Retour d'expérience Coppercoat

Bonjour à tous,

Nous avons caréné il y a deux mois près de Lorient et avons fait le choix de trois couches de Gelshield 200 puis de quatre couches de Coppercoat - comme préconisé par le chantier naval des Venetes. Opération coûteuse et délicate... Raisons pour lesquelles nous avons longuement hésité mais nous ne sommes vraiment pas déçu d'avoir choisi cette option. Après un mois de navigation et un mois de mouillage aux Canaries, la carène est nickel. Pourvu que ça dure !!!!

L'équipage
08 août 2018
08 août 2018
7

1 mois de nav et 1 mois de mouillage, c'est pas très révélateur !
la plupart des AF (de bonne qualité) durent 1 an ... faudra voir à l a longue

08 août 201808 août 2018
0

Oui deux mois c’est un peu court.

Heureusement que c’est nickel vu le prix et le chantier que c’est.
Tenez nous au courant d’ici 6 mois puis un an, j’aimerais avoir une solution long terme.
Mon AF erodable à deux mois était nickel, moins à trois...

08 août 201808 août 2018
0

Bonjour,
Il faut également le passer à la toile émery pour remettre à nues les particules de cuivre prises dans la résine (un fois l'an ?)
Quel est la taille de votre bateau, et quel a été le tarif ?

08 août 2018
0

Nous avons un Jouet 32. Nous avons acheté 8 litres de Coppercoat (soit 4 litres de résine + 4 litres de durcisseur + 16 kg de poudre de cuivre) pour un montant de 960 euros. Plus 2 pots de 2,5 litres de Gelshield 200 à 100 euros. Soit un total de 1160 euros. Il faut une carène impeccable, sans la moindre trace d'antifouling et 72 heures sans pluie. L'opération est délicate mais il suffit de bien s'organiser et ça se passe sans problème. Nous l'avons fait à deux en une bonne matinée. Et puis effectivement, il faut passer une toile émeri grain 80/100 la veille de la mise à l'eau et grosso modo une fois par an. Petit nettoyage à flot de temps en temps (éponge grattante) ou mieux : rouleaux automatiques comme en disposent certains ports.

14 juil. 2019
0

bonjour,
je termine un tmt au gelshield 200 et voudrai poser dessus du coppercoat en antifouling:où en êtes vous des résultats? y a-t-il incompatibilité des produits?
bon vent et merci d'avance pour votre réponse.

08 août 2018
0

Pour nous, le gros avantage du Coppercoat réside dans le fait que nous n'avons plus besoin de sortir le bateau de l'eau pendant en théorie 10 ans car nous n'avons pas d'inboard - donc pas de ligne d'arbre ni de sail drive - pas le moindre passe coque ni la moindre sonde sous flottaison.

08 août 2018
0

Merci pour ce retour,
La préparation de la coque avant le premier coup de pinceau risque d'être fastidieux suivant le nombre de couches et la nature de l'ancien antifouling

08 août 2018
0

Nous n'avions qu'une couche d'érodable sur une matrice dure. Sinon faut gratter, poncer... C'est du boulot.

08 août 201816 juin 2020
1

Bon choix !
Le 1er a été appliqué en Angleterre en 2005 (coque verte) et la 2ème application (brun avant ponçage) en 2017 par moi même. Tout va bien depuis ...
Pour une nouvelle application, léger ponçage, nettoyage ht pression et c'est bon !
La quille n'avait pas été préparée pour recevoir ce produit à l'époque, il faudrait sans doute aujourd'hui un sablage et primaire époxy pour y appliquer Coppercoat donc on refait l'antifouling classiquement sur la quille tous les 20 mois durée de vie de mes anodes ....
Comme le dit voilier Zabou c'est un produit technique avec des paramètres précis à respecter à la lettre , c'est pas du barbouillage à la louche, pour tenir tous ces paramètres j'avais terminé au projecteur une soirée d'Août à 23h45 en démarrant à 10h00 après dissipation de la rosée matinale et interruption entre 12h30 et 15h00 pur cause de coque trop chaude.
Comme souvent, il y a plus de mauvais utilisateurs que de mauvais produits...

:langue2:

14 juil. 2019
0

bonjour jean-yves,
tu confirmes la compatibilité gelshield 200 et coppercoat? ou on doit poser un intermédiaire?

08 août 2018
0

3 ans et tout va bien. Un petit coup d éponge et c est nickel

09 août 2018
0

bonjour
j'ai acheté un bateau il y a 3 a 4 ans dont l'ancien propriétaire
avait fait appliquer du coppercoat en 2011 , durant ces 3 années je n'ai pas eu d'antifoulling a faire ,seulement un coup d'éponge qui gratte ; cette année j'ai dû appliquer de l'antifoulling car le coppercoat est devenu innéficace

09 août 2018
0

Sur mon bateau acheté à un Anglais coppercoat de 2 saisons inefficace j'ai essayé de le raviver au scotchbrite sans effets suis repassé à du Micron.Avec le coppercoat il fallait sortit le bateau tous les mois pour retirer le gras qui apparaissait

24 août 2018
0

Coppercoat : après 3 mois dont un mois de mouillage à Fuerteventura, la carène est nickel. Pas une algue, pas un coquillage, rien... Pourvu que ça dure !!!

24 août 2018
0

Même pas de gras?

24 août 2018
0

Moi, j'en ai (du "gras"), mais je m'y attendais : j'ai fait très peu de miles ces derniers mois, concentré sur la préparation du bateau pour partir cet hiver. Un coup d'éponge, même pas grat-grat, tous les deux mois et c'est réglé. Les zones non couvertes (arbre, sabot de quille et de safran) sont colonisées comme jamais auparavant.

L'application a été faite au printemps, le bateau est à Port-Camargue où l'eau est exceptionnellement chaude cet été.

24 août 2018
0

Rien... Rien de rien... Comme si on l'avait mise à l'eau ce matin...

24 août 2018
0

Ici, à Fuerteventura, l'eau est entre 23 et 24°.

24 août 2018
0

Dans le port, elle a dépassé 26 une bonne partie d'août!

24 août 2018
0

À Loctudy je n'ai pas eu votre chance la carène se couvrait rapidement de gras puis la verdure commençait à pousser nécessitant de sortir le bateau toutes les 6 semaines environ

24 août 2018
0

Ben... je sais pas... Avant de partir, nous sommes restés 3 semaine au port de Sainte Catherine à locmiquelic et au mouillage des Sables Rouges à Groix... D'accord, c'était en juin mais la rade de Lorient n'est pas réputée pour épargner les carènes en mousses, algues et coquillages de toutes sortes... Or la notre était nickel.

25 août 2018
0

C'est bizarre les différences d'expérience au sujet de ce produit, j'avais essayé de le raviver bien que récent dès la deuxième année en le ponçant grossièrement mais sans succès

25 août 2018
2

Bof, çà conforte plutôt l'idée que je m'en faisait sur la base des retours précédents : adapté aux bateaux en grand voyage. En gros : tu navigues beaucoup et est prêt à passer un coup d'éponge de temps à autres, c'est de loin la solution la plus pratique (et économique)dans tous les autres cas (bateau stationnaire comme le mien jusqu'à fin octobre ou pas moyen de plonger) ce n'est pas adapté et il faut s'attendre à des déconvenues

25 août 2018
0

Pour un usage régate avec un coup d'éponge routes les 3 semaines c'est en effet nickel, quoique moinscefficacd qu'un AF pour la stricte protection contre les salissures.

25 août 2018
0

Nous ne prétendons évidemment pas que c'est un produit miracle ni la solution dans tous les cas de figure mais, pour répondre à ch4mp, il y a désormais dans certains et dans plus en plus de ports des installations de nettoyage de carènes à flot. Nous nous étions renseignés à Locmiquelic et pour un voilier de 10 mètres ça coûtait 100 euros. Cela peut-être un argument économique pour le Coppercoat si tu n'as qu'à sortir le bateau tous les 2 ou 3 ans...

25 août 2018
2

bonjour
je rebondis sur cette histoire d'installation de nettoyage à flot pour les carènes de bateaux de 10m.
c'est vraiment justifié ? parce que perso une carène de 10m avec une éponge scratch et une combi si il fait froid ça me prend 1 heure et je suis loin d'être la réincarnation du grand bleu !
comprenez bien que je n'interviens pas pour le plaisir de râler et de polémiquer mais juste pour dire que c'est illogique de vouloir préserver la planète tout en construisant des stations de lavage de carène pour 10m.

pour des cargos de 300m faut voir ... quoique avec quelques chômeurs glandeurs H&O et des éponges ... :langue2:
oui Zabou le coppercoat bien appliqué ça fonctionne assez bien mais c'est un peu comme une matrice dure de bonne qualité, il faut plonger souvent pour bien nettoyer et réactiver, surtout les parties longuement exposées au soleil.

25 août 2018
0

:lavache:
Je serais bien incapable de plonger sous ma coque ! Et encore moins de frotter au scotch britt les quelques 35/40 m2 de sa surface !
En plus, la plongée est interdite dans mon port et le brossage de l'érodable encore plus....

25 août 201825 août 2018
0

Pour moi, et comme Quizas, ça passe sans problème en une heure (pour un 35 pieds) en mer sur ancre flottante, à condition qu'il n'y ait pas de clapot (sinon fort risque de se faire sonner par la coque).

Par ailleurs, le Coppercoat est une matrice très dure, il ne part que très peu de produit, même au tampon Gex. Demandez à ceux qui ont essayé de le faire sauter, ils ont souvent changé d'idée pour appliquer l'anti-fouling suivant par dessus ;)

23 sept. 2019
0

pareil que toi, surtout avec les trois quilles, en dessous faut pas être claustro!
Mais je ne suis vraiment vraiment pas le grand bleu, ni le petit...

25 août 2018
0

Attendons..... Que la carène soit nickel le au bout de 2 mois est monnaie courante, même avec un mauvais prduit
Les retours ne sont pas à la hauteur des espérances sur ce produit.

25 août 2018
0

Patrick97118 :je suppose que tu as donc une longue et bonne
expérience de ce produit ? Ou ne fais-tu que colporter ce que tu entends sur les pontons ?

25 août 2018
0

J écoute..... Autour de moi

25 août 2018
1

C est suffisant pour ne pas l utiliser à ce stade.....

26 août 2018
0

Idem pour moi
Bateau stationné a LA Trinité sur Mer, port trés salissant.
Des amis ont Coppercoat, ca marche assez bien a condition de retirer la couche de gras plusieurs fois par saison. Et ils doivent le « reactiver » une fois par an.
Meme chose pour moi (sans la reactivation) et mon antifouling longue durée, mais 10 fois moins cher.
Donc je ne franchis pas le pas pour l instant

26 août 2018
1

Pour etre parfaitement précis :
Je m appretais a commander Coppercoat en fevrier dernier quand un cata a moteur sort de l eau au chantier. La sous marine est tapissée d algue de 20 a 30 cm de long. Les parties apparentes semblent verte...j approche pour me renseigner.
Le proprietaire me dit qu il a appliqué Coppercoat 8 mois plus tôt. Qu il a nettoyé sa coque a flot une fois. Mais pense qu il n a pas suffisament poncé avant de mettre a l eau... ??
En tout cas, c est un fiasco.
Du coup, j ai suffisament de doute pour ne plus vouloir investir autant sans etre certain du résultat... et je passe sur un autre AF.
J ai revu le cata a moteur et son proprio, pour l instant (4 mois aprés la mise a l eau) pas d algues, mais il a déja plongé 2 fois pour retirer  «le gras ».
Moi aussi.

26 août 2018
0

Pour moi, le coût c'est un grutage et deux calages (350€) ainsi que 6-7l de Coppercoat (100€ / litre) soit environ 1 000€ en tout. Dix fois moins cher (100 balles) c'est même pas un tiers du grutage ;D.

Soyons sérieux sur les différences de coût : en comptant les grutages & calages, l'amortissement est fait si on arrive à tenir deux fois la durée d'un AF classique.

Dans mon cas le mieux que j'ai fait avec une matrice dure "classique" c'est un an et j'ai plongé plusieurs fois. Alors quitte à plonger autant ne pas avoir à sortir le bateau tous les ans...

16 juin 2019
0

radio-ponton

25 août 2018
0

Maintenant, si le but de poser une question est d induire une réponse, cela n a rien à faire dans le forum.....

26 août 201826 août 2018
1

Sur un plan purement rhétorique, la question portait sur un retour d'expérience. En la matière, je distingue plusieurs degrés de témoignages : acteur : quelqu'un qui est directement concerné et en mesure de répondre aux questionstémoin : quelqu'un qui a vu de ses yeux, au courant d'un minimum de contexte, des conditions d'application et d'utilisationcommère : colporte des ragots

Ne vois pas de dénigrement dans mes propos, si on devait retirer les ragots des forums, ils paraîtraient beaucoup moins vivants.

25 août 2018
1

Un jour, pendant que nous étions au port à sec d'Hennebont pour carénage, un voisin est venu nous voir et nous a demandé quel sorte d'antifouling nous avions posé. Et quand nous lui avons répondu qu'il s'agissait de Coppercoat, il nous a dit qu'il avait assisté un soir quelques semaines plus tôt à une réunion USHIP au cours de laquelle l'organisateur leur avait affirmé qu'il s'agissait d'un produit de merde, totalement inefficace, qui ne tenait pas et finissait au fond de l'eau. Nous aurions bien sûr pu comme toi n'écouter qu'un son de cloche... C'est d'ailleurs tout à fait ton droit. Mais nous n'avons pas posé de question : juste fourni un témoignage. Tu reconnaîtras la différence... Mais rassure toi : la prochaine fois, nous ne manquerons pas de te demander ta permission et ton approbation avant d'écrire quoi que ce soit sur ce forum.

25 août 2018
2

Pour info : Coppercoat existe depuis 1991... 27 ans, c'est encore un peu trop récent pour des retours d'expérience. Le mieux est d'attendre encore une petite cinquantaine d'années...

25 août 2018
1

Coppercoat août 2017. Bateau LOA 9,30 m, resté dans l'eau depuis. Un an après, rien. Mauvais plan pour les pros qui perdent un marché annuel (depuis la dernière législation en la matière).

26 août 2018
0

Mdr...

26 août 2018
3

j'ai croisé quelques bateaux de voyage avec un traitement coppercoat, c'est assez facile à repérer et a se rendre compte si la coque est propre ou sale ! tous (une dizaine rencontrés) étaient assez satisfaits. en voyage il est facile de plonger de temps en temps pour raviver le processus et les navigations font le reste. il est sur qu'un coppercoat sur une coque de bateau restant toute l'année au port n'aura pas plus d'effet que n'importe quel autre type d'antifouling, par contre je pense qu'un bon matrice dur sur un bateau de voyage avec nettoyage/ravivage régulier de la surface tout en navigant dans des eaux tempérées restera propre 2 à 3 ans , le coppercoat sans doute plus mais disons que tant que l'on a pas atteint ces 2 à 3 ans difficile de dire si il est supérieur à un bon matrice dur.
c'est donc vrai que faire un fil sur un coppercoat de 2 mois en vantant ses qualités ne peut que déclencher polémiques et railleries et ne convaincra personne sur la qualité du produit , il vaudrait mieux relancer ce fil dans 3 ans !

16 juin 2019
0

C'est faux. Deux ans après l'application du coppercoat, sans aucun entretien/traitement sur la coque depuis, d'un bateau qui est resté 10 mois sur douze au ponton, il n'y avait qu'une surface grasse avec quelques embryons d'algue. Ce n'est pas un voilier de voyage. La différence avec un antifouling classique est flagrante.

26 août 2018
0

Pour moi le produit n'est pas nul mais si on veut avoir une carène nickel il faut nettoyer souvent le Micron que j'ai passé par dessus est bien plus efficace pendant 7mois.De toute façon il faut sortir le bateau pour changer les anodes sur le saildrive donc le coppercoat n'évite pas la sortie d'eau mais uniquement de repeindre l'antifouling

29 déc. 2018
0

tu sors de l'eau pour changer l'anode de ton sail drive? :lavache:

29 déc. 2018
0

ben je n'ai jamais eu de problème pour les changer à flot

29 déc. 2018
0

Il y a des saildrives avec des anodes fermées donc démontage de l'hélice obligatoire suivant l'hélice c'est un peu tendu dans l'eau.

29 déc. 2018
0

Si tu as une maxprop bon courage dans l'eau

26 août 2018
0

PS on retrouve ce même débat sur les forums anglo-saxons avec les mêmes conclusions

26 août 2018
3

Sur mon bateau cela fait 4,5 ans que j'ai mis mon Coppercoat (fév 2014) et j'en suis globalement content.
Je n'ai sorti le bateau qu'une seule fois depuis, c'était en fév dernier, donc 4 ans après l'application car j'ai changé mon moteur. Juste un coup de karcher sur la coque.
Le bateau est sur une bouée au Marin en Martinique, donc dans le genre emplacement grade il y a pas mieux, bouillon de culture tropical très efficace pour tester les AF.
Je pense qu'après 4,5 ans d’expérience avec du Coppercoat je connais les avantages et inconvénients du produit pour ces conditions particulières.
Les inconvénients sont dus essentiellement au fait que le Coppercoat ne renferme pas de biocide actif donc peut paraître mollement efficace en regard de certains AF qui les premiers mois gardent leur carène absolument nickel. La mienne se couvre de milliers de minuscules crevettes qui adhèrent pas mal à la coque.
Crevettes que je transforme en purée avec un scotch brite assez régulièrement et qui attire beaucoup les poissons. C'est là le principal inconvénient, il faut frotter (et pas du tout passer gentiment une éponge !! Ca c'est pour les pays tempérés) et je plonge (je me suis fait un beau narguilé) tous les mois afin de garder ma carène comme les fesses d'un bébé. Mais sous les tropiques il y a pire supplice que de passer 2h dans l'eau à 28°. Je comprend donc les mauvaises opinions de la part de certains, qui ne peuvent, pour de multiples raisons, plonger et frotter leur coques aussi souvent.
A part cet inconvénient je ne vois que des avantages au Coppercoat. Je rentre d'un mois de virée dans les grenadines avec une carène aussi propre que si j'avais carèné hier. Le bateau est 365j/an dans l'eau ! et l'autre avantage c'est l'économie du prix de la sortie (sans parler de l'AF lui-même, loc karcher, elec eau etc) ici cela varie entre 650 € et 1300 € pour 5 jours (42") Donc même un peu cher, 15l à 105 €/l c'est rentable. Je ne le regrette absolument pas et espère tenir encore 3 ans puis je le referai.

26 août 2018
0

Bonjour Bruno. Merci de ce témoignage. Cela nous rassure d'autant plus que nous sommes à Fuerteventura aux Canaries où nous attendons fin novembre
pour faire la traversée jusqu'aux Antilles. Nous avons l'intention d'y passer trois ou quatre ans avant de passer Panama pour aller en Polynésie.
Petite précision à tous : nous avons fait le choix du Coppercoat pour des raisons économiques dans le temps mais aussi parce que nous n'avons pas de moteur Inboard - donc pas de saildrive ni d'arbre d'hélice - et pas la moindre sonde ni le moindre passe coque sous flottaison.

27 août 2018
0

Bonjour
Dans le meme cas que toi (sauf que je ne peux pas vidanger les SD de l interieur)
Anode de SD en 2 parties donc theoriquement faisable en plongée.
Si pas d AF miracle a venir, je finirais peut etre par passer au Coppercoat.
Pour l instant trop cher
J ai un AF longue durée (2, 3 ans ??? En cours d évaluation)

27 août 201827 août 2018
0

Cà me prend plus de temps de rincer et graisser l'outillage qui a nécessairement pris le bouillon que de boulonner l'anode :/

Après, j'ai une apnée probablement assez supérieure à la moyenne (en forme, il m'arrive de tenir des agachons ~30s à 20-25m), m'a sensation sur la facilité d'un carénage sans narguilé ou bouteille mérite un peu de mise en perspective quand même.

Dans ton cas particulier (multicoque si j'ai bien compris) de très faible tirant d'eau et de coque étroite, quasiment toute la surface mouillée doit être accessible depuis la surface.
Donc, pour le carénage, avec un simple tuba, une combinaison adaptée à la température locale, légèrement sous-lesté, un peu de patience et pas beaucoup d'entraînement, çà devrait passer sans douleur.
Pour les anodes par contre, si tu n'as pas les bras assez longs pour le faire de la surface avec un appui suffisant, le plus simple sera peut-être de louer les services d'un plongeur qui sait poser une anode : faut souvent les mettre un peu en forme sur l'arbre et pas mal souquer pour qu'elles ne dégagent pas au bout de quelques tours d'hélice, ce qui n'est pas si simple à faire en "pesanteur zéro".

27 août 2018
1

bof, sur ton bateau neuf a fort encombrement, tu aura de la place pour un narguilé !

26 août 2018
0

Hello,
J'y songe aussi pour ma prochaine"monture", bateau neuf à fort encombrement(...), donc pas toujours facile à sortir.
Ceci dit, il y aura un sail drive...qu'on peut vidanger de l'intérieur.
Qu'en est -il de l'anode par contre?Sur mon cata, je dois les changer tous les deux ans... :pecheur:

26 août 2018
0

Je ne saisie pas très bien tes motivations !? Moi j'ai un moteur inboard avec arbre d'hélice un sondeur et de nombreux passe-coques (7) tous en plastique et aucun problème existentiel.
Ici un loueur (ex Régis Guillemot --> Dream Yacht) à fait ce choix. Ceux qui s'occupent de l'entretien des catas trouvent cela bien mais la nouvelle direction n'est pas convaincu (mais elle ne l'était pas avant non plus)

26 août 201826 août 2018
0

Pour te répondre au sujet de l'anode et bien c'est très simple je n'en ai plus !!
Avant j'en avais une sur l'arbre d'hélice qui ne "s'usait" pas et que j'ai finit par enlever lorsque j'ai changé cette dernière pour une Kiwiprop et j'en avais une autre boulonnée près du bord de fuite de la quille qui a "fondue" en 7/8 ans je ne l'ai pas remplacé.
Mais évidement avec un sail drive en alu elle risque de ne pas trop durer

26 août 2018
0

Les anodes où tu les changes en plongée ou tu sors le bateau tous les ans car elles ne dureront pas 2 ans

26 août 2018
0

@Pat45
Il y a juste qques jours, à Chatam - Union, j'étais avec des canadiens qui avaient racheté le cata qui faisait le bateau officiel de la course du figaro. Un beau cata de course d'il y a 25 ans fait pour une Québec-St Malo (16m par 10) c'est sans doute ce genre là le "fort encombrement" auquel tu songes ?
Et bien lui ne plongeait pas car asthmatique, et c'est elle qui le faisait avec bouteille certes mais elle en avait vraiment marre !!!
Tu navigues en solo me semble t-il, et si ton futur truc a ces dimensions ce sera dur, mais tu es peut-être encore jeune.

27 août 2018
0

Hello Bruno...oui, en gros, ça sera ça(14.50mX 8.30), et 3 coques...donc pas facile de trouver des chantiers pour sortir la bête tous les ans, surtout que je ne compte pas rester aux Antilles ad vitam eternam.
J'ai déjà demandé sur Trinidad, aucun souci pour le sortir dans de bonnes conditions...
Plonger pour gratter régulièrement ne m'effraie pas...et changer une anode articulée une fois par an non plus, à condition qu'elle le soit...
Je viens d'avoir 54 ans, sinon...et je me maintiens en forme, enfin j'essaie!
Quant aux navs en solo, elles devraient se réduire, l'engin sera bien plus attractif et confortable que mon petit cata! :heu:

27 août 201827 août 2018
0

"Quant aux navs en solo, elles devraient se réduire, l'engin sera bien plus attractif et confortable que mon petit cata! " bravo pour ton futur boat et la vie accompagnée cela peut-être très sympa ... et 54 tu es encore un jeunot. ;-)

27 août 2018
0

Bonjour,
Une vidéo explicative sur l'application du Coppercoat.


Comme c'est une application sur coque polyester, à cause du risque d'osmose, un grand soin à été porté à la préparation de surface.

Kaahua

27 août 2018
-1

rien d'autre à rajouter qui l'a été dit par les utilisateurs, si ce n'est une certaine usure du film due au nettoyage régulier et , notamment sur les arrêtes( Brion, bord d'attaque des ailerons) le gel coat à nu.
ceci après 5 ans d'utilisation et 5 couches de coppercoat
Je recommande donc de ne pas chercher à tout prix à faire des économies sur la quantité.
7 couches me paraît le bon compromis en insistant sur les parties pouvant être en contact , en naviguant, avec les corps morts, filets de pêche, bois flotté, cadavres de baigneurs à la dérive etc...

28 déc. 2018
0

Une question me taraude....
Quand on ponçe ou frotte dur un af dans l'eau, on disperse des molecules biocides.
Quand on fait de meme pour un coppercoat, on disperse du cuivre.
Lequel des 2 est le plus nefaste?

29 déc. 2018
2

J'en rajoute une couche...
4 couches (6 les endroits sensibles) de Coppercoat appliquées à l'été 2012 au rouleau laqueur.
Depuis, carène nettoyée en plongée régulièrement (ca part tout seul). La carène reste propre si on navigue. Le gras est plus sensible en été et sur les parties exposées au soleil.
Mise au sec cet hiver après 6,5 ans. Il reste encore pas mal de Coppercoat. Certaines parties (bord de fuite quille et safran, quelques points à la flottaison) : on devine le primaire epoxy.
Je vais remettre 4 couches de Coppercoat au printemps.
Le produit convient si on nettoie régulièrement. L'intérêt est qu'il n'y a pas d'accroche contrairement à un AF biocide qui ne fait plus d'effet.
Donc plutôt satisfait, mais je concède que cela ne puisse pas convenir à tout le monde.
Et plus on va vite et plus c'est nettoyé !

29 déc. 2018
0

ODeclav : Sans abuser, combien ont couté la première application ?
Quel est l'aspect de surface ? très lisse ? peau de bébé ? standard ? comme de l'érodable ?

29 déc. 2018
0

Mmmmmhhhh !
Ca sent la glisse, votre affaire !

29 déc. 2018
0

22,m2 à couvrir. 1 kit de 0,5L + 0,5L + 2 Kgs de Cu permet de mettre 4 couches sur 4 m2 => 6 kits à 120€ => 720€.
Aspect peau d'orange après application (rouleau laqueur).
Actuellement : lisse comme une plaque de verre.
Pas de phénomène de plaque qui se détache. Le primaire est du VC-Tar poncé au 180 avant application du CopperCoat.
Je vais remettre 4 couches, mais je suis persuadé que sur une bonne partie de la carène il reste au moins 2 couches.
Le nettoyage a surtout porté sur la ligne de flottaison et les 20 premiers cm.

29 déc. 2018
1

L aspect du coppercoat, qd il est bien appliqué, est semblable à une finition expoxy. Parfaitement lisse. C est aussi le gage d un nettoyage facile à l éponge ( ou la gratounette) pour réactiver le cuivre.

06 jan. 201906 jan. 2019
0

Je reviens sur le coppercoat, car je l'envisage pour la prochaine siason, et à 120€ le litre (ils gagnent bien leur vie), mieux vaut prendre toutes les precautions et renseignements.

Ils gagnent bien leur vie, le produit est surement super, mais leur fiche technique bof.
Elle n'indique pas, par exemple, le ratio du melange base/durcisseur. Encore moins s'il se fait en poids ou en volume.
Pour celui qui veut casser le conditionnement, comme le preconise d'ailleurs cette FT, c'est moyen, un melange epoxy devant se faire toujours miticuleusement.

03 mar. 2019
0

La densité est la même => on peut faire le mélange résine/durcisseur indifféremment en poids ou volume à 50/50.
Le plus simple est de fractionner en 3 à 4 parts égales le kit de 1L.
Une fois le mélange bien homogène, on y ajoute le cuivre en proportion.
A la fin du rajout du cuivre, pas évident car c'est bien épais !
Je fais des doses avec une balance car cela permet de travailler avec un mélange fluide. Petits pots en plastique avec un couvercle pour bien secouer avant d'utiliser le mélange avec un rouleau laqueur.
Aspect peau d'orange qui devient parfaitement lisse au fil des nettoyages ...
Le CopperCoat ne conviendra pas à un voilier (ou vedette) statique ou lent.
Il est parfait pour un voilier à l'échouage car bien plus résistant à l'abrasion que les AF à matrices dures.

08 jan. 2019
1

J'ai mis du Copper Coat sur mon bateau il y a 3 ans. Pour rien au monde je reveindrai à une autre solution. Je suis à la Trinité sur Mer qui est un lieu plutôt salissant.
Le produit n'est pas miracle et je profite des mes échouages pour lui gratter le ventre deux fois par an. IL se forme une couche grasse avec un petite barbe fine.

Ce que je préfère c'est que j'ai toujours une coque propre et donc un bateau qui avance bien.

Maintenant le vrai challenge du Copper Coat c'est que c'est un Epoxy. Il faut donc revenir au gel coat sur la coque. Le plus simple et le plus fiable est un sablage.

Ensuite il faut mettre 4 couches, chaque couche devant être mise avant que la précédente soit sèche. Il faut donc au moins 2 opérateurs pour la pluspart des bateaux.
Finalement c'est de l'Epoxy, il faut donc que non seulement la température soit compatible mais en plus que la coque n'ai aucune trace d'eau durant 36h. En général, la construnction d"une tente est la bonne solution.

Les déceptions avec le Copper Coat viennent le plus souvent d'une pose approximative ou d'une préparation au rabais. Le produit ne le tolère pas.

08 jan. 2019
0

Comme tout epoxy

03 mar. 2019
0

Copper coat, La Trinité, échouer 2 x par an...
Bien bien bien, programme séduisant.

16 juin 2019
0

Une question en passant, je vais faire mon safran uniquement au coppercoat.
Quel type de rouleau : rouleau mousse laqueur ou poil ras finition lisse ?

16 juin 2019
0

Le rouleaux à poil ras vont bien pour l'époxy. Les laver et les sécher avant pour éviter les peluches.

21 sept. 201921 sept. 2019
1

Après deux ans de Coopercoat, je suis toujours content et je n'envisage pas de sortir mon bateau avant longtemps. Depuis que je suis arrivé aux Marquises, la coque se salit beaucoup plus rapidement, la baie de Nuku Hiva est un vrai bouillon de culture. Je passe un coup de raclette et de tampon tous les mois en apnée, j'utilise une bouteille que pour aller gratter sous la quille, l'arbre d’hélice et l’hélice ainsi que pour changer l’anode. Je n'avais pas mis de coopercoat sur l'hélice et sur l'arbre, seulement 6 couches de Vélox. Tous les mois, ici, je ne vois plus l'hélice cachée sous un foisonnement urticant. J'ai maintenant aussi un speed boat sur lequel je vais mettre aussi de coopercoat. Je trouve ce produit génial, sauf le prix. Le tarif pratiqué par l’importateur Français est abusif, ça vaut le coup de chercher un peu sur le net à l’étranger, il y a des économies a faire.

21 sept. 2019
0

Merci pour le retour.

23 sept. 2019
1

J'ai achaté un bateau "coppercoaté" en Anglaterre, le revêtement avait 7 ans.
Avant de le descendre en Bretagne, j'ai juste passé le Karcher , il y avait une petite couche de fouling mais rien de grave.
Je n'ai pas eu le temps de gratter le coppercoat pour le raviver.

Arrivé chez moi, étant donné l'intensité du soleil sur Brest, ça a été une vraie catastrophe, en deux mois j'avais au moins 3 cm d'un fouling de balanes et autres.

J'avais le choix de raviver en grattant au scoth brite, mais je voyais que les zones bien "vertes" étaient aussi sales que les autres, et je n'ai pas pris le risque, j'ai appliqué un AF classique, qui d'ailleurs s'est révélé nul puisque 3 mois après le bateau est crado.

Donc en résumé, s'il faut gratter tous les mois, c'est quand même bien fastidieux...

Les Anglais en sont beaucoup plus contents, car moins de soleil et eaux plus froides.

23 sept. 201923 sept. 2019
0

"J'ai achaté un bateau "coppercoaté" en Anglaterre, le revêtement avait 7 ans."

7 ans c'est beaucoup non?

"Je n'ai pas eu le temps de gratter le coppercoat pour le raviver.
Arrivé chez moi, étant donné l'intensité du soleil sur Brest, ça a été une vraie catastrophe."

OK mais si tu l'avais ravivé?

Est ce vraiment un avis sur la durée et la qualité?

24 sept. 2019
0

C'est un état de fait, pas vraiment un avis.
Ca a fonctionné parfaitement 7 ans outre Manche.

je n'ai pas tenté de raviver, un peu pris par le temps, et du fait que des zones étaient restées bien vertes et malgré tout étaient colonisées par des organismes.

La question demeure, est-ce que j'aurais atteint 7 ans chez nous (certes ne n'est pas la Med, mais c'est plus ensoleillé qu'en UK), et à quelle fréquence j'aurais eu à nettoyer/ gratter.

Si j'en essaye un autre au cuivre , ce sera le C-guard, car plus tolérant à l'application.

Mais je ferai ça après traitement osmose. Des cloques sont apparues quelques années après le coppercoat, pour l'instant je ne sais pas si c'est le coppercoat qui cloque ou si c'est lui qui a "accéléré" le phénomène => verdict dans deux semaines

26 sept. 2019
0

Je ne suis pas affirmatif sur l'accélération potentielle de l'osmose avec le coppercoat (d'où les guillemets), mais en tout cas nous nous retrouvons dans la même situation.
Le Coppercoat a été appliqué par un chantier pro, la coque avait alors environ 40 ans, et n'avait pas de trace visible d'osmose.
Le professionnel a-t-il fait une mesure d'humidité? mystère

Quand j'ai réappliqué de l'antifouling j'ai crevé quelquyes cloques et ça ne sentait pas le vinaigre.

Dans deux semaines le bateau sera à sec, je vais décaper au disque à lamelles une partie, voir si la stratification est attaquée et faire faire une mesure d'humidité.

Vu l'épaisseur du bordé sur ce bateau (6t pour 9m....) je ne suis pas inquiet, mais je navigue encore la saison prochaine avec et ensuite traitement (je ferai faire le rabotage et j'appliquerai moi-même de l'epoxy)

27 sept. 2019
0

Ben j'ai quand même hâte de sortir le bateau pour poncer ces cloques et voir si c'est le coppercoat qui cloque ou le gel coat.

Si c'est le coppercoat, ce sera décapage de celui-ci et antifouling normal. Mesure d'humidité quand même, mais si le gel coat ne cloque pas et que le bateau est sorti l'hiver, je pense que c'est acceptable en l'état.

Si c'est le gel coat, je fais la totale dans un an.

26 sept. 2019
0

ah oui, comme toi je suis passé d'un eeau froide (UK) à une eau presque tropicale....(Brest)

25 sept. 2019
0

A mon avis, le Coppercoat n'accélère pas l'osmose, il la met juste en évidence. Pour moi çà vient du fait que ce dernier est étanche, contrairement aux antifulings classiques (la coque ne prendrait pas l'eau sinon), et ne laisse pas l'acide partir, là où une bonne partie devait diffuser tranquillement sans faire de cloques avant application.

J'ai aussi beaucoup plus de cloques depuis l'application du Coppercoat (bon je suis aussi passé de med à une zone inter-tropicale chaude).

26 sept. 2019
0

Le coppercoat est étanche vu que l'époxy est résistant à la dégradation par l'eau de mer , et la quantité de Cu métal infèrieure à CPV ( concentration pigmentaire en volume ) , ceci fait que le système enferme l'humidité antérieure à l'application et laisse développer l'osmose potentielle .
Rien d'inquiétant , dans la mesure ou losque l'on refait le coppercoat , on peut en profiter pour faire un traitement préventif anti osmose .

23 sept. 2019
1

ahhhhh, l'intensité du soleil de Brest !

24 sept. 2019
0

Bonjour à tous,

ayant un bateau en alu, votre fil m' inquiète un peu!

Que se passe-t'il si une coque en alu se retrouve "coincée" entre plusieurs bateaux dont les carènes sont recouvertes de Copercoat, diffusant à qui mieux-mieux des particules de cuivre dans la flotte?

Vous lui payez un jeu d' anodes neuves tous les mois ou vous le laissez couler?

Éclairez ma lanterne, j' espère que je me fais du soucis pour rien.

Gorlann

25 sept. 2019
0

Si le Coppercoat diffusait "à qui mieux-mieux", les trois couches de peinture n'auraient probablement pas 10ans de durée de vie...

25 sept. 2019
0

À Gorlann
Effectivement, tu as un problème…
Mais le doublage des coques avec du cuivre a de l'antériorité sur les coques alu.
C'est au dernier arrivé de s'adapter !
Bon, je sors ! :acheval: :acheval: :acheval: :goodbye:

26 sept. 2019
1

Pas d'inquiétude mon cher Gorlann , les antifouling à base de cuivre métal , agissent par oxydation du cuivre métal en surface , et non par diffusion de particules de Cu dans l'eau .
Il est essentiel de comprendre que la fonction biocide des AF est de tuer les bactéries qui prolifèrent à la surface immergée de la coque . Pour tuer ( désinfecter est plus approprié ) , on peut utiliser des biocides organiques ( matrice dure ou érodable ) , ou la fonction oxydante du cuivre métal . C'est pour cela qu'il faut réactiver régulièrement la surface pour laisser du cuivre métal non oxydé faire son office .

26 sept. 2019
0

Gorlann, prends la place sur le catway à côté du mien, je brancherai un câble à ta coque, ça économisera mon anode....

22 mai 2020
0

Comment ça se passe lorsqu'on doit refaire l'antifouling sur une carène qui a déjà eu une "parfaite" application Coppercoat ?

Doit-on refaire un aérogommage (ou hydrogrommage) pour repartir sur une base propre comme neuve ? ou suffit-il de faire un coup de karsher + ponçage au 80 + ponçage au 120 + séchage , puis ré-application du Coppercoat sans primaire ?

22 mai 2020
0

Dans le cas ou l'ancien Coppercoat est en bon état , le cuivre simplement oxydé et consommé , un simple ponçage avec un grain fin type 480 donnera une très bonne adhérence à la nouvelle couche . Les époxy ont une très bonne adhérence chimique entre eux , donc pas de problème .

23 mai 2020
0

@safioran : merci pour ta réponse claire.

Puisque tu écris "Les époxy ont une très bonne adhérence chimique entre eux", j'en profite pour une autre question :

Dans le cas d'une construction en contreplaqué-epoxy, puisque "Les époxy ont une très bonne adhérence chimique entre eux", est-ce que la toute premiere application Coppercoat nécessite aucune une primaire ?
N'y aura-t-il pas un souci si un jour il est décidé d'enlever totalement le Coppercoat pour essayer autre chose ?

Enfin , dans mon cas (construction en contreplaqué-epoxy) j'ai un moteur hors bord, des passe-coque métallique, et PAS D'ANODE : est-ce que le fait qu'il n'y ait pas d'anode aura une incidence négative par rapport à l'idée de mettre du Coppercoat ?

(autre question mais cette fois-ci pour la curiosité : concernant les coques en carbone, est-ce que le Coppercoat (epoxy + poudre cuivre) est une bonne idée ou ne vaudrait-il pas mieux du M300 (polyester + poudre de cuivre) ou autre chose (est-ce que le carbone et le cuivre s'entendent bien?) ?

23 mai 2020
0

Tu peux peindre directement sur le coppercoat, c'est une sous-couche époxy.
Si on utilise du carbone c'est pour que soit léger, on ne va pas mettre un antifouling lourd dessus, surtout pour un bateau de course.
Si tu veux mettre du Coppercoat sur ta coque, mets une anode sur ton moteur.
L'époxy isole les grains de cuivre de la coque, aucun pb surtout que le carbone ne craint pas grand chose. Le polyester à la place de l'époxy ne changerait rien, mais le polyester est moins bien que l'époxy question adhérence et étanchéité.

23 mai 2020
0

Bonjour ,
À la question 1 , la réponse est non , pas besoin d'un primaire époxy sous le Coppercoat , il se suffit à lui même .
J'ajoute que si l'on veut être puriste et maniaque , on peut éventuellement poser une ou deux couches de VC Tar , mais pas autre chose , l'essentiel étant de garder un système étanche à base d'époxy sans solvant ni pigments . Ensuite , le Coppercoat avec son rapport poudre de cuivre / résine supèrieur à 1 , fera le reste . Si changement de système , le Coppercoat pourra servir de base , n'oublions pas que le Coppercoat est une sorte de revêtement époxy trés étanche , et donc on peut utiliser ces qualités de base .
A ma connaissance le Coppercoat n'est pas recommandé sur les coques métalliques , car la conductivité du cuivre , induit des courants électrolytiques pouvant créer de la corrosion sur les passes coque , cependant n'étant pas spécialiste des courants faibles corrosifs , je demanderais avis à des spécialistes .

Concernant la compatibilité carbone / cuivre il ne doit pas y avoir de contre indications , les deux matèriaux étant conducteurs du courant avec des vitesses de propagation certe différentes mais pas incompatibles .
Entre le M 300 et le Coppercoat , la seule différence est la nature du polymère supportant la poudre de cuivre . Le point clé de ces formules étant le rapport de résine et de poudre qui à pour résultat l'efficacité biocide de l'oxydation du cuivre . En résumé pas de contre indication sur un stratifié de carbone / époxy .

23 mai 2020
0

FredericL et safioran :
Merci pour vos réponses.
Il y en a uniquement une à laquelle (sauf erreur de ma part) vous n'avez pas répondu :

J'ai un moteur hors bord (avec anode dessus). Et lorsque je navigue le moteur n'est pas dans l'eau (les anodes non plus). Et je n'ai pas d'autres anodes ailleurs. J'ai des passes-coque métalliques. Dans ce cas précis est-ce que le Coppercoat SANS ANODE serait problématique ?

24 mai 2020
23 mai 2020
0

Mon voisin de ponton qui pour l'instant ne navigue jamais a mis du coppercoat il y a deux ans.
Il l'a fait dans les règles de l'art.
Sa carène est strictement impeccable même côté soleil près de la surface.
Son voilier est un trintella 36 des années 80.

24 mai 2020
0

Jean-Louis, j'ai un hors-bord sur mon bateau en polyester, il est normalement relevé, sans contact apparent avec l'eau, il sert (beaucoup) moins que 100 heures par an. Mais l'anode de l'embase se bouffe quand même en 3 ou 4 ans. Donc il y a des fuites, coppercoat ou pas, entre le moteur et l'eau. Je précise que je suis au corps-mort, loin de tout bateau.

23 juin 2020
0

Salut Zabou, j'ai porté un certain intérêt à tes postes sur le coppercoat car mon métier et la localisation de mon mouillage font le plaisir de la verdure,des moules et des gravans.je suis marin pêcheur donc mon canot( un sangria de 77) reste sur son corps mort situé à rosbras dans l'aven durant quelques mois sans bouger.du coup je me tâte pour mettre le fameux coppercoat après un aerogomage ou un microbillage.l'aven étant une rivière très salissante qu'est-ce que tu en penses ? Au fait désolé je m'appelle max et mon bateau c'est le louarn kamm ( renard boiteux a cause de son unique jambe et parce que c'est le nom du lambig chez nous à riec😉).kenavo.max

06 juil. 2020
0

Un avis ici

02 août 2020
0

Bonjour tous, mon témoignage:
j'ai construit un bateau et appliqué du coppercoat sur la carène. première application à la patte de lapin désastreuse: ma jolie carene tendue et lisse comme une cuisse de danseuse s'est retrouvée crépi; leger énervement. j'ai tout reponcé et réappliqué (quand on aime on ne compte pas..) cette fois au pistolet contrairement aux indications. (si je retrouve comment j'ai fait exactement je vous le dit!). là, niquel petite peau d'orange remise a plat par un leger ponçage . fini super lisse, le bateau ressemble à une casserole.
mise à l'eau en septembre 2016

apres un an en Seine en amont de Paris j'ai sorti le bateau de l'eau. petit film biologique et quelques petites concrétions calcaires; karcher et scraper (stanley avec petite lame de cutter) pour le calcaire et c'est nikel.
Descente de la Seine et un an au Havre. Pendant cette année le bateau à été nettoyé à la raclette plastique 2 fois. puis une autre fois l'été dernier dans le golfe du morbihan apres le tour de bretagne.
Le bateau est resté à l'eau tout ce temps jusqu'a lundi dernier ou j'ai caréné à sec: 2 ou 3 millimetre de film biologique et 4 grappes de moules qui se sont décrochée gentiment sous le couteau à enduire au premier passage. carene à nouveau niquel et ponçage leger à l'orbital au grain400 pour "ravivé": surface ultra lisse et dure avec cuivre frais affleurant l'oxydation. Par contre le saildrive traité avec un AT en bombe speciale helice était dégeulasse et long à remettre à neuf.

soit depuis sept 2016 jusqu'a fin juillet 2020 le bateau est sorti de l'eau 1 fois ou il a été nettoyé. puis 3 nettoyages en plongée depuis; 5 aurai été mieux .
ma conclusion:
c'est sur qu'en carenant de façon classique 4 fois dans ce laps de temps la carene aurai été toujours nikel. enfin peut etre. solution cher et sale.
en carenant 2 fois de façon classique le resultat aurai été grosso modo comparable, je pense, au coopercoat.
Mais si t'as décidé d’arrêter de balancer du poison dans la mer il y a une solution c'est le coopercoat (ou un produit technologiquement équivalant); en plongeant de temps en temps passer un coup sur la carene, ça marche tres bien. Et la surface est dure et protege le bateau.
Pour ce qui est du saildrive, une protection avec plusieurs couches de produit genre IM409 epoxygard en primer pour l'isoler du cuivre, je ne vois pas pourquoi cela ne fonctionnerai pas.
Pour la croisiere c'est suffisant et pour la course il faut de toute façon passer l'éponge la veille. La question du poids est un pretexte pour ne pas changer d'habitude et qui pourrai du reste être intégré à la gauge.
Bref cet antifouling fonctionne, c'est question de politique personnelle comme de faire le tri des dechets, prendre les transports en commun ou utiliser des toilettes seches. Il faut juste accepter de ne pas faire comme avant. ( c'est vrais que c'etait mieux avant, on pouvait tout dégueulasser, c'etait même recommandé).

ceci dit l'aventure continu et peut etre je vous tiendrai au courant!

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer