spi asymétrique

bonjour a tous, je viens d'équiper mon voilier de 8m d'un spi asymetrique de 45m2 sur bout dehors . Je suis complètement débutant en spi !
Quelques conseils pour débuter sans tous casser seraient les bienvenus avant les premiers essais par vent faible...

L'équipage
01 avr. 2016
01 avr. 2016
0

A dooooonnnfffff !!!!! :bravo: :acheval: :acheval:

01 avr. 2016
0

Hello,

Commence par étudier le chemin que doivent emprunter les écoutes.
Passe du temps à quai sur la plage avant Regarde, réfléchi, simule.
Puis tu distribue les rôles. Pour commencer il vaut mieux être 3. Un a l'avant, un au piano et le dernier à la barre.
Repete les phases, l'envoi, l'affalage... Et quand ta chorégraphie est au point tu y vas pour de bon.

Amicalement
FX

02 avr. 2016
3

Bien dit , je fais de meme quand j explique le spi a mes camarades, je l installe, je leur demance de regarde attentivement, chaque " bout" , et au bout d une dizaine d envoie, je leur demande de reflechier de simuler la mise em place et la manoeuvre ds leur tete,
Mais tres peu veulent le faire, em general les gens ont du mal a se representer mentalement les manoeuvres,
Et j utilise aussi la metaphore de la danse, la choregraphie, mais soit il s en foute ou soit ils se disent , dany sera toujours la pour reparer,
Mais sur la 20 aine de gens a qui j essaye d apprendre benevolement la voile, j en ai eu que 2 qui sont capable de m installer le spi a poste!!
Je navigue en solo depuis 10 ans , apres 15 ans de poste d equipiere, et bien pourtant c est en me representant mentalement le deroulement de l action , les eventuelles " mer.." Qui arrivent , que je maitrise mon petit voilier par tout temps, jusqu a force 6, sans stress.
Pareil pour la prise de ris sur la GV, j ai des amis qui au bout de 4 ans n ont toujours pas le bon protocole!!
Un ami bon voileux m a convaincu, et pourtant j y croyais pas, qu il y a des gens chez qui la voile et le sens du vent et les anticipations de manoeuvres cela ne rentrerai jamais,
Je pense que la meilleure ecole est le deriveur leger en regate, car la a la moindre erreur PLOUF!! Et qd les autres te passes a donf !! Tu te pose enfin les bonnes question,
Mais les adultes de plus de 35 ou 40 ans veulent dessuite apprendre sur des quillards, c est en tout cas ce que j observe d ici de mon petit ponton,

03 avr. 2016
0

la meilleure école est le dériveur léger (tout court), car la a la moindre erreur PLOUF!!
:pouce: :pouce: :pouce:

01 avr. 2016
0

Un petit tour dans les bouquins pour le B.A. BA.
ou/et un bon copain qui connait pour la premiere sortie.

02 avr. 2016
0

Bonjour,
Comme dit fxvt, le plus important c'est de réfléchir au passage de tes écoutes, choisi comment tu vas empanner, par devant le spi avec le risque que tes écoutes passent sous le bateau ou entre guindant de spi et étais si tu as assez de place. J'ai choisi la deuxième, je choque 1.5m d'amure de spi et ça passe assez bien.
Jean-Charles

02 avr. 2016
1

Je commence à avoir une certaine habitude du spi asymétrique d'abord sur J92 et maintenant sur J109.
Tout d'abord le pliage, contrairement au spi symétrique l'asymétrique ne se plie pas de la même façon.
Sur l'asymétrique on commence par mettre au clair la bordure, ensuite on rentre dans le sac le ventre du spi, jusqu'au point de drisse, et ce n'est qu'a la fin que l'on place par dessus tout le tissus de la bordure, pourquoi :
parce que sur un spi asymétrique c'est la bordure qui doit sortir en premier pour aller jusqu'au bout dehors. Si on ne fait pas cela au moment de hisser le spi vu la surface la baignade est assurée.
Sur un spi asymétrique en général le bras et l'écoute son d'un seul tenant, et donc comme pour un spi symétrique il faut bien vérifier que tout passe à l'extérieur.

Pour empanner la technique c'est d'envoyer le n° 1 sur l'avant pour récupérer l'écoute, le barreur descend doucement vent arriére, et lorsque le spi commence à flotter le n° 1 tire rapidement le spi sur l'autre bord et le barreur finalise l'empannage. Sur cette manoeuvre il faut être très vigilant, et il faut impérativement que le N° 1 tire le spi sur l'autre bord rapidement. Le risque c'est que le spi passe entre le mat et l'étai au lieu de passer à l'extérieur et qu'il vienne s'enrouler autour de l'étai. Le barreur et le n° 1 doivent avoir une bonne coordination des actions.

Pour rentrer le spi, il y a 2 techniques soit dans la descente, soit dans la cabine avant.
Personnellement je préfère la rentrée de spi dans la cabine avant, pour la bonne raison que les spi asymétriques sont beaucoup plus grands que les spi symétriques et qu'actuellement les bateaux modernes ont des petits génois qui masque très peu le spi. Rentrer le spi asymétrique de 120 m2 sur un bateau de 11 mètres est une aventure et il est rare que le spi n'aille pas dans l'eau, alors que par l'avant c'est plus facile du moins à deux. Le N° 1 prend la contre écoute et la donne à un équipier qui auparavant et descendu dans la cabine avant, et à deux ils descendent tout le spi dans la cabine avant en séparant bien les 3 points pour pouvoir renvoyer le spi par la suite.
En solo, il y a une technique pour rentrer le spi dans la descente voir la vidéo, c'est la technique que j'utilise.

Pour ce qui est des empannages et rentrée de spi voir la vidéo suivantes, je pense que c'est mieux que de longs discours.

En fait, on dit souvent que l'asymétrique et plus facile que le symétrique, c'est surtout un argument de vente pour moi.
Il faut savoir que l'asymétrique et peu efficace plein vent arrière surtout par petit temps.

02 avr. 2016
0

Belle démonstration très sportive , mais difficile a appliquer pour un débutant qui demande une méthode de base et pas avec 35 Noeuds de vent.
Pour un débutant il faut déjà commencer avec 15 à 20 Noeuds et faire beaucoup simple avec un asymétrique et éviter les allers et venus toujours dangereuses .personnellement pas régatier simple croisière côtière.
Je fait l'envoi et j'affale depuis le cockit passage du Spi sous la bôme et entrée direct dans la cabine en toute simplicité.
Chacun doit avoir sa méthode qui va bien et qui lui convient .

02 avr. 2016
0

Vous mettez un spi asymétrique à 35 kt de vent ?

02 avr. 2016
0

Ils sont forts!,,,,

02 avr. 2016
0

Non pas moi mais c'est ce qui est dit en fin de la vidéo "Envoi de spi par vent fort 35 à 40 Noeuds "

02 avr. 2016
3

Ben moi avec 35 nœuds je prends 2 ris .je monte ma trinquette .je regarde le port le plus près en vent de travers .je vais vers ce port .J'amarre le bateau .Je vais à la douche et je cherche un estaminet pour réconforter l'équipage .Comme vous pouvez le remarquer les spis n'ont pas quittés leur sacs

03 avr. 2016
4

Commencer avec 15 à 20 noeuds ?

NON !!!

Commencer avec 5 noeuds de vent stable, mer belle...

03 avr. 2016
1

Oui, 5 à 10 kt, c'est bien pour commencer....
Je ne me vois pas monter mon asy à 25 kt.....

02 avr. 2016
0

Un principe .Tout passe dehors.Et ne pas oublier de s'équiper de barber Hauler.moi j'ai le mien dans une chaussette ça simplifie

02 avr. 2016
0

Oui bien sûr pour un débutant c'est pas simple les vidéos que je propose, mais c'était pour montrer les différentes techniques. Par contre la rentrée en solo avec longe est très sécurisante surtout lorsque le vent commence à monter. Pour ce qui est des barbers je ne les utilise plus c'est pénalisant pour les empannages et pour la rentrée de spi, çà freine le passage des écoutes. D'autre part un spi asymétrique à besoin de basculer pour pouvoir bien descendre le plus en vent arrière et je trouve que les barbers gênent ce basculement. Après chacun fait comme il veut et adopte ce qui va le mieux en fonction du type de bateau.

02 avr. 2016
0

Parfois on utilise des barbers pour le spi asy. Dans quelles conditions les utilise t on ?

02 avr. 2016
0

Moi je les utilise au travers pour abaisser les points d'armure .ça fait comme un genaker

02 avr. 2016
2

En equipage reduit (2 ou 3 persones), en navigation au large et sur un 40' avec 2m de bout dehors:
- les deux assy 185m2 et 120m2 sont sous chaussette. Sinon c'est un peu l'aventure et le chalut a chaque fois.
- Avant hissage de la chaussette, le genois est roule, le voilier cale a 150-160deg du vent apparent pour le confort et la securite de l'equipier d'avant.
- Le bout dehors est sorti, le sac est accroche dans les filieres assez en avant. Les ecoutes sont accrochees, passees dans leurs poulies de renvoi, mises au winches et securisees. La contre ecoute passe devant le point d'amure pour etre devant le spi pour l'empannage. Le point d'amure est mis en place au bout du bout dehors avec son va et vient. Le va et vient de la chaussette est accroche dans les filieres pour ne pas le retrouver a 5m du bateau apres hissage de la chaussette.
- La tension de la bastaque au vent est verifiee. Les ballasts sont vidanges si ce n'est pas deja fait.
- Le barreur abat a 160deg du vent apparent, la chaussette est hissee depuis le pied de mat et stoppee a 10cm du mat. Au piano le mou de la drisse est recupere, puis securise au coinceur + 6 tours au winch + une demie clef. Ca tire comme une bete une fois le spi gonfle.
- Quand tout est clair, le voilier abat a 164deg du vent apparent et la chaussette est remontee, quand elle est claire, le spi est dehors, devente derriere la GV.
- Le barreur lofe de 10 deg et le spi prend l'air en 2s avec un claquement et un bon en avant du voilier quasi instantanne. Ensuite prise du cap, reglage de l'ecoute, verification de la contre ecoute, reglage de la GV et la cavalcade commence.
- A la descente c'est exactement l'inverse avec la chaussette lovee directement a sa descente dans le sac a spi sinon elle devient un enorme tas sur le pont difficile a gerer.
- la drisse est mise claire dans le cockpit avant la descente de la chaussette. Certains la mettent a l'eau derriere pour etre sur qu'elle ne va pas faire de tour.
- le 164deg correspond a l'angle minimum de deventement du spi derriere la GV. Chaque voilier a le sien. Cela permet de garder pas mal de marge pour eviter un empannage involontaire toujours tres complique avec des bastaques.
En navigation il faut monter ses gammes en vent et en vague lentement. La gestion du spi dans les vagues et la prevention des cocotiers font partie de l'apprentissage. En demarrant par moins de 10 noeuds les risques et les efforts sont faibles. Au dessus de 15 noeuds il faut commencer a faire attention, la limite raisonnable du plaisancier se situe entre 20 et 25 noeuds, un peu plus sur eau plate. Au dela le gennaker, le genois puis la trinquette prennent le relais.
A la descente, avec un vrai bout dehors non orientable, l'assy est efficace jusqu'a 140deg apparent ce qui correspond a environ 160deg reel. Il y a donc un trou de 40deg plein vent arriere ou il faut tirer des bords. Avec un mini bout dehors l'angle mort est plutot de 50deg. Laisser remonter le point d'amure de l'assy de 50cm ameliore sa capacite a descendre dans le vent mais augmente le risque cocotier. Chaque voilier a ses specificites. La maitrise vient en pratiquant et en ayant la liste des taches bien claire dans sa tete avant.

02 avr. 2016
0

merci a tous pour ces réponces

02 avr. 2016
1

Je confirme l emplois d une chaussette à spi, c est tellement plus facile à envoyer et surtout à rentrer
c est parfait en equipage reduit voire en solitaire
sinon genaker sur stoqueur (le genaker a un guidant droit, ce qui pose nettement moins de poches à l enroulement) mais c est pas plus simple qu un assy

02 avr. 2016
4

Notre ami parle d'un spi de 45m2, nul besoin d'emmagasineur ou de chaussette.
Sur une surface aussi réduite c'est renchérir le système et se compliquer la vie pour rien.

02 avr. 2016
0

Bonsoir ,
Un très bon résumé fait par Enide il y a quelque temps .
www.hisse-et-oh.com[...]s-larme

03 avr. 2016
0

Bonjour à tous,

Merci à maximus99 pour les vidéos superbes.

Mais comment faites vous en solitaire avec la drisse de spi frappée et bloquée sur le winch pour rentrer le spi dans la descente ?

Bonne journée.
Pouli44

03 avr. 2016
0

on frappe au bout de la drisse un petit parre battage et on jette le tout à l'eau ,ça freine la descente de la voile .
alain

03 avr. 2016
2

Et pour les fdanjo il y a le kiwi drop pour affaler en équipage,
descente près du vent arrière pour dérouler le génois sur la fausse panne, empannage sans choquer le spi et remonté vers le grand largue au moins, le spi bordée se 'pose' sur le génois, on largue la drisse et tout descend en glissant sur le génois ....
et le N° 1 fait le rangement :-)

03 avr. 2016
0

Mexican drop, par chez nous.
Après tu à le Samouraï drop, mais il implique un objet contondant à la lame effilée...

03 avr. 2016
0

Sinon plus calmement, il faut comme dit plus haut faire ça par 5 à 10 nds pour que tout sac de nœud ou écoute mal positionnée soit gérable sans efforts sur humain.
Sinon par expérience avec des néophytes, le passage de ne rien faire et d'admirer l'eau qui file pendant de longs moments à une manoeuvre ou c'est là et maintenant qu'il faut agir n'est pas toujours aisé. Donc ça vaut le coup d'enchainer des manœuvres pour rester sur la 'concentration' on va dire et accumuler les expériences positives.
Après l'envoi, sans se mettre la pression, réaliser 2 empannages, comme ça psychologiquement, ça c'est fait on peut. Voir affaler assez rapidement. Après on peut profiter de long bords sous spi sans gamberger sur le comment ça va se passer à la fin.

03 avr. 201616 juin 2020
0

Je me demande si finalement, ce n'est pas plus difficile avec 5/10 noeuds de vent plutot qu'avec 15/20 noeuds.

CaptainRV


03 avr. 2016
0

La grand voile fasseye et me semble bien bordée .En fait ils ont tout fait pour se retrouver en 8

03 avr. 2016
0

La petite vidéo attachée ne semble pas bien fonctionner sur Héo, le lien youtube. Désolé.

03 avr. 2016
0

pas grand chose à ajouter sur la technique. Après il faut s'y mettre :
- un peu de vent mais pas trop. je dirais 5 à 12 knt de vent.
- mer belle pour que le bateau ne bouge pas dans tous les sens.
- de l'eau à courir : c'est le plus important.
- et surtout prendre son temps et bien faire la manoeuvre pas à pas.

Au début, ça ne se passera peut-être pas comme prévu, mais avec de l'eau libre, tu auras le temps de démeler et d'affaler tranquillement.
Et surtout ne pas s'énerver.

Bon spi. ça faut la peine de l'apprivoiser !

03 avr. 2016
0

pour faire un coquetier avec un cata il faut le faire exprès
les deux bras un sur chaque étrave et c'est gagné .
pour le spi on peut utiliser un patin d'amure ,qu'il soit assymétrique ou non .
alain

03 avr. 2016
0

Eh oui, nul n'est prophète en son pays. Parfois, on a 2 mains gauches. Et je te promets qu'on l'a pas fait exprès. Chute du vent à 5/10 noeuds et un peu de houle.

CaptainRV

03 avr. 2016
1

sur la video j'ai trouvé que le spi était bien haut pas assez ridé vers le bas ,pour défaire le coquetier il faut tourner dans l'autre sens
normalement un spi on le baisse par petit temps pour fermer la poche et on le fait monter avec le vent pour que la puissance s'évacue par en bas en plus cela soulève l'avant du bato .
en plus la gv trop bordée crée une dépression derrière qui aspire le spi
c'est ce que j'ai cru voir à moins que vous ne soyez sous spi au près serré ,ce qui serait une nouvelle allure à faire breveter .
alain

04 avr. 2016
0

Moque toi. En fait, ce spi n'est pas du tout adapté au bateau, il est bcp trop court. Il est au moins à 3 m au dessus de son niveau normal. Mais ne prends surtout pas cela pour une excuse.
Quant à la GV, il est impossible de la choquer plus, sinon elle rague dans les haubans.

CaptainRV

04 avr. 2016
0

@catapleiades; tu mets le doigt sur l'un des inconvenients des barres de fleche tres poussantes. Au allures arrivees on a tendance a ne pas choquer la GV suffisament car elle touche le greement. Ce faisant on cree une instabilite massive dans la poussee des voiles. A la moindre auloffee, la GV reaccroche en laminaire et se met a pousser au lof comme une bete. Il n'y a pas un safran qui ne decroche pas dans ces conditions. Le bateau se retrouve a 90 du vent et n'en bouge plus. La seule reponse est qu'il faut que la GV soit choquee normalement meme si toutes les lattes touchent le greement et parfois meme elles sont arquees un peu a l'envers. Si vraiment on n'aime pas voir sa GV dans ces conditions, il faut changer de route, si on peut...

03 avr. 2016
0

Sur un petit bateau ça reste une voile facile. Tellement agréable surtout avec un bout dehors .En solo par rapport a un spi normal ,c'est du velour à envoyer et affaler ,ça pulse ,c'est stable , bref c'est super .A l'afallage ,en lofant un peu ,ça le rabat vers le pont et facilite la manoeuvre . Les empannages sont moins évidents ,suivant les jours ..

03 avr. 2016
0

Je rajouterais volontiers ,qu'avec un peu d'air qu'on estime de trop ,ne pas hésiter a envoyer un peu de génois ,presque à la moitié ,pour masquer,déventer la fin de l'affalage,tout du moins la partie basse. :alavotre:

04 avr. 2016
0

Bonjour, une chaussette c'est sécurisant, si danger on tire sur la ficelle et hop plus de SPI.
Pour empanner sur bout dehors il y a le passage entre SPI et l'étai, donc la contre écoute ne tombe pas sous le bateau . Moi je mets la GV au centre, j'empanne le SPI, , puis je lâche la GV sur l'autre bord. C'est pas rapide, mais ça évite bien des soucis au début.
Il est parfois plus difficile de manier le SPI si vent très très faible

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie...

  • 4.5 (75)

mars 2021