SE METTRE D'ACCORD SUR L'UTILISATION DU VENT APPARENT OU DU VENT REEL OU DES 2

Post type, faut réduire à 15 nds 18 noeuds 20 noeuds, même si on peut souvent déduire, reste parfois un doute. Je pense qu'il serait utile de préciser si c'est le vent réel l'apparent ou les deux!
Commentaire perso : souvent le proprio regrette qu'il faille réduire à 15 noeuds ou peut être moins. ce n'est pas une vertu absolue de tenir toute la toile très longtemps. Sauf bateaux très raides et très typés comme les contessa, she 36 ça dénote plutôt des bateaux sous toilés.
Faut aussi préciser, bateau chargé, lège, équipiers au rappel.
Je commence, sur Little Wing, quand j'avais encore l'anémo, tout dessus, jusqu'à 18 noeuds apparent au prés serré (12 ou 13 réels mas o meno), solo, sans rappel, sous pilote Autohelm 2000. Ensuite si petite rafale, le pilote commence à peiner ou va en butée.
Avec bon barreur même sans rappel ou 1 personne, 20 noeuds apparent.
dans les 2 cas , gite prononcée , c'est normal
voila

L'équipage
12 déc. 2011
12 déc. 2011
0

Je réduis très tôt, un ris dans la GV, (18 nds apparents , 13à 14 nds réels au près), le bateau ne va absolument pas moins vite, et la vie est plus agréable à bord.

12 déc. 2011
0

A mon sens, réduire en fonction du vent apparent est un peu risqué et aléatoire car on peut se trouver à 7 noeuds au grand largue avec un courant de 3 noeuds au cul, ce qui fait que le vent apparent a presque 10 Nds de moins que le réel. Au moment de lofer pour une raison ou une autre on risque d'être surpris et que ce soit assez rock 'n roll pour prendre le ris.

Mais bon... mon exemple est peut-être trop caricatural.

Et à propos : réduisez-vous plus vite au près (donc restez-vous plus longtemps tout dessus au largue), ou non ?

12 déc. 2011
0

non, ton exemple n'est pas caricatural, il m'est arrivé d'être sur un long bord de vent arrière en trimaran (il n'y avait pas d'autre route possible), avec 25 nds de vent vrai, je marchais à 12-15 nds, vent apparent 10 nds, j'avais pris 2 ris pour le cas où j'aurais eu à loffer.

12 déc. 2011
0

Les voiles ne voient que le vent apparent .

C'est le capitaine qui décide de réduire et dans quel ordre .

Cela dépend du bateau, du vent, de la mer, du cap, du pilote ou du barreur, des voiles, ... .

De nuit on réduira plus tôt .

Si on peut, on commencera par déborder et aplatir la GV.

A 20° de gite certaines carènes sont au mieux, d'autres se vautrent sans avancer .

Conclusion : pas de règles générales .

12 déc. 2011
0

16/18 apparent GV sous le vent bordée plate a 20 réduction parce que ça devient très inconfortable et pas du tout rentable en terme de vitesse et de cap, j'ai un très bon pilote (ST 600 calculateur S2 avec gyro déporté verin sur secteur)mais un constat à mon niveau il ne sert a rien de s'obstiner à garder tout dessus une réduction a partir de 18 permet de garder du confort et maman a bord.
Salut Papy salut à toi Jean ravis de t'avoir rencontré au salon a un de ces jours sur l'eau

12 déc. 201112 déc. 2011
0

après 15° de gîte c'est invivable ,perso c'est le gitometre qui décide si je dois reduire et la dureté de la barre .mon amnemo est toujours sue le vent apparent .
quand j'avais un grément marconi je jouais sur tout pour ne pas giter ,applatir la gv ,la barre d'ecoute ,le chariot de génois ,mais finalement si on ne veut pas defoncer ses voiles il vaut mieux reduire .
il n'y a pas de force de vent déterminante c'est la marche du bato qui compte
pour la securité il faut porter la meme surface au portant qu'au prés ..
alain :reflechi:

13 déc. 2011
0

utilise un clinometre, c'est plus joli et plus français.

12 déc. 2011
0

Les contributions d'Alien et Rachid vont dans le bon sens , c'est le vent apparent qui décide , mais aussi le bateau + l'allure + les voiles etc ... cela s'appelle le sens marin .

12 déc. 2011
0

pas vraiment d'accord! Le vent apparent n'est qu'une conséquence du vent réel, non?

Lorsqu'on trace des abaques, c'est bien ce vent réel qu'on prend en compte.

Qu'ensuite, en course, au portant, on s'autorise le ris de moins, est un choix fréquent, ce qui n'en fait pas un choix plus marin.

12 déc. 2011
0

c'est pourtant bien le vent apparent qui agit sur les voiles et fait avancer le bateau, je ne vais pas apprendre ça à un Dragonly-iste ?

13 déc. 2011
0

d'ailleurs, sur un multi justement, au vent portant, si tu ne prends un ris qu'en fonction du vent apparent, tu vas vite finir par cabaner, car avec 30 Kts de vent réel, tu vas avoir 15 de vent apparent, et donc tout dessus.......

12 déc. 2011
0

je me susi mal expliqué ce qui m intéresse, c'est pas en gennral ce qu il faut faire pour "depowerer" un bateau, je ne trouve pas le verbe francais
mais sur votre type de bato !

12 déc. 2011
0

bien sûr, mais ce vent apparent n'est qu'une résultante, non?

on dira multi-cokyste :-)

12 déc. 2011
0

Bonsoir (je ne vois pas la contribution de Rachid !)
je n'ai pas d'anémo .... et on m'a toujours appris (comme pour la voiture) d'avoir la toile de prés (comme la vitesse de montée)
A partir de là en vent arrière ou largue je garde la toile comme si je devais remonter au vent et je le fais at pifum (çà c'est pour Pierre)
Amitiés
Gilles

12 déc. 2011
0

sujet basique et pourtant extremement interessant, tant chacun apprend son bateau de cette maniere, en se disant, ouuiiie il aurait fallu reduire, ouuie et maintenant ?
Le vent relatif est aussi le vent que l'on ressent, et c'est finalement ce qui nous interesse, parce que c'est le fun,
mais c'est la ou on se fait pieger, ou pas,

comme cet ete, 2 grands bords de Corogne a Camarinas, au grand largue avec tt dessus (le vent augmente l'apres-midi par ici), et le vent qui monte monte, et la vitesse du vieux Romanee qui grimpe grimpe,
et mes gamins qui me disent, ben, on est bien comme ca en fait (ayant deja eux-mm fait le calcul du vent reel, soit un petit 30kn),
et mm qu'on surfe presque (faut pas rever),
mais bon 8kn de moyenne, on avait pas encore connu, chacun son ressenti ...

bon, qd on a du remonter dans la Ria vers Camarinas, c'etait plus chaud, bon ben on a reduit ...

donc en effet, reduire vers 18kn relatifs au pres, c'est mieux !

12 déc. 2011
0

bonjour
comme dit le vent apparent n est qu une resultante , moi je me fie qu au vent reel , tu peux te trouver au portant ou vent arriere avec un vent apparent presque nul si ton bateau est rapide
Au portant on peut porter plus de toile c est sur , mais faut faire Gaffe si le bateau loffe , la c est plus pareil et peut etre tres dangeureux
Comme dit aussi , portant ou pres , je porte la toile en fonction du vent reel
A+
jean marc

12 déc. 2011
0

ma question porte plus sur le près que le portant, j 'ai navigue il y a plus de 10 ans sur un voilier qui avait le vent app et le evnt reel, cool.

mais faut deja interfacer des trucs que je n'ai même pas !

12 déc. 2011
0

beaucoup sont apparemment dans le vrai !

13 déc. 2011
0

pas de règle unique, c'est tellement différent d'un bateau à l'autre, de ses possibilités de réglage, de la gniac de l'équipage.

trois règles de base tout de meme,

1) c'est la barre lorsqu'elle est trop lourde qui dicte le moment ou il faut réduire
2) oublier cette idée que si tu réduis, t'es un lache
3) le sens marin, c'est observer et faire avant,

13 déc. 2011
0

pour ce qui est du choix du vent, apparent de préférence, c'est celui qui fait effectivement avancer le bateau.

enfin pour la mesure de la vitesse du vent, il suffit d'observer la mer (sauf les nuits sans visibilité, ok ;-).

j'en profite pour vous en raconter une rigolote et vraie de l'été dernier.
un amis a des voisins de pontons, fortunés, venant du moteur, propriétaire d'un magnifique cata de 42 pied flambant neuf pour faire le trou du monde comme ils disent.

ne sachant pas naviguer, ils nous ont expliqué qu'au début de l'été, ils avaient appris à régler les voiles et le pilote en mode vent, persuadés qu'une fois ce réglage fait, il n'y avait plus qu'a attendre l'arrivée de l'autre coté.
tranquille, ils ont mis 42 h pour faire marseille calvi, une chance qu'ils aient trouvé la corse ;-)))

13 déc. 2011
0

C'est caricatural mais le mode "vent" au pilote a du bon sur un cata. Quand la vitesse est assez sensible à l'angle au vent, certes tu jettes un oeil sur le VMG mais il est difficile de barrer constamment aux penons. Le pilote fait cela bien mieux, surtout la nuit. Après, il ne faut pas être que con, on s'adapte, surtout en Meditérranée où le vent change souvent.
Vent apparent, vent vrai... c'est le bateau qui décide. Mon premier ris est à 18nd de vent apparent au près et réel au largue. Si la mer ne tape pas, on peut aller un peu plus loin. Après, sur un cata, il y a les haubans qui peuvent tirer la gueule si trop de toile. Comme il n'y en a que 2 (+ l'étai), on évite. Tout l'art de naviguer au près (pourquoi c'est si souvent le cas?) consiste à trouver un bon compromis entre la route, les voiles et la vitesse pour bien passer et ne pas planter des pieux.

Côté, vent vrai, il faut avoir un bon speedo en plus d'un bon anémo et encore, on obtient un vent "surface" qui ne tient pas compte des courants.

13 déc. 2011
0

Je ne fais pas 8 nd au près avec ce vent là. Mon cata est un bateau de voyage avec panneaux, annexe 15ch, dessal, et matériels divers dont pas mal d'outils. A 18 de vent apparent, vu l'angle au vent et ma vitesse, j'en ai 15 en réel. Je prends généralement un ris quand le hauban sous le vent commence à devenir mou et que le rattrape-mou est nécessaire. Le gréement est réglé. étonnant, non?

13 déc. 2011
0

un ris à 18 Kts de vent apparent au près?

Si i y a 12 Kts de vent, tu avance à 8 Kts ce qui donne un vent apparent de 18 Kts pour un angle de remontée de 45°.

Tu prends donc un ris avec 12 Kts de vent réel!!!

13 déc. 2011
0

Ben pour ma part, les haubans sous le vent sont tjrs mous. A moins d'avoir un pieu en guise d'espar, en 45 ans de navigation (J'exagère; j'aivais pas de haubans sur mon Opti), et sur les 7 bateaux que j'ai usé, il en étai(t) toujrs de même.
C'est un gros cata que tu as?

14 déc. 2011
0

Ce bateau est extrêmement sensible au poids, c'est évident ce qui demande beaucoup de rigueur dans son équipement.
Mais tes chiffres sont vraiment faibles.
Avoir des haubans mous dès 15 Kts de vent mérite de les reprendre un peu, je pense. Mais dans tous les cas, ne devrait pas être un critère pour ariser.
Prendre un ris à 15 Kts de vent économise le matériel évidemment, mais ne permet pas de laisser un tel bateau s'exprimer. Un choix très raisonnable.

13 déc. 2011
0

En tant que débutant je dirai que je pense "apparent du près" au portant comme au près .... ainsi pas de mauvaise surprise surtout au portant, si départ au lof, ma voilure est adaptée, sauf si je barre et que j'ai l'écoute de GV en main, là je porte un peu plus de toile, si je cherche le "surf".

13 déc. 201116 juin 2020
0

Pour ma part, je suis partisan de réduire avant que les conditions ne soient trop "dures".
Je n'ai pas de ris "automatiques" sur mon vieux ketch et, par expérience, un voilier qui gîte trop n'a jamais très bien marché (et a souvent rendu malade son équipage).
Pour ce faire, j'avoue que l'anémomètre qui affiche le réel et l'apparent est une aide précieuse à la décision et les équipages qui se sont succédés à mon bord ne sont jamais venus se plaindre... sauf peut-être du degré alcoolique des punchs servis.
De plus, c'est plus facile de larguer un ris quand le vent faiblit que d'en prendre un quand il forcit et que la mer se forme. Que ceux qui n'ont jamais encaissé un grain subit avec tout dessus au grand largue me jettent la première manivelle de winch!
Pour info, je suis un plaisancier pépère et non un "bouffeur d'écoute"... et la météo est pour moi la première préoccupation en navigation.
Mais, comme dit le proverbe:
"il n'y a pas de bons marins qui naviguent, il n'y a que des vieux marins qui rentrent au port..." :-D

13 déc. 201113 déc. 2011
0

Le vent apparent est une résultante du vent réel et du vent vitesse.
Au près: vent apparent = vent réel + vent vitesse.
Au portant: vent apparent = vent réel - vent vitesse.

Exemple simple et caricaturé.
Avec par ex 20knd de vend réel et une vitesse de 10knd, c'est 30knd de vent ap au près et 10 knd de vent ap au portant.
On est au portant,ca serai un peu dommage de porter la toile pour 30knd au près alors que l'on a 10 knd d'apparent au portant.
Un départ au lof n'est pas méchant si il est contrôlé...mais annonciateur d'un changement de vent ou de mer...c'est peut être à ce moment là qu'il faut réduire ou garder la surface mais en équilibrant autrement.

De mémoire (peut être mauvaise) les cahiers des charges constructeur de la voilure à porter sur les bateaux est indiquée au vent apparent pour la charge autorisée.

Pour la question du début, au près. La bonne marche de son bateau dépend de la forme de celui ci. On voilier doit giter pour réduire sa surface mouillé, mais si le barreur abat en permanence et a du mal à tenir le bateau par moment, cela implique que le gain de vitesse que procure la gite est contrecarré par le frein que génère le safran...
C'est à ces moment là que la décision de réduire ou pas doit être prise.
Est ce juste une survente passagère ou une tendance à venir.
Réduire si ça mollit plus tard, c'est dommage. Ne pas réduire si ça forci c'est dommage aussi.

Et dans tout ça...on ne parle même pas de l'état de la mer. Être sous toilé dans une mer formé peut être très dangereux.

Jean mar'

14 déc. 2011
0

Tu es faché avec la trigo? c'est 30 nds marseillais après les pastis.

JJ

13 déc. 2011
0

A mon sens, il y a un facteur + important que le facteur vent réél/vent apparent: L'état de la mer; sauf si vous avez tous de grosses unités, le comportement (vitesse et confort) du canot est surtout dépendant de la mer et jouera davantage sur le choix de réduire ou non.
A 20nds de vent réél, mon petit tri marchera au largue à peu près à la même vitesse et remontera au vent avec un vent apparent de 30 nds; et dans les 2 cas, j'aurai tout dessus si la mer est belle.
Par contre, pour le même vent avec un mer courte et hâchée, je réduirai pour que la structure ne soufre pas trop; donc plus que l'estimation du vent réél, c'est l'état de la mer que je surveille.

13 déc. 2011
0

Cata:
Sur mon Belize, je garde presque toujours le vent reel affiche, le seul juge de paix quelle que soit l allure
Je prends un ris a partir de 20 22 noeuds de vent, ceci fonction de l etat de la mer
Le meilleur cap s obtient sous pilote en affinant degre par degre
Contrairement a une idee generale, sur ce type de bateau, il est bcp plus facile de prendre un ris que de le renvoyer (poids de la voile)

Sur mon Rorqual 44, concu pour etre en permanence gite, je prenais egalement un ris vers 20 22 noeuds.

Donc, il est difficile d extrapoler, tout depend du bateau et de la mer.

Et tout ceci en solo, en equipage, on peut garder de la toile plus longtemps.

Par ailleurs, nos conditions meteo sont particulieres, on a un vent regulier disons de 20 noeuds et puis ca monte a 25 dans un grain qui ne durera que 5 10 mn.

Je me souviens avoir navigue avec un manchard sur son 12 m qui voulait prendre un ris par 15 18 noeuds de vent a l approche d un grain, je l en avais dissuade avec raison, je crois.

RV

0

en fait le vent reel n'existe pas puisque c'est le vent apparent qu'on prends sur la gueule ! :-)

13 déc. 2011
0

ben qq fois, on est au mouillage et dans ce cas, c'est bien le vent réél qu'on surveille avant de p... par dessus les filières.
blague à part, quand je suis passé du mono au multi, il y a un truc que j'avais pas calculé : finie la navigation à poil ou en T-shirt; maintenant, c'est minimum veste polaire voire veste de mer; foutu vent apparent !

13 déc. 2011
0

bsr,
quand vous n'avez pas d'anemometre vous faites comment ?????j'ai appris a calculer le vent reel en fonction du cap et du vent apparent ce que fait parfaitement une centrale
je ne me suis jamais occupé du vent reel ,j'ai toujours adapté la voilure en fonction du vent apparent en direction et en force pour moi le reel c'est bon pour les meterologues .
pas pour les marins .
garder de la toile au portant ok pour la regate mais pas our la croisiere , on defonce les voiles et en cas de problemes avant de pouvoir remonter au vent ,c'est pas gagné .
donc aucun interet .
alain

13 déc. 2011
0

sans anemo, pas de problème : j'ai perdu le mien en Irlande Ouest, et continué vers les Hébrides, retour en Bretagne, je m'en suis très bien passé, on apprécie facilement la force du vent, juste en regardant la mer et le comportement du bateau.

13 déc. 2011
0

oui, et c'est bien la preuve ("en regardant l'état de la mer) que tu prends la décision par rapport au vent réel, bien qu'à bord tu ne ressentes que le vent apparent.

13 déc. 2011
0

Pour ma part, j'ai jamais eu besoin d'anémo (même pas d'une girouette). Comme déjà dit, la notion importante, mais basique et connue de tous, c'est qu'il faut se méfier du calme apparent tout le temps que l'on navigue au portant; donc tu as raison, seul compte le vent réel. Pour autant, le choix de la garde robe avant le départ s'appuie par exemple sur le vent réél.

Quant à défoncer les voiles au portant, heu, je pense pense qu'avant ça on mettra la cabane sur le toit. On use aussi prématurément les voiles au près, par exemple en naviguant choqué parce que trop toilé; au portant, il faut juste faire attention au raguage sur les haubans ou BdeF.

13 déc. 2011
0

Hello à tous,
Je ne sais plus où j'avais trouvé ça... qu'en pensez-vous ?
Par 30 noeuds de vent apparent un voilier devrait porter 50% de la voilure totale déployée au près.

Le tableau présenté ici fournit des valeurs indicatives à partir d'une surface de voilure établie au près (donc sans comptabiliser les spinnakers, gennakers et autres boosters en Nylon léger). Bien qu'approximatifs, les pourcentages indiquent un ordre de grandeur valable pour différentes forces de vent apparent. Ils montrent par exemple que, par brise inférieure à force 3 (soit moins de 10 noeuds), le bateau peut porter toute la toile disponible.
Au dessus, et jusqu'à force 7, il faut réduire la surface d'environ 15 % pour chaque degré Beaufort supplémentaire, 30 % pour les forces 8 et 9, et 50 % au delà.
Force du vent apparent / Réduction par degré Beaufort / Surface résiduelle
<= force 3 (1 à 10 nœuds) / néant / 100%
force 4 (11 à 16 noeuds) / -15% / 85%
force 5 (17 à 21 noeuds) / -15% / 72%
force 6 (22 à 27 noeuds) / -15% / 61%
force 7 (28 à 33 noeuds) / -15% / 52%
force 8 (34 à 40 noeuds) / -30% / 36%
force 9 (41 à 47 noeuds) / -30% / 25%
force 10 (48 à 55 noeuds) / -50% / 11%
force 11 et + (> 56 noeuds) / -50% / 5%

Perso je n'appréhende la valeur du vent réel que pour anticiper une valeur de vent apparent lors d'un changement d'allure...

A+
DD

14 déc. 2011
0

J'en pense que tout cela est très théorique. A ce niveau, on fait des math et plus trop de la voile. Certes, c'est la base pour calculer une force vélique mais dans la pratique, il faut tenir compte de bien d'autres paramètres, état de la mer, comportement du bateau selon chargement, capacité du barreur et/ou du pilote, qualité du gréement et des voiles, rafales ou pas...
Je me suis pris un coup de vent soutenu à plus de 40 noeuds. Je n'étais pas fier avec un génois enroulé au 2/3, voire 3/4 de sa chute et qui oscillait bizarrement au portant, quel que soit le réglage. J'ai fini par tout rouler et attendre que cela passe. La GV au 3eme ris tirait la gueule sur le hauban, ce qui m'inquiétait, et je ne pouvait plus rien y faire sauf à mettre les moteurs, remonter au près et tout rentrer dans un super rodéo. J'ai joué petit.

14 déc. 201114 déc. 2011
0

Totalement d'accord avec toi Piep... Il s'agit d'indications à considérer avec d'autres éléments (état de la mer, équilibre du voilier...)
Pour ce qui concerne un Evasion 34 (sous toilé) je commence à "enrouler" à 25nds apparent alors qu'en respectant ce tableau je devrais déjà être à 60%
Bien sur je suis plus prudent au portant...

14 déc. 2011
0

par force 99.

13 déc. 2011
0

1er riz entre 15 et 20 noeuds (dépends aussi de l'état de la mer) sur mon triton. Un mat de 10m avec un bôme de 4m ça commence a faire pour un canot de 8m66...

13 déc. 2011
0

Ca m'a toujours fait rigoler, les copains qui arrivent au ponton en disant, soit on a eu 30 noeuds, soit Force 8. En apparent, peut-être.

Encore que l'avantage de surveiller le vent réel et non l'apparent est surtout i,ntéressant aux allures portantes. On est toujours surpris quand, bien confortable par vent de travers ou petit largue, on se met à remonter au vent et là, grosse surprise....

RV

14 déc. 2011
0

Sur Virginia, ce sont les indications du vent apparent et l'état de la mer qui m'informent de la conduite à tenir. D'ailleurs, je me suis toujours demandé ce que pourrait m'apporter l'indication du vent réel à l'anémo, même si j'en ai une petite idée.
Je réduis vers 16 N (apparent) en solo mais avec de bons équipiers, je peux attendre un peu plus. Je n'ai jamais eu à naviguer avec des vents de F7 (apparent), donc mes 2° et 3° ris n'ont jamais été utilisé. Mes nav sont toujours calées avec la météo.
Cordialement.

14 déc. 201116 juin 2020
0

Des posts précédents, il me semble que l'on ne tient guère compte du voilier. Certains tableaux ou conseils sont totalement théoriques .

Pour ma part, au portant, jusqu'à 30 nds réels, c'est Solent et GV entière et au portant Spi lourd et GV entière. Vous l'avez compris, il s'agit d'un bon monocoque.

A 40 nds réels, au portant, la GV seule entière fait parfaitement l'affaire.
(Photo sous spi à 32nds réels, et sous GV à 42 nds...)

14 déc. 2011
0

J'apprécie le "vous l'avez compris, il s'agit d'un bon monocoque" :+)
Sans vouloir concourrir à celui qui à la + grosse, je navigue moi aussi avec GV haute et Génois avec 30nds de vent réel; la seule différence, c'est qu'au reaching, sur mon canot à 3 coques, on peut ajouter 15 nds pour le vent apparent..
ps : Je vois bien une photo, mais pas de spi. tout au plus un gennak ou un assy?

14 déc. 2011
0

le but du fil c'était d'étalonner les bateaux (raides pas raides, tolérants) pas les capitaines, bien sur qu'on peut naviguer à l alimite ou juste au dessus mais ce qui m'intéressait c'est le max normal sous pilote pas sophistiqué sans équipiers au rappel

sinon sur santana 22 aussi, 50 % de lest, même en solo on tient 30 noeuds apparent voire 35 et à 40 il est temps de rentrer

www.hisse-et-oh.com[...]tana-22

santana22.com[...]photos/
à nouveau produit suite à la demande !!
www.wdschock.com[...]s22.htm

14 déc. 2011
0

Ben oui, sur Jod ou Gd Surprise, on a tout dessus jusque 30 nds reels au pres.

RV

14 déc. 2011
0

Bonjour Viking
Je vois que sur la photo tu as un equipié(capuche jaune)
un peu dans les choux
:mdr: :mdr: :mdr:

Le Moko :pouce:

14 déc. 2011
0

"Je vois bien une photo, mais pas de spi. tout au plus un gennak ou un assy?" Bien vu Tribal, nous avons un spi assy de 135 m2 quand même...

Il est évident qu'avec un catamaran de même taille, compte tenu de la mer, par prudence, j'aurais été sous deux ris et nous aurions été en moyenne moins vite.

Pour Le Moko: Quand à l'équipier qui était une équipière, ce n'était pas dans ses habitudes.

15 déc. 201115 déc. 2011
0

dommage, dès que tu parles de muftis, tu généralises. Il y a en multi des fifties, des bateaux rapides et des bateaux de courses. Tu ne ferais pas la même chose sur le mono dont tu parles et sur un évasion, non?

J'ai souvenir d'une descente en cata, 40 Kts de vent AR, GV à un ris, genois complet, 18 Kts de moyenne sur 4 heures, pointes à 25....
En famille avec deux petites filles relax sous pilote

Une autre fois, toujours avec le même équipage, début de nuit 30 Kts de vent, au passage de la Corogne de retour vers LR, GV haute plus spi qui explosera après quelques heures......

Et bien d'autres encore

15 déc. 2011
0

autre exemple ici qu'on trouve sur le fil du charter à l'étranger:

nirvanalocation.com[...]dua.wmv

14 déc. 2011
0

sur mon contessa 35, c'est selon l'etat de la mer et de fatigue du skipper. Le bateau étant lester à + de 50% je peu tenir tout la toile (75 M2) jusqu'à 20 / 22 noeuds de vent apparent au près a 33° de ce vent, mais la barre est dure et j'ai 25 à 30 ° de gite et je marche à 7, 7,5 noeuds. Cela va un petit temp, notamment pour une sortie à la journée ou en régate mais en général je reduis d'un tiers le génois ou passe sous trinquette et gv entière à partir de 15 à 17 noeuds de vent apparent, je garde le même cap, la vitesse descend à 6,5 , 6 noeuds, mais la barre est très équilibrée et la gite reviens à 20, 25°, ce qui est beaucoup plus agréable. Selon l'état de la mer, je choisi soit de réduire la gv en premier ou le genois pour garder de la puissance en cas de gros clapot comme on en a souvent en manche. En tout état de cause c'est d'abord l'équilibre à la barre qui dicte le moment de réduire après avoir utilisé toutes les possibilités de réglage.

Au portant, c'est également le comportement de la barre qui m'indique si je dois réduire ou pas, dès qu'elle devient lourde il est temps de réduire car mon vieux plan IOR est étroit du cul et donc ce n'est pas la peine de garder trop toile sous peine de roulis rytmique particulièrement inconfortable. Je vise plus une vitesse constante que les pointes au surf, en croisière c'est ce qui compte le plus.

Pour jeanlittlewing, je ne trouve pas que mon contessa soit sous toilé, 75 M2 de toile pour 6,5 tonnes donne déjà un bon rapport poid puissance, et par petit temps le bateau démarre à 7 8 neoud de vent apparent et marche à 5 noeuds.

14 déc. 201114 déc. 2011
1

EH OH J'AVAIS SPECIFIE DANS MON POST INITIAL

Sauf bateaux très raides et très typés comme les contessa, she 36 ça dénote plutôt des bateaux sous toilés.
donc tu réduis à peu prés comme nous, possible de tout porter jusqu'à 20 / 22 noeuds de vent apparent mais plus logique de ne pas dépasser 18 noeuds.

cette faculté des bateaux bien lestés même étroits de supporter les surventes reste en effet un atout précieux en régate ou en croisière côtière pour passer un cap ou autre.

depuis avril nous n'avons pris qu'un ris, je n'y étais pas, Force 7, mer forte, 1 ris, genoa lourd à 150 %, ils ont battu le record du bateau sur un surf s'entend à 14 noeuds.

14 déc. 2011
0

Bonjour,
Pas mal, ton tableau Blueye. Sur mon Bepox (7m, 1100kg), je retrouve à peu près la même chose:
de 3 à 8 noeuds réel, je porte GV (28 m2) + genak (32) soit 60m2
de 8 à 13, GV (28) + genois (18) soit 46m2 (75%)
de 13 à 16, GV (28) + grand solent (15) (70%)
de 16 à 20, GV 1 ris (24) + grand solent ou GV (28) et petit solent (11) (65%)
de 20 à 24, GV 1 ris (24) + petit solent (11) (60%)
Au delà, je préfère ne pas sortir, le clapot de la Gironde étant très difficile à négocier avec un bateau ayant aussi peu d'inertie
A noter quand même que la voilure d'origine se limitait GV (28) + petit solent (11), et il était donc possible de naviguer tout dessus jusqu'à 20 noeuds.
Avec la voilure de petit temps (considérable compte tenu du poids du bateau) je commence à bouger avec 3 noeuds de vent, je suis à 3 noeuds avec 4 de vent... Normal qu'il faille réduire très vite.
En réalité, ces valeurs sont des valeurs max, à moduler en fonction de la mer et du cap (je réduis un peu plus tôt au près qu'au travers)

14 déc. 2011
0

Jean Jacques,
Ce n'est pas "mon" tableau... j'avais glâné ça sur le net... Comme tous les posts de ce fil semblent le confirmer, il n'y a pas de règle stricte... Chacun fait en fonction des perfs de son bateau, de l'état de la mer (où de la rivière couleur marron... tu as un MP sur le sujet :litjournal:) ou de ce que les équipiers ont dans le pantalon... :-D
A+
DD

14 déc. 2011
0

Autant pour moi j'avais mal interprété tes propos, mais j'apprécie tellement mon bateau que je suis, comme beaucoup de propriétaire,un peu réactif lorsque un semblant de critique pointe le bout du nez. Mon contessa a ,comme d'autre bateau, des défauts, mais quel plaisir de faire du près avec un bateau pareil dans un bon force 5 à 6.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie...

  • 4.5 (107)

mars 2021