Stages Glénans, qui l'a fait ?

Bon, je me lance. Comme j'ai un pêche promenade et que la voile m'attire +++ (cf mes anciens fils), je vais faire un stage au glénans en 2007, histoire de conforter mon futur choix. Je pense prendre l'option croisiere, stage d'une semaine dans lequel on couche dans le bateau et escale le soir dans un port différent. Qui l'a fait, comment c'était? je pense que c'est indispensable, vu mon expérience quasi nulle (sauf biloup). D'ailleurs au 1000 sabord, j'éatais ravi, car je m'étais focalisé (en rève) sur l'idylle 8.80, et j'ai pu le visiter... Ouf, car je ne tiens pas debout dedans (1m80 et c'est capital pour moi) et un peu juste pour ma femme et mes trois enfants (8,11 et 14 ans). Sinon, sur lorient, si vous avez besoin d'un mousse de 50 balais bien sympa...
qu'en pensez vous ?

L'équipage
03 nov. 2006
03 nov. 2006
0

2 fois, mais des autres
J'en ai fait 2 mais les stages Equinoxe. L'instructeur, l'équipage influencent beaucoup sur la qualité, mais avant tout le concept Glénans est bien rôdé.

Contrairement aux rumeurs, les Glénans ont évolué, on ne rentre plus au port à la voile à 4h du mat, on apprend à se servir d'un GPS après qu'on ai prouvé être capable de faire le point sans electricité (varie selon les instructeurs). Mais ça reste une école de voile et non le club med. On bosse beaucoup pour apprendre beaucoup (règlages, navigation, sécurité, vie à bord, manoeuvres).

Je continuerai d'en faire de temps à autre, l'avantage c'est que la proportion de tousistes à bord est faible, on se trouve en général avec un majorité de personnes "qui en veulent" donc déjà à la base des bonnes naves.

Bien sûr, on voit de temps en temps un individu, un groupe, un monitor débarquer et dire que "cette fois c'était nul", mais franchement, est-ce que toutes vos croisières ont toujours été idylliques ? Donc il y aura forcément des avis moins positifs.

Patrick

03 nov. 2006
0

Tout pareil !!!
:-) Stage 14 jours dont 7 à Paimpol et 7 de croisiere il y a 4 ans. Un peu scout, mais techniquement parfait. Comme dit Zygomar, ça dépend evidemment de tes co-stagiaires , mais c'est vrai de tout embarquement. Comme il y avait une flotille de 3 bateaux, on dormait toujours avec les mêmes (4 par ship) mais dans la journée on tournait, dont pas trop de frictions.
Nous l'avons fait en couple, on va y retourner surement l'année prochaine pour continuer à apprendre.

Un point négatif : La tartiflette "Special Glénans" en cocotte pression : à éviter d'oublier sur le feu quand on rentre de nuit (2heures du mat) à Paimpol. je crois que l'écluse sent encore le cramé!!!! :-D

03 nov. 2006
0

pourquoi pas le GMC ?

Je connais un peu les Glénan, mais le côté militaire du genre capeler harnais et brassière pour descendre dans l'annexe par F2 au mouillage, m'insupporte.
Une bonne école également, mais moins rigide : le Groupe Morbihannais de Croisière ( petite structure ).

03 nov. 2006
0

bonne formule
J'ai fais plusieurs stages aux glénans 3 et 4 voiles et dans plusieurs bases mais à des periodes dites "hors saison" (Octobre Novembre février avril). Bonne pioche à chaque fois... Si on y va pour apprendre et naviguer, on est bien servi.

03 nov. 2006
0

2 fois, mais des autres
J'en ai fait 2 mais les stages Equinoxe. L'instructeur, l'équipage influencent beaucoup sur la qualité, mais avant tout le concept Glénans est bien rôdé.

Contrairement aux rumeurs, les Glénans ont évolué, on ne rentre plus au port à la voile à 4h du mat, on apprend à se servir d'un GPS après qu'on ai prouvé être capable de faire le point sans electricité (varie selon les instructeurs). Mais ça reste une école de voile et non le club med. On bosse beaucoup pour apprendre beaucoup (règlages, navigation, sécurité, vie à bord, manoeuvres).

Je continuerai d'en faire de temps à autre, l'avantage c'est que la proportion de tousistes à bord est faible, on se trouve en général avec un majorité de personnes "qui en veulent" donc déjà à la base des bonnes naves.

Bien sûr, on voit de temps en temps un individu, un groupe, un monitor débarquer et dire que "cette fois c'était nul", mais franchement, est-ce que toutes vos croisières ont toujours été idylliques ? Donc il y aura forcément des avis moins positifs.

Patrick

03 nov. 2006
0

1 foie
je l'ai fais 1 foie...en 11.5 jours..

j'ai trouvais ça exelent on était sur un océanis 411 en méditéranée...départ de la base de marseillan on est allé a Rosas (Espagne)..on aurait du aller a Barcelone mais la GV c'est déchiré...et ouai ya certaine fille qui avent pas empaner :-p

Donc c'est une formule que je pence que je vais refaire cet été !!

03 nov. 2006
0

tres satisfait!
J'ai fait pas mal de stage (Paimpol+archipel) et je n'ai pas grand chose à rajouter surles avantages et inconvénients des Glénans.
Mais je me souviens qu'après un 1er stage de 15jours (1 semaine à terre et 1 semaine embarquée), j'avais déjà toutes les grandes bases. Les autres stages ne m'ont pas appris bcp plus (techniquement), mais ils m'ont apporté l'expérience.
Enfin, même si c'est parfois un peu boy-scout, j'ai bcp apprécié que ces stages transmettent aussi un certain etat d'esprit (respect de la mer, des marins, humilité etc...) mais ca dépend sans doute des moniteurs
Vincent

03 nov. 2006
1

Nickel parfait!
Comme la plupart des précédents gléneux, j'ai fait pour l'instant deux stages "hors saison" cette année. "Azur" en Avril à Concarneau (1 voile) puis "4 vents" (3 voiles thème manoeuvre) fin Octobre 2006.

Le stage d'Avril a été encadré par un moniteur permanent des Glénans (par opposition aux bénévoles) et ce mec déchirait tout en matière de technicité et de pédagogie. C'est probablement, tous sports à risque confondus que j'ai pu pratiquer, le meilleur moniteur que j'ai rencontré.

Effectivement, le système Glénans est très bien rodé et je le trouve très adapté pour celles et ceux qui viennent "apprendre". On n'est pas exactement en vacances (au sens de la glande) et la dimension technique est très présente. On en sort avec l'impression d'avoir appris comment fonctionne un voilier, comment régler ses voiles, comment changer de garde robe, et c'est vrai que l'approche est assez "normative" (dont brassieres obligatoires mais je ne comprends toujours pas pourquoi ca gène, rangement du bateau, préparation des nav., faire le point toutes les X minutes avec un compas alors que le GPS est éteint, etc.). Néanmoins et quand on n'y connait rien - ce qui était/est mon cas - on en sort avec cette sensation d'avoir une idée plutôt précise de la gestion "technique" d'une sortie en mer.

Reste les variables: l'équipages et le moniteur. Hors saison, les stages sont moins remplis et les bateaux moins peuplés. Avantage: plus de truc à faire pour chacun. Au passage, ca souligne le fait que de partir aux Glenans en pleine saison sur une embarcation de 47 pieds pour 10 ou 11 personnes risque de ressembler plus à une croisière qu'à un stage technique parce qu'un virement de bord n'occupe que difficilement 11 personnes :)

Les moniteurs sont assez à l'écoute de ce qu'on veut y faire et TRES encadrés par leur hierarchie si bien qu'il y a peu, je pense, de "walous" et que la plupart essayent de faire un bon stage, tant pour l'appreciation des stagiaires que celle de la hierarchie.

Question "equipage", voir 3615 loto. Mais pour l'instant, et hormis la dimension "humaine", tous les stagiaires avec lesquels j'ai embarqué (en octobre on n'était que 2 stagiaires et 1 moniteur sur un Sun Fast 32i [-de-merde]) étaient des gens motivés pour naviguer et pour apprendre. La pluie ou la houle n'ont jamais bloqué le bateau au port, et seule la pétole fait vraiment ch*er!

A titre d'exemple, on est sorti tous les jours fin Octobre, avec du F7 puis F8 etabli. On a tenté à F9 mais comme on n'etait que 3, on a préféré rentrer :) Ce que je veux dire ici, c'est que lorsque le moniteur "sent" son équipage et que l'équipage semble avoir envie de manger de l'écoute, les sorties même musclées sont possibles, toujours sous la couverture d'un coup de fil quotidien au "chef" à la base.

Je me résume. On sort de ces stages avec AUCUNE expérience de la croisière "plaisance" (une preuve? il est interdit de boire l'apéro pendant qu'on navigue :)) mais avec une palette de "trucs techniques" courants et nécessaires et le catalogue donne toujours un stage nouveau pour se perfectionner ou visiter une nouvelle dimension de la voile (je "rêve" maintenant d'un stage de nav. sur la manche en plein hier, avec un gros coefficient et des dépressions bien creuses).

Georges

03 nov. 2006
0

Excellente école de mer!
J'y suis retournée chaque année pendant 10 ans, et je crois que j'ai fait tout ce qu'il était possible de faire à cette époque aux Glénans, depuis le stage d'initiation jusqu'à la course-croisière en passant par la croisière haute mer et l'encadrement...La dernière fois c'était il y a une dizaine d'années pour un stage de manoeuvres à l'Ile Verte dans l'archipel de Bréhat, suivi par une croisière 3 voiles (choisie en fonction des dates et du programme de navigation) autour de la Corse. J'ai eu des chefs de bord imbuvables, (par ex.interdit de se coiffer ou de couper du pain à l'intérieur à cause des cheveux ou des miettes...!!), j'en ai eu des plus sympas, mais toujours des marins éprouvés capables de communiquer leur passion et leurs connaissances . Le résultat est une formation à toute épreuve. Je n'ai jamais eu de bateau, mais ça fait 40 ans que je navigue sur les bateaux des autres et je n'ai jamais de problème pour trouver un embarquement aussi bien comme équipière que comme skipper. A mon avis, l'apprentissage à la dure est nécessaire, car la mer ne pardonne rien et si tu t'attends au pire, tu ne peux pas être déçu!

03 nov. 2006
0

adolescent retardé
J'ai commencé les glenans en 1975 pas de radio pas de moteur godille et voile pour rentrer au port.En 1999 j'ai décidé d'y retourné j'ai commencé par le 2 spis puis l'ambiance etait tres ado(pour une moyenne d'age de ~40 ans)mais j'ai trouve cela genial et j'ai continué en 2000 01 02 03, 2 fois par an 6.5 jours au printemps en mediterranée et autant en été mais en bretagne.L'ambiance toujours genial bien que chaque fois tres differente car toujours lié a l'équipage et au moniteur.Depuis 3 ans je loue avec ma femme et ma fille de 8 ans au printemps en mediterranée et en été en bretagne et je trouve que l'acquis des glenans comme base on ne peut pas faire mieux.

04 nov. 2006
1

ça fait plaisir...
... de voir des gens qui passent par des écoles pour apprendre la voile.
;-)

Et pour la remarque de penloch sur le côté militaire des Glénans, il n'a pas du faire beaucoup d'armée pour se permettre cette comparaison.

De mon côté j'ai pratiqué les Glénans et + ... Et j'ai aussi joué de la trompette dans un orchestre.
Si tu ne commences pas à jouer en même temps que tes petits camarades au moment où le "chef" d'orchestre te fait signe, c'est pas beau à écouter...

Et je compare plus souvent un chef de bord sur un voilier à un chef d'orchestre, et non pas à un adjudant de bataillon !

04 nov. 2006
0

Parfait
Bonjour,

J'y suis passé, c'est parfait et loin de l'image qui est parfois véhiculée : c'est jeune, dynamique et décontracté tout en respectant les règles de sécurité.

Cordialement

JJB

06 nov. 2006
3

Les Glénans !
Je voudrais dire un merci à tous les contributeurs.

Ca fait 20 ans que je suis moniteur aux Glénans et ça fait très plaisir de lire autant d'éloges.

C'est sûr qu'avec environ 13.000 stagiaires par an et un bon millier de moniteur il est difficile d'avoir une satisfaction identique de la part des pratiquants , mais là , à vous lire , ça m'a fait vraiement très plaisir.

06 nov. 2006
0

Et en 20 ans l'évolution a été aussi...
...significative que celle du GPS ou du téléphone portable...

Quand je vois des stages sur des Dufour 30 Classic, je repense à ceux que j'ai fait en Kelt 707 ou AD 700, et en "croisière côtière"...
:-D

05 sept. 2021
-1

y a t il vraiment besoin d'un apprentissage du GPS losrqu'on sait faire sans rien

05 sept. 2021
0

Une sècurté par la précision qui amène une prise de décision,levée de doute plus rapide

06 nov. 2006
1

oui mais....
Les unités deviennent de plus en plus grandes et à 7 ou 8 équipiers par embarquement je pense que l'asso va peut étre perdre son identité à terme car pour occuper 7 équipiers méme si on sort par force 7/8 il y a de l'inaction pour certain

06 nov. 2006
0

Ce que j'ai vu...
...il y a quelques jours à Sète :
3 équipiers et un cdb sur un Dufour 30 !

Quand même mieux que le même nombre sur un Kelt 707 il y a + de 30 ans.

Et j'ai aussi vu, au m^mee endroit et le même jour, 6 équipiers et le cdb sur un 35 classic, il y a 30 ans c'était pareil...

A chaque "stage" correspond son bateau !

;-)

06 nov. 2006
0

oui mais
7 a 8 équipiers il y a aussi un probleme d'intendance il faut voir ce que sa mange et ce que sa boit quand on part faire l'avitaillement c'est 3 charriots remplient et puis la promiscuité et differente entre un equipage de 5 (dufour 30) et un un équipage de 8 (sun 32)mais ca m'empéche que vive les glénans et personnellement j'en garde des souvenirs extraordinaires et si l'occasion se presente je resigne mais j'ai gouté a la voile familliale qui est moins ambitieuse mais c'est le pied surtout en ayant une formation GLENAN

06 nov. 2006
1

oui, mais non...
Oui c'est bien pour toutes les raisons dites MAIS il me semble que passer une semaine (de nav' intensive, pas des vacances)à 6 dans 31 pieds est contreproductif en termes de rendement.On se marche dessus en permanence,impossible de visualiser une carte et faire une nav à plusieurs,tout juste possible de se reposer correctement,sans parler du cockpit/pont, ou encore de la capacité effective de la cambuse à faire bouffer correctement autant d'adultes.Qu'on me démontre aussi l'utilité, la vertu etc. de consacrer pratiquement toute la dernière journée d'un stage à (faire...) nettoyer le boat de fond en comble, y compris tous les panneaux de plancher démontés et sortis sur la panne, les vaigrages,contremoulages,coussins,matelas...limite arnaque,limite caserne,selon moi."Caserne" aussi des idées comme:"va donc vérifier si le bout d'étalingure de ligne de mouillage est bien en quadruple va-et-vient..." (autrement dit, vide d'abord tout le coffre arrière...).Ridicule, alors que l'on pourrait vérifier par une simple question s'il sait où se trouve l'étalingure en question...
Globalement,je trouve ça RELATIVEMENT cher.Car moins rentable (en termes d'acquis individuels) qu'un stage de même niveau sur de plus gros bateaux avec moins de stagiaires,dans d'autres écoles.

06 nov. 2006
-1

Hervé...
Je me permet de réagir.

Il faut choisir son stage, ça c'est certain.
Perso, j'ai beaucoup apris en croisiere chez eux, il y a maintenant quelques années.

A chaque fois HORS SAISON! Pourquoi? Parce que hors saison, il y a moins de monde, et les conditions météos sont souvent plus variées et plus intéressantes pour apprendre.

Il faut éviter les gros bateaux (cata en med ou autre) si tu veux apprendre, il y aura trop de monde. Les glénans ont investis dans plusieurs Django (Pierre Rolland), un petit 7.5m qui me semblent de bons bateaux pour aprendre vite et bien.

Aux glénans, contrairement aux écoles classiques, même à 2 stagiaires + 1 moniteur, le bateau part pour une semaine! Et si le moniteur est bon, l'apprentissage est TRES efficace. J'ai vécu, j'ai apprécié.

Mais il est vrai que la qualité des moniteurs est très variée. En 6 stages (oui, ça fait beaucoup), j'en ai eu qui ne connaissaient pas tant de choses que ça, d'autres qui venaient là "en vacances gratuites", d'autres par contre qui avaient une vraie envie d'enseigner et de transmettre leur passion.

Leon.

06 nov. 2006
0

oui mais
JE suis tellement content d'embarquer sur un bateau propre donc ca signifie que l'équipage anterieur l'avait nettoyé

06 nov. 2006
0

je prétends
savoir ce qu'est un bateau (déjà)propre... :-|

06 nov. 2006
0

oui mais

Sur les remarques d'herve 35 et d'autres:
le remplissage par ex pour un 32 pieds est au maximum de 5 stagiaires + 1 moniteur. En dehors de la haute saison c'est rarement plein. Meme a 5 on arrive a s'occuper pas mal (1 a la naviguation, 1 a la barre, 2 aux manoeuvres, 1 de repos...).

Quant a la demi-journee de prise en main ou de retour du bateau, d'abord elle n'est pas si longue que ca, ensuite et surtout elle fait partie de l'apprentissage. Se salir les mains ca permet aussi de ne pas sombrer dans les discours theoriques, "une etalingure c'est un machin attache a l'ancre et au bateau...". Sans-doute connais tu tout ca, mais ca n'est pas le cas de tout le monde.

Enfin AMHA nettoyer les bateaux c'est un minimum d'hygiene pour des bateaux qui sortent 30 semaines par an!

07 nov. 2006
0

Nettoyer sa merde
Bonjour,

C'est un bon état d'esprit que de nettoyer sa merde.
Je sais bien que beaucoup préfèrent que ce soit fait par d'autres petites mains.
Il en est de la voile comme d'autres activités : une évolution vers le luxe et la perte du contact avec la réalité de l'activité elle-même qui a aussi ses servitudes et ses exigences.
Sur le Queen-machin on peut même avoir ses pompes cirées et on ne pose pas de question sur les épissures non plus.
C'est pourquoi j'ai apprécié les Glénans.

Cordialement.

JJB

07 nov. 2006
0

Biodiversité ...
L' apprentissage de la voile est comme tout le reste: il en faut pour tous les goûts.

Les "Glénan" sont un modèle intéressant et cohérent, mais forcément, il ne convient pas à tout le monde.

Donc il y a d'autres écoles, assez différentes, et il y a aussi l'apprentissage avec des amis ou la famille compétents.

On peut ajouter, globalement, plus on est âgé moins on apprécie le cadre que proposent les Glénan, et ce n'est pas du tout une critique. Bien sûr il y a des exceptions ;-)

Le plus important est de ne pas se tromper quand on choisi l'une des écoles, par rapport à son caractère personnel. Ou , disons, si on se trompe la première fois, de ne pas en déduire qu'on n'aime pas la navigation, simplement changer de style d'école la fois suivante.

Donc, pour Rico : faut essayer toi-même et voir après :reflechi:

07 nov. 2006
0

4 ou 5 stages
de differents niveaux , en Bretagne nord , en Bretagne Sud , en Med ... puis un stage de monit à Marseillan et à l'Ile d'Arz. C'est vrai que l'ambiance est parfois un peu pesante. En tant que monit , il m'est arrivé de partir avec seulement 2 stagiaires sur un dufour 30. Je preferais et de loin encadrer des stages hors haute saison : les gens qui y viennent savent ce qu'il veulent. J'ai cessé d'encadrer apres 2 encadrements de haute saison où j'ai été ecoeuré par les stagiaires qui n'etaient pas venus pour faire de la voile mais pour se payer un skipper et un bateau pour pas cher. De toute façon je n'avais pas vraiment la fibre "moniteur" .je crois que je manque singulierement de patience meme si , comme me l'a dit Marcel OLIVER , "il n'y a jamais de mauvais stagiaire, il n'y a que des mauvais moniteurs qui n'ont pas su expliquer" .....
André

07 nov. 2006
0

Discuter des Glénans
Bonjour les anciens stagiaires des Glénans.

Si vous voulez rester dans l'ambiance je vous conseille un site :

radlab.soest.hawaii.edu[...]dex.php

07 nov. 2006
0

Pour apprendre la vie en groupe ,
pour apprendre à supporter les autres : je conseille fortement les stages à terre ! et les monits ne sont pas épargnés , ils sont des membres de l'asso comme les autres devant les corvées ;-)

07 nov. 2006
0

Stages Glénans
Je n'étais jamais monté sur un voilier , mais j'ai décidé moi aussi de me lancer ... Mon premier stage aux Glénans - niveau 1 - de 8 jours sur l'étang de Thau m'a ravi ; stage de 8 jours avec vie à terre ( les Onglous ) très instructive car quasi comme sur un bateau ... et stagiaires tous débutants ... C'était assez sportif pour moi ( 55 ans , j'étais l'un des plus vieux mais pas le moins motivé ! ) sur des "Surprise" et la tramontane soufflait parfois fort , mais j'aime quand çà déménage ...
Un an après 2e stage ( niveau 2 évidemment ) : en mer cette fois en passant par Sète ... sur un Sun Odissey : 8 à bord ... Mais niveaux très différents ( certains ignoraient ce qu'est un noeud de chaise ) , les temps était plutôt agité ( vent du sud avec forte houle ) ... Nous n'étions plus que 4 opérationnels avec le moniteur très compétent ... Stage surtout axé sur la sécurité ... Très bien donc , mais j'ai déploré l'hétérogénéité de niveau du groupe ... D'ailleurs j'ai souvent changé de bateau , un autre Sun était en niveau 3 ...
Par contre entre les 2 stages j'ai pris des cours de navigation par le Glénans ... Et passé le permis côtier qui me semble indispensable avant tout ...
J'ai acquis Jalca ( 8,5 m de 1980 ) l'année dernière , remis en état tout l'hiver et suis parti en solitaire faire du côtier 15 jours du coté de Porquerolles depuis Barcarès ... La formation jusqu'au niveau 2 m'a suffit ...

07 nov. 2006
0

Je retiens un chose:
tout le monde semble en convenir:c'est plus rentable de faire un stage aux Glénan hors saison (car il y a moins de monde sur le bateau...).cqfd... ;-)autrement dit:qu'est-ce qui oblige à surbooker le canote en haute saison, je vous le demande... :-)

07 nov. 2006
1

Surbooker !
Mon cher Hervé ,
Le prix du stage est calculé en fonction du remplissage maxi du bateau. Il n'est pas surbooké , il est complet.

Personnellement lorsque je loue un bateau avec des amis , je m'arrange pour diviser le prix de la location par le plus grand nombre de participants possible . Donc de remplir le bateau.

Les Glénans veulent démocratiser la voile donc la rendre accessible au plus grand nombre .

07 nov. 2006
0

de mon point de vue,
il vaut mieux payer un peu plus cher qu'aux Glénan et en avoir pour son argent,que faire une pseudo économie et se retrouver sur un bateau trop rempli;je fais partie,pour prendre une comparaison,de ceux qui n'ont pas les moyens de s'habiller bon marché,ni de gaspiller fric et temps en été aux Glénan alors que c'est-personne ne le conteste- plus profitable y compris chez eux quand les stages sont moins chargés, en automne ou en hiver (où leurs prix baissent,de surcroît)...le reste ("démocratiser" et tout ça)me semble, disons, daté,pour être gentil.C'est de l'arithmétique simple: mieux vaut un stage efficace dans des conditions optimales, et donc unique, disons à 800 roros, qu'un stage non probant à 600 roros, qu'on devra recommencer...
Pour reprendre l'exemple de jipé,perso, je préfère me priver d'une croisière plutôt qu'être obligé de louer en "remplissant le bateau" avec "le plus grand nombre de participants possible"...or je suis pas misanthrope... ;-)

07 nov. 2006
0

pas comme stagiaire , comme chef de bord
bateaux en état convenablepour l'époque

mais c'était il y à plus de 20 ans...

deux souvenirs ou je les ai croisés:

le premier il y à juste 20 ans . une floppée de mousquetaires a essayé de me refuser un tribord dans l'entrée du palais.

je rentrais tribord , ils sortaient babord.
deux dans le mole , un sur une tonne.
les autres ont compris que ce n'était pas le bon coté...

le deuxième il y à une dizaine d'année.
4 sun way (21?) ont tenté de passer au vent de mon muscadet devant port-manech.
deux ont préféré abattre derrière moi , les deux autres se sont entêtés et ont dû virer avant de faire un trimaran.

un peu panique les virements , les cailloux n'étaient pas loin...

moralité , ça dépend pas mal de celui qui commande à bord.

09 nov. 2006
0

Alors la chapeau !
Je suis tres impressionne ...

09 nov. 2006
0

dans le meme style -(jeune ou pas) chef de bord
nous sommes en flotille 3 duf30 au Crouesty .Si je suis le plus vieux des 3 chefs de bord , je ne suis pas le patron de cette flotille et loin s'en faut : je n'ai que 3 semaines d'encadrement en embarqué à mon actif . Nous devons quitter les places visiteurs avec un bon vent de travers et bien evidemment les 2 autres chefs de bord partent ensemble ; paguaille dans les pannes ; les proprietaires des bateaux alentour rouspettent et repoussent tant bien que mal ces 2 bateaux qui leur tombent dessus à cause du vent. Moi j'ai attendu puis j'ai fait passer une aussiere sur le bout du catway le plus eloigné que je pouvais atteindre; j'ai mis un stagiaire à cette aussiere avec mission de reprendre le mou au fur et à mesure que nous allions reculer jusqu'à ce que nous passions au raz de ce catway. Je n'ai pas eté peu fier de sortir sous les aplaudissements de ceux qui g.... peu de temps avant. Il faut dire que j'ai été (dé)formé par Marcel Oliver , çà ne m'enpeche pas de faire encore pas mal de co ...
André

09 nov. 2006
0

Aussières au port , suite ...
ma préférée, par vent latéral très fort, genre 30 noeuds, et cul à quai:

1) garder une seule aussière arrière au quai, côté au vent.
2) moteur assez fort en avant
3) larguer la pendille, le couple moteur autour de l'aussière unique maintien le bateau dans l'axe malgré le vent. L'aussière est tendue à mort.
4) ... le fin du fin: si on est seul et pour frimer : moteur en avant fort pour l'équilibre, tout en tenant la barre, couper au niveau du taquet arrière l'unique aussière tendue à mort avec le coutelas de pirate qu'on a sous la main, départ du bateau en trombe assuré, bien dans l'axe :-D

Succès garanti ... mais prendre une vieille aussière ou écoute pourrie pour le faire ! Et ralentir dès que le bateau est parti, sous peine de monter sur le quai en face :mdr:

En tout cas, ça permet de quitter le quai même seul et sans aide extérieure dans les conditions difficile.

09 nov. 2006
0

a utiliser aussi
quand le chenal entre les pontons et étroit

09 nov. 2006
0

l'utilisation d'aussière dans les manoeuvres de port
André17,
l'utilisation d'aussière dans les manoeuvres de port est d'ailleurs évoquée dans toutes les éditions du guide, depuis que ce guide parle de plaisance (donc pas la 1ère éd)

Idée à graver en dur dans un neurone, au cas où des fois que. manoeuvre toujours appréciée du public

Yves.

10 nov. 2006
0

oui, ça dépend..
ça dépend beaucoup de celui qui commande à bord. Mais actuellement le niveau monitorat federal 2° degré est difficile à obtenir, et surtout très consommateur de temps.. il faut au minimum 4 à 6 mois de navigation cumulée, en intensif.
c'est sans doute un gage de compétence, même si la transmission du savoir n'est pas optimale

11 nov. 2006
0

Tout à fait d'accord avec Pierre-yves
Quand j'ai tenté le 2eme degré , en theorie j'avais assez de semaines d'encadrement pour y postuler. Je suis allé faire ce stage à Bonifacio (je voulais connaitre ce coin). Je n'aurais pas dû. Sur les 8 ou 9 stagiaires seuls 3 ou 4 ont été reçus à l'A3C2 : ceux qui avait 5 à 6 mois d'encadrement A BONIFACIO.
Aujourd'hui , je donnerais les conseils suivants à un postulant moniteur aux Glenans : choisir sa base de formation en fonction de ses affinités :Paimpol , Ile d'arz pour ceux qui aiment les courants et les marées, Marseillan pour ceux qui aiment le mistral et la Tram mais sans marée -quoique !- ou Bonif.
Ensuite faire un max d'encadrement 1er à partir de cette base, pour etre jugé et formé 2eme degré par les encadrants de cette meme base. Ne faire que quelques encadements de "découverte" sur les autres bases en gardant à l'esprit que si la formation initiale a été faite à Marseillan par exemple , le moniteur 1er degré qui viendra à Paimpol sera mal vu ! j'en sais quelque chose , mais çà c'est une autre histoire !!!

05 sept. 2021
4

Bonjour,
Je viens de faire un stage à Concarneau (niveau 4). J'avoue avoir un avis assez négatif.
Bon on n'était 7 sur un Elan E4 (35 pieds). Plutôt serrés pour une semaine complète à bord. Normalement on aurait dû être 8... Heureusement qu'il y avait un absent.
De plus le stage de 7 jours ne fait dans la réalité qu'un peu moins de 5 jours et demi... Pourquoi ne pas être clair sur la présentation du stage ?
Mais surtout, et là c'est beaucoup plus embêtant, le bateau était vraiment mal entretenu : fixation de bôme au mat arrachée au bout de 3 jours.Tous les rivets avaient progressivement sauté, semaines après semaines. Bout d'amure cassé : une 1/2heure de spi et après HS car impossiblede le repasser dans le bout dehors... Ecoute de génois tellement cuite qu'elle a aussi cassé par 15 nœuds... Avarie moteur : panne de gazole... 1 winch défectueux... Pas toutes les cartes de nav à bord... Le 4ème jour il ne restait que le génois pour naviguer ! Les bateaux rentrent un jour, repartent le lendemain sans véritable révision. Pas pro.

05 sept. 2021
-2

Pour une première participation au forum ici... il faut surtout que tu fasses remonter ce compte-rendu au CNG Concarneau lui-même !
Ici ça ne fait qu'alimenter le marronnier.

2

Bonjour,
J’ai eu l’occasion de rentrer un jour dans un Élan 31 des Glenan. Un bateau d’à peine 2 ans. J’ai été effaré de l’état lamentable du bateau.
En clair, il était ruiné !!!
Il y a 2 jours, un bateau de cette école, s’arrime à côté de moi.
La responsable du bord était pieds nus. Je lui est fait remarquer que ce n’était pas professionnel. Elle a affiché un petit air narquois en me répondant qu’elle était «une sale gosse ».
C’est pas beau, ça ?
Bonne journée,
Patrice

05 sept. 2021
0

Je sais qu'à l'époque, notre moniteur disait que SAV Élan n'était pas à la hauteur. Très difficile d'avoir les pièces et de faire prendre en charge la garantie.

05 sept. 2021
1

J'ai fait 2 stages aux Glénans il y a 10 ans en partant de la base de Paimpol et je ne garde que des bons souvenirs.
Le premier c'était sur un Elan31, qui avait moins de 3 ans. On était 6 avec le moniteur, je crois. Un super moniteur avec beaucoup d'expérience, entre 60 et 70 ans. J'y vraiment appris la croisière et ses préparations de routes, calculs des marées, relèvements, tenue du journal de bord, les quarts...
On faisait aussi bien entendu des manoeuvres tout en faisant le maximum de milles pour visiter les ports de la côte le soir.
Le 2e c'était sur un Dufour 325 flambant neuf. On était les premiers à l'inaugurer. Pareils, des stagiaires et moniteur sympas.
En principe les gens qui s'y inscrivent sont plutôt sociables. Ceux qui ne supportent pas la vie de groupe passent leur chemin
On est allé à Jersey et Chausey entre autre. Franchement, je recommande, en tout cas les stages "croisière" de Paimpol. Ailleurs je ne connais pas. Mais c'est sympa également d'aller dans une autre zone de navigation. La sécurité est leur crédo. Pour ce qui est du rapport qualité/prix, c'est très honnête. C'est un peu comme si vous louiez un bateau mais avec les cours en plus, pour moins cher même.

05 sept. 2021
1

@ equalizer
Merci, ça équilibre en effet et me met du baume au coeur !

05 sept. 2021
0

Les Elan 31 avaient dès le départ des défauts de qualités, par exemples les barres franches livrées étaient souvent fissurées aux soudures. Mais je dirai que ce n'est pas la faute des Glenans en tant que client, ce type d’anecdotes se rencontre avec beaucoup de chantiers et les clients font ce qu'ils peuvent pour y remédier.

Le centre de Paimpol a toujours eu la réputation en interne d'être le plus sérieux du CNG, mais cela ne change rien au fait que la qualité globale des prestas du CNG ne sont plus au niveau de l'image communiquée au public. Moi aussi j'ai eu droit au moniteur en tong, le même qui nous a vautré sur le récif de Port Manech et qui venait de Paimpol...

Ça fait mal au cœur, c'est dommage, c'est tout ce qu'on veut mais c'est une réalité, libre à chacun d'en conclure ce qu'il veut et même de le dénier et de se voiler la face.

05 sept. 2021
0

Je m’étonne de les voir très souvent prendre des bouées de mouillage( privées) pour passer la nuit au lieu de privilégier les manœuvres de mouillages , ( manipulations des apparaux , distance et évitage ) bref, un domaine d’apprentissage très important en côtière … ( la facilité?)…

05 sept. 2021
0

De plus, pas très marin, car on ne sait jamais ce qu’il y a en dessous de ces bouées …( a part les propriétaires …)

05 sept. 2021
0

Je me souviens qu'on mouillait avec l'ancre plutôt que de prendre des coffres. C'est surtout mon dos qui s'en souvient, parce que les voiliers n'étaient pas équipés de guindeau et que l'ancre était très lourde.

05 sept. 2021
1

Il y a pas mal de méthodes pour remonter une ( grosse) ancre sans guindeau. En maillant un bout avec un mousqueton sur la chaîne et se servir des winchs d’écoute de cockpit ou de ceux en pied de mat .par exemple . Et quand il y a 5 ou 6 jeunes gaillards ( es) , on tire tous ensemble, à l’ancienne , et ça vient tout seul 😝.( commentaire restant absolument « maritime 🙀😹»)

06 sept. 2021
0

Je l'ai fait en solo en effet

05 sept. 2021
6

je me souviens quand j'etais stagiaire puis moniteur aux glenans dans les années 80....pas de gps pas d'electricité , pas de chiottes ,pas d'instrumentation sauf un radio pour la meteo et la gonio, pas de moteur, formation ds moniteurs interne sans titre officiel, 4 dans un 6.5m, mais aussi 100 fois moins (facile) de bateaux ....a l'epoque c'etait incontournable..A voir les vacanciers en lagoon, sur la cote med cette année ( et depuis deja pas mal de temps) je me demande qui suit encore le cursus Glenans...et pourtant vous devriez tous y aller avant n'importe quel achat ou location..
Grace a cette base ( et mes autres nav) je suis aujourd'hui, bien que vieux, apte a me demerder seul dans n'importe quelle condition foireuse, et aussi me passer de toute l'electronique ( he oui c'est possible)..j'espere qu'il enseignent encore ca
il y a d'autres formations sans doute bien aussi , macif , ucpa etc.. mais tout de meme restez un peu dans la tradition meme si l'eectronique chinoise a tout envahi

05 sept. 2021
0

L'ecole des Glenans d'après mon expérience le niveau n'est pas folichon, c'est un bon moyens pour les ados de faire une sacre foire et pour les parent de s'en débarrassez.....

05 sept. 2021
1

J'ai fait 3 stages aux Glénans il y a env. 20 ans. Lors des 2 premiers, j'ai bien appris toutes les bases, avec des monos compétents (ceci dit rétrospectivement). Le 3e stage, embarqué, était franchement plus de la balade que de l'apprentissage, avec un mono guère dynamique...

05 sept. 202105 sept. 2021
0

Cursus glénans toutes mes vacances de 14 à 20 ans du nord au sud. Je ne vais pas en dire du mal :-)
Bon avec ça j'ai toujours pas mon "truc" vhf

05 sept. 2021
0

alors la mon gars tu te foule pas la rate pour le commentaire

05 sept. 202105 sept. 2021
3

T'as raison mais sinon ça fait vieux qui radote sur ces jeunes années.
On se refait une semaine de stage ensemble type niveau 2 ou 3 histoire de ne pas se casser un col de fémur le premier jour?

05 sept. 2021
1

Mayko, tu dois être le genre de moniteur que j'aurai bien aimé avoir aux Glénans, mais le marketing associatif a pris le dessus et je pense que l'expérience que nous avons reçu comme stagiaire-client est très loin de l'association que tu as connue.

05 sept. 2021
0

Pas moi ! justement parce que je le connais... ;-)
Y a pas que la compétence qui compte.

05 sept. 2021
2

Mais non Flora c'est une expérience humaine :-) Bises Philippe

05 sept. 2021
0

ben c'est ce que je me dis , mais je pense serieusement a me renseigner pour m'y remettre..apprendre aux bons blaireaux ca me plairait bien, si je ne suis pas trop faible et si je fais un effort pedagogique , ce qui n'est pas mon point fort...j'ai bon espoir car mon epoque Rambo est plutot revolue

05 sept. 2021
0

;-) c'est ta bonne résolution de la rentrée ?

2

Re bonjour,
Il est évident que l’expérience du chef de bord apporte un ressenti essentiel sur la qualité de stage.
Dans mon bassin de navigation (Lorient) beaucoup de bateaux Glenan évoluent. D’autres écoles aussi (UCPA, MACIF, etc…)
Seuls les Glenan n’ont pas la cote envers les autres plaisanciers.
Pourquoi?
Accostages «rugueux » sur les autres bateaux. «ils faut bien que les stagiaires apprennent…!!!! »
Arrivées de nuit: moteur qui tourne encore un 1/4 heure après. Les stagiaires se parlent entre eux comme en plein jour.
Ribaudes jusqu’à plus d’heure.
Quand j’ai appris à naviguer, on m’a dit qu’il fallait être le plus discret possible dans un port, le jour, mais surtout la nuit.
Toutes ces règles de bienséance ne sont apparemment plus la norme dans cette école.
C’est bien dommage car je suis évidemment pour le renouvellement des troupes.
Bonne journée,
Patrice

05 sept. 2021
4

Jamais fait les Glénans donc pas d'avis de l'intérieur.
Ce que l'on voit en mer des bateaux des Glénans: voiles souvent mal réglées,quelquefois des pare bats pas enlevés à 2 milles du port...
J'ai loué mon bateau à pas mal de jeunes dont une partie sont moniteurs Glénan (ils aiment bien le dire!). Meme si c'est ok pour certains le niveau nautique d'autres fait franchement peur.
J'ai presque envie de fuir lorsque l'on me parle des Glénans aujourd'hui.Je pense que c'est bien pour découvrir la voile mais c'est tout.

05 sept. 2021
1

Exactement surtout que pour les bases du nautisme à la voile les CNG (Centres Nautiques des Glenans = tous
les sites) disposent d'un outil très performant avec les Glenans 5.7 et les Surprises particulièrement bien adaptés à l'enseignement , et de centres à terre avec dortoir qui sont OK à condition d'avoir prévu des bouchons d'oreilles. En partant de zéro, c'est une bonne formule qui a sont utilité, après ça devient passable en stage embarqué et très médiocre voir merdique pour les niveaux 4-5 voiles.

05 sept. 2021
1

Pas mal de «  frictions » sur l’archipel des Glenans entre « l’école » ( certains monos et les plaisanciers) …
Je me souviens du cri d’alarme sur les voiliers au mouillage:
«  Attention Attention!!! Les Glénans !!les Glénans 😡🥴😆 »

05 sept. 202105 sept. 2021
1

De tout ce que j'ai entendu et que j'entends encore, il y aurait une grande différence de comportement et de ressenti concernant le sérieux de l'enseignement, entre les bases en Manche, en Atlantique et en Méditerranée...
Moi je n'ai que l'expérience de la Bretagne Nord et Sud dans les années 70. Et toujours entre adultes, en dehors des vacances scolaires. Je n'avais auparavant que l'expérience du dériveur sur plans d'eau intérieurs et j'ai vraiment beaucoup appris en 4 stages de 15 jours à partir de Concarneau et Paimpol. Moniteurs excellents et stagiaires motivés.
Les bateaux : Cavales à l'archipel, Mousquetaires et Armagnacs en Bretagne Nord et "le" Glénan croisière fin de cursus CdB Concarneau-La Rochelle-Concarneau + les cours théoriques au ponton sur la Seine à Paris.

05 sept. 2021
0

ha y'a encore des vieux ca fait du bien , le bon temps de bricolages maison et des loch a l'ancienne!!

05 sept. 202105 sept. 2021
2

Mais on en est convaincu Flora, que veux-tu que l'on dise ? C'était bien en 1970, et que c'est resté toujours bien ?
Ou alors, du fait de la réputation excellente des années 60-80, nous avons donc rejoint les GL durant les années 2000-2015 en étant tout autant motivés, cependant nous avons fait un constat bien différent de l'image originelle vantée ?
Amha, j'ai l'impression que cette association n'a pas réussi à faire face à son succès et a dû former en urgence beaucoup de moniteurs issus des bénévoles permanents, via une filière dédiée, je pense que c'est là-dessus que ça a commencé à foirer, la fin des bénévoles authentiques, avec expertise et passion et volonté de partager et transmettre.
Perso j'ai arrêté en mars 2016 ou j'ai pris la décision de ne plus jamais y retourner et j'ai bifurqué sur la filière RYA qui fut bien profitable parce que complémentaire.

Beaucoup de choses évoluent en positif comme en négatif, resté scotché sur une image de 50 ans en arrière amène forcément à des déconvenues. De tte façon même la plaisance en général a évoluée en 50 ans, on le constate souvent sur le forum.

05 sept. 2021
1

GPS moteur prevision meteo fiables , c'est nul

05 sept. 2021
0

Question de point de vue, mais les tradis vs les modernes sont pour moi un débat inutile et sans réponses.
La connaissance du positionnement façon tradi aux alignements, au relèvement, à la sonde et même au sextant me semble absolument nécessaire à acquérir, déjà pour leurs vertus pédagogiques et ensuite pour leur efficacité redoutable (un alignement, c’est instantané).
En même temps, le + de sécu par un GPS et une carto numérique, c’est une sécurité certes facile en apparence, mais bien réelle aussi et je comprendrais mal qu'on la rejette.

Ça me fait penser à la mésaventure du Mod 70 échoué à Tromelin , que des coureurs, mais plus de compétences de navigation pilotage, juste une utilisation de carto numériques, résultat ....

05 sept. 2021
-1

L'expérience positive d'Equalizer date de 10 ans en arrière, pas de 50...

Arrête de radoter !

05 sept. 2021
2

Une expérience et tu conclus pour toutes les autres. Bloom a fait son stage cette année....
Arrêtes de dénier !

05 sept. 2021
2

J’ai fait 2 stages vers 2005 avec ma femme à Marseillan. Ignorant l’existence des dortoirs, nous avions pris un petit hôtel à côté et on a été un peu mal vus… mais nous étions les seuls à bien dormir !
Au premier stage, 40 noeuds de vent établis, donc on a fait beaucoup de théorie à terre (et beaucoup la vaisselle !), et ce n’était pas mal du tout avec des formateurs compétents.
2ème stage, embarqués sur un Grand Surprise, un peu serrés mais assez sympa, bon moniteur aussi. Ambiance un peu gâchée par un radin qui refusait toute visite aux cafés des ports visités, mais bonne formation dans l’ensemble.
Comme je ne connaissais jusque-là que la voile légère et ma femme rien du tout, nous en sommes sortis aptes à la navigation et autonomes l’un et l’autre. Il restait juste à acquérir l’expérience.

05 sept. 2021
-5

Bloom,
j’aimerais bien connaître les attentes que tu avais pour le stage que tu as effectué ?

Et aussi, Qu’elle est ton expérience nautique ?

-En règles général le contenu du stage est très clair… as tu pris la peine de bien te renseigner avant de râler ?!

Pour avoir beaucoup naviguer avec les glenans, j’ai souvent rencontré des stagiaires moyennement adaptés pour la méthodes « glenans ».
En bref: Trop individualiste ou consommateur …

Que ce soit, l’équipage ou le chef de bord, il y a un toujours un facteur chance… avec les glenans
Cela reste malgré tout formateur.

Dans l’ensemble j’en suis très satisfait de mes stages même si c’est imparfait.

Nb. Avoir des avaries en bateau, c’est assez fréquent ! Donc formateur! …

Essayes avec d’autres écoles, tu trouveras sûrement un truc qui t’iras.

05 sept. 2021
0

Vous me faites bien rires avec vos -1
Faites-vous plaisirs !

05 sept. 2021
4

Et bien,rions,perso,j'ai été moniteur aux Glénan, salarié car be,ils n'avaient pas assez de blocs,grandement déçu, même plus,écoeuré,il me serait possible d'écrire des pages mais pas sur un smartphone

05 sept. 2021
2

la methode glenan du moins a mon epoque c'etait de nous apprendre quelques bases techniques mais surtout de nous apprendre a nous demerder et a etre autonome...dans mon cas apres 4 stages en 1 ans et demi ils m'ont bombardé moniteur puis chef d'ile, sans aucune consigne...la ca rigole moins surtout a 20 ans mais au moins il y l'obligation de securité qui est le maitre mot de cette activité...je crois qu'avec cet esprit les mous ont ete vite decouragés, mais les autres ont pu etre des marins

05 sept. 2021
1

Une sècurté par la précision qui amène une prise de décision,levée de doute plus rapide

05 sept. 2021
6

Son attente,peut être un bateau pas pourri??

05 sept. 2021
3

Mon expérience des Glénans (qui date du milieu des années 70).
Déjà moniteur voile, j'ai frappé à la porte de la péniche parisienne afin de postuler comme moniteur.
Fin de non recevoir.
"Monsieur, nous formons nous-même nos moniteurs"

Bon, ben j'ai été officié ailleurs :-)

Sur l'eau, ou du moins au port, il vaut mieux ne pas être voisin. :-(

05 sept. 2021
-4

toujours les mêmes qui sortent les mêmes rengaines contre les glénans ... ça pue ... faut passer à autres choses ... ou à d'autres marronniers, ça fait radotage

05 sept. 2021
1

Sans radoter,je vais me fendre d'une réponse circonstanciée a partir d'un ordinateur

05 sept. 2021
-3

@ ric56 : épargne toi ce travail, on les connais déjà toutes tes anecdotes, ça fait des années que tu les répands dès que l'occasion t'en est donné; faut passer à autres choses surtout à ton âge; un tel acharnement va te donner des ulcères

05 sept. 202105 sept. 2021
0

Pas de pb, vous ne connaissez pas tout, mais je forme encore des équipiers et chef de bords, ils partent avec la banane .
Peut être qu,'ayant enseigner sensiblement 15 mois, j'ai une approche différente, non formatèe

05 sept. 2021
4

Le fil fut relancé suite à un nouveau retour d'expérience récent, rien de plus. Si vous préférez on peut demander à HEO de censurer les avis et témoignages qui ne plaisent pas. Et là, ce sera bien puant effectivement.

05 sept. 2021
0

Un retour d'expérience qui était le premier post d'un nouvel arrivant sur le forum, "Bloom" que l'on n'a pas revu d'ailleurs. Je lui avais conseillé de faire remonter ses récriminations directement au CNG Concarneau, il n'a pas daigné répondre.

05 sept. 2021
-1

On ne va pas répondre à sa place, possible que HEO ayant une grande diffusion, il l'a utilisé le forum comme d'autres utilisent Tripadvisor pour remettre une cotation. Le fait d'être nouveau n'implique pas d'être un troll, mais il aurait pu par correction mettre un profil succinct et se présenter. Il faut croire que le gars était bien vener.
Oui par principe, il faut faire remonter ses avis négatifs et je l'ai fait moi-même, mais est-ce reçu et utilisé ensuite ?

25 sept. 2021
3

Bonjour à tous,
Quelques précisions :
J'ai mis un témoignage en ligne, négatif certes, non pas pour critiquer pour le plaisir ou parce que j'étais énervé, mais simplement pour apporter un témoignage actuel parmi d'autres, plus anciens (le fil était interrompu depuis plusieurs années). D'ailleurs je suis inscrit sur le site HEO depuis bien avant d'y mettre ce post et je n'y suis pas venu spécialement pour faire une critique des Glénans ! En conséquence, lorsque quelqu'un d'autre met un témoignage contraire, d'une expérience très positive aux Glénans, je ne me sens pas agressé : il fait la même chose que moi. Il apporte son témoignage qui s'ajoute à d'autres et qui peu à peu permet à chacun de se faire une opinion. D'ailleurs vous pourrez constater que je n'ai jamais émis de généralités sur les Glénans car ma seul expérience ne me permets pas de conclure quoi que ce soit. C'est l'addition seule des témoignages qui a du sens et qui, me semble t-il, fait l'intérêt d'un site communautaire. Et c'est ce que j'aime dans HEO,... lorsque cela fonctionne bien. En revanche, j'aime moins le côté "guerre de tranchées" que prennent parfois certains posts, comme s'il s'agissait d'établir qui détient la vérité.
Pour répondre à des questions qui me sont posées (à quel titre ?) : oui, j'ai fait part de mon avis aux responsables du stage via une fiche que l'on remplit en fin de stage (bonne pratique, au passage). Oui, j'ai une certaine expérience de la voile (20 ans de voile, essentiellement voile légère, notamment en régate, et envie de passer sur des croiseurs, d'où mon stage). Non, je ne suis pas un simple "consommateur" incapable de prendre en compte les spécificités d'une association... Mais est-ce que je participe à un site communautaire pour devoir me justifier ? Non. Est-ce que cela est utile d'apostropher de manière plus ou moins agressive ceux qui ont une expérience ou un avis contraire au sien ? Je ne crois pas.

25 sept. 2021
1

C'est clair Bloom. Sur ce sujet de discussion, il y a un phénomène flagrant d'irrationnel à cause de l'importante dose émotionnelle en relation avec un vécu. Du coup la transcription de la réalité actuelle, si elle ne matche pas avec le passé, est vécue comme une guerre à ce que l'on a chéri dans sa jeunesse.
Étant gosse je passais mes vacances à Marseille (dans les années 70), l'image et le ressenti de l'époque n'ont plus rien à voir avec le Marseille d'aujourd'hui, et si je discute avec une personne qui en a une vision récente et négative, je pourrais très mal l'interpréter comme étant une opposition fondamentale de conception du bonheur, alors que chacun se réfère à des choses complètement différentes (50 ans d'écart sur un lieu cela peut être énorme).
Mais finalement ce qui est bien dommage avec toutes ces réactions émotionnelles, c'est que cela ne permet pas aux "néo-voileux" actuels d'avoir un retour utilisable sur la nature des prestations par les associations et écoles de voile.
Si j'avais pu lire un exemple comme ton témoignage avant, je ne me serais pas fait embarquer à poursuivre cette filière qui en 2020 ne correspond absolument pas avec ma conception de la formation. Dans les années 60 et 70, je suis convaincu que cela aurait été très différent, mais ce passé a été (volontairement ?) gommé pour le niveau de presta actuel.

05 sept. 2021
1

Je confirme que lors des stages que j'ai faits, on n'avait pas de GPS ( les GPS traceur existaient pourtant il y a 10 ans). J'y ai tout appris en navigation. On naviguait avec la carte, le compas et les jumelles. Nos moniteurs nous ont toujours également inculqué le respect vis à vis des autres plaisanciers, notamment lors de la mise à couple (ex: ne jamais traverser par le cockpit mais par le pont avant et en silence) ou les priorités en mer. Et tout cela dans une bonne ambiance. Bref, je n'hésiterai pas à refaire un stage chez eux.

05 sept. 2021
1

Ai été moniteur au glénans plusieurs années et aussi chef de stage. C"était il y a trés longtemps quand bcp de leurs bateaux étaient encore sans moteur donc ça m'a appris à maneuvrer d'assez gros bateaux sans moteur. Je rejoins l'expérience de Mayko lue ci-dessus à ce sujet. Ca me sert encore occasionnellement maintenant et c'est de toutes façons assez sympa d'attraper un coffre dans un coin encombré à la voile, même sur un 38 pieds. Lever l'ancre et quitter le mouillage à la voile aussi ( trés largement le plus délicat car c'est pas facile de faire abbatre un voilier à partir d'une position bout au vent dans le rayon et le sens qu'on veut, en maneuvre à la voile ce qui tue est la situation ou on n'est plus maneuvrant).
Dans le rayon "trés utile", ai ramené un dehler 36 de location et un Etap 28 (le mien), tous les deux en panne moteur sous voile. Le Dehler de nuit à port Tudy à Groix, L'Etap un ponton extérieur d'une marina en Zeelande. Aussi les Glénans de cette époque la nous décomplexait totalement vis-à-vis du rase cailloux. Cette été j'essaye de passer à travers les Minquiers "juste pour le plaisir" à marée basse. Pas réussi mais bon...Le truc est que ce type de formation permet de considérer un voilier comme fonctionnel si le mât tient toujours debout (un safran OK aide aussi pas mal). Ca donne un énorme sentiment de liberté et de confiance en soi. Aussi la culture de sécu permet de toujours ramener le tout à l'essentiel. Ai connu à ce sujet de mauvaises expériences avec des équipages "culture régatte" de la côte Belge même étant belge moi-même.

05 sept. 2021
2

Les glenans c’est une usine qui s’est bien éloignée de ses origines comme l’ucpa d’ailleurs. Du coup le bonnet le mauvais se côtoie.
Perso j’ai toujours choisi l’ucpa pour mes stage car la flotte est plus petite et le nombre de CdB moindre a mon sens cela réduit les risques
Mais il y a trop de monde à bord pour bien apprendre. Maintenant que je suis habitué à la croisière en duo je crois que je m’ennuierai a surveiller un hb de gv mal conçue pour dire de s’occuper

06 sept. 2021
7

Bonjour à tous,
Le problème des Glénans à mon avis ce sont les moniteurs.
Si vous tombez sur un "bon" comme moi, c'est super, si vous tombez sur un "mauvais" comme mon épouse c'est une semaine de foutue.

06 sept. 2021
2

Si vous tombez sur un "bon" moniteur et aussi sur un "bon" bateau visiblement.
Un moniteur même talentueux aura du mal à enseigner avec du matos limite HS, il pourra un peu se rattraper avec des bons topos théoriques bien soignés et pas des gribouillis dégueullasses baclés, mais comme ils disent au RYA " nothing can substitute experience".

06 sept. 2021
-1

Un "bon" moniteur contrôle son bateau avant de partir. J'ai de la peine à croire à la mise à disposition d'une épave.

06 sept. 2021
1

Sans aller jusqu'au bateau épave (faut pas exagérer non plus), dans le programme il y a une partie reglage fin des voiles, mais si les voiles sont bien usées ce qui arrive vite vu le nombre de jours de sortie par bateau, les stagiaires se retrouvent avec des explications indémontrables en pratique.
Ce n'est pas dangereux, mais ca donnera un résultat un peu baclé. Des bateaux en sales états j'en ai vu quelque uns mais globalement les bateaux de mes stages Glénans étaient corrects mais souvent usés. Un bateau ancien peut rester un bon support pédagogique s'il est bien entretenu, il y a aussi beaucoup de petites ecoles de voile qui ont des voiliers de 30 ans (exemple j'ai navigué en JOD35 avec le club de Dieppe).

08 sept. 2021
0

@ Blue Note:
Le bon, c'est toi; et le mauvais, ta femme? 😱
Je trouve que ta formulation est particulièrement ambiguë. 🤭

08 sept. 2021
0

En tout cas un navigateur voile inspiré par le Blue Note Record est déjà en plein dans le bon gout.
Magnifique label avec un catalogue de musique jazz excellent.

08 sept. 2021
0

Il y a un divorce en vue...lol!

06 sept. 2021
0

A l'époque déjà. Sur mes recommandations, un copain fait un stage de 15 jours. Première semaine avec un objecteur de conscience et deuxième avec un militaire qui revenait du Liban. C'était pas la même ambiance. :-)

06 sept. 2021
1

Un critère parfois oublié c'est le prix...la possibilité de pouvoir garer sa voiture gratos...essayer des voiliers qui intéressent...des stagiaires au même niveau social,moins réservé à des friqués par ex.

12 sept. 2021
2

Je n'ai jamais fait de stages aux Glénans mais j'ai enseigné la voile (scolaire + equipe compet) pendant plus de huit ans dans une école FFV voisine d'une base Glénans. D'un point de vue exterieur, en habitable, voiles rarement bien réglées, je ne compte plus les spis a l'envers et autres manoeuvres scabreuses. En voile legere, un gros doute de ma part en terme de contenu péda : Le moniteur sur son Hobbie Cat 16 et ses 10 Hobbie Cat 15 en "stage". Ca doit pas etre pratique pour apporter du contenu aux stagiaires... Je ne compte plus les fois ou je suis allé redréssé un cata, le moniteur déja affairé avec un autre ou bien sous spi a 3 miles de là.
Un ami très proche, egalement BE depuis des années, ayant bossé la, en est parti dégouté. L'esprit initial Glénans semble avoir disparu, et la qualité de formation des moniteurs en est la cause d'apres lui. En tout cas, leur annuelle régate des moniteurs (Donc sans stagiaires) a transpiré le manque de niveau cette année : Sur les 20 bateaux, le premier a du franchir la ligne de départ 30 sec apres le top, et les autres arrivaient au compte goute derriere. Les derniers n'ont meme pas pris la peine de finir.
Surement une école sympa pour mettre le pied a l'etrier mais les différences de niveau entre les monos rendent une reele progression impossible, vous serez tres vite meilleurs que certains d'entre eux.
Je ne parle ici que d'une base méditerranéene que je prefere ne pas citer.
Ceci etant dit, je prefere voir des jeunes mal encadrés que des jeunes qui ne naviguent pas...

12 sept. 2021
2

J ai fait deux stages aux glenans en février et mai 2015.
Le premier amarseillan le second au départ de vannes stages croisiere 3 et 4 voiles.
Moi je venais de 4 ans de pratique régulière de la voile légère en 420 et laser.
Le premier stage a été super sur un dufour 325 en bon état et j ai apris beaucoup que se soit sur la navigation sans instruments modernes la sécurité la conduite du bateau. Le chef de bord était très fort car supra calme toujours du sang froid superrespectueuxde tous et avec une solide expérience personnelle même si pas academique. Début février premier stage embarqué del annee nous étions 4 élèves supermotives qui voulaient en apprendre un restauration voilierde voyagepourpartir en Amérique du Sud et avait besoin d apprendre, moi je voulais pouvoir louer sans skipper des l été et emportermafamilleen sécurité les deux autres avaient a peu près le même projet. Ca a été un stage tellement génial que deux d entre nous nous sommesretrouvessurlememeembarquement à vannes en mai sur un rm nickel aussi avec un chef de bord nullissime en tous points. Nous sommes malgré tout sortis dans du 7 etabliet des vagues de 6 mètres on a passé la jument à la 3 ème heure de maree descendante, le chef de bord avait passé la ligne de vie sous les ecoutesde foc et il n avait pas fait l inventaire des voiles d avant disponibles. A la fin de la première demi-journée il était tellement discréditer, n osait plus rien dire.
Nous avions dans l équipage une navigatrice au top qui en était a son 15 ème stage
Je pense qu avec la perte de confiance dans le chef de bord et la petite base de compétences dont nous disposions c est la quenous avons apprisleplus.
Quand j ai loué mon bateau surlamediterannee le loueur est resté bouche bée du check d entrée que j ai faitason bateau un hanse 32pieds que j ai fais entrer a sa place au lavandou dans des rafales de 25 nœuds sans cogneraucun des voisins.
En juillet j ai trouvesur les mon petit feeling et je me dit que si je devaisdemainfairedu hauturier je me paierai un stagede mise a niveau sans aucun doute aux glenans

13 sept. 2021
0

Enfin un retour d'expérience positif de Marseillan ! ;-)
En hiver entre adultes motivés.

12 sept. 2021
0

Des Hobie Cat 15 aux Glénans ? c'est un peu étonnant non ?

13 sept. 2021
4

en 1980 ou 81 j'ai ete chef d'ile pour un stage hobbie et planche debutant..bon j'etais pas fort en planche mais assez pour apprendre au gens la base...en hobbie j'ai pu leur apprendre a barrer plus proprement , mais il n'en reste pas moins que d'apres moi ce n'est pas le type de stage qui corresponde a l'esprir glenans d'origine..
je constate que beaucoup deplorent que cet esprit se perde..je ne peux en juger car ca fait des decenies que je n'ai plus été au glenans. cependant si on proposait aujourd'hui aux stagiaires des stages " traditionnels" purs et durs, je doute qu'ils soient enchantés a l'heure des caravanes beneteau ou lagoon...
les bateaux sans moteur sans guindeau parfois sans ou avec le minimum de winchs, cuisine reduites a un rechaud au kerosene , pas de chiotte ni de SDB, pas d'enrouleurs bien sur , pas de gps ais, pas de circuit electrique sauf pour les feux de nav et le recepteur BLU( sans interet aujourd'hui) etc....4 a 5 sur un 6.5m. Nav a l'estime a la gonio ou au consol pour le large...mais des spis sur presque tous les bateaux
le
La vraie limitation est l'absence de moteur car il est totalement impossible de rentrer dans on port surpeuplé sans moteur sauf a la godille par calme plat..he oui on bougeait tous le bateaux a la godille meme la vieille sereine ( bois classique de 12-13 m)...
philippe le vieux

13 sept. 2021
0

"je doute qu'ils soient enchantés a l'heure des caravanes beneteau ou lagoon..."
Possible mais tout le monde ne se préoccupe pas du confort de caravanne, la majorité des stagiaires viennent pour acquérir des compétences en voile.
Alors la bonne question est : est-ce que l'apport pédagogique pour les stagiaire était meilleur au début de l'assoce avec les conditions rustiques et des vrais moniteurs passionnés en comparaison des conditions actuelles avec des bateaux de série bien exploités et des moniteurs formés rapido et à la chaine ?

13 sept. 2021
1

"des moniteurs formés rapido et à la chaîne ?"
Cela a toujours été le credo. Apprendre par la pratique est et à été le style glénans depuis toujours. ceci était et est toujours valable pour les encadrants.
Et comme dit piquillo "Je pense qu'avec la perte de confiance dans le chef de bord et la petite base de compétences dont nous disposions c est la que nous avons appris le plus".
Donc pour une personne positive, le négatif devient une aubaine.

13 sept. 2021
1

Finalement, dans ce cas, cela revient au partage d'expérience comme avec les bourses aux équipiers ou la co-navigation. Ca c'est un truc que je n'ai pas pu pratiquer puisque j'ai mis tout mon temps libre dans les stages, et je pense que ca a été mon erreur.

13 sept. 2021
0

C'est exact.

13 sept. 2021
1

J'ai bien aimé mes 2 stages ,perfectionnement puis pilotage ou croisière côtière dans les années 74 il me semble.
À la dure oui ,mais avec le nécessaire ,et plus tard sur mon Flirt entre Noirmoutier les acores iles marquises j'j'ai su m'en sortir seul avec un petit budget en 78 79 ,en apprenant seul la nav astro .

13 sept. 2021
0

Pour ce qui est de la formation des moniteurs fédéraux le problème est le même dans les clubs FFV. En fait il y a peu de volontaire et les clubs en ont besoin donc on leur file le CQP même s’ils sont très limité sur le plan théorique . Le plus important étant qu’ils soient débrouillards motivés et pas trop regardant sur les conditions de travail.

Cela explique pourquoi dans bien des cours ou stage de voile, on apprends à border et choquer et à ressaler un bateau. Les réglages fins, le trim , le départ de régate le cadre tout cela passe à l’as.

En même temps c’est inhérent au mode économique de fonctionnement. Les meilleurs passent ensuite un BE ou et un Cap200 mais ils sont peu nombreux on en croisent donc rarement
(Et pour ce qui concerne mon expérience perso, la pire expérience de voile que j’ai eu l’a été avec un BE Cap200, la meilleure aussi mais ce n’était pas le même mais au même endroit)

13 sept. 2021
1

Les Glénans n'ont jamais fait de formation à la compétition, que je sache.
C'est pas du tout leur créneau.

13 sept. 2021
0

On ne peut pas apprendre sérieusement la voile (pas la navigation, la voile)si on ne fait pas de régate
Ne serait ce que des régates saucisson

Comment savoir si on règle bien ses voile sans point de comparaison ?

Comment savoir où et quand virer ou empanner si on ne sait pas faire un cadre de navigation

Pour ma part je déteste la compétition mais il faut reconnaître que c’est un outil didactique indispensable et même inévitable en voile légère

Un moniteur qui ne sait pas prendre un départ saura t’il prendre un coffre récupéré un ham ?

Flora tu n’es pas très objective

14 sept. 2021
0

@tiktak.

il y a des épreuves techniques pour passer les monitorats FFV "croisière".
regate ou pas, la récup HLM dans les temps imposés en fait partie (sous spi en solo pour le MF2).

je te confirme ce que dit Flora, la régate n'est pas au programme dans la filière croisière embarquée.

14 sept. 2021
0

Je réagissais au propos concernant les moniteurs de voile légère

Tu as déjà vu passer des CQP ? Vraiment vu. Moi oui, tu serais surpris.
Les clubs ont besoin de cette main d’œuvre pour la saison. Le diplôme le plus important pour eux est le permi côtier pour pouvoir prendre la sécu. Le second truc le plus important c’est d’être capable de ressaler un bateau en vitesse. Le reste c’est secondaire. Il ne faut pas se leurrer au tarif où on paie ces jeunes de 18 ans qui vont faire de l’initiation tour l’été on n’espère ni des techniciens ni des pédagogues.

14 sept. 202114 sept. 2021
0

je réagissais à ta généralité de départ. aux Glénans j'ai réellement appris sérieusement à faire sérieusement de la voile (ma femme aussi) et sans faire de régate.

14 sept. 2021
-1

@ Virgule
Pas mieux, j'avais fait auparavant (ado) deux stages voile légère sur une base du Touring-Club de France et pratiqué le 420 en régates amicales, mais c'est vraiment à partir des stages à l'archipel et à Paimpol que j'ai appris sérieusement à faire sérieusement, comme tu dis ! ;-)

14 sept. 2021
4

Non. Tu le crois c’est différent. On ne peut pas apprendre à régler finement une voile sans pouvoir vérifier l’efficacité de ses réglages. En croisière on croit toujours que l’on marche bien. Bord à bord avec un copain sur le même bateau on a vite fait de se remettre en question. La régate au delà de la compétition que je déteste c’est d’abord cela: pouvoir progresser au contact de meilleurs que soi. Il est incroyable qu’un moniteur de voile ne passe pas par la. Imagine—t-on un moniteur de ski qui ne se serait jamais aligné entre les piquets?

Mais j’ai bien compris qu’il ne faut pas écorner le mythe donc je m’arrête je ne veux pas faire de peine

15 sept. 2021
1

s'il te semble incroyable qu'un moniteur de croisière embarquée ne passe pas par la regate, parles-en a la FFV, c'est elle qui détermine le contenu de la formation, par niveau et par filière, dans les écoles de voile affiliées. c'est aussi elle qui signe ton diplôme de moniteur FFV.

par ailleurs, quand j'encadrais des stages manoeuvre sur les 8.50, mes stagiaires n'avaient pas d'attentes particulières sur les reglages fins (0.10/0.15 kt), ils voulaient surtout bosser les chronos, le spi, la conduite.

15 sept. 2021
1

Les stagiaires ont souvent un but simple : comment devenit autonome et arriver à naviguer de manière zen. C'est la véritable finalité. Les moyens et les voies pour y parvenir sont divers, mais souvent, le fait de varier les bassins de navs, les structures et contextes, les profils d'equipiers et skippers et aussi les supports, constitue une très bonne approche. Mais il faut pouvoir avoir cette variété, par exemple la régate est peu accessible si on habite loin de la mer car il faut etre disponible régulièrement les WE.

Je comprend mal qu'aucun stagiaires n'aient pas d'attentes particulières sur les réglages fins sachant qu'il s'agit de réglages de performance, sur les embarquements que j'ai effectué, c'était quand même un sujet de travail pour certains, par contre c'est quasi impossible à travailler avec des voiles anciennes déjà bien déformées.

Au fil des discussions du Forum, je remarque qu'il ressort que la FFV n'a pas une attitude très constructive quand elle intervient sur la plaisance à voile, la formation en France est dans un etat lamentable, le brevet d'aptitude de conduite de navires à voile a été torpillé en restreignant l'acces aux seuls BE voile, les performances professionnelles des mêmes BE voile sont très inégales voire peu convaincantes....
Il y aurait beaucoup à améliorer dans l'action de cette fédération, déjà par une clarification de son action, car la FFV encadre aussi l'activité de voile de loisir sociale ou d'interet touristique, c'est à dire l'activité des HEOssiens.

« La FFVoile a pour objet d’encourager, de promouvoir, de développer, d’animer, d’enseigner, d’encadrer, d’organiser, et de contrôler dans la limite de ses prérogatives le sport de la voile sous toutes ses formes de pratique, que celles-ci soient à visée de compétition, de loisir, de pratique éducative et sociale ou d’intérêt touristique2. »

14 sept. 2021
4

Bien d'accord.Il n'y a pas de meilleure formation que de s'engager comme équipier(ere) en régate ou toutes les manoeuvres doivent se faire un rythme plus élevé.
A compléter avec des choses de croisière (mouillage,prise de coffre,lecture des cartes,etc....).

15 sept. 202115 sept. 2021
0

@flora, « jamais de formation à la compétition »
message plus haut mais réponse malencontreusement décalée.
Stages « racing perf » dans les années 90. Supports : deux first class 8 pour tourner autour de trois bouées toute la semaine, parfois du match racing sur des glenans 5.7 quand impossible de composer deux équipages complets par manque de stagiaires. Dans le cadre de ces stages j’ai même participé deux fois aux 24 heures de Thau !

15 sept. 2021
0

Fait avec des Mono qui n’ont jamais fait de régate?

Je taquine Flora

Mon frère aîné a des souvenirs aimé de sa formation au match racing sur les surprises de la base glenans de marseillan

13 sept. 202113 sept. 2021
0

Pour ma part, aimant la voile pour le côté tranquille , de retour à la nature, assez contemplatif voir solitaire, j'avais entendu parler de l'école des glenans, comme de " l'école de vie, école de voile exetera ", et pour moi qui ai toujours détesté l'école et les groupes, ambiance "colonie, communauté et autres troupeaux, ça ne m'a pas vraiment donné envie, même si j'ai hésité quelques temps à m'y inscrire pour un stage pour progresser , mais finalement vu les échos que j'avais lu, parfois très négatifs sur les Glénans (certains moniteurs incompetents, ou arrogants, stages peu formateurs etc) ça n'a fait que confirmer ma décision . J'ai préféré apprendre à me perfectionner au fur et à mesure, parfois en équipier avec un proprio au début, quelques cours particulier de base avec 2 moniteurs de clubs de voile, puis en louant des petits voiliers , dériveur ou petit habitable, puis sur mon propre bateau pour continuer à avancer . J'ai quand même fait l'erreur de tenter un stage avec un skipper indépendant pour un stage de groupe embarqué 5 jours à 3 personnes, je suis tombé sur un connard sans respect, et ça n'a fait que me confirmer dans mes choix de definitivement arrêter les écoles, stages et et tracer ma route sur les flots à ma façon ;)

13 sept. 2021
1

Mince ! Est-ce que tu te rends compte que tu es sur un forum "communautaire" !? Comme quoi ça a du bon, non ? 😁

14 sept. 2021
0

Quoique que l'on en pense, le "+" de la méthode de Creek c'est qu'il n'a pas l'effet de saut dans le vide en se lançant dans une 1ère sortie sans l'accompagnement d'un instructeur. L'encadrement produit un effet pernicieux à se dire que de tte façon si ca merde il y aura quelqu'un pour rattraper le coup. C'est comme certaines stagiaires avec qui j'ai navigué qui avient beaucoup fait de sorties avec leur père ou compagnon, mais ceux ci avaient malheuresement toujours refusé de leur laissé la main, résultat les années s'écoulent mais les filles n'arrivaient pas à acquérir une autonomie.
Le "-" de la voie autodidacte c'est de faire des raccourcis et des mauvaises interprétations dans la compréhension théorique et pratique. Certains conscient du risque vont corriger en conséquence en échangant des compétences avec d'autres, d'autres ne le feront pas ou ne se rendrons pas compte de leur faiblesse. C'est plus une question de mentalité que d'instruction d'ailleur, même des hauts diplômes, peuvent se faire avoir et penser que la voile c'est facile et se résume à une dizaine de notions principales. Alors que non, ce n'est pas si simple que ça et il y a pas mal de subtilités.

13 sept. 2021
2

Je fais un stage dans 3 semaines (Marseillan) .. je vous ferai mon compte rendu détaillé :)

13 sept. 202113 sept. 2021
1

J'ai fait mon 1er stage catamaran en 2002 à Marseillan niveau 3 Hobie Cat Pacific...comme les autres stagiaires je n'avais pas le niveau pourtant j'avais appris le cata en 10 leçons... vu sur Voiles et Voiliers! et retournés pas mal de HC 16 et 18 Formula..mais cette semaine là,la tramontane était forte et les dessalages nombreux,à cette époque,on faisait les courses en ville pour les repas,l'année d'après c'est une maitresse de maison qui tenait le stock,mais on faisait toujours les repas ,vaisselle...j'ai connu l'époque de la grange avec les lits superposés,l'étage en bois..parfois le matin tu trouvais un soutien gorge dans ton sac ouvert...aujourd'hui c'est tout rénové,le conseil général..ont financés.
J'aimais bien par la suite les stages sur Surprise couplé avec l'Open 5.70 surtout en bord libre sans le mono à se tirer la bourre,virer à la voile dans le canal,toujours une amarre à poste pour se faire remorquer au cas où (pas de moteur)
Bon porter constamment le gilet de sauvetage c'est le credo..après un repas tous les catas attachés au milieu de l'étang de Thau sans vent j'avais quitté gilet et combi pour prendre le soleil...et le mono qui voulais que je le remette pendant la mini sieste...je lui est dit de regarder ailleurs...il était furax...car j'étais sous sa responsabilité... risque zéro...de mon avis.
En tous cas il faut souligner l'effort de bénévoles qui viennent entretenir les voiliers quelquefois entre midi et 14h...
J'ai fait aussi stage embarqué Sunfast 32 en Corse et Dufour 325 à Sète.
De bons souvenirs ,après sur un mini stage avec une autre école en First 31.7 sans gilet ...tu as l'impression d'être un peu nu !
Ah oui, pour aller à la base, il faut traverser le canal avec une barque et tout le monde de te crier faut faire la godille...moi debout avec l'aviron j'arrivais avant eux...alors là du coup t'avais plus l'air d'un con !
.

14 sept. 2021
2

Mon rêve quand je suis rentré au glénans, c'était d'être le premier à hisser les voiles..... mais il y tellement de chose à apprendre et à faire avant d'en arriver là, qu'il faut rester humble envers soi même, les stagiaires et les (excellents) moniteurs. Cela n'a rien à voir avec la vie de tous les jours, où, soit l'on commande, soit l'on exécute. Pour résumer, l'école de voile des Glénans c'est apprendre la voile en toute liberté....

14 sept. 2021
-1

Mais la mer et le vent commandes; alors la liberté est bien cadrée 😊

15 sept. 2021
1

Clairement nous n'avons pas eu la même expérience. J'ai fais un stage à paimpol en 2018, on a eu zéro liberté, tous les élèves mis au pas, pas le droit de moufter. Pour moi qui pensais qu apprendre la voile pouvait être ludique, j'en suis sortie en me disant que c'était à vous dégoûter de la voile.

15 sept. 2021
0

Quelquefois il faut savoir renverser la table...mais il faut des équipiers solidaires...heureusement pour moi tout s'est toujours bien passé.

14 sept. 2021
0

Non... et alors ? c'est grave docteur ?

14 sept. 2021
7

j'ai eu fait il y a 55 ans et meme moniteur! pour moi à l’époque c’était le Oxford de la voile c'etait l'epoque des, Vianney, et de J l, Goldsmidt, ça ma marquè pour toute ma vie dans le contacte avec la mer, c’était très loin du club med, naviguer vers l'Irlande sur la ,sereine, par forçe 9/ 10 faisait le tris! par tous les temps on partait Avec un vaurien le safran et la derive au fond du bateau il fallait se débrouiller pour quitter la plage !à DRENEC IL y avait un tres haut mat avec un nid de pie en haut à tour de rôle on montait pour assurer la veille, l'archipel à l’époque était désert quelques pécheurs et un mousquetaire ou un muscadet qui passaient de temps à autre des yachts pour nous! le soir on démolissait de vieux thoniers echouès sur la plage pour faire du feux dans la cheminèe le soir à table c'etait souvent boudin noir et nouilles avec cruche de cidre les premiers soirs beaucoup de jeunes stagiaires etrangeres avaient le spleen et pleuraient ,il n'y avait pas de frigos on enterrait la viande dans des sacs plastiques pour eviter les rats; au pieds on avait tous les fameuses meduses en plastique les dockside n'etaient pas encore nèes, et à la fin des stages on allait à la "bigorne" un thonier echouè qui servait de boite de nuit je ne sais pas si c'est mieux maintenant avec ces centaines de semi rigides et jets mais perso je ne fais plus mes pelerinages qu'en hiver on peut y retrouver nos vieux fantomes......

14 sept. 202114 sept. 2021
1

Hé bien, encore un qui a évité de peu le scorbut, le pain rance infesté de vers et la viande pourrie.. incroyables rencontres sur hissetho.. 😂

14 sept. 2021
0

pour escobar j'ai jamais mangè de viande pourrie et le pain qui lui n'etait pas enterrè arrivait tout les deux jours par la vedette "le chose"

17 sept. 2021
0

Beaucoup d'avis très négatif pour la plus grosse et plus vieille école de voile de France.

En même temps, les jeunes et les gens qui sont ravis ne viennent pas se plaindre. Statistiquement il y aura plus d'avis négatif.

Mon expérience des glénans c'est beaucoup de jeunes, un moniteur souvent jeune, des bateaux fatigués et des voiles généralement K.O par les très nombreuses mauvaises manipulations des débutants. C'est ambiance "colonie de vacances". Mais, quand on est jeune, une excellente ambiance, avec beaucoup de miles, beaucoup de délire et très très fun (avec aussi beaucoup de bruits le soir, mais bon, je me dis toujours que c'est mieux qu'ils fasse de la voile plutôt que de prendre de la drogue dans un appart a Paris avec la musique a fond). Au niveau pédago c'est un peu, beaucoup, voir pas du tout, structuré, avec des moniteurs bénévoles. Donc en fonction du stage soit on a un moniteur dans la déconne, soit un militaire en puissance, soit un anxieux, soit un future grand professeur, bref c'est la loterie.

Pour les 30-40naires, l'UCPA est très bien aussi, c'est ni trop vieux ni trop jeunes, après c'est ambiance UCPA donc généralement plus orienté sportif que "la voile c'est tranquillou".

Pour les vieux, qui cherches plutôt du confort, l'école de la Macif est plus indiquée, avec un fonctionnement plus pro, des skippers pro comme moniteur, et un peu de livret et de contenu pédago, et finalement un "partenariat" avec Dufour pour avoir des bateaux neufs régulièrement. Et c'est pas beaucoup plus cher que chez les glénans.

17 sept. 2021
0

Le petit bémol de la Macif c'est le choix de grand voilier > 40 pieds qui seront moins réactifs aux changements de réglages, donc moins pédagogique. Par contre, les moniteurs sont des bons, c’est certain.

17 sept. 202117 sept. 2021
0

Faut pas exagérer Franck Cammas et bien d'autres coureurs au large n'ont pas été dégoûtés d'y être passés quand même...
Je ne pense pas qu'il y ait un mono comme celui là aux Glénans....en Hongrie semble t'il :

25 sept. 2021
1

Après 4 années de coopération comme enseignant au Dahomey (Bénin aujourd'hui), à 24 ans, j'ai fait 3 ou 4 stages de suite aux Glénan avant de suivre les formations de l'Ecole des Chefs de Base , qui a précédé l'Institut Nautique de Bretagne, et me réaliser dans un parcours professionnel allant de la base nautique d'une maison de jeunes, à la formation de cadres à l'Ecole nationale de Voile, à la gestion, animation, exploitation, conception et aménagement de port de plaisance et plus tard d'équipements publics porteurs d'avenir et aux services des clients usagers.

voilà ce que m'ont permis les Glénan dès 1966.

Aux Glénan on ne vient pas apprendre la voile mais découvrir la vie autour de ce que la mer offre comme possibilités. C'est une approche globale qui permet de développer sa propre personnalité en réalisant ses envies et ses rêves. On peut y trouver ce que l'on vient chercher. Mais il ne faut pas attendre que çà vous tombe tout cuit...

Se mettre en situation fait découvrir beaucoup si l'on a un peu de réflexion... C'est ce que permettaient les stages aux Glénan. Mais il a fallut s'adapter à l'évolution des gouts et des pratiques, voire à la modernité qui bien souvent fait oublier l'essentiel.

Dans ce forum, un gas s'est fié à son GPS au sud ouest de Hoedic dans une zone mal pavée et s'est planté alors qu'une navigation par alignement était le seul gage de sécurité .

25 sept. 2021
3

Bonjour,
ma seule expérience de l'école des Glénan a été un de leurs bateaux qui s'est amarré à couple du mien, tout le monde a traversé mon bateau en avant du mât pieds nus en débarquant, pareil en rentrant, et on a passé une soirée sympa en discutant jusqu'à des point d'heure en buvant ce qui me restait de rhum.
Ils ne m'ont même pas réveillé en appareillant au petit matin, simplement quand je me suis levé, ils n'étaient plus là.
VdB

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Crépuscule sur l'ile de Batz

Souvenir d'été

  • 4.5 (184)

Crépuscule sur l'ile de Batz

novembre 2021