€, voire plus, en étude, prototype et outillage ?

S'agit-il d'inciter un architecte débutant en mal de notoriété à passer quelques centaines d'heures pour élaborer un dossier cadeau ?

Construction amateur ou professionnelle ?

Budget final et capacité financière réelle devraient figurer en tête du cahier des charges .

Sinon c'est que du buzz et de la rêvasserie .

Je dis cela sans méchanceté .

Mais l'expérience montre que plus le cahier des charges est long et détaillé, plus forte est la probabilité que l'opération se termine par l'achat d'une occasion quelconque sur un coup de cœur .

18 déc. 2011
0

S'agit-il de trouver un bateau existant qui réponde à ce cahier des charges ? NON cela semble clair...

S'agit-il d'inciter un constructeur à investir 100.000€, voire plus, en étude, prototype et outillage ? NON NON ne gaspille pas ton argent.

S'agit-il d'inciter un architecte débutant en mal de notoriété à passer quelques centaines d'heures pour élaborer un dossier cadeau ? NON mais... il a un problème avec l'argent ?

Construction amateur ou professionnelle ? A M A T E U R ( ce n'est pas un gros mot ?)

« Budget final et capacité financière réelle devraient figurer en tête du cahier des charges. » Oui c'est sûr, il a un problème avec l'argent.

« Sinon c'est que du buzz et de la rêvasserie . » Et alors, c'est grave ? Passes donc ton chemin si ça ne t'intéresse pas.

« Je dis cela sans méchanceté ». Manquerai plus qu'y morde !

« une occasion quelconque » ça y est, j'y suis. J'ai du refuser de lui acheter un bateau neuf.

MERCI de ne PAS répondre sur ce poste si le sujet vous irrite.

17 déc. 201116 juin 2020
0

Bonjour,

c'est exactement ce type de logique qui m'a conduit à concevoir mon scow de 4,5m, la facilité de manutention d'un dériveur pour des sorties à la journées, mais aussi la possibilité de rando sur 2/3 jours. Aussi un budget très très limité.
4,5 m c'est petit mais le même concept en 5,5 m serait un bon compromis.

voilierfluvial.blogspot.com[...]/

Captain'Jo

17 déc. 2011
0

5.5m 450kg Mise à l'eau facile.


18 déc. 2011
0

transportable de 7.50*2.50, TE 19 cm : sans optimisation du système, environ une heure depuis l'arrivée au port jusqu'à la mise à l'eau.

Mine de rien, entre ce qu'il y a à faire sur la remorque, le bateau, les A/R à la voiture, l'embarquement des affaires, défaire un bout par-ci par-là..... je m'en sors pas trop mal.

18 déc. 2011
0

Oui, c'est bien. C'est dans la moyenne pour un micro, et comme le tien est beaucoup plus gros c'est super ! ça doit être « chaud » parfois. Vous êtes 2 minimum ? Il pèse combien ?

18 déc. 2011
0

oui, il faut être 2 pour mettre à l'eau. Le bateau pèse 600 kg

18 déc. 2011
0

Pour moi un des plus abouti;
Bluffant, a fond plat pas d'appendice fragile, greement livarde donc mat court; facilement remorquable, et une transat en partant de suede,pour valider le truc.

18 déc. 2011
1

un autre pour le fun; shoal-waters.moonfruit.com/
Mine de rien, c'est pas du tout marginal comme demarche,bcp de personnes principalement des anglos se creusent les meninges avec le meme cahier des charges.
Et ce monsieur navigue depuis les années 60 avec madame sur son canot.

18 déc. 2011
0

j'avais un cahier des charges similaire pour la mise à l'eau.. en fait en réel, on met 45mn à deux, voiture et remorque rangées...
et je peux dire que l'on va vite, on connait bien le bateau.et le matage est simple (deux mats non haubanés).
en fait le temps est pollué par plein de petites choses.. il faut monter descendre plusieurs fois dans le bateau, manœuvrer la voiture... et en fait que l'on mette 30mn, ou 1h c 'est bien pareil. Cela ne change pas grand chose, il y a toujours un truc oublié dans la voiture, un pipi à faire, une discussion de dernière minute... donc se focaliser sur 15mn ce n'est le point crucial. Le bon timing c 'est moins d'une heure.
15mn je n'y crois pas. surtout seul

deux remarques:
- le devis de poids.. même en sandwich avec tout le bordel dans le bateau, le matériel connexe, la sécurité.. on arrive vite à 600 ou 700 kg tout compris. et vous avec deux quilles et saumons... on va approcher les 800 facile..

  • une remorque de moins de 750 kg (remorque et bateau) c'est permis normal. pas le E.
18 déc. 2011
0

««le temps est pollué par plein de petites choses.. »» c'est justement ces petites choses que je traques pour les éliminer dés la conception.

«« 30mn, ou 1h c 'est bien pareil »» Pas tout à fait d’accord. 30 minutes ça passe, 1 heure ça colle plus pour une sortie à l'après-midi.

«« 15mn je n'y crois pas. surtout seul »» seul est une condition sine qua non. Les 15 minutes sont juste un objectif, si se doit être 25, et bien ce sera 25 , mais pas plus.

les 500Kg aussi sont un juste un objectif, et lège. C'est à dire sans «« tout le bordel dans le bateau »»

«« vous avec deux quilles et saumons.. »» NON NON ça pèse moins lourd que le leste d'un dériveur lesté ! Ou pire dériveur intégral. Le poids et plus bas, alors on en met moins. Et bien sur, le poids et réparti sur les deux quilles et non doublé !!!

18 déc. 201118 déc. 2011
0

je veux dire que cela pèse.. du poids mort qui ne sert pas à la structure du bateau, comparé à un multicoque comme mon petit tri transportable. un bateau de 6m avec aménagement, et le reste... cela ne peut pas faire moins de 500kg!! je veux dire pour un "amateur", j'exclue toutes les fabrications spéciales carbone de compétition... on reste dans des bateau faits "maison" pour naviguer en croisière côtière.. donc en plus avec 200 (?) kg de lest... il ne reste plus grand chose pour faire le reste non???
un dériveur, lesté ou non, habitable, avec de l'ordre de 20 à 40m2 de voile...un moteur, des voiles... des bouts, des haubans, des merdiers partout...je vous le donne mini pour 700 kg, bon poids. restons réaliste
mais l'exercice est amusant...

là vous êtes dans le vrai, c 'est de le vouloir transportable. beaucoup d'avantages! et de vouloir se le construire, une fierté magique..

18 déc. 2011
0

d'accord avec Louis33 sur le poids. Mon Avel de 4,5m pèse environ 400kg lest compris. Certes, le mat est en bois plein, la bôme aussi et le poids intègre l'ancre, les avirons et tout ce qu'il faut pour naviguer. Mais il ne fait que 4,5m ... Je peux optimiser avec un mat en carbonne ou fibre de verre par exemple, mais je vais gagner 10kg max (peut être 15 ...). Je pense qu'un 6m en CP epoxy (donc construction amateur simple) fera dans les 650 à 700kg effectivement.

Pour ce qui est du temps de préparation, c'est clair que pouvoir mater seul est une bonne chose et demande plein de petits trucs. En revanche, le temps passé sur la cale est lié au temps de matage lui-même, mais comme dit par ceux qui ont, ou ont eu, un transportable, par beaucoup de choses indépendantes de nous. Manoeuvres de voiture, possibilité plus ou moins facile d'amarrer le bateau une fois à l'eau, proximité du parking etc ...

Point important à prendre en compte : la remorque est plus ou moins aussi importante que le canot pour un bon confort du plaisancier ! Treuil de qualité (préférer à sangle plutôt que cable), rouleaux bien placés, roue de secours, roue jockey pour manoeuvrer "à la main", petit coffre pour ranger les sangles, antivol. Préferer une rampe d'éclairage qui s'enlève facilement (soit accrochée à la remorque, soit directement attachée au cul du bateau) etc ... Une optimization remorque / bateau est indispensable et facilité la vie du propriétaire. Je ne parle pas de la sécurité sur la route ... là, on sort du domaine de la plaisance et c'est du respect de la vie des autres usagers de la route.

18 déc. 2011
0

sur des canots' de cette taille, on peut déjà se passer de moteur. Ca fait du poids et du temps d'installation de gagnés.

s'il y a du vent on fait de la voile, s'il y en a pas on godille, et si pétole dans le courant on mouille en attendant que la brise se lève...

JDCJDR

19 déc. 2011
0

déjà cité le F22, mais aussi le Tryptique 23 www.jyplast.fr[...]ues.php , et en général tous les tri repliables de cette taille, ils sont étudier pour une mise à l'eau rapide et facile, sans parler du plaisir...à essayer au moins une fois.
Une bonne idée du "marché" des transportables en allant sur le site www.nauticaltrek.com[...]oiliers .
Le budget n'est pas cité?
Ne pas focalisé sur son véhicule, il est plus facile de changer de voiture, plutôt que de passer à côté d'un bateau existant mais 50 ou 100Kg plus lourd!!!
C'est toujours embêtant cet anonymat...

19 déc. 2011
19 déc. 201119 déc. 2011
0

Mon Tabasco répond à 90% de ce cahier des charges (voir mon site voilier.tabasco.free.fr[...] ).
Notamment :
- Matage seul en 2mn 30 chrono (voir la vidéo sur mon site)
- Temps de préparation avec mise à l'eau 20/25 mn SEUL.
- Tirant d'eau de 20 cm, quille relevable.
- Poids constructeur 450 Kg (dans la pratique rajouter 100 Kg de plus avec l'équipement).

Bien sur c'est de l'ancien, du millésimé même !

19 déc. 2011
0

pourquoi pas un maraudeur se mate en moins de 5 minutes (plus long que pour un tabasco mais il y a un problème de roof en echelle) mise a l'eau 15 minutes tirant d'au 30 cm et beaucoup de modifications a effectuer dessus pour le rendre très compétitif (donc presque une construction neuve)
j'oubliais poids environ 380kg avec tout l'équipement

19 déc. 2011
19 déc. 201116 juin 2020
0

J'ajoute à la liste de Francesco
le VIS 45 donné à 580 kilo , 4,50m et 2,2 en largeur
dispose de ballast, porte mat, 3/4 couchettes, probablement équipé d'une chèvre de mat intégrée dans le balcon comme la plupart des petits voiliers polonais

20 déc. 2011
0

Bonsoir plaisancier et bonsoir à tous,
Ce cahier des charges très intéressant permettrait à un grand nombre de néophytes d'accéder à la voile en solutionnant les freins habituels qui sont le matage et la mise en place des gréements. Néanmoins dans la conception du futur voilier transportable, il me semble que l'impact sur l'environnement au niveau de sa construction, son exploitation et sa déconstruction n'a pas été traité. Pourtant la prise en considération de l'environnement est aujourd'hui stratégique pour de nombreux chantiers et architectes afin de se démarquer de la concurrence et se positionner sur un nouveau marché.
Le réseau EcoNav qui a été créé en 2007 met en avant des solutions et soutient des initiatives exemplaires dans le domaine de l'éconavigation. Pour plus d'infos voir
Cordialement

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Plage des Cabanes de Fleury, après la crue

Après la pluie...

  • 4.5 (1)

Plage des Cabanes de Fleury, après la crue

mars 2021