Strongall ...

qui a un bateau en strongal? quelles critiques a faire apres 30 ans d'existance ?

L'équipage
12 fév. 2014
12 fév. 2014
0

Envoi un mail à Antoine. Le chanteur...;-)

12 fév. 2014
0

25 ans qu'il navigue sur son Banana Split...
Je ne suis pas spécialement fan, mais cette interview est intéressante :
www.linternaute.com[...]t.shtml
Il va avoir 70 ans cette année !
:whaou:

12 fév. 2014
0

Un lyonnais a racheté le "voyageur" qui dans le début des années 80 fit Lyon -New York au moteur sans ravitaillement
la dernière fois que je l'ai vu ce bateau était encore
comme neuf

15 fév. 2014
1

Multix1, ce bateau est resté aussi un bon moment à Paris.

12 fév. 2014
2

Je pense que l'interet du "Strongall" est surtout sensible ...pour le chantier (temps de construction euh plutot d'assemblage trés reduit Antoine dans un de ses livre parle de 48 h pour assembler la coque de son "voyage"):oups: :mdr:

Un intéret pour le poinconage , mais sinon je n'ai toujours pas compris pourquoi il a cette réputation (bien vendue) d'etre plus resistant .

Par exemple pour notre bateau (de mémoire) Meta preconisait une peau de 15 mm et je ne vois pas comment :
- cette seule peau peu passer les normes en inertie
- avoir plus de résistance (hormi au poinconnage ) que notre bordé avec une "peau de 10 pour les oeuvre mortes (12 et 16 pour les oeuvres vives) avec une lisse tout les 300 (maximum) , une membrure tout les 930 et un galbe et (pour cette partie) 14% moins lourd...

Il y a eu un fil ici même d'un gars qui avait vu le bordé de son petit bateau à moteur se fendre en pleine tôle...il n'aurait (d'aprés le chantier) "pas du naviguer dans les vagues".

Et coté prix on ne retrouve pas la répercussion du gain en main d'oeuvre,
le kilo d'alu fini est vendu au même prix (voir plus cher ) qu'un chantier construisant de manière "classique" et comme les coques sont plus lourdes...

12 fév. 2014
0

ça c'est absolument vrai....

le " strongal" n'est pas ,m^me moins resistant qu'un bateau structuré avec lisses et membrures tous les calculs le demontre

même au poinçonnage .

l'aventage est coté prix de main d'oeuvre et encore c'était vrai avant le decoupage numerique maintenant c'est à voir ...par contre une chose est certaine c'est que c'est bien plus lourd donc cher en materiaux et aussi en accastillage,propulsion, entretien, consommation...

le strongal c'était bien avant..maintenant c'est totalement depassé

12 fév. 2014
0

C'est tout tout simple ...et sans ecrire de grande formule ,tout le monde peu comprendre

D'abord il faut calculer l'inertie necessaire de la tole pour resister à une poussée, un effort ...un parametre determinant :la distance entre deux appuis que sont les cloisons ,les membrures les lisses , ce parametre est au carré ..ça monte donc tres tres vite ... ça c'est pour les forces

ensuite pour la resistance ,l'inertie là aussi un facteur determinant la hauteur ,l'épaisseur , elle est au CUBE ... alors l'épaisseur de la tole face à la hauteur d'un raidisseur ne fait pas le poids

alors on comprend tout de suite la problematique ...

une coque structurée m^me sans excés sera bien plus solide qu'un Strongal

12 fév. 2014
0

Tu vois on arrive même à etre d'accord ! :langue2:

Peut étre pourrais tu mettre des chiffres sur mon exemple pour mieux illustré nos propos dans la comparaison d'une tôle seule et d'une tôle avec structure ?

12 fév. 2014
0

D'après ce qui est dit chez Méta, la rigidité de la coque sans membrures (hors mis l'épaisseur) est due à la flexion des tôles, soudées en "contrainte", la structure en bouchains étant alors déterminante... selon eux, c'est "indestructible" !
Il est vrai que, quand on regarde la coque, c'est l'impression qu'on en a... mais en effet, qu'en est-il vraiment ?
Mon ARAK (quillard 9,60) a 5 mm sur pont et bordé, et 7 mm au fond (photo). Je le pense solide...

12 fév. 2014
0

desolé mais on a pas a avoir des "impressions" ...les impressions ça ce calcul ... et en 1/4h crayon en main la demonstration est toute simple ..

et soudé en "contrainte" c'est du piteau ... tu met une tole en contrainte entre deux appuis .. demain tu enleve la "contrainte " et tu regarde la forme de la tole ..elle n'est plus contrainte elle est deformé sans force le contraigant ..

la soit dissant "contrainte " evite la main oeuvre de formage . on met la tole et on tire avec des palans et on soude ...et roule ..(boujour les soudures)

12 fév. 2014
0

parlons ponçonnement ...puisque c'est l'arguement du strongal ...

imaginer un impact sur le strongal en pleine tole les appuis étant à 1m de l'impact sur sur une tole de 10mm ..

et le m^me impact à 0.2m d'un raidisseur qui lui fait 50/60mm de hauteur plus une tole de 4mm ...
et 200mm ça donne des lisses ecarté de 400

il ne faut pas etre grand technicien pour savoir lequel sera le plus resistant

16 fév. 2014
0

baboujoli ..moi j'ai vu le bateau et la fissure et les raidisseurs (il n'y en avait pas ), l'épontille en pleine tole sur le fond ...

et toi ,tu as vu quoi ?

tu parle d'experimentation ok ...

tu as pris une masse comme tu le dis? tu as fait des essais sur de raidissage de toles en mesurant correctement les forces ?

je ne sais pour toi mais moi Oui ... raidissage à 500 à 400à 300 à 200 tole de 10 à 3 etc etc ... 3 mois de campagne d 'essais avec calcul fait par un ingenieur calculateur , calcul de resistance ,de flexion , de torsion , de fatigue, de poids ,de pinçonnement etc etc ....avant d'attaqué la fabrication d'un NGV en alu le plus grand au monde , calcul fait aussi par l'IRCN ( Institu de recherche de la construction navale ) ...

alors je ne m'empeché de sourire aux arguments "je pense que" "j'ai l'impression que " "un tel "

la solidité d'un bateau n'est pas "une impression" mais pour moi un calcul dans ces moindres details ça me parait plus "solide" comme argument

josé

16 fév. 2014
2

oh baboujoli je n'ai pas le pretension d'etre un expert ( que dieu m'en preserve )et je ne veux surtout pas etre un expert , on a toujours toujours quelque chose à apprendre des autres... et ici aussi j'ai appris

neanmoins je pense qu'ayant dessiné des structures metallique du bas de l'echelle jusqu'en haut et des petites (10m) jusqu'à 140m et avoir toute ma vie travaillé dans ce secteur ( Atelier puis BE) avoir quelques notions ce qui n'est que normal et ordinaire ...
a chacun son metier tout simplement

16 fév. 2014
1

d'accord mais là aussi il y a beaucoup d'idée reçues , rependu ...

Imagine toi les NGV ...40 nd pouvant navigué dans des creux de 3m ( pas plus) les toles les plus épaisse sont en 9mm , les ponts recevant des camions de 40t sont en 4mm ...

et bien va les voir , ils ne sont pas cabossé .... pourquoi ???

tout d'abord ils sont correctement structuré , imagine toi les decoupures des membrures et les cloisons pour faire passé les lisses sont decoupé avec 1mm de jeux autour de leur section ... et il n'y a pas deux decoupure identique ...

mais là ou est la grande cause des creux et bosses c'est le RETRAIT dû au soudage qui provoque d'enorme tension sur les toles et qui se libere au sur et a mesure des mouvements du bateau en naviguant et en accostant , en vieillissant en somme ... Alors pour eviter celà tous les elements (carlingue, lisse,tole, hiloire , espace couple etc) sont lors du decoupage numerique allongé avec un rapport 1mm par metre . Ainsi apres soudage le bateau est pile poil à la forme .

Prend deux membrures espacé 1m tu soude dessus un bordé en forme .. la longueur de la tole developpé entre les deux membrures va diminué de 1mm .. ...tu auras donc une enorme tension et un jour au l'autre un creux ..... donc les membrures étaient espacé 1m plus 1mm ..

les logiciels des chantiers prennent maintenant automatique c eretrait pour lesdecoupages

je visite de temps a autre TARA qui a été fait en tenant compte du retrait ...pas une bosse et pourtant...

16 fév. 2014
0

et je rajoute juste un avis (qui n'ai qu'un avis) le mieux aussi pour eviter les bosses et les creux c'est de prendre des toles resiliente c'est à dire de grade E plutot que A .

le grade E sont moins sensible à la temperature donc au retrait lors du soudage ce qui est une excellente chose , moins de tension, moins de deformation

26 fév. 2014
0

C'est exactement ce que je voulais dire. À part que, avec la masse tu cabosses sévèrement, avec le choc en pic, tu fais le trou.

:-(

16 fév. 201416 fév. 2014
0

Les appuis sont les arrêtes des bouchains. Aucun impact ne peut donc se produire à... 1 m de l'appuis ! Alors, fais l'expérience : Tu prends une masse et tapes de toutes tes forces sur :
1- la tôle de 10 mm sans lisse.
2- la tôle de 4 mm à 20 cm d'une lisse.
:heu:

16 fév. 2014
0

Ok, je n'ai pas tapé avec une masse... :mdr:
Mais, j'ai eu pendant quelques années un Brise 28 avec tôles de 4 mm et lisses. J'ai pu voir concrètement ce que les impacts (pontons ou bateaux) occasionnent comme dégâts. Et je peux dire qu'ils n'ont pas besoin d'être très forts pour enfoncer la tôle en faisant des bosses en creux. D'ailleurs, la coque en forme de ce bateau, que j'avais eu d'occasion, était "un peu cabossée" de partout. Ce n'est pas du tout le cas de mon bateau actuel à bouchains de 5 mm. La coque est nette et parfaitement lisse, même là où j'ai reçu des chocs que j'ai pu repérer et localiser. Entre ces deux bateaux, la différence est déjà nette. Alors oui, je peux me "permettre d'imaginer" qu'avec 10 mm ça ne sera pas pire...
Mais ce n'est que l'avis d'un non expert...

24 fév. 2014
1

@ Calypso2 et baboujoli:

parlons ponçonnement ...puisque c'est l'arguement du strongal ...

imaginer un impact sur le strongal en pleine tole les appuis étant à 1m de l'impact sur sur une tole de 10mm ..

Tu prends une masse et tapes de toutes tes forces sur :

etc...
C'est bien beau, mais tout votre échange ne parle nullement de poiçonnement. En tapant avec une masse, on est dans la résistance au choc, pas au poiçonnement.
Maintenant, a la place d'une masse, tapez d'un coup de pic pointu ayant la même masse que la masse, ou du coin d'une grosse hache...
Là, je ne donne pas cher du 4mm d'épaisseur.

12 fév. 2014
0

"Ces tôles présentent généralement un galbe. Elles ne DOIVENT PAS être appliquées en force, mais préformées de façon à éviter des contraintes et des déformations" dixit "l'Aluminium et la mer " Pechiney 1993
ils précisent toutefois : "sauf bien entendus dans le cas de faible galbe" mais si il y a "contrainte" de mon point de vue on est en dehors de ce que l'on peut appeler "faible galbe".

Pour résumer pour un bateau perso je préférerais que la tôle soit préformée que contrainte, mais cela n'est que mon avis personnel .

Pour la résistance, je me répète mais je ne vois pas comment un Strongal peut être plus solide que l'exemple que j'ai cité plus haut .

L'effet "galbe" joue pour les deux dans le sens longitudinal mais que pour notre exemple dans le sens vertical (sens dans lequel les "Strongall" sont plans.

12 fév. 2014
0

encore une fois d'accord avec toi ...decidement

pour moi placer une tole par contrainte c'est de "empouche" c'est pas du boulot sauf evidement juste pour l'ajustage les derniers mm mais la tole doit etre formée

sinon je ne te dis pas les contraintes dans la tole et sur les soudures...

12 fév. 201412 fév. 2014
6

bon, vous eêes sympa les gars,
mais je constate qu'un archi comme Joubert a fait construire son propre bateau perso (marguerite) en strongal chez Méta comme d'hab ...
pour moi, c'est une preuve, c'est tout !

www.voilemagazine.com[...]oubert/
www.joubertnivelt-design.com[...]37.html

12 fév. 2014
1

non ce n'est pas une preuve ...ça marche c'est tout ...

il ne faut pas perdre de vue que le premier critére ,le critére qui est determinant c'est le prix, le cout ... Joubert à fait stongal chez Meta parce qu'il est moins cher ..c'est tout

Meta avec son Strongal et ses contrainte sort un bateau au moindre cout ...donc il a des clients ..

c'est tres compliqué ..

un probleme et pas le moindre pour une entreprise . Pour construire un bateau avec une structure lisses, membrures il faut du personnel qualifé ,pour atteindre cette qualification etre automone en traçage,decoupage, formage, montage, assemblage il faut 10 ans d'experience ...
c'est a dire qu'une l'entreprise doit pouvoir garder en son sein des ouvriers pour celà il faut toujours avoir du boulot , des commandes ,, c'est presque maintenant impossible .Les entreprises tournent avec des CDD , des interimes ...donc peut de qualification donc solution Strongal ..

C'est surement pour celà que Meta existe toujours et que bien d'autre ont disparu ...ils ont bien joué ...ils ont su trouver la bonne methode , mais cette methode n'est pas dans la qualité elle est ailleurs ,dans le cout, dans le personnel , aussi dans le marketing bien presenté ,dans l'ignorence des clients aussi

mais je suis desolé le Strongal n'est pas plus solide bien au contraire ça c'est une certidude et une evidence pour tous ceux qui concoivent des structures.

12 fév. 2014
0

même principe chez JPK : plus cher mais on sait pourquoi

16 fév. 2014
2

Un petit architecte peu connu (paix à son âme) et dont la production n'a pas eu beaucoup de succès ne cachait pas son hostilité à cette technique, il disait "le poids de l'acier au prix de l'alu",
et il avait la curieuse manie de nommer ses bateaux par des noms d'alcools..

12 fév. 2014
0

Et sauf erreur tous son intérieur est collé au sika soit gain de temps à ces dires pour l'aménagement.

12 fév. 2014
0

Si tu crois que Joubert a choisi de construire son bateau chez Meta pour le Strongall ... je pense plutôt que (pour lui) le cout de construction devait être bien moins cher chez Meta qu'ailleurs un échange de bon procédés en quelques sorte.
Je vais te parler d'une anecdote qui m'a été rapportée par le propriétaire d'un chantier alu réputé .
A une certaine époque un acheteur cherchait un chantier pour y construire son fifty (20X5 le plan d'origine fait pour notre bateau actuel qui a ensuite évolué)) il contacte donc deux chantier dont Meta . Comme souvent le propriétaire du chantier contacte l'architecte qui lui demande : "peut tu gonfler ton devis pour que le client se rabatte sur Meta ?" Comme le chantier en question avait souvent plus de clients potentiels qu'il ne pouvaient construire de bateau c'est ce qu'il a fait...Mais le client ne c'est pas rabattus sur Meta mais sur Gamelin qui à l'époque était encore à Marans .
Idem pour nous lorsque nous avons commencés à faire le tour des chantiers l'architecte aurait dit :" Ah , non lui c'est pour Meta" .
Je te dis : échange de "bons" procédés !

Quand à la "solidité" de ces bateaux dénués de structures : voir ce qui est arrivé à Marguerite qui sans la présence d'un navire avec moto-pompe aurait finie au fond des eaux Norvégiennes .
Suite à un talonnage (ce qui peut arriver à tout le monde , touchons du bois)elle a vu son fond "ouvert" par l'aileron du safran ..(ce qui avait en tout cas été rapportés par certaines revues).
Je doute, que si cet aileron avait été repris sur une structure digne de ce nom, que les conséquences auraient été les mêmes .

16 fév. 2014
1

J'ai lu quelque part (mais je n'ai aucun moyen de vérifier) que M. Joubert est co-détenteur du brevet avec Meta..

12 fév. 2014
0

biensur ..

regardez la premiere reaction que l'on a eu .."si Joubert a fait construire son bateau chez Meta c'est qu'il y a une raison"

c'est un sacré coup de pub pour Meta ,et Joubert a du payer la moitié du prix .. et tout le monde est gagnant ...
et c'est bien comprehensible ...

mais bon je repete ce ne sont pas non plus une mauvaise methode le Strongal mais les aventages sont ailleurs que ce que l'on nous les presente

12 fév. 2014
1

En général l'aménagement intérieur est réalisé chez Olbia.

12 fév. 2014
0

Celui de Joubert chez Hervé à La Rochelle

12 fév. 2014
0

longcours , je suis allé voir ce bateau ...pour moi en moderant mon propos et en faisant attention à ce que je dis ,c'est un vrai scandale ...

d'abord ce n'est pas du Strongal car les épaisseurs sont courante mais en plus le bateau n'est pas ou tres mal structuré ....surtout là ou ça tape

deux ou trois bout de plat bien placé et il n'y avait pas de probleme ...

la tole c'est ouverte dans un premier temps sans choc ni rien ensuite comble de la connerie le chantier a soudé la fissure ce qui ne ce fait jamais en alu ,.On doit decouper la tole et mettre une piece de metal sain et il n'y a pas eu de nouveau raidissseur de mi à l'interieur ce qui aurait pris 1h de boulot .et ce qui est le comble .donc ça c'est reouvert m^me plus rapidement que la premiere fois bien evidement ..

c'est une connerie incroyable ...et le pauvre plongeur a bouffé la grenouille parce qu'il manquait 3m de plat de 50x5 ...

j'ai du mal a comprendre qu'un chantier pro puisse faire des erreurs pareil ...il y a un truc

15 fév. 201415 fév. 2014
0

Ne pas confondre "SCANDALL" et "STRONGALL" :mdr:
Le petit bateau présenté sur ce document est une "barquasse" de 5,90 m de long et 2 m de large. Qu'il ai été fabriqué par META ok, mais est-ce bien du STRONGALL ? Sur un tout petit bateau comme ça, je serais étonné que les tôles fassent 8 mm : Sur la photo de la fissure, on voit bien que la tôle est cabossée, comme le serait une tôle de 3 mm... Quand à la fissure, je ne vois pas comment elle pourrait se produire "spontanément" sur une tôle de 8 mm, vu la taille du bateau ! Et si il s'agit d'une soudure, alors ce n'est plus le principe "Strongall" qui est en cause... Ce document est hors propos !

15 fév. 201415 fév. 2014
1

Je ne comprends pas, tu dis plus haut : "Ce n'est pas du Strongal car les épaisseurs sont courantes"... et là, tu dis que la tôle faisait 8 mm !
Tu appelles ça une épaisseur courante, toi, une tôle de 8 mm pour une barque de 5,90 m ???
:tesur:
8 mm, c'est l'épaisseur que META utilise sur un STRONGALL de 10 m !!! Il faudrait quand même être cohérent...

15 fév. 2014
0

c'est de la tole de 8mm et c'était en pleine tole donc pas de soudure à cet endroit . la fissure a été soudé et evidement la tole c'est de nouveau ouverte

12 fév. 2014
0

Quand on visitait le chantier Méta, on voyait tout de suite que le but évident poursuivi par Mr Fricaud était de faire, ce qui est tout a fait légitime pour un chef d'entreprise, un bénéfice important avec un produit de bonne qualité et de belle présentation pouvant ètre vendu à un prix élevé à une clientèle bien ciblée, en demandant le minimum de temps main d'oeuvre très qualifiée. Il était d'ailleurs très heureux d'avoir pû quitté avec avantage l'époque des coques acier en forme, demandant un gros travail, rendues célèbres fortuitement par le Joshua (plan Knocker prévu pour le bois) de B. Moitessier. Antoine, Les Meffres et d'autres ont apporté régulièrement une bonne publicité. Il est certain que sur le plan structurel pur le procédé n'a pas soulevé un entousiasme débordant chez les professionnels de la construction alu ni chez les architectes autres que ceux travaillant régulièrement avec Méta. Si on fait abstraction de ces considérations structurelles et du prix de vente très élevé, le produit fini a une certaine beauté en grande partie liée à des surfaces parfaites. Les qualités des soudures épaisses du chantier paraissaient très bonnes.
On peut donc supposer que le vieillisement naturel de ces coques peut ètre bon, en l'abscence de contraintes exagérées par rapport aux prinncipes de cette stucture.

12 fév. 2014
11

J'ai un voilier de chez Méta et je n'ai pas croisé beaucoup de bateaux qui semblaient plus solides !!!
Vous pouvez affirmer ce que vous voulez mais ce chantier offre selon moi la qualité et le service nécessaire a une personne qui a besoin d'un bateau "toute destination"

un bon sandwich balsa peut aussi très bien faire l'affaire !

les goûts et les couleurs .....
et au moins Méta est en France, pas en Ukraine !

12 fév. 2014
0

Le jour ou tu me démontreras qu'une tôle de 15 mm seule est plus solide qu'une tôle de 10 avec lisses et membrures , je prendrais alors ton affirmation :" je n'ai pas croisé beaucoup de bateaux qui semblaient plus solides" au sérieux mais en attendant ce jour plus qu'hypothétique, je persiste et signe : notre bateau construit selon le procédé "Strongall" serait bien moins solide et même pas sur qu'il puisse répondre aux exigence de la norme...

Le procédé "Strongall" est avant tout une méthode pour augmenter la marge du chantier .

13 fév. 2014
1

Ouais...mais tu perds en habitabilité avec des membrures.
De plus, pas de stagnation d'eau, et plus facile à vérifier et à traiter que s'il y avait des membrures...

12 fév. 2014
0

:bravo: Eric !

12 fév. 2014
0

Il est heureux et pas étonnant que vous soyez satisfait de votre bateau. Et dans le cercle du Strongal votre investissement va sans doute garder une très bonne valeur

Mais que veut dire vraiment solidité?.
Les discussions portaient sur des considérations techniques
largement validées depuis au moins 100 ans en metallerie.
Utilisé dans les limites que permettent une structure donnée il n'y a pas de raison qu'il y ait un problème.
Il en va tout autrement quand il s'agit de faire face à des contraintes particulières, par exemple dans la capacité à supporter et absorber un choc.
Une coque marine de servitude peut aussi accepter une surcharge structurelle dûe au procédé, mais qui pourrait ètre nettement réduite par des structures utilisées universellement et avec profit avec l'alu.

12 fév. 2014
0

Il y a bien un matheux ou un architecte sur ce forum qui va pouvoir nous sortir une comparaison :
-A ma gauche une simple tôle de 15 mm de 2m de haut par 1,86 de large plane .
- A ma droite une tôle de 2m X 1,86 avec une lisse de 60x8 tout les 290 mm (dans le sens des 2m ) et une membrure de 120 X 12 tout les 930 mm (dans le sens des 1,86 m) et en plus dans le sens des 2 m un "galbe de 68 mm.

Et après on reparle de la "suprématie" du "Strongall" par rapport à un bordé env. 12 % plus léger !

12 fév. 2014
4

là, tu es d'une parfaite mauvaise foi !
une coque de bateau n'est pas une tôle plane mais une forme,
le vrillage des bordés et les bouchains ont un rôle évident dans la résistance de l'ensemble, n'importe quel gamin qui a fait des pliages sur une feuille de papier le sait !!!

12 fév. 2014
3

Jusqu'a preuve du contraire les DEUX exemples sont galbés dans le sens longitudinal ,( puisque je pars de l'exemple de mon bordé en "Strongall" ou en structures classique ) donc comme tu le dis "n'importe quel gamin te diras" aussi que l'on peut supprimer cela puisque les deux en beneficient .
Aussi bien la tole seule et la tole avec structure et galbe vertical .
Tu aura sans doute, aussi, pris la peine de lire les termes de ma comparason
2000mm en vertical et 1860 en longitudinal dans le sens longitudinal les Deux auront la même flêche .

12 fév. 2014
0

À DROITE QUELLE ÉPAISSEUR DE TÔLE ,? ou j'ai mal lu ...ou ...

Faire appel à des pros enleve beaucoup de crédit à vos arguments, à vous de les soutenir et les argumenter.

13 fév. 2014
0

dans ton exemple d'echanillonnage

hauteur de charge 1m (c'est commode pour le calcul)
calcul suivant formule du BV
j'ai laissé tombé les membrures
à droite tole de 4mm

à gauche Strongal taux de travail 5.8kg.mm2 (moment de resistance 37800mm3)
à droite taux de travail 0.95 kg.mm2(moment de resistance (59602mm3)

13 fév. 2014
1

A droite : 10 mm (comme cité dans mon premier post , désolé de ne pas l'avoir répété
Quand à faire appel à des pros c'est toujours mieux que certains qui lance des affirmations du genre :
" je n'ai pas croisé beaucoup de bateaux qui semblaient plus solides !!! "
pour dire dans le post suivant :
"Je n'ai de connaissance particulière en calcul de structure et pour être honnête je m'en fou !"

Vous ne trouvez pas comme une" légère" contradiction entre ces deux posts ?

Pour l'inertie comme écris plus haut par Calypso2 la hauteur du "profil" intervient au cube donc entre une tôle de 15 mm et une de 10 celle en 15 se retrouve avec plus de 3,375 d'inertie en plus certes mais par rapport au bateau avec structure qui aura derrière sa tôle de 10 mm (premier post :heu: :mdr:)
une lisse de h 60 mm au cube et une membrure de h 110 mm au cube .....Je ne comprends même pas que l'on puisse le nier tellement cela semble évident.

Cela apparaitrait sans doute bien plus évident si l'on proposait à ceux qui prétendent le contraire le choix entre deux ponts l'un en tôle de 15 avec un léger galbe dans un seul sens et l'autre en tôle de 10 avec lisses, membrures (voir dimensions plus haut)et galbes dans les deux sens ....moi je sais sur lequel je préfèrerais traverser.

Nota je n'ai écris nul part que le Strongall était fragile (d'ailleurs ceux qui suivent ont pu lire sur le fil "trawler bateau de retraite idéal que nous avons failli acheté un petit frères du Santorini 65 chez Prometa)

Je dis qu'il est faux d'affirmer, comme on peut le lire sur ce fil, que le Strongall est ce qu'il y a de plus solide. :-( :-p

12 fév. 2014
11

Je n'ai de connaissance particulière en calcul de structure et pour être honnête je m'en fou !

En général le problème sur un bateau est le CAPITAINE ....
alors que ce soit sur une noix de coco ou sur un coffre fort, la confiance ce passe entre les deux oreilles ... !

Que Méta maitrise sont métier et dégage un bénéfice .... c'est un peu la raison d'être d'une entreprise.

Donc, SVP arrêtez la médiocrité ordinaire qui consiste a dénigrer une PME qui fait un travail honnête et qui ne vole personne.

Les champions du monde de la plaisance par internet parfois ....

12 fév. 2014
1

Désolés perso je ne fais que rectifier une affirmation mensongère .
Ce n'est pas moi qui prétends que le Strongall est plus solide que tout les autres bateaux :
" je n'ai pas croisé beaucoup de bateaux qui semblaient plus solides !!!"
Et faute d'arguments "solides" (c'est le cas de le dire ) on se refugie bien vite derrière les invectives :"Les champions du monde de la plaisance par internet parfois .... "
et des phrases dont j'aimerais bien savoir à quoi elles font références :'SVP arrêtez la médiocrité ordinaire qui consiste a dénigrer une PME"
depuis le début j'écris que contrairement à ce que Meta vends à ses clients le Strongall n'est pas plus résistant qu'une construction classique (voir les chiffres donnés au dessus) j'ai aussi écrit que le principal avantage du Strongall c'est pour la marge du chantier et contrairement à ce que tu prétends je ne leur reproche pas c'est juste un constat .
D'ailleurs bien résumé par Outremer.

De mon point de vue le seul bateau de plaisance en alu de taille "normale" dont le concepteur pourrait écrire ce genre d'affirmation " je n'ai pas croisé beaucoup de bateaux qui semblaient plus solides !!!"(ne pas oublier les 3 points d'exclamations) sans risque de mentir serait Polar Bound.

12 fév. 2014
2

on est de plus en plus d'accord longcours

ce que fait Meta c'est tres bien pour l'usage de ces bateaux ,point ..c'est tout

il fait croire a sa clientele que grosse épaisseur de bordé egal plus de solidité ce que Mr tout le monde croie bien volontier et c'est bien normal .. mais c'est en realité du n'importe quoi ...

ça rassure ,le client est content et confiant ,le bateau ne cassera pas ,que demander de mieux

Mais moi ex pro des structures metallique durant 30 ans ça me fait gentillement sourire car j'ai bien tourné dans ma caboche la meilleur façon de faire pour faire solide, jamais je ne suis tombé sur du "Strongal"

Strongal appellation "marketing" d'ailleurs

chercher moi un cargo, un petrolier,un chalutier, un bateau à passagers, un remorqueur, un brise glace ,un bateau de servitude un bateau militaire en "Strongal" .....

12 fév. 2014
2

La comparaison entre procédé Strongal et construction sur lisses et membrures, m'a été expliquée il y a 15 ans par le directeur d'une entreprise française qui fabrique des moteurs de fusées...

autant vous dire que cet ami, ingénieur aéronautique de très haut niveau avait quelques arguments que j'ai trouvés assez valables !

Donc, son propre bateau, un JNF 38, plan Joubert de 12 mètres, il l'a construit lui même, dans le but d'aller dans le grand sud.

l'épaisseur des bordés est celle du procédé strongal...
La structure sur lisses flottantes et membrures (tous les 60 cm) est celle d'une construction classique.

Il n'a eu aucun problèmes à "contraindre" des bordés, seul, dans son garage.
les soudures ont été faite par un pro... qui soude des moteurs de fusée.

Le bateau pèse 1,5 Tonne de moins que la construction acier professionnelle pour laquelle son bateau est prévu.
Chargé, il est dans les lignes de la construction acier lège...

Un monsieur qui réfléchit, et a des arguments, comment dire ? Solides !!

12 fév. 2014
0

Le strongall est avant tt un produit marketing typiquement fenchies... Et puis entre Ariane et Joshua, je vois pas ou alors un fil (à ouvrir).

12 fév. 201412 fév. 2014
1

je vais donc être plus clair !

Sachant ce que doit être une structure métallique convenablement construite, il m'a expliqué, calculs à l'appui que le procédé Strongal est très mauvais structurellement.

l'épaisseur des bordés de son bateau "conformes au procédé strongal" était juste une assurance pour aller dans les glaces.
le reste du travail mécanique étant naturellement confié à une structure homogène sur lisses et membrures.

12 fév. 2014
0

ça ne fait aucun doute et tout le monde comprend ça

tu prends une planche si l'on veut qu'elle ne cintre pas sous l'effort la premiere idée de tout le monde va etre de mettre un raidisseur ... seulement ç'est du travail ...et il faudra augmenter l'épaisseur par 4 ou 5 pour avoir la m^me raideur ...

12 fév. 2014
0

C'est rassurant pour moi (qui n'ai même pas passé mon certificat d'étude ) que ton copain soit arrivé à la même conclusion :langue2:
Sauf que pour nous le bordée est un peu moins epais que du "Strongall" (pour la taille de notre bateau) mais sans doute pas loin du bordé de ton copain (10 pour les oeuvres mortes , puis 12 et finalement 16 mm pour la semelle).
Merci je me sens moins ...c...eul . :heu: :mdr:

13 fév. 2014
0

Pour ce qu'ils appellent "Facteur de comparaison" (Valeur réelles/Valeur ISO)
Nous sommes aux alentour de 2 ( 1,9 pour la tôle de fond et 2,08 pour le bordé).
Par exemple sans prendre en compte la courbure (ils sont resté avec coefficient de 1 alors que si l'on voulait vraiment chipoter ils auraient du prendre 0,9775558 :langue2:pour le calcul de l'épaisseur du bordé suivant la norme . Ce qui aurait donné un rapport de 2,1278 au lien de 2,08.
Il est certain que si nous n'avions pas prévue de faire , un peu , de "hors piste" nous aurions pu tombé les épaisseurs de 40% tout en restant au dessus de ce qu'exigeait la norme iso.
Mais cela nous permet si nécessaire d'en demander un peu plus à notre bordé

12 fév. 2014
0

c'est incroyable longcours

j'ai sous les yeux les echantillons des remorqueurs haute mer du Havre (60t de traction) que j'avais calculé suivant le BV donc echantillonnage certifié

  • Fond milieu 7.3mm passé à 9mm
    -fond extremité 6.3 mm passé à 8mm
    -quille plate 10.8 passé à 11
    -cloison d'abordage 6.02 passé à 8
    oeuvre morte milieu 6.7 passé à 8
    extremité 6.2 passé à 8
    etrave 7.6 passé à 10

    ton bateau c'est du costaud ,

13 fév. 2014
0

on parle souvent de courbure : mais en navale on laisse tombé on neglige pour plusieurs raison : tout d'abord on a quelques chose qui bouge et m^me parfois terriblement donc l'impact sur la courbe change sans cesse ... et puis on en laisse sous le pieds ça fait un petit coeff en mieux

13 fév. 2014
0

on dit que trop fort n'a jamais manqué mais tout de m^me là ils ont été tres forts car je compare avec un remorqueur ,bon c'est vrai que la structure interieur ça doit etre un peu plus fort que ton bateau ...

12 fév. 2014
0

Je sais pas pourquoi, mais je le sens pas trop de mettre en flexion aussi importante une plaque d'alu épaisse...

12 fév. 2014
3

bonjour Vientiane,

comme M. Joubert, Antoine, Ph. Poupon, et d'autres, je fais partie des pauvres andouilles qui ont un bateau en strongal, depuis 10 ans.
Pour les critiques, ce qui était ta question initiale, je dirais, de mon point de vue naïf de pur béotien, que le procédé de construction impose une coque à bouchains, ce qui peut ne pas plaire. La coque est aussi relativement plus lourde qu'un bateau de taille équivalente construit sur lisses et membrures, mais ce n'est pas pour me déplaire. Aussi l'inversalu passé sur les oeuvres n'est pas un très bon antifouling, surtout en zone tropicale.
C'est à peu près tout ce que je vois à critiquer.
bonne navigation,
pascal

13 fév. 2014
0

Je n'ai nul par écris que ceux qui avaient des bateaux en Strongall était des "pauvres couillons" .
Sinon d'accord avec toi le "zinc silicaté phase aqueuse" vendu sous le nom de Metagrip c'est pas terrible du tout comme anti fouling (nous avions eu cela sur notre Damien 2 pendant 3 saisons et finalement nous sommes passées à un classique antiffouling (apres peinture ) pour bateau alu ( n'etant pas chaud pour mettre un antifouling au cuivre même sur une coque acier).
Le zinc silicaté a aussi un autre inconvénient : lors des carénages tu a beau passer la Karcher, puis lessiver à la brosse et à la lessive St Marc puis re Karcher , il restera toujours un endroit sur ta flottaison ou il restera des trace,s même infimes, de gras et la le metagrip n'adhérera pas (même si par inadvertance on pose une main propre sur la coque à cette endroit c'est foutu on peu voir le zinc "refoulé".

Pour le bateau de Poupon il a très longtemps été à vendre juste ponté et motorisé sur le terre plein à Tarare .
Nous avions envisagé son rachat , mais le prix demandé pour cette coque nue avec son moteur était prohibitif...pour notre porte monnaie
:lavache: :oups:
de mémoire (mais la je ne garanti rien ) aux environs de 250000 €.

13 fév. 2014
0

@calypso il me semble que tu oublies le coût de la main d'oeuvre qui au moins trois fois plus important dans une construction sur lisses.
Il suffit de lire la construction de l'Antartica des Meffre sur le site de metapassion tout y est expliqué. Deux semaines de 35h pour faire une coque de 20m non pontée quand même.
Pour l'isolation thermique il n'y a pas toutes les lisses pour enquiquiner le monde, beaucoup moins de découpes.
Je pense que vu le nombre de milles parcourus et les coins navigués je pense que les Meffre savent faire leur choix, et certainement mieux que moi.

13 fév. 2014
0

tu as du mal me lire car c'est exactement ce que je dis : l'interet principal du Strongal c'est qu'il faut peu de manoeuvre et j'ai rajouté de manoeuvre qualifié de surcroit .

Là as été tout le genie de Meta et c'est bien car dans le domaine de la construction navale comme dans d'autre pour survivre il faut trouver le bon angle , sortir des chemins emprunter par tout le monde et osé ...

c'est solide mais certainement pas PLUS solide ...

13 fév. 2014
1

Oui mais moi qui ai eu dans les mains une cotation par Meta et une par Garcia ....je peux te dire que c'est celle de Garcia qui était la moins chère malgré, comme tu le dis :" la main d'œuvre trois fois plus importante" et pour mon exemple, une différence d'alu d'environ 13% en moins par rapport à Méta.
Donc c'est bien ce que j'écrivais au début le principal avantage du Strongall c'est pour la marge du chantier et non pas pour plus de solidité.
Je trouve personnellement bien pratique les membrures et barrots pour y fixer les cloisons, et je me rappelle avoir lu quelque par que le budget "Sika" (pour ne pas faire de pub :oups:) pour coller les aménagements s'élevait à plusieurs dizaines de milliers e francs ( de mèmoire 50000 F mais la il faudrait que je retrouve l'article pour etre sur de ne pas dire une conn..)

13 fév. 2014
0

J'ai pas retrouver le prix mais juste le poids de colle utilisé pour fixer l'isolant et le vaigrage dans Marguerite : 250 kgs !! à env. 360 gr par cartouches presque 700 cartouches de Sika , plus dégraissant , plus primaire .
Un sacré budget, libre à chacun de dépenser son argent comme il l'entends
Source : Loisirs Nautiques mais impossible de vous donner le N° : perdu la page de couverture, sur le sommmaire on peu voir que c'est celui avec Marguerite (forcément !) en couverture, page 43.

13 fév. 201416 juin 2020
0

Sealium, 15% moins lourd , mis en œuvre par garcia.

13 fév. 2014
0

hum... cette structure n'est pas passé à la certification d'un bureau .. c'est bien mais "peu mieux faire"

17 fév. 2014
0

Qu'est ce c'est l'ICNN ???

13 fév. 2014
2

de toute façon il faut etre realiste et voir ce qui ce fait autour de nous , observé et etre curieux ..

quel chantier de part le monde a choisi le "Strongal" ..Méta est peut etre intelligent et geniale mais on ne va pas comparer leur force d'étude et de recherche avec des chantier tel que le Chantier de l'Atlantique ou les DCN ou les Coreen ou les Russes ou les Americains ou les Roumains (tres fort)

si le procedé "Strongal" était plus solide que le procedé structurel et moins cher vous pensez bien que tout le monde ferait du "Strongal"

Moi ça me parait l'evidence m^me, or ce n'est pas le cas

Il a une clientele qui se fait "abusé" par la presentation du procedé et pour eux chantier ça marche , tant mieux qu'autant que les bateaux construit ne sont pas en peril .Mais il ne faut pas se laisser rouler dans la farine ,

Le Strongal rassure , les gens sont content ,le chantier vends et tourne ..tout va pour le meiux dans le meilleur des mondes...

13 fév. 2014
9

Ces pseudo-démonstrations récurrentes visant à cracher sur le strongall commencent surtout à devenir pathétiques.
Faut-il comprendre que Joubert, Brouns, Poupon, Antoine, Meffre et compagnie sont des incultes désargentés pour aller se faire rouler dans la farine de Meta ?
Faut-il comprendre qu'ils sont assez naïfs pour gober depuis 30 ans une publicité mensongère sur la solidité du procédé ?
Heureusement qu'il y a sur héo des génies en résistance des matériaux et en structures pour nous expliquer leurs erreurs à grand renfort de strongall.com et d'étalage de science. Vous êtes payés par la concurrence ou quoi ?

13 fév. 2014
8

Personnellement j'en n'ai rien à f.. du strongal ou pas strongal moi je prefere le bois...

seulement ce qui est pathetique pour moi (ex pro) c'est de voir que l'on peut faire croire aux gens n'importe quoi du genre " le Strongal est plus resistant que le structurel ..."

et bien que celà derange Joubert ,Brouns ou G1P ou je ne sais qui je dis ce que je pense et ce que je sais : C'est archi Faux ...

13 fév. 2014
2

Vous avez techniquement tout à fait raison.

C'est pourquoi je suggère aux autres lecteurs de ce forum, non pas un traité de Résistance Des Matériaux, qu'ils seraient probablement bien en peine de comprendre la première page, mais plutôt cet excellentissime livre : "La démocratie des crédules", Presses Universitaires de France

www.puf.com[...]A9dules

13 fév. 2014
3

Les propos techniques se contentent de donner un point de vue technique et il est logique qu'un technique défende un point de vue technique.
Il est très bien que le procédé choisi par Mr Fricaud
fasse bien vivre le chantier avec une production pour une clientèle très ciblée. D'un côté il y a du travail et de l'autre des clients contents.
L'ambiance des réunions régulières de promotion à Tarare est très sympathique, la visite techniquement très instructive, et le repas rend heureux le patron du restaurant d'en face.

Pour ceux qui voudraient avoir un point vue technique plus objectif et comparatif ils peuvent par exemple visiter les chantiers Dujardin.
Dans tous les cas ces coques sont finies par un autre chantier et les prix finaux sont très voisins.

M. Joubert qui avait à l'époque longuement défendu ce procédé sur LN, quand la mode du biquille avait été lancée, et JP Brouns réalisent les plans des productions Méta. Il serait étonnant qu'il n'approuvent pas le procédé qu'ils emploient et on peut supposer qu'un architecte chantier bénéficie de prix d'ami pour son bateau.
Les Meffre ont béneficié, selon eux, pour leurs bateaux de conditions particulières et ont été la vitrine du chantier comme Moitessier à l'époque des coques acier.

13 fév. 2014
0

Je t'ai mis une étoile G1P , mais tu vas avoir des problèmes !

13 fév. 2014
4

... oui, on ressent beaucoup d'acrimonie dans les propos de certaines personnes, qui, bien que n'étant pas possesseurs d'un bateau en strongal (ce qui est la requête initiale de Vientiane) ont visiblement un avis sur tout.
mais, bof, ainsi va le monde : que cela ne nous empêche de naviguer et d'aimer notre prochain !

15 fév. 2014
0

Y en a même qui n'ont pas de bateaux du tout :pouce:

13 fév. 2014
1

c'est vrai ! j'ai rarement vu sur ce forum autant de diatribes sur un procédé et un chantier ... :oups:

13 fév. 2014
0

Beaucoup d'aigreur! Peut être une négociation de prix qui n'a pas très bien fonctionnée avec ledit Chantier?????
Cordialement

DT...

13 fév. 2014
13

merci jeanlittlewing ... j'essais tant bien que mal (plutot mal d'ailleurs) d'ouvrir les yeux à certains et de leur faire comprendre tres gentillemet et sans aucunement acrimonie que le Strongal n'est pas forcement ce qu'il pense .
Apres ma fois chacun fait et pense ce qu'il veut

mais personnellement j'ai un vieux bateau en bois (bien superieur au Strongal mdr) je suis en retraite ,je ne travaille pour personne (sauf encore pour quelques jeunes collegue) ..alors ...

.Mais j'ai surement la faiblesse de penser que si j'ai collaboré au nom de mon ex entreprise à la redaction des normes des structures metalliques legeres des navires a grande vitesse du BV , et si l'on m'a demandé mon avis un jour sur la structure du Tara (ex Antartica) alors que je ne faisais pas parti de l'entreprise qui le construisait c'est que sans doute ,sans doute je dois avoir quelque modeste competence en la matiere ....mais peut etre pas apres tout ....mdr ...

et je ne vais pas etaler mon CV malgre que j'en ai pas a en rougir ( il faudrait que je fasse attention a son orthographe par contre mdr)

:alavotre:

josé

13 fév. 2014
5

Calypso est une des pointures techniques du site, sur la résistance des constructions métalliques. Il est retraité, je crois, et a un bateau classique en bois !!
à moins que quelqu'un ait les compétences pour expliquer chiffres à l'appui qu'il se trompe, ça ne sert à rien de l'insulter. longcours connait bien aussi et a eu et a des bateaux métalliques.

13 fév. 2014
2

T'as raison, vive les vieux bateaux en bois! D'ailleurs, faut que je remette le miens à l'eau...

13 fév. 2014
0

Pourquoi du strongall?

Visiblement tout est question de soudure..

En effet (j'en ai jamais soudé) plus l’épaisseur est importante plus on peut donner de l'intensité au soudage (dans les épaisseur strongall il faut quand meme un sérieux poste a souder pour avoir l'effet de pénétration à la première passe!) Donc si plus d'intensité = plus de pénétration et moins de "collage possible"

Tout en ayant le minimum de déformation (la j'ai un doute quand même vu les intensités de soudage)

En gros le strongall vous assure que votre coque ne s'ouvrira pas... (j'ai toujours des doutes quand le facteur humain et en jeu..
:doc:)

13 fév. 2014
8

Fichtre ! Avec un tir de barrage d'une vingtaine d'interventions chacun, les deux canonniers anti-Strongall ont sérieusement testé les bordés en alu épais.
'fectivement, ça fait un peu acharnement.
Mais vu que ce site m'a déjà appris que J-P. Dick et B. Stamm étaient des charlots, je ne suis pas autrement étonné que M. Joubert et J-P. Brouns les rejoignent dans le camp des rigolos... :mdr:
OK, je connais le chemin, je suis déjà parti... :acheval:

13 fév. 2014
2

Qui a dit sur ce forum que M.Joubert et JP Brouns étaient des rigolos? En plus ils sont très ouverts aux discussions techniques constructives. Dans tous les choix il y a des avantages et des inconvénients. Dans son propre intérèt un esprit ouvert et curieux s'informera avant de choisir et retiendra les critères qui lui paraitront satisfaisants.

13 fév. 2014
0

Comme j'ai pu le lire ça et là, j'ai l'impression que certains architectes et chantiers font des bateaux avec les mêmes épaisseurs de bordé que le Strongal (à taille équivalente), mais avec une structure dessous.
Comme l'exemple du JNF 38 que j'ai cité plus haut.

Quelqu'un a-t-il des exemples de constructions pro à donner ?
Type de structure employé ?

13 fév. 2014
2

Tant que l'on ne parle pas du bateau en plastik , c'est déjà ça de gagne !

13 fév. 2014
9

Ah ca remarche !
Depuis ma dernière intervention j'ai eu une panne très sélective qui me déconnectait à chaque fois que je voulais ouvrir un fil, enfin au début tout les fils et puis que celui ci ?
Ah les curiosité de l'informatique ?

l'avantage cela m'a laisser le temps de taper mes remarques (mais pas de corriger mes fautes , il faut bien que je défende ma réputation ! :lavache: :oups:

apparemment il y a certains intervenants qui arrivent à lire dans mes posts des choses qui ne s’y trouve pas :

  • « Diatribes sur un procédé » ou avez vous lu que j’écrivais que , par exemple, « le Strongall c’est de la m… », «  le Strongall c’est fragile » etc . J’ai juste écris que (avec l’exemple des chiffres pour notre bateau cités dès mon premier post) le Strongall était moins résistant que la coque structurée comme dans mon exemple .Calypso2 a même pris la peine de chiffrer un exemple avec une « peau » bien plus fine.

  • « Pseudo démonstration » alors je suis aller voir « pseudo » , pour être sur d’avoir bien compris .
    « Pseudo utilisé comme préfixe afin de caractérisé le mot qui suit comme mensonger ».Bon si il est mensonger d’écrire qu’une tôle de bordé de 15 mm sans structure et moins résistante qu’une tôle de bordé de 10mm avec une lisse de 60x8 tout les 292mm et une membrure de 110x12 tout les 918 mm (pour être précis et pour pas que l’on me reproche de ne pas préciser les données , je me répète un peu ) prenez vos calculette et faites une brillante démonstration chiffré ( cela fera plus avancer le chmilblick).

  • «  anti Strongall » je répète une fois de plus qu’il vous suffit d’aller sur le fil « trawler bateau de retraite idéal » pour y lire que nous avons failli faire construire une coque d’un « petit » Santorini 65’ ramené à 60’.en Strongall chez Prometa
    Donc je n’ai nul par écris que j’était « anti strongall » , je répète (dans l’espoir que ce que j’écris réellement finisse par être compris : le Strongall n’est pas plus solide qu’une coque structurée ( en fonction des chiffres que j’ai écris), c’est tout ce que j’ai écris .

  • « Joubert, Brouns etc sont des rigolos » svp ou ai je écris cela ?
    Pour info si je pensais que Joubert était un rigolo je n’aurais pas eu 4 bateaux dessinés par lui dont deux pour lesquels nous lui avons commandés des plans de formes…
    D’ailleurs Joubert lui même ne prétends pas (contrairement à certains sur ce fil) que le Strongall est le plus solide procédé mais seulement : «  …c’est d’un rapport cout/solidité/entretient imbattable. » Ce qui est bien différents que si il avait dit «  c’est une solidité imbattable » mais bon il est architecte donc il sait de quoi il parle.

  • « les Andouilles qui ont des bateaux en Strongall » je n’ai jamais écris ou laissé entendre que ceux qui avaient des bateaux en Strongall étaient des andouilles. J’essais simplement de faire comprendre ce qui me semble évident : qu’une tôle de bordé de 15 mm sans structure et moins résistante qu’une tôle de bordé de 10mm avec une lisse de 60x8 tout les 292mm et une membrure de 110x12 tout les 918 mm ( oui je sais je me répète, mais aux vu de toutes ces remarques qui me prêtent ce que je n’ai pas écris cela me semble nécessaire).
    Pour ce qui est des,( non je n’écrirais pas « pseudo » ), arguments du genre X ou Y ou Z l’ont choisi donc c’est le meilleur et plus solide procédé de construction ,cela me semble un peu léger comme argumentation.
    Si au lieu de chiffres Calypso2 vous avait écrit : Etienne (Antartica), David Scott Cowper (Polar Bound) comme arguments vous vous seriez sans doute empressés de dire que comme arguments l’on peu trouver mieux…

Nota : il faut vraiment que cela soit évident qu’une tôle (etc etc) car pour une rare fois (peut être la première fois !!) Calypso2 et moi même sommes du même avis si ca se n’est pas un signe !!

Je n'interviendrais plus sur ce fil vu que cela semble après poser des problèmes de connections trés sélectifs , je ne veux pas que mon ordi fasse encore une allergie à ce fil ,j'ai compris la lecon...

13 fév. 2014
1

et bien longcours et tous les autres tout celà n'est que foutesse

je vous annonce que le meilleur bateaux ,le plus solide, le plus rapide , le plus confortable ... la Rolls c'est

Calypso 2 bateau en bois soudé avec egalement des baquettes du m^me arbre

et une preuve irrefutable : c'est le mien alors c'est forcement le mieux puisque c'est mon metier la construction navale donc je n'y connais ,non mais des fois.....

c'est super ce forum ...on se bidonne toute la journée
:pouce:

josé

14 fév. 2014
0

soudé à la baguette en bois :bravo:

14 fév. 2014
0

Bois soudé ou bois moulé?

14 fév. 2014
0

dis moi Calypso, si l'épaisseur des tôles en bois est très épaisse, il n'y a pas un risque de collage lors de la soudure à la colle ?

14 fév. 2014
1

Oh que oui ...il faut de l'intensité ,il faut du jut ... mais probleme ça deforme le bois... alors pour eviter les deformations j'ai enlevé les membrures ,ça faisait du poids , plus de risque de pourriture et cerise sur le gateau Calypso est encore plus SOLIDE (en majuscule)

car avec un bordé en 23mm c'est "Strongal"

c'est pas beau de se moquer ,excusez moi

bonne journée tout de m^me

josé

14 fév. 2014
0

bonjour
là je peux pas resister..
le Strongwood, existe et a été "inventé" et la marque déposée par l'ancien patron du chantier YES (haliotis, rm900)
contreplaqué tres epais strat epoxy
analogie avec alu epais Strongal...
eric

14 fév. 2014
0

biensur que la marque est deposée ... c'est aussi du commerce du busness ...

tiens ,tu mange des patates "charlotte" et bien la marque est deposée et a chaque fois qu'un ensemencier vends des plants de "Charlottes" a l'agriculteur il paie des royalties à l'inventeur de la "Charlotte"

15 déc. 2014
0

Je tenais à apporter un démenti formel au post de José : la variété Charlotte (mise sur le marché en 1981) n'est plus sous licence depuis 2011. :policier:

J'espère que cette contribution généreuse permettra à tous d'y voir plus clair. :goodbye:

26 fév. 2014
0

Ne serait-ce pas plutôt 2 constructeurs de Haute-Savoie sur un mini-transat plan JP Brouns , vers 1995-1996 ?

15 fév. 2014
10

Eh bien... Voilà le sentiment général que j'ai après avoir lu tout ça :
Le chantier META fabrique des bateaux qui ne sont pas à la hauteur ce qui est affirmé. Le patron (dont on site le nom) est donc, soit un menteur, soit un incompétent (ou les deux...). Tout ce qui l'intéresse, c'est de s'en foutre plein les poches, fabricant des bateaux qui s'ouvrent "tout seul" dans les vagues... Ces jugements concernent aussi, bien sûr, les architectes et navigateurs connus (dont on site le nom) qui, semble t-il, se sont tournés vers META par intérêt financier...

Je trouve cela un peu "sévère" tout de même. Ce chantier ne mérite pas que l'on s'acharne sur lui en le dénigrant de la sorte. Car c'est bien de l'acharnement que l'on ressent par la répétition et l'insistance de certains.

Voilà, je dis ce que je ressens, c'est tout. :-)

15 fév. 2014
0

Tout à fait. , Babou, .UN VRAI LYNCHAGE.

Idem pour Marc Fazilleau de PROMETA.à mettre dans la même charrette ;-((

NB , pour les esprits un peu faibles, à prendre au second degré.

15 fév. 2014
1

Lynchage et critique dure, c'est signe que le mec ( M. Fricaud, que je salut) a reussit en France.
V.

15 fév. 2014
0

Le commercial l'emporte tjrs...eh oui malheureusement
ça vaut une grosse étoile!!

15 fév. 2014
3

Mème si on peut ètre en desaccord technique on peut ètre unanime à féliciter la grande réussite de l'ancien patron de Méta pour avoir survécu dans un milieu très concurentiel, grace à ses idées, sa gestion, la qualité de ses réalisations en particulier niveau des soudures (le cas facheux repris plus haut étant difficile à comprendre par rapport à ce qu'on pouvait voir à l'époque de la visite du chantier). Avoir un sens commercial très poussé était aussi absolument indispensable pour survivre. Comme en politique
cette qualité fait qu'on doit s'adapter quitte à renier ce qu'on vantait la veille (à l'époque de ma visite en vue d'un DI plan Joubert fabriqué pour les Meffre il m'avait répondu qu'on ne comptait plus les DI victimes ce concept, alors qu'il y avait plusieurs DI en attente de livraison, mais il venait de lancer la série des biquilles avec de nouveaux arguments de vente bien ciblés (et il à fabriqué plus tard un autre DI pour les Meffre).
Dans tous les milieux professionnels le commercial l'emporte au final toujours sur le technique, car on cherche à tout prix à vendre. Sinon l'entreprise disparait. Au client de garder un esprit critique et de choisir en toute connaissance.

15 fév. 2014
1

Cela me rappelle un vieux proverbe :
"On ne gaule que les arbres qui ont des fruits"...

15 fév. 2014
1

interprétations, en effet Baboujoli, ton post laisse à méditer...et pose quelques questions.

Si on résume les fait, le strongall n'est pas le matériaux le plus solide, qu'on arrête de nous le vendre pour tel. Je pense que la majorité est d'accord sur ce fait, c'est le coté publicité mensongère qui est mis en cause.
2eme point qui me choque, le travail de l'architecte / du chantier. Ceux ci peuvent ils omettre volontairement de mettre un renfort la ou ils pensent c'est faiblard ?
La j'ai la naiveté de croire qu'ils agissent en tant que professionnel et que c'est une option qu'ils ne se permettraient pas de prendre.
3eme point, vrai pour toutes constructions la qualité des soudures est primordiale.
cqfd il faut du personnel qualifié.
Je rajouterai la mise en œuvre et le respect des plans=> chef de chantier qui à l’œil, pour les margoulins qui bidouillent à leurs sauces et cachent la misère.
Et c'est la que le bas blesse, bien des déboires proviennent de la mise en oeuvre de la construction. Mauvais métal d'apport, pollution du bain, mauvaise préparation, mauvais traçage, on rebouche avec du rond, bref bien des pratiques malheureusement couramment employées. Ces pratiques ont une explications, mais c'est encore un autre débat.

15 fév. 2014
0

"Si on résume les faits" dis tu ? ou bien "la majorité est d'accord sur ce fait"...
De quels faits "arrêtés" parles tu ?

15 fév. 2014
0

Je suis pas clair, en effet ;) et de plus je devrais nuancer mes propos.
les faits : Le strongall n'est pas plus solide qu'une construction classique avec membrures/lisses.
Les architectes, chantiers de constructions fabriquent quelques fois (des bateaux) Un dans le post, qui présente un gros défaut de structure.
Les bateaux qui naviguent encore, semblent bien avoir vieilli. (Manque de témoignages sur les possesseurs de tel bateaux)
Des contrats"morales ou financiers" entre personnalités et des chantiers font que employer tel même chantier pour construire un bateau n'est pas gage de garanti absolu. (crédibilité, sérieux, solidité, fiabilité, etc..)

15 fév. 2014
4

Oui, Vientiane demandait, dans sa question, des retours d'expériences de la part de propriétaires de STRONGALL.
Mais ceux, dont c'est les cas, qui sont intervenus n'en disent que du bien.
Tu parles d'un bateau (dans un post) qui présente un gros défaut de structure. Si c'est le petit bateau de 5,90 m dont un voit la photo d'une fêlure, ce n'est pas un STRONGALL.
Pour ma part, je garde toute réserve quant à considérer comme un fait "arrêté", l'idée que le STRONGALL n'est pas plus solide qu'une construction classique. De quelle construction classique parlons nous ? De quelle longueur ? De quel type de bateau ?
Je pose la question autrement : Avons nous des exemples de STRONGALL qui se sont disloqués par le seul fait de la mer ? Parce que on a beaucoup d'exemples dans d'autres types de constructions...

15 fév. 201415 fév. 2014
0

Si cette (absence de) discussion m'intéressait un tant soit peu, je pourrais me casser le fondement à passer la même coque dans les deux constructions à la moulinette de la CAO, mais je suis notoirement fainéant...
Cela dit, rien n'empêche quelqu'un d'autre de la faire ou de me flatter de manière éhontée pour que je le fasse.

PS: second degré, quoique je pourrais me laisser tenter par la flatterie... :heu:

15 fév. 2014
1

Personne apparemment n'a eu la curiosité d'aller voir sur Infogreffe les résultats du chantier Meta :
Chiffre d'affaire : moins d'un million d'euros
Résultat : quelques milliers d'euros.
Après tous ces commentaires insinuant que J.Fricaud s'en mettait plein les poches, les faits montrent que ce n'est pas vraiment le cas et qu'il a eu (ainsi que son successeur) bien du mérite à assurer la survie du chantier.
PS : je n'ai pas un bateau construit par Meta !

15 fév. 2014
0

Combien de strongall construit, combien qui on réellement navigué ?

15 fév. 2014
0

ça veut dire quoi encore ce genre de sous-entendu vicieux ?

16 fév. 2014
11

Ce fil commence par « qui a un bateau en strongal? », c'est effectivement une bonne remarque et c'est pourquoi je me suis senti concerné... mais ce n'est pas facile de témoigner quand le sujet est empoisonné dès le début.

Alors ok, je le dis quand même, mon voilier biquille en « strongall » me ravit ! Depuis 14 ans qu'il navigue par tous les temps, ses anciens propriétaires et moi-même n'en ont tiré que du bonheur. Il remplit parfaitement son rôle de voilier de voyage, sécurisant, stable et pas moins performant que n'importe quel autre voilier prévu pour voyager, le talent de Joubert y est sûrement pour quelque-chose. Les propriétaires que je croise et qui ont un voilier du même chantier en sont également très content, je n'ai jamais vu un seul d'entre eux se plaindre d'une avarie, d'un problème de performance ou de sur-poids handicapant qui les empêcherait d'embarquer tout ce dont ils auraient besoin pour un long voyage.

Les copains de voyage ont des bateaux en alu différents : romanée, patago, jade, garcia et trisbal pour ne citer que ceux-là. Il y a aussi ceux qui ont un polyester, le choix est vaste. J'aime beaucoup tous ces bateaux, ils offrent des plaisirs différents et il y a de bonnes idées à prendre partout. Heureusement, on ne se prends pas la tête pour savoir qui a le plus robuste, et qui doit être pointé du doigt parce que son boat sort d'un chantier qui travaille différemment.

Concernant le chantier, son patron prends la peine de nous répondre (gratuitement) quand on a une question, l'entreprise est « à taille humaine », aucun problème en tout cas avec les propriétaires que je connais. Elle n'a pas les moyens de sortir 10 bateaux par jour ni de construire des cargos, c'est pas leur spécialité. Depuis toujours, leur truc, c'est la métallurgie et ils donnent le sentiment d'aimer leur métier... quel professionnel qui aime son métier aurait l’intention de voler et de trahir ses clients ? Quand au côté commercial, je me balade au salon nautique tous les ans et je ne les vois jamais exposer. Ils profitent de l'aura de navigateurs connus qui leur ont fait confiance, c'est légitime, c'est même leur devoir s'ils veulent survivre. Non, je ne pense pas qu'ils soient des requins de la commercialisation, ni des ayatollahs de la marge, je vous invite à aller vérifier et à nous en rapporter des preuves si c'est le cas.

Que dire depuis 30 ans ? Je constate juste qu'il y a encore des gens, parmi eux des professionnels expérimentés, qui font toujours confiance au chantier : le ketch de Philippe Poupon, le trawler de Brouns, un voilier du même modèle que le mien fabriqué pour un couple de retraités aujourd'hui dans le pacifique. Le site de l'aménageur « Olbia » tient une liste des voiliers qu'on leur confie depuis Tarare.

Quelques critiques puisqu'il en faut : l'inversalu est une excellente protection contre la corrosion mais ses propriétés anti-foulling sont limitées. Bricoler les aménagements est plus difficile, bien qu'il existe quand même une structure minimale et qu'on peut y gagner en espace. En revanche, je suis désolé de ne pouvoir vous citer de voilier ayant eu une grosse avarie depuis 30 ans avec un « strongall ».

Voilà. Je n'ai pas d'action chez Meta rassurez-vous, je suis juste un propriétaire satisfait de son choix, qui témoigne difficilement sur ce forum. Au début de cette discussion j'ai trouvé les propos techniques intéressants, seulement ça a vite dégénéré en procès, suivi d'un couplet étoilé de fausse modestie puis rebelote, c'est pourquoi je tiens à témoigner que mon bateau, qui n'est pas hors sujet, est encore à flot et que chacun à le droit d'aimer son boat sans se le faire massacrer. Aussi professionnels que vous soyez, comportez vous comme tel en évitant de diffamer les gens de la profession qui ne pensent pas comme vous, c'est tout. Et si vous « en avez rien à f... » du strongall, alors pourquoi intervenir sur ce fil ?

16 fév. 2014
1

tout a fait d'accord avec toi ..

nous sommes deux (Longcours et moi même ) et dire exactement ce que tu dis ... le seul point ou nous ne sommes pas d'accord et d'affirmé que les bateaux a bordé épais avec tres peu de raidissage sont plus solide que les bateaux structurées

c'est tout ...

et je remarque en passant que nous avons pris de grande precaussions de langage ...pas toujours en face ...

16 fév. 201416 juin 2020
1

J'ai peur qu'on ne réussisse pas à avoir de réponse concrète à la question initiale, sur le vieillissement du Strongal après 30 ans.
Soit qu'il n'y en ai aucun (et ce serait heureux), soit que les propriétaires ayant eu des soucis importants ne s'en vantent guère, font réparer le plus proprement possible pour pouvoir revendre leur bateau.
.
La question m'intéressait d'autant plus, que mon expérience personnelle est celle d'un naufrage lamentable avec une construction aluminium réputée indestructible, ce qui a largement ébranlé mes convictions.
.
Ce Magnifique Maracuja 42 n'est pas un Strongal de chez Méta, donc que les propriétaires ne se sentent pas agressés, mais voient dans ce qui va venir une base de réflexion.
.
Comment couler en 2 minutes après un talonnage au moteur à 3,5 nœuds, sur une mer peu agitée ?
Comment une tôle de fond de 16 mm, peut-elle se tordre de 2 cm, celles de 10 mm du puits se plier à 90 degrés, et les soudures exploser sur 50 cm ? Je précise que sur le fond et les deux puits de dérives, seules quelques membrures sont présentes.
.
Après avoir coulé sur le récif frangeant, le bateau a été drossé à la cote par un cyclone (celui dont nous nous abritions avant qu'il n'arrive...)
.
Les bordés intermédiaires ont vécu l’enfer pendant deux jours, bateau plein d'eau et de vase (50 tonnes au moins) sur des enrochements en granit.
.
Enfoncés de près de 10 cm, aucun ne s'est déchiré, aucune soudure n'a lâché. Incroyable...
Mais la coque en forme s'est transformée en coque à bouchains cabossés, où chaque membrure (toutes totalement intactes) a laissé sa marque.
.
Ma conclusion, peut être erronée, est qu'un bordé classique de 8 mm sur une structure de qualité est nettement plus résistante que du 10 ou même du 16 sans structure, car les soudures ne tiennent pas.
.
Encore une fois, merci de prendre cet exemple vécu comme une base de réflexion, pas comme une agression envers les uns ou les autres.

17 fév. 2014
0

Le voyager qui fit Lyon-New-York sans refueling existe encore en parfait état, il a donc plus de 30 ans
par contre , désolé, il n'a aucune expérience d'échouement ou percussion d'obstacle identifié ou non

16 fév. 201416 fév. 2014
0

mais qu'entend-on par plus solide ?
j'ai connu y'a pas mal d'années un ovni ancien modèle découpé comme une boite de conserve sur un pieu métal à une entrée d'un port un peu musclée ...
dans ce cas le stongall aurait surement été un peu entamé, pas découpé ...
mais une peau mince sur une structure dense est solide aussi ... dans certains autres cas.
donc tout n'est pas tout blanc ou tout noir ... :heu:

16 fév. 2014
0

C'est là toute la question que je me pose !!!
.
Où est le juste au milieu, entre une peau "fine" qui risque de ce percer sur un pieu ou un enrochement et une peau très épaisse, qui n'aura pas assez de souplesse pour s'enfoncer (comme sur la deuxième photo) avec des soudures qui vont lâcher autour ??
.
Si je tente une réponse, je dirais que le bordé de 8 mm sur structure lisses flottantes et membrures m'a totalement convaincu, car le caillou qui a fait ça était en forme de pointe, et j'aurais parié au perçage de la peau, avant d'avoir inspecté la coque pour renflouer le bateau.

16 fév. 2014
0

Oh Guillemot

la reponse est a mon humble avis toute simple m^me peut etre simpliste ... de part le monde il y a des centaines de milliers de navires metallique de toute sorte , des milliers de chantiers de construction navale sur toute la planete, des BE qui font de la recherche avec des ingenieurs , des logiciels , depuis des decennies et m^me 1 bon siecle etc , quelques dizaines de bureaux qui certifient la solidité des bateaux ......

une experience donc unique ,un enorme recul , il y a eu m^me plusieurs guerres

Tous ces navires de tous ces chantiers sur plus 1 siecle passé sont-ils en structure épaisse sans raidissseurs ??? l'on a la reponse ..

26 fév. 2014
1

Au lieu de s'énerver inutilement, pourquoi ne pas demander à Ph. POUPON, la meilleure référence du chantier Méta, les raisons qui l'ont poussé à choisir le Strongall pour son "Fleur australe"? Je ne crois pas que l'on puisse l'accuser, ni même sous-entendre, à l'instar des Joubert, Brouns, d'avoir des intérêts commerciaux dans le chantier

16 fév. 201416 fév. 2014
0

Oui, ça j'entends bien José.

Mais comment tu fixes le curseur pour l'épaisseur du bordé, sur un bateau de 12 mètres par exemple, entre : résistance au poinçonnement / nécessité de rester souple pour s'enfoncer sans déchirer les soudures ?

16 fév. 2014
0

.. voilà la bonne question , la grande difficulté ,le coté pas facile ...

perso ,sur l'ensemble du bateau ,sur les assemblages, sur les soudures comme sur la tole ou les raidisseurs il faut que le tout ait par tout le m^me module de taux de travail .pour celà il faut au tant que possible tout calculer ( ce que ne peut faire un petit chantier ou un archi seul) ...

personnellement je ne me cassais pas la tête et un jour j'ai pris 10kg.mm2 donc je m'arrangais pour avec des echantillons qui travaillaient sur tout le bateau à 10 kg ... ainsi pas de "points dur"

et lorsqu'il y avait des sous pour les études (souvent payé par le contribuable) on allait voir nos ami à IRCN (Institut de recherche de la construction navale) qui étaient rataché à l'université de Nantes et dirigé par des docteurs chercheurs /conferenciers en resistance des materiaux ... et apres avoir dessiné nos structures comme on le pensait faisait des calculs qui nous depassait tel que "element fini" ou torsion de l'ensemble suivant état de la mer .Et apres fabrication mesurait la frequence vibratoire du bateau .... et les leçons étaient tiré pour le bateau suivant

Ainsi petit à petit d'un bateau à l'autre ,d'une étude à l'autre d'une experimentation à une autre la construction navale avance .les BE apprennent , ils evoluent , avance , recul, et recommence ... et l'on fait des monstres qui transportent des milliers de boites et ça tiens .... ou plus modestement des NGV en structures bien plus legeres que nos 12m prehistorique .

oH il y a eu un bond enorme ,incroyable avec l'arrivé de l'ordinateur capable de faire en quelques minute ce qu'il nous faisions en plusieurs semaine donc que nous ne faisions pas faute de temps et il faut bien le dire de connaissance , de savoir ...

aujourd'hui tu rentre comme un imbecile les donné dans le logiciel et tu sais tout... ensuite tu change un petit poil et hop tu as un nouveau resultat ... et on arrive ainsi a quelques chose de presque parfait en quelques heures .

16 fév. 2014
0

donc le tout doit avoir la m^me souplesse ( se qui ne veut pas dire mou ou deformable) ... avoir dans un coin un element qui va avoir un taux de travail de la moitié d'un autre va reporté la charge sur le plus faible qui va cassé ...

c'est comme transporter un mat avec 3 personnes de force differente ils vont tous les trois souffir le martyr ... le plus faible aura du mal a supporté 1/3 de la charge et le plus fort s'il est au milieu supportera la moitié du mat.... par contre si tout le mond e est de la m^me force tout le monde aura le sourire ,pas d e grimaces ...

16 fév. 201416 fév. 2014
1

La réponse à cette question tient peut être en une seule réflexion :
tous les navires ne sont pas destinés au même usage.

Chacune des solutions qui ont été trouvées, correspond à un cahier des charges spécifique, cahier des charges incluant les moyens (techniques, matériels, financiers, etc) dont disposent les Constructeurs.

Le dernier argument avancé par José (depuis le temps qu'on fait comme ça...) ne me semble pas être à la hauteur de ses précédentes démonstrations appuyées par son savoir : on a construit les navires en bois durant des millénaires, tout simplement parce qu'à cette époque ne connaissait ni les métaux, ni Paul ni Esther pour cet usage.

En revanche, chaque technique a ses limites mécaniques qui imposent tel ou tel choix comme étant le meilleur pour l'occasion.

L'acier est idéal pour un navire de 100 m de long, ce serait absurde pour un voilier de 8 mètres.

Des imitations du même ordre existent pour les composites comme pour l'alu.

Tout ce qui est démontré dans ce fil, c'est que le strongall apporte toute satisfaction lorsqu'il est utilisé dans des configurations compatibles avec ses caractéristiques.

Pas plus et pas moins.

Rien ne dit que, dans les cas cités, d'autres solutions n'auraient pas été, elles aussi, satisfaisantes, mais certainement à d'autres coûts, pour d'autres affinités et par d'autres chantiers.

C'est ce que j'ai compris dans le discours de José et ça me semble frappé au sceau du bon sens.
:litjournal:

P.S. : En ce qui me concerne, je n'imagine pas une seconde devenir propriétaire d'un navire en métal, surtout pas en alu, pas plus qu'en bois.
Considérez donc que ma contribution en la matière est totalement désintéressée. :alavotre:

16 fév. 2014
0

tout a fait d'accord avec toi memo1

l'usage du bateau est un facteur primordial à prendre en compte ..

et c'est tres souvent aussi une source d'echec ,d'ennui voir de renoncement lorsque le bateau n'est pas en phase avec l'usage . A quoi bon un bateau en acier pour allé à l'Ile en face de son port ?

16 fév. 2014
0

Ok José, mais si j'adapte la remarque de némo1 "tous les navires ne sont pas destinés au même usage" en la transformant en " toutes les parties d'un même navire ne sont pas destinées au même usage"...
.
Comment fais-tu pour garder le même module de résistance sur :
.
1) la quille (longue) d'un bateau où la sole d'échouage, qui doit résister avant tout à du poinçonnement ou du choc ponctuel.
.
2) le reste du bordé qui n'est pas destiné à cet usage.

Il va forcément y avoir des points durs , non ?

16 fév. 2014
1

Oui, il va y avoir des concentrations de contraintes, surtout à la liaison entre la quille et le bordé de ton exemple.
La solution (impossible à appliquer avec du métal) est "d'étaler" le changement d'épaisseur de métal sur la plus grande longueur possible.

16 fév. 2014
0

Alors, on est sûr que le BV va poser la question de savoir si le bateau va etre en arc ou en contre arc ,compte tenu de son poids, de son chargement et des poussées d'Archimede ..Mr Gutelle traite bien cette question dans ses oeuvrages .

verticalement par tranche vers le bas on a le poids dans l'autre sens on a la poussée ,on fait la soustraction et on a la courbe resultante ... (bonjour le boulot (mdr))

Ainsi à chaque tranche on peut calculer l'inertie necessaire totalement du couple pour avoir un taux de travail semblable

Donc on sait si la quille et le pont vont etre en extension ou en compression ce qui se qui se traduit par de la flexion ..ça nous donne dejà une bonne indication du sens des calculs .

lorsque l'on calcul l'inertie à un endroit à la quille par exemple , on calcul l'inertie de la section formé à la fois par la tole (quille) "associée" à la carlingue .. ça fait un tout on calcul l'inertie globale des deux elements reuni en faisant qu'un seul ...

avec la courbe des poussées on a la force et on deduit le taux de travail donc les echantillonages pour etre sur un module constant à peut pret

si on a un gros plat de quille pour le poinçonnement la carlingue peut etre moindre et on evite ou tout au moins on attenu les points dur ...

Mais horreur ,on ne passe pas d'une quille en 20mm a un bordé en 10 ... . on fait 20mm puis une bande (bordé ) en 15 puis en 10 et entre le 15 et le 10 on fait un "degraissage" diminusion de l'épaisseur du 15 jusqu'à 10 sur 50mm ... ainsi on dit que les forces passent ne sont pas ou peu bloqué

on sent tout de suite que l'on n'est plus dans la m^me cours sans aucun esprit pejoratif

17 fév. 2014
0

"cale sèche"
Tu voulais pas dire "lège" plutôt?

16 fév. 2014
0

je continue vous m'obligé à travailler (certain vont dire à étaler ma science ) ..

regardez un bateau metallique plaisance , d'un bout a l'autre du bateau vous avez les meme lisses enbas qu'en haut qu'au milieu espacés de la m^me cote ..

or entre les efforts en bas et en haut sont plus important qu'au milieu (fibre neutre) et en ba splus fort d'en haut .

entre l'avant le milieu et l'arriere pareil ..

et bien on ne s'em.. pas tout est pareil donc point dur , et le jour que ça va sur un rocher ...ça casse ...

Regardez le cargo qui c'est cassé en deux lors de la tempete ... le pauvre n'a pas eu de chance coté resistance c'était le pire des configuration ... cale seche donc ballastage eau de mer à l'avant pour avoir une assiette correcte , rien au milieu et gros poids a l'arriere ...

donc la courbe des poussées ;à l'avant et a l'arriere vers le bas et au milieu vers le haut par la poussée d'Archimede le pont c'est ouvert le premier ...

17 fév. 2014
0

Oui, enfin là tu vulgarises ce qu'on appelle en cours la mécanique quadratique...

23 fév. 2014
0

Merci au contributeur , dont je ne retrouve pas le post, d'avoir conseillé le livre LA DÉMOCRATIE DES CRÉDULES , Dde Gérald BRONNER, je viens de le recevoir et l'ai parcouru, avant de le déguster , car il a l'air très pertinent, tout à fait le type de livre un peu iconoclaste et anticonformiste que j'apprécie .

Cordialement. Bernard

23 fév. 2014
0

Pour berdem94
tu as dans le même thème: anatomie politique de la domination, de Béatrice Hibou
c'est à dire quels sont les mécanismes de la domination.

à lire, tu me remercieras j'espère...lol

24 fév. 2014
0

quel est la reference de la nuance d'aluminium utilise en condition marine ? reference internationale ?

24 fév. 201424 fév. 2014
0

5083 H111 ou 5086 H111 pour les tole et la structure la serie 6000 en T6 ou T5 (souvent le 6060 )

24 fév. 2014
0

Et maintenant le "Sealium" un 5383 H116

www.almet-marine.com[...]um.html

24 fév. 2014
0

le 5383 c'est le top

exemple le 5083 on ne peut le plier d'avec un rayon interieur egal à 2 fois l'épaisseur le 5383 le rayon égal à l'épaisseur

et coté soudage le 5383 bien plus facile que l'autre

le 5383 a été developpé par Pechyney pour les NGV

josé

24 fév. 2014
0

Et le 5059 Alustar de chez Corus, qui a des propriétés mécaniques et anti-corrosion 25% supérieures au 5083.

24 fév. 2014
0

la serie 1000, 3000, 8000, est-ce que ca peut aller aussi ?

24 fév. 2014
0

@vientiane

Non

La série 1000 est de l'alu quasi pur, très bonne résistance à la corrosion urbaine, résistance moyenne à la corrosion en milieu marin mais aucune tenue mécanique. Utilisé dans l'emballage, l'électronique, l'optique ...

La série 3000 est de l'alu au manganèse, très bonne résistance à la corrosion urbaine, résistance moyenne à la corrosion en milieu marin, résistance mécanique très moyenne. Utilisé pour les canettes de boisson, les boites de conserve ...

La série 8000 est une série un peu particulière qui est un alliage avec des autres éléments que ceux des séries 2000 à 7000. C'est quasi du "sur mesure" pour des usages très pointus du style défense ou aérospatial.

25 fév. 2014
0

merci nemo. quel est le sens de 5080, 50 c'est quoi , 80 c'est quoi ?

enfin si une compagnie me vend cette nuance, cette qualite comment puis je la controler ?

25 fév. 2014
0

Premier chiffre :
Par exemple 5 aluminium.magnésium ( 3 aluminium.manganèse, 7 aluminium.zinc etc)
Deuxième chiffre : pour les modification succesive de l'aliage (pour les famille 2 à 8 )
Troisiéme et quatrième chiffres : il identifient (pour les familles 2 à 8 ) l'alliage

Le 5083 a entre 4 et 4,9% de magnésium
Puis la suite : par exemple H111 = recuit et planage, H12= etat d'ecrouissage,H116 "quart dur , avec une garantie de tenue à la corosion feuillante"

Sinon par exemple entre 5083 et un 5086 les seules différence de l'alliage sont en Fe: 0,4 ou 0,5, enMn entre 0,4 et 1 et entre 02 et 0,7, en Mg entre 4 /4,9 et 3,5/4,5.

Cela se traduit pour un etat H111
5083 Rm mini 275 maxi 350 (Mpa), Rp 0,2 mini 125
5086 Rm mini 240 maxi 300 , Rp 0,2 mini 100
Sinon une toute petite différence de densité 2,66 pour le premier et 2,65 pour le second , même module d'élasticité : 71000Mpa, même coefficient de Poisson : 0,33

Enfin pour nous ces infos ...si hier par curiosité je suis allez voir les profils en "Sealium" pour une même hauteur de profils que ce que j'ai mis sur notre bateau le gain de poids nous aurait permis soit d'avoir :
- un gain sur la structure de env. 30%
- une structure plus dense à poids egal, ce que j'aurais sans doute choisis
:mdr: et dans ce cas le plus grand rectangle de tôle de notre bordé aurait fait 624mm x198mm pour une épaisseur de 10 mm à comparer à ce qui nous était proposé en "Strongal" 12 mm (et non pas 15 mm comme je l'ai écris précedement ,j'ai depuis retrouvé la proposition...) et 14880 mm x 1600 mm :lavache: :jelaferme:

25 fév. 2014
3

je vais en terminé là .

je me suis amusé à calculer à partir d'un exemple reel la difference d'épaisseur en strongal et en structuré suivant les recommandation BV et donc en ayant exactement les m^me taux de travail

pour le structuré l'épaisseur de bordé est de 8 mm

pour le strongal épaisseur 23,5 mmm c'est à dire que lorsque le bateau sera mis à l'eau il coulera

25 fév. 2014
0

@vientiane
L'explication de longcours est parfaite.

Pour le contrôle de la nuance, c'est très difficile. En général pour les tôles le n° de famille est imprimé dessus. Donc là pas trop de souci. Pour les profilés par contre il y a rarement quelque chose d'indiqué. Il faut donc faire confiance au revendeur et surtout ne pas acheter chez n'importe qui.

26 fév. 2014
0

Pour le contrôle de la nuance de notre acier au Vietnam, nous avions eu la chance de travailler (pour autre chose )avec des sociétés Francaises , nous leur avions confié des chutes qu'ils ont passé au spectromètre de masse ( ou un nom comme cela :reflechi: :oups:)
ce qui leur a permis de nous sortir la composition du métal et il avaient aussi la possibilité de prendre des clichés X par 200 (ou 1000 !? j'ai aussi oublié !! Aloïs ?) qui permettait de voir la "structure" la régularité du grain.
Cette boite était dans le massif central et sa spécialité: des pièces forgées devant encaisser un maximum de charge.

25 fév. 201425 fév. 2014
0

pfiouuuu!!!!
quelle empoignade !!!

chapeau à josé et longcours pour avoir si patiement exposé leur point de vus.

pour ma part ce que je retiens de tout cela
(en dehors du fait que le meilleur materiau pour un bateau c'est le bois :langue2: )
c'est que si le procede strongal est un procede efficace et adapte à un usage de navigation en tout terrain, il n'en est pas pour autant le plus resistant.

de toute façon je ne pense pas qu'il existe de bateau, à fortiori de plaisance, qui soit "indestructible". ( à part peut -etre, si il existe vraiement comme on me l'a raconté, un voilier construit avec des chute de segments de snle, mais vraiement si il existe...)

le strongal reste un procede de construction qui comme tous les autres possede ses avantages et ses inconvenient mais qui n'est ni pire ni meilleur qu'un autre, tous les choix etant affaire de compromis.
:reflechi:
bon si je peux le faire un jour, mon prochain bateau sera en sanwich de cp (cp mousse cp) à bouchain.

jpierre

07 jan. 2016
0

Un SNLE, c'est du 80 ou du 100 HLES de 100mm d'épaisseur... Tu fais pas un bateau avec ça.
Surtout que jusqu'à récemment, les chutes étaient "classifiées". Aujourd'hui, la composition est du domaine publique, mais le traitement thermique appliqué est toujours du domaine du confidentiel.

26 fév. 2014
0

Que voila un beau débat !

Une question; beaucoup défende un chantier et d'autres font le contraire, mais tous parlent de "professionnels"

J'imagine que sur le forum tout le monde a été professionnel un jour ou l'autre, et a croisé (ou été :-) des collègues "très peu professionnels dans leur travail.

De plus, je ne sais si vous avez déja eu l'occasion de travailler dans le batiment ou de construire, mais là vous avez beaucoup d'entreprises "professionnelles" qui parfois le sont très peu...

Tout ceci pour dire qu'un chantier naval ou batiment peut être tenu par des "professionnels" aux motivations variées, d'où la conscience du travail bien fait et la satisfaction de la clientèle n'est pas forcément la priorité.

15 déc. 2014
0

Construction d'un bateau Meta
Assemblage de plaque épaisse d'aluminium souder entre elles pour former une structure autoporteuse, pour constituer une coque de bateau (petit monde,...)

Construction d'un char blinde amphibie
Assemblage de plaque de blindage en aluminium souder entre elles pour former une structure autoporteuse, pour constituer un char d'infanterie (AMX 10,VAB,..)

Construction Touring Superleggera (célèbre carossier italien)
structure de tube fin recouvert d'une peau en tole fine d'aluminium pour constituer une voiture très légère de compétition

les varangues tubes et profil sont util pour faire un bateau léger....CQFD mais pas forcement solide ou blindé

15 déc. 2014
0

Oui mais rien ne t'interdit d'accoupler ton char avec ta voiture (à condition de trouver une position supportable par la voiture :lavache: :langue2:) et de te garder un des petits engendrés qui sera en parti "blindé" sur une structure :langue2:

Le notre forcément !!

Ou un qui aura la structure de (deux !) voiture(s) et le blindage du char : Polar Bound

15 déc. 2014
0

reponse peu constructive!

15 déc. 2014
0

Désolé je n'ai fait que reprendre TES argument et TES exemples ( mais moi j'ai au moins cité deux bateaux illustrant ce choix d'une peau 'relativement' épaisse ET d'une structure) alors que tu n'est resté que dans les char et les voiture sophistiquées , certes les chars peuvent s'immerger mais dans ce cas ils sont plus près d'un sous marin que d'un bateau :langue2:

15 déc. 2014
0

Si j'avais pris la comparaison char et sous marin c'est à cause du "schnorchel" (mais comme je savais pas commet cela s'écrivais , bon je suis pas à une faute s d'orthographe près !! :reflechi:)
donc ici
char et sous marin:
fr.wikipedia.org[...]norchel
le T90 lui n'est pas amphibie , ni le Leclerc
fr.wikipedia.org[...]Leclerc

Tu auras compris qu'au niveau "blindé" nous n'avons jamais fait dans le léger (voir nos différents bateaux www.long-cours62.com[...]59.html ) :langue2: :langue2:

D'où mon ignorance des possibilités amphibie des chars "léger"

Mais mon intervention en reprenant tes images était surtout pour faire remarqué qu'un "mariage' des deux type de construction pourrait être la plus solide.
Voir la peau (epaisse) et la structure (très dense) du bateau Polaire : Polar Bound (le bateau de 15 m le plus solide que je connaisse ) :langue2:

15 déc. 2014
0

Je comprends rien mais je me documente , donc l'AMX10 n'est plus ...amphibie depuis 24 ans :reflechi: :langue2:

Ils sont pour autant toujour étanches

15 déc. 2014
0

? relis tes messages avant de parler d'attaques paille et poutre etc

15 déc. 2014
0

longcours tu comprend rien un char AMX10 ou un VAB sont" anphibie"
il flote et on meme deux hélices (hydrojet) comme un voilier meta
Lanalogie est du cote de l'absence de structure, de charpente si tu prefere

15 déc. 2014
0

c'est pas le sujet, va faire tes attaques ailleurs!

15 déc. 2014
1

Oui eh bien, les amis... Les intégristes du matériau de valent pas mieux que les intégristes religieux, ou toute autre forme d'intégrisme !!!
:heu:

15 déc. 2014
0

Relis tranquillement tout les posts ci dessus et (si tu es honnêtes ) tu conviendras que les plus "intégristes" sont ceux qui ont l'insultes faciles ,qui pretent des propos qui n'ont pas été tenues , qui sont malpolis et qui (comble !? ) attribuentt aux "aux autres " des doux qualificatifs tels que :
"intégristes""Lynchage""esprits un peu faibles""anti-Strongall "" diatribes " etc etc déjà ecris 10 fois mais apparement l'expression :" il n'y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir" prend là toute sa valeur .
D'un cotè des chiffres et de l'autre, sans doute faute d'argument chiffrés, les insultes .
Plus haut Calypso a chiffré en fonction du BV
tôle de 8mm avec structure aluminium épais pour avoir la même charge 23,5 mm donc dans l'exemple que j'ai ecris à maintes reprise avec l'espoir (decu ) que cela serait compréhensible ou je prenais un bordé de 10mm etc etc(voir plus haut ) et que j'écrivais que l'on ne pouvait prétendre que du "strongal" pouvait etre plus solide...
Il faudrait à la louche un bordé en Strongall de près de ...30 mm pour arriver à ce resultat sachant que pour notre fier coursier Meta proposait ...12 mm il ne faut pas être grand clair pour comprendre que à 12 on est loin de 30

Mais continue (comme le font nos politiques) l'insulte , le sous entendu, les déformations etc (voir ) cela évite toujours de répondre sur le fond et sur des exemples chiffrés ... mais comme arguments cela ne grandi pas celui qui les emploie

16 déc. 2014
0

Eh bien... te voilà grandi !
:D

15 déc. 2014
0

TRAMONTANE
Je ne suis pas contre le Strongal ni pour, je me renseigne....
il se trouve que certain bateau construit par meta peuve convenir a mon désir d'un bateau plus long mais surtout pas plus large que 3 mètre!!!! et sans osmose!!!!
maintenant que j'ais formuler ma recherche, j'espère que certain LOURDEAU arrèterons leurs attaques inutile......

15 déc. 2014
0

Moi non plus ni pour ni contre bien au contraire !
Comme je l'ai écris plus haut nous avions été à deux doigts de commander une coque d'un petit Santorini en Stronal(18m ) chez Prometa.
Nous avons aussi eu un Damien II construit chez ...Meta mais ce n'est pas pour cela que je ne pointerais pas les "défauts" d'un Damien II.
Je pointe d'ailleurs (certains m'ont ecrit "à outrance"") les "défauts et erreurs de notre bateau actuel (que nous avons conçu !!)
www.long-cours62.com[...]00.html
www.long-cours62.com[...]51.html

Alors si j'ai (aller j'emploi un gros mot) "l'honnêteté" d'être critique envers ma(mes) réalisation(s), j'aimerais conserver le droit de gareder ce droit envers tout les bateaux...

Qu'en aux architectes je n'ai rien contre Joubert (4 bateaux suivant ses plans dont 2 commandes "spéciales) ni contre Brouns (notre dernier échange avec lui date de ...3 jours peut etre pour notre prochain bateau d'ailleurs je suis un des rares à parler de ses plans , sans en etre un fanatique).

15 déc. 2014
1

Bonjour à tous,
Je suis l'heureux possesseur d'un bateau en strongall...comme cela c'est dit....
Je pense que ce fil ne peut permettre de différencier les deux mode de conception de coque alu aussi simplement, beaucoup de facteurs rentrent en compte, l'alu lui même, l'épaisseur, quand on dit sans bordé pour le strongall, c'est faux, il y en a et en 12mm d'epaisseur voir plus, ensuite les soudures comptent pour beaucoup, d'un coté intensité trés élevée donc fondu dans la masse, de l'autre beaucoup plus difficile à réaliser, epaisseur faible donc des risques de collage, non détectable à ce jour, ce qui fait qu'en cas de choc, déchirures des dites soudures.....
bref débat sans fin.....
Ensuite mon boat est fait aussi pour les canaux, et de ce coté pas photo avec les coques légères, car les frottements dur sont légion......et il resiste trés bien.....il fait même peur aux autres.....
Par contre ce que je sais c'est qu'effectivement je me sent en sécurité à bord de mon bateau, et c'est ce qui compte, la confiance que l'on accorde à son navire....
Un dernier point pour remettre un peu les choses en place, j'ai récémment eu un désagrément avec un transport routier, le passage sous un pont trop bas....au résultat, META est monté dans le finistère pour effectuer la réparation de chaudronnerie, avec prédecoupe de ses toles à l'atelier donc une entreprise trés compétente, disponible, à taille humaine, du sur mesure.......un bateau léger se serait comporté comme une canette et aurait fini à la casse, trop compliqué à réparer.....

15 déc. 2014
0

juste pour repondre au collage des soudures.

Dejà lorsque j'ai commencé à travaillé en navale en 1970 mes soudures étaient radiographié de maniere alleatoire pour bien verifié si justement elles n'étaient pas collé ...

et un soudeur soude avec la m^me qualité une tole en alu de 12mm ou de 3mm sinon c'est pas un soudeur tout simplement

15 déc. 2014
1

il faut etre clair :

un soudeur est un metier il est agrée pour un certain type de soudure , en naval , agrée BV , il y aussi agrée "petrole" "aeronautique" "nucléaire" etc .. cet agréement n'est valable que 5 ans et les epreuves doivent etre repassé quelque soit l'ancienneté dans la profession . Et si l'agreement n'est pas obtenu ... pas de soudage ... je connais peu de profession autant controlé ..

Les soudeurs dans les petites boites sont le plus souvent chaudronnier ,ou charpentier fer ... mais pas "soudeurs" ce qui ne veut pas dire qu'ils ne savent pas soudé .

et en naval serieuse en plus des radios alléatoire obligatoire une operation simple : le ressuage , un coup de blanc de Neudon et badigeonnage au GO , on voie tout de suite si la soudure est etanche

07 jan. 2016
0

En construction navale, 20% sont radiographiées pour les soudures en bout à bout.

15 déc. 2014
0

Combient de soudures sont radiographiées..????
Petit texte repris sur Google :Beaucoup de soudeurs soudent de l'aluminium ou un de ses alliages mais très peu de ces soudures sont soumises au contrôle radiographique pour vérifier la compacité.
Une compacité parfaite sur du soudage aluminium est certainement ce qu'il y a de plus difficile à obtenir dans le métier de soudeur.
Trop souvent, vous observerez sur les clichés radiographiques de soudures aluminium des soufflures plus ou moins importantes (de type sphéroidale ou allongée ou alignée), des manques de fusion et parfois de la fissuration.
Les critères d'acceptation des défauts volumiques imposés par les normes européennes sont bien trop sévères dans certains cas de fabrication.
Le niveau B des critères d'acceptation des défauts des soudures aluminium de la norme européenne EN ISO 10042 et le niveau 1 de la norme européenne NF EN 12517-2 sont relativement difficiles à obtenir.

Pour obtenir de bonnes soudures, il n'y a pas de solution miracle. Il faut traiter au cas par cas.
Le soudage de l'aluminium exige une grande propreté des surfaces.
Les chanfreins et préparations doivent être réalisés par usinage et sans lubrifiant de coupe.
Les paramètres de soudage doivent être adaptés (tension de soudage la plus faible possible) et la méthodologie de réalisation de la soudure doit être éprouvée.
La protection gazeuse doit être fiable, efficace et contrôlée.
Le décapage doit être correctement réalisé.
Le matériel de soudage doit être de dernière génération et en parfait état de fonctionnement.

En aluminium, les reprises de soudure sont des nids à défauts (certains soudeurs disent des nids à m....)

Tirés d'un site de pro.....

et j'en ai pas mal comme celle là......

Quand aux soudeurs, c'est comme partout il y en à de trés trés bon et d'autres......

15 déc. 201416 juin 2020
0

Entièrement d'accord avec ce que tu cite.
Il y a une heure j'étais face à une petite coque alu qui réalisait sa visite de conformité (mise à l'eau lest stabilité, franc bord etc) très belles soudures , je discute un peu avec le gars du chantier et il me confie qu'avant de trouver LE soudeur il en avait "passé" ...11 !
Oui 11 !
Dans le cas présent il s'agissait de tôles fines (3mm).
Quand je lis les tôles "épaisses permettent de mieux souder , je ne comprends pas très bien l'intensité doit etre adaptée à l'épaisseur de la tôle, la position .
Ecrire que les tôles fines sont moins bien soudées que les épaisses ...? Et la je ne prêche pas pour ma paroisse car nous avons des tôles que certains pourraient classer dans les "epaisses" (10/12/16 pour la coque et 6 pour pont et superstructures)
Dans l'exemple cité plus haut je crois par Guillemott ce sont justement les soudures des tôles épaisses qui ont lachées et non pas celles des tôles fines (du coup dois je m'inquiter?:lavache:
Allez voir les soudures faites sur des réservoirs par les établissement Bouchonneau à Marans c'est de la tôle "fine" et du beau travail

www.sarlbouchonneau.fr[...]/

Et pour les barques dont je parle plus haut voir sur Facebook ici:

www.facebook.com[...]763582/

Et ci dessous une photo "empruntée" sur son Facebook pour ceux qui n'ont pas de compte, j'espère qu'ils ne m'en tiendrons pas rigueur :langue2:

15 déc. 2014
0

il faut etre pragmatique aussi .
un soudeur agréé ne sait que soudé generalement il n'a fait et ne fait que de la soudure toute la journée . Il faut donc que son employeur est suffisament de volume de soudure à faire pour l'employer à cette tache .Donc on les trouve dans les grosses boites de chaudronnerie ou dans la naval fabriquant des bateaux recetté BV ou autre .

Et dans ces boites et bien ils gagnent leur croute et ils ont des conditions de travail de securité et d'hygiene qu'ils n'auront pas dans une petite boite ...donc on en trouve pas en artisanat ou tres peu .

16 déc. 2014
0

qui as dit que le chantier Meta n'a pas de soudeurs qualifiés?

Pour les helices du Grand Charles laisse tombé ,la raison du probleme n'a été revelé a travers les communiqués de la marine

16 déc. 2014
0

je ne sous entends rien du tout , c'est simplement un fait ...

Et je rajouterai que dans les grandes boites le soudeur est devenu un vrai technicien avec formation continu et apparution du robo que lui soudeur pilote ...

Va voir dans l'atelier des " panneaux plats" à St Naz les robos soudés les raidisseurs programmé par le soudeur , , soudures parfaite , aucune fumée , atelier propre nickel

donc ces condition de travaille attire les soudeurs les plus pointu qui eux sont recherché et payé .

Dans ma boite à Nantes il y avait un departement de soudage "nucléaire" avec 3 ou 4 soudeurs ...impressionnant , habillé comme des chirurgiens , aucune poussiere , on appellait ça "l'atelier blanc" . j'ai vu des tuyaux en Y soudé , impossible de voir les soudures , à l'exterieur et surtout à l'interieur ... controle extreme :passage du coton sur les soudures ,aucune fibre ne doit s'accrocher .

Il y avait aussi les soudures de bati de moteur marin épaisseur 50mm poids 100t ....

16 déc. 2014
0

il n'y a pas de raison pour que ça bouge ... le "strongal" c'est une bonne technique , seulement pour moi (apres chacun pense ce qu'il veut) ce n'est pas "meilleur que" .

16 déc. 2014
0

Le soucis n'est pas de savoir qui soude mieux que qui, si méta a les bons soudeurs et de stigmatiser une entreprise ou un mode de construction.
.
le soucis est que sur une coque en alu, magnifiquement réalisée, avec des soudures parfaites, il suffit d'un cordon de soudure de 50 cm mal réalisé pour que le bateau coule en 2 minutes.
Un soudeur fatigué, pas assez concentré, pressé de finir un cordon, etc.
.
Et c'est ce qui m'est arrivé, c'est donc l'objectif de mes interventions. Prévenir des propriétaires, persuadés d'avoir des bateaux indestructibles, "parce que c'est une construction Machin", que le bateau peut cacher une soudure défectueuse, particulièrement sur les tôle épaisses.
.
je dois dire, comme longcours l'a écrit, qu'après cet accident, j'ai prévenu des propriétaires de ce même bateau, et que la réaction est allée du déni, à l'insulte.
c'est édifiant : ferme ta g. car un jour je vendrai mon bateau

16 déc. 2014
0

des problemes il y en a dans tous les chantiers , qu'il soit gros, moyen ou petit , et c'est bien normal . La seule chose à connaitre c'est de savoir comment face a une mal façon ils reagissent , ou bien ils sont reactifs et corrige au mieux ou bien ça fini devant les tribunaux ...

petite histoire de soudures : sur un paquebot essai de fonctionnement des potences de mise à l'eau des canots de sauvetage , canot autopropulsé ,de veritable bateau .. le canot est sortie à l'exterieur du paquebot par la potence ... et potence ,canot,et toute l'installation ... fait le grand saut dans le bassin ... soudures foireuse ...

15 déc. 2014
0

Bonsoir,
Allégation sans aucun fondement, en artisanat, le respect des conditions de travail est aussi en vigueur, ensuite un chantier du type META à suffisament de travail pour avoir ses soudeurs attitrés et qualifiés......
La construction effectuée dans une grosse boite n'est pas un gage de qualité assurée.....voir les hélices du grand charles.....

16 déc. 2014
0

c'est sous entendu dans ton post precedent : "Et dans ces boites et bien ils gagnent leur croute et ils ont des conditions de travail de securité et d'hygiene qu'ils n'auront pas dans une petite boite ...donc on en trouve pas en artisanat ou tres peu ."
Pour les helices, ce n'est qu'un exemple, comme quoi même une grosse boite peut se louper.....combient de rappel de voitures ou d'electroménager par les constructeurs suite à problème de fabrication.....

16 déc. 2014
0

Je pense qu'il ne faut pas non plus confondre la construction de nos bateau de plaisance qui plus est à l'unité et la construction d'un navire de croisiere de 4000 personnes ou plus.....
Je vient du milieu aeronautique, assez poussé lui aussi dans le domaine technique (le ressuage nous le faisions avec du blanc de Meudon et un révélateur rouge et non pas au gasoil qui ceci dit est un trés bon pénétrant par capillarité...), mais il faut faire la part des choses tranquillement.....
la question de base du post étant le strongall 30 ans aprés....et bien de mon coté conception de 2002 n'à pas bougé d'un poil.....

16 déc. 2014
0

Je te rejoint dans ton approche du problème, et fermer les yeux sur le problème que tu as rencontré n'est pas la solution, ce que je m'efforce de vouloir faire c'est de recentrer le débat qui à mon sens à une tendance à mélanger les choses....et les chantiers....
A ce jour de mon coté je n'ai pas eu connaissance de tels problèmes sur un bateau en strongall réalisé chez META....en gros la question d'origine du post....
Dernièrement, j'ai pu constater l'inverse sur un voilier réalisé en tole fine sur bordé d'un autre chantier, mais ce n'est pas à moi de
médiatiser cette affaire, qui du reste est en justice.....

15 déc. 201415 déc. 2014
0

Je confirme, oui Longcours
j'étais aussi persuadé que les soudures des tôles fines lacheraient, mais elles ont montré une parfaire cohésion, avec des enfoncements impressionnants.
.
Les tôles épaisses, après déchirures des soudures montraient un vide, soit au milieu de l'épaisseur des tôles (métal intact, brut de découpe), soit les deux tiers de métal non soudés, sur les soudures où le chantier avait fait le choix de ne pas se faire ch. à souder de l'autre coté.
.
D’où une colère très légitime du propriétaire contre le chantier Garcia.
.
Sur ce zoom (je n'ai pas eu la présence d'esprit de prendre en gros plan, mais il y avait plus urgent), on voit parfaitement la soudure déchirée... et la découpe de tôle parfaitement nette de l'autre coté.
.
Ceci dit, j'ai un couple d'amis, qui a un DI de 42 pieds tout neuf en strongall.
L'impression de robustesse et de sécurité est totale à bord, je dois l'avouer.
.
Vous aurez relevé le caractère subjectif et assumé du mot "impression" ...

15 déc. 2014
1

le gros probleme des soudures s'est le respect imperatif des procedures qui evidement dans un premier temps cout cher mais lorsqu'il faut tout refaire là ça coute une fortune .

Par exemple une tole épaisse de plus de 9mm doit etre chanfreinée , les toles ne doivent pas etre à touche touche ,il y a un écart à respecter de plusieurs mm pour les plus épaisse .. etc etc

15 déc. 2014
0

Merci de faire "avancé le smilblick" (cela change des invectives)
Moi non plus je ne me sens pas en "danger" dans un bateau construit en strongal .
D'ailleurs Fricaud m'avait précisé que ses tôles prédécoupées étaient livré avec les chanfreins de soudures réalisés au moment de la découpe , qui plus est d'après ce qu'il m'avait un "chanfrein évolutif" en fonction de l'angle de rencontre des deux tôles à souder (je sais pas si je suis très clair ?)
Lorsque tu a regardé le chant de tes tôles quels étaient leur aspect sous la soudure cassée :
- tôles lisses avec peut être les stries de la découpes (Garcia coupait ses tôles avec un gros lapidaire équipé d'un disque avec des dents (à cacher en cas de visite de l'inspection du travail ...)
- tôles avec un aspect granuleux ( la cassure peut aussi être plane sous la soudure mais l'aspect est granuleux)

Merci encore pour cette précision , mais attention en plus d'avoir les "pro strongal" sur le dos maintenant je vais avoir les pro Garcia

Alors je précise aussi qu'en plus d'avoir un Damien de chez Meta nous avons aussi eu une construction de chez Garcia d'ailleurs sur un fil j'avais (pour certains )eu l'outrecuidance de parler de certains problèmes de réalisations constatés sur notre Garcia ( soudure des tôles au niveau d'un barrot et non pas à une distance de x fois l'épaisseur de la tôle avec pour conséquence : cassure de la soudure, découpe de tôle par exemple pour des marches vers la jupe à angle droit plutôt qu'avec un rayon avec pour conséquence s cassure dans l'angle ) et je m'étais fait allumé.
Je ne comprendrais jamais les propriétaires qui ne veulent pas que l'on parle des problèmes rencontrer , peut être pour préserver une valeur de revente ?
Mais si personne ne parle comment faire savoir ? Comment évoluer , Comment ne pas se faire abuser ?

15 déc. 2014
0

De mémoire du temps ou je grillais des baguettes à longueur de journée ( 6 mois de stage 7h par jours)
C'était grosso modo un chanfrein avec un plat d'environ 2 mm et un écartement d'environ 2,5mm ( l'on passait une 2.5 mm) avant pointage cela pour des tôles de 8 et 10 mm .
Par contre je ne suis pas sur que cela soit valable pour l'alu mais je ne retrouve plus le texte, ca y est c'est tout simplement page64 de Aluminium et technique : "on éviteras le jeu entre les tôles, les bords seront toujours jointifs..." "..;des jeux exagérés entre les tôle (J sup à 1,5 mm) favorisent l'apparition de tensions, de déformations excessives, voire de fissurations .."
Il y a d'ailleurs un tableau sur la même page je le scannerais demain.
Lorsque nous avons eu à souder des tôles(acier) "épaisses" sur notre Oaristys : chanfrein, passe de pénétration, passes de remplissages cela coté intérieur puis coté extérieur "ouverture" du cordon jusqu'au métal "sain" et soudure extérieure.

Mais ça c'est seulement si c'est toi le maitre d'œuvre par ce que sinon ,comme ecris par d'autre plus haut ...comment savoir une fois tout soudé...

16 déc. 2014
0

@ longcours,
la réponse à la question que tu me pose est très claire.
absence de chanfreins sur des tôles de 12 mm.
Sur des tôles soudées à angles droit, les découpes de tôles sont à angle droit.
On voit exactement ce que tu décris sur le plat des tôles déchirées : les marques de découpe...
Le métal, sous les soudures déchirées, à l'aspect granulé en peau d'orange.

16 déc. 2014
0

Je te demandais cela par ce que , par exemple lorsque je grillais des baguettes , normalement il est quasiment impossible de casser la soudure (presse hydraulique et appui alternativement sur les deux faces) si tu mets directement tes bouts de tôles et que tu exerce la pression sur la soudure cela cassera toujours à coté de la soudure, juste en bordure.
Pour arriver à casser la soudure en son milieu, il faut : l'araser et en plus lui donner un coup de disque à tronçonner pour créer un point de faiblesse .
Et après X aller retour au niveau de la cassure tu peux voir ce que tu as fait comme boulot, si ton travail est correct tu as cet aspect gris mat granuleux , peau d'orange comme tu le décris.
Par contre si tu as vu les stries du découpage encore visibles ...
il y a la un gros problème de conception/préparation .
Pourtant je connaissais certains des ouvriers de Garcia pour les avoir vu travailler à notre bord(chaudronniers ou soudeur) il y avait particulièrement un soudeur "au dessus du lot" un vraiment bon.

Pour un travail "idéal" dans un monde parfait , par exemple pour l'acier : lorsque tu fait ta passe de pénétration (je parle la de soudure à la baguette) et que tu va voir de l'autre coté , lorsque le laitier et tombé tu dois voir à l'envers comme une petit soudure réguliére...ca c'est ce que j'étais capable de faire après les 6 mois mais ....j'ai vite "perdu la main", au Vietnam j'étais encore capable de le faire pour montrer aux soudeurs ce que je voulais, mais la dernière fois que j'ai essayé de souder à la baguette ....la honte totale , j'ai du perdre mon dernier neurone : plus capable de bien visualiser mon bain de fusion et incapable d'avoir une synchronisation parfaite entre "descente " et avancée....la honte et dire que du temps ou je savais en fin de baguette lorsque je regardais mon laitier il se relevait sur toute sa longueur tel une queue de scorpion ...grandeur et décadence et dessous les vagues de la soudures étaient à peine sensibles lorsque l'on passait l'ongle dessus. Dur dur de vieillir et bientôt en plus je vais trembler :doc: :lavache: :oups: :acheval:

16 déc. 2014
0

on en ait tous là mon pauvre !!! :aurevoirdame:

17 déc. 2014
1

Bien, il semble qu'il n'y ai que peu de probleme pour l'alu epais. apres 30 ans, l'idee et la creation de ce mode de coque est ce qu'il fallait faire. les coques strongall sont propbablement les meilleures au monde. rien qu'a voir les bordes acier des Damien, cette mise en forme et ce leger recouvrememnt des toles qui fait gagner du temps et qui donne aussi des lignes. C'est cela qu'il faut faire, le penser et le faire, c'est aussi de l'esthetique fonctionnelle. Peu de gens au monde ont eut ce courage, de s'engager a faire ce qu'il pensait etre bon. il a fait avancer tout le monde, s'allier avec les meilleurs architectes, lui en temps que chaudronnier.
Ces bateaux sont les plus logiques, les plus avances, donc les plus polyvalents pour le zizagodromeur.
Maintenant il y a peut etre mieux, tout change, mais il fut le meilleur.
Merci a M. Fricaud et son equipe.

17 déc. 2014
0

là on est reparti pour un tour :bravo:

17 déc. 2014
0

@ Ventianne
Je crois que tu viens de remettre dix balles dans la machine !!!

NB. C'est M. Passinge le tôlier de Méta, Fricaud, il y a belle lurette qu'il est parti...

17 déc. 2014
0

"Je crois que tu viens de remettre dix balles dans la machine !!!"
:pouce: :mdr:

17 déc. 201416 juin 2020
0

D'autant plus que je ne comprends pas ce que viennent faire les Damiens (qui sont en acier, d'épaisseur normale (4,5,6mm) sur membrures espacées de 500mm) dans la "glorification" d'un principe de construction en alu épais sans structure ? :reflechi: :oups:

Sauf si c'est pour appuyer "la ou ca fait mal" concernant le principe du Strongall comparer les formes d'un Damien II :tulipage de l'étrave, frégatage, tableau "en cœur" jonction étambot coque avec une courbe elegante, cône d'étrave...

Puisque en remettant dix balles dans la machine tu dérape vers les Damiens II pousse ton raisonnement jusqu'au bout (dérapage que certains s'empresserons de qualifiés de hors sujet, inapproprié lorsqu'il s'agira de ma réponse...)
et compare un Damien II à un Dalu 47 .

Qu'en a attribuer , à demi mot, la paternité de la construction acier " à clin" à Meta...Regarde du coté de la Hollande et du passé du temps ou les bateaux été rivetés .
D'ailleurs en Hollande ils ont une solution plus "élégante" au niveau du clin la tôle fait comme une "cuillère" ce qui fait que le clin est certes plus marqué mais la ligne de la tôle supérieure est dans le prolongement de l'inferieure, cela forcement coute du temps .
Avantage de ce principe sur les Damiens comme tu l'as dit : gain de mo donc $, ca c'est le propre de tout les chantiers sur notre Damien les différences de recouvrement pouvaient etre chiffrés en cm du coup c'est sur plus de temps perdu en ajustage, autre avantage sur une construction juste sur membrure cela donnait au niveau des clins , par doublement des épaisseur une petite rigidité supplémentaire qui aidait ans doute lors de la soudure à garder la forme.
Certains prétendaient que cela pouvait occasionner de la corrosion par "aeration differentielle" perso lorsque j'ai eu l'occasion de regarder dans des chutes (de la jonction) pas vu ce genre de problème.

Je te laisse avec ton juke box :heu: :langue2:

Photo clin en Hollande "architecte" Vripack model Doggerbank 17 m

Et la forme d'un Damien II puisque tu as mis le "sujet" sur le tapis

17 déc. 2014
0

damien et strongal sont du meme chantier, je souligne juste qu'il fut celui qui le fit. "Just do it". evidement le clin doit etre aussi vieux que les bateaux, mais il a fait llui du bateau de plaisance moderne avec derive relevable, ce qui etait une avance. evidement c'est damien qui a du faire le design, disons qu'il etait la au bon endroit au bon moment. ceci est signe d'intelligence.
design, c'est faire beau et plus economique, le client s'y retrouve, et nous le faisons tous: toute la beaute humaine est aussi dans le simple et le fonctionel. Il y a des dictateurs qui font des palais avec des esclaves en demandant des trucs impossibles, la je parle de nous, de notre vie, du quotidien. du voyageur en bateau.
bises a tous,

17 déc. 2014
0

Je pense qu'il y a en France des chantiers capables de sortir des coques en alu semi épais,[...]

Il faudrait définir ce qui est fin, épais et semi-épais ...
JC Michaud viens de sortir un 4.20m en alu qu'il dit "épais" et pourtant il ne fait "que" 4mm.
jean-claude-michaud.com[...]ex.html

17 déc. 2014
0

a longcours

le rapport hauteur / epaisseur maxi entre bordé et raidisseur il s'agit de l'épaisseur du plat soudé sur le bordé .... en fait le "boudin" remplace dans une certaine mesure l'aile d'une corniere ou d'T ... donc on n'en tient pas compte .... on atteint le rapport simplement lorsque l'on est amené à faire des Porque ,lorsque ceux-ci ne peuvent etre haut faute de place on augmente l'épaisseur de l'ame et là il ne faut pas allé trop loin car comme toujours on fini par créer un "point dur" d'ou ce rapport à respecter

18 déc. 2014
0

Vous parlez de "surépaisseur"

voici quelques chiffres :

Les remorqueurs classé Haute Mer du Havre : 34m ,60T de traction, 6000cv qui tirent des bateaux de 300m et plus

- tole du fond milieu : ep calculé : 7.3mm realisé 9mm
- fond extremité : ep calculé: 6.3mm ralisé 8mm
- quille plate : ep calculé : 10.8 realisé 11mm

et donc ces épaisseurs ont été majoré à la demande de l'Armateur de 1mm

Les Thoniers Senneur d'environ 80m qu'une capacité de 1000T de thons congelé ont aussi une surepaisseur demandé par l'armateur sur la muraille TD ou se fait l'accostage du Skiff ( bateau qui tire la senne ,30/40t 800cv) en haute mer de 2mm donc cette muraille passe de 7 à 9mm ...

Le Thalassa Navire de Recherche Oceanique d'Ifremer dont j'ai eu l'honneur de definir l'echantillonnage general classé "Glace II" a pour supporter la glace une épaisseur à l'avant de 11mm ..et c'est un navire tres tres caustaud et tres tres rigide.

Reflechisez à votre coté "anxigéne" !!!

18 déc. 201416 juin 2020
0

effectivement 16mm AG4MC pour le haut bordé


18 déc. 2014
0

oui les épaisseurs sont pour des bateaux aciers ,remorqueur et thonier .

concernant les épaisseurs alu/acier
1/ à resistance egale les structures alu sont 2 fois moins lourde de l'acier (c'est mon chiffre) .
2/ une structure alu aura ses espaces entre raidisseurs plus petites ,la structure sera plus serrée
3 / de memoire les épaisseurs c'est acier/5x7 pour l'alu
exemple acier 10 mm alu 10/5x7=14 qui n'est pas loin de 1.5

Le Tara est tellement particulier ...mais effectivement les épaisseurs doivent etre de cette ordre 16/25.

Pour la glace ce qui est structurel c'est la serre mise au droit de la flottaison qui va de l'avant avec une tablette jusqu'au metre couple ... ensuite l'on intercale entre chaque lisse ou chaque membrures (selon le type de construction ) un raidisseur qui a la moitié de l'inertie de la structure premiere et qui passe a travers la serre audessus et dessous ça ressemble a nos cotes flottante ainsi point de point dur

19 déc. 2014
0

ah formidable , je croyais que l'alu 5383 avait disparu ...

le 5383 a été demandé par le Chantier à l'époque des NGV , ç'est sans aucun doute le mieux que l'on fasse en alu pour la marine , (voir le descriptif) ,on fait aussi les toles en 5383 .

pour le gain de poids tu exageres beaucoup mais le plat a boudin c'est ce qui est le plus optimisé en naval les corniere,T etc c'est totalement perimé et a coté de la plaque . A inertie egale entre une corniere et un plat à boudin on gagne sur le raidisseur 5% de poids .

pour revenir rapport poids alu / acier 11.5/21.8 la moitié c'etait mon chiffre .

20 déc. 2014
0

non non longcours .. il ne faut pas prendre le gain de poids sur le profil lui m^me mais sur l'inertie , sur la resistance du profil lui m^me qui sont different l'un de l'autre ...

Pour le calcul de l'inertie c'est extremement simple ..il te suffit de dessiner à l'ordinateur le profil et tu as dans le menu les caracteristiques ,toute une page , Mais attention il faut que tu dessine aussi la tole du bordé associé au raidisseur .

20 déc. 2014
0

tu vas comprendre tout de suite la difference entre l'alu 5086(AG4MC) et le 5383 .

lorsque l'on fait un pli à 90° sur le 5086 le rayon interieur doit etre au mini egale à 2 fois l'épaisseur pour eviter les craquelures au dos du pli . avec le 5383 on peut descendre à 1 fois l'épaisseur .

Alors on imagine tout de suite la difference de malléabilité ..de poinçonnage ,de deformations possible avant rupture ..

18 déc. 2014
0

Ben tu l'as écris toi même cela dépend de la taille

Oui, mais ce que je voulais dire, c'est que 4mm pour un 4.20m c'est considéré comme épais ... au vu du poids de l'ensemble.
Si à la résistance au choc frontal, c'est plutôt bien (sup à du plastique mais en relation avec le maillage interne de lisses), la résistance au poinçonnement est plutôt faible, voir bien plus faible qu'un plastique...
On assiste donc à l'utilisation inadaptée d'un matériaux (je devrais plutôt dire "non optimisée") dans une certaine taille de bateau (de l'alu pour 4.20m, c'est plutôt pas courant), juste pour "surfer" sur l'image que véhicule un matériau. cet exemple est extrême (4.20m) mais j'aurais pu dire la même chose pour le Révolution 22 ...

17 déc. 2014
0

Le plan d'origine du Damien II est prévue en quille relevable , les versions dériveur lesté (dérive relevable) comme le notre (de mémoire il devait s'agir du 3em construit à Tarare et le premier en dériveur lesté) ont été une "évolution" comme la version quillard .
Par contre laisser la seule paternité du Damien II en quille relevable au chantier Meta c'est oublier (ou ignorer?) que pour la construction des 2 premiers Damien l'un a certes été construit chez Meta , mais l'autre celui de Janichon l'aété au Chantier du Rove .(pas loin de Châteauneuf les Marigues sur la route allant vers ...le Rove et ensuite Marseille.
Pour avoir vu des réalisations des deux chantiers et avoir visité les deux chantiers , je préférais les réalisations de Meta .(non pas par ce que j'avais un Damien de chez Meta , mais par ce que la chaudronnerie était un peu mieu chez Meta, même si sur la photo plus haut l'on peut très bien voir à quel point la tôle était marquée par la rouleuse, et même si la réalisation du Damien avait quelques lacunes , déjà en partie énumérées ici (voir le moteur de recherche).
Je ne critiquerais pas la recherche de la simplification si elle se traduit par une réelle baisse de cout et que nous qui ne sommes "ni dictateurs , ni multi millionnaire (même pas millionnaire du tout)
:-( en bénéficions.

La j'ai sous les yeux d'anciens tarifs Neptune moteur Mars 2012

Prix pour une coque nue Ecotroll 180000 € TTC et environ 6000 kgs d'alu. Il est annoncé 1500 h de travail (à mettre en rapport avec les 2 semaine de 35 h dont Meffre parle pour assembler sa coque de 20 m et des 48 h dont parle Antoine dans l'un de ses livre )

Je pense qu'il y a en France des chantiers capables de sortir des coques en alu semi épais, sur structures avec quelques courbes pour cette somme là.
Certes l'on ne pourra dire : "j'ai un Meta en Strongall"

Mais l'on aura une coque et des superstructures "avec des formes" , une peau épaisse (pour les anxieux) plus une structure digne de ce nom (pour les très anxieux , qui a dis "comme toi" meuh non je ne suis pas anxieux..).
Mais libre à chacun de choisir son chantier (encore heureux).
Lorsque vous avez le choix , à prix egal (quelque fois à moins cher , j'avais eu une cotation de Garcia (pas vraiment le petit chantier inconnu) moins cher qu'une cotation Meta) autant avoir une coque avec certains galbe, des superstructure avec des rayons, des finitions avec du tube (plutôt qu'avec de la tôle récupérée dans les chutes).

17 déc. 2014
0

Ben tu l'as écris toi même cela dépend de la taille
Mais revoir l'exemple que j'ai du écrire et réécrire 7 ou 8 fois au fil du fil .

Par exemple ( je rerereecris) :
Dans notre exemple:
- 6mm pour le pont certains considèrent cela comme semi épais (bien des chantiers préconiseraient 4 mm et alors que Meta proposerais du 8 mm) moyenne 6 mm donc semi épais ou si tu préfère voir le verre à moitié vide semi fin
-10 mm pour notre bordé supérieur les chantiers proposeraient 6 voir 8 maxi et Meta 12 mm , moyenne 9,5 mm
-Notre bordé inferieur 12 mm, les chantiers sans doutes 8 mm et Meta 15 mm , Moyenne 11,5 mm

D'où mon emploi du terme semi épais ce qui bien sur dépends de la taille il est évident qu'une coque de 20 m en 6 mm et une de 3,5m en 6 mm...c'est pas le même rapport.

Lorsque nous avons conçu notre bateau actuel nous avons chercher le compromis.
Certes si nous l'avions construit en tôle de 8,12,15 mm (comme préconisé par Meta)et seulement cloisons étanches et bâtis moteurs nous aurions eu un gain énorme en MO voir Meffre et sa coque de 20 assemblée après 2 semaines de 35 h (si ce qui est écris plus haut est avéré , il faudra que je lui demande !)( mais j'ai un courrier quelque part de Joubert qui va dans ce sens..une boite en Strongal sans superstructure il y en a pas pour mille et des cent...) Et nous aurions eu un poids de coque supérieur d'environ 12%.

Si nous avions choisi de faire une structure légèrement plus dense avec une épaisseur ...euh je sais plus si je dois dire fine ou standard ou normale ...enfin telle que préconisée par les chantiers (autre que Meta) la notre temps de construction aurait été très légèrement supérieur à celui nécessité pour HOA,mais notre poids coque aurait été diminué de plusieurs tonnes (mais pour avoir vu des bateaux construit avec des tôles que je considère trop fines , avec des bordés enfoncés que l'on masque avec (plusieurs?) centimètres de mastics, c'est à dire avec un poids plus important que ce que aurait été une tôle d'épaisseur "semi épaisse" ( ceux qui ont vus les fonds d'un voilier tel que "La folie des Grinder" (belle structure tôle "fines" , bordés enfoncés et enduit, puis découpés pour être remplacés) comprendrons ce que je veux dire.
Nous voulions une solidité ( j'ose plus l'écrire ...) supérieure à la moyenne (chiffres de ICNN mini 2 fois la norme, c'est les chiffres je les tiens à dispositions , des chiffres pas des 'impressions ,des sentiments que etc)
Donc nous avons décidé du compromis (déjà décris plusieurs fois )
Espacement des membrures de 930 mm (axe à axe)
espacement des lisses 300 mm ( maxi dans la plus grande hauteur de bordé) et une peau "semi épaisse" (telle que précisé une fois de plus ci dessus.
Afin d'avoir une solidité , rigidité, inertie supérieures et une épaisseur de coque nous permettant de casser un peu de glaçons sans être enfoncée, poinçonnée (à ce jour épaisseur maxi rencontrée en glace de l'année 20 cm, pas de marques sur notre tôle, pas d'enfoncement, le problème c'est plutôt que pour faire son chemin il faut pas hésiter à pousser "fort" et pousser fort cela pose le problème que les grosses plaques se dressent un peu et fuuiit glissent sous la coque vers les hélices, quand à passer à la voile eux c'est juste pour le titre d'un livre ou d'un reportage, et même avec nos "gros " ( oui d'accord qu'est ce qui est gros ? 2x215 cv) ce n'est pas un exercice que je ferais souvent , tu y passe un temps fou , tu consomme un max et les hélices souffrent, et contrairement par exemple à Aurora Magnetica , nous n'avons pas une étrave faite pour de par sa forme) .

Comme ecris sur notre blog l'usage de plat boudin et mieux de plats boudin en "Sealium"nous aurait permis de faire une structure à la fois plus dense et plus légére .
Tient d'ailleurs à ce sujet Calypso si tu lis ces lignes j'ai une interrogation , dans le calcul des structure pour repondre à la norme CE ils parlent d'un rapport Hauteur epaisseur maxi à ne pas d'epasser , mais les plats boudins d'Almet (par exemple) si l'on ne prend que la hauteur et l'epaisseur sont bien au dessus de ce rapport !? Comment le "boudin" du haut entre il dans le calcul pour "moyenner" ce rapport ?

18 déc. 2014
0

Je présume que les échantillonnages que tu donne sont pour de l'acier ?
Si ce qui est écrit par Pechiney est exact ( à la louche ep. acier X 1,5 pour de l'alu )
l'on aurait respectivement :
11 mm
10 mm
10 mm
11 mm
et 13 mm pour celui classé "Glace 2" .
Je crois me rappeler que pour Tara il y avait des épaisseurs de 16 à 25 mm, peut être pourras tu nous préciser les épaisseurs de Tara ?

www.espace-sciences.org[...]05.html

Finalement à 10 et 12 mm, alors que nous n'avons pas une forme conçue pour faire "noyau d'olive", je ne pense pas avoir tant que cela "sur-épaissi", pour un usage "hors pistes".

18 déc. 2014
0

:pouce:

merci pour le fichier !

18 déc. 2014
0

j'ai oublié

pour la glace , la meche du safran doit etre augmenté de 20% par rapport à la normale ,evidement si elle est dejà surdimensionné ...

19 déc. 2014
0

Nous en alu 11,5 T en acier 21,8T .
Tu as ici les section des plats boudins commercialisés par Almet :
www.almet-marine.com[...]AT6.pdf

Tu verras que (par exemple le 120 de haut fait 6 d'epaisseur, d'où ma précédente question car de mémoire pour le notre avec par exemple du 120X12 nous n'aurions pas pu par exemple "tomber" à 120X8 sans sortir de la norme (mais il faut que je retrouve le fichier).
Sinon c'est sur avec les simples plats boudins economie de poids sur la structure 15% et avec les plat boudins "sealium"

www.almet-marine.com[...]-FR.pdf

Quasiment 30% (à structures egales en nombre)

20 déc. 201416 juin 2020
0

Pour le gain en poids (malgré notre échantillonnage) c'est en partie ce qui nous a fait pencher pour l'alu)
sinon pour les différences de poids entre un "méplat" de 120X12 et les deux sortes de plats boudins:
méplat 3,88 kgs/m
plat boudin 3,25 kgs/m gain 16,23%
plat boudin "Sealium" 2,65 kgs/m gain 31,70%

D'où mes questions plus haut concernant la prise en compte du "boudin" dans le rapport hauteur/épaisseur et je n'ai pas trouver les inerties dans le sens épaisseur des plats boudins( et calculer celle d'un T ou d'une cornière j'y arriverais ) mais là décomposer les "arrondis" cela serait "pifometrique".

Sur notre blog je parlais d'un "compromis" en cas d'emploi de plat boudin : structure un peu plus dense et néanmoins gain de poids sur la structure.

Comme ecris plus haut pour la norme CE rapport maxi 12,
nous sommes avec nos 120X12 à 10 , mais pour un plat boudin de
h 120 et epaisseur de 6 :reflechi: :reflechi:

20 déc. 2014
0

C'est pourquoi je demandais plus haut comment prendre en compte le "boudin" pour pouvoir comparer à inertie egale .
Mais plus haut j'avais ecrit : "à structure égale en nombre" .
ne sachant combien il faudrait mettre de plat-boudin pour obtenir la même inertie" qu'avec les plats .
D'où mes questions.
Si l'inertie du plat boudin est là même , gain de poids comme ecris , si elle est plus faible ou bien plus faible ...comment rester dans la norme ?

17 déc. 201417 déc. 2014
0

Héhé... voyons !
4mm pour un 420, c'est épais... pour un 12 m, c'est fin...
C'était pourtant pas difficile !

:mdr:
Ma coque à bouchains de 9,60 m fait 5 mm avec membrures (sauf carène : 10 mm), et c'est très bien. Les tôles sont lisses et rectilignes, malgré les nombreux coups réçus depuis 1989... Par contre, le brise 28 en forme que j'ai eu dans le passé, faisait 4 mm et était légèrement "cabossé" de partout !

17 déc. 2014
0

Sa depend si tu t'adresse a un tolier formeur ou a un chaudronier!!!!ou meme à un carrossier......
tu rentre dans un debat idéologique sans fin
A si tu dit a ton carrossier que c'est un chaudronier tu risque de passer un mauvais quar d'heure....

17 déc. 2014
2

La clé du problème : " une peau épaisse (pour les anxieux) plus une structure digne de ce nom (pour les très anxieux)..."

ce doit être en effet le niveau de l'anxiété qui motive le choix plus ou moins rationnel vers de l'épais, du super épais, du structuré...
D'où les attaques virulentes et les diatribes mordantes de ceux qui ont confié leur sécurité à une technique, qu'ils considèrent comme la meilleure et la plus sûre, quand ils entendent que, eh bien non, même leur super épais possède des points de faiblesses plus ou moins cachés, il n'y a pas de matériau invulnérable... Ils préfèrent le déni et se réfugient derrière leurs certitudes plutôt que d'affronter le retour en force de l'anxiété, car alors, à quel matériau confier sa vie ?

Pour la petite histoire : après avoir jeté mon dévolu sur un 8m en tôles semi-épaisses de 4 et 5mm ( le Huit de chez Aluminium & Technique) par souci de sécurité et d'étanchéité, je me suis aperçu que le chantier avait "oublié" une soudure au niveau du puits de quille et qu'à pleine charge l'eau pissait par cette large fissure. Imaginez ce que ça donne sur des fonds plats: les pieds dans l'eau en permanence. Quand on s'embarque pour une transat, ce n'est pas drôle. Et j'avais choisi l'alu pour être sûr d'avoir un bateau étanche !... Fin de la petite histoire : j'ai vidé 3kg de résine époxy dans un renfort. Cette méthode peu orthodoxe s'avéra efficace, je pus enfin naviguer les pieds au sec.

Note aux polémiqueurs : j'étais très intéressé par ce sujet : retour d'expérience sur le Strongall (Strongall or not Strongall ?). Tout ce que j'ai appris, c'est qu'il n'y a rien de plus perfide qu'une soudure. J'avoue que, horrifié par ce que j'ai lu, et si c'était à refaire, je choisirai un bon vieux polyester des familles (du monolithique super épais, bien sûr !). Mais peut-être suis-je trop anxieux ?

17 déc. 2014
0

Si tu deviens "trop anxieux " je ne peux te dire qu'une chose ....: bienvenus au club !
D'un autre coté j'ai déjà trouvé au moins UN( d'accord c'est pas beaucoup !) plus anxieux que moi qui lorsqu'il voulait acheter notre bateau nous avait dis : votre semelle n'est qu'en 16 mm , j'aurais préférés du 20 mm :langue2: :langue2:
Par ce qu'il avait vu un Meta avec du 20 mm sans doute :reflechi:
en oubliant peut etre au passage que derrière notre "que 16mm" il y avait : un fer de quille de 180X20, deux lisses de 60X8 et tout les 930 mm une varangue en 12 mm avec bord tombe de 60 mm et raidisseur .
Pour ta fissure , enfin plutôt l'oubli de soudure, nous avons eu cela avec notre grande coque Garcia , dans le fond des réservoirs (14m3) une soudure sur le dessus de la quille avait été "oubliée" heureusement nous avions remplis les réservoir avec de l'eau "pour voir" et un certains nombres de soudure (à 3 ou 4 endroits étaient poreuses et fuyaient .
Pour remédier à cela Garcia nous avait donné une résine bicomposant , aspect gris alu dont il étaient content et c'est vrai cela o bien marché !!! :langue2: :langue2:

17 déc. 2014
0

Finalement, le Strongall, vous en pensez quoi ? :tesur:

17 déc. 2014
1

il apparait que les bateau construit en "strongall" flottent toujours et n'ont pas coulé.....depuis 30 ans....

17 déc. 2014
1

Pour faire court !? (si si je peux :mdr:)
Rapide à construire , plus résistant aux poinçonnage qu'une tôle "fine" (voir plus haut), "formes" agressives, plus lourd (même que du "semi épais" (voir plus haut))

17 déc. 2014
0

Bonjour
.
Notre voilier (méta) nous a permis de faire un beau voyage en famille soit plus de 20 000 nm. Nos critère: dériveur, logeable, grande autonomie, solide, d'occasion....et j'en passe.
Il a très bien fait son Job.
rentré en aout, il s'est vendu en 3 mois !
.
J'ai apprécié ce chantier car ils sont a l'écoutent de leurs clients et offre conseil sans donner l'impression qu'on les gonfle !
Je trouve néanmoins leurs bateaux un peu lourd...
.
Le bateau parfait n'existe pas et le plus important a mon avis, c'est le "capitaine" !
.
Voilà, je laisse la place aux Vrais Experts Navales!!!
nb désolé pour les fautes d'ortho.

18 déc. 2014
0

j'éspère que tu n'en a pas fait en loxo
alain

17 déc. 2014
1

J'y connais rien en Strongall, mais quand je regarde l’emplanture d'un avion, ce sont toujours des membrures recouvertes d'une peau. Membrures maintenant en composite, mais le but est le même, reporter tous les efforts sur une structure qui travaille en compression et torsion et l'habiller d'une peau plus ou moins épaisse.
Après, on va dire que l'eau étant plus dense que l'air...
Oui, mais dans ce cas on adapte l'épaisseur.

Possible que j'ai remis 100 balles dans le bouzin, là...

17 déc. 2014
1

les avions résistent très mal au chocs et au poinçonnage.

18 déc. 2014
1

Ah, on dirait une lecture au premier degré.
Mais pas grave...
Un bateau ne doit pas aller plus vite que 100 nds, et encore, sur foils, donc s'approchant des paramétrés de l'avion, un avion dépasse le mur du son.
Les fluides n'ont pas la même densité, mais les vitesses sont en rapport.

OK, j'ai rarement vu des patates de corail à haute altitude et les risques de poinçonnage sont assez minimes, c'est pour ça que je parlais d'efforts structurels.

Bon, je vous laisse.
Merci, Vientiane, de clore ce fil de cette façon, c'est poétique.

17 déc. 2014
0

...ben oui... à force de remettre cent balles, ce sujet débattu-rebattu va devenir une vraie machine à sous, à qui le jackpot ?

A ce qui me semble les contraintes en plein ciel ne sont pas les mêmes qu'au ras des flots. Un bateau se heurte rudement aux vagues, parfois aux conteneurs dérivants, se frotte à la roche, aux quais en béton. Un avion se frotte... aux nuages.

17 déc. 201417 déc. 2014
0

bonjour à tous; p harlé en parlant du strong.. disait le poids de l'acier le prix de l'alu....il n'avait pas forcement raison!perso bien que pas fana, ( pour les amenagements comme il n'y a ni couples ni lices en general il faut ou souder des pates partout ou coller des tassots) il faut reconnaitre que meta a aussi fait un formidable bateau avec cette technique= l'adams 52 plan joubert ce bateau a tournè dans les pires conditions autour du monde et dans les glaçes, un proprietaire et son fils n'ayant pratiquement jamais mis pieds à terre, le bateau en plus a de la gueule! la seule fois ou j'ai failli faire une infidelitè à garçia!

18 déc. 2014
0

Vous etes tres terrien non ? n'avez vous jamais ete une coque, fremissant sous les coups des vagues, se tordant discretement sous la tire des haubans, vibrant dans les coups de survitesses, transmettant tout les bruit de vie a bord et du fond marin, du moteur insatiable, se corrodant en pile dans l'eau sale parcouru de courant residuels, se tapant fort la quille contre une pile de corail mou a vous tordre les varangues ? soyez votre bateau, transformez vous en coque, bourrez cette mer ecumeuse, vous n'aurez plus peur.
vous avez, il me semble a peu pres tous raison dans ce fil.

18 déc. 2014
0

Si l'on examine la conception de la structure coque dans l'optique resistance ,solidité ,il y a un point qui plaide en faveur du "Strongall" qui me plait bien .

L'enorme difficulté du structurel est de definir l'echantillonnage de telle sorte que l'ensemble du bateau est un tau de travail aussi uniformement repartie et semblable partout. Pour ce faire il faut jouer sur les espaces (Membrures,lisses) sur les échatillonnages ( inertie,effort tranchant,fleche ) sur les assemblages (goussets,recouvrement..) etc . Et ce point là c'est pas gagné d'avance sinon le plus fort ne va pas se deformer comme l'echantillonnage d'a coté et va donc encaissé plus d'effort que prevu ...et le soudures dans certaine zone vont se trouvé fortement sollicité et dans d'autre moins .... et aissi tout comme sur certain point localisé il existera des "Zone dure" comme il existe lorsque les choses sont mal echantillonné des "point dur ".

Donc le structurel s'il est mal apprehendé dans son ensemble ( j'insiste sur ensemble) peut tres bien n'etre pas homogene et criticable ou voir defectueux en terme de resistance .

Par contre le Strongal (terme qui m'enerve) sera lui de toute façon homogene en tau de travail donc en deformation (torsion,flexion,cisaillement ) . ça me plait bien cet aspect

18 déc. 201418 déc. 2014
0

Es-tu sûr, que la difficulté réelle que tu décris, s'applique aussi bien aux navires que tu as conçus, qu'aux voiliers qui nous intéressent ?
Il me semble évident que sur un navire de plus de 50 m, qui doit être énormément chargé et naviguer dans une longueur d'onde de vague inférieure à la longueur de flottaison, le problème est crucial.
J'en suis moins certain, sur les bouchons dont nous parlons, dont les coefs de sécurité en terme de structure doivent être bien supérieurs.
Tes éclairages sont bienvenus...

18 déc. 2014
0

Guillemot

tu as raison je suis parfois un peu ,beaucoup deformé par les gros navires transportant des lourdes charges ce qui n'est pas le cas en plaisance ...

Mais par ailleurs je suis tres dubitatif sur l'echantillonnage que certain utilise pour transporter quelques personnes et leurs effets . Et quand t'a calculer des echantillonnages autant le faire bien sinon il risque fort de se retourner contre le but recherché .Un bateau avec un échantillonnege correctement conçu d'épaisseur moindre peu tres bien s'avéré plus resistant d'un autre mal proporsionné , c'est ce que j'essayais de dire.Sans conter que celà genere des depenses et du poids bien inutile ,nuisible

18 déc. 201418 déc. 2014
0

Ce fil est remarquable de technicité et de passion. C’est un vrai bonheur de le lire. Observons quand même que l’évolution de la construction navale de plaisance est allée vers toujours plus léger (toujours plus costaud ?) et toujours plus rapide. En un demi-siècle on est passé du coffre fort Joshua, aux 4x4 Ovnis puis aux Pogos, JPK et autres RM. Le niveau d’anxiété diminue-t-il ou les ingénieurs sont ils de plus en plus géniaux ? Je pencherais pour les ingénieurs. La mer quand à elle est douce aux plus légers et cogne sur les plus lourds.

18 déc. 2014
0

C'est également l'adéquation des bateaux avec la définition de leur programmes, ainsi que le marketing, dans le sens "reponse aux attentes des clients" qui a évolué.
Les "coffres forts" aux programmes de nav lointaines dans des eaux mal carto, hors des sentiers battus sans marina bien proprettes, voir dans la glace et les hautes latitudes, se sont retrouvé noyés dans les productions aux programmes de croisières "plus faciles" ou de programmes sur des machines donnant l'impression du grand frisson de la course.

18 déc. 2014
0

calypso2; tres bon les remarques, le diplome d'ingenieur ne suffit pas, il faut de l'amour pour a ce point etudier, verifier tout les points dans une forme aussi complexe que celle d'une coque et des efforts demandes. a notre epoque et nos prix de main d'oeuvre, ca s'appelle de l'amour. il faut aussi bousculer les habitudes et repenser ce qu'on a appris a l'ecole, tuer son prof quoi, comme on tue son pere en oedipe.

18 déc. 2014
0

sauf je n'ai pas appris à l'école mais des anciens dessinateurs , des ingenieurs,des bureaux de certifications, des utilisateurs marins , de l'observation , de l'experience , des ouvriers(beaucoup) soudeurs ,chaudronniers ,redresseurs, formeurs et je croie de l'amour (comme tu dis) du bateau et quelque part d'avoir aussi passé par l'atelier avant de "pondre" une Structure Generale definissant tous les echantillonnages de bateau entre 15m et 140m ...

souvenirs ,souvenirs

et me voilà reparti ...avec 10 balles dans le bastrinque ..incorrigible

18 déc. 201418 déc. 2014
0

... et aussi savoir remettre en cause ses croyances.
Avant je ne jurais que par l'alu... jusqu'au jour où j'ai vu un Brise de mer 31 dont les fonds avaient été découpé comme à l'ouvre-boîte suite à un talonnage. De quoi vous faire réfléchir.

18 déc. 2014
0

sauf que lui il était reparable le m^me en polyester aurait été bon pour la decheterie

18 déc. 2014
0

zi va, c'est mon tour de remettre deux balles dans la machine.
.
C'est exactement le pourquoi du comment que j'aurais jamais de bateau en alu, mais toujours stratifié monolithique.
je vais faire mon gros cakos, et vous dire que j'ai galéré à mort pendant deux ans (à Mayotte) pour faire boucher CONVENABLEMENT les trous sur ce beau bateau en alu, alors que pendant ce temps là, j'ai réparé 6 catas (création d'un club nautique) et deux vedettes en polyester sur ma terrasse.
.
Depuis, j'en ai réparé et construit d'autres en fibre (polyester et époxy) à Mada. c'est simple, fiable, solide...

18 déc. 2014
0

non non José ... même le stratifié se répare !
la preuve, tous les bateaux de course, multis, sont découpés, allongés, raccourcis, modifiés plusieurs fois dans leur vie ...

18 déc. 201418 déc. 2014
0

Deux retours d’expériences "découpage type ouvre-boites" (du poinçonnement) sur des bateaux [b]acier m'ont également fait réfléchir à ce matériau, alors l'alu...
Réparables ? peut -être. Sauf que les deux retours d'expériences en question ... leur bateau à coulé sur cette déchirure (l'un sur un OFNI au large des Canaries, l'autre sur une bouée sur la Loire). Certes, c'est rare, j'en fait surtout pas une généralité... mais cela existe.
Le poinçonnement est l’ennemi du métal (et du CP non composite).

18 déc. 2014
0

Donc le diplome est inutile ou peu utile. ceci m'eclaire enormement, je vous dirai demain pourquoi. le mec qui fait des remarques d'ingenieuries intelligentes et une remarque pertinente sur la pretendue securite et assurance d'une strucure lisse+varanges et toles, et qui calcule des structures de bateau de 140 m avec lourde charge n'a pas de diplome et a appris sur le tas.
beau, tres beau.

18 déc. 2014
3

alors là surement pas inutile j'aurai été bien content d'avoir un diplome d'ingenieur ...et celà pour de multiples raison ... je vais t'en sité une seule .. L'ingenieur lui te fait sentir que lui est diplomé donc il "sait" forcement , sans diplome il faut prouver à chaque instant que ce que tu avances est juste ...

il est bien preferable d'etre diplomé de toute maniere ... ça aide

18 déc. 2014
0

Le juge : "un kilo c'est un kilo"
Landru : " Monsieur le juge, vous préférez recevoir sur la tête, un kilo de plomb ou un kilo de plumes ."

Bon ça n'a rien à voir, excusez moi. :reflechi:

19 déc. 2014
0

oui Calypso2, le diplome sert de Mercedes, si tu as une Mercedes tu es riche donc on peut te faire confiance.
ce qui produit: des etudes et realisations de moins bonne qualite fait par des gens diplomes, et des oeuvres innovantes, adaptees, et moins cher par des simples.
avec biensur vol de competence par les diplomes aupres des non diplomes.
j'ai le meme probleme quand on fait une ville, on design une ville. prenez un architecte, il est horriblement primitif. prenez un architecte paysagiste il sera le summum du logique et du rafinement.
c'est une horreur mondiale.
le Jo fricaud qui resoud a lui seul pas mal de doutes, et passe audessus de l'ingenieur en suprimant presque tout les calculs necessaires, devient sublime, au dessus.
trouver l'au dessus du probleme c'est prendre du recul, voir l'ensemble, et composer en connaissance.
passer au dessus de l'habitude de l'ingenieur, est l'axe de recherche.
la recherche de la beaute en tant que guide de recherche technique aussi.
c'est presque tout.

19 déc. 2014
0

Il me semble que dans ton raisonnement tu oublie un "détail" : Michel Joubert :reflechi: :heu:

19 déc. 2014
0

tout celà est bien discutable

generalement le diplome permet de se payer la Mercedes .

Et ceux qui pretendent vouloir passer audessus de l'ingenieur sont souvent des gens tres dangereux , j'ai assisté à des drames... et m^me a un naufrage avec des morts parce Mr "je sais tout" n'avait pas besoin de l'aval de son ingenieur ...

19 déc. 2014
1

Je suis globalement un peu de ton avis Vientiane. Mais il ne faut tout de même pas dire que les études (diplômes) ne servent à rien... De même qu'ils n'empêchent pas forcément d'être innovant...
Il y a une bonne phrase pour désigner ceux qui se cantonnent dans ce qu'ils ont "appris" :
"Ils savent tout, mais rien d'autre..."
:mdr:
Par contre, le gars créatif qui a, en plus, des connaissances, surpassera forcément celui qui n'en a pas.

19 déc. 2014
0

J'ai lu avec beaucoup d’intérêt tous ces avis sur l'alu et le Strongal en particulier.
Venant de l'aéronautique, je suis surpris de voir que dans le bateau, l'alu est synonyme de "solide". Ces trente dernières années, J'ai réparé ou vu un grand nombre d'aéronefs crashés ou posés sur le ventre de façon vraiment dure. Dans tous les cas la fibre résiste mieux et surtout sa tenue dans le temps est infiniment supérieure. L'alu fini toujours pas se fendre, il faut constamment surveiller des éventuelles criques et les aéronefs en alu n'ont jamais le potentiel en heures des aéronefs en fibres. A masse égale, le fibre est toujours bien plus résistante à la fatigue ou aux chocs.
Il faut dire aussi qu'un aéronef est fait dans les règles de l'art, le plan de stratification est soigneusement étudié, le nombre de couches, le sens de positionnement des rowings, les renforts kevlars....etc.
N'y a-t-il pas de bateaux construits comme cela ?
De plus un aéronef crashé en fibre se répare toujours, ce n'est la le cas d'un appareil en alu.
Je viens finalement d'acheter un voilier en fibre sans contre-moulage, je sais que cette technique est souvent synonyme de "cache misère" et rend les réparations bien plus aléatoires.

19 déc. 201419 déc. 2014
0

N'y a-t-il pas de bateaux construits comme cela ?

Oui et non. Tu as raison sur le fond, mais il manque un élément important: le prix. Un avion à une exploitation commerciale réfléchie derrière sa sortie de chantier: quasi jamais pour un voilier, et même si il est exploité en charter, la clientèle est aléatoire et souvent bien moindre (en volume) que ce qui est écrit dans le "business plan" de départ...
Les seuls qui s'approchent de ton raisonnement sont les voiliers de course au large (coques carbone cuites au four) dont l'exploitation se réfléchit en retombées médiatiques. Et les prix sont loin des voiliers de plaisance.
Quant aux productions de série, très peu de fibres exotiques (carbone/ kevlar), des process dit "d'infusion" pour limiter les matériaux (les optimiser) et diminuer le cout de revient pour augmenter les marges...
Donc sur un plan "solidité Vs. prix de revient Vs poids", l'alu reste compétitif vis a vis d'un "plastique" à solidité équivalente (qui sera d'un poids plus important, tout comme un prix de revient également plus important).
Encore une fois, dans l'aéro, on dimensionne pour résister aux contraintes de fonctionnement. En naval, on va bien plus loin: il faut résister en plus aux chocs avec un objet solide (quai, ponton, bouée, ofni, autre bateau etc...) et pouvoir continuer sa route. Cela dépasse largement les contraintes dues au vent /vagues.
PS: tu as bien fait d'éviter le contre-moulage.

20 déc. 2014
0

Le soucie avec la fibre pour les bateau c'est l'osmose!!!!inévitable
sa m'étonerais que les avoins connaisse cette maladie dans l'automobile on ne rencontre pas cette maladie nom plus
Le strongal pas d'osmose sur un bateau de +de 10 ans mais soufre t'il d'électrolise?ou d'autre maladie

20 déc. 2014
0

je me permet d'intervenir, du fait de ma culture aero, plusieurs années en équipe crash sur base aérienne.....donc plusieurs point, en premier lieu, c'est comme partout éviter les amalgames, grosse difference entre un planeur qui va se poser sur le ventre, sur un terrain en herbe, avec une petite pellicule de kevlar qui le protège, et un bateau même léger qui va se frotter sur les têtes de roche immergées ou autres ofni, d'un coté cela glisse en chauffant de l'autre cela rape en déchirant.....voir arrachant.....de mémoire hormis un -5 et un gros porteur qui avaient cassé leur jambes de train principal, ce sont les seuls que j'ai ramassé qui furent réparé...les structures bougent trop lors d'un crash....ensuite les carcasses sont hors normes....
en deuxième point, les structures des avions de combat majoritairement du Duralumin, AU4G, et ceux ci incluent des "structures aluminium PST"....mais toutes leurs contraintes n'ont rien à voir avec celles des bateau....
Maintenant tout se répare mais à quel prix.....

20 déc. 2014
0

Quelle osmose avec le l'époxy ?? Dans l'aéro c'est toujours de l'époxy, dans le passé, les planeurs était gelcoaté polyester sur la fibre à l'époxy. Cela ne donnait rien de bon, tous les 5 à 8 ans il fallait peler cette m****e et recommencer. Actuellement le plus solide est une bonne peinture polyuréthane, ça ne bouge plus.
Je serais curieux de raboter une coque plastique actuelle de son gelcoat et la re-stratifier sous vide à la résine epoxy avec 3 grosses couches de tissage kevlar, le même que celui que nous utilisons pour le ventre de certains planeurs. En une seule couche, ce genre de tissu sauve le fuselage lors d'un posé train rentré dans un champ mal pavé. Le planeur est moins lourd, mais il arrive au sol 110 km/h et vu la forme du fuselage arrondi, il touche le sol sur une toute petite surface, les pressions sont extrêmes.

20 déc. 201416 juin 2020
0

a longcours

Pour comparer les inerties les uns au autres il faut que tu integres aussi le bordé le tout est lié et non dissocié sinon tu ne compares rien du tout .

ci joint le dessin

20 déc. 2014
0

Merci , bon j'avais taper un post qui a du ...s'envoler , des problèmes de connexion , quelques rafales ici alors je perds le signal (bon pour ceux qui vont me mettre en boite en disant on ne perds pas le signal de la wifi à cause du vent :langue2:, je rappelle que nous sommes (dis) connectés via une paraboles "comme à la maison' :tesur: et la nous nous "dandinons " pas mal :langue2:

07 jan. 2016
1

Bonjour tout le monde.

J'arrive un peu tard pour discuter.
Je précise, il le faut, que je suis propriétaire d'un fréquence jazz, donc un pur produit mèta (stongall) depuis quelques mois. J'ai eu pendant plusieurs années un autre bateau en alu plus traditionnel, disons une construction plus classique avec lisses, varangues, etc... Pour aller droit au but et donner mon avis simplement, je pense que les deux techniques ont des avantages et des inconvénients.
Ce qui me générait le plus, pour le moment avec le stongall, c'est qu'il faut être très attentif à l'emplacement des patins de remorque lors des manutentions sans roulev, car bien que les tôles soient épaisses, on verrait bien des renforts supplémentaires pour éviter les déformations.
J'ai pu constaté que ça "revenait " après, je pense qu'il faut rester dans une certaine limite. Si je peux le faire sans prendre de risque, je ferai rajouter deux ou 3 lisses a certains endroit,mais il est vrai que je n'envisage aucune régate, ce n'est pas dans mon programme.
Le bateau, bien qu'assez lourd, marche plutôt bien (grande surface de voile.
Par contre et par rapport à l'ancien voilier, je trouve pas mal d'avantages, c'est un avis, l'échantillonnage permet d'être plus serein quant aux piqures qu'on trouve parfois dans les fonds, ça ne gondole pas quand on saute sur le pont (c'est du 6 mm) idem sur les chocs de ponton, je suis rassuré d'avoir de l'épaisseur pour les années à venir, mon caractère doit y être pour quelque chose, je suis plus tranquille...en cas de choc sur un rocher ça va se déformer par le manque de renfort, mais moins se percer, l'épaisseur est la.
Ceux qui disent le contraire, pour ce cas, m'étonnent.
Le fait de savoir si Méta a gagné plus sur la main d' oeuvre m'importe vraiment peu, je ne l'ai pas acheté neuf, et ne l'ai pas payé particulièrement cher.
Je pense aussi qu'un remplacement d'une tôle serait plus simple, par l'épaisseur et pour le soudage.
Je connais une personne qui a un Ovni (c'est quand même fin) pour faire ce que c'est sensé faire (ya pas de rab...)
Bref, je suis plutôt satisfait! c'est une histoire de sensibilité et de programme.
Merci pour votre attention.

08 jan. 2016
1

merci pour ta contribution Plastic! (drole de nom pour un proprietaire de bateau alu!!))

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

un soleil gros comme ça

Après la pluie...

  • 4.5 (184)

un soleil gros comme ça

mars 2021