Stages Glénans, qui l'a fait ?

Bon, je me lance. Comme j'ai un pêche promenade et que la voile m'attire +++ (cf mes anciens fils), je vais faire un stage au glénans en 2007, histoire de conforter mon futur choix. Je pense prendre l'option croisiere, stage d'une semaine dans lequel on couche dans le bateau et escale le soir dans un port différent. Qui l'a fait, comment c'était? je pense que c'est indispensable, vu mon expérience quasi nulle (sauf biloup). D'ailleurs au 1000 sabord, j'éatais ravi, car je m'étais focalisé (en rève) sur l'idylle 8.80, et j'ai pu le visiter... Ouf, car je ne tiens pas debout dedans (1m80 et c'est capital pour moi) et un peu juste pour ma femme et mes trois enfants (8,11 et 14 ans). Sinon, sur lorient, si vous avez besoin d'un mousse de 50 balais bien sympa...
qu'en pensez vous ?

L'équipage
03 nov. 2006
03 nov. 2006
0

2 fois, mais des autres
J'en ai fait 2 mais les stages Equinoxe. L'instructeur, l'équipage influencent beaucoup sur la qualité, mais avant tout le concept Glénans est bien rôdé.

Contrairement aux rumeurs, les Glénans ont évolué, on ne rentre plus au port à la voile à 4h du mat, on apprend à se servir d'un GPS après qu'on ai prouvé être capable de faire le point sans electricité (varie selon les instructeurs). Mais ça reste une école de voile et non le club med. On bosse beaucoup pour apprendre beaucoup (règlages, navigation, sécurité, vie à bord, manoeuvres).

Je continuerai d'en faire de temps à autre, l'avantage c'est que la proportion de tousistes à bord est faible, on se trouve en général avec un majorité de personnes "qui en veulent" donc déjà à la base des bonnes naves.

Bien sûr, on voit de temps en temps un individu, un groupe, un monitor débarquer et dire que "cette fois c'était nul", mais franchement, est-ce que toutes vos croisières ont toujours été idylliques ? Donc il y aura forcément des avis moins positifs.

Patrick

03 nov. 2006
0

Tout pareil !!!
:-) Stage 14 jours dont 7 à Paimpol et 7 de croisiere il y a 4 ans. Un peu scout, mais techniquement parfait. Comme dit Zygomar, ça dépend evidemment de tes co-stagiaires , mais c'est vrai de tout embarquement. Comme il y avait une flotille de 3 bateaux, on dormait toujours avec les mêmes (4 par ship) mais dans la journée on tournait, dont pas trop de frictions.
Nous l'avons fait en couple, on va y retourner surement l'année prochaine pour continuer à apprendre.

Un point négatif : La tartiflette "Special Glénans" en cocotte pression : à éviter d'oublier sur le feu quand on rentre de nuit (2heures du mat) à Paimpol. je crois que l'écluse sent encore le cramé!!!! :-D

03 nov. 2006
0

pourquoi pas le GMC ?

Je connais un peu les Glénan, mais le côté militaire du genre capeler harnais et brassière pour descendre dans l'annexe par F2 au mouillage, m'insupporte.
Une bonne école également, mais moins rigide : le Groupe Morbihannais de Croisière ( petite structure ).

03 nov. 2006
0

bonne formule
J'ai fais plusieurs stages aux glénans 3 et 4 voiles et dans plusieurs bases mais à des periodes dites "hors saison" (Octobre Novembre février avril). Bonne pioche à chaque fois... Si on y va pour apprendre et naviguer, on est bien servi.

03 nov. 2006
0

2 fois, mais des autres
J'en ai fait 2 mais les stages Equinoxe. L'instructeur, l'équipage influencent beaucoup sur la qualité, mais avant tout le concept Glénans est bien rôdé.

Contrairement aux rumeurs, les Glénans ont évolué, on ne rentre plus au port à la voile à 4h du mat, on apprend à se servir d'un GPS après qu'on ai prouvé être capable de faire le point sans electricité (varie selon les instructeurs). Mais ça reste une école de voile et non le club med. On bosse beaucoup pour apprendre beaucoup (règlages, navigation, sécurité, vie à bord, manoeuvres).

Je continuerai d'en faire de temps à autre, l'avantage c'est que la proportion de tousistes à bord est faible, on se trouve en général avec un majorité de personnes "qui en veulent" donc déjà à la base des bonnes naves.

Bien sûr, on voit de temps en temps un individu, un groupe, un monitor débarquer et dire que "cette fois c'était nul", mais franchement, est-ce que toutes vos croisières ont toujours été idylliques ? Donc il y aura forcément des avis moins positifs.

Patrick

03 nov. 2006
0

1 foie
je l'ai fais 1 foie...en 11.5 jours..

j'ai trouvais ça exelent on était sur un océanis 411 en méditéranée...départ de la base de marseillan on est allé a Rosas (Espagne)..on aurait du aller a Barcelone mais la GV c'est déchiré...et ouai ya certaine fille qui avent pas empaner :-p

Donc c'est une formule que je pence que je vais refaire cet été !!

03 nov. 2006
0

tres satisfait!
J'ai fait pas mal de stage (Paimpol+archipel) et je n'ai pas grand chose à rajouter surles avantages et inconvénients des Glénans.
Mais je me souviens qu'après un 1er stage de 15jours (1 semaine à terre et 1 semaine embarquée), j'avais déjà toutes les grandes bases. Les autres stages ne m'ont pas appris bcp plus (techniquement), mais ils m'ont apporté l'expérience.
Enfin, même si c'est parfois un peu boy-scout, j'ai bcp apprécié que ces stages transmettent aussi un certain etat d'esprit (respect de la mer, des marins, humilité etc...) mais ca dépend sans doute des moniteurs
Vincent

03 nov. 2006
1

Nickel parfait!
Comme la plupart des précédents gléneux, j'ai fait pour l'instant deux stages "hors saison" cette année. "Azur" en Avril à Concarneau (1 voile) puis "4 vents" (3 voiles thème manoeuvre) fin Octobre 2006.

Le stage d'Avril a été encadré par un moniteur permanent des Glénans (par opposition aux bénévoles) et ce mec déchirait tout en matière de technicité et de pédagogie. C'est probablement, tous sports à risque confondus que j'ai pu pratiquer, le meilleur moniteur que j'ai rencontré.

Effectivement, le système Glénans est très bien rodé et je le trouve très adapté pour celles et ceux qui viennent "apprendre". On n'est pas exactement en vacances (au sens de la glande) et la dimension technique est très présente. On en sort avec l'impression d'avoir appris comment fonctionne un voilier, comment régler ses voiles, comment changer de garde robe, et c'est vrai que l'approche est assez "normative" (dont brassieres obligatoires mais je ne comprends toujours pas pourquoi ca gène, rangement du bateau, préparation des nav., faire le point toutes les X minutes avec un compas alors que le GPS est éteint, etc.). Néanmoins et quand on n'y connait rien - ce qui était/est mon cas - on en sort avec cette sensation d'avoir une idée plutôt précise de la gestion "technique" d'une sortie en mer.

Reste les variables: l'équipages et le moniteur. Hors saison, les stages sont moins remplis et les bateaux moins peuplés. Avantage: plus de truc à faire pour chacun. Au passage, ca souligne le fait que de partir aux Glenans en pleine saison sur une embarcation de 47 pieds pour 10 ou 11 personnes risque de ressembler plus à une croisière qu'à un stage technique parce qu'un virement de bord n'occupe que difficilement 11 personnes :)

Les moniteurs sont assez à l'écoute de ce qu'on veut y faire et TRES encadrés par leur hierarchie si bien qu'il y a peu, je pense, de "walous" et que la plupart essayent de faire un bon stage, tant pour l'appreciation des stagiaires que celle de la hierarchie.

Question "equipage", voir 3615 loto. Mais pour l'instant, et hormis la dimension "humaine", tous les stagiaires avec lesquels j'ai embarqué (en octobre on n'était que 2 stagiaires et 1 moniteur sur un Sun Fast 32i [-de-merde]) étaient des gens motivés pour naviguer et pour apprendre. La pluie ou la houle n'ont jamais bloqué le bateau au port, et seule la pétole fait vraiment ch*er!

A titre d'exemple, on est sorti tous les jours fin Octobre, avec du F7 puis F8 etabli. On a tenté à F9 mais comme on n'etait que 3, on a préféré rentrer :) Ce que je veux dire ici, c'est que lorsque le moniteur "sent" son équipage et que l'équipage semble avoir envie de manger de l'écoute, les sorties même musclées sont possibles, toujours sous la couverture d'un coup de fil quotidien au "chef" à la base.

Je me résume. On sort de ces stages avec AUCUNE expérience de la croisière "plaisance" (une preuve? il est interdit de boire l'apéro pendant qu'on navigue :)) mais avec une palette de "trucs techniques" courants et nécessaires et le catalogue donne toujours un stage nouveau pour se perfectionner ou visiter une nouvelle dimension de la voile (je "rêve" maintenant d'un stage de nav. sur la manche en plein hier, avec un gros coefficient et des dépressions bien creuses).

Georges

03 nov. 2006
0

Excellente école de mer!
J'y suis retournée chaque année pendant 10 ans, et je crois que j'ai fait tout ce qu'il était possible de faire à cette époque aux Glénans, depuis le stage d'initiation jusqu'à la course-croisière en passant par la croisière haute mer et l'encadrement...La dernière fois c'était il y a une dizaine d'années pour un stage de manoeuvres à l'Ile Verte dans l'archipel de Bréhat, suivi par une croisière 3 voiles (choisie en fonction des dates et du programme de navigation) autour de la Corse. J'ai eu des chefs de bord imbuvables, (par ex.interdit de se coiffer ou de couper du pain à l'intérieur à cause des cheveux ou des miettes...!!), j'en ai eu des plus sympas, mais toujours des marins éprouvés capables de communiquer leur passion et leurs connaissances . Le résultat est une formation à toute épreuve. Je n'ai jamais eu de bateau, mais ça fait 40 ans que je navigue sur les bateaux des autres et je n'ai jamais de problème pour trouver un embarquement aussi bien comme équipière que comme skipper. A mon avis, l'apprentissage à la dure est nécessaire, car la mer ne pardonne rien et si tu t'attends au pire, tu ne peux pas être déçu!

03 nov. 2006
0

adolescent retardé
J'ai commencé les glenans en 1975 pas de radio pas de moteur godille et voile pour rentrer au port.En 1999 j'ai décidé d'y retourné j'ai commencé par le 2 spis puis l'ambiance etait tres ado(pour une moyenne d'age de ~40 ans)mais j'ai trouve cela genial et j'ai continué en 2000 01 02 03, 2 fois par an 6.5 jours au printemps en mediterranée et autant en été mais en bretagne.L'ambiance toujours genial bien que chaque fois tres differente car toujours lié a l'équipage et au moniteur.Depuis 3 ans je loue avec ma femme et ma fille de 8 ans au printemps en mediterranée et en été en bretagne et je trouve que l'acquis des glenans comme base on ne peut pas faire mieux.

04 nov. 2006
0

ça fait plaisir...
... de voir des gens qui passent par des écoles pour apprendre la voile.
;-)

Et pour la remarque de penloch sur le côté militaire des Glénans, il n'a pas du faire beaucoup d'armée pour se permettre cette comparaison.

De mon côté j'ai pratiqué les Glénans et + ... Et j'ai aussi joué de la trompette dans un orchestre.
Si tu ne commences pas à jouer en même temps que tes petits camarades au moment où le "chef" d'orchestre te fait signe, c'est pas beau à écouter...

Et je compare plus souvent un chef de bord sur un voilier à un chef d'orchestre, et non pas à un adjudant de bataillon !

04 nov. 2006
0

Parfait
Bonjour,

J'y suis passé, c'est parfait et loin de l'image qui est parfois véhiculée : c'est jeune, dynamique et décontracté tout en respectant les règles de sécurité.

Cordialement

JJB

06 nov. 2006
0

Les Glénans !
Je voudrais dire un merci à tous les contributeurs.

Ca fait 20 ans que je suis moniteur aux Glénans et ça fait très plaisir de lire autant d'éloges.

C'est sûr qu'avec environ 13.000 stagiaires par an et un bon millier de moniteur il est difficile d'avoir une satisfaction identique de la part des pratiquants , mais là , à vous lire , ça m'a fait vraiement très plaisir.

06 nov. 2006
0

Et en 20 ans l'évolution a été aussi...
...significative que celle du GPS ou du téléphone portable...

Quand je vois des stages sur des Dufour 30 Classic, je repense à ceux que j'ai fait en Kelt 707 ou AD 700, et en "croisière côtière"...
:-D

06 nov. 2006
1

oui mais....
Les unités deviennent de plus en plus grandes et à 7 ou 8 équipiers par embarquement je pense que l'asso va peut étre perdre son identité à terme car pour occuper 7 équipiers méme si on sort par force 7/8 il y a de l'inaction pour certain

06 nov. 2006
0

Ce que j'ai vu...
...il y a quelques jours à Sète :
3 équipiers et un cdb sur un Dufour 30 !

Quand même mieux que le même nombre sur un Kelt 707 il y a + de 30 ans.

Et j'ai aussi vu, au m^mee endroit et le même jour, 6 équipiers et le cdb sur un 35 classic, il y a 30 ans c'était pareil...

A chaque "stage" correspond son bateau !

;-)

06 nov. 2006
0

oui mais
7 a 8 équipiers il y a aussi un probleme d'intendance il faut voir ce que sa mange et ce que sa boit quand on part faire l'avitaillement c'est 3 charriots remplient et puis la promiscuité et differente entre un equipage de 5 (dufour 30) et un un équipage de 8 (sun 32)mais ca m'empéche que vive les glénans et personnellement j'en garde des souvenirs extraordinaires et si l'occasion se presente je resigne mais j'ai gouté a la voile familliale qui est moins ambitieuse mais c'est le pied surtout en ayant une formation GLENAN

06 nov. 2006
0

oui, mais non...
Oui c'est bien pour toutes les raisons dites MAIS il me semble que passer une semaine (de nav' intensive, pas des vacances)à 6 dans 31 pieds est contreproductif en termes de rendement.On se marche dessus en permanence,impossible de visualiser une carte et faire une nav à plusieurs,tout juste possible de se reposer correctement,sans parler du cockpit/pont, ou encore de la capacité effective de la cambuse à faire bouffer correctement autant d'adultes.Qu'on me démontre aussi l'utilité, la vertu etc. de consacrer pratiquement toute la dernière journée d'un stage à (faire...) nettoyer le boat de fond en comble, y compris tous les panneaux de plancher démontés et sortis sur la panne, les vaigrages,contremoulages,coussins,matelas...limite arnaque,limite caserne,selon moi."Caserne" aussi des idées comme:"va donc vérifier si le bout d'étalingure de ligne de mouillage est bien en quadruple va-et-vient..." (autrement dit, vide d'abord tout le coffre arrière...).Ridicule, alors que l'on pourrait vérifier par une simple question s'il sait où se trouve l'étalingure en question...
Globalement,je trouve ça RELATIVEMENT cher.Car moins rentable (en termes d'acquis individuels) qu'un stage de même niveau sur de plus gros bateaux avec moins de stagiaires,dans d'autres écoles.

06 nov. 2006
0

Hervé...
Je me permet de réagir.

Il faut choisir son stage, ça c'est certain.
Perso, j'ai beaucoup apris en croisiere chez eux, il y a maintenant quelques années.

A chaque fois HORS SAISON! Pourquoi? Parce que hors saison, il y a moins de monde, et les conditions météos sont souvent plus variées et plus intéressantes pour apprendre.

Il faut éviter les gros bateaux (cata en med ou autre) si tu veux apprendre, il y aura trop de monde. Les glénans ont investis dans plusieurs Django (Pierre Rolland), un petit 7.5m qui me semblent de bons bateaux pour aprendre vite et bien.

Aux glénans, contrairement aux écoles classiques, même à 2 stagiaires + 1 moniteur, le bateau part pour une semaine! Et si le moniteur est bon, l'apprentissage est TRES efficace. J'ai vécu, j'ai apprécié.

Mais il est vrai que la qualité des moniteurs est très variée. En 6 stages (oui, ça fait beaucoup), j'en ai eu qui ne connaissaient pas tant de choses que ça, d'autres qui venaient là "en vacances gratuites", d'autres par contre qui avaient une vraie envie d'enseigner et de transmettre leur passion.

Leon.

06 nov. 2006
0

oui mais
JE suis tellement content d'embarquer sur un bateau propre donc ca signifie que l'équipage anterieur l'avait nettoyé

06 nov. 2006
0

je prétends
savoir ce qu'est un bateau (déjà)propre... :-|

06 nov. 2006
0

oui mais

Sur les remarques d'herve 35 et d'autres:
le remplissage par ex pour un 32 pieds est au maximum de 5 stagiaires + 1 moniteur. En dehors de la haute saison c'est rarement plein. Meme a 5 on arrive a s'occuper pas mal (1 a la naviguation, 1 a la barre, 2 aux manoeuvres, 1 de repos...).

Quant a la demi-journee de prise en main ou de retour du bateau, d'abord elle n'est pas si longue que ca, ensuite et surtout elle fait partie de l'apprentissage. Se salir les mains ca permet aussi de ne pas sombrer dans les discours theoriques, "une etalingure c'est un machin attache a l'ancre et au bateau...". Sans-doute connais tu tout ca, mais ca n'est pas le cas de tout le monde.

Enfin AMHA nettoyer les bateaux c'est un minimum d'hygiene pour des bateaux qui sortent 30 semaines par an!

07 nov. 2006
0

Nettoyer sa merde
Bonjour,

C'est un bon état d'esprit que de nettoyer sa merde.
Je sais bien que beaucoup préfèrent que ce soit fait par d'autres petites mains.
Il en est de la voile comme d'autres activités : une évolution vers le luxe et la perte du contact avec la réalité de l'activité elle-même qui a aussi ses servitudes et ses exigences.
Sur le Queen-machin on peut même avoir ses pompes cirées et on ne pose pas de question sur les épissures non plus.
C'est pourquoi j'ai apprécié les Glénans.

Cordialement.

JJB

07 nov. 2006
0

Biodiversité ...
L' apprentissage de la voile est comme tout le reste: il en faut pour tous les goûts.

Les "Glénan" sont un modèle intéressant et cohérent, mais forcément, il ne convient pas à tout le monde.

Donc il y a d'autres écoles, assez différentes, et il y a aussi l'apprentissage avec des amis ou la famille compétents.

On peut ajouter, globalement, plus on est âgé moins on apprécie le cadre que proposent les Glénan, et ce n'est pas du tout une critique. Bien sûr il y a des exceptions ;-)

Le plus important est de ne pas se tromper quand on choisi l'une des écoles, par rapport à son caractère personnel. Ou , disons, si on se trompe la première fois, de ne pas en déduire qu'on n'aime pas la navigation, simplement changer de style d'école la fois suivante.

Donc, pour Rico : faut essayer toi-même et voir après :reflechi:

07 nov. 2006
0

4 ou 5 stages
de differents niveaux , en Bretagne nord , en Bretagne Sud , en Med ... puis un stage de monit à Marseillan et à l'Ile d'Arz. C'est vrai que l'ambiance est parfois un peu pesante. En tant que monit , il m'est arrivé de partir avec seulement 2 stagiaires sur un dufour 30. Je preferais et de loin encadrer des stages hors haute saison : les gens qui y viennent savent ce qu'il veulent. J'ai cessé d'encadrer apres 2 encadrements de haute saison où j'ai été ecoeuré par les stagiaires qui n'etaient pas venus pour faire de la voile mais pour se payer un skipper et un bateau pour pas cher. De toute façon je n'avais pas vraiment la fibre "moniteur" .je crois que je manque singulierement de patience meme si , comme me l'a dit Marcel OLIVER , "il n'y a jamais de mauvais stagiaire, il n'y a que des mauvais moniteurs qui n'ont pas su expliquer" .....
André

07 nov. 2006
0

Discuter des Glénans
Bonjour les anciens stagiaires des Glénans.

Si vous voulez rester dans l'ambiance je vous conseille un site :

radlab.soest.hawaii.edu[...]dex.php

07 nov. 2006
0

Pour apprendre la vie en groupe ,
pour apprendre à supporter les autres : je conseille fortement les stages à terre ! et les monits ne sont pas épargnés , ils sont des membres de l'asso comme les autres devant les corvées ;-)

07 nov. 2006
0

Stages Glénans
Je n'étais jamais monté sur un voilier , mais j'ai décidé moi aussi de me lancer ... Mon premier stage aux Glénans - niveau 1 - de 8 jours sur l'étang de Thau m'a ravi ; stage de 8 jours avec vie à terre ( les Onglous ) très instructive car quasi comme sur un bateau ... et stagiaires tous débutants ... C'était assez sportif pour moi ( 55 ans , j'étais l'un des plus vieux mais pas le moins motivé ! ) sur des "Surprise" et la tramontane soufflait parfois fort , mais j'aime quand çà déménage ...
Un an après 2e stage ( niveau 2 évidemment ) : en mer cette fois en passant par Sète ... sur un Sun Odissey : 8 à bord ... Mais niveaux très différents ( certains ignoraient ce qu'est un noeud de chaise ) , les temps était plutôt agité ( vent du sud avec forte houle ) ... Nous n'étions plus que 4 opérationnels avec le moniteur très compétent ... Stage surtout axé sur la sécurité ... Très bien donc , mais j'ai déploré l'hétérogénéité de niveau du groupe ... D'ailleurs j'ai souvent changé de bateau , un autre Sun était en niveau 3 ...
Par contre entre les 2 stages j'ai pris des cours de navigation par le Glénans ... Et passé le permis côtier qui me semble indispensable avant tout ...
J'ai acquis Jalca ( 8,5 m de 1980 ) l'année dernière , remis en état tout l'hiver et suis parti en solitaire faire du côtier 15 jours du coté de Porquerolles depuis Barcarès ... La formation jusqu'au niveau 2 m'a suffit ...

07 nov. 2006
0

Je retiens un chose:
tout le monde semble en convenir:c'est plus rentable de faire un stage aux Glénan hors saison (car il y a moins de monde sur le bateau...).cqfd... ;-)autrement dit:qu'est-ce qui oblige à surbooker le canote en haute saison, je vous le demande... :-)

07 nov. 2006
1

Surbooker !
Mon cher Hervé ,
Le prix du stage est calculé en fonction du remplissage maxi du bateau. Il n'est pas surbooké , il est complet.

Personnellement lorsque je loue un bateau avec des amis , je m'arrange pour diviser le prix de la location par le plus grand nombre de participants possible . Donc de remplir le bateau.

Les Glénans veulent démocratiser la voile donc la rendre accessible au plus grand nombre .

07 nov. 2006
0

de mon point de vue,
il vaut mieux payer un peu plus cher qu'aux Glénan et en avoir pour son argent,que faire une pseudo économie et se retrouver sur un bateau trop rempli;je fais partie,pour prendre une comparaison,de ceux qui n'ont pas les moyens de s'habiller bon marché,ni de gaspiller fric et temps en été aux Glénan alors que c'est-personne ne le conteste- plus profitable y compris chez eux quand les stages sont moins chargés, en automne ou en hiver (où leurs prix baissent,de surcroît)...le reste ("démocratiser" et tout ça)me semble, disons, daté,pour être gentil.C'est de l'arithmétique simple: mieux vaut un stage efficace dans des conditions optimales, et donc unique, disons à 800 roros, qu'un stage non probant à 600 roros, qu'on devra recommencer...
Pour reprendre l'exemple de jipé,perso, je préfère me priver d'une croisière plutôt qu'être obligé de louer en "remplissant le bateau" avec "le plus grand nombre de participants possible"...or je suis pas misanthrope... ;-)

07 nov. 2006
0

pas comme stagiaire , comme chef de bord
bateaux en état convenablepour l'époque

mais c'était il y à plus de 20 ans...

deux souvenirs ou je les ai croisés:

le premier il y à juste 20 ans . une floppée de mousquetaires a essayé de me refuser un tribord dans l'entrée du palais.

je rentrais tribord , ils sortaient babord.
deux dans le mole , un sur une tonne.
les autres ont compris que ce n'était pas le bon coté...

le deuxième il y à une dizaine d'année.
4 sun way (21?) ont tenté de passer au vent de mon muscadet devant port-manech.
deux ont préféré abattre derrière moi , les deux autres se sont entêtés et ont dû virer avant de faire un trimaran.

un peu panique les virements , les cailloux n'étaient pas loin...

moralité , ça dépend pas mal de celui qui commande à bord.

09 nov. 2006
0

Alors la chapeau !
Je suis tres impressionne ...

09 nov. 2006
0

dans le meme style -(jeune ou pas) chef de bord
nous sommes en flotille 3 duf30 au Crouesty .Si je suis le plus vieux des 3 chefs de bord , je ne suis pas le patron de cette flotille et loin s'en faut : je n'ai que 3 semaines d'encadrement en embarqué à mon actif . Nous devons quitter les places visiteurs avec un bon vent de travers et bien evidemment les 2 autres chefs de bord partent ensemble ; paguaille dans les pannes ; les proprietaires des bateaux alentour rouspettent et repoussent tant bien que mal ces 2 bateaux qui leur tombent dessus à cause du vent. Moi j'ai attendu puis j'ai fait passer une aussiere sur le bout du catway le plus eloigné que je pouvais atteindre; j'ai mis un stagiaire à cette aussiere avec mission de reprendre le mou au fur et à mesure que nous allions reculer jusqu'à ce que nous passions au raz de ce catway. Je n'ai pas eté peu fier de sortir sous les aplaudissements de ceux qui g.... peu de temps avant. Il faut dire que j'ai été (dé)formé par Marcel Oliver , çà ne m'enpeche pas de faire encore pas mal de co ...
André

09 nov. 2006
0

Aussières au port , suite ...
ma préférée, par vent latéral très fort, genre 30 noeuds, et cul à quai:

1) garder une seule aussière arrière au quai, côté au vent.
2) moteur assez fort en avant
3) larguer la pendille, le couple moteur autour de l'aussière unique maintien le bateau dans l'axe malgré le vent. L'aussière est tendue à mort.
4) ... le fin du fin: si on est seul et pour frimer : moteur en avant fort pour l'équilibre, tout en tenant la barre, couper au niveau du taquet arrière l'unique aussière tendue à mort avec le coutelas de pirate qu'on a sous la main, départ du bateau en trombe assuré, bien dans l'axe :-D

Succès garanti ... mais prendre une vieille aussière ou écoute pourrie pour le faire ! Et ralentir dès que le bateau est parti, sous peine de monter sur le quai en face :mdr:

En tout cas, ça permet de quitter le quai même seul et sans aide extérieure dans les conditions difficile.

09 nov. 2006
0

a utiliser aussi
quand le chenal entre les pontons et étroit

09 nov. 2006
0

l'utilisation d'aussière dans les manoeuvres de port
André17,
l'utilisation d'aussière dans les manoeuvres de port est d'ailleurs évoquée dans toutes les éditions du guide, depuis que ce guide parle de plaisance (donc pas la 1ère éd)

Idée à graver en dur dans un neurone, au cas où des fois que. manoeuvre toujours appréciée du public

Yves.

10 nov. 2006
0

oui, ça dépend..
ça dépend beaucoup de celui qui commande à bord. Mais actuellement le niveau monitorat federal 2° degré est difficile à obtenir, et surtout très consommateur de temps.. il faut au minimum 4 à 6 mois de navigation cumulée, en intensif.
c'est sans doute un gage de compétence, même si la transmission du savoir n'est pas optimale

11 nov. 2006
0

Tout à fait d'accord avec Pierre-yves
Quand j'ai tenté le 2eme degré , en theorie j'avais assez de semaines d'encadrement pour y postuler. Je suis allé faire ce stage à Bonifacio (je voulais connaitre ce coin). Je n'aurais pas dû. Sur les 8 ou 9 stagiaires seuls 3 ou 4 ont été reçus à l'A3C2 : ceux qui avait 5 à 6 mois d'encadrement A BONIFACIO.
Aujourd'hui , je donnerais les conseils suivants à un postulant moniteur aux Glenans : choisir sa base de formation en fonction de ses affinités :Paimpol , Ile d'arz pour ceux qui aiment les courants et les marées, Marseillan pour ceux qui aiment le mistral et la Tram mais sans marée -quoique !- ou Bonif.
Ensuite faire un max d'encadrement 1er à partir de cette base, pour etre jugé et formé 2eme degré par les encadrants de cette meme base. Ne faire que quelques encadements de "découverte" sur les autres bases en gardant à l'esprit que si la formation initiale a été faite à Marseillan par exemple , le moniteur 1er degré qui viendra à Paimpol sera mal vu ! j'en sais quelque chose , mais çà c'est une autre histoire !!!

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie...

  • 4.5 (194)

mars 2021