Sécurité à bord

Lorsque l'on parle de sécurité l'on pense toujours "homme à le mer" ce qui heureusement est rarisime.Mais en n'évoque jamais l'accident,les brulures,les coupures, les entorses,les crises cardiaque ,les coups de soleil etc....En mer difficile d'etre secouru promptement et cet éloignement peut etre lourd de consequence.
Il me semble qu'a bord il devrait y avoir une personne ayant des notions de secourisme.Il parait qu'en France il n'y a pas assez de personnes ayant ses notions.
A mon humble avis (amha)celà fait parti de la longue liste du savoir du skippeur .Je ne crois pas me tromper que cet aspect des choses est souvent occulté.C'est bien de repecher un homme à le mer ou une femme mais s'il est en insuffisence respiratoire qu'en fait-on? on le regarde mourir!
José

L'équipage
18 nov. 2004
18 nov. 2004
0

a.f.p.s
formation aux premiers secours,

stage de deux journées chez les pompiers, ça te coute 50 euros

par contre je trouve que ça s'oublie extremement vite...

ils te laissent un petit manuel, à relire souvent !

18 nov. 2004
0

Lorsqu’on navigue

en solo, on a déjà peu de chance de se faire repêcher...
Quant à ce faire une ventilation artificielle ….
Une bonne chose en cas de bobos physiques est d’être ambidextre (zsans papatte, c'est pas évident) :-)

Mais vous avez raison un minimum de connaissance est indispensable principalement en des lieux peu fréquentés, et il existe différentes formations

pfffzzzz

18 nov. 2004
0

Je me permets de te reprendre
mon cher Jose.

Quand il s'agit d'une femme qui passe par dessus bord, il s'agit d'une fortune de mer au sens propre du terme et dans ces conditions il serait indecent de tenter tout repechage (j'ai meme entendu dire que certains tribunaux en avaient condamne a de lourde peine pour bien moins que ca)
Donc ATTTENTION ;-) ;-) ;-) ;-) ;-) ;-)

18 nov. 2004
0

Tu es sans pitié

Moi je recommende de foutre un coup d'aviron derriere le tête pour eviter qu'elle ne souffre.
L'on va se faire incendié .mais non mesdames vous qui me lisez , je dis celà parce que je vous adore.
José

18 nov. 2004
0

Non, pas la tête! Si!!! ;-)

Bien sûr qu'il faut avoir des notions de secourisme (et même un peu plus)
Mais, sans évoquer un bateau solide et bien entretenu tellement cela
semble évident, la première des sécurités, elle est dans la tête!
La plupart des accidents arrivent pour 2 raisons majeures:

  • Non-contrôle du stress, d'où mauvaises décisions au pire moment, sous
    l'influence de facteurs extérieurs cumulés qu'on n'a pas vu venir.
    Cas classique, dégradation progressive du temps qu'on ne "veut" pas voir,
    dépassement progressif des limites du bateau et de l'équipage, oubli
    d'une carte ou des piles de rechange pour le GPS etc, etc...
    Parfois le point de départ peut être une mésentente avec un(e) équipier(e)
    ou tout simplement quelqu'un qui panique à bord et pollue les autres.

  • Saturation des capacités mentales du fait d'une charge de travail
    excessive parce qu'inhabituelle et non prévue, pouvant résulter du stress,
    de la peur, des hésitations, des décisions contradictoires qui se bousculent
    dans la tête, dans une situation à laquelle "on préfère ne pas penser"
    (tornade, panne moteur au milieu des cailloux, voile déchirée) ou tout
    bêtement la première fois qu'on se retrouve la nuit dehors, ou qu'on perd
    la terre de vue, sans l'avoir vraiment voulu, etc

C'est pour cela que, amha, la vraie sécurité passe par:
- L'évaluation, au plus juste ses compétences, en les faisant progresser
sans outrepasser le raisonnable,
- La capacité, les yeux fermés, d'effectuer les manoeuvres les plus
fréquentes (je ne parle pas des surfs sous spi la nuit dans la brise,
on n'est pas les supermen du V.G)
- Pour se préparer au point précédent, l'analyse mentale des manoeuvres
classiques (virement de bord, prise de ris, prise mouillage moteur en panne
par exemple...) en les décomposant dans sa tête en une série d'opérations
simples mais parfaitelent coordonnées.
- L'entraînement à mémoriser les cartes ou au moins les points les plus
remarquables et les dangers qu'on va approcher,
- L'acceptation, après avoir posé longtemps son sac à terre, d'attaquer
son réentraînement avec la modestie du débutant,
- Mais aussi, quand on est plusieurs à bord, admettre que le plus expérimenté
prenne les décisions. Je sais que ce n'est pas dans l'air du temps, mais
en mer quand ça se gâte, il faut un chef à qui tout le monde fait confiance.
- Et bien entendu l'entretien de la forme physique afin de ressembler
encore à un apollon à 40 ans, 50 ans, 60 ans et même davantage... ;-)
Alors, on supprime 90% des risques.

Si, en plus, on sait faire sa propre météo avec le baro, le thermo et
l'hygro, et si on est fichu de naviguer correctement à l'ancienne
(non, non, je ne trolle pas sur le "sens marin" dont l'existence n'est
niée en général que par ceux qui en sont dépourvus!)
Alors, on réduit le coefficient "risque" à 2%. En sachant qu'on ne pourra
jamais faire mieux. Sinon, mieux vaut faire de la broderie. Encore que...
Une aiguille dans le doigt et hop! gangrène, tétanos, amputation... ;-)

Toute cette méthodologie, je ne l'ai pas inventée.
C'est ce qu'on enseigne aux élèves-pilotes, pour lesquels il y a tout un
module "psychologie, gestion du stress et relations humaines" au programme.
"L'élément le moins fiable d'un avion, c'est le pilote!" est-il courant de dire.
En bateau, c'est pareil! Le truc dont on doit le plus se méfier, c'est
le skipper! Parce que la machine humaine est faible, imparfaite, imprévisible
et que gérer son propre mental n'est pas toujours évident. Alors, que
dire quand on a tout un équipage?

--
christian.navis.free.fr[...]/

18 nov. 2004
0

Secourisme
Je suis assez daccord avec Calypso. Il m'est arrivé d'assister en "Live" a un triple tonneau sur route déserte et donc d'etre le premier a porter assistance au conducteur. C'est fou ce que l'on se sent impuissant quand on ne sait pas faire les bons gestes et que l'on a peur de faire les mauvais!!! :-(
Bilan, des la semaine suivante, stage pour le personnel de ma boite, moi y compris, sur le secourisme. Deux après midi. C'est tout simplement formidable. Mais c'est à réviser tout les ans car il est vrai que ça s'oublie.
Je me sens beaucoup mieux armé pour faire face à un pépin, même si evidemment, rien n'est acquis.
Je signale d'ailleurs que ce type de stage est obligatoire en entreprise (SST) et que si vous avez un CHSCT dans votre boite il suffit de s'y inscrire. Et on complete avantageusement avec une formation incendie, elle aussi obligatoire....

18 nov. 2004
0

J'ai reçu les deux formations
Que cite Yann.

C'est vrai qu'elles m'ont servi plusieurs fois et que finalement je suis heureux que mon entreprise me les ai offertes.

Diverses blessures, un infarctus (pas le mien), une crise de tétanie etc... J'avais eu les bons réflexes. Merci la formation de la CRAM.

Un début sérieux d'incendie chez mon voisin a été ainsi maîtrisé avant l'arrivée des pompiers grace aux extincteurs que je possède depuis ma formation incendie. On ne se rend pas compte à quel point cet investissement assez lourd pour un petit budget est utile et nécessaire.

Donc j'encourage tous ceux qui ne l'ont pas fait à se former sur ces deux points.

Alain

0

ISO 9001 pour plaisanciers
Christian Navis à tout à fait raison... d'ailleurs, je pense que tous ceux qui naviguent s'exposent à des poursuites pour conduite dangereuse, car il y a assez de normes qui régissent la sécurité, l'insubmersibilité, la capacité de survie, l'état des certificats du navire et de son équipage, la conduite du quart et les périodes obligatoires de travail et de repos pour assurer la sécuruié de tout le monde...

Heu, ah oui, revendez tous vos bateaux car c'est inapplicable en pratique pour la plaisance
:-p

18 nov. 2004
0

ISO ? vous avez dit HIZZ ET OH ?
Nom d'une reinette ! s'ils font des contrôles positifs à O,2 gr au large, on va être un paquet à rentrer à la nage !!!

18 nov. 2004
0

Accident de cuisine ...
Sur un bateau, l'erreur d'estimation du risque est la même qu'à la maison: c'est pas quand c'est dangeureux qu'on risque le plus, mais c'est dans l'exécution des tâches quotidiennes simples.

A la maison, c'est dans la cuisine qu'ont lieu l'immense majorité des accidents graves.

Sur un bateau, c'est probablement pareil, et la grande majorité des accidents graves n'auront rien à voir avec la navigation !

La principale différence entre maison et bateau, c'est surtout l'éloignement des secours ... pas tellement le type d'accidents.

18 nov. 2004
0

N'oublions pas
la fatigue non plus!
Il faut admettre ses limites et anticiper quand on commence à se sentir fatigué. La fatique est traitre. La fatigue peut déformer la perception et peut ainsi conduire à des prises de décision dangereuses.

Pareil pour l'alcool. Attention quand on boit un bon coup de rouge le midi (surtout quand il fait chaud!) et on navigue pendant/après. Et évidemment à proscrire complètement quand on fait une traversée qui nécessite des quarts.

Sinon j'apprécie beaucoup l'intervention de Christian Navis!

18 nov. 2004
0

a vaincre sans peril
on triomphe sans gloire
ou l'inverse je sais plus
c'est decidé mon prochain bord de pres je laisse les phares allumés
;-)

18 nov. 2004
0

Allo, maman, bobo....
Salut à tous,

Vaste sujet, Christian a bien parlé de la méthodologie qu'il faut avoir quand on fait une nav ou une simple ballade mais c'est comme dans tous les métiers, il vaut mieux être bien préparé pour éviter les "cagades". Mais au niveau physique l'accicent arrive toujours à l'improviste (sinon c'est de la mutilation volontaire = peloton d'exécution) aussi un AFPS est un plus , le 1er livre du Dr Chauve est aussi, malgrès son age, une très bonne source de solution; il faut égalament vivre avec son temps et les moyens de communication moderne qui vous permettrons quand vous êtes isolé de (peut être) vous sauver grace à la télémédecine. (Hopital Purpan à Toulouse)OK Cobra , tu va pas te faire une réanimation cardio ventilatoire en solo mais Bertrand Debroc s'est bien recousu la langue en ayant les infos par fax.

L'idée de Secouriste du travail est bonne car c'est l'équivalent de l'AFPS avec un recyclage obligatoire (payé par le patron)
Pour passer l'AFPS il y a aussi l'Association Départementale de Protection Civile, la Croix de Malte et Adrianna Karembeu.

Je suis également contre l'allumage des feux de croisement en bord de près ou même plein largue.

Enfin ce n'est que mon avis

Bon vent à tous

Athos / Roul / F31

18 nov. 2004
0

Formation et recyclage
je confirme que la formation de SECOURISME DU TRAVAIL est très valable pour les PREMIERES URGENCES, qu'elle ne côute rien à ceux qui sont en entreprise ( prise en charge sur o,8% obligatoire de la masse salariale dédiée à la Formation ) et que pour être efficace à long terme, il faut suivre les 4H de recyclage tous les 6 mois qui sont prévus par la réglementation.

D'ailleurs, ça me fait penser que j'ai passé la date et qu'il faut que je me réinscrive ! Merci pour ce sujet oh combien vital !

18 nov. 2004
0

Une question:
Etant donné que la population des plaisanciers est une population à moyenne d'age "relativement" élevée, que les risques cardiaques surviennent avec l'age, qu'au delà de 3 à 4 mn d'arythmie (plus de battement de coeur) le cerveau est irrémédiablement foutu, est ce que certains d'entre vous ont ils envisager d'équiper leur bateau d'un défibrillateur semi automatique ?

Il me semble qu'on en parle dans les canots de la SNSM, voire même peut être qu'ils ont déjà franchi le pas, suite à la perte par crise cardiaque de plusieurs sauveteurs en intervention.

Le risque d'arrêt cardiaque concerne aussi d'ailleurs les plus jeunes, puisqu'il représente le risque le plus important lors d'une hypothermie importante (ou si vous préférez, un gars tombe à l'eau dans l'eau froide, y reste 1/2H le temps qu'on le récupère, son coeur s'affaiblit à cause de la température, et quand on le remonte à bord, il est tellement content qu'il en fait un arret du coeur. Ce sont des situations qui se sont déjà produite).

Un bon défibrillateur semi automatique coute le prix d'un radar.

Pour ceux qui ne connaissent pas, un DSA est un appareil qui analyse le rythme cardiaque grace à deux electrodes posées par l'opérateur sur la victime, et en fonction de ce rythme, prend la décision ou non de passer en procédure de réanimation (plusieurs décharges électriques à 360 joules). Son utilisation est très simples, et on peut être formé à son utilisation lors d'un stage de secourisme.

18 nov. 2004
0

Juste une petite précision
La formation Sauveteur Secouriste du Travail est bien obligatoire mais n'est pas prise en charge légalement sur le budget des 0,8% formation, non plus que la formation incendie. (recyclage annuel sauf convention particuliere)C'est une obligation de sécurité du chef d'entreprise qui doit prendre ça en charge sur son budget de fonctionnement (au même titre que la formation des membres du CHSCT). J'aurais bien aimé, mais c'est la loi! (art 231 du code du travail )
Yann le patron :-(
;-) ;-)

18 nov. 2004
0

Quota SI... Quota NO...
Bonne précision Yann. Je crois d'ailleurs qu'il y a un QUOTA minimum en fonction de la taille de l'entreprise donc, si le quota n'est pas atteint: on peut demander !

18 nov. 2004
0

article R 241-39 code travail
normalement 1 pour 20 salariés

18 nov. 2004
0

arythmie
=rythme irréguliers plus ou moins lent ,et non pas heureusement plus de battement. :-p :-p :-p

18 nov. 2004
0

DSA

Le DSA n'est utilisable (en France) que par un nombre limité de personnes autorisées et comme nous parlions plus haut de l'AFPS : désolé il faut le CFAPSE ou l' AFPSAM avec la formation DSA.

Il est vrai que cet appareil est en train de prendre de + en + d' importance et va faire son apparition dans de nombreux endroits mais nous sommes encore loin de le voir en "libre service"

Athos / Raoul / F31

18 nov. 2004
0

Es tu sur Athos ?
Je te pose la question car j'ai entendu qu'à Hyère, une 10 aine de DSA serait prochainement implanté un peu partout en ville, pour une utilisation en libre service.

De plus, j'avais entendu également d'une possible modification de la réglementation en la matière, as tu des infos ?

Personnellement, autorisé ou pas, je pense que j'en aurai rapidement un à bord.

18 nov. 2004
0

C'est un peu long mais c'est la législation:
Décret no 98-239 du 27 mars 1998 fixant les catégories de personnes non médecins habilitées à utiliser un défibrillateur semi-automatique
....
Art. 2. - Les infirmiers, les masseurs-kinésithérapeutes, les secouristes titulaires du certificat de formation aux activités de premiers secours en équipe, les secouristes titulaires du certificat de formation aux activités de premiers secours avec matériel, les ambulanciers titulaires du certificat de capacité d'ambulancier ne sont habilités à utiliser un défibrillateur semi-automatique, tel que défini à l'article 1er du présent décret, qu'après validation d'une formation initiale et/ou d'une formation continue, délivrées dans les conditions définies par un arrêté conjoint du ministre chargé de la santé, du ministre chargé des armées et du ministre de l'intérieur.

Art. 3. - Les défibrillateurs semi-automatiques ne peuvent être utilisés par les personnes visées à l'article 2 du présent décret que dans le cadre de services médicaux ou de structures placées sous la responsabilité d'un médecin chargé de s'assurer de leur bon fonctionnement et de leur bonne utilisation.
....

Il est vrai que des DSA seront installer dans des lieux publics mais ce ne sera pas dans le style "briser la vitre" pour appeler; mais dans ces lieux une personne habilité sera présente.

Perso; j'ai fait la formation et bien que l'utilisation soit relativement simple il faut faire gaffe car le secourisme ne supporte pas l'a peu prés et dans ce cas la une vie est entre tes mains; et de + le DSA enregitre TOUTES les actions faites ....

Athos / Raoul / F31

18 nov. 2004
0

bientot pour tirer 3 bords sur l'eau il faudra
un cap d'électricien car il ya pas mal de pannes électriques sur les bateaux

un cap de mécano car les moteurs tombent en panne

un cap de voilier gréeur car nos grééments sont aussi sujet à des avaries

un cap de dentiste parce que j'ai parfois mal aux dents

un cap de médecin pour se soigner

un cap de pharmacien pour comprendre la pharmacie obligatoire sous pavillon français

un cap d'informaticien pour gérer la pharmacie du bord

un cap d'avocat pour s'expliquer avec nos chères autorités

un cap d'électronicien pour la maintenance des appareils qui sont toujours en rideau quand on en a besoin

un cap de barman pour arroser tout ça

il vaut mieux faire de l'avion, c'est beaucoup moins compliqué :-(

amicalement

18 nov. 2004
0

et CAP de psy?
pour les prises de tête avec les différentes règlementations?

18 nov. 2004
0

Athos tu as certainement raison sur le plan administratif sauf
que la vie du mec qui meurre dans la rue ou sur un bateau n'est déjà plus entre tes mains mais tu essaies seulement de la ramener entre tes mains et c'est déjà pas mal

alors le papelard qui autorise que, on s'en fout un peu dans ce cas là...

amicalement

18 nov. 2004
0

le problème ...
c'est le diagnostic ! Si on se gourre, on va peut-être provoquer avec le défibrillateur un arret cardiaque à un gusse qui est dans les pommes pour une autre raison moins tragique qu'un arret cardiaque :-(

18 nov. 2004
0

Aucun risque !
Le DSA analyse lui même le rythme cardiaque de la victime. Si le rythme est bon, pas de choc déclenché. Si le rythme n'est pas bon ou plus de rythme du tout, ça hurle à fond que ça va déclencher les watts et que tout le monde a intéret à se pousser !

En fait, pour en avoir utilisé, mon opinion que le seul risque est pour l'opérateur s'il laisse ses mains sur la victime ! Ou que la batterie soit vide !

Merci Athos, la modif de la réglementation que j'avais en tête, vient du fait qu'avant 98, les infirmières et les pompiers n'avait pas le droit d'utiliser un DSA.

Cependant, la vie en mer étant bien différente d'à terre (quand y'a personne, y'a vraiment personne !) je pense que je ne poserais pas de question quant à son utilisation ! Comme dit JP, quand le mec est mort, on ne risque pas de le tuer plus, et le fait que le DSA enregistre tout est plutôt fait pour me rassurer. Ceux que j'ai utilisé étaient des Laerdal, et je n'y ai pas vu de possibilité de se tromper (y'a qu'a suivre les consignes et ça braille plutôt fort !)

A terre, c'est différent, on est tenu d'appeler des secours en premier, même si on est secouriste.

0

oups, pas tout à fait...
plutôt pour les prises de tête HeOtrolliques zissi
;-)

18 nov. 2004
0

Restons sérieux,

si vous devez compter sur les deux après-midi de ce type de formation pour vous sortir d’un pétrin, vous avez intérêt à faire ’investissement de quelques cierges on ne sait jamais...

Je parle d’expérience pour y avoir envoyé suffisamment de monde (législation oblige!) :-(

Jadis, les formations de la Croix-Rouge sur deux ans étaient quand même plus sérieuses! Maintenant, j’ignore l’évolution de la chose... à vous de voir

De toute façon, si vous sortez des sentiers battus, vous avez bien un esculape pour vous mettre sur la voie non ?

pfffzzzzz

18 nov. 2004
0

les cierges c'est pas mon truc
Par contre, un massage cardiaque et bouche a bouche, arreter une hemorragie ou desobstruer une trachée (ça je l'ai fait sur ma gamine qui s'etoufait) je crois que c'est sans problème et cest simplement pendant ces stages que je l'ai appris.
Dans l'entreprise voisine, une salariée a ete sauvée apres arret cardiaque par ses collegues suite a un stage de secourisme. Je ne dis pas que c'est la panacée, mais je pense qu'il vaut mieux l'avoir fait que le contraire. Après, In'ch Allah :-)

18 nov. 2004
0

CAP
Ne pas oublier de passer le C.A.P.de milliardaire pour payer tout ça...

18 nov. 2004
0

A l'époque,
Les cours de la croix rouge était gratuit :-)

pfffzzzz

18 nov. 2004
0

Pour abonder dans le sens de Christian

Il est vrai qu'un stage ne permet pas de se considerer comme secouriste patenté mais celà permet d'eviter au moins de faire des conneries.Mais à mon sens et celà compte plus que tout ,celà permet d'etre bien dans sa tête et alors l'on a toute les chances de prendre la bonne decision au bon moment.Simplement le faite d'avoir été averti à travers un stage ou une formation permet de mieux apprehender un probleme et alors l'on risque bien moins d'etre depassé.
Pour ma part j'avais suivi une formation de surveillant de baignade.Celà m'avait permis d'etre plus à laisse dans l'eau et de suivre cette formation se secouriste .
José

19 nov. 2004
0

CAP (1 de +)
Opticien ébeniste

Pour faire des lunettes de chiottes

Athos / Raoul / F31

19 nov. 2004
0

charcutier -zingueur aussi c'est pas mal
car on peut travailler dans les pays musulmans où il pleut très rarement et ailleurs où il pleut beaucoup +

amicalement

19 nov. 2004
0

DSA encore
Intéressant...
Mais personne n'a évoqué le prix d'un DSA...

D'autre part, le DSA c'est bien, mais s'il s'est déclenché (après avoir gueulé "attention écartez-vous" effectivement, mais c'est très pratique à bord d'un bateau étroit), la réa du bonhomme ne s'arrête pas là ! Le DSA ne pas pas lui poser de perfusion, de l'oxygène, une ch'tite IV de Lidocaïne, etc...
Toutes choses qui ne sont d'ailleurs pas présentes dans la fameuse liste de médocs qui vous faisait hurler sur un autre fil ;-)

Bref, une afps c'est mieux que rien, doublé de bon sens ça fonctionne encore mieux, et vogue la galère ! :-p

Désolé de vous ôter vos illusions, mais amha un arrêt cardiaque à moins de 2 minutes d'un secouriste ET moins de 30 mn d'une équipe SAMU, c'est pas un arrêt cardiaque, c'est un mort...
Ceci en mer, mais aussi à terre (où c'est beaucoup plus fréquent).

Va bien y'avoir un pompier ou un confrère qui va m'incendier, là :-(

20 nov. 2004
0

afps ...
c'est quoi, ça ?

:-)

Pour le reste, je suis assez d'accord, bien que je ne sois pas médecin. Au delà d'un certain seuil de pronostic vital, un amateur à mains nues, même instruit, ne peut plus grand chose.

20 nov. 2004
0

afps
= attestation de formation aux premiers secours.
1er niveau de formation de secouriste, décrite plus haut dans le fil.
Ca prend 3 jours, organisé par la croix rouge, la croix de malte, les pompiers, etc... On peut aussi en bénéficier dans certaines entreprises par le biais du CHSCT (comité d'hygiène sécurité et conditions de travail).
Et on doit pouvoir trouver des cours théoriques on ze ouaibe.
Spécial Diaoulig: y'a une bonne équipe de secouristes croix rouge à pont l'abbé ! Demander Maryse aux urgences de l'hopital. En plus je crois que c'est une voileuse elle aussi ! ;-)

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Calme Norvège

Souvenir d'été

  • 4.5 (99)

Calme Norvège

novembre 2021