Rénovation : l'aluminium, 30 ans après

Bonjour,

Au bout de trois décennies, force est de constater que tous les composants en alu du bord sont très fortement dégradés par la corrosion. Il s'agit d'un voilier en polyester et cela concerne le réservoir g.o, l'enveloppe extérieur du ballon d'eau chaude, les contreplaques de fixation (des winchs par exemple), et j'en passe. Pour certaines pièces, c'est la présence de l'inox qui a provoqué la dégradation. Ce n'est pas une cause générale.

Je n'ai jamais possédé de voilier construit avec ce matériau. je dois dire, au regard du constat précédent, que ce choix me laisse quelque peu dubitatif.

Bien sûr, de nombreux voiliers alu, âgés, contredisent mes craintes puisqu'ils sont restés en bon état.

A vous,

Laurent.

L'équipage
06 juil. 2012
06 juil. 2012
1

Il y a de nombreuses raisons à la corrosion de l'aluminium, sur un bateau comme sur un avion. Mais ces derniers se soumettent à des programmes de maintenance stricts, ce qui n'est généralement pas le cas des bateaux de plaisance. Le choix du matériau de coque dépend donc de multiples facteurs, parmi lesquels, la capacité à et la volonté d'assurer une maintenance adéquate...

06 juil. 2012
0

ce n'est pas un matériau noble ! il est assez bas dans la chaine alimentaire des métaux. il faut des proprios très méticuleux et compétents, moi j'aurai peur

06 juil. 201206 juil. 2012
0

À Coreng : Bien sur, mais certains matériaux résistent mieux à la négligence que d'autres. L'alu ne figure pas sur le podium…

06 juil. 2012
0

la grosse inconnu est de savoir de quel alu il s'agit ,par exemple il y a de forte chance pour que l'alu du chauffe eau ne soit pas prevu pour etre exposé à un milieu marin .

josé

06 juil. 2012
0

Possible, mais l'alu du réservoir G.O doit bien être en AG4 non ?
Et lui, il n'est pas beau à voir non plus.

06 juil. 2012
0

va savoir ?

Le bon alu marine à l'époque c'était du AG4 MC .

il s'agit du bateau en polyester , les accessoires ont tres bien pu etre en AG4 (tout court)

si le chantier constructeur du bateau c'est adressé à l'artisan du coin pour l'alu et si celui-ci n'est specialisé marine il a pris son alu qu'il avait sur ses étageres c'est à dire un alu courant terrestre ...

josé

06 juil. 201206 juil. 2012
0

Réservoir en alu étonnant sur un bateau polyester,ne serait-ce pas plutôt de l'inox de mauvaise qualité.Sincèrement je ne crois pas sur tous mes anciens bateaux plastique le réservoir était en inox.ton bateau est bien un Freedom.
L'alu ne serait qu'un produit bas de gamme.,moi qui me shoote chaque jour à l'alu de mon bateau!

06 juil. 2012
0

Que tout l'alu présent à bord du Freedom soit de mauvaise qualité me parait une explication un peu trop facile.

Je crois plutôt que ce voilier a été entretenu au minima et que l'alu a mal vécu ce laisser-aller.

Ceci dit, le contreplaqué des aménagements a beaucoup souffert aussi. Mais cela m'a beaucoup moins surpris pour savoir depuis longtemps que le contreplaqué ne souffre guère d'être négligé dans le temps.

06 juil. 2012
0

voici dejà 30 ans que j'ai fabriqué une annexe en alu en vrai alu marine avec certification , je la voie de temps à autre à St Malo , jamais elle n'a subie le moindre entretien et elle est toujours impeccable .

quel entretien d'ailleurs peut on apporté à l'alu?

06 juil. 2012
0

La corrosion est apparue sur des pièces confinées ou/et en contact avec une paroi polyester par exemple.
Finalement, ton exemple José serait celui ou l'alu a les meilleures chances de bien vieillir.

06 juil. 2012
1

c'est tjs assez magique de voir de quelle manière l'humain défend ce qu'il aime ...
il y a justement un fil sur les vieux bateaux alu sur le super site de morganscloud,
tous les gouts sont dans la nature, j'aime,

www.morganscloud.com[...]m-boat/

et moi, c'est le polyester qui me fait peur, je sais, c'est idiot !

06 juil. 2012
0

Je refais entièrement mon DI alu agé de 30 ans.
Les toles du fond sont bouffées par la corrosion: lest acier posé directemnt sur l'alu et noyé dans la résine. C'est un problème habituel sur les bateaux alu.

Par contre, j'ai été supris en démontant les vaigrages et en enlevant l'isolant posé directement sur l'alu (au dessus de la flottaison): l'alu est brillant comme s'il était neuf

06 juil. 2012
0

Bonjour,
Il y a différentes qualités d'aluminium et des couples galvaniques peuvent se former entre aluminium différents.
Votre accastillage aluminium est probablement de qualités différentes et monté avec de la visserie inox qui produit un couple galvanique important.
Perso sur mon romanée (1974), le cercle de hublot (fonte d'alu) a été carrément soulevé et cassé par l’électrolyse...
L'avantage que nous avons sur un bateau en aluminium ( bien construit) c'est que toutes les pièces d'accastillage (rail de fargue/chaumards/daviers/etc) sont réalisées dans le même aluminium (AG4 MC) donc pas d'électrolyse.
Ajouté à cela que nous possédons un circuit électrique particulièrement chiadé, et un système d'alimentation bi-polaire sur les organes électriques moteur (démarreur/ alternateur), et nous n'avons donc normalement pas de problèmes.
En ce qui concerne votre chauffe eau, passé 30 ans, il serait temps de penser à le remplacer. Mais bon s'il fonctionne toujours...
cdlmt
Jean paul
PS: pour Moscatel ... Bo Bato le Morganscloud !

06 juil. 2012
0

je connais un ex-propriéataire de Brise de mer qui a du changé une bonne partie du bordé.

L'alu me semble un peu trop auréolé d'un statut supérieur.

Et l'exemple que tu donnes, Jean-Pierre est bien celui d'un voilier bien entretenu. Or, sur ce forum même , je crois me souvenir de quelques retours pas très positifs : des mauvaises surprises découvertes sur des voiliers alu achetés d'occasion.

Il n'y a pas de matériau parfait mais l'alu fait parti des plus couteux. Sur ce registre financier, le stratifié verre/époxy, par exemple, me semble bien plus approprié vu sa durabilité.

06 juil. 2012
0

Je pense que la première raison du choix d'une coque en aluminium est la solidité, alliée a un entretien minimum. (pas de rouille comme sur un bateau acier)
Après... un bon chassiron avec 35mm dans les fonds et 60mm au retour de galbord çà le fait aussi...
Je n'ai aucun sectarisme concernant un procédé de construction, et c'est vrai que l'aluminium n'est pas bon marché.
En ce qui concerne les mauvaises expériences sur les bateaux alus, c'est malheureusement plus du fait des acheteurs car un bateau alu électrolysé cela se voit...
Et si on a pas cet "oeil", on le fait expertiser.
Dans le genre, l'ancien bateau du chanteur Renaud, qui doit toujours pourrir à sec quelque part...
Un éventuel acheteur qui irait se plaindre ensuite et dénigrer la construction aluminium, on ne pourrait que lui conseiller d'aller prendre rendez vous avec son opticien...
cdlmt
Jean Paul

0

je suis entierement de l'avis de lorenzo sur le vieillissement de l'alu,j'ai aussi un reservoir en ag 4 mc tout piqué alors que celui d'origine en inox (1979) est nickel ,je pense que l'aluminium doit etre reservé a un proprio meticuleux et maniaque !et je suis persuadé que le vieillissement de l'alu est invisible pour un profane contrairement a l'acier et au stratifié :-)

06 juil. 2012
0

L'alu, c'est un phantasme qui allie métal et pas de corrosion, mais dans la réalité, cela vieillit mal, pire si c'est peint. Et les soudures ne sont pas aussi simples que pour l'acier, j'ai souvenir d'un plan Auzépy-brenneur en forme construit en italie, dont les points de soudure des lisses a l'étrave étaient cassés (a l'époque en vente sur le lac léman),. Sinon mon uldb, pas de soucis.

08 avr. 2020
0

Bof...
J'ai un petit voilier en aluminium, il n'a que 60 ans et quasiment aucune corrosion, et pourtant il dort dehors été comme hiver.
La seule petite corrosion est au niveau des vis/accessoires inox sur alu.

06 juil. 2012
0

vieillissement de l'alu et vibrations.

je vous dis pas la gueule de mon copain proprio du bateau, lorsque le tube d'étambot est parti en miettes avec la bague hydrolube, lors de son remplacement.
j'avais un peu les boules, c'est moi qui faisais l'entretient.

j'ai coupé le tube de 5 cm pour retrouver un alu d'aspect correct...

cet accident est survenu, heureusement au sec, 5 ans après le naufrage du bateau en raison de la rupture d'une soudure (un collage plutôt) à l'avant du puits de dérive.
Deux ans de travail et 80.000 euros de frais.

depuis, mon copain parle de vendre.
Pour moi, l'alu, JAMAIS.

06 juil. 2012
0

voilà un bon exemple .

Il faut savoir que l'on trouve sans probleme des toles en alu qualité marine ,ça pas de probleme mais par exemple un tube pour un étambot de dimension bien specifique et bien bonjour le boulot ,c'est en petite quantité introuvable alors on prend ce qui tombe sous la main et on a les consequences que Guillemot decrie .

Pareil pour le fil de soudure on prend du n'importe quoi et ensuite...

06 juil. 2012
0

Je vois que ce fil se transforme peu à peu en un réquisitoire contre le bateau alu...
Je peux y ajouter qu'un Ovni a coulé au milieu de l'atlantique après une "explosion" d'une tôle entrainant une voie d'eau mais je préciserais qu' Alubat à l'époque avait mal choisi ses tôles qui présentaient des défauts structurels.
Je peux aussi vous rappeler qu'Adrien de Van den Hedde a failli perdre sa quille mais rajouter qu'il était parti sans que les architectes aient fait valider les calculs d'efforts longitudinaux dans de grosses mers.
Il y a fort à parier que dans les exemples cités plus haut une étude approfondie nous révèle une défaillance humaine qui n'a rien à voir avec le matériau utilisé.
Quoi qu'il en soit, le matériau idéal pour la construction navale n'existe pas... Que tout est une question de compromis. Qu'une mauvaise mise en œuvre et/ou un défaut d'entretien ruine l'ensemble.
Et pour terminer sur une note d'humour, je cite Jean Merrien qui a dit quelque part que "La mer est le dernier endroit pour y mettre un bateau..."
cdlmt
jp

06 juil. 2012
0

pourquoi réquisitoire, c'est du vécu, idem avec le polyester et l'osmose. Pour en revenir au fil, l'alu qui s'oxyde est indémontable, friable et perd ces qualités.

06 juil. 2012
0

étonnant réquisitoire en effet,

faites un tour du coté des chantiers hollandais de construction acier et alu,
voyez en quels matériaux les répliques magnifiques des bateaux des années 30 ou autres superyachts sont construits, p.ex., et à quels niveaux de qualité, ...
tout est en effet dans le professionalisme de la construction, l'alu ne s'improvise pas,
Bcp ont fait des erreurs, mm Pouvreau et Harlé p.ex., voilà tout,

à lire encore dans le fil ci-dessus :

Matt Marsh (boat design) :
When you combine a knowledgeable designer and a skilled welder, you can end up with aluminum hulls that will last almost indefinitely. If you give incorrect detail drawings to someone who isn’t quite so good with a MIG torch, you’ll get stress risers, poor returns and poor penetration, and you’ll find yourself wondering why the boat’s full of fatigue cracks in her second season. If you want to use aluminum, it’s really important that everyone involved takes the time to learn how to use it correctly- this means a lot of reading, and a lot of practice on bits of scrap

Jean-François (Boreal) :
One additional reality at least in Europe – it might not be true in the US – is that the second value of an aluminum boat stays longer high.

Most probably, we would all be amazed to hear what Abel has paid for his 23 old year boat… And I believe that, correctly maintained, she will keep her nominal value through the years…

Abel van Staveren July 5, 2012 at 5:59 am

Jean-Francois,
You’re spot on, after insurance survey it is insured for EUR 2ooK and the surveyor said that if properly maintained, it will not depreciate.

06 juil. 2012
0

bonsoir laurent .

mon bateau est en alu et il a 40 ans ...

en fait , est il mort ?
les Romanées , sont ils tous morts ?
j' ai pu lire , ici ,que de nombreux BDM naviguent encore .

peut on comparer de l ' accastillage en alu avec un bateau en alu ?

mon bateau est certe marqué par le poids des ans , mais pas plus que ceux de son age dans d' autres materiaux .

jamais je n ' oserai dire que l ' alu est le meilleurs materiaux , mais il est loin d' être le pire !

je ne veux pas debattre sur le sujet car après une dure journée de travail , je n ' ai guère l ' envie de polémiquer , mais je voudrais juste te rassuer , les bateaux alu peuvent viellir correctement , aussi bien que les autres .

Coquelicot est un bon vieux bateau aluminium de 1973 .
actuellemnt , sur le chantier , il a un BDM 31 a vendre qui semble pas mal et qui a (presque ) le même age .

Donc , oui , un alu peut viellir , oui il peut mourrir mais surtout il peut vivre longtemps , aussi longtemps que les autres !

A +++++++++++

07 juil. 2012
0

pas morts et mm bien vivants et tjs aimés et désirés !
67 recensés ici, et on vient d'en retrouver 2 autres,
de part le monde et tjs en grande ballade ...

pouvreau.romanee.free.fr[...]/

06 juil. 2012
0

Personnen'a signalé le pb de la réparation en cas de gros pépin. Certains se souviennent certainement de notre ami André17 qui s'était fait éperonner par un pêchou de nuit en Gwada.

Impossible de faire réparer sur place, il a dû ramener son bateau en France et, dégoûté, l'a vendu et a disparu de notre horizon.

Amitiés à toi, André, si tu reviens traîner dans nos eaux.

CaptainRV

06 juil. 2012
0

Qu'une annexe aluminium s'oxyde moins qu'un bateau de même matériau, c'est normal. Les qualités de l'aluminium ne sont heureusement plus à démontrer, en dépit des mauvaises expériences parfaitement explicables de quelques uns...

06 juil. 2012
0

Encore un argument abracadabrantesque...
Ne vous est il pas venu à l'idée que votre ami, s'il avait possédé un bateau en plastique ou en bois aurait pu disparaitre encore plus tôt... C'est à dire à l'endroit même ou cette collision s'est produite?
J'ai personnellement vu une collision entre un péchou espagnol et un voilier acier... pleine bille au milieu tribord...et si les propriétaires étaient sacrément em....dés, ils ont continué à habiter à bord... Avec un autre bateau ils auraient tout perdu.

07 juil. 2012
0

Pas d'excès, svp.

Je mets simplement l'accent sur la difficulté des réparations de l'aluminium, surtout en gde croisière.

Quant à André, s'il avait eu un boat en plastoc, il aurait pu facilement réparer sur place.

J'ai été moi-même violemment éperonné au mouillage par un gros tanker qui m'a emporté mes deux étraves. Mes deux pointes avant avaient vue sur mer, heureusement au-dessus de la ligne de flottaison, et dans une ile perdue.
Commande des produits adéquats reçus 2 jours plus tard, réparations de fortune pour rendre les coques étanches et j'ai pu ramener le bateau dans un chantier local.
J'aurais eu un bateau en aluminium, ça aurait été une tte autre histoire.

CaptainRV

07 juil. 2012
0

Désolé pour cette pointe d'énervement que je regrette, mais comme l'a précisé Tahiti une réparation de fortune sur une coque alu est simplissime.
Votre argument plaide plutôt en faveur de ce matériau puisque après un abordage qui aurait pu lui être fatal ce marin a pu rentrer à la maison...
cdlmt
jp

07 juil. 2012
0

C éTAIT UNE BARQUE PAS UN PORTE CONTENEUR, c'était au mouillage

07 juil. 2012
0

quelques exemples de plus de 12m et d'avant 1990 ?
bien vivants et mm bien cher aussi ...

www.yachtworld.fr[...]lts.jsp

07 juil. 2012
1

Je ne comprends pas ce faux procès sur la difficulté de réparation d'un bateau en alu :
1- c'est certainement le matériau le plus facile à dépanner dans l'urgence : un peu d'alu, quelques boulons, de quoi percer et tarauder et ça tiendra des années
2 - on trouve facilement un soudeur pour faire plus définitif en rejoignant des zones urbanisées

07 juil. 2012
0

J'avoue être un peu dubitatif.
Tout-à-l'heure un copain prépare un hors bord qu'il veut vendre. La peinture semble propre sauf vers la plaque de cavitation. Il brosse, et de fil en aiguille il a brossé et gratté, avec une grande facilité la peinture, sous laquelle une fine poudre blanche(corrosion, j'imagine) s'était interposée. Si sous la peinture tu n'es pas protégé, alors là, oui, ça craint...

07 juil. 2012
0

Non, l'aluminium se protège très bien tout seul, les pb apparaissent lorsqu'une peinture n'est pas étanche (rayure, choc, mauvaise application), sur mon trisbal dérive et semelle d'échouage n'ont jamais été peint et n'ont jamais posé de soucis (je m'en suis séparé quand il avait 25 ans)!

07 juil. 201207 juil. 2012
0

J'ai retrouvé le fil de l'accident, je vois que les discussions étaient les mêmes qu'aujourd'hui :

www.hisse-et-oh.com[...]2-video

Voir le film.

CaptainRV

07 juil. 2012
0

je ne voie pas comment des contreplaques en alu peuvent etre deterioré m^me 30 ans apres .

pour moi l'alu est surement le meilleur materiaux pour fabriquer un bateau loin devant le plastique .

le seul probleme c'est qu'il soit bien fait ,comme tout autre materiaux d'ailleurs ,mais si c'est fait correctement pas de probleme .

mais je dirais que ç'est une vraie specialité ,il faut une grande experience et des ouvriers tres competent en la matiere ,c'est là surement le gros point faible .

josé

07 juil. 2012
0

Faites bien gaffe aux fuites électriques sinon vous risquez de refiler une tonne de corail à votre voisin.

dailygeekshow.com[...]orails/

:pouce:

07 juil. 2012
0

Effectivement certains récifs artificiels sont constitués de maillages métalliques auxquels on applique une tension de 1 V (pour faire simple). Ces valeurs étant similaires aux valeurs de protection procurées par les anodes sacrificielles d'un bateau métallique, les berniques qui colonisent les arbres et hélices pourraient dénoter une tension excessive...

07 juil. 2012
-1

Salut
Ceux qui disent que les bateaux en alu demandent beaucoup d'entretien ou que c'est beaucoup de souci, n'ont jamais eu de bateau en alu...
Les problèmes liés à la corrosion ou à l'électrolyse sont aujourd'hui fort connus. Agir en conséquence ne demande aucun effort particulier. Il faut savoir quoi ne pas faire, et agir en fonction... c'est tout. Ça ne demande pas plus de travail.
Question entretien, je compare avec les polyesters, (parce qu'avec les aciers ou les bois... y'a pas photo)
Personnellement, ma coque alu (non peinte) ne demande aucun polissage de gel coat, ou recouchage de peinture... Les pare-battages frottent dessus, et même pas j'y pense...
Je carène tout pareil...
Et pour finir, des bateaux coulent de temps en temps, mais ce ne sont pas les alus qui sont en tête de liste...

07 juil. 2012
0

Mon intention n'était vraiment pas de créer une espèce de réquisitoire contre l'alu.

j'ai parlé uniquement de ce cas précis de pièces situées à l'intérieur du bateau. Sans doute fabriquées d'un alliage moins performant que celui des coques.

Comme d'autres matériaux, l'alu ne souffrirait guère d'une qualité inférieure et d'une négligence de l'entretien. Les deux défauts conjoints mènent à ce que j'ai découvert : une corrosion sans appel et rédhibitoire. Visuellement, c'est assez impressionnant. Tout comme l'est un contreplaqué qui se délamine par humidité.
De là à se poser des questions sur ce matériau, il y a là forcément une pente naturelle.

07 juil. 201207 juil. 2012
0

A moins de pratiquer le contrôle qualité à la construction (ce qui se fait, au demeurant...), vous ne pouvez être certain de la qualité finale obtenue. Ainsi les réservoirs aluminium doivent être actuellement en 5052, 5053 ou 5086 et leur épaisseur de 2.30 à 6.35 mm en fonction de leur contenance. Le choix d'un autre alliage que ceux mentionnés conduira nécessairement à des surprises... Comme pour les avions, c'est au départ la mise en oeuvre d'un process de fabrication très strict qui éliminera la plupart des déconvenues... Et ceci est valable pour tous les alliages embarqués sur un bateau en mer.

07 juil. 201207 juil. 2012
0

L'alu n'échappe donc pas à cet aléatoire possiblement désagréable à plus ou moins long terme. À moins d'acheter un voilier construit à l'unité et rigoureusement suivis tout au long de la construction (quelque soit le matériau de la coque et du pont)

07 juil. 2012
0

Bonjour,

j'ai l'impression qu'on s'égare vers les qualités et défauts d'une coque en alu. Sans entretien, plongé en atmosphère marine (sel + humidité), aucun matériau ne résistera longtemps. Et quel que soit le matériau, si la construction est fait en dépit du bon sens/des règles de l'art/des normes/etc... on part à la catastrophe : sur un fil d'un autre forum, un FP osmosé 3 ans après sa sortie du chantier, pas belle la vie ? ou les pb de structure de DEAN CATAMARAN ?

Le bateau sans entretien n'existe pas encore (à ma connaissance) et le bateau retourne vite à l'état d'épave si on y croit.

07 juil. 2012
0

Désolé mais il y a au moins un matériau qui resiste vraiment très bien à une faiblesse d'entretien prolongée, c'est le monolitique verre/époxy.
Et si tout ce qui est en alu à bord de mon bateau avait été fait avec ce matériau, tout serait resté en bon état, cela ne fait aucun doute.

07 juil. 2012
0

je me demande toujours pourquoi certains ne veulent pas admettre que le matériau le plus adapté est le composite, ah si les mats carbone étaient moins chers !
et pourquoi croyez vous que les avions passent au composite progressivement ? Boeing 787 et A 350

07 juil. 2012
0

Le plus adapté mais aussi parmi les plus chers…

07 juil. 201207 juil. 2012
0

Composite ? Pour gagner du poids, bien sûr... Au prix du litre de kérosène ! Le composite a, lui aussi, de nombreux défauts : il est dur et solide mais casse sans prévenir, ce qui n'est pas le cas de l'alu... Si vous voulez vous lancer :
www.si.ens-cachan.fr[...]_V2.php

07 juil. 201207 juil. 2012
0

"casse sans prévenir"
voilà qui mériterait d'être étayé par quelques exemples, autres que des voiliers de course aux échantillonnages parfois limites.

Erik Lerouge, grand défenseur du sandwich a déjà expliqué ici en quoi ce matériau est bien plus solide qu'on ne le pense.

Si j'avais carte blanche je me ferais construire un déplacement moyen en sandwich airex/verre/époxy. Ou en monolithique verre/époxy.
Sur cette base là, il faut vraiment le chercher pour voir le matériau s'abimer autre que par collision.

07 juil. 201207 juil. 2012
0

Il y a d'innombrables rapports publics que je vous laisse découvrir, par exemple :

www.instron.tm.fr[...]te.aspx

Et la lecture du dernier paragraphe suffira pour étayer en l'état.

07 juil. 201207 juil. 2012
0

On pourrait aussi parler des cadres de vélo, pourquoi pas.
Ou des clubs pour le golf.
Ou des raquettes de ping pong.
Moi, ce qui m'intéresse ce sont des exemples de voiliers de croisière construit en composite. Dont un élément se serait cassé sans prévenir.

07 juil. 2012
0

Je ne voudrais pas de bateau en alu parceque je ne connais pas du tout ce matériaux et que j'aurais peur de ne pas bien l'entretenir ou faire une connerie mais n'y a t'il pas aluminium et aluminium ?
Je veux dire, il y a une sacrée différence comportementale entre mes manches de pagaies d'axe qui en une saison sont devenu tout poudreux et rongés aux extrémités et mes winchs qui après 29 ans de service semblent sortir de leurs emballages.

07 juil. 2012
0

bon, pour les composites, y'a pas photo !
si on s'en sert pour fabriquer des airbus ou des hélicos ...
sauf que la fabrication des bateaux de plaisance à ce niveau tient plus du bricolage que de la fabrication industrielle rigoureuse !

07 juil. 2012
0

Bonsoir L alu demande du soin c'est certain de la surveillance,de l'entretien régulier Je viens d'avoir un pb avec l'alternateur il y avait une perte bref un truc pas sympa Alors pourquoi avoir un bateau alu.
C'est rigide sécurisant stable rien ne bouge au prés dans le clapot facilement réparable adaptable ...une soudure suffit pour améliorer etc etc etc .
Bien mis en oeuvre ,entretenu,surveillé l'alu est resté très sain.

08 juil. 2012
0

Encore et toujours, pour la qualité et la durée de vie, c'est au niveau de la fabrication que tout se fait... Et Airbus et Boeing s'aperçoivent, en ce moment, et à leurs dépends, que l’on ne connaît pas encore les composites aussi bien que l’on le pensait… Ils évoluent dans un domaine ou le poids, comme en compétition, est important… Les marges de "manœuvre" sont restreintes !!!
Pour un bateau de plaisance, les "chiffres" des "enquêtes" concernant les utilisateurs moyens, permettent des "concessions"… Voir la production actuelle des bassines vendues pour être des "bateaux"…
Certains architectes prennent leurs marges de sécurité, et ils ont bien raisons…
D’autres se plient aux desideratas des chantiers… Cela donne à penser quand on voit le résultat…
Tout ceci est vrai quelque soit le matériau ou la matière employée…
@+
Alain

08 juil. 2012
0

ptitours, les qualités de rigidité, stabilité, passage dans le clapot, etc.. N'ont rien a voir avec le matériau, mais avec le dessin, dû a l'architecte.

08 juil. 2012
0

Rebonjour
Il y a une psychose autour des bateaux en alu, c'est vrai.
Je pense qu'elle vient de la mauvaise connaissance qu'avaient les propriétaires de bateaux alu d'il y a quelques années.
J'ai fait l'acquisition d'un Brise 28 alu il y a 15 ans.
à l'époque, j'avais bien sûr entendu parler d'électrolyse, et j'avais tenté de me renseigner sur la question pour éviter de faires des conneries. Eh bien, je m'en rend compte maintenant, personne n'a su ma renseigner correctement.
On mettais des anodes, bon... on éssayait de faire des branchements bi-polaires bien isolés... ok, mais le problème n'était pas vraiment maîtrisé par le "commun des mortels".
Il est vrai que je n'avais pas internet...
Par exemple, qui, sur les pontons, il n'y a que 15 ans, faisait la différence entre corrosion galvanique et électrolyse ? On constate d'ailleurs que, sur ce fils, ce n'est toujours pas clair pour tout le monde...
Pourquoi et comment les éviter précisément ?
Qui savait qu'il faut se méfier de la terre 220v du quai ?
Alors, il y a 30 ans, c'était encore pire... des bateaux en on subit les conséquences... et des rumeurs sont nées, exemple la pièce en cuivre tombée au fond du bateau qui fini par faire un trou... (chose par ailleur prouvée impossible...)
Mais allez sur le forum du "Club des Ovnis" (pour ne citer qu'eux), et vous verrez que tout va bien, et sans gros entretien. En tout cas, pas plus que pour un polyester. J'ai pu le constaté, j'ai eu 5 bateaux polyester et 2 alu.

08 juil. 2012
0

Tout ce que je sais avec certitude, c'est que l'alu de qualité basique n'est pas un bon matériau dans un bateau. Mais alors vraiment pas.
Des contreplaques (de winch) en CP aurait mieux tenu dans le temps par exemple.

0

et les embases de sails drives en alu ?j'en ai vu de completement bouffées !tiens ,d'ailleurs ,pourquoi on ne les fait pas en bronze ?

08 juil. 201208 juil. 2012
0

Que ce soit bien clair pour ce qui me concerne :

Je ne fais pas une fixation sur l'alu.

le contreplaqué mal entretenu réserve des surprises très désagréables. En très peu de temps parfois.
Le bois moulé, proche du contreplaqué, c'est du pareil au même.
L'osmose peut vraiment abimer le coeur du stratifié verre/polyester.
L'acier, on sait tous ce qu'il devient lorsque la protection n'opère plus.
Que l'oxydation gagne l'acier contenu dans le ferrociment, et c'est la cata.

Etc…

08 juil. 2012
0

C'est vrai que la corrosion des métaux est un sujet assez méconnu en plaisance. Il suffit effectivement de lire les quelques fils sur le sujet pour s'en rendre compte. Et bien que ce domaine ne soit pas une science "exacte", les problèmes de corrosion sont depuis longtemps maîtrisés sur les bateaux métalliques. Encore faudrait-il que les constructeurs de bateaux de plaisance en prennent conscience et alignent leurs process de fabrication sur ceux de leurs ainés (toutes proportions gardées, évidemment). Mais une fois le bateau livré, ce n'est plus leur problème et les assurances, pas folles, excluent la corrosion. C'est donc aux propriétaires de mettre en oeuvre les moyens de conserver intact leur investissement...

08 juil. 201208 juil. 2012
0

Un constat qui signale bien l'aspect aléatoire de ce matériau.

Qui n'échappe pas aux autres.
Quelques années d'abandon d'entretien d'un bateau peut causer de gros dégâts pas toujours visibles.

Pour mon voilier par exemple : je suis à peu près certain qu'il est resté plusieurs années en Floride sans être utilisé et entretenu. cela ne m'étonnerait pas que l'osmose ait démarré lors de ce séjour ainsi que l'humification de certaines parties d'aménagement, dont le résultat, plusieurs années après, fut la délamination des plis.

08 juil. 201208 juil. 2012
0

Il n'y a rien d'aléatoire au fait qu'un bateau peu, pas, mal entretenu se dégrade...

09 juil. 2012
0

Aléatoire.
De aléa.
Aléa :"Évènement imprévisible, tour imprévisible que peuvent prendre les évènements." Le petit Robert.
Il me semble ne pas trop me tromper.
Ou alors vous seriez un surhomme…

08 juil. 2012
1

surtout dans les zones tropicales humides comme la Floride par exemple, c'est connu,
si on fait tous un pas de coté, on constate en fait que le milieu marin est simplement extrèmement agressif et exigeant pour le matériel et les hommes,
et que l'à peu près se paie cher, en nav comme en entretien (ou manque de),
mais heureusement, nous sommes finalement tous heureux et amoureux des coques que nous choiyons et c'est donc le principal, non ?
et puis quel plaisir que de mesurer notre petitesse dans ce milieu grandiose ...

08 juil. 2012
0

Bonjour,
Juste pour souligner qu'il y a dans les Antilles un bon soudeur alu (et inox), Dominique Weber, installé sur son atelier flottant à Carriacou, Tyrell Bay. C'est encore "Banik" qui en parle le mieux :

www.banik.org[...]bay.htm

A titre de référence, la plupart des "optimist" alu des écoles de voile de tout l'arc antillais sont de sa fabrication.

Personnellement, si j'avais une réparation alu à faire dans le coin, j'hésiterais pas... en plus c'est un personnage super sympa !

:pouce:

10 juil. 2012
0

Bonjour,
Tu n'aurais pas le mail de Dominique et Geneviève? J'ai perdu leurs coordonnées.

10 juil. 2012
0

Salut,
Je les trouve plus... je demande à des copains qui y sont passés récemment.
Bizarre, l'adresse du TBYH semble ne plus fonctionner ?
A +

08 juil. 201208 juil. 2012
0

Toutes vos contributions collent bien à l'analyse que nous avons faites des trois accidents du Maracuja 42 Garcia de 1987, malgré un entretient rigoureux et permanent.

ce n'est pas le matériau qui est en cause, mais sa mise en oeuvre.

accident 1 : rupture des soudures de la face avant du puits de dérive sabre ; voie d'eau critique ; réparation par un chantier spécialisé en Australie.

Analyse :
-erreur de conception du puits. Aucune structure ni renfort d'aucune sorte (rien, nenni...). Puits donnant dans le compartiment moteur.
- soudure mal faite par le chantier d'origine. 4 mm de soudure pour 12 mm d'épaisseur d'alu.
Alors que partout ailleurs, les feuilles sont soudées des deux cotés, ici, elles ne sont soudées qu'à l'extérieur. Pourquoi ?
Le puits est parfaitement accessible par le haut comme par le bas et fait 25 cm de large.

Accident 2 : talonnage à 3.5 noeuds au moteur. Exposition de la face avant du puits réparé par le chantier ; naufrage en deux minutes.

Analyse : "soudure" lamentable. Un collage de 2 mm tout au plus. Le chantier n'a pas pris l'initiative de renforcer le puits.

Depuis : j'ai refait les plans du puits et fait faire une structure adaptée. Un nouveau talonnage (inévitable à Mada, mal cartographié) a tordu la dérive, sans la moindre influence sur le puits...

Accident 3 : rupture du tube d'étambot, cassé net en enlevant le bague hydrolube.

Analyse : alliage inadapté ??? ; tube d'épaisseur très insuffisante (6 ou 8 mm de mémoire)

réparation : impossible dans cette région du globe. En Australie ou en Afrique du sud peut être...

08 juil. 201208 juil. 2012
0

Songez que le moindre trait de crayon à papier sur une plaque d'aluminium exposée est susceptible d'entraîner une rupture... Et pareil pour l'inox...

08 juil. 201208 juil. 2012
0

Oui, les puis de dérive sont un gros point faible. Le choc sur la dérive agit en levier et... c'est puissant.
J'étais à bord de "Kritter" dans les années 80 (trimaran alu skippé par Phillippe Monet à l'époque). La dérive de 2m80 a heurté un haut fond à St Tropez... En 2 minutes le caisson central rempli d'eau... On n'a pas coulé grâce aux flotteurs. Le puis de dérive était explosé sur 1 mètre de haut, et 30 cm de largeur...

08 juil. 2012
0

Avantage des dérives rotatives sur les dérives sabres dans ce cas, la conception, la mécanique et l’entretien sont par contre plus complexes… Question de choix…
@+
Alain

08 juil. 2012
0

C’est une histoire de chimie, où d’alchimie, au choix !!!
En fait il faudrait arrêter de faire des mélanges de matériaux sur un bateau et les limiter au strict nécessaire des besoins de résistance en fonctions des spécificités de l’objet…
Tous les matériaux ont leurs points forts et leurs points faibles, et tout objet ou ustensile a des contraintes du fait même de son utilisation et but…
Et dans tous les matériaux il y a différentes qualités… Et la qualité de la mise en œuvre, qui peut être plus ou moins technique est une chose très importante et très sous estimé par ignorance des intervenants…
Par exemple, pour le réservoir de gazole, un des premiers problèmes est la condensation qui amène de l’eau, qui de plus se dépose au fond, et va favoriser culture de bactéries et corrosion ou assimilé…
Le deuxième problème est l’accumulation de saleté dans les fonds inaccessibles, à coté et sous le réservoir, qui en accumulant et conservant l’eau et le sel qui inévitablement arrivera à bord, favorisera, entre autre, une chimie dont les effets seront assez souvent désastreux…
La condensation peut être limité par un bon design de l’installation, et une bonne gestion du réservoir, ce n’est même pas une question d’entretien…
Les fonds et les endroits inaccessibles devraient être nettoyé régulièrement de fonds en comble… Si la conception du boat élimine les endroits inaccessibles et facilite ce nettoyage c’est tout bon, autrement… Allo maman bobo !!!!!
Si bonne conception de la chose, du système complet, (dans le cas du réservoir, c’est l’ensemble de l’installation qui a son importance) et un entretien correct et adapté, la vie est belle !!!!!
Suite au prochain numéro !!! :-p :-p :-p
Alain
:alavotre:

09 juil. 201209 juil. 2012
0

Le futur réservoir sera en contreplaqué stratifié.
je vous dirai dans trente ans s'il résistera mieux à l'usure du temps.

08 juil. 2012
0

Fanatique de bateau alu ULDB avec tous les réservoirs en alu et intégrés à la coque, mis à part un réservoir polyéthylène pour l’eau de boisson et de cuisson !!! Le dernier est en planking et bois moulé époxy avec une structure en lamellé collé !!! Un vrai poids lourds !!!Lent à démarrer, et difficile à stopper !!! :pouce: Mais les coups de cœur sont réputés pour laminer toutes objections de la raison …..:-p :-p :cheri: :-p :-p
Les réservoirs de gazole (alu) et d’eau (inox) étaient pollués à l’intérieur et sales en dessous… la mise en pression pour test (0.5 bar) a révélé des fuites sur les soudures basses et le milieu de la plaque de fond de tous les réservoirs sauf le réservoir de charge (journalier) du circuit gazole (toujours en place, en cuivre, brasure cuivre argent et un cône :bravo: en point bas avec un robinet laiton pour l’élimination des eau de condensation et autres saletés)…
Ce que j’ai fait, et que je conseillerais à Lorenzo ::reflechi:
Refaire les réservoirs en forme en fonction de la place disponible. Cela permet de récupérer de l’autonomie, soit en plaque de polyéthylène mise en forme (mais faut trouver les gens capable de le faire avec des formes complexes), soit en stratifié époxy (âme à définir, contreplaqué basique mais saturé à l’époxy sous vide dans mon cas). Cela permet surtout, en les collant bien étanche sur les fonds et les cotés (collage par Sika ou équivalent pour le polyéthylène, et stratification totale dans le cas du réservoir en stratifié), d’éliminer les nids à saleté qui sont toujours préjudiciable à la bonne préservation des matériaux environnants et pour avoir un environnement sain (prévoir des regards de visite conséquent pour l’entretien)… Il existe des époxys alimentaires et d’autres résistant aux hydrocarbures (si ma mémoire ne me fait pas défaut)… Cela permet aussi (si bien conçu et bien intégré dans le cas de la stratification) un effet de double coque en cas de poinçonnement de ladite coque dans cette zone… Et surtout cela évite les mélanges de matériaux trop différents qui pourraient avoir des interactions négatives sur leurs durées de vie respectives…

Sinon les meilleurs réservoirs en montage rapporté sont en polyéthylène, les phénomènes de condensation y sont réduits et ils ont une bonne résistance aux agressions chimiques. Mais il y a des pertes de place et il faut bien concevoir les supports et fixations…

Dans tous les cas, pour des réservoirs de gazole, si la place pour un réservoir de charge est disponible, il est vivement conseillé de centraliser toutes les mises à l’air sur celui-ci. Cela complique un peu l’installation, mais cela diminue notablement la condensation dans les réservoirs principaux par apport d’air humide dans ceux-ci. Et cela ne fait qu’une seule mise à l’air à gérer et à protéger des entrée d’eau, avec un robinet quart de tour pour la fermé en cas de non utilisation prolongée…:pouce:

Info supplémentaire, pour ceux qui ont un réservoir d’eau en aluminium, JAMAIS mais surtout jamais de chlore ou eau de javel dedans, c’est nocif pour vous :doc: et le réservoir !!!!!:policier:
Les réservoirs d’eau en alu dont on fait le plein au ponton en Europe (et dans d’autres régions aussi) sont condamnés à une mort lente, voir même rapide :jelaferme: si entretien non adéquat. L’eau de désalinisateur est le mieux dans ce cas…

Chaque cas est différent, surtout en fonction du type de bateau et des matériaux de construction…
:alavotre:
@+
Alain

09 juil. 2012
0

j'ai pas mal soudé, dans ma jeunesse, et récemment je m'y suis remis, obligé, pour fabriquer mes pièces, inox, etc.
La difficulté de la soudure, qu'elle soit acier, alu, inox, c'est la qualité du métal d'apport, qui doit précisément correspondre au matériau à souder. Un soudeur qui met trop d'intensité va modifier la structure de la soudure, même si en surface, un observateur lambda a l'impression d'une belle soudure. La pénétration, à coeur, indispensable, il faut savoir le faire lorsque, par exemple un est sur un coin" in-meulable".
La position est aussi vitale, et donc, tout ces paramètres gérés, on a une bonne base. Ensuite, tous les matériaux ont leurs avantages et leurs inconvénients, et les préférences, le programme et les finances, détermineront l'issue finale.
En voyage nous devons privilégier la facilité de réparation et d'entretient. Ici aux Antilles, il y a des bon soudeurs, Cariacou, le Marin, et ailleurs, encore faut-il pouvoir rejoindre le chantier. Pour moi, cp/époxy, choix uniquement financier, quelques morceaux de cp, de l'épikole, et je répare n'importe où, et ça, ça me va... :scie:

09 juil. 2012
0

Excellents liens !
Merci
jp

09 juil. 2012
0

Vos interventions ne feraient qu'accentuer mes doutes sur le matériau aluminium.

09 juil. 2012
0

C'est marrant. Quand je lit vos commentaires sur l'alu je tremble de peur mais quand je suis a bord de selavie, brise de mer 34 de chez leguen hémidy je savoure la sérénité d'être a son bord......Mais qu'importe le flacon...Pourvu qu'on ait l'ivresse.....................

09 juil. 2012
0

ben oui selavie, j'ai ce mm sentiment sur Mosca,
et c'est finalement le plus important, se sentir bien, serein et en paix là on a choisi d'ètre,
et quand on est amoureux, on est convaincu et aveugle, non ? c'est la vie et elle est belle

10 juil. 2012
0

ben moi , l ' alu me va bien , mieux que le plastique .

lors de l ' achat le seul bateau qui aurait pu me faire changer de meterieux était en strip planking . Il m ' arrive de me demander si j' ai fais vraiment le meilleurs choix , mais bon , je n ' ai pas trop de regret ...

08 jan. 2013
0

Des avis sue le coquelicot ??Y a t il un club.Et le Galiote??Quelqu'un aurait de la doc??
Merci

08 jan. 201308 jan. 2013
4

bonjour; onraconte vraiment n'importe quoi sur l'alu en generale par totale meconnaisance ! c'est assez consternant! personnelement j'ai fait plus de50000 milles avec un romanèe le bateau a fait deux tours du monde par les caps dures !je ne compte pas les fois ou il a ete couché dans des temps n'ayant rien a voir avec de la plaisance! je l'ai revendu à un navigateur celebre qui ne lui a pas fait de cadeaux! à priori le bateau navigue toujours depuis1977 la seule transformation à faire etait de souder une tole par dessus l'enveloppe de quille pour que l'eau des fonds ne s'infiltre pas entre la resine isolante et le plomb du lest; si vous faite cette petite transformation et que vous ne faites pas de l'improvisation electrique debile dans 30 ans le bateau naviguera toujours!malheureusement quand on parle alu certains confondent l'alu des casseroles et l'ag 4 mc! depuis la vente de mon romanèe je possede un garcia(passoa)23ans maintenant!!!!!stritement aucun soucis et une securitè absolu meme dans les pires des conditions !bien sure un alu demande certaines precautions avec l'electriçitè,l'acier aussi, tout les materiaux demandent de l'attention je n'ai rien contre le plastique tres bien construit mais personnelement pour aller loin et longtemps je prefere l'alu ou l'acier;dans certaines circonstances rencontrèes je ne suis pas sure d'avoir encore pu ecrire sur ce site si j'avais eu un autre materiau; le seul vrai defaut de l'ag4 mc c'est son prix! maintenant chacun pense ou raconte ce qu'il veut cordialement

08 jan. 2013
0

Merci captwat,tres juste resume

08 jan. 2013
1

Mon OVNI a bientôt trente ans ,aucun problème j 'arrèterai de naviguer l age aidant que lui naviguera encore et il rendra heureux une autre famille .L alu correctement mis en oeuvre tient le coup sans souci.C'est solide c'est cher et ça les vaut je ne critique aucunement les autres matériaux chacun fait à sa guise en fonction de ses sous ou de ses impératifs de sécurité de programme d'accés aux mouillages de confort.Mon OVNI a peu de couchettes moins de confort au port moins sexy ai je coutume de dire et nous faisons quatre mille miles par an avec et tout va bien
BON VENT A TOUS

09 jan. 2013
0

Moscatel a 33 ans, je viens de refaire la coque et de sabler le pont, le bon etat de l'ensemble est impressionant, de mm que la qualite de construction qui transpire de partout, il a pourtant ete souvent delaisse par d'anciens propios pas tjs scrupuleux ...

08 jan. 2013
0

je lis ce fil sur les bateaux alu. Je n'en ai pas moi-même.

Mais dans le coin où je suis, il y a beaucoup d'ostréiculteurs et de mytiliculteurs.

Tous ont des plates ou des barges en alu, avec des gros moteurs HB, qu'ils remorquent derrière des tracteurs parfois, pour aller sur leurs parcs.

Ils ne prennent aucunes précautions particulières. Les bateaux sont sales bien sur, jamais entretenus, mais le métal n'a pas l'air de bouger

08 jan. 2013
2

Pour l'alu, il y a des choses à savoir pour éviter de faire des conneries. Et après tout va bien.
Il ne faut pas confondre corrosion galvanique et électrolyse, par exemple...
Mais on peut se documenter facilement, de nos jours, sur le net et les forums. Les articles sérieux sont nombreux.
Ce n'était pas le cas dans les années 70, et pour cette raison, il y a eu des problèmes, d'où cette psychose sur l'alu...

09 jan. 2013
0

Et dire que je comptais partir en voyage avec mon BDM 31 en alu de 77 l'année prochaine! Heureusement maintenant je sais qu'il est foutu et je vais pouvoir prévoir autre chose!

09 jan. 2013
0

oui mais ce sont des accessoires, pas du structurel, surement dans de l'alu assez vil, étonnant de la part d'un chantier réputé, et ton bateau a vraiment été négligé,

reconstruit par toi ça va etre une merveille !
Jean

09 jan. 2013
0

c'était ironique, ;-)

09 jan. 2013
0

@CIRRUS je m'adressai à Lorenzo

09 jan. 2013
0

On ne raconte pas n'importe quoi sur l'alu.
Aucun matériau n'est parfait et l'alu présente des inconvénients qu'il s'agit de bien connaitre.

09 jan. 201309 jan. 2013
0

en fait, aucun matériau n'est parfait.

  • le bois (et CP) pourrit

  • l'acier rouille

  • l'alu s'oxyde

  • le polyester s'osmose

    • le ferro se fissure

:-(

10 jan. 2013
0
  • et moi même, je ne me sens plus très bien ;-)

Aucun matériau n'est éternel à mon sens; tout s'use, s'erode, se transforme, dans un monde en perpétuel changement, mouvement, éphémère

Apparemment même le polyester qui parait durer sans trop de degradations visibles, doit quand même avoir par osmose, un "taux d'humidité" assez costaud, si on ne fait rien, que ce soit par capillarité naturelle (le get coat n'est pas 100% imperméable), ou suite à des fissures ou chocs; Et là sur le long terme, le stratifié très délaminé, ça doit être du boulot vraiment long, pour rendre à la coque son hygrométrie initiale, et surtout sa rigidé et sa structure du début, à moins de tout refaire ? Et suite à un retour d'experience il a finalement un peu les mêmes problèmes que le cp ou l'acier, quand des chocs ou eraflures vont au delà de la couche de protection, il faut traiter assez rapidement (sauf que pour le polyester la degradation est plus lente)

Je ne preche pour aucun matériau, mais le cp epoxy parait pardonner plus à ce niveau, pour des reparations sur la durée, en changeant facilement des panneaux entiers de la structure, le tout impregné d'epoxy;

En tous cas pour les bateau alu, c'est surtout le prix qui peut arreter les gens, le poids car ca reste assez lourd aussi d'apres certains, surtout pour des bateaux d'une taille interieure de 9 ou 10m, et aussi ces pbs d'electrolyse, plus sournois et moins visibles que des choses plus concrete;

09 jan. 201309 jan. 2013
1

Là où on peut introduire une hiérarchie, c'est que certains matériaux supportent beaucoup mieux la négligence que d'autres.

09 jan. 2013
0

Là il est question des risques que tel ou tel comporte mais il devrait AUSSI question des avantages Tel matériau comparé à tel autre apporte un plus en matière de sécurité du sentiment de se sentir plus tranquille face à un Ofni un choc etc etc souplesse dans la mer etc

09 jan. 201309 jan. 2013
0

Disons qu'il me semblait que l'alu méritait de descendre du pinacle sur lequel on l'avait placé.

11 jan. 2013
0

non Lorenzo aujourd'hui le materiaux le mieux adapté pour la plaisance qui veut bouger un peu est l'alu sans conteste

seule inconvenient le prix demandé par les chantiers , je dis demandé car ils profitent tres largement de la notoriété de l'alu pour gonfler le prix .

09 jan. 2013
0

bonjour (pour lorenzo) il n'est pas question de mettre ou de ne pas mettre l'alu au pinacle , comme vous l'avez dit avec justesse tous les materiaux ont leurs avantages ou inconvenients; tout depend aussi du programme , et de l'investissement possible et desirè!pour une majoritè les bateaux courant du commerçe font tres bien l'affaire! il faut aussi tenir compte du fait que les ambitions et les programmes peuvent evoluer dans une vie ; l'important(j'enfonçe sans doute des portes ouvertes )et de tres bien connaitre son bateau et de connaitre ses propres limites! apres il reste l'imponderable !le contenair entre deux eaux( malheureusement de plus en plus nombreux meme s'ils ne flottent pas longtemps ,les billes de bois aussi! pour etre de temps à autre à la passerelle d'un cargo je puis vous dire qu'il faut commencer à y penser serieusement dans un programme de navigation lointain de plusieurs annèes! pour avoir souvent vu des bateaux accidentès chez garçia les degats peuvent etre impresionnant! maintenant des bateaux en polyester comme votre" freedom" ou les" hans christian" ou certains "amel peuvent"aussi encaisser dur !on voit aussi pendant des annèes ces bateaux se ballader autour du monde; tout depend aussi du style de vie! etes vous parti pour presque toujours? preferez vous les ports du bout du monde ou les marinas confortables pour une annèe sabatique? beaucoup de parametres à prendre en consideration cordialement

09 jan. 201309 jan. 2013
1

Ok pour établir, non pas une hiérarchie, mais un classement.

3 colonnes :
Solidité, entretien, durabilité. avec une note de 1 à 5 par colonne.

Mais je pense que beaucoup d'entre nous l'ont déjà fait... Personnellement, c'est ce qui m'a amené à choisir 4 fois un bateau polyester, et 2 fois un alu (comme en ce moment).

Après, je reconnais que le bois est merveilleux d'aspect, et chaleureux pour y vivre. Mais ce n'est pas ma priorité.

Il y a aussi les à priori... les partis pris... l'ignorance...

Pour d'autres, l'important sera le confort... l'esthétique... ou les performances...

Question de priorité... de programme... et de budget...

10 jan. 2013
0

A la suite de très très gros "ennuis" d'osmose,très coûteux, je suis passé à l'alu, et, pour éviter le chlore, j'ai mis dans, mon réservoir, de l' Aqua clean à base de sels d'argent.Cela a pris 20 ans et une soudure a commencé à fuire. Aprés démontage (Jamais fait auparavent), j'ai constaté des plaques de corrosion à la limite de percer!Le reste du bateau-dans le même alu n'a de traces de corrosion que dans quelques endroits extérieurs et mal situés

10 jan. 2013
0

moi qui pensais le prendre en alu maintenant je me pose des questions bon encore presque 2 ans pour réfléchir :reflechi:

10 jan. 2013
0

pas facile de se faire une idée..

voici plusieurs années, un jeune couple était en train de tenter de retaper un Trisbal 36 mité comme une vieille fourrure ! :tesur:

D'autres Trisbal 36 ont plusieurs TDM à leur actif, et font le bonheur de leurs propriétaires. :heu:

10 jan. 201310 jan. 2013
0

Bonjour,

Je ne sais si cela a valeur d'argument mais quand même: 90% de ce qui flotte en plaisance dans le monde est construit en polyester monolithique. A moins de délibérément choisir la difficulté un industriel a tendance à fabriquer ce qu'il a des chances de vendre.

10 jan. 2013
0

Ben oui, si on prevoit une grande serie, on construit en effet un moule puis plein de bateaux en polyester, bien plus economique en effet

10 jan. 2013
1

avec tous les materiaux il y a des regles à respecter et egalement faire preuve d'un minimum de bon sens ! si vous laissez pendant des annèes un bidon d'acetone fuir dans les fonds de votre bateau en polyester vous aurez des surprises! si vous ne ventilez jamais votre voilier en bois massif vous aurez un jour la merule! c'est sur que si vous mettez de l'antifouling au cuivre sur votre bateau alu ne vous etonnez pas du resultat quand au sels d'argent dans des reservoirs en alu ?????? c'est faire preuve d'une totale meconnaissançe du materiau !si on veut detruire une coque quelque soit la matiere on peut toujours y arriver passez par exemple votre coque annèe apres annèe au karcher surpuissant et vous verrez bien si la coque en polyester ne fait pas d'osmose ! avec du soin et un minimum de connaissance on peut garder pendant tres tres longtemps un bateau quelque soit le materiau meme menè à la dure! c'est comme pour beaucoup de chose! je me souviens qu'au service militaire (ily longtemps) certains reussissaient à detruire en tres peu de temps des moteurs de camions reputès incassable....... certains diront qu'il faut bien apprendre mais sur un bateau certaines erreurs peuvent couter tres cher cordialement

10 jan. 2013
1

la qualité première de l'alu pour un bateau de voyage, c'est que c'est le plus ductile !

En cas de collision violente il y aura de grosses déformations qui absorberont l'énergie mais il ne se déchirera probablement moins que les autres et on peu espérer parvenir en un lieu sûr au lieu de couler.

ce n'est sans doute pas un avantage à négliger.

11 jan. 2013
0

Petite précision: mon ancien bateau, agé de 4 ans (dont 2 hivers sous hangar) et qui n'a jamais connu le Karcher a été pourri d'osmose: 1 cloque tous les 5 cm.
Le constructeur m'a renvoyé au vendeur, qui n'existait plus. Bilan: réparation 50 000F, vente 60 000F.
Quant aux sels d'argent: ils m'avaient étés chaudement recommandés par mon shipshandler de l'époque. A qui faire confiance ?
Pour le reste: confiance à l'alu. Il y a bien 1 bosse qui aurait peut être été pire sur un autre matériau.
Il y a quelques rares cratères de corrosion, profondeur maxi 0.5 mm,ce qui ferai 80 à 100 ans pour arriver à mi épaisseur du pont

11 jan. 2013
0

Bonsoir,
Jamais de métaux nobles avec l'alu et pas de clore dans les réservoirs, la seule solution pour les réserves intégrées ds la coque est de ventiler pendant l'hivernage ces réservoirs pour que l'alu s'oxyde et forme sa couche protectrice.
Pour utiliser les sels d'argent/chlore il faut une réserve en polyéthylène pour l'eau à boire.
L'avantage de l'alu est qu'il se recycle facilement.....
David

11 jan. 201311 jan. 2013
0

rebonjour suite alu: tout dabord dans les degats subis par le maracuja evoqué dans le post de guillemot etes vous sure comme vous le precisez que le constructeur est garçia? ça ne semble pas etre l'avis de celui çi !en effet ce bateau de l'architecte p harlè a ete aussi construit par d'autres petits chantiers ne'xistant plus aujourd'hui ! si aujourd'hui la majoritè des coques alu fabriquèes par les chantiers français sont de grande qualitè et certifiable si on le desire lyods ou veritas( ce n'est pas gratuit) çe n'a pas toujours ete le cas!!!! pour revenir à une faiblesse eventuelle evoquèe du tube d'etambot; les tubes de part leur forme ne sont pas de la meme composition que les toles en ag4 mc ça ne veut pas dire comme raportè dans un autre post qu'ils vont finir en farine! par contre en cas de grosse fuite electrique permanante ils seront les premiers attaquès!les constructeurs serieux le savent et en generale l'epaisseur est consequente(10/15) à ce niveau un accident n'est jamais fortuit! faire froler en permanançe le tube par un arbre de transmision en bronze n'est pas l'ideal!employez l'inox! ça parait une evidençe et pourtant...si vous n'etes pas soigneux ou simplement insouciant un gros probleme d'electrolise se signale quand meme . si quand vous sortez le bateau de l'eau de grosses cloques font sauter au niveau des oeuvres vives peinture et antifouling faite tester la coque par un pro(ce n'est pas evident à interpreter on voit souvent l'aiguille du testeur s'affoler pour une electriçitè residuele) en conclusion apres37 ans d'utilisation de bateaux en alu et d'interet"macabre" pour tous les types d'inçidents ou accidents sur ce type de construction nautique je n'ai vraiment aucune inquietude irrationnele !pour l'anecdote j'ai un jour laissè mon bateau pendant un an dans un bassin en belgique; juste à cotè on construisait une ligne de tramways, le constructeur inconscient ou cynique avait mis un quadrillage metalique au fond du bassin pour servir de masse??????un an plus tard bateaux metalique , bois ou polyester toutes les heliçes etaient bouffèes ou avaient disparues par contre les coques alu meme les puits de derive non peind=rien ! si vous n'etes pas convaincu inspectez donc à l'occasion la coque de tara( elle est en ag4 mc) comme disait un intervenant 90% dela plaisançe est en resine= question de prix de revient et de main d'oeuvre ok mais si vous voulez un bateau de voyage en resine se rapprochant de la soliditè d'un metalique le poids vous etonnera ! quand au prix vous pouvez le comparer à l'alu ! un responsable du chantier amel au salon nautique 2011me faisait remarquer que l'avant de son magnifique 54 pieds etait aussi solide que les blindages en composite des tanks modernes ! le prix de ce superbe bateau en polyester m'a quand meme laissè perplexe cordialement

11 jan. 2013
0

Petite question stupide :
Personne ne fait des bateaux en inox ? (à part "Inox", qui ne date pas d'hier)
C'est cher comme l'alu, lourd comme l'acier, soudable/coupable comme la pierre, mais au moins, ca ne s'oxyde pas tout seul, et ca va bien avec l'accastillage en inox.
Du coup, l'idée ne plait-elle a aucun chantier ?

12 jan. 2013
0

Nicole Van de Kerchove en avait fait construire un, qui était à vendre au Marin, il y a 3 ou 4 ans. C'était un petit bijou, sans la moindre trace d'oxydation, mais d'un coût de construction prohibitif.

08 avr. 2020
0

Salut peuwi

L’inoxydable est un dérivé d’acier avec du chrome, donc il finirait par piqué et rouillé de toute façon, le matériel est aussi coûteux ( moins aujourd'hui que il y a 10 ans) l’acier inoxydable est cassant par rapport a l’acier (RDM) peut de chantier dans le monde l’utilise donc aucun intérêt d’investissement sauf pour ce qui est au dessus de la floraison. L’acier est à la finale moins cher et mieux pour la coque.

08 avr. 202008 avr. 2020
0

Alors Vitalis, on s'amuse à déterrer les vieux fils et à écrire au milieu pour se cacher ?
Le mieux je vais te le dire : sans aucune discussion possible c'est le titane 💪
Mais si on trouve le titane trop cher, le monel fait aussi l'affaire 👍

11 jan. 2013
0

bonjour les soudures peuvent poser des problemes comme pour les reservoirs ,certains bateaux inox(peu courant) ont connu des soucis et il a aussi le poids et le prix il y avait il y a peu de temps un joli bateau à vendre aux antilles site goggle voilierinox deriveur lestè de 46pieds plan auzepy brenneur cordialement

12 jan. 2013
1

Ne serait il pas possible de lire cette discussion sur la grille des prix des bateaux d'occasion Bien sur vous allez dire c'est surcoté un Ovni un Maracuja ou autre belle construction alu Trés bien .Mais à combien se monterait le prix d'un 12 métres de 27 ans Dufour et le prix d'un 12 métres Alu fort bien construit.Surcoté mais pourquoi?
La surcote par rapport à quoi???? Le Prix vrai c'est celui qui de la transaction réalisée
L'important par ailleurs n'est il pas de prendre du plaisir sur le bateau de son choix.

12 jan. 2013
0

les reservoirs integrés sont une facilité de fabrication mais pas recommandé pour l'entretien .

Tout d'abord on ne peut inspecté l'interieur du reservoir en cas de choc et m^me le controle de la coque est difficile .Impossible de reprendre une soudure de la coque dans le reservoir ni d'intervenir en cas de piqure dû au chlore .

le mieux et m^me le bien mieux sont les reservoirs independant .

12 jan. 2013
0

Question de choix!!!
Traînant souvent dans des secteurs mal pavés et surtout mal cartographiés, le double fond d'un réservoir intégré bien conçu est rassurant.
Le gain de place et donc de volume utile est aussi intéressant, ainsi que l'absence de coins et recoins qui sont des sgrogneu@sgoh à nettoyer... Facilité d'entretien...
Quand je dis bien conçu, cela sous entend des trappes de visites correctement placés et dimensionnés.

12 jan. 2013
0

pour calypso bonjour; l'ideal est d'avoir une trappe au dessus de chaque reservoir(pas evident pour certains) perso c'est ma solution.si je devais refaire une autre coque ou transformer je garderais le meme caisson etanche pour l'eau mais y integrerais 4 reservoirs en polyetilene ou assimilè ,pour ne plus avoir à surveiller ou à traiter! les reservoirs integrès à la coque renforçent la structure et en cas de talonnage ou de trou forme une double coque! si tout le fond du reservoir etait perçè????? vous decoupez par l'exterieur la tole à la meuleuse et vous resoudez une tole ;rien d'extraordinaire !!ça a deja etait fait sur des ovnis de plus si la coque est à bouchains ou à fond plat( ovnis, garçia)c'est encore plus façile(pas besoin d'olive à çintrer) la "ferraille" c'est souvent moins compliquè qu'on le croit cordialement

12 jan. 2013
0

Dans mon cas (OVNI) le réservoir était indépendant de la coque mais trappe de visite super collée, je l'ai démonté (il passait par la descente, mais pas ses pattes de fixation) et remplacé par un réservoir souple.J'aurai peut être du découper le haut du réservoir et mettre le réservoir souple à l'intérieur, mais j'y ai pensé trop tard.Le suivant, si nécessaire sera en polyetilene soudé, ce que j'avais fait sur un camping car, et qui a tenu plus de 20 ans sans problèmes

12 jan. 201312 jan. 2013
0

pour sauvage 22 bonjour; bonne idèe mais surtout bien coinçer les reservoirs souple pour empecher tout raguage avec le fond et les soudures;dans une simple transat si vous laissez vos vetements sur des çintres non bloquès c'est suffisant pour qu'à l'arrivèe vos vestes soient completement usèes par les frottements du au balant cordialement

12 jan. 2013
0

bien souvent il y a les lisses dans les réservoirs intégrés donc attention si vous utilisez un réservoir souple. J ai réfléchi à ce pb sur un via 36, réservoirs intégrés le mieux est de les surveiller et de les vider et ventiler pendant l'hivernage.
Par contre l'eau de ces réservoirs n'est pas bonne pour la santé: l'aluminium et Alzheimer......

12 jan. 2013
0

je n'ai jamais bu l'eau des reservoirs quelqu'ils soient !ça m'oblige à une cargaison de bouteilles mais comme en generale je navigue seul c'est à peu pres maitrisable! l'ideal est un dessalinisateur avec un petit reservoir dediè et des fitres mais c'est encore un bazar à installer et le bon materiel n'est pas donnè cordialement

12 jan. 2013
0

Il m'arrive de boire l'eau des réservoirs indirectement. Réservoirs souples: pour cuire des pâtes ou faire du Nescafé, cela passe mais, pour le thé le goût est mauvais, j'en avais eu il y a longtemps qui ne donnaient pas de goût (Nauta ??)

14 jan. 2013
0

Je suis très intéressé par ce fil car je projette l'achat d'un voilier pour la méditerranée. Je comprends qu'un voilier solide, capable de naviguer dans une mer hachée, avec des vagues vicieuses, et des coups de vent qui ne préviennent pas toujours, et peuvent s'avérer très très méchants, est à recommander. L'été dernier, mon petit voilier (dériveur) a rompu son amarre (mouillage sur une plage) lors d'un bon coup de vent à 6h le matin pour terminer sa course 48 heures plus tard sur des cailloux (repéré et récupéré grâce au CROSS). C'est une coque polyester et cet hiver je répare (beaucoup de gelcoat et une petite voie d'eau). Une coque en alu n'aurait surement eu que des éraflures. D'un autre côté le polyester est facile à réparer. Alors l'alu est-il réellement plus solide et difficile à réparer ? L'alu est-il un gage de solidité et de sécurité, dans la mer et sur les cailloux ? En supposant que le bateau est bien entretenu ...

14 jan. 2013
0

Salut
Il y a des bateaux alu très légers ou mal construits...
Il y a des polyester épais et très solides...
L'inverse est vrai aussi.

Bon, on a vu des ponts de bateaux en bois ou en polyester se désolidariser de la coque dans le gros temps. C'est plus difficile sur un bateau métallique où tout est soudé.

Ceci dit, dans les cailloux rien ne résiste ! même l'acier, qui est de tout les matériaux, à mon avis, le plus solide.

Mais le polyester est sûrement le plus facile à réparer. Cela peut se faire n'importe où, sans électricité ni outillage spécialisé. Il faut juste avoir pensé d'emporter de la résine et du tissu.

J'ai vu un Mélody chouette sur les annonces HEO. Il est à 15 000 €, équipé, avec un moteur de 1000 heures. L'année dernière il était plus cher, je l'avais vu. Le prix a baissé, et il va partir... faut y aller.

15 jan. 201315 jan. 2013
0

baboujoli, à chaque fois que je lis un truc comme :

"on a vu des ponts de bateaux en bois ou en polyester se désolidariser de la coque"

je ne comprends pas qu'on ne donne pas le type de bateau, les conditions et la date, sinon ça n'a pas de valeur, ça reste dans le genre de l'homme qui a vu l'ours ou discussions de comptoir

la dernière fois, l'excuse de l'hissonaute était qu'il ne voulait pas donner le type de bateau pour ne pas gêner son copain qui voulait revendre son bateau ...

super solidarité !

merci pour les infos qui permettront peut être à des proprios de faire les consolidations nécessaires !
:heu:

15 jan. 201315 jan. 2013
0

Salut Jeanlittlewing

Pour ce qui est des modèles et des dates, eh bien je ne tiens pas un registre en archives précis sur la question...

Je me souviens qu'un First (je sais plus lequel) a vu son pont s'arracher de la coque . C'était je sais plus quand dans le golf du Lion, ou vers Marseille... (bon, il y a une marque et un lieu...)

Je connais personnellement 2 gars qui ont vu leur bateau en bois couler dans les mêmes conditions. L'un, ce sont les pièces de la coques qui se sont disloquées... L'autre, c'est le pont qui s'est désolidarisé de la coque. Ces deux cas on pour moi une valeur, ces gars là, m'ont eux même relaté leur expérience vécue.

Les cas de roufs décapités sur des bateaux en bois ont été signalés dans divers récits...

Sinon, dans "Adlard Coles" on cite des exemples précis, avec des modèles, des dates...

Après, bien sûr, il y a les articles, les histoires, les racontars... que tout le monde entend. Mais jamais je n'ai entendu (dire) qu'un voilier en acier soudé avait perdu son pont... Certains furent éclatés sur les rochers, ça oui... mais pas disloqués en mer. C'est peut être arrivé, mais ni à ma connaissance, ni à celle des marins que j'ai rencontrés.

Il y a aussi les incendies. J'ai vu personnellement, en rade de Cannes, il y a quelques années, un bateau en polyester de 15 m prendre feu... en 15 minutes, il ne restait rien : les dernières flammes de la coque atteignaient le niveau de la flottaison...
Il y a aussi la foudre... et les collisions...

J'ai travaillé professionnellement à l'entretien (à l'année) d'un bateau de course en bois. (le 8m JI de Philippe Monnet) Je réparais tout ce qui cassait. Et j'en ai vu pas mal autour de moi...
Actuellement, j'ai un bateau en alu, mais ça ne m'empêche pas de conseiller (voir plus haut) un Mélody en polyester.
Pourquoi cela ? Eh bien je connais le Mélody. Comme pour d'autres rares (anciens) polyester, le Gladiateur, par exemple, la coque et le pont sont solidarisés par une large bande de stratification. Alors que sur beaucoup de voiliers, le pont et la coque ne sont que collés...

Voilà.

15 jan. 2013
0

Je ne suis pas du tout dans l'opposition métal polyester, je ne m'intéresse en fait qu'aux voiliers polyesters, et je n'ai d'autre intérêt pour les bateaux en bois que du point de vue du patrimoine ou pour le plaisir de l’œil.

Tes infos sur le First qui a eu un sérieux pb coque pont sont intéressantes car elles rejoignent celle du précédent témoin

Il y a eu aussi un oceanis 44 CC abandonné par son équipage dans des conditions terribles force 10 dans le gulf stream, le bateau se remplissait petit à petit par des fuites un peu partout (hublots en particulier)

15 jan. 201315 jan. 2013
15 jan. 2013
0

Exact, on est très loin des conditions dans lesquelles 99,99999999 % des plaisanciers naviguent.

Les chantiers industriels construisent de bons bateaux pour la clientèle qui les achète et qui, à quelques exceptions, n'a aucune intention d'affronter la fureur des océans inhospitaliers.

15 jan. 2013
0

mais attention les coast guards ont estimés les vagues entre 70 et 80 pieds, on est pas dans le petit coup de vent standard ...

du tres lourd

15 jan. 2013
1

Bah, les voitures sont bien conçues pour se crasher dans des murs et écraser des piétons ... On ne peut pas dire que ce soit l'objectif principal des conducteurs pourtant :D

15 jan. 2013
0

Oui, combien de marins ont reçu sur la gueule un temps qu'il n'avaient pas choisi ?

15 jan. 2013
2

D'accord, il faut prévoir, c'est sûr... mais la question est de savoir "Jusqu'où ?".
S'ils faut prévoir et concevoir un bateau capable de :
- résister à une vague scélérate
- tenir en mer et au mouillage par un cyclone
- rentrer dans un container à 10 noeuds sans autre dommage qu'une petite gratte
- tenir 48 heures de mer par creux de 10 m
- de remonter une semaine au près dans la brise
... dans ce cas, on ne construit plus que des demi sous-marins blindés avec crash-box devant, derrière, au-dessus, en dessous, ... avec GV à quatre ris et tourmentin en tôle,
Bref, des bateaux "super agréables" pour y passer ses week-ends et vacances.
Au prix à la tonne, ils seraient aussi impayables.

La plupart des plaisanciers, même passionnés, fait rarement des étapes de plus de 50 à 100 miles (la moyenne moyennement acharnée fait peut-être 2 à 3 étapes de 100 - 150 miles chacun). Bref, des étapes de 10 à 20 h (et encore Madame et les enfants se plaignent déjà après 5-6 h).
Il n'est quand même pas fréquent de partir pour de telles petites étapes sans avoir une quasi certitude sur la météo et son évolution ; à tout le moins dans des proportions normales.

Si le plaisancier part à 10 h du mat avec un F3, il va rarement être confronté à un F10 avant le coucher du soleil sans que cela ne soit annoncé. Et si la tendance est telle, c'est prévu par le plus mauvais des modèles météo (Je parle pour les eaux européennes).
Alors, bien sûr, il peut y avoir des grains et des orages très violents ; c'est aussi vrai qu'assez rare (une fois toutes les X années pour le plaisancier moyen). Ce type d'incident, la plupart des bateaux "tupperwares" les encaissent sans trop de casse mais certainement de manière très inconfortable pour l'équipage.

Tout cela pour écrire que le plaisancier moyen qui va sur l'eau pour se faire plaisir, en famille, n'est pas confronté à ce type de conditions extrêmes.

Tout passionné que je sois, je me vois mal infliger à ma famille 2 jours non stop de près dans la brise à jouer au saute-moutons (déjà qu'après une demi journée, je suis moi-même un peu lassé). Je comprends que certains adorent mais alors ils ont des bateaux adaptés.

Je conclurai en reprenant la métaphore automobile de Peuwi : si j'aime voyager en voiture, je n'ai pas besoin d'un 4 X 4 pour traverser la France ; tant que je prévois de rester sur les routes.

En bateau, avec la fiabilité météo que l'on a aujourd'hui, pour un plaisancier "côtier", il est rare d'être surpris par une météo complètement inattendue et radicalement différente.

15 jan. 2013
0

à chaque bateau son programme, à chaque programme son bateau.. :heu:

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Plage des Cabanes de Fleury, après la crue

Après la pluie...

  • 4.5 (144)

Plage des Cabanes de Fleury, après la crue

mars 2021