Saxo 226... nouvelle jeunesse

Voilà, c'est fait... je suis l'heureux propriétaire d'un joli Saxo 226 produit par Kirié en 1996.
Le bateau est plutôt bien équipé, mais voilà 10 ans à tremper sa coque dans l'eau douce ont eu raison de lui... A la sortie d'eau pour valider l'achat la surprise fut moyenne... pire qu'un allemand après une journée au soleil de la cote landaise. Des cloques de la taille d'une pièce de 2 euros par dizaine. Mais bon après une inspection approfondie, ça me semble pas si critique. Décision est prise, il vaut la peine qu'on lui redonne une seconde jeunesse. Je me propose donc juste de partager cette expérience et de lire vos commentaires toujours utiles.

Pour bien commencer, je vous passe les détails du transport, mais en tout cas je ne remercierai jamais assez Xavier de TEC 33 pour son professionnalisme, sa disponibilité et ses conseils.

Donc au programme des travaux : Traitement curatif osmose, contrôle complet de la dérive, remplacement des plexi des hublots, rafraîchissement de la cabine et un bon coup de Karcher. Car même si le bateau à 20 ans, le pont et l'accastillage sont dans un état proche du neuf. Pas une fissure, pas un choc sur le pont et les œuvres mortes... Son ancien propriétaire en a pris soin.

Maintenant que le saxo est dans la cour de la maison, il faut traiter ce problème d'osmose. En avant les recherches sur le forum H&H et hop, un décapeur thermique et une bonne spatule plus tard le travail commence. C'est long, très long mais le résultat est super propre, la chaleur fait éclater les bulles, même les non visible. Pas de risque pour le stratifier, la température du décapeur est de 600°c maxi. Par contre il faut s'équiper, les copeaux sont chaud, les vapeurs pas sympa (masque à cartouches et lunettes). Après 2 jours à 4h par jour (oui il faut gérer les enfants aussi), il me reste le bordé de fond à terminer. Ouf, j'hâte! Sur la photo on voit les 1er essais, le résultat s'est améliorer ensuite... Ensuite, rinçage, neutraliser l'action de l'acide, rinçage etc etc jusqu'en mai.

La suite au prochain épisode.

L'équipage
06 déc. 2017
06 déc. 2017
0

Bravo, c'est un joli bateau !

07 déc. 201707 déc. 2017
0

J'ai aussi eu à faire travailler Tec 33 au mois de Fevrier dernier. Il m'a aussi fait un super travail.
Concernant le bateau, j'ai aussi è peu près le mème travail que toi sur mon bateau. On pourrait se rencontrer ( j'habite à Eysines ).
Ou est ton bateau actuellement ?
Bernard ( je t'ai envoyé un MP )

07 déc. 2017
0

Bonjour Vendesir,

Mon bateau est au Barp (gironde). Pour ce qui est du décapage c'est long car il faut le faire vraiment correctement. Il ne doit plus rester une trace de gel coat pour permettre un bon séchage et une bonne élimination de l'acide contenu dans le stratifier. Après le décapage thermique, je prévois un ponçage complet grains 50.
C'est le vice de l'osmose, il y a les bulles de surface bien visibles et celles microscopiques plus en profondeur. Il faut impérativement en évacuer un maximum avant d'appliquer une nouvelle barrière epoxy sans quoi le travail sera à refaire plus tard. AkzoNobel propose un document très bien fait à ce propos.
Je pense également qu'il faut associer au rinçage une neutralisation de l'acide (voir osmose pour les novices sur H&H).

07 déc. 2017
0

on peut rincer avec de l'eau additionnée de bicarbonate de soude .
si ça mousse c'est que c'est efficace et l'odeur d'acide acétique est caractéristique .
l'idéal serait de pouvoir le coucher d'un bord sur l'autre pour travailler presque à plat
alain

07 déc. 2017
0

oui, tout ça est fait. C'est le plus dur.
Plus qu'à attendre le printemps ( mon bateau est à Roses en Mediterranée. )

27 fév. 201827 fév. 2018
0

Le chantier avance... la coque est débarrassé de son gel coat, la fibre respire. Cette méthode avec le décapeur est super efficace, mais c'est long long long... et ça flingue les bras.
La température m'incite pas à faire des rinçages à grande eau, mais c'est prévu au programme + le traitement de passivation décrit dans l'article HEO.

Je profite donc de cette période sans travail la coque pour chercher les meilleures solutions de traitement.

Je prévois un ponçage complet des œuvres vives, puis l'application d'une barrière epoxy et antifouling pour finir.

Et là, je fais appel à vos expériences respectives : Gelshield_Plus ou interprotect? Le prix au kg n'étant pas tout du le même!!! Ou autre marque, jusqu'à présent j'ai souvent utilisé les produits International avec une grande satisfaction.

Merci d'avance à tous pour votre aide.

23 mar. 2018
0

Bonjour à tous. Bon je vois que mon questionnement ne suscite pas un enthousiasme débordant... je me débrouille.

Mais je retente avec une autre question. Qui a déjà démonté une dérive sur un saxo 226? Elle est couverte de concrétions, je veux vérifier son axe et remplacer le bout de relevage. Mais avant de me lancer (elle pèse son poids la bête), j'aurais aimé étudier le plan ou schéma de montage.

Merci pour votre aide.
Gaël

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Encore la pluie...

Après la pluie...

  • 4.5 (151)

Encore la pluie...

mars 2021