solidité contre plaqué

Bonjour,

Je suis en train de réfléchir pour un bateau qui puisse m'emmener sur les océans. J'ai en tête un trajet France - Maurice en passant par le Bénin et le cap de bonne espérance puis si possible continuer ma route vers la nouvelle-zelande.

J'ai occupé mes conges de ces trois dernières années à l'apprentissage de la navigation (mais je n'ai jamais naviguer que sur des bateaux de série en polyester). Je pense à un monocoque de 9 ou 10m.

Jusqu'à lors je ne voulais que de l'acier mais au grés des lectures de votre revue, je remets en questions mon choix du matériau. J'ai éliminer aluminium à cause de son prix et parce je voudrais pouvoir maîtriser le matériau dans lequel sera construit la coque de mon futur bateau.

Pourriez-vous me dire quelles sont les limites du contre plaqué époxy en terme de résistance, en effet je suis perplexe quant à la solidité de ce matériau fasse à une grosse mer (telle que l'on peut en rencontrer au cap de bonne espérance). Une coque en contre plaqué époxy ne risque-t-elle pas de se désintégré en tapant dans les vagues d'une forte mer?

Par avance merci pour votre aide et merci beaucoup pour votre revue qui est une mine d'or pour un projet tel que le mien.

Cordialement,
Lionel Aran

L'équipage
26 oct. 2004
0

C'est une très bonne solution
Un bateau en CP outre sa réparabilité n'importe ou offre une excellente résistance et fiabilité. Avec des techniques classiques il a été construit et il navigue un nombre impressionnant de bateaux depuis les origines de la plaisance moderne. Si les progrès en industrialisation des techniques de moulage du polyeter la seule voie possible pour une plaisance accessible a tous aurait été le contre plaqué. Aujourd'hui on peut bénéficier des nouvelles résines époxydes qui associées au contreplaqué sont une très bonne solution pour une auto-construction. Des architectes comme Marc Lombard, JP Villenave, Patrick Balta, D Z Bombigher ont dessiné pour le contreplaqué. Je développe sut ce site un bteau de grand voyage minimum en contreplaqué époxy ( voir fil sur mini-môme). On peux se faire une opinion sur le matériau en allant consulter le site de l'association "a bouchains vifs".
Je calcul en ce moment la résistance du bordé de mini-mome je ne manquerais pas de publier les résultats qui sont impressionnants de fiabilité et de solidité.

26 oct. 2004
0

Solution viable, mais .....
Le contre-plaqué/époxy est un tres bon choix, mais avant de te lancer dans une telle aventure, vérifie que tu n'es pas allergique à l'epoxy !!!!

Je suis en train d'emmenager un wharram qui est construit en cp/epoxy. J'ai été emmené à faire des modifications/travaux qui ont nécessités l'emploi d'époxy. Cela s'est bien passé les premiers mois, puis un jour catastrophe, je me suis réveillé avec des démangeaisons aux mains... le coupable : l'époxy !!! Donc pour l'instant ce n'est pas trop grave, je continue toujours de travailler avec de l'epoxy, mais je limite la durée des travaux à quelques dizaines de minutes par jour, en prenant soin de travailler dans des zones ventilées ( ce qui n'est pas facile quand on fait des emménagements à l'interieur ) et cela se passe plutôt bien.
A part ce détail... le cp/époxy est un très bon matériaux, très facile à mettre en oeuvre..

Patrice.

26 oct. 2004
0

sandwich
pour un telle projet tu peux construire aussi en sandwich , c est tres tres facile a construire , en resine iso , moins de danger que l epoxy pour la mise en oeuvre,coque en forme , et aucune difficulté de fabrication , car le resine polyester c est plus tollerant que l epoxy

28 oct. 2004
0

voilier cp/epoxy pour les kerguelen

le lien ci joint montre la construction d'un voilier cp/epoxy de dix mètres pour partir vers les kerguelen

kerguelen.free.fr[...]/

0

le contreplaqué
c'est bien,mais avec un ou mieux plusieurs tissus de verre stratifié a l'epoxi,ce qui compense la faiblesse du contreplaqué pour la resistance au poinsonnement

28 oct. 2004
0

cp et tissus
hello,
je sais que c'est la grande mode de stratifier à l'epoxy sur du cp et cela augmente sa resistance théorique.
mais pour moi c'est une connerie qui reduit son elasticité et augmente les risque de pourrissement en cas d'infiltration.
en plus en cas de probleme il est facile partout dans le monde de reparer du cp mais plus difficile de reparer du composite.
alors cp epoxy, c'est parfait pour les collage mais de grace ne "plasitifiez" pas vos coques meme si il est vrai que l'epoxy ne presente pas les inconvenients du polyester.
le bateau en cp ont deja une longue histoire et jamais je n'ai entendu dire qu'ils resistaient mal (voir la flotte d'es muscadets dont le premier a quarante ans ou du coté des corsaires par exemple).
amicalementjpierre

0

si ça te fait plaisir
mais moi je prefere statifier a l'epoxy ca n'a jamais fait pourrir un boat a ma connaissance

28 oct. 2004
0

cp stratifié
hello pierre2
decidement, aujourd'hui nous ne sommes pas d'accord.cf autre fil
je ne dit pas que le fait de stratifier du cp le fait pourrir et je pense meme que l'impregner d'epoxy est une bonne chose. mais la pose d'un tissu me semble presenter plus d'inconvenients que d'avantages.
un cp sur lequel un tissu sera posé aura le risque en cas de choc, ou de blessure du tissu de voir celui-ci se decoller creer une poche d'eau stagnante tout a fait nefaste. en plus trouver et coller dans de bonne condition un tissu de verre dans certains coin releve de la gagure alore que remplacer un morceau de cp, meme eventuellement par du massif en attendant de trouver mieux se fait dans le monde entier quelle que soient les conditions.
proprio de bateau en cp depuis 1985 je n'ai jamais eu de soucis avec ce materiau bien que je ne l'ai meme jamais impregné.
amicalement
jpierre

1

c'est
pas parcequ'on est pas d'accord qu'on s'aime pas ;j'ai des fois l'esprit de contradiction !

28 oct. 2004
0

quite à stratifier....
la solution qui consiste à inserrer un tissus kevlar entre deux plis de cp pour augmenter la resistance au poinçonnement me semble bonne,mais elle a un inconvéniant: sa mise en oeuvre ...
par contre, je suis daccord avec diaoulig, pas de strate en ext...qui masque l'état du cp(et je sais de quoi je parle) :-()

28 oct. 2004
0

les cp primitifs
comme nos bateaux, diaoulig, n apprecient guere la strat', effectivement, clous qui ressortent, grosse balafre fera infiltrer l eau.

Mais, sur les cp marins d aujourd huie, le probleme n est pas le meme : le bois est deja impregne epoxy et les plis colles à l epoxy, on se rapproche donc, en terme de composite, à une coque plastique ( disons epoxy, pas polyester ) et fibre de verre ( bien sur les plis du cp rend le materiau beaucoup plus raide et leger )

Alors petite pensee perso : strater epoxy une coque neuve ( bois neuf et sec ) est je pense une bonne chose

Srtatifier un cp primitif est une grosse erreur : le materiau travaille d avantage et si infiltration d eau il y a, on le verra à la fin du processus, quand les peintures interieures cloqueront ......... dommage la plaque est deja trop pourrie.........

Laran, les coques en cp bien construites sont d excellents bateaux, souvent fait par des amoureux du bateau ( et du bois ) et pas par des chantier dont l objectif est de faire du rendement...... et de l argent

Amuses toi à naviguer sur des " bois composites " ( à differencier des bois classiques ), style les dessins d ' Harlé mais aussi Herbulot et compagnie, y a des chances que tu aimes............. ( perso, j ai achete Takari sans avoir naviguer ni sortit de l eau avant achat ........ un bon feeling de l engin et une bon couteau a planter partout on ca semble bizarre....... ah oui, mettre des coups de poing dans les cloisons peut donner une idee de solidite du bateau

28 oct. 2004
0

collage du cp
takari,
je suis ok avec ce que tu dis,surtout sur les cp "anciens", sauf sur une chose: meme aujourd'hui, les cp ne son pas ou tres rarement fabriqué avec des collages epoxy mais resorcine, c'est le trait noir que tu vois entre chaque plis.
pour le reste je persiste à penser que le cp stratifié n'est pas reparable partout dans le monde avec des moyens simples.
et en plus, mais cela devient philosophique, le cp est un compromis entre le bois clasique et d'autre materiaux qui permet d'avoir du bois sans les contraintes du clasique alors le stratifier me semble un compromis supplementaire qui desequilibre le premier.
c'est pour ça que contrairement à beaucoup et en accord avec paul aubin, je n'ai pas traité la coque de diaoulig avec de l'epoxymais que j'ai fais un impregnation à l'ucp (colle ppu denaturée) qui reste beaucoup plus souple que l'epoxy tout en protegeant le bois.
sans compter q'il existe aujourd'hui des cp techiques extremement performants.
amicalement
jpierre

28 oct. 2004
0

La question

soulevée par Diaoulig ne se limite pas aux panneaux.
C'est vrai que les panneaux de CTP marin étant collés entre chaque placage par une colle très résistante, chacun de ces placages aura du mal à se dilater, sauf en épaisseur.
La tranche des panneaux est parfois protégée par une baguette, mais de moins en moins.
Mais la structure dans son ensemble intéresse la demande de Lionel.

On peut se demander si le joint congé est toujours le meilleur choix.
Il permet une construction plus rapide, c'est indéniable. C'est merveilleux d'assembler des panneaux tout faits ou presque, qui comme par magie formeront une apparence de coque à clins comme on en fait maintenant, ou tout autre volume développé.

Mais les matériaux sont incongrus.
Il est vrai qu'en cas de bris, c'est le milieu du panneau qui normalement cédera, non le joint qui le borde.
Mais c'est tout ou rien: avec des tasseaux collés dans les angles, les vis étaient là, ancrées dans le bois de place en place, pour arrêter la déchirure.
Dans les coques modernes, elles sont absentes.
L'inconvénient des tasseaux c'est qu'il faut les raboter puisque leur angle droit ne convient pas.
Et c'est une ligne de plus au budget.

D'ailleurs il y a le lamellé-collé, qui permet plus d'homogénéité. Il me semble que ce serait une bonne alternative pour ton projet.
L'acier aussi reste rassurant, mais il a ses inconvénients, c'est affaire de goût.

Si tu persistes dans le CTP, choisir un plan mieux étayé de cloisons et de longerons serait logique.
La qualité des panneaux (pour aller loin la qualité marine est requise) importe aussi, avec le rapport poids-résistance de l'ensemble de la nef. Les dériveurs se couchent sur la vague et trébuchent moins.
Les coques à bouchains multiples, ressemblant aux clins, taperont moins sous un choc comme au mouillage. Eviter surtout un fond trop plat.

28 oct. 2004
0

prix abordable...
j'ai un ami qui vient d'acheter un KM 11.40 (construction chantier, aménagements menuisier du coin)tout équipé pour 35 000 € (panneaux solaire,dessal, pilote, radar....) juste la descente cab AR un peu douteuse et pied de balcon av idem (peut-être changer un bout de la serre)
pas de travail techniquement insurmontable...

un bon et beau bateau à ce prix la, uniquement dû au fait que le matériau n'est pas dans la norme V&V ou V Mag ;-)
tant mieux pour les passionnés
mon bateau (en cp) à eu 20 ans cet été :-) :-) :-)

29 oct. 2004
0

modernité
hello,
juste une reflexion que m'inspire ce fil.
le cp est utilisé depuis de lustres en construction navale avec un degres de longevité en etonnant plus d'un pour un entrertion somme toute pas si important que ça et une reparabilité quasiment universelle.
lu ajouter une stratification est un element de modernité qui raproche le cp des autres materiaux modernes, le plastique principalement avec l'argument d'une meilleure resistance et d'un moindre entretien, mais ceci au prix de la reparabilité.
les techniques modernes ont des avantages certains mais vouloir mettre à leur sauce des procedés eprouvés n'est à mon avis pas sans dangers. il y a quelques année la solution pour les bateau bois etait de les plastifier au polyester, c'est "moderne" et on paie aujourd'hui cette "modernité" au prix fort de la disparition ou de la reconstruction de nombreux bateaux.
ce n'est pas parce qu'un procede est moderne qu'il est bon à longterme.
dans le meme esprit je me suis pris le chou sur une histoire d'electronique et d'informatique embarquée et je persiste à penser que si la technoogie apporte bien evidement des choses, elle reste à manipuler avec prudence et ne detient pas la verité.
enfin, c'est juste mon avis.
bon vent
jpierre

29 oct. 2004
0

CP Fibre de verre
Je crois que la principale raison de l'abandon du CP dans la construction de série est le prix de revient. Il est plus facile de badigeonner de la résine sur un moule que d'ajuster des lisses et des panneaux.

Par contre sur le plan des qualités structurelles du matériau il ne semble pas qu'il ait des faiblesses par rapport aux matériaux plus récents.

J'ai eu un Corsaire que j'ai revendu alors qu'il avait plus de 40 ans at j'ai continué à naviguer avec sans problème jusqu'à la fin (il hivernait au sec)

Sur le plan de la réparabilité je suis un bricoleur très moyen, mais j'ai réparé 2 trous dans les oeuvres mortes ( à la suite d'abordage au mouillage) sans aucune difficulté (une pièce ajustée dans le trou rendu trapézoïdal et une contreplaque à l'intèrieur.

Matériel nécessaire
outils:
une scie, un rabot (mais une bonne cale de ponçage aurait suffit pour lisser les chants), un ciseau à bois, un marteau, un tas (le plomb de sonde)
fournitures:
des chutes de CP, une feuille de papier de verre, quelques clous galva, de la colle (araldite) puis un peu de peinture.

Le tout facile à avoir à bord.

ça n'a pas bougé en 20 ans.

MichelR

29 oct. 2004
0

facilité de réparation
Diaoulig, j'ai un peu de mal à voir pourquoi le CP plastifié est beaucoup plus difficile à réparer que le CP tout nu. A priori, tu répares d'abord le CP, puis tu refais une plastification par dessus. Il suffit d'avoir du tissu de verre, de la résine et du papier de verre. Oukilé, le problème ?

Et si vraiment t'es au bout du monde, que tu fais ta réparation (provisoire, on l'espère) avec du bois de caisse et que t'as plus de stock de résine à bord, eh ben, c'est pas non plus une urgence de replastifier la réparation...

29 oct. 2004
0

OK hubert
pas de problème pour réparer le polyester et le CP. le seul problème, est que si la couche de strat a pour diverses raisons (petit choc en remontant le mouillage, en tappant doucement dur un bout de catway...)une fissure pratiquement invisible sans étude approfondie, alors bonjour les dégats :-(
sauf à avoir comme certains bateaux 3 à 4 kg de verre/m² sur le cp !

pour compléter le discours de Diaoulig, le ferro qui était à la mode a bien disparut et je ne donne pas longtemps à vivre au strip-planking pourtant très à la mode en ce moment

29 oct. 2004
0

ma modeste contribution
sur la plastification.

un gros défaut : la moindre goutte d'eau qui rentre en dessous ne resort pas .
le résultat est le pourissement du CP (ou du bois moulé dans le cas de mon bateau.

de plus, si lors de cette plastification a été posé un tissus de verre , l'infiltration sera invisible jusqu'a ce qu'il soit trop tard, c'est à dire qu'on constate le problème lorsque la coque devient molle!

sur mon bateau , je recouvrirais la coque de trois couches de résine époxy sans mettre de tissus tout en sachant qu'il faut surveiller chaque impact et vérifier si la couche de résine à été transpercée.

29 oct. 2004
0

STRAT sur CP et Epoxy
J' ai lu avec beaucoup d' intérêt les interventions sur le sujet.
Pour l' achat d' un RM 1050, je me suis posé la même question, du fait que le chantier propose en option un revêtement kevlar (cher...)
les arguments développés sur ce sujet m' amènent à reconsidérer mon choix et de ne pas prendre l' option.
Il me semble en effet, qu' en cas de réparation l' opération sera plus simple.
Un choc avec effet de poinçonnement sur du Kevlar me semble rendre la réparation plus complexe, car de toute façon, il y aura réparation !...
Merci de vos interventions judicieuses :-D :-D
Cordialement

30 oct. 2004
0

kevlar
l option est peut etre cher mais tres efficasse, un choc d un tronc d arbre ou autre , tu as le cp bien abimé, et les plis si tu peux pas reparer rapidement imbibé d eau mer, galere apres, avec le kevlar tu m auras rien , c est la folie le kevlar en solidité .Je me repete fait toi un voilier en sandwich airex, regarde dans le vendé globe , certain voilier attaque leur quatrieme tour......... j ai construis un 43 et 45 pieds entierement, super facile a faire ,une coque ponté d un 45 pieds revient a 20 000 euros a construire soi meme

31 oct. 2004
0

jamais de kevlar en couche extérieure
aucune personne ayant travaillé ce matériau ne peut sérieusement préconiser du Kevlar en couche externe sur quelque support que ce soit (CP Airex Nida.....) a moins de vouloir transformer sa coque en rape à fromage à la 1ère réparation venue.
et même si le tissus kevlar ne se déchire pas sous l'impact, la résine elle ne tient pas le choc et bonjour les infiltrations :-p

ma conclusion: pas de matière sujette au pourissement sournois.
Donc composite + mousse PVC, ou bois (CP ou bois moulé) sans couche masquante, juste imprégnation résine époxy, caoutchou chloré, minium de plomb... avant peinture.

01 nov. 2004
0

toiture
je voudrais faire un ptite toiture sur le poste de pilotage de mon pti cabinier hb, doije le faire en cp?? en fibre?? ou cp+recouvert de fibre ??
merci.

01 nov. 2004
0

Je ne comprends pas

Pourquoi certains d'entre vous veulent mettre à tout prix (et à quel prix)qq chose de "modernes" sur le CP .Ces bateaux tiennent 30,40ans sans probleme ,Ils demandent seulement un petit(je dis bien petit) entretien regulier alors pourquoi en rajouter.L'on voit bien à l'usage ces materiaux "formidable" "modernes" "sans entretien" donnent quoi, des bateaux bon à la casse au bout de 20ou 25 ans pour les plus anciens maintement ils sont fait pour avoir une experence de vie de 20 ans .Je suis assis sur le cul lorsque j'entends qu'un bateau en polyester doit étre au sec la moitié de l'année pour ne pas avoir de probleme d'osmose.Imaginez que l'on vous dise la même chose pour votre voiture : un jour sur deux au garage sinon...foutu.Moi je trouve celà dingue .
Je persiste j'ai toujours eu des bateaux en bois sans revetement "modernes"(35 ans de navigation)et je n'ai jamais eu de probleme avec ce materiaux et je ne changerais pas mon vieux Calypso2 de 35 ans d'age en bordé acajou jointif avec un Tupperware.
José

01 nov. 2004
0

ni moi
ma cagette contre le fameux tupperxare !!!

01 nov. 2004
0

chic du soutien
hello,
je vois que je ne suis pas le seul à penser que "plastifier", meme en utilisant de l'epoxy, un bateau en cp est une heresie.
le pb c'est que le temps que cette mode passe, de nombreux bateaux seront bons pour la casse avec de sacrés degats tant au niveau moral que pecunier.
je ne recuse pas l'emploi de l'epoxy en tant que telle, je recuse l'emploi de fibre synthetique collée par quelque moyen que ce soit sur du cp et à fortiori sur du bois classique.
par contre un bateau bien construit en resine peut etre un tres bon bateau meme si ce n'est pas ma tasse de thé.
bon vent à tous
jpierre

0

Il y a confusion
Entre un bateau en CP et un bateaux en CP epoxy. L'un est en Contre-plaqué, point, l'autre est en sandwich de contre-plaqué. ce sont deux techniques différentes.Dans un cas on a des assemblages avec interposition de tasseaux, de fixation vissées clouées, de renforts divers etc... dans l'autre cas on a des joints congés ( soudure époxy) des renforts tissu et impérativement des tissus intérieur extérieur. L'un est peint et peut être protégé d'un tissus l'autre n'en pas besoin, si ce n'est une peinture décorative, puisqu epar constrcution il est déjà protégé. La confusion vien du matériaux d'âme identique qui pourrait être de l'hérex par exemple dans le second cas.
Quand à mettre du kevlard cela ne sert à rien. Le kevlar travail surtout en dans le sens de la fibre.
Un impact se fait perpendiculairement à la fibre... Certe elle ne cassera pas mais pour fonctionner il faudra :
a) que la fibre se délamine
b) que le bordé sous jacent s'enfonce

Visualisez une bille sur une beaudruche tendue c'est un peut ce qui se passe.
Un gilet pare-balle est constitué de plusieurs couches alternées de kevlar et céramique la balle pénètre la première couche en tournant sur elle même ( canons rayées en spirale) elle s'enroule dans les fibres de la première couche et dissipe une partie de son energie en cassant la céramique. Les fibres en s'enroulant tirent sur toute la surface repartissant la charge et ainsi de suite jusqu'a l'arrêt de la balle.

01 nov. 2004
0

pas si confus que ça
hello jean-claude,
juste une question, dans le cas d'une construction cp epoxy, pourquoi est-il obligatoire de poser un tissus sur l'ensemble de la surface ?
si le collage epoxy (ou soudure par joints conger) est d'une efficacité redoutable, et si le fait de poser des renforts en fibres et resine a des endroits specifiques me semble logique, je ne comprend pas cette necessité de tout recouvrir.
c'est pour cela que je me demande si nous confondons tant que cela.
si c'est que le cp ne sert que d'ame à un sandwich dans ce cas c'est evident que cela change de beaucoup la donne mais du coup je ne vois pas l'interet d'utiliser une ame qui risque de se degrader en cas d'infiltration. quite à fabriquer un sandwich, autant le faire avec des materiaux coherent entre eux (resine plus mousses ou nda)
j'ai toujours du mal avec les solutions hybrides, meme si je reflechis au sandwich "cp mousse cp" mais dazns ce cas le materiau "fragile" est accessible.
amicalement
jpierre

0

Peu-être pour des raisons de coût
Un herex, nid d'abeilles etc... est certainement plus cher qu'un CP au m² en outre sa résistance au poinçonnement est certanmenet meilleures. La solution sandwich CP époxy peut à mon avis même mettre en oeuvre sans inconvénient des CTBX au lieu des CP marines puisque le léger déficite en résistance est largement compensé par la pose du tissus. Quant au infiltrations elles ne peuvent pas facilemet se faire sauf à détruire localement les peaux en surfaces et casser les 5/10eme environ de CP imprégné d'époxy pour atteindre le bois à coeur. de même en bout de panneaux largement nourri de résine absorbée par le bois. Il est entendu que le montage des panneaux de CP peut se faire PROVISOIREMENT avec des vis et pointe en attente de soudure à l'époxy chargé. Les vis et pointes enlevées on bouche avec soin les trous. Il ne peut y avoir d'infiltration d'eau dans ce cas. Mais je continu à faire une distinction entre les deux modes de construction qui sont très différenst l'un de l'autre.

01 nov. 2004
0

Jean-Claude

Je me demande si maroufler les panneaux de CTP avec de la fibre de verre enduite d'époxide compense le défaut de solidité du contreplaqué d'extérieur (CTBX).

Comme celui-ci possède moins de plis (placages) les vides oubliés à la compression qui peuvent s'y trouver seront plus grands, alors que le CTP marin est censé en être exempt.
Le renfort de fibre ajouté au bois dessus et dessous suffit-il à neutraliser cette solution de continuité?

La substitution est souvent pratiquée par économie, mais est-elle prudente en cas de choc?
A trente écus le panneau, il serait doux de pouvoir se fournir chez Raboni ou Point P.

0

Oui elle est prudente
Ce n'est pas un renfort qui est posé sur le CP mais le bordé résistant qui est posé et qui prépondérant dans la composition du bordé olrs que le CP est secondaire. Le cp qui pourrait etre un autre matériau avec plus de vides ( mousse d'hérex ou nid d'a évoqué plus haut lattes des CP balsa).La fonction de base d'une âme est de relier les peaux extérieures intérieures entre elles. J'intègre dans mes calculs de résitance le CP forcément mais si les performances de résistance ne sont pas obtenues sans le CP c'est que mon bordé ne tiendra pas. Je considère donc le CP comme extrèmement secondaire dans ma résistance globale. D'ailleurs je me vois très bien concevoir un bateau en sandwich avec des panneaux de CP mince+balsa+CP mince( si j'arrive à le courber vu la résistance de ce type de panneau).
Il est impératif d'utiliser du CP type marine pour des consctructions CP classique. Ces CP marine sont mis au point par chaque fabricant garantissant certaine caractéristiques techniques alors qu'un CTBX correspond à une norme ( CTBX = Centre Technique du Bois , eXtérieur).

Il faut impérativement faire une distinction entre un bateau réalisé en Contreplaqué et un bateau en Sandwich époxy contre-plaqué.

01 nov. 2004
0

Les coques en CP qui s'ouvrent ...
Je prends ce fil en route, de retour de deux semaines de nav au nord ouest de Mada ( il fait beau en France ? ), j'apporte ma modeste contribution à une facette de la question de Laran : la solidité du CP face à une grosse mer.

Je pense qu'il fait référence au défaut de certaines coques de taper violement au près dans la mer formée, et au risque de s'ouvrir.

je l'ai vécu sur l'un de mes trois bateaux en CP classique, qui s'est ouvert en deux dans ces conditions et s'est rempli en quelques minutes. C'était un mousquetaire Stéphan de 25 ans d'âge, en très bon état, je le précise.

Une analyse précise de la coque avec Raymon Labbé dans son chantier de St Malo, à montré les défaillances de cette construction... qui sont les mêmes que celles des coques actuelles en CP Epoxy !

j'explique : que la construction soit classique avec des serres de bouchains ou par joint congé, l'angle de deux panneaux est extrèmement rigide.
Or, les surfaces de panneaux ont elles une relative souplesse, du au manque (ou à l'absence) de structure longitudinale(lisses) et tranversale (couples ou menbrures),commune aux premiers mousquetaires ( entres-autres ) et aux constructions modernes en CP époxy, ou la structure brille par sa quasi absence.

Vous comprendrez facilement le problème. Les panneaux souples (c'est relatif mais suffisant) travaillent exagérément et s'affaiblissent aux liaisons de bouchains rigides.
Il en résulte un microfissurage du bois le long des bouchains, qui abouti à une rupture brutale du panneau à cet endroit.

ce n'est pas pour rien que les chantiers Aubin et Moinard mettaient une lisse acajou tous les 30 cm dans les fonds des coques, et un couple ou une membrure tous les 60 cm...

le panneaux sont ainsi soutenus sur toute leur surface, et on peut taper des pieux en toute tranquillité, contrairement aux constructions type RM, dont la fatigue du bois est rendue invisible par la fameuse stratif extérieure.

j'ai un excellent choix à proposer à Laran : l'Aquavit de 10 mètres est une construction Moinard d'une solidité exemplaire. La coque est pourvue tous les 80 cm de membrures en acajou lamellé collé (50x80 ) d'une seule pièce et montant jusqu'à la cerre de pont. Les six panneaux de cette coque, collés sur un réseau de lisses et serres, sont de faible largeur et faciles à réparer ou à changer si besoin.

Bonnes recherches

01 nov. 2004
0

Pour compliquer les chose
Sur la distinction construction CP classique / Cp epoxy

CP classique : coque en CP fixé sur armature de serres et de lisses. Pas de stratification

CP "epoxy actuel" : collage et enduction à l'époxy, joints congés dispensant de l'armature, renfort par stratification éventuellment totale.

ce sont les deux extrêmes. Mais entre les deux on peut trouver:
du CP classique stratifié, parfois a posteriori. Cette solution a pu rajouter de la longévité à de vielles coques mais au prix d'un risque terrible de pourriture.

du CP classique dans le montage, sans stratification ni joints congés, mais enduit et collé à l'époxy.

C'est pourquoi le terme CP epoxy peut être ambiguë.

MichelR

01 nov. 200416 juin 2020
0

Structure des coques en CP
Difficile pour moi de lire que la structure des coques en CP "moderne" brille par son absence. 3 exemples pris sur mon Bepox où il n'y a pas de surface plane de CP supérieure à 0,25 m² sans renfort transversal ou longitudinal. Le principe de l'insubmersibilité conduit de plus à la création d'une véritable double coque à l'intérieur du bateau. Pour le "plaisir" j'avais compté le nombre de compartiments à l'intérieur du bateau: 58 sur une coque de 7 mètres de long. Voir exemple coffre arrière

01 nov. 200416 juin 2020
0

Pour aller dans le sens de "GUILLEMOT
C'est péoccupant cette histoire de souplesse faisant travailler les panneaux de CP et j'ai déjà réfléchi à la chose . J'ai eu à étudier un bateau à moteur de 8.80m en CP époxy, avec deux HB de 120 ch capable de 37nds bien que réalisé en CP époxy ( 12mm + 2 x 2 tri axials de 600gr) J'ai conçu une strcuture complémentaire de lisses (voir image)pour précisément raidir les panneaux et n'avoir des que des mailles de moins de 500mm de coté. Donc sans beaucoup de flexion. Sur l'image il manque la virue de bouchain en CP plus épaisse que le bordé et faisant office de lisse et une lisse au niveau des jambette de pavois. Mais on se rends compte en regardant les fonds que c'est très bien structuré. Il le faut parce que ce bateau navigue en mer ouverte dans les Tuamotu. Son propiétaire, dentiste, l'utilise pour aller donner des soins d'iles en iles.

01 nov. 200416 juin 2020
0

Exemple baille à mouillage
Avec 6x600 en biax sur l'étrave et sergé 200 g en finition.Un halberg rassy qui a glissé au mouillage sur mon étrave doit s'en souvenir encore

01 nov. 200416 juin 2020
0

Exemple de dessous de cockpit
L'envers du décor et toujours des renforts là où c'est nécessaire. Tout à fait d'accord avec Jean Claude; Certains CP marine très haut de gamme permettent de se passer d'une strat extérieure (Poyodur de chez Charles) mais à quel prix! Bien supérieur à un CTBX avec strat (si en construction amateur on ne paye pas la main d'oeuvre)).

03 nov. 2004
0

cp/époxy, versus, herex/époxy
j'ai construit un petit dériveur (4m60) en cp-epoxy.. premier bateau, facile à travailler et pas cher!!!
Mais au bout de 5 ans, (il navigue sur lac), j'ai du en refaire un epartie pour une erreur grosière de mapart, j'avais oublié que les UV détruise l'époxy... j'ai donc du tout décaper, refaire et peindre ou et vernir.
C'était du CP marine de chez Charles. Et bien les vis utilisées (en plus des joinst congés) avait rouillée, doncde straces noires moches.. de l'eau c'est quand même infiltrée entrainant des pourrissement locaux (petits)...
Pour le bateau qyue je fais actuellement (tri repliable de 6m80) j'utilise de l'herex en sabdwich époxy. pour ne pas avoir de pb de "pourissement" car de l'eau s'infiltrera forcément qq part! Et ce matériau est "génial".
Contrairement à ce que dit jean claude, il a un défaut, c'est sa résistance à l'impact! Mon sandwich est fait d'une couche de biaxial de 450 gr de chaque coté de la mousse herex de 15mm. Et bien si on n'arive pas à "casser" un panneaux en tapant avec un marteau.. (normalement bien sûr!!) on transperce avec un tournevis. En CP même de 6mm je ne transperce pas, même si la première couche de fibre est abimée.
Ce n'est pas "grave", car j'imagine mal transpercer totalement la coque dans l'utilisation "normale" du bateau. L'abimer certe, mais l'eau ne s'infiltrera pas loin, la mousse étant à cellules fermées, et la deuxième couche de fibre réputée non fendue. alors je pense qu'au premier problème je finirai par mettre une couche de Kevlar sur les parties exposées.. pas maintenant car trop cher...

03 nov. 2004
0

Prendre des vis d'acier inox'
pour faire des coques.

Certains percent le bois trop large, comblent le trou à l'époxide, repercent une fois sec pour enfoncer la vis, en noyant la tête.

L'herex, cousin de l'airex, semble intéressant:

www.alcanairex.com[...]1_e.htm

Est-il recyclable?

31 jan. 2005
0

Question ... relance de fil !
Je viens de lire avec attention ce fil qui aurait pût être rebaptisé : les riques du CP stratifié.

Cela m'amène à me poser une question importante : si j'en crois vos remarques, il est extrémement hasardeux d'acheter un voilier en contreplaqué ou en bois moulé s'il a été stratifié ? En gros, faut pas ... non ?

Je suis très inquiet car après avoir navigué sur un Corsaire en contreplaqué (super impeccable), un Cornu classique (galère d'entretien mais super impeccable), je suis en train de reluquer une grosse coque en CP moulé stratifié (fameuse expérimentation Herbulot avec la série des Beaufort). ça craint donc ? de vraies mauvaises surprises en perspectives ?

Si vous avez un avis sur la question

31 jan. 2005
0

Question pour reprise du fil ...
Mais alors ... si ça craint de stratifier une coque en CP ou en bois moulé ... il serait donc extrêmement hasardeux d'acheter une coque d'occasion en CP et/ou bois moulé stratifié ? surtout si cette coque date des années 70/80 c'est à dire "au bon vieux temps du polyester" ?

Quelqu'un a-t-il un avis sur la question ?

... mieux vaut ne pas acheter de bateau qu'acheter un vieux machin pourri du dedans ...

31 jan. 2005
0

ça depend
hello,
si tu relis bien, il est dit que si la stratification a ete faite sur un cp NEUF et correctement (chantier competent) c'est sans soucis majeurs. ce qui est a craindre,ce sont des coques en cp qui, pour un raison ou une autre, ont ete stratifiees apres plusieures annees de navigation, là c'est les emmerdes quasi assurées.
que la coques soit d' 1980 ou de 2000, ne change rien au probleme.
bon vent
jpierre

31 jan. 2005
0

comme il est dit dans les contribs
si la strat est d'origine et faite par le chantier compétent pour renforcer la structure et étanchéifier, c'est très bien

si c'est fait après plusieurs années pour planquer la merde du chat

il faut se tirer ailleurs

amicalement

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Les enfants de la mer

Souvenir d'été

  • 4.5 (35)

Les enfants de la mer

novembre 2021