Sodium dans analyse d'huile

Bonjour à tous,
Je suis en cours de négociation pour acheter un fifty avec un moteur Renault de 55CV qui a 31 ans.
J'ai fais faire une analyse d'huile qui met en évidence une présence de sodium 20 fois supèrieure à normale, des traces de glycol et un peu d'eau.
Le moteur est à refroidissement direct sans circuit secondaire.
L'aspect de l'huile est normale (pas de mayonnaise), le moteur de fume pas, sauf un peu à très haut régime (un peu noir).
Je suis un peu perdu, comment expliquer ce niveau de sodium si élevé?
Merci d'avance pour votre aide.

L'équipage
20 juin 2009
20 juin 2009
0

Traditionellement...
bore = liquide de refroidissement

Ce qui est "surprenant" ici c'est la présence de glycol alors que le moiteur est à refroidissement direct.

Navigue-t-il dans un bidon de liquide 4 saisons ?
Plus sérieusement, as-t-il été hiverné avec de l'antigel ?
Si oui, quand ?
Les traces peuvent elles être, dans ce cas, les restes d'une fuite survenu moteur arrêté, durant l'hiver ?

Quelle est l'analyse formulée, comme c'est l'usage (et la justification du prix...) par le laboratoire ?

20 juin 2009
0

Oups...
lire sodium = liquide de refroidissement.

20 juin 2009
0

Sodium ?
N'est-ce pas simplement du sel ? :reflechi:

_/)

20 juin 2009
0

sel
Na Cl = chlorure de sodium, c'est ça ? ?

20 juin 2009
0

soupapes ?
Sur certains moteurs on retrouvait des soupapes refroidies au sodium.

J'ai toutefois quelques doutes sur le fait qu'une soupape en laisse échapper et que le moulin tourne encore.

Rolland

20 juin 2009
0

Glycol
Je pense que le glycol a été mis dans l'eau de refroidissement pour l'hivernage.
D'après l'expert que j'ai eu au téléphone le sodium serait du sel marin

20 juin 2009
0

z'auraient pas trouvé . . .
des traces d'hydrocarbures dans l'huile des fois ? ? ? ;-)

20 juin 2009
0

Le sel étant
extrêmement tenace, il est possible qu'il y ai eu un incident il y a longtemps, exemple :

Un catamaran équipé de deux Perkins Prima et d'un groupe électrogène a eu un jour un de ses moteurs noyé (rupture presse-étoupe). Le moteur a été nettoyé en atelier et a subi plusieurs rinçages.

Quelques années plus tard, après 1500 heures et quinze vidanges avec remplacement du filtre à huile, analyse de l'huile des trois moteurs à titre préventif...

Pour le moteur concerné : traces de sodium ! ;-)

_/)

20 juin 2009
0

l' annalyse d'huile est une bonne idée
en faire deux à quelques mois d'intervalle serait encore mieux, mais là comme il s'agit d'une expertise avant achat...

Ces moteurs ont des chemises humides, avec donc des joints d'étanchéité entre chemises et bloc: il est possible qu'un passage d'eau de mer se fasse par là, tout comme au niveau du plan de joint de culasse, ou encore....

En tous cas, au bout de 31 ans, il devient impossible de déposer les chemises avec un extracteur sans les casser... et toutes les pièces là dessus sont introuvables ou très chères.

Si le bateau te plait, pourquoi pas, mais il vaut mieux que tu te dises que le moteur entre dans le quatrième âge...

20 juin 2009
0

Quel est le risque?
dans mon cas, c'est à dire avec cette analyse et un moteur qui fonctionne correctement, pensez-vous que j'ai un risque d'incident grave si je prends des précautions d'entretien?

20 juin 2009
0

Le risque ?
Avec un moteur de cet âge, la possibilité d'ennuis graves dans l'avenir se situe entre 10 minutes et 10 ans... tout comme à la loterie c'est une question de chance... ou de malchance !

Perso, dans le même cas je me dirais que tant que le moteur tourne correctement ce sera tout bénéfice, mais en gardant à l'esprit la prévision financière d'une re-motorisation à neuf, la révision/réparation d'une telle antiquité étant un acharnement thérapeutique équivalent à un pansement sur une jambe de bois... ;-)

_/)

20 juin 2009
0

la position
stable d'un mobile est l'immobilité -&gt l'arret! ;-)

20 juin 2009
0

la position
stable d'un mobile est l'immobilité -&gt l'arret! ;-)

20 juin 2009
0

Y a un loup ...
Perso je regarderai le prix d'un moteur reconditionné (un neuf faut pas exagérer) et le déduirait de mon offre !

Bon vent à tous.

22 juin 2009
0

sodium dans l'huile
Les pétroliers ajoutent du sodium dans leurs huiles pour annihiler l'acidification. En effet acidité = corrosion des métaux.
Pour avoir une valeur réelle l'analyse doit être faite avec 2 échantillons: l'huile contenue dans le moteur et la même huile ( producteur, grade)neuve et l'on compare les résultats obtenus.
Seule l'analyse des différences permettra de se faire une idée relative de l'état du moteur
L'analyse d'une huile usagée donne des chiffres un point c'est tout.
André

22 juin 2009
0

Certes, mais
en principe, en envoyant l'échantillon il y a une ligne à remplir dans le formulaire indiquant la référence de l'huile... qui est probablement répertoriée dans la banque de données de tout labo sérieux ! ;-)

_/)

22 juin 2009
0

analyse d'huile
Les dérivés du bore sont couramment utilisés comme agent anti-corrosion dans les produits pour moteurs (huiles, antigels).
Le glycol quel type ? ethylène ou propylène quelle longeur de chaine : mono ou poly
Il y en a aussi dans les huiles pour modifier les propriétés des bases minérales.
Une huile minérale est une base pétrolière avec toutes sortes d'additfs (en ppm) qui sont détectés lors des analyses.
L'important c'est la teneur des différents éléments détectés en comparaison avec la même huile neuve.
Telles que pratiquées actuellement les analyses d'huile donnent bonne conscience aux différents intervenants d'une vente mais sont amha du foutage de g...
Bonne analyse
André

22 juin 2009
0

dédé !
merci de tes connaissances,
je m'coucherais moins bête ce soir ! ;-)

22 juin 2009
0

Ah bon ?
[i]Telles que pratiquées actuellement les analyses d'huile donnent bonne conscience aux différents intervenants d'une vente mais sont amha du foutage de g...[/i]

Curieuse affirmation : à l'époque pas si lointaine où j'utilisais systématiquement les analyses d'huile, tout comme mes collègues actuels, cette pratique n'a jamais servi "à vendre un moteur", mais à faire du [b]préventif ![/b]

Tout comme des milliers d'entreprises ayant à gérer des parcs de moteurs de propulsion, de groupes électrogènes, d'engins de travaux publics et j'en oublie, les analyses d'huile permettent de :

  • Gérer les cadences des vidanges suivant l'usage de chaque moteur.

  • De détecter une usure anormale par la mise en évidence de particules métalliques avant que ça casse !

  • Et même de mettre en évidence une mauvaise combustion qui peut être due autant à une pompe à injection défectueuse que simplement un filtre à air bouché !

Un exemple concret, deux petits groupes électrogènes de 225 KVA, l'un alimentant des bureaux et leur climatisation et l'autre alimentant une grue à tour :

  • Le premier fonctionnait avec une charge constante comprise entre 40 et 80% de charge : recommandation du labo, vidange toutes les 250 heures.

  • Le second qui alimentait la grue à tour fonctionnait avec une charge comprise entre 10% et 150% dans les pics d'intensité... recommandation du labo : vidange toutes les 100 heures !

Si les gens du labo sont des charlots, il va falloir m'expliquer : n'étant qu'un simple plombier, je ne demande qu'à apprendre... ;-)

_/)

25 juin 2009
0

a bon?
Bonsoir Tilikum,

Je suis en accord avec toi dans le cadre d'une gestion préventive d'un parc moteurs en usage industriel intensif.
Ce qui n'est pas le cas sur un navire de plaisance
Par exemple l'eau trouvée dans l'huile provient souvent de la condensation ( hiver -9°C, été + 32°C)due aux changements de température pendant le stockage (moteur à l'arrêt) et lors du fonctionnement (refroidissement après usage)
Pour le plaisancier moyen qui souhaite protèger son moteur, l'idéal est la vidange annuelle car il aura toujours une huile au top

Cordialement
André

PS : j'ai acheté l'année dernière un boat équipé d'un Yanmar 3GM de 1997. L'analyse d'huile = sodium + eau mais il tourne rond sans mayonnaise,sans fumée bleue ou blanche juste un peu noire lors qu'il est en surchage

23 juin 2009
0

Merci pour vos conseils
J'ai demandé au vendeur de changer l'huile moteur et de refaire l'analyse après 10h de fonctionnement en comparant l'huile neuve et l'huile usée. je pense que cette analyse sera plus fiable.

23 juin 2009
0

j'ai rencontré le même problème
en achetant un voilier l'année dernière: même stress devant ce chiffre de sodium :
L'analyse de l'expert était clairement une entrée d'eau de mer au niveau du joint de culasse.
On a alors montré le moteur a un bon mécano qui se respecte, et il n'a rien détecté d'anormal (pas de fumée blanche, pas de mayonnaise). On a finalement renégocié le prix de vente pour parer à l'éventualité de la panne et fait une révision.
1 an après le moteur tourne nickel et on croise les doigts.:-)

23 juin 2009
0

je suis pour que celui qui a un vieux moteur de bonne qualité le garde le plus longtemps possible
mais je ne conseillerai jamais d'acheter un vieux moteur de qualité moyenne avec des pièces introuvables comme c'est le cas de ce Couach

il vaut mieux considérer que la valeur de ce moteur est 0 et négocier le prix du bateau en conséquence

amicalement

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Souvenir d'été

  • 4.5 (155)

novembre 2021