Sauvetage. Leur voilier se retourne : deux plaisanciers hélitreuillés devant l’île de Ré [09-02-2020]

Dimanche 9 février, deux plaisanciers défient le mauvais temps devant l’île de Ré… et se retrouvent vite en grande difficulté. Leur voilier se retourne. Heureusement, un témoin à terre aperçoit la scène et donne l’alerte. Malgré les conditions très difficiles, Dragon 17, l’hélicoptère de la Sécurité Civile de Charente-Maritime, parvient à les hélitreuiller trois quarts d’heure après le déclenchement des secours.

l'article complet:
voilesetvoiliers.ouest-france.fr[...]e117f41

la conclusion:
Ne sortez pas en mer dans la tempête, les vies des sauveteurs aussi sont en jeu !

Dans le cadre de cette opération, la Préfecture Maritime de l’Atlantique rappelle qu’un bulletin météorologique spécial pour la façade Atlantique a été émis par Météo France et invite les usagers de la mer à la plus grande prudence en évitant au maximum les sorties en mer. La Préfecture rappelle à toutes fins utiles que « sortir en mer avec ces conditions météorologiques très dégradées, c’est mettre sa vie en danger ainsi que celle des sauveteurs en mer amenés à intervenir en cas de problème. » (Source Préfecture Maritime de l’Atlantique)

y en a qui osent tout!

L'équipage
10 fév. 2020
10 fév. 2020
0

Il serait intéressant d'avoir la taille du bateau.

10 fév. 2020
0

Dériveur, bon, on ne sait pas quel genre.
En tout cas, les Baleineaux, c'est une zone que j'ai toujours considéré comme à surveiller.

10 fév. 202010 fév. 2020
22

Dans ces cas particuliers ou sortir en mer malgré les informations TV, la consultation du bulletin MTO sur son ordinateur ou portable et au port relève d'une forme de déni ou de mise en danger d'autrui ne devrai pas être pris en charge gracieusement.
L'état ou la collectivité devrait réagir à ce genre d'inconscience, de la même façon que de faire du hors piste alors qu'on prévoit de fort risques d’avalanche en montagne.
Il devrait y avoir présentation d'une facture, à minima.
Sans esprit polémique.

10 fév. 2020
2

Je me faisais la même réflexion sans l'exprimer ici pour ne pas réveiller les trolls de service, mais maintenant que tu l'as dit...

Effectivement, sortir par ce temps, c'est de la c¤nner!e. Je l'ai eu fait en planche à voile, mais sans la mer du vent (par tramontane) et en prenant soin d'avoir toujours pieds.
Sinon, si j'avais du être secouru, j'aurais trouvé normal de recevoir la facture.

Mon avis sur la question : tu sors avec un BMS, c'est pour ta pomme.
Attention, ne me faites pas dire ce que je ne dis pas : je parle ici de plaisanciers, et je ne parle pas des gens qui se trouvent coincés dans le mauvais temps, je parle de ceux qui vont le chercher.

10 fév. 2020
1

tout à fait d'accord ...

10 fév. 2020
0

et c'est l'assurance qui paie ,non, une amande ,conséquente .
alain

10 fév. 2020
2

Et aussi une amende (en plus de l'amande... ! ! !)

10 fév. 2020
1

Faut pas en vouloir à Alain, il attaque l'apéro !! Je pense que la frayeur servira de leçon.

10 fév. 2020
18

Au digestif, il aurait proposé une prune.

10 fév. 2020
1

bizarre cette histoire de chavirage car il n'y avait pas beaucoup de vent sur la rochelle/ré dimanche matin ... 25nds maxi mais dans les rafales ... et plutôt 15 nds moyens et vent de sud; ou alors, c'est un cata de plage ?

10 fév. 202010 fév. 2020
2

Il n'est pas précisé de quel type de dériveur il s'agit.

Effectivement, si ils sont sortis en plein dans le gros temps annoncé, c'est de l'inconscience.
Par contre, si il y avait 15 nds avec rafales, ils voulaient peut être juste aller pas loin avant le gros temps? dans ce cas c'est autre chose, il faut se garder de condamner sans savoir.

Une chose est sure c'est que le gros temps était annoncé partout, c'était difficile de l'ignorer ...

Les remorquages par la SNSM sont déjà payant (pas le sauvetage des gens, mais le remorquage du bateau), qu'en est il pour un sauvetage en hélico? Peut être que les assurances peuvent payer aussi? (c'est une vraie question)

10 fév. 2020
0

"y en a qui osent tout!"
Comme disait Audiard les ..... çà osent tout.

10 fév. 202016 juin 2020
6

@janyc, oui même y en a qui commentent sans trop savoir...

A midi, 17,8 noeuds, si il faut absolument tous être au bistrot à ce moment-là, on va pas user les combinaisons !!! Surtout qu'ils étaient dehors dans la matinée... Donc à priori moins de vent !

Voiles et voiliers qui annoncent force 6/7 en fin de matinée ! Euh, en très grosses rafales ? Une seule pointe au-dessus de 30 noeuds dans la matinée, une seule...

Bon, possible qu'il y ait un problème tout autre que la météo, la voile est un sport mécanique...

Enfin, si c'est Dragon17 qui y est allé, il restait encore le Guépard. Les hélicoptères ne sont pas tout à fait équivalent, ni même les équipages (armée et sécurité civile...).

10 fév. 2020
18

Bonjour,

dans l' article, ils parlent de F6 à 7!
Je suis désolé mais sortir par force 6 à 7 en dériveur pour un équipage entraîne n' est pas de l' inconscience!

Après, un dessalage peut arriver, çà fait même partie du "jeu", mais si l' équipage est compétent, il n' y a aucun problème.

Je note aussi que c' est quelqu' un sur la côte qui a donné l' alerte et non l' équipage, qui gérait peut-être bien la situation.

A vous lire, je me demande jusqu' à quel point certains sur Hisséo ne souhaiteraient une interdiction de sortir en mer passé F4, lamentable.

J' aimerais bien connaître la "version" de l' équipage, sur qui presque tout-le-monde tire à boulets rouges.

Gorlann

10 fév. 2020
5

Je me sens obligé de défendre la liberté. On nous la bouffe de partout et il y en a qui en redemandent des lois et des réglements....! ! !
Sans avoir fait d'enquête perso, quel est le pourcentage de sorties des moyens de secours beau temps Vs mauvais temps ? Sans doute une grande majorité puisqu'il faut bien y inclure toutes les interventions estivales. A quand les matelas pneumatiques avec balise et radeau survie ?
Un équipage débutant partira par beau temps un "peu trop loin" (?) et ils vont dessaler, normal ils apprennent.
Allez y, pondez des "réglements usine à gaz" où des technocrates inventeront "tous les cas de figures" (rires).
Bien sûr que l'inconscience est criticable. Mais certains "inconscients" seront portés aux nues parce qu'ils auront traversé l'Atlantique à cloche pied sur la girouette.
Bravo aux sauveteurs.
Cdt
Yves

10 fév. 2020
2

je pense que le problème est le fait de sortir volontairement alors qu'un avis de tempête est annoncé depuis une semaine; même si les conditions sont encore maniables, si il y a le moindre problème en mer, cela risque d'être très amplifié avec les conditions météo qui se détériorent très rapidement, donc mise en péril des sauveteurs. Il n'y a pas des avis comme ça tous les jours ni toutes les semaines.

10 fév. 2020
2

Salut Gilles,

il me semble que l' avis de tempête n' était pas pour l' Atlantique mais pour la Manche et Mer du Nord.

Si a chaque fois que je suis sorti en dériveur en hiver dans la brise un promeneur avait donné l' alerte suite à un déssalage, j' aurais un nombre assez impressionnant d' heures de vol en hélico!

Avec mon Fireball, la fréquence de déssalage à partir de F5 est de 2 à 3 par heure, avec une fois sur deux chapotage, mais ce n' est heureusement pas un problème.

Après, mon dériveur datant du début des années 70 et n' ayant pas (plus) la rigidité des Fireball récents, je me limite à F6 par peur de casse mécanique, mais avec n' importe quel 420 en bon état, F7 c' est l' extase!

Toi qui fait de la moto, pour comparaison, la croisière c' est rouler en BM ou Goldwing, et le dériveur dans la brise c' est tourner à Carole avec une bécane de course!

Gorlann

10 fév. 2020
7

vous êtes sérieux???

d'un côté, vous parlez de navs dans le gros temps et après vous tirez sur des mecs qui sortent avec tout juste 15 noeuds sur la côte??? sans intension de partir au loin??

on ne sait rien et on cause...

et effectivement, vous connaissez la météo, non?
on ne reste pas figé sur une météo 1 semaine a l'avance!
la météo était claire, sur zone, rien de méchant!
et ce n'est pas parceque les médias se sont emparés d'un catastrophisme habituel sans discernement que vous, marins, devez faire de même!
si je regarde chez mois (nord Gironde donc à deux pas) on a du avoir à tout casser 10 noeuds avant midi et 15/20 dans l'aprèm (et encore, je pense même bien moins) et quelques rares rafales plus tard dans la nuit vraiment pas bien méchantes non plus, en suivant la météo, tout cela était bien annoncé au fur et à mesure des jours qui passaient (et même une semaine avant, il était déjà annoncé un passage très nord, Irlande, Manche, Nord Bretagne).

En tous cas, ça regrette le "bon vieux temps" mais ça voudrait règlementer dans tous les sens pour économiser sur sa prime d'assurance... c'est vraiment skyzophrène je trouve!

10 fév. 2020
1

Bla bla bla , je ne sais rien mais je dirais tout sans torture.
JJ

10 fév. 2020
0

Ce n'est pas parce que l'on ne sait rien qu'il faut fermer sa g...

10 fév. 2020
0

Avec des mauvaises conditions de nav vaut mieux naviguer sous le vent de l'ile !

10 fév. 2020
2

Pas sûr car sous le vent de l'île, on a alors du vent de terre qui fait que plus on s'en éloigne, plus on se met en danger (vent plus fort, retour de plus en plus difficile).

11 fév. 2020
0

Un véliplanchiste secouru à l’entrée du chenal de Lorient

La sortie en mer a viré à la belle frayeur ce lundi après-midi. Un quinquagénaire s’est retrouvé en grande difficulté après la casse de son matériel.

Le véliplanchiste était parti de Kerguélen, braver le vent violent et les vagues. Il a cassé son matériel et s’est retrouvé au large, en grande difficulté, sans moyen de communication ni de signalisation. Son camarade qui naviguait à ses côtés est rentré donner l’alerte. À 15 h 30 ce lundi, le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (Cross) Etel a alors engagé les secours, la vedette SNSM du pays de Lorient et un semi-rigide de la marine nationale. Le véliplanchiste, un quinquagénaire, a été récupéré sain et sauf, à 16 h 30, à l’entrée du chenal de Lorient. L’Officier de communication du Cross explique qu’il y avait un bulletin météorologique spécial, avec des vents de force à 7 à 8, présentant un danger pour la navigation. De là un appel à la prudence en cette période de tempête.

source: www.ouest-france.fr[...]6730403

11 fév. 2020
5

Et si on parlait de ceux qui déboitent sans clignotants ou doublent à droite sur l'autoroute ?

14 fév. 2020
1

Et ceux qui restent sur la file de gauche en permanence ! !!!😢😢😢😢

11 fév. 2020
2

Un Étaplois verbalisé au Crotoy pour avoir ignoré les risques liés à la tempête Ciara

Pour avoir fait fi des risques liés à la tempête, neuf personnes ont été verbalisées au Crotoy lundi et ce mardi. Dans le lot se trouve un Étaplois.

« On n’était pas au courant », réagit cet habitant de Feuquières-en-Vimeu, alors qu’il a été ramené sur la terre ferme par les pompiers, au Crotoy, ce mardi 11 février. Avec un comparse, un habitant de Favières âgé de 55 ans, ils ont été secourus depuis leur hutte.

L’alerte a été donnée vers 13 heures par un témoin. Les pompiers, en reconnaissance pour la submersion marine (pleine mer à 13 h 30), se sont immédiatement rendus à ladite hutte.
Dix-sept pompiers mobilisés

Les deux chasseurs ont d’abord refusé de suivre les pompiers, argumentant qu’ils vérifiaient si la hutte était bien arrimée avec les vents violents. Les gendarmes, conscients des risques météorologiques actuels, ont exigé qu’ils reviennent à terre.

Un premier équipage a convaincu le Feuquièrois ; un second, avec plus de mal, l’habitant de Favières. Cette opération a mobilisé 17 pompiers, la police municipale et les gendarmes.

Les deux chasseurs ont été verbalisés d’une amende de 38 euros dans le cadre d’un arrêté préfectoral, Dans la foulée, quatre kite-surfeurs ont été aussi été verbalisés par les gendarmes au Crotoy.
Arrêté en vigueur jusqu’à vendredi

Lundi vers 14 h 30, deux surfeurs et un véliplanchiste – l’un d’Étaples et les deux autres de Saint-Brice-sous-Forêt (Val d’Oise) – ont aussi été verbalisés d’une amende de 38 € alors qu’ils s’adonnaient à leur sport favori en pleine alerte météo, et malgré un arrêté municipal interdisant toute activité nautique sans exception.

Celui-ci est en vigueur jusqu’au vendredi 14 février, 10 heures.

source: www.lavoixdunord.fr[...]tempete

12 fév. 2020
1

Lundi vers 14 h 30, deux surfeurs et un véliplanchiste – l’un d’Étaples et les deux autres de Saint-Brice-sous-Forêt (Val d’Oise) – ont aussi été verbalisés d’une amende de 38 € alors qu’ils s’adonnaient à leur sport favori en pleine alerte météo, et malgré un arrêté municipal interdisant toute activité nautique sans exception.

Alors là c'est vraiment n'importe quoi .. si on se prend des prunes pour ça ..
De quel droit sortir un arrêté municipal ? Franchement. Quelle époque triste.

Et les maires devraient se méfier, parce que la prochaine fois qu'un blaireau a un accident de planche,kite,surf ou autre, il se retournera contre le maire qui n'avait pas interdit la pratique donc il ne pouvait pas savoir que c'était dangereux !

12 fév. 2020
2

Nul n'est sensé ignorer la Loi et enfreindre la Loi est punissable. Et la liberté individuelle est relative. Ne pas oublier que porter secours à une personne en danger, dans la limite de ses moyens, est une obligation légale qui s'impose à toute personne témoin ou avertie d'une autre en péril, la non assistance étant punissable. Donc volontairement se mettre en danger implique éventuellement la possibilité de mettre en danger aussi ceux mis dans l'obligation de vous secourir.
La sanction financière ou la juridisation d'un comportement à risque ne peut que se développer.

14 fév. 2020
5

Nul n'est censé. .....
Comme façon de penser il n'y a pas plus c.....!!!!
Car vu les milliers de loi qui existent dans notre belle France personne pas même les juges ne peuvent connaître les lois c'était bon quand le code civil en contenait une cinquantaine. ...

12 fév. 2020
4

Certains sports comme la planche (funboard) ne peuvent etre pratiqués qu'à partir de 15 noeuds.
Car sortir de l'eau en waterstart pour remonter sur sa planche à moins de 15 noeuds c'est presque impossible.Tout dépend des surfaces de voiles bien sur mais avec des tailles normales c'est comme cela.
Et donc cela se pratique uniquement avec du vent.
Peut etre interdire à force 9 ou 10 pourquoi pas mais pas à force 7.c'est la base de ce sport!
Autant interdire ce genre de sport alors.

14 fév. 2020
3

Pour ce qui concerne la baie de Somme

Les arrétés sont clairs et ils ne sont pas respectés. tant en ce qui concerne la zone de pratique pour les sports nautiques qu'en ce qui concerne les sorties pédestres dans la baie.

Le problème c'est que la période actuelle cumule les facteurs de risques
- Successsion de tempètes (et non de grands frais) avec la mer du vent qui va avec
- grandes marées et alerte vagues-submersion, c'est à dire des courants puissants et dangereux, et des déferlantes sur les remontés de fonds nombreuses et changeantes
- période hivernale: eau très froide et journée courte.

La baie peut être dangeureuse et c'est un lieu mal aisé pour les secours. Il n'y a qu'un petit canot semi-rigide. Il y a eu un drame récemment dans des conditions beaucoup plus maniables.

Les locaux peuvent se laisser prendre par habitude, les visiteurs par méconnaissance.

Honnétement faire de la planche ou du kite dans ces conditions c'est peut être interdit mais c'est surtout imprudent... les perturbations ce n'est pas ce qui manque chez nous, un peu de patience ne nuit pas, le règne de la Gopro ne doit pas conduire à sortir quand les conditions sont les pires possibles, avec en bout de ligne des risques pour les bénévoles de la SNSM

14 fév. 2020
0

Bien dit Tiktak.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer