Résistance à la traction et au cisaillement de filets

Question compliquée (pour moi) de résistance des matériaux, je ne trouve pas sur google.
Soit d'un côté de la fonte GGG50 (quilles de 160kg), à tarauder.
Soit de l'autre côté de la tige filetée inox, M20, pour fixer les quilles sur la coque.
Etonnament, le plan (architecte injoignable pour l'instant) prévoit de tarauder la fonte sur une profondeur de 16cm, ce qui me paraît énorme.

En effet, si je considère d'une part la résistance à la traction et au cisaillement des écrous qui vont reprendre la tige filetée à l'intérieur du bateau, je serai nettement inférieur à la résistance de 16cm de filet taraudé.

D'où la question, est-il bien utile de tarauder la fonte sur 16cm ? Plusieurs me disent qu'au delà de quelques centimètres (genre 4 ou 5), la résistance ne va plus augmenter, et je serais plutôt de cet avis également.

S'il y a parmi nous des balèzes en résistance des matériaux, je veux bien leur avis. Ou si quelqu'un connais un site qui m'aiderais à calculer tout ça, je suis preneur également.

Merci.

L'équipage
29 mai 2006
29 mai 2006
0

longueur filetée
c'est peu t'être pour anticiper l'oxydation de la fonte dans les trous taraudés. Mais trouve t on des tarauds M16 longueur 160 mm plus le carré d'entrainement ?

29 mai 2006
0

Crois pas
dans la mesure où les tiges filetées seront noyées dans le Sika 292 avant introduction dans la fonte. Qui plus est, les têtes de quilles sont dans des "boites" , collées au Sika et stratifiées par l'extérieur, donc en théorie à l'abri de l'oxydation.

Effectivement, trouver des tarauds de cette longueur en M20 n'est pas évident, mais il existe des rallonges.

30 mai 2006
0

soyons logique

Prends n'importe quel écrou (taraudage) supportant donc les efforts au cisaillement encaissé par la tige filetée de la vis ,son épaisseur est égale à 0.8d pour les usuel voir 1d pour les epais , mais pas plus.Donc inutile de faire un taraudage pareil.

N'y aurait-il pas une erreur d'unité :-D car sur les plans de bateaux l'on parle dans le metier en mm et non en cm comme dans le batiment à moins que ton archi soit un archi justement de maisons. :-D et qu'il ait melangé ses deux activités

josé

30 mai 2006
0

pour le calcul

L'on prend la hauteur du pied du filet qui est egale au pas du filet (2.5mm pour M20) l'on calcule son perimetre (d=20-5)et l'on doit avoir au moins le nombre de filets correspondants à la section du noyau de la vis (225mm2 pour du M20) biensur par precaution l'on multipli par 1.25 ou 1.5 suivant l'age du capitaine.

la section des filets doit etre au moins egale à celle du noyau de la vis.

josé

30 mai 2006
0

Vu en vrai
des tiges filetées plutôt longues dans une quille démontée qui trainait sur le port.

La fonte coulée est un matériau fragile aux chocs, à la traction et à la flexion, sans rapport avec de l'acier de boulonnerie. Mais elle tient bien la compression. A la gite, la tige filetée introduit dans la quille des efforts de traction et de flexion dans la fonte, qui se répartissent d'autant mieux qu'ils sont appliqués au coeur et pas à la surface.

D'autre part, au serrage, la fonte est comprimée contre le bateau, ce qui est son mode de fonctionnement favorable. Si le filet est profondément enfoui, la compression se fera sur toute la largeur de la semelle. Si le filet est en surface, la compression sera localisée au centre de la semelle uniquement.

Un rapport longueur/diamètre de 8 fois ne me choque pas. Un rapport longueur/diamètre de 1 me ferait vraiment peur.

30 mai 2006
0

oui c'est vrai

Robert ,la fonte ce n'est pas le m^me chose que la tige inox la resistance n'est pas la m^me .

Tout compte fait 160mm celà fait peut etre beaucoup mais effectivement le taraudage doit etre profond.

josé

30 mai 2006
0

norme

je viens de tomber sur la norme (NF-E 7 -241) des implantations des goujons

Implantation= 1.5d pour les metaux dur

2 d pour les métaux tendres.

Tiens je viens aussi de trouver une doc sur le sujet

Profondeur egale à 3d

je la tiens à disposition de ceux que celà interesse.

josé

30 mai 2006
0

oui, mais ...
la profondeur dépend aussi de la forme de la pièce. Une quille c'est une semelle large raccordée par deux congés à un voile ... si les boulons ne descendent pas jusqu'au voile, la semelle ne répartira peut-être pas bien les efforts. Le dimensionnement est donc lié aussi au rayon des congés entre semelle et voile.

30 mai 2006
0

3d
j'avais taraudé ma quille en fonte a 3d: 6cm pour tiges filetées de 2cm

11 tiges pour un lest de 2,2T

en fait fait tarauder par le fondeur (sonofoque a caen), qui ont tout ce qu'il faut pour ça , pour un surcout faible. Percer et tarauder des trous de 20 dans la fonte, ça ne se fait pas sur un coin de table..

30 mai 2006
0

naïf et hors sujet
Ca se travaille bien la fonte dont on fait les quilles ?

  • perçage ? quel lubrifiant,quelle vitesse de coupe ?
  • taraudage : réaliste ? taraud sépciaux ou banaux (== pour fer voir inox)

  • soudage : ça je sais; inabordable pour nous car il faut d'abord porter la pièce à environ 300°, en masse.

Désolé de cette question naîve et peut-être hors sujet mais de là à ouvrir un fil spécifique.

Yves.

30 mai 2006
0

Ok, merci à tous
Vérification faite auprès de l'architecte, que j'ai enfin su joindre, quelques centimètres "suffisent", mais plus c'est profond mieux c'est (voir les arguments de Robert).

Merci.

30 mai 2006
0

Je ne suis pas architecte,
mais si j'en était un avec la possibilité de choisir entre la formule "peu de risques" et "zéro risques", je prendrais instinctivement la dernière formule ! ;-)

On peut quand même supposer que les architectes travaillent à partir de bases de données éprouvées...

_/)

01 juin 2006
0

Moi aussi, 8 x D me parait énorme.
J'ai vaguement des souvenirs de règles comme "2 x D à 3 x D". De toute manière, vu l'élasticité des goujons, seuls les ~8 premiers filets vont porter, les autres ne servant strictement à rien à l'effort.

Par contre, au démontage, l'ensemble des filets applique un couple résistant. Et bonjour les dégâts si la rouille ou une attaque électrolytique s'y est mise. Idem si on emploie un frein-filet, qui sera prévu pour une longeur d'assemblage des filets de 2 à 3 x D, et pas 8 x D.

C'est comme ça qu'on casse les goujons au démontage. Donc la limitation de profondeur de taraudage sert aussi à rendre la chose démontable. Mais c'est vrai qu'on peut tarauder sur 16 cm de profondeur et enfoncer les gougeons de 5 cm... et en voilà un endroit discret pour planquer les diams de bobonne.

01 juin 2006
0

P. GUTELLE
Bonsoir,

P. Gutelle donne 3D pour la hauteur de filets dans le bloc de fonte plus D partie lisse du goujon ; je pense que ce D supplémentaire (lisse) est pour éviter de faire travailler les filets à la jonction.

Cordialement

JJB

01 juin 2006
0

Probable en effet
que c'est pour éviter que les goujons ne reprennent les contraintes de cisaillement, et j'ai déjà vu des assemblages de ce type où l'on met des "pions de centrage" destiné à reprendre ce type de contrainte, les goujons ne travaillant qu'en traction.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Les enfants de la mer

Souvenir d'été

  • 4.5 (82)

Les enfants de la mer

novembre 2021