Rupture du génois par grand vent 35-40-45noeuds ?

Bonjour, cher matelots

J’ai lu sur le forum une discussion intéressante d’un matelot sur la navigation au génois seul.

(Lien de la discussion : hisse-et-oh.org[...]-genois )

Ma question : Pour un génois standard (Entre 1500 et 2500euros pour un bateau de 9m), à quelle force de vent peut-on raisonnablement penser que le génois risque de se déchirer ? 35noeuds cela me pense assez faible. Quelqu’un à déjà eu son génois déchirer en navigation (sûrement) et à combien de force de vent ? (40-45noeuds ?)

En effet, par fort vent, le génois est réduit. Donc il est en partie enroulé sur l’étai. Le point de faiblesse se situe ainsi au niveau de l’écoute du génois. Peut-être le boot qui retient l’enrouleur de génois ?. Génois réduit, la force du vent est moindre dessus.

Bien entendu, il semble plus sûr au niveau de la résistance et sous fort vent que la GV est plus résistante (Accroché au mats, fixé sur la bome…) et permettra de regagner un port pour s’abriter si on est surpris. Le génois seul (sur enrouleur) est tout de même intéressant car facile à réduire quand le vent s’accentue.

On peut voir sur youtube (mais là cela ne doit pas être le même prix pour les voiles) que les bateaux de courses monocoques faisant le tour du monde sont GV et Génois dehors en pleine tempête.

Exemple de lien youtube :

Où l’on voit le voilier dans la tempête avec GV et Génois (Génois assez réduit) par 40 à 54noeuds de vent !
Le génois semble donc assez résistant par grand vent ?

Saluations

L'équipage
13 sept. 2017
13 sept. 2017
1

Salut
La force exercée sur la voile dépend de la surface envoyée. Vu que, plus le vent est fort, plus on le réduit, la force exercée peut rester supportable.
Ceci dit, un génois ne se déchire pas que sous la force du vent. Ce qui déchire les voiles c'est, le plus souvent, de les laisser faseyer quand le vent est fort. Là, les claquements sont extrêmement violents, surtout sur la partie du point d'écoute, et les coutures pètent.... en un rien de temps...

13 sept. 2017
0

Donc c'est ce qui explique pourquoi quand dans un port un génois (sur enrouleur) se déroule car mal fixé, il se déchire. C'est plutôt les claquements qui le déchire.

13 sept. 2017
1

C'est pourquoi il est prudent de lier le génois enroulé avec un bout lorsqu'on laisse le bateau au port.
Il suffit que la bosse d'enrouleur se largue ou soit larguée par un passant malveillant et au premier coup de vent, le génois se déroulera.

14 sept. 2017
0

Je fais les deux, mon capitaine, tours avec les écoutes plus bout autour.

13 sept. 2017
3

Pour ce problème je le roule jusqua ce que les écoures ai fait quelques tours et je les bloque bien ;-)

13 sept. 2017
0

35 nds c'est le haut de force 7, ça ne me parait pas une bonne idée de naviguer avec un bout de génois déroulé.

13 sept. 2017
0

Tout dépend de l'allure, je viens de faire 4 miles (hyeres porquerolles) sous 35 noeuds avec génois à moitié déroulé vent de travers, 6 noeuds "pas de gite" la perfection :-)

13 sept. 2017
2

le pb, c'est que -malheureusement- beaucoup de voiliers n'ont que le génois roulé en guise de tourmentin en cas de gros vent, évidemment le grammage moyen utilisé ne convient plus (et la coupe, et les renforts)

13 sept. 2017
0

Hello,
J'ai pris (qu'une seule fois, heureusement)+ de 50 noeuds, au sud de la Dominique.
J'avais un ris dans la GV, et le génois roulé au tiers...je n'ai rien pu faire d'autre que lâcher de l'écoute sur les 2 voiles, tellement cela a été soudain, et faire demi tour.
Résultat des courses, pour à peine 5mn de grosses conditions, les 2 voiles déchirées sur leurs bordures, sur environ 50 cm chacune, déchirures effectivement dûes aux fasseyements. :tesur:

13 sept. 2017
0

Peut-être que part grand vent, avec génois sur enrouleur, en mer, il peut être intéressant une fois le génois réduit d'essayer de bloquer l'enrouleur avec un boot. Car si le boot d'enrouleur de génois se casse, celui-ci risque de complètement se dérouler en pleine tempête.

14 sept. 2017
2

Par vent fort il n'y a pas de problèmes pour le génois, il est enroulé. Ce n'est pas une voile de mauvais temps.

Un yankee ou un bon foc voire un tourmention feront progressivement l'affaire.

A moins de vouloir flinguer ton génois. Dans ce cas gardes-le légèrement déroulé dans 40 noeuds de vent... C'est efficace pour le foutre en l'air.

14 sept. 2017
0

Je ne comprends pas trop cette idée de vouloir bloquer le génois avec les bottes ?

13 sept. 201713 sept. 2017
4

@albert21 : sur la vidéo, ce n'est pas un génois, ni un enrouleur ; un tourmentin qui tient tous les vents, monté sur mousquetons. Ça change beaucoup le profil, le bord d'attaque et la surface.
Pour certains bateaux ce sera plutôt un étai largable avec solent ou petit foc, mais dans un fort vent le génois enrouleur n'est pas du tout l'idéal.
Pierre

14 sept. 2017
0

Évidemment, ce n'est pas un gênois!
J'utilise le plus souvent le "Working Jib", petit foc très solide, sur enrouleur, qui peut faire office de tourmentin avec son point d'écoute élevé.
Avec ce foc, le bateau est très heureux au prés; pour le largue, sur les longs bords, c'est gennaker.

14 sept. 2017
0

Dans le mauvais temps il n´y as pas que le génois qui risque et l´enrouleur aussi peut poser problème.
Il faut vérifier l´etat de l´ étai, assurer tous les points de fixations les écrous , les manilles et comme le dit Albert 21 en navigation par gros temps bloquer le tout avec du bout.
Un enrouleur avec génois ca pèse un ane mort et dans la brafougne même roulé ca tire fort.
J´ai une mauvaise expérience d´un ¨pied¨ d´emmagasineur qui a laché, avec le génois qui se déroule en partie, l´etait avec l´enrouleur qui fouette le pont et bien sur tout ca de nuit... :lavache:
Perso, avant que ca souffle trop = était largable et la voile qui va avec le temps.
.
Pour déchirer un génois (en bon état) avec le vent il faut vraiment en vouloir ou ne pas avoir eu le temps de le rentrer.
Ce qui tue les génois c´est plutot de les laisser a poste et aux aléas du temps soleil, vent, pluie, gel, et même avec la bande anti uv ils n´aiment pas cà...
.
Belle vidéo, mais il n´y a pas d´enrouleur de génois sur ce bateau...

14 sept. 201714 sept. 2017
0

40 a 54 noeuds !!! la question c'est pourquoi je suis pas au port ?

chaque voilier a sa plage d'utilisation des voiles non ?

mes voiles d'avant sont a endraillées et c'est bien plus facile !, ce n'est que mon point de vue

comme Ouzio déchirer une voile faut en vouloir ou peut être un problème ? couture etc ...

heu dans le titre c'est indiqué par grand vent 45 noeuds ! c'est pas grand vent 45 noeuds !!! c'est la tempête !!!

fr.wikipedia.org[...]eaufort

14 sept. 2017
2

Bonjour, Aux Antilles, par exemple, tu peux avoir un grain qui te fait passer brutalement de 20 à 40 nds et ça peut durer un quart d'heure.
Si tu l'as vu arriver, comme pour un orage, tu anticipes.
Si tu es surpris alors que tu n'est pas proche de la côte, tu abats en grand jusqu'à être presque au vent arrière. Ton génoa est alors bien masqué et tu peux assez aisément le réduire sans maltraitance.
C'est assez rapide comme manœuvre et tu reprends ta route très vite.
Pendant la manœuvre, il faut un bon barreur pour ne pas partir à contre ou un bon P.A.

14 sept. 2017
0

L'explication vaut si la GV est en action, mais vous l'aviez compris.
Ce qui d'ailleurs doit plaider aussi pour la présence fréquente de cette GV en navigation sans compter son importance dans la tenue du mât.

14 sept. 2017
0

Tempête c'est à partir de 48 noeud, cf le lien que tu donnes!

14 sept. 201714 sept. 2017
3

1 ris+TMT, presque la toile du temps (sauf la GV, on voit bien qu'ils sont surtoilés au près)

L'enrouleur est pratique pour le stockage et éviter de trimballer toute une garde-robe, mais c'est une hérésie en terme de coupe: plus tu réduis, plus tu montes le centre de poussée vers le haut quand justement tu devrais le baisser pour éviter la gîte.

Il y a -outre le problème de coupe- un problème de grammage de la toile qui fait qu'un génois sur enrouler est toujours trop lourd (aucune perf) dans le léger ou trop faible (déformation) dans la brise.

Personnellement je trouve qu'avoir la toile du temps en toute circonstance et un bateau équilibré qui n'avance pas en crabe, justifie les cabrioles sur la plage avant (léger/medium, Solent, ORC, TMT) mais une trinquette sur étai volant paraît un minimum pour le gros temps.

Le TMT est une obligation réglementaire dés qu'on s'éloigne des côtes.

14 sept. 2017
0

@Dr Feelgood
"Le TMT est une obligation réglementaire dés qu'on s'éloigne des côtes."
NON :non: :non: :non:

14 sept. 2017
1

Au temps pour moi, c'est une obligation des RSO dés la Cat 3.

14 sept. 201714 sept. 2017
0

Bof ...
vu qu'a la base n'importe quel clampin, peut prendre n'importe quel bateau.
Si l'on s'inscrit dans une démarche de responsabilisation individuel, a quoi bon légiférer sur le Tourmentin.

14 sept. 2017
1

Ce qui est une bonne chose.
La suppression de l'obligation d'avoir un tourmentin à bord est pour moi une bétise.

14 sept. 2017
0

la loi du plus fort ?...

14 sept. 2017
0

Il n'y a pas que le vent qui compte, l'age de la voile et surtout son exposition aux UV contribuent à sa fragilité... mais comme dit plus haut ce sont surtout les fasseyements qui sont destructeurs.
Par force 7, sur un 9m, le génois devrait être complètement enroulé... laisser un petit triangle n'apporte pas grand chose à ma marche du bateau (et même handicape).
Le TMT ne fait plus parti de l'équipement obligatoire, de toute façon on ne peut pas l'établir sur un GSE (sauf stormbag).
On a équipé notre bateau (9m) d'un étai largable...

14 sept. 2017
0

Bonjour,
Cet été nous avons déchiré notre génois pas à cause de la puissance du vent mais de l'usure (déchirure au niveau des barres de flèche, force 5 à 6); une petite déchirure qui s'est empirée mais qui nous a tout de même permis de rejoindre un port (au portant).
On a fait une petite réparation pour la fin de l'été et le début de l'hivers en attendant la livraison d'un génois neuf...

14 sept. 2017
0

Une couture qui lâche sur quelques centimètres, c'est déjà pas facile à réparer à bord... autant le faire tout de suite (dès qu'on peut) sinon on se retrouve avec des dizaines de cm à recoudre. Un patch autocollant peut limiter le risque d'aggravation en attendant mieux.

14 sept. 2017
0

La video citée montre qu'une autre voile plus adaptée est utilisée. Et pourquoi chercher à utiliser une voile dans les plus mauvaises conditions, avec un très mauvais rendement, et au risque de la déchirer, alors qu'en utilisant la voile du temps, qui doit faire partie de l'équipement, on a que des avantages et de la sécurité, d'autant plus que si on ne peut plus regagner un port il faut être en mesure de regagner le large et tenir dans les conditions les moins inconfortables.

14 sept. 2017
3

À partir de 20 nd de vent j'envoyais ma trinquette montée sur étai largable, et mis à poste dans un sac banane quand je faisais des traversées, et prête à être envoyée, en plus j'avais remarqué que je remontais mieux au près qu'avec le Génois en plus quand le vent monte dans les 40/ 50 nd tu n'as plus besoin de te battre avec ton génois, surtout en Méditerranée ou le vent peu changer de direction de 180° en l'espace de 5mn.

14 sept. 2017
0

On a subi cet été fin avril début mai (2017) un vent de trente noeuds rafales à 40 (le temps de rouler le génois et c'était la bande anti UV qui s'en allait en lambeaux. Vrai aussi qu'elle n'était vraiment pas neuve la pauvre bête, 12 ans et 50 000 miles au moins mais le génois a tenu bon le temps de le rentrer (un bon 1/4 d'heure)

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie...

  • 4.5 (32)

mars 2021