Stage voile, quel club ou association?

Bonjour,

Je réfléchis à faire un stage de voile pour me former et apprendre.
Quelles structures conseillez-vous et pourquoi?
Je vous serai gré de ne pas dénigrer Pierre,Paul ou Jacques, je souhaite des arguments constructifs.
Y'a t'il un intérêt à privilégier Atlantique ou Méditérannée?

Merci d'avance.

L'équipage
05 août 2020
05 août 2020
0

bjr

ce n'est pas facile de repondre : c'est aussi une question d'age , de lieu d'habitation et aussi de niveau ..

si c'est niveau zero : a mon sens le mieux c'est le club du coin sur deriveur .ensuite pour avancer , l'Atlantique pour les courants et marées c'est un plus


05 août 2020
5

En Atlantique tu apprendras à gérer les marées. En méditerranées, le mouillage dans les ports se fait différemment

La météo est différente entre les deux, plus imprévisible en med.

Au total, peut-être un peu plus d'opportunités d'apprendre en Atlantique. Mais le mieux est de faire les deux.

Mon choix: Les Glénans. J'y ai fait mon premier stage il y a une quarantaine d'années adolescent (sur Mousquetaire à Paimpol) et mon dernier en 2012 à Concarneau (Niveau 5). Entre les deux, une dizaine de stages.

Comme dans toute collectivité humaine, il y a des bons et des moins bons. Mais leurs valeurs historiques perdurent et je les apprécie. Les compétences sont plutôt bonnes (dans mon expérience). Les qualités humaines aussi (mais variables selon les individus bien sûr). Les moniteurs ne sont pas là pour faire de l'argent, car ils sont bénévoles.

Ils proposent en gros deux types de stage pour la voile de croisière (je ne peux pas parler de la voile légère): les stages thématiques et les stages à destination. Les premiers sont souvent plus intenses que les seconds. Dans les premiers, le but est d'apprendre. Dans les stages à destination, c'est plus souple, un peu à la demande (mais ça dépend aussi du moniteur).

Je sais qu'ici il y en a pas mal qui dénigrent les Glénans, souvent avec une anecdote qui relate un événement plus ou moins catastrophique avec leurs bateaux. Ces anecdotes sont exactement cela: des anecdotes. Les bateaux en général (et les bateaux écoles en particulier) sont souvent le théâtre de situations difficiles, et même des gens expérimentés sont susceptibles de merder sérieusement. Quand ça arrive en situation aux Glénans, on en parle après. On revoit ce qu'on a bien fait et mal fait. On essaie d'en tirer des leçons pour l'avenir.

Autrefois, les Glénans avaient la réputation d'être à la dure. Les toilettes servaient seulement à entreposer les cirés. Cette époque est révolue. Dans mon expérience, les Glénans est devenue une institution moderne, et très intéressante.

Je recommande.


Ar-men (anciennement Tan’oz):Bonjour, Ton jugement sur l’école des Glenan est juste... de 40 ans. Naviguant dans le même bassin qu’eux, je suis souvent effaré de voir la « qualité » et le niveau des chefs de bord. Beaucoup de copains ont la même appréciation que moi. Les Vianney doivent régulièrement se retourner dans leur tombe. Cette institution est devenue trop commerciale et vit sur son aura. Ce commentaire n’engage que moi mais j’assume. Bonne journée, Patrice·le 06 août 08:25
Jidewe:moi aussi je recommande, je dirai q'un premier stage à l'île d'arz sur glénan 5,70, les moniteurs y sont des habitués et reviennent régulièrement, un premier stage d'une semaine pour ce faire une idée. Ce qui peut choquer certains d'entre nous, c'est que les moniteurs sont étudiants en général et 2 à 3 fois plus jeunes que la plupart d'entre nous, pas les mêmes objectifs de vie et points de vue ;) j'ai fini là comme bénévole matérialiste, et j'ai également pas mal appris en terme d'entretien et de réparation.... et surtout ne pas oublier les soirées au Triskel ;)·le 06 août 09:00
jdmuys:Ar-men, tu donnes un exemple typique que je citais: généralisation abusive sur fondement anecdotique. Et 2012, si je ne m’abuse, ce n’est pas il y a 40 ans. ·le 06 août 17:37
05 août 2020
1

Je dirais MACIF.
Sur LA ROCHELLE il y a aussi FREESAILING dont je n'ai que des bons retours.


05 août 2020
0

Bonsoir
Nous te recommandons France Voiles loisirs et notamment leurs stages croisières école.
Ils sont présents sur les 3 façades.
Nous avions choisi les îles Scilly au départ de Brest en croisière école et avons été ravis.

Marie et Alain


enclume:Merci beaucoup Marie et Alain! A tout hasard avez vous participé au stage théorique qu'il propose à Vincennes?·le 05 août 22:33
Arzak:J'ai fait un stage chez France Voile Loisirs il y a quelques années, le skipper était bon. Mais FVL ne fait plus de stage de formation voile qualifiée FFV, en tout cas ce sont les dernières nouvelles que j'ai eu, et j'en ai régulièrement. Ils ne font plus que des stages "croisières" ce qui est quand même très différent.·le 06 août 12:35
05 août 2020
0

Merci jdmuys pour ce témoignage très complet.

Calypso2: j'ai 43 ans mais par curiosité, quelle est l'importance de l'âge?
Concernant le lieu d'habitation je suis plus proche de la méditerranée mais si il est plus intéressant d'aller à l'atlantique et bien j'y irai. Le but de faire un stage est, je pense, de le faire pour apprendre et dans de bonnes conditions. En plus l'idée à moyen terme étant de naviguer au grand large je pense que le critère distance n'est pas à prendre en compte. Tu ne peux pas rêver de partir naviguer loin et choisir ton stage uniquement pour un critère de distance.
Mon niveau est le niveau 0 effectivement mais je ne te cache pas que faire du dériveur ne m'excite pas vraiment. Si c'est un passage obligé je le ferai mais j'ai quand même l'impression qu'il est possible de s'en passer même si je comprend tout à fait que ce sont les bases.

Merci dgedg.


faby9:Pas de passage obligé par le dériveur pour apprendre la croisière, sauf si on tient à y passer des années et des années après avoir écouté les nostalgiques de leur passé nous raconter combien c'était extra ces moments là. Choisir une bonne école, qui utilise des moniteurs dont c'est le métier, et éviter celles qui utilisent des chefs de bord dont c'est les vacances. Question de compétences, d'expérience. Evidemment, c'est plus cher. Mais comme c'est souvent bien plus efficace, on s'y retrouve. Après, si on veut une formation de haut niveau, mieux vaut se tourner vers l'étranger. La formation RYA, par exemple, est réputée. Evidemment, c'est nettement plus cher (et il faut parler un anglais de base, qui sinon peut se révéler manquant si on a l'intention de ne pas rester autour de son port d'attache.). Comparer aussi le nombre de stagiaires dans chaque cas. Enfin, j'ai fait mon 1er stage en restant toute la semaine sur le bateau. On est ainsi dans le bain, si j'ose dire, et on sait très que ça plait ou qu'au contraire ça ne convient pas. ·le 05 août 22:30
jdmuys:RYA: super. Il faut en plus parler assez l'anglais·le 05 août 22:25
enclume:Sur la notion de coût je suis bien d'accord avec toi le pas cher est très souvent, pour ne pas dire toujours, trop cher.Enfin concernant les structures professionnelles d'ordre générale. Par contre comment démarques tu une structure qui utilise des pro d'une qui n'en utilise pas?·le 05 août 22:31
faby9:C'est très facile : demande donc le nom du moniteur. Si c'est un vacancier, on ne sait pas encore lequel ce sera; il aura 18 ans et ce sera son premier encadrement comme moniteur-stagiaire (cas le plus probable dans les stages débutants), ou bien s'annoncera faire de la voile depuis 40 ans (sans préciser que c'est à raison de 2 semaines par an). Tu peux aussi bien tomber, il y a des anecdotes qui le racontent aussi. Si c'est un pro, ben... on te donnera son nom, éventuellement ceux des 2 ou 3 moniteurs de l'école. Tu vas ensuite sur les forums, et tu questionnes à leur sujet. ·le 05 août 22:37
enclume:D'accord, merci pour les infos. Il faut donc mener sa petite enquête lol·le 05 août 22:38
Mouetterieuse123:Concernant l'age: l'UCPA est limité à 40 ans il me semble.·le 06 août 15:49
ChristopheB:@Mouetterieuse: Non l'UCPA croisière (contrairement à certaines autres activités) n'a à ma connaissance pas de limite d'âge mais en général segmente son offre par niveau et âge et s'efforce de ne pas mettre une personne de 60 ans dans un groupe de 20 ans (encore que... quand ils faut remplir un bateau). Les Glenans sont plus sur une segmentation niveau uniquement quel que soit l'âge (même si en pratique les stagiaires ne sont pas toujours homogènes en niveau pas plus qu'à l'UCPA, logistique et remplissage des bateaux obligent). Les deux positions peuvent se défendre. Peu d'importance en pratique selon mon expérience. @faby9 : c'est vrai qu'on met souvent les novices aux stages "ados" et aux stages "débutants". Mais il y a toujours dans l'escadre un pro pour superviser. Car il faut bien que les moniteurs commencent quelque part....·le 06 août 18:50
05 août 2020
0

Vu ton profil, les Glénans (pour la filière croisière) ont deux avantages (peut-être partagés par d'autres):

1- la population n'est pas forcément très jeune. C'est parfois un peu désagréable d'être le seul de 43 ans parmi que des adolescents. Ca a peu de chances d'arriver aux Glénans. Très souvent j'y ai côtoyé des stagiaires de 20 ans à plus de 60 ans

2- pour débuter (stages niveau 1), ils utilisent des petits croiseurs légers. Ils mouillent moins que les dériveurs, mais ils restent très légers et évolutifs, et permettent de bien sentir le bateau. Beaucoup de premiers stages sont "à terre": tu navigues sur le petit bateau, mais tu n'as pas besoin d'y dormir


enclume:D'accord. Merci pour ce complément d'infos.·le 05 août 22:41
Arzak:J'étais au ponton d'une base des Glénans cette année où leurs croiseurs étaient (atlantique), je n'ai vu QUE des très jeunes, ambiance très ado braillarde et conversations vides, je n'étais pas là pour les espionner mais comme ils parlaient tous très fort... Je n'ai rien contre les jeunes, mais là, bof bof...

Je m'imagine très mal tenter une formation d'une semaine sur un croiseur dans cette ambiance "vacances-ado-piaillarde" !

J'espère (et j'imagine) que les stages hors saison en atlantique sont peuplés d'une autre population plus motivée par l'apprentissage de la voile.·le 06 août 12:43


Pwnsme:Ce sont des stages pour les mineurs, il est plutôt normal de ta part de ne pas vouloir en faire partie·le 06 août 13:38
05 août 2020
0

Bonjour,
Je conseillerai également les Glénans sans hésitations... Le mélange des générations y est appréciable, il y a assez de bases (Bonifacio, Paimpol, Archipel, Marseillan etc...) pour en avoir une pas trop trop loin, et les stages de débutant en à bord de petits bateaux sont top. Il est même possible de faire des sages combinés qui sont bien pour progresser efficacement: une première semaine sur des petits quillard avec hébergement à terre, et une seconde sur un habitable avec hébergement à bord.
Coté encadrement, je suis toujours tombé sur des gens compétents et très sympa (même si il y a de rares exceptions comme partout).


enclume:D'accord, merci·le 06 août 10:41
06 août 2020
2

Bonjour.

Pour moi il n'y a pas d'âge pour apprendre ni de support incontournable. La voile légère est très formatrice pour les reglages de voiles, d'assiette,... et sont plus sportifs. C'est toujours un plus (comme toute expérience) mais pas indispensable.
Un croiseur c'est proche et pourtant très différent. Il y a tout le pan des manoeuvres au port et des forces appliquées qui n'ont rien à voir avec un engin de plage.
Ce que tu fais à la main et qui peut passer en bourrinnant un peu sur un cata de sport ne peut pas se faire sur un croiseur de 10m avec 3x la surface de toile. Là où tu pouvais être approximatif en voile légère tu dois faire dans l'ordre et synchro avec tes équipiers sur un habitable.
A contrario, tout arrive plus vite sur un petit bâteau. Les erreurs se paient cash en dériveur ou cata de plage. La sanction est immédiate et très souvent la même: à la flotte tout le monde ! (je te rassure on se fait rarement mal et c'est même plutôt drôle (j'ai pourtant 44 ans).

Les moniteurs sont diplômés dans les écoles de voile ffv et jeunesse et sport, rappelons-le. et il faut au minimum un détenteur du brevet d'état (ou un truc équivalent) dans l'école, il le semble.

Je fais du cata depuis +20 ans en Vendée et je me suis mis à l'habitable il y a 3 ans au Havre.

Mon opinion est de commencer sur le support que tu envisages, le croiseur si j'ai bien compris, sur la zone qui est la plus pratique pour toi. Rien ne t'empêche de faire tes 1ères armes (je déteste ce terme) en méditerranée et de découvrir d'autres coins de nav par la suite.


enclume:Désolé pour mon inculture mais qu'appelles tu un croiseur? car pour wikipedia c'est un navire de guerre lol·le 06 août 10:44
faby9:Je suis entièrement d'accord avec la première partie.

Par contre, si les moniteurs des écoles FFV sont diplômés (par la FFV), ce n'est pas le cas de tous les "Chefs de bord", loin s'en faut. C'est un privilège qui permet aux écoles fédérales ( Voile ou autres sports) d'être moins chères car seule une fédération agréée peut accorder le droit à un non diplômé d'encadrer (uniquement bénévolement) une activité sportive.

Dans les écoles non FFV, le diplôme d'état est obligatoire, pour tous les encadrants.

Dans tous les cas, l'affichage des diplômes dans le local d'accueil est une obligation légale que respectent généralement ... ceux qui en possèdent un.

Pour Enclume : un croiseur est un bateau de croisière, différent donc des bateaux destinés à rester très proches de la côte et jamais loin de son abri. Il est doté d'une autonomie : couchages, énergie, eau, etc., et équipé pour pouvoir passer ne semaine à bord, ou bien plus.·le 06 août 11:05


06 août 2020
0

Les Glénans, sans hésitation. Pour leurs valeurs, mais aussi pour la qualité de l'enseignement et la variété des stages. Je préfère un moniteur bénévole qui vient pour partager plutôt qu'un pro blasé qui fait son taf. Les Glénans c'est comme toutes les choses qui ont du caractère; il y a ceux qui sont pour et ceux qui sont contre, peu d'indifférents.


enclume:Je ne dis pas le contraire par contre je ne paierai pas aussi cher une structure employant des bénévoles qu'une structure employant des pros.·le 06 août 13:14
06 août 2020
2

bjr,

ce que je conseillais à mes stafgiaires débutants habitant loin de la mer.

  • faire du dériveur sur un lac/une rivière à côté de chez vous. vous apprendrez plus rapidement à barrer, régler, etc..

  • les spécificités de la mer, faut le faire en mer.

  • selon votre futur programme, la Bretagne nord est certainement le plus exigeant.


enclume:Mon futur programme s'adaptera avec le temps et mes capacités et compétences. Aujourd'hui je ne me fixe aucune limite à long terme.·le 06 août 13:17
06 août 202006 août 2020
-1

comme ceux au dessus, les Glénans ! et ne pas confondre stage pour ados où il n'y a que des ados entre eux (quelque soit le niveau et le support de stage) et les stages adultes où il n'y a que des adultes (jeunes ou vieux) et c'est très bien de se retrouver en stage avec de jeunes adultes quand on est un vieil adulte ... et c'est aussi très bien de se retrouver entre vieux adultes ... (ce qui est plus souvent le cas); il n'y a pas un seul moniteur en voile qui ne soit pas, au minimum, diplômé FFV; ce n'est parce qu'on est bénévole que l'on est incompétent, ce n'est pas parce qu'on est pro que l'on est compétent (et inversement ;-)) ... choisis l'école de voile qui te tente, là où ça tente et fonce; l'avantage des Glénans, c'est qu'ils sont partout (marseillan, vannes, concarneau, paimpol, bonifacio et autres destinations exotiques ...);
et, svp, ne relancez pas la guerre entre école ...


enclume:qu'englobes tu sous le terme bénévoles?·le 06 août 13:13
Larent le Hareng:un moniteur fédéral qui n'est pas payé; mais tu peux être moniteur fédéral et être payé (enfin, si la législation n'a pas changé ...) mais un moniteur fédéral est toujours encadré par un Brevet d'état·le 06 août 13:24
enclume:quelqu'un de payé n'est plus bénévoles par définition......donc je ne suis pas d'accord avec cela.·le 06 août 13:32
faby9:"tu peux être moniteur fédéral et être payé"

ce serait totalement nouveau, et irait à l'encontre de l'art 212 du code du sport qui annonce clairement : ".-Seuls peuvent, contre rémunération, enseigner, animer ou encadrer une activité physique ou sportive ou entraîner ses pratiquants, à titre d'occupation principale ou secondaire, de façon habituelle, saisonnière ou occasionnelle, sous réserve des dispositions du quatrième alinéa du présent article et de l'article L. 212-2 du présent code, les titulaires d'un diplôme, titre à finalité professionnelle ou certificat de qualification professionnelle"·le 06 août 13:33


faby9:Un bénévole est une personne qui, ayant acquis quelque technique du sport concerné, validé par le club affilié à la fédération, peut encadrer dans une certaine limite une activité sportive sous l'autorité d'un directeur technique titulaire, lui, d'un brevet d'état. Il est bénévole car il n'a le droit de recevoir aucune rémunération (Art 212 déjà cité). Son intérêt est donc de pratiquer son activité gratuitement, et de bénéficier du "prestige du moniteur", toujours bon pour l'égo (et auprès des filles).

Il en est de très bons. Il y a les autres, très nombreux. L'important à mon avis est de savoir ce que l'on achète exactement... ce qui n'est pas si aisé à percevoir quand on ne connait pas. Et quand on achète un encadrement de bénévole, on ne sait jamais sur qui on va tomber...·le 06 août 13:35


Pwnsme:Un moniteur fédéral a un certificat de qualification professionnelle (CQP AMV) donc peut être rémunéré si c'est occasionnel, sans dépasser un certain nombre d'heures d'encadrement par année. Tu cites des textes de loi, tu devrais trouver·le 06 août 13:44
enclume:Quoiqu'il en soit il n'est plus bénévole si il perçoit une quelconque indemnité financière contre ses heures d'encadrement.·le 06 août 13:46
faby9:Bien vu Pwnsme : le monitorat fédéral permet d'être rémunéré, car possédant un CQP. Ce doit être une exception car en plongée par exemple, ce n'est pas le cas. J'ignore s'il existe d'autres sports dans lequel cela est également possible ?

Ne pas confondre moniteur fédéral et Chef de Bord...·le 06 août 13:50


Larent le Hareng:qui parle de "bénévole payé" ? personne; ne lisez pas entre les lignes; je répète, un moniteur fédéral peut être bénévole (donc non rémunéré) ou rémunéré (donc salarié comme tout salarié)·le 06 août 22:42
enclume:J'ai peut-être lu entre les lignes mais peut etre aussi que vous avez été tout sauf clair.·le 06 août 22:50
Larent le Hareng:@ enclume : moi aussi je me remercie de t'avoir renseigné·le 07 août 14:39
enclume:Parfait alors, continues à te remercier!!😂·le 07 août 16:00
06 août 2020
0

Les deux choix les plus faciles/évidents sont Les Glénans et Macif Centre de Voile. Pour ma part j'ai testé Macif et en suis très satisfait : moniteurs pros (la plupart sont salariés permanents de la structure ce qui est du luxe dans ce milieu), bons bateaux de croisières (gros Dufour) très bien entretenus. Parfait si tu veux faire de la croisière "sérieusement". Public sans doute plus âgé que son concurrent. Mais j'ai aussi de très bons échos des Glénans, avec éventuellement une réserve selon le chef de bord sur lequel tu tombes.
Pour tous les stages de voile, l'équipage avec lequel tu seras compte aussi beaucoup, surtout si c'est au moins une semaine sur le bateau. Là, c'est plus la loterie.
Mais il y aussi plein d'écoles locales avec un ou deux bateaux qui peuvent s'avérer très bien. Pour ma part, je vérifie par contre que ce soit bien une moniteur de voile (Brevet d'état ou BPJEPS)
Il y a aussi la solution coach sur ton bateau ou un bateau de loc et ça peut être très bien. J'ai fait ça récemment pour faire des entraînements régate avec des copains et on a appris plein de choses. C'est la solution sur mesure : tu choisis le bateau, l'équipage, le coach et le programme que tu veux travailler. Pas forcément beaucoup plus cher. Mais à privilégier pour se perfectionner, pour débuter autant se couler dans les stages prédéfinis d'une bonne école.


Domde:Je plussoie un stage à la demande permet de faire d’énormes progrès y compris pour des skippers déjà expérimentés. J’avais fait un stage de ce type dans les années 80 avec un double objectif maîtriser les manœuvres de port sur des 45/50 pieds. Perfectionner toute les manœuvres de sécurité si possible dans la piaule et en tant que skipper. L’objectif étant de pouvoir louer un 50 pieds sans skipper J’y ai passé une semaine j’avais déjà une quinzaine d’années d’expérience sur dériveur/ croiseur . Ça m’a fait énormément progresser et m’a donné confiance et m’a aussi montré mes limites.·le 07 août 13:13
enclume:Merci Domde pour ce témoignage intéressant!·le 07 août 13:27
06 août 2020
0

En effet l'âge et les moyens financiers sont les facteurs les plus importants
- personnellement l'UCPA. Un tout tout petit peu moins cher et (je trouve) esprit plus fun que son principal concurrent qui lui aussi repose sur des encadrants bénévoles et est également d'excellente qualité. Les chefs de bord y ont la même formation et le même niveau dans les deux écoles, il ne faut pas croire les gens qui disent le contraire (j'ai encadré dans les trois principales écoles de croisière). Bateaux maintenant récents et de très bonne qualité à l'UCPA (quoi que un peu trop gros pour débuter à mon avis maintenant du monotype de 38 pieds). L'UCPA essaie vaguement de faire des équipages plus homogènes en âge et vise plutot les moins de 55 ans (mais pas forcé), le concurrent mélange davantage mais les deux offrent des formations techniquement très similaires. Et tout à fait d'accord avec Michel79 : dans les deux cas il y a des bons et mauvais CdB, et de bons et "mauvais bords" et des équipages géniaux, il ne faut pas s'arrêter à une expérience décevante. Le théorème fondamental est que de toute façon le pourcentage de c..sera le même partout dans la société.

  • Si pas trop de contraintes financières, MACIF car encadrement par des pros uniquement et très sérieux, bateaux nickel.

  • Une école assez extraordinaire mais un peu haut de l'échantillon en prix est Blue Sailing au Crouesty, avec là des bateaux au top du top qui ont une vraie âme. Mais s'apprécie sans doute plus quand on a déjà un bon niveau (et apprendre sur un Swan bourré d'acajou, c'est difficile de redescendre après).

  • Si encore peu de contraintes financières et si veut apprendre en famille ou a deux ou trois: louer avec un coach perso. Le prix d'excellents coaches est en fait pas très élevé (je peux donner des noms). Et question apprentissage c'est simple : c'est comme un moniteur perso par rapport à des cours de skis collectif. Sur une semaine les progrès sont impressionnants avec un bon coach, par exemple c'est une solution idéale pour un couple qui a déja sont bateau mais veut progresser vite pour bien le maitriser.

Pour commencer on peut le faire n'importe où. Mais j'éviterais l'été en med car 1/ Souvent trop ou pas assez de vent (dans certains stages des écoles de croisières ci dessus j'ai eu parfois 1/2h de thermique le matin et 1/2 le soir sur toute la semaine, difficile de faire progresser les stagiaires); 2/Surtout, les stages collectifs en Med en aout attirent plutot des stagiaires qui cherchent des vacances cool alors que des stages en Bretagne en novembre... on a sauf exception des gens qui sont là pour acquérir un max de technique et épuiser le chef de bord...


faby9:UCPA ou Glénans = écoles fédérales. Donc mêmes "assistants-moniteurs", avec la même (faiblesse de) formation. MACIF est étonnant : une association qui emploie des moniteurs (qui ne sont pas "assistants", eux...) diplômés et rémunérés. Blue Sailing = RYA. Le top au niveau sérieux en compétences de moniteurs et des diplômes délivrés ?

OK pour le coach, surtout si on a déjà son propre bateau.·le 06 août 20:32


farador:Salut Christophe, je suis preneur pour un nom de "coach", en mp si tu veux.·le 06 août 21:15
ChristopheB:@faby. C'est bien naturel mais MACIF a des tarifs quand même significativement plus élevés que les prix Glenans et a fortiori UCPA qui sont vraiment tirés aux maximum (les deux perdent de l'argent de façon assez chronique d'ailleurs). Mais je suis d'accord MAIF c'est excellent et c'est les seuls qu'on voit naviguer à des dates improbables dans des endroits improbables... Pour l'UCPA et Glénans, le niveau des CdB est en effet hétérogène, mais il y a des super bons aussi. Trainent sur le web quelques histoires redondantes de CdB incompétents qui datent de décennies et resurfacent sur google, mais c'est vraiment de l'anecdote par rapport aux 180 CdB qui encadrent chaque année à l'UCPA et 800 aux Glénans (enfin sur les Glénans, pas mal de chiffres différents circulent je sais pas trop quels sont les vrais). Oui, pour moi Blue Sailing c'est le top, bateaux comme encadrants (Ian, Marcus, etc.). J'espère qu'ils vont passer la crise covid sans trop de dégats économiques car Jean Paul est en plus un vrai amoureux des beaux bateaux.·le 06 août 21:57
Michel79:Pour Macif Centre de Voile, ce sont des tarifs tous compris (carburant, frais de port, taxes...) sauf avitaillement. A prendre en compte dans la comparaison de prix avec Les Glénans (que je n'ai jamais faite d'ailleurs...). Pour les zones/périodes improblables, ils font chaque année un La Rochelle/Brest en hiver qui doit être pas mal. Et je viens de découvrir qu'ils proposent des entraînements sur Figaro 2 à Port La Forêt. Il faut surveiller leur site, il y aussi des embarquements de dernières minutes avec des bonnes remises.·le 07 août 11:33
faby9:Ce qu'il faut prendre en compte dans les tarifs, c'est la formation, la compétence, l'expérience et le niveau des assistants-moniteurs d'un coté, et des brevetés de l'autre... On ne rémunère pas un vacancier au même niveau qu'un pro confirmé.

Quand il s'agit de simple "Chef de bord", c'est encore plus net.·le 07 août 11:39


ChristopheB:"ils font chaque année un La Rochelle/Brest en hiver qui doit être pas mal": En effet au mois de février (la semaine aux 4 depressions dont deux assez énormes) un des deux seuls bateaux vus qui naviguait entre Lorient et La Rochelle de la semaine était un Dufour (tout neuf) de la Macif planqué comme nous à port joinville pour la nuit. Pour info le second bateau (sur lequel j'étais) était un bateau UCPA. Comme quoi, il y a aussi des formations assez engagées et techniques dans cette école de croisière que beaucoup de gens associent à tort à des stages "cocktail".·le 07 août 13:46
06 août 2020
1

Je reprend la question initiale :
"Quelles structures conseillez-vous et pourquoi?"
La variété c'est le plus intéressant d'un point de vue pédagogique, sachant qu'il y aura des stages qui seront plus profitables que d'autres qui le seront moins voir pas du tout.
Si Glénan, commencer de préférence sur les supports légers type Glenan 5.7
Puis ensuite aller dans une autre structure, petite école de voile locale,ou autre association Macif Yakapartir ...
Et dernier composant le RYA, 3 centres en Bretagne, le prix n'est pas forcement un indicateur corrélable avec une qualité pédagogique et certainement plus lié à des raisons matérielles, un beau et magnifique bateau ou un voilier de série par exemple. Le gros point fort est le niveau de qualité de l'enseignement fruit de l'expérience historique de la marine anglaise, donc c'est super structuré, blindé, testé éprouvé ... et les instructeurs sont des grosses pointures.

A signaler aussi pour les niveaux d'équipier confirmé, si possibilité de régate, alors ne pas hésiter à essayer, pour l’optimisation des manœuvres réglages, cela doit être la meilleure école.

"Y'a t'il un intérêt à privilégier Atlantique ou Méditérannée?"
Il y a un intérêt a aller dans tous les bassins de navigation, donc Manche, Atlantique et Méditerranée

La variété est aussi intéressante sur les supports, Macif est parti sur des gros supports confortables, c'est à connaître. Hélas il y a peu de stage sur des supports de courses, c'est un manque.

A ne surtout pas faire:
Rester trop longtemps dans la même structure et suivre les conseils de refaire tel ou tel stage, car en fait au bout d'un moment on tourne en rond et on ne progresse pas vraiment. Ne pas se fier aussi aux réputations historiques, ce qui s'est passé il y a 40 ans ne sera pas ce qu'on va trouver demain.

Attention à l'émotionnel qui vient influer sur le jugement de l'enseignement. C'est super d'avoir un mono sympa, mais est-ce que je progresse réellement avec lui ?


enclume:Merci pour cette vision précise et développée. Je comprends ton point de vue néanmoins mon idée n'est pas de me terrer dans les structures mais bien de faire de la navigation et sortir en mer. Utiliser une structure pour me former est juste pour me permettre d'arriver un peu moins neuf sur le voilier et de présenter un minimum de connaissance au skipper.·le 06 août 21:47
07 août 202007 août 2020
0

Stage sur support de course: les stages Train & Race de FastSailing.gr:

Ces stages ont surtout sur Pogo 12.50. Intensif. J'en ai suivi un avec Benoit Charon il y a 3 ans en novembre et j'ai beaucoup appris. Mais ça va très vite. Pas hésiter à faire répéter ou demander des précisions. On passe pas mal de temps à changer les voiles d'avant.

Parmi les instructeurs il y a deux français: Charly Fernbach et Benoit Charon (deux belles pointures), mais vu le public, les stages sont en anglais.

Pas pour débutant, mais je recommande.


Michel79:Alléchant... Mais effectivement pour amateurs expérimentés, et en bonne condition physique !·le 07 août 11:41
07 août 2020
0

Le glénans, j'en garde de très bon souvenirs ✔


07 août 2020
1

bon on a quelques précision : j'ai posé la question de l'age car à 15 ans on est plus souple pour faire du deriveur par exemple qu'a 70 ans...
Donc 43 ..le deriveur va etre compliqué ..

mais audelà de la navigation propre et pour un novice ayant comme objectif de naviguer , il est bon de faire aussi un peu de théorie ..passer le permis cotier et le permis hauturier et on fait celà l'hiver tranquillement l'hauturier peut se faire en candidat libre ...autre chose qui peut servir un jour en mer :avoir des bases de secourisme ,premier degré par exemple ...et avoir le CRR (certificat restreint radio vHF) ...


Chemistrebor:Il est aussi possible (pour les soirées d'hiver) de passer le module théorique du Day Skipper, puis du Yachtmaster Coastal et Offshore (c'est le même). C'est possible en ligne : www.navathome.com[...]/ C'est ainsi que j'ai validé le Coastal Skipper Certificat (en rajoutant aussi le Practical). en.wikipedia.org[...]Skipper Tout cela reste uniquement pour de la pratique de loisir et non professionnelle, mais c'est assez complet et bien foutu. Perso je n'ai pas regretté l'investissement, car c'était très complémentaire avec les formations stages Françaises.
Formation en anglais mais faisable avec un niveau minimum, j'ai navigué avec un français qui s'affirmait être un cancre en langue étrangère, et qui a validé tout le cursus jusqu'au Yachtmaster Offshore.·le 07 août 16:38
faby9:Tout à fait d'accord. Mais avant d'investir dans tout ça, faire une stage (embarqué, hein !) d'une semaine dans une école sérieuse, ça permet de débrouiller un peu, et surtout de se rendre compte si oui ou non la voile de croisière ça nous branche ou pas. ·le 07 août 16:45
enclume:Tout à fait d'accord avec vous concernant la théorie, je partage a 100/100. Un précédent post aussi m'avais fait visiter un site ou il propose de la théorie également, je vais regarder les liens indiués cela m'intéresse beaucoup. Pour le secourisme j'ai déjà quelques bases étant SST au boulot. Faby, je suis bien d'accord avec toi c'est d ailleurs pour cela que mon idée première était de trouver une place d'équipier pour quelques jours.·le 07 août 18:51
enclume:Chemistrebor, effectivement j'ai jeté un coup d'oeil sur les modules RYA accessible cà à l'air top...... par contre I have to improve my level in English if I want to learn with us.·le 07 août 22:36
Chemistrebor:Yes but you have the time, courses are accessible during 6 months, so you start as soon you'll receive the pack (books+charts) and work 30 mn every days. C'est parfaitement faisable si on est intéressé par le sujet.. C'est dommage qu'il n'existe pas une version Française et plus adaptée à nos cotes de ce Yachtmaster.. ·le 07 août 23:43
08 août 2020
0

Cntactez le vite, il lui reste peut être encore quelques places.
Compétant, rigoureux, capable de s'adapter à tous les niveaux . Il travail avec son First 40.7 bien affûté
www.eole-passion.fr[...]/


enclume:Pourquoi le contacter vite?·le 08 août 09:10
08 août 2020
0

J'envisage un stage MACIF sur leur dufour 450 aux antilles, des retours d'expérience d'heoistes qui l'auraient déjà effectué?


08 août 2020
1

J’ai vu pas mal de moniteurs du CQP du BE du cap200 Dans des cadre différents stages embarqués stage à terre école de sport d’une manière générale très peu avaient le goût de la théorie

Tous m’ont appris des choses un seul m’a fait peur un capitaine 200 pourtant.

Bref difficile de faire des généralités

Après la ou j’ai le mieux appris c’est avec un copain sympa et compétent en duo sur son bateau ou en solo sur un dart16

Difficile de faire des généralités donc mais on apprends pas la voile comme le ski de piste

Ne pas hésiter à lire des livres de voile avant de naviguer


08 août 2020
0

Ai fait des stages au glenan j'en ai été très satisfait.
Le centre de paimpol offre l'opportunité de réfléchir sur les marées et courants stage intéressant.
Maintenant d'autres doivent être très bien également.


Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Et les travaux se poursuivent...

Bricolages d'hiver

  • 4.5 (177)

Et les travaux se poursuivent...

février 2020