RM retrouvé

Salur à tous. Aprés 7 mois à l'envers, ce RM à été retrouvé au large du Portugal apres avoir été abandonné au large de la Grande Bretagne. Comment expliquez vous qu'il ne se soye pas redréssé???

www.ybw.com[...]ead.php

L'équipage
16 jan. 2011
16 jan. 2011
0

si il a encore son mat
ce n est pas tres etonnant , parcontre si il ne l a plus , c est netement plus embetant .

;-) ;-) ;-) ;-) ;-) ;-) ;-) ;-) ;-) ;-) ;-) ;-)

16 jan. 2011
0

pas sur que ce soit un RM
Bi safrran, pas de Sail drive, semble être une coque en forme sur la photo.

Par ailleurs il semble d'après le rapport des coastguards de falmouth, que le canot nommé AERANDIR faisait 7,5 mètres

16 jan. 2011
0

quel que soit
le bateau, mon propos n'est pas là, je me demande comment un quillard avec tout son lest intact peut avoir une telle stabilité inversée... Ca me fait douter des calculs d'homologation!!! mon idée est qu'il a dématé mais que les haubans retiennent le mat dix metres sous le bateau et font une ancre empéchant les vagues de retourner la coque. D'ou peut-etre la procédure de couper les haubans le plus rapidement possible aprés un dématage sur un biquille (ce qui devrait etre fait ne serait-ce que pour eviter à l'espar de venir ponctionner le bordé).

16 jan. 2011
16 jan. 2011
0

Il est quand même important de signaler
que ce voilier n'est pas un RM, afin de ne pas jeter la suspicion sur ces modèles.

16 jan. 2011
0

Et ne serait-ce pas lié
au fait que les ballasts sont pleins, s'il y en a?

Je suis très surpris en effet, c'est la 1ère fois que je vois ce cas. Normalement, au bout de 6 mois, il aurait dû revenir à l'endroit un jour ou l'autre.

RV

16 jan. 2011
0

qui plus est
petit bateau, en grand voyage... le poids embarqué dépassait peut être allégrement la capacité de charge de l'esquif..

Ce qui ne remet pas en cause les qualités intrinsèques du Django , plan Rolland

16 jan. 2011
0

exact !
nous pour un bateau de 10.25, la charge c'est 990 kg, incluant les pleins ...
Alors, imaginez sur un 7.50 m.
990 Kg c'est vite atteint.
Beaucoup de bateau de voyage doivent en fait dépasser leur capacité de charge, mais tous ne sont pas aussi légers et aussi petit que ce Django ... qui n'est pas un RM.

16 jan. 2011
0

j'aurais tendance à croire
qu'un bi-quille est légèrement plus stable à l'envers qu'un mono-quille.

Serait ce une vue de l'esprit erronée ?


Il ne serait pas le premier monocoque à rester à l'envers.
j'imagine que le voilier se rempli d'eau, insuffisamment pour qu'il coule, mais suffisamment pour créer un lest liquide anti-retournement.

16 jan. 2011
0

un monocoque
quillard et qui a tout son lest, je n'avais jamais entendu / lu / vu !!!! La stabilité devait etre due à la largeur importante et moins au poids. J'aurais cru que dans ce cas la forme du pont / roof aurait assurè le redressement...

16 jan. 2011
0

pas bon exemple
dans ce cas le bulbe en plomb c est detache donc on comprend bien que le bateau reste a l envers mais c est pas le cas du django car la il y a encore le lest donc c est beaucoup plus problematique!!!

16 jan. 2011
0

mais...
il n'a plus son lest..... alors que le 7.50m a ses deux bulbes... si tu trouves un cas de quillard avec son lest retourné et flottant aprés sept mois, je suis preneur...

16 jan. 2011
0

Un exemple parmi d'autres.
www.sports.fr[...]85.html

16 jan. 2011
0

Stabilité
Il me semble qu'un biquille nécessite un rapport de lest un peu plus grand que le quillard identique, et un peu moins que le DI. Intermédiaire donc, pour une même courbe de stabilité.
Sur le toit, un biquille aux lests très écartés façon moderne aura tout intérêt à jouer sur les formes de pont. Celui du Django est très plat, et pour un bateau de 7m50, 3m de large reste beaucoup je trouve. Les minis ont des quilles basculantes, ballasts, et très peu de charge utile.
Bref je bénis mon roof volumineux ! mais j'aimerais bien ne jamais le tester comme ça aussi...

16 jan. 2011
0

Okay. je n'avais pas remarqué l'absence de bulbe
mais il me semble qu'il y a eu des monos dans le Vendée Globle, restés à l'envers avec leur lest.

Vous avez vu la larguer des monos actuels ?
Et leurs roofs participent peu au redressement, même sur les RM, Pogo, and co.

16 jan. 2011
0

question
ce bateau est-il insubmersible?
Si non bizarre!!

16 jan. 2011
0

Non non
certains sont restés plusieurs heures, mais se sont finalement remis à l'endroit.

RV

16 jan. 2011
0

Le chantier GL composites
qui fabriquait le django 7.5 à céssé son activité il y a déjà quelques temps...

va plutot sur le site de pierre Rolland team.seasailsurf.com[...]-archi/

16 jan. 2011
0

oui
je crois bien qu'ils sont insubmersibles mais le site du chantier qui les construit semble victime d'un bug, toutes les lettres sont des hierogliphes... normalement, une vague dont la hauteur fait la largeur du bateau (grossomodo) aurait du le redresser, dans le pire des cas... normalement, un quillard est conçu pour etre en déséquilibre lorsqu'il est à l'envers...

16 jan. 2011
0

amha

ce genre de bateau comme ceux de Mr tout le monde n'ont pas de porte de descente étanche ,donc le volume étanche participant au redressement du bateau est petit .

ce qui n'est pas les cas des bateaux de courses qui eux ont une porte etanche avec tourniquets et joint caoutchouc et n'ont pas de coffre ouvrant .

donc en principe apres 7 mois il aurait du coulé sauf s'il y a une bulle d'air qui se trouve coincé entre la flottaison (interieur) et le haut (ou le bas dans l'autre sens) de la coque ...ainsi il s'est maintenu en flottaison ,la bulle d'air le maintenant en surface

16 jan. 2011
0

est-ce si sûr qu'il soit resté à l'envers 7 mois ?
Durant 7 mois, il a pu fort bien passer de l'endroit à l'envers et inversement de multiples fois ....

Si le temps s'est calmé peu après son dernier chavirage, il est normal qu'il soit resté à l'envers jusqu'à la prochaine grosse mer ... et c'est juste à ce moment là a été retrouvé avant de se remettre à l'endroit au cours du prochain coup de tabac :heu:

16 jan. 2011
0

alors c'est un bateau
insubmersible .sinon nos bateaux non étanche s'il ne se redressent pas rapidement ils se remplissent d'eau et coulent ...

sauf le mien qui est en bois que dont sa densité globale est 0.92

16 jan. 2011
0

ce qui m'étonne
c'est qu'il n'aie pas été défonçé par un des nombreux cargos navigant dans cette partie de l'Atlantique... Comme quoi, la veille sur nos voiliers est inutile.......

16 jan. 2011
0

trop d'inconnues
Supposons que le mât soit encore là ! Que tout le matos lourd (batteries, mouillages etc..) soit tombé sur le toit de la cabine, qu'il reste juste une bonne bulle d'air pour le tenir à l'endroit et voilà !
Mais tout ça ce ne sont que des suppositions.
Il serait intéressant de savoir pourquoi il a chaviré et comment, l'équipage doit être sauf si j'ai bien compris.
Quelqu'un connaît ?

16 jan. 2011
0

pfffffffffff
confondre un RM avec un Django !! les RM sont à bouchains et non en forme !!!
Il serait bon de changer le titre de ce fil... :-(

le lien pour le rescue :

www.yachtinguniverse.com[...]tlantic

16 jan. 2011
0

Il n'a pas du rester souvent dans le bon sens :
sa carène est bien trop propre après sept mois de dérive!!!!!!!

16 jan. 2011
0

Etonnant...
Au vu de la carène je pense qu’il s’agit effectivement d’un django 7.50, et autant que je sache ce bateau est insubmersible, ce qui constitue quand même un sacré avantage. La preuve…
Je suis d’ailleurs un farouche partisan de cette insubmersibilité, malgré les quelques inconvénients de la formule.
Par ailleurs la largeur (2.99 m) n’est pas excessive par rapport à ce qui se pratique par ailleurs. Un mini par exemple fait 3 m de large, pour un mètre de moins en longueur.
Quand aux circonstances, comme je ne les connais pas... :jelaferme:

16 jan. 2011
0

nostria / boatlover
faut suivre, ça fait longtemps que l'équivoque quant au modèle de ce biquille a été levé.. :litjournal:

C'est bien un DJANGO 7.5 Plan Rolland

16 jan. 2011
0

my point is
le but de ma question n'est pas de critiquer un bateau ou un chantier ou un archi, ni meme de comprendre les circonstances du naufrage mais, en temps que constructeur de bateaux de comprendre pourquoi un quillard structurellement apparemment complet ne se redresse pas... qu'est ce qui fait que bien qu'aprés avoir fait l'objet de savants calculs, ce bateau défie la logique. Quel enseignements tirer du peu de renseignements dont on dispose, quel cheminement, hypotheses à faire pour trouver la réponse à la question??? Logiquement, ce voilier insubmersible, meme rempli d'eau jusqu'à l'équilibre devrait etre à l'endroit...

16 jan. 2011
0

robert
c'est exact ...

un bateau insubmersible trouve sont équilibre à l'envers ou a l'endroit et ça complique son retournement car sort plus dans l'eau à l'envers donc l'inertie de flottaison grandi ...au pif

16 jan. 2011
0

qu'est-ce qu'un voilier insubmersible ?
Je ne suis pas certain que la définition de l'insubmersible inclut une stabilité négative quand le bateau est à l'envers ...

Il y a quelques années, quand ça me concernait, j'avais retenu que l'insubmersible devait seulement être manoeuvrant avec un franc bord raisonnable lui permettant de faire route... ce qui est déjà très difficile à obtenir en réalité, car les volumes exclus doivent être soigneusement répartis pour assurer cette condition.

Pour assurer cette condition, les volumes exclus doivent être dans les fonds, réduisant autant que possible la carène liquide du bateau immergé plein d'eau et à l'endroit. Or s'ils sont dans les fonds, ils seront la partie émergée de la carène lorsque le bateau sera à l'envers. Si le bateau est plein d'eau (à l'envers) avec la "bulle d'insubmersibilité" hors de l'eau, il me semble qu'il sera parfaitement stable dans cette position "sur le toit", puisque toute la flottabilité sera émergé dans cette situation.

Un truc amusant : les multicoques sont souvent considérés comme insubmersibles, mais personne ne s'attend à ce qu'ils se remettent à l'endroit spontanément après un certain temps :heu:

16 jan. 2011
0

la logique
est conforme à la réalité c'est le raisonnement et les calculs qui sont faut puisqu'ils different de ce que l'on voit .

les calculs en plaisance sont une plaisanterie ... car pour faire cours ce sont des calculs uniquement statique or nos bateaux sont du dynamique là preuve ils bougent .Les calculs conciderent qu'il n'y a pas une goutte d'eau qui rentre dans le bateau (grandeur du volume etanche) la porte est concideré fermée étanche ,les aerateurs fermés étanche ,les vannes fermées ,les coffres fermé et étanches etc ...d'ou une douce plaisanterie... .

pour avoir de vrai calculs il faudrait faire du dynamique et des calculs d'envahissement et là on se rapprocherait un peu plus de la réalité.

16 jan. 2011
0

qui peut prétendre que les calculs ont été
"savants"?

cordialement

16 jan. 2011
0

le redressement devrait être une préoccupation de base
d'un l'architecte naval

mais il y a aussi des vrais ignorants au milieu des très bons, des moins bons et des très moyens dans cette profession assez peu règlementée

déjà quand j'étais jeune (il y a entre 30 et 40 ans), LN nous contait des choses sur certains architectes pas vraiment formés à ce métier...

cordialement

16 jan. 2011
0

ah oui
alors ...sans vouloir medire il y en a des choses à raconter m^me impensable:-)

18 jan. 2011
0

vendée globe
Et oui , c'est pour ça que pour les bateaux du vendée globe comme celui de LE CAM , pour être admis dans la jauge, doivent se soumettre à des tests de retournement.
Mais c'est avec quille et celle ci est pendulaire c'est à dire qu'elle va s'incliner dans un sens ou l'autre pour justement provoquer ce couple de retournement.

Le test se fait avec le skipper dans le bateau mais par contre chose étrange sans mat ......

Stéphane

18 jan. 2011
0

vu que les mats
font grosso modo 28m pour un coût de l'ordre de 200 000 € (sans la bome...)

se poseraient 2 problèmes: l'un d'ordre financier, l'autre de trouve un port dragué disons à 30m

la possibilité de le faire en haute mer ayant été abandonnée vu le coût de location d'un bateau grue pour retourner le bateau :-)

16 jan. 2011
0

STIX??????
No comment !! et j'aime bien le chantier !!

www.sail.ie[...]/wp222/

16 jan. 2011
0

Répartition des volumes.
Le problème de beaucoup de bateaux insubmersibles, c’est que les volumes de flottabilité sont la plupart du temps placés dans les parties basses, et qu’ils sont absents dans les parties hautes. C’est au moins le cas sur mon canote (pogo 6.50)

A mon humble avis, cela présente deux inconvénients.
D’une part ça limite les volumes de rangement dans les parties basses du bateau ce qui oblige à charger exagérément les parties hautes, ce qui n’est pas l’idéal si le bateau est à l’envers.

D’autre part l’absence de volumes de flottabilité dans les parties hautes se fait aussi cruellement sentir dans ce cas de figure.

Idéalement il faudrait que, comme sur les Etap, les volumes de flottabilités soient répartis sur toute la périphérie du bateau. Mais il s’agit là d’une autre technique de construction.

Cela dit, ce type d’insubmersibilité, même s’il peut, peut-être, dans certain cas, favoriser une stabilité à l’envers, me paraît quand même largement préférable à son absence. Je préfère un bateau qui reste à l’envers mais qui flotte, à un bateau qui, s’il ne se redresse pas …coule.

;-)

16 jan. 2011
0

je pense
donc j'essuie... que le mat pendouille au bout des deux haubans et que son poids et la gv qui fait "drogue" exercent une force à la cadene "à la mer" (dans le sens "qui recoit la mer en premier") supérieure au couple de redressement, peut etre sont-elles (les cadènes) trop éloignées du centreline??? Coupez le hauban à la vague et le bateau se redressera de suite à mon avis. A quoi servirait l'insubmersibilité si on ne peut pas etre sur le bateau "à l'endroit" et par la suite pompable... Je me vois mal essayer de tenir debout sur la carene à attendre les secours...

16 jan. 2011
0

couché à plat
ou tête en bas sont des situations à éviter impérativement.Même si le bateau se redresse, en général sans douceur, il y a belle lurette que nous ne soyons plus à bord.
Les calculs des architectes c'est bien, respecter certaine limite de gite c'est mieux.
Bonne nav.
André

16 jan. 2011
0

quelqu'un a le lien du chavirage, ça doit etre le MAIB anglais
il faut comprendre ce qui est arrivé

un django c'est mini "dégonflé" et pierre rolland c'est un bon

il est possible aussi que les biquilles sportifs dans cette taille présentent des défaillances de sécurité en cas de chavirage et devraient etre une catégorie de nav inférieure

16 jan. 2011
0

tout à fait d'accord
avec pierre 2. Les bateaux de course sont comme ça pour différentes raisons : jauge, besoin de beaucoup de puissance ...
Le problème vient que l'on vent au plaisancier lambda des bateaux qui pour des raisons marketing doivent "ressembler" à des bateaux de course. Les anglais offrent en comparaison beaucoup plus de vrais bateaux croisière :-)

16 jan. 2011
0

heu
Pierre2, je peux t'assurer que "dans" mon Wanderer (Laurent Giles, celui des Hiscocks autour du monde) ou meme les autres "classiques" moins célèbres que j'ai eu la chance de posseder, j'ai été plusieurs fois "au tapis" et jamais je ne me suis senti en danger ni ai eu l'impression que le bateau n'allait pas se redresser. Jamais fais le tour mais bon... Quille longue, déplacement lourd, safran sur crapeaudine, 45% de lest pour la tranquilité d'esprit je n'ai pas trouvé mieux

0

comme quoi
tout ce qu'on raconte: deriveur vs quillard c'est du pipeau,la on a un quillard avec deux bulbes en plus !!!!de toute façon tous ces bateaux sont trop larges au pont !mettez une assiette plate a l'envers (meme avec un lest)elle restera a l'envers ,c'est pour ça que pour la grande croisiere les bateaux un peu etroits de lerouge ,par exemple ,me semblent plus surs !

16 jan. 2011
1

erik lerouge dessine des bateaux étroits avec des roufs importants !!
et il sait ce qu'il fait !!!!!!!!!!!

16 jan. 2011
0

ouais tu as le first 30 aussi
on a en 3 sur une boucle atlantique en ce moment + 1 qui se prépare

1,80 de tirant d'eau, 50 % de lest, frégatage avec pont assez étroit, roof suffisant

si quelqu'un ou une vague arrive à le retourner, il ne restera pas longtemps à l'envers !!

16 jan. 2011
0

bon
je crois qu'il ne faut pas "jeter la pierre" à l'architecte au vu du peu de détails que nous avons pour discuter. Si le bateau a dématé et que le mat bome, gv etc est "ancré" à 10 metres sous le bateau, d'un bord sur l'autre, il faudra un autre rapport de lest que celui nécéssaire en "situation normale" pour vaincre la force appliquée sur la cadène.. Dans ce cas, comment prévoir un fusible qui libererait le grément d'une manière provisoire... long bout qui permettrait de le récuperer (mat et bome insubmersibles.)Cadenes en sucre qui fondraientt en cas d'immersion?

16 jan. 2011
0

quand un bateau démate !
que dieu ou whoever nous en préserve, je ne vois pas pourquoi le gréement se suspendrait au bout du dernier hauban ou bout restant à 10 metres de profondeur

en plus on chaivire plutot sous tourmentin 2 ou 3 ris et les voiles sont petites ??
moi pas comprendre

16 jan. 2011
0

si...
je n'arrive pas à comprendre non plus. D'aprés le peu d'informations, dans l'article de presse, les deux frères sur la transat de retour en France ont envoyé un appel de détresse pour cause d'avaries multiples et d'exhaustion et aprés avoir été récupérés par un porte-conteneurs, le voilier a été abandoné. Si les espars n'étaient pas remplis de mousse, si au dématage un bout ou la GV a "accroché" un poids comme le hors bord sur sa chaise de balcon ou tout autre chose, cela expliquerait ceci. J'ai beau me creuser la cervelle (ou le tout petit paquet de neurones qui en fait office)je ne vois pas.
PS. Where is Rachid?

17 jan. 2011
0

Pour moi, c'est plausible
avec un voilier lourdement chargé, un lest liquide, un maitre bau relativement important et un roof peu volumineux.
De toute manière, je ne vois guère d'autres explications.

17 jan. 2011
0

Sûrement pas un RM
Le RM a une coque à bouchains; sur la photo on voit nettement une coque en forme.
De plus, sauf erreur de ma part, les RM n'ont qu'un safran dans l'axe du saildrive; là j'en vois 2 et pas d'embase.
Si on regarde bien la photo, y'a donc pas photo!
Cordialement
Philippe

17 jan. 2011
0

Cordialement Philippe, mais Amha faut suivre un peu
"Sûrement pas un RM - 17-01-2011 21:23 -
Le RM a une coque à bouchains; sur la photo on voit nettement une coque en forme.
De plus, sauf erreur de ma part, les RM n'ont qu'un safran dans l'axe du saildrive; là j'en vois 2 et pas d'embase.
Si on regarde bien la photo, y'a donc pas photo!
Cordialement
Philippe"

Celà fait déjà un certain temps que dans le fil est mentionné le fait que le bateau en question est un Django 7.5 et non un RM

Bonne lecture

17 jan. 2011
0

bizarre mais ............
je me souviens d'un mini que son skipper avait ramené à l'endroit en pousssant sur la tres profonde quille (american express).
se souvenir du mono de poupon qui ne voulait pas se relever - tout seul-
Erik lerouge parlait d'un class 40 qui est resté sur le toit un moment .
on peut chavirer sur un haut fond qui déferle sans beaucoup de vent .
Les class 40 passent à une espece de jeauge : on les couche à 90° et on mesure le poids qu'ils peuvent lever en tete de mat :~~ 250 kg
Je pense que tous les voiliers série " A" devraient en etre capable .

18 jan. 2011
0

He be, Laurent !
Les esprits s'échauffent ??

Il est vrai que ces histoires de RMistes, c'est énervant...

;-) ;-)

18 jan. 2011
0

Ok,ok
Pouce! Autant pour moi,pan sur les doigts et pan-pan cucul. J'aurais pas dû répondre si tard à un post posté si tôt!!!
Ceci dit, vaut peut-être mieux être un peu redondant que risquer de laisser décrier un excellent canot!
Bon, d'accord, autant l'avouer, le RM me plait bien et me fait rêver. Il me manque juste les 149000 derniers euros pour boucler le budget...
Encore tououououtes mes escuz
Yec'hed mad
Philippe

17 jan. 2011
0

Al woodrat
Peux tu nous préciser les avaries du voilier qui ont justifie l'abandon?

17 jan. 2011
0

Bateau couché...
je suis un jour parti au tas sous spi, seul á bord avec mon Aphrodite (rapport de lest 50% aprox), je n'avais pas bien apprécié le vent qui montait et avec tout dessus je me suis couché, pas á l'horizontale, les barres de flèche n'étaient pas dans l'eau, mais pas loin.
Tant que je n'ai pas récupéré tout ce qui flottait, le spi, le foc et partie de la GV, le bateau est resté dans cette position d'équilibre.
C'était étrangement calme d'un coup mais très inquiétant quand je voyais le niveau de l'eau tout près de la descente, mon pied en appuis sur le dossier opposé du coquepit immergé jusqu'a la cheville .
Ça donne beaucoup á réfléchir pour un bateau qui a une courbe de stabilité théorique très rassurante. Sur le coup de l'émotion, j'ai remonté le seuil de la descente de 20cm.
Mon fils en mini a fait un tour complet en Med, sous tourmentin seul, alors qu'il dormait. Il a vu les chiffre de la vhf á l'envers un long moment, puis le bateau s'est redressé. Le mat a tenu, mais les écoutes ètaient enroulées autour des barres de flèche. Plus tard l'organisation de course lui a envoyé un hélico (une frégate, un Bréguet aussi).
Le bateau a été retrouvé un mois plus tard, dématé mais flottant á l'endroit. Vu l'état de l'intérieur, personne n'aurait pu y survivre.

18 jan. 2011
0

a yoshi
désolé, dans le communiqué de presse des GIBIs il n'est pas fait mention des avaries en détail, simplement que les deux freres français, sur la transat retour étaient épuisés et qu'ils ont été récupérés par un PConteneurs qui les a ammené aux states.
Désolé pour l'implication erronnée du RM, je n'ai fait que reprendre les premiers posts du fil sur le forum anglais (je n'y connais rien aux bateaux en pétrole) mais sur ce site on a vite rectifié le tir en identifiant l'épave comme étant un Django (j'ai rectifié sur le site GB de suite aussi... que les RMistes se rassurent)Si on me demande mon avis, je crois que meme un Django avec son grément en place se relèverait d'un 360 normalement (les calculs de l'archi, le STIX et les essais obligatoires pour l'homologation ont du le prouver) mais dans ce cas particulier, il y a un élément qui m'échappe et je crois que c'est le surpoids du grément, trés loin du CG qui, appliqué à la cadène à la vague a empéché le canote de se retourner à l'endroit. Le bateau étant insubmersible, meme rempli d'eau il DOIT revenir... ce fil était surtout pour faire réflechir à la procédure en cas de chavirage et dématage sur un biquille... Peut etre faut-il que les propriétaires de biquilles, dans leur "procédure à suivre en cas de non remise à l'endroit aprés déssalage" prennent en compte cet élément de réflection... A mon ecole de construction de bateaux ( IBTC ) on m'a toujours dit qu'un quillard qui a son lest ne peut QUE revenir à l'endroit, avec plus ou moins d'eau à l'interieur suivant les entrées pendant le "tapis" ou 360. Un canote à l'envers et son lest en l'air ne peut pas garder l'équilibre bien longtemps, de par so CG CC et l'action des vagues. Meme "Dyarchy" avec son doghouse rikiki reviendrait.... alors à fortiori un Django. Meme punition pour le Pogo du post plus haut. Pensez donc à l'importance d'un couple cable à bord...

18 jan. 2011
0

bis
mon intention n'était pas de dénigrer la formule biquille, ni le chantier ou l'archi, ou de l'opposer aux monoquilles ou cata, c'est juste que dans ma periode pilote j'ai pris le reflexe d'analiser, comprendre et tirer les leçons d'un incident et il me semblait qu'en en discutant tous on y verrait plus clair... et que ça m'apporterai quelquechose en temps que charpentier mais... le mystere demeure. Je vais essayer de contacter Mr Rolland, peut etre en sait-il plus sur ce cas?... salut et bon vent. Al

18 jan. 2011
0

A propos de stabilité.
Il y a eu il y a quelques années (2001 ou 2002 ?) un dossier très intéressant dans « loisirs nautiques » intitulé « comprendre la stabilité ».

La lecture de ce dossier devrait permettre à certain de nuancer des conclusions un peu abruptes et simplistes, comme l’exemple de l’assiette cité par Pierre2, même si en théorie cet exemple n’est pas dénué de sens.

Il y a par exemple un comparatif sur les stabilités comparées du muscadet, bateau dont les qualités marines ne sont plus à démontrer, et le pogo 6.50 (1ère version).

Autre exemple cité, celui du romanée, lui aussi emblématique du bateau marin,qui, s’il était aujourd’hui confronté à la mesure du STIX, n’obtiendrai que de justesse la certification en catégorie A.

Nb - je crois qu'il s'agit du N° 346

18 jan. 2011
0

se souvenir aussi
que certains architectes (Marc Lombard par exemple) s'opposent à la création de ces si jolis et lourds portiques, couverts de trucs et de machins, sur leurs bateaux (RM 1050)...
Le centre de gravité d'un bateau dit "de voyage" est souvent très haut, parfois au dessus du roof ;-)

18 jan. 2011
0

Hélas,
si, il va falloir que je recherche dans mes archives poussiéreuses mais, de mémoire, un hurluberlu avait "renforcé" son gréement avec du câble "mahousse costaud" (trop fort etc ...) + une excroissance bricolée faisant poste de veille ...
Les coast gards US l'ont empéché de prendre la mer et ont vérifié sa stabilité !!! :-p

18 jan. 2011
0

question de largeur initiale
non ?

(Je suis très, très loin d'avoir ta compétence et ton expérience dans la construction navale, simple réminiscence de vieilles lectures ...) :-)

18 jan. 2011
0

sans aucun esprit polémique
et si tu as le temps d'expliquer à un sous doué de la physique :-).
Mon centre de gravité d'humain à peu près normalement constitué est bien au dessus de mes pieds, et pourtant je tiens debout, une histoire de polygone de sustentation d'après mes souvenirs, n'est-ce pas le même phénomène pour les catamarans de sport ?

18 jan. 2011
0

au dessus du roof ????
non ,pas possible :-(

18 jan. 2011
0

tout de même

ci le cdg est au dessus du roof çà veut dire que tu as autant de poids au dessus qu'en dessous .tu as l'equivalent en poids et en eloignement d'une seconde coque y compris son lest ....

je peux t'assurer sans risque de mon tromper que ce bateau chavire dés que l'on largue les amarres

18 jan. 2011
0

la largeur

n'a rien à voir dans l'affaire

le cdg est bien au CENTRE c'est a dire tu as autant (Poids X distance) d'un coté que de l'autre ,, c'est la moyenne ..donc on comprends bien que tu ne peux voir l'équivalant au dessus de roof d'en dessous ...ça voudrait dire (en outre) que tu as un lest ou son équivalant aussi lourd et aussi éloigné au dessus du roof .Si le lest fait 1t et est à 2m sous le roof tu as 1t à 2m au dessus du roof etc.....

...

18 jan. 2011
0

Equilibre stable ou instable
Un quillard est semblable à un culbuto. Un bipède ne tient debout que par les muscles qui maintiennent en permanence l'équilibre. Va sur une patinoire et tu te retrouves par terre, les efforts faits pour maintenir l'équilibre ne sont pas compensés par l'adhérence des pieds.

RV

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

lever  du  soleil  à la  Cala  Mongo Costa  Brava

Après la pluie...

  • 4.5 (3)

lever du soleil à la Cala Mongo Costa Brava

mars 2021