Sans tambour ni trompette...

Ils ne font pas que de la figuration:
www.meretmarine.com[...]cle.cfm
Bien joué.

L'équipage
26 oct. 2008
26 oct. 2008
0

Coup de chapeau...
... au passage pour les commandos marine qui procèdent à ces interventions !
A+ Sergio

0

oui
:pouce:

0

non tout le monde s'entend bien
pour la chatte c'est une bouée ! ;-)

26 oct. 2008
0

Hé Pierre !
Tu as toute cette ménagerie à bord en permanence ? Le chat, c'est une bouée ou un pansement que l'on voit ? Il n'y en a pas un qui essaie de bouffer l'autre ? :-D
A+ Sergio

26 oct. 2008
0

Il me semble ...
... qu'ils ne font qu'accomplir, comme il se doit, la mission pour laquelle ils sont employés, non ?

C'est une mission utile, qui nécessite certainement de nombreuses qualités et qui doit être difficile, mais c'est leur métier, qu'ils ont choisi et pour lequel ils ont été formés.

Quelle drôle d'époque que celle qui distingue ceux dont le mérite est simplement d'accomplir leur travail.

Ne pas faire son travail serait donc l'(absence d')activité normale ?

:reflechi:

26 oct. 2008
0

Non.
Je ne suis ni compétent, ni capable de réaliser leur travail auquel je n'entends rien, que je respecte par principe comme tout ce qui m'est étranger, mais qui est, dans son essence même, contraire à mes convictions profondes.

En revanche, ces basses besognes sont, malheureusement inévitables dans le contexte dans lequel notre monde a été placé.
Du coup, le travail de ces personnels trouve naturellement sa place et sa justification.

Je suis heureux, que ces personnels aient pu trouver dans cette fonction leur épanouissement et je suis satisfait que les administrations à mon service (en qualité de contribuable à 6 chiffres) aient eu les moyens de leur permettre de montrer l'efficacité pour laquelle ils ont été recrutés, mais je ne suis pas admiratif de ce genre d'activité et je réserve mes mouvements de couvre chef à des missions plus humanistes mettant en jeu l'intelligence et l'empathie, plutôt que les démonstrations de puissance (je préfère négocier un réglage de mes voiles, plutôt que de pousser une manette de gaz).

Tout celà ne retire rien, bien sûr, à la qualité des hommages, en tous points respectables, qui peuvent leur être rendus par ailleurs.

26 oct. 2008
0

Moi ?
Mon métier.
Si mes Client sont contents, ils me payent et me redemandent, si mes Clients ne sont pas contents, ils me payent, mais en faisant la gueule, et ne me redemandent pas.

Ils considèrent, ce qui me semble normal, que le signe de gratitude qu'il se sentent obligé de m'adresser est le règlement de la rémunération contre laquelle j'ai accepté d'accomplir ma mission.

Jusqu'à preuve du contraire, la rémunération est une compensation "pour solde de tous compte" du travail travail effectué.

Il me semblerait tout a fait souhaitable que, dans le cas d'un travail minimum, la rémunération le soit aussi. :-)

26 oct. 2008
0

Il faut manger pour vivre et non pas vivre pour manger.
A mon sens, la principale attente est pouvoir s'exprimer en travaillant, ce qui, en effet, va induire automatiquement un reformatage de son travail autour de soi, donc une reconnaissance implicite de son rôle, confirmé par la rentabilité pour l'entreprise et les revenus.

Mettre en place ce point de vue, impose de reconsidérer le rôle du dirigeant qui devra accepter d'être à la tête d'une entreprise protéiforme, évoluant au gré des personnalités des collaborateurs au lieu d'une machine de type germano/soviétique, rigide et planifiée.

En pratique, l'efficacité est décuplée, mais le dirigeant doit se monter animateur et non plus directeur. Les mentalités sont réticentes à ce genre de révolution.

En ce qui concerne les personnels militaires, comme pour les boulangers, les cantonniers ou les ministres, ils exécutent leur travail, qu'ils embrassent avec leurs avantages et leurs servitudes, selon leur choix.

En ce qui concerne les mirlitaires, il me semble que le rapt qu'était, à l'époque, la conscription, à été aboli. Il ne s'agit donc que de personnes responsables ayant fait, en toute connaissance de cause un choix. Le fait d'assumer ce choix avec ses servitudes, fussent-elles vitales, ne regarde qu'eux.

Pour finir sur ce sujet qui est en effet très éloigné de la chose nautique, il est clair que je ne choisirais jamais un tel travail, considérant ses risques et son manque d'intérêt, à mes yeux, sans aucune commune mesure avec le revenu ou les satisfaction qu'il pourrait me procurer.

Ces gens font un métier qui peut être rude, parfois, ennuyeux souvent (je serais curieux de connaître la charge de travail moyenne des personnels de nos corps d'armée). Ils bénéficient, en revanche d'autres avantages qui représentent à leurs yeux une compensation satisfaisante et aux miens le coup de chapeau que tu évoques.

26 oct. 2008
0

Tout à fait d'accord avec toi !
Coup de chapeau quand même non ?
A+ sergio

0

ah bon pym !
parce que ces derniers temps de la part de certains corps de metiers (certains)c'est plutot le service minimum, et toi tu fais quoi ?

26 oct. 2008
0

Je me souviens d'un séminaire sur le "management"...
... nous avions dû "brainstormer" sur les principales attentes des collaborateurs. Tout le monde avait répondu : "Un bon salaires", "des primes" etc...

En fait non, la principale attente de quelqu'un qui travaille est LA RECONNAISSANCE de son travail, le salaire est certes important, mais il vient après...

Alors pour des gens dont on ne parle jamais et qui risque leur peau sans jamais la ramener, un p'tit coup de chapeau, ça ne mange pas de pain... hein Patrick ?

Bon, je me rends compte que nous sommes loin de la voile et des voiliers...

A+ Sergio

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Juin 2012, Minorque Est, Luc et son œil de posson

Souvenir d'été

  • 4.5 (83)

Juin 2012, Minorque Est, Luc et son œil de posson

novembre 2021