Sortie d'une galère moteur, eau dans les cylindres : Un grand merci !

Un triple merci, en fait.

Fin des vacances, nous remontons la Vilaine, poussés par une petite brise de sud ouest.
A un petit mille du barrage d’Arzal, le génois est roulé et je vais démarrer le moteur.
Le démarreur fait un tour et s’arrête. Je réessaye une deuxième fois avec le même résultat.
Je n’insiste pas pour ne rien abîmer si un ou des cylindres sont bloqués.
Heureusement, il y a de l’espace avant l’écluse et nous mouillons un peu à l’écart du chenal.
Je pense à une entrée d’eau par l’échappement, mais il y a un coude anti-siphon qui a fait son job jusque là donc, je ne comprends pas.
Le problème dépasse largement mes compétences. Le plus urgent est de rejoindre notre place à La Roche Bernard.
Il y a du monde qui s’approche pour le prochain éclusage, nous tentons d’interpeler un bateau pour lui demander une remorque.

Premier coup de chance, un Centurion 38 s’approche de nous et après discussion, l’équipage nous apprend qu’ils remontent également vers La Roche Bernard. Ils acceptent de nous prendre à leur couple et de nous y emmener.
Première expérience pour eux comme pour nous de remorquage à couple, mais la manoeuvre d’éclusage se fait sans problèmes. Nous avons le temps de papoter et de faire connaissance avec Nadia et Romuald, en parlant de nos bateaux respectifs et en partageant quelques souvenirs de navigations.
Deuxième coup de chance, il y a 2 places de libre entre 2 catways au ponton d’accueil de La Roche Bernard.
Romuald pose les 2 bateaux encore à couple entre les 2 catways dans une manoeuvre impeccable.
La soirée s’est prolongée à notre bord autour d’un repas très sympa.
Donc, un grand merci à Nadia et Romuald pour leur aide, leur patience et leur bonne humeur !

Revenus à notre emplacement, je cherche un mécanicien qui pourrait nous dépanner, mais le mois d’août n’est pas la meilleure période pour trouver un diéseliste disponible. J’avais le numéro de Patrick Rocheteau, de Services Nautic. Je lui laisse un message. Il me répond peu après qu’il ne pourra pas se déplacer mais il prend le temps d’écouter mes descriptions du problème. Pour lui, c’est très certainement de l’eau dans un des cylindres. Il prend le temps de m’expliquer comment procéder pour évacuer l’eau en démontant les bougies de pré-chauffage, en faisant tourner d’abord à la main puis au démarreur pour l’expulser.
Merci à lui pour sa patience, sa gentillesse et sa pédagogie.

L’intervention me prend un bon moment, mais j’arrive effectivement à chasser de l’eau par l’orifice d’une des bougies de pré-chauffage. Je vidange aussi l’huile du carter. Après avoir sorti toute l’huile, la pompe évacue de l’eau.
Remontage des bougies après avoir injecté du WD40 dans les cylindres. Le démarreur tourne mieux mais ce n’est pas encore ça. Je décide de reprendre l’opération le lendemain.
Au matin, je fais tourner à la main (avec une grosse clé) et là, un bruit de couinement m’interpelle.
Je pense à la courroie de l’alternateur mais en cherchant à localiser le bruit, je me rends compte qu’il vient de l’intérieur du moteur. Je ne comprends pas ce qui se passe, je suis complètement dans le noir.
A deux doigts de capituler, je prends la tablette et fais une recherche avec les mots clé “Problème eau dans les cylindres“. Je tombe rapidement sur une discussion Hisse et Oh précisément sur ce thème. Je lis toutes les interventions et trouve des remarques quant à l’utilisation du WD40, qui n’est pas un lubrifiant et ce conseil d’injecter plutôt de l’huile moteur dans les cylindres.
C’est comme si on avait rallumé la lumière ! Quelques gouttes d’huile dans les cylindres et le démarreur tourne normalement, en faisant éjecter le restant d’humidité.
Après remontage, le moteur redémarre tout de suite. Je ne vous raconte pas le sentiment de victoire pour le piètre mécano que je suis !
Donc un troisième grand merci à la communauté Hisse et Oh et à son forum encyclopédique !

Donc l’aventure se termine bien, avec un bilan carrément positif :
- Nous avons rencontré des gens très sympas
- J’ai appris qu’il ne faut pas faire une totale confiance dans ce coude anti-siphon.
- J’ai appris comment résoudre le problème si ça devait se reproduire.
- J’ai appris qu’il ne faut pas accommoder le WD40 à toutes les sauces

On apprend tous les jours !
Vous avez sûrement aussi des histoires qui commencent par une galère, mais dont les conséquences sont, au final, très positives.

L'équipage
10 sept. 2021
10 sept. 2021
0

Bravo !
As-tu une idée de ce qui a fait remonter l'eau en amont du coude anti-siphon ?


10 sept. 2021
2

C'est un coude antisiphon avec un clapet ou à levres ? Des fois des concretions s'y logent et il ne fait plus son boulot...
Quant au wd40, c'est vrai qu'on a tendance à croire que c'est un produit miracle, à la fois lubrifiant, dégrippant, nettoyant... En réalité c'est une huile fine avec beaucoup de solvant. Ca a une bonne pénétration, ca lubrifie temporairement (d'où ses propriétés dégrippantes) mais si on attend un peu ou au moindre echauffement, le film gras s'évapore, et c'est comme si on avait rien mis. Ca reste un super produit, cela dit !
Content que ta mésaventure se termine aussi bien, qu'elle ne t'ait rien coutée et qu'elle t'ait en plus raportée deux nouveaux amis. Ca fait plaisir de voir que l'esprit d'entraide n'est pas tout à fait mort dans la plaisance !


11 sept. 2021
0

Le coude anti-siphon est un modèle de base acheté chez Accastillage Diffusion, avec juste un bouchon qu'on ouvre plus ou moins pour créer la prise d'air. Comme il est installé juste au dessus du moteur, je l'avais réglé pour qu'il "pisse" le moins possible et j'ai dû trop le fermer.
Le mécano que j'ai eu au téléphone m'a demandé si cette journée-là notre nav avait été plus remuante que les autres jours et effectivement, nous sommes rentrés au portant de La Trinité et nous avons passé un moment assez rouleur au vent arrière. Le coude anti-siphon qui avait fonctionné jusque là avec son réglage "limite" n'a pas pu empêcher le retour d'eau.
J'ai rajouté une ligne en plus sur la liste des bricolages à faire : améliorer le système du coude anti-syphon en rajoutant un petit tuyau pour diriger la "pissette".


simbad:pas sûr que l'anti siphon soit en cause, il est placé en amont du circuit d'eau moteur et est utile à l'arrêt; par contre si le bateau roule au portant, l'eau peut rentrer directement par l'échappement en remplissant le circuit jusqu'aux soupapes. mais peut être l'anti sipon n'a pas fait son office à l'arrêt sorti de la Trinité, ds ce cas je n'ai rien dit sinon que cet anti siphon doit être vérifié périodiquement. JL.C·le 11 sept. 21:26
Flora :):"l'eau peut rentrer directement par l'échappement en remplissant le circuit jusqu'aux soupapes."Oui oui, plusieurs fois constaté, hélas : sur l'Oustal, on avait fini par mettre une vanne juste avant la sortie de l'échappement... qu'il fallait pas oublier d'ouvrir !·le 11 sept. 22:13

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Perdu à Paris

Après la pluie...

  • 4.5 (160)

Perdu à Paris

mars 2021