remplir les bouteilles de plongée

Bonjour,
Comment faites vous (pour ceux qui plongent) pour remplir les bouteilles ? Compresseur à bord ? quel type / marque caractéristiques ? A quoi faut il faire attention (en dehors des précautions habituelles pour la plongée) ?

Merci
Chrysm

L'équipage
02 juin 2012
02 juin 2012
0

Je la fais gonfler dans un magasin de plongée qui vérifie que le poinçon sur la bouteille à moins de 2ans.
À défaut de contrôle, des accidents graves voire mortels sont déjà arrivés lors de gonflages, notamment arrachement de la robinetterie sous la pression.
Être donc vigilant sur ce point.

02 juin 2012
0

Aussi dans les club de plongée

03 juin 2012
-1

mieux que des mots.....des images avec du bruit !

[url]

03 juin 2012
0

4 bouteilles à bord pour deux plongeurs - suivi annuel par mon club - Gonflage en escale ou au mouillage au club accessible en annexe ou avec diable. Le choix du compresseur à bord n'est pas économiquement intéressant, bruyant, encombrant à moins d'avoir une grosse unité !

03 juin 2012
0

Bonjour à tous,
Première chose à garder en permanence à l'esprit : gonfler des blocs c'est dangereux ! La robinetterie peut lâcher et le projectile devient mortel. Il faut être formé à l'utilisation d'un compresseur même si ce n'est pas compliqué.
Second point : tous les pays n'ont pas la même réglementation en matière de blocs donc venir dans un club de plongée pour faire gonfler c'est une fois sur deux repartir comme on était venu.
Donc j'ai acheté un compresseur italien Coltri (6m3/h) avec moteur Honda que j'ai installé à poste dans un coffre avec la prise d'air déportée. Pour un bloc de 15l vide je gonfle 40mn pour arriver à 230B.
Mais depuis que je plonge là ou je veux et quand je veux je me rend compte que je vais moins profond et moins longtemps, donc je gonfle moins souvent.
Une bonne précaution est d'avoir une bouteille d'oxygène avec un masque respiratoire (nez+bouche) en cas de suspicion d'accident de plongée. Il faut pouvoir assurer un débit de 15l/mn pendant au moins 30mn. Lors de la révision de ce bloc je met de l'oxygène "normal", pas du médical.
Ça me permet aussi d'avoir toujours à poste et gréé un petit bloc de 7l en cas de pépin d'hélice ou de mouillage.
Enfin le plus gros inconvénient c'est que lorsqu'il y a des voisins au mouillage il vaut mieux ne pas gonfler car c'est bruyant.
Bon vent et bonnes bulles à tous.

21 juil. 2013
0

Interressante ton intervention....J'aimerai bien savoir ou tu t'es procuré le bloc oxygène et le masque...J'en cherche un depuis longtemps...

03 juin 2012
0

bjr
surtout pas avec de la daube ,il y en a un qui c'est pris prison a perpete a bali pour ça
alain

03 juin 2012
0

J'ai un compresseur Bauer junior en 220V
il suffit de demarrer le groupe electrogène embarqué absolument indolore pour les oreilles des voisins et les notres pour remplir les blocs en quelques minutes et plonger des heures Ha ça fait du bien ;-)

06 juin 2012
0

Effectivement, les compresseurs de bonne qualité >2500 €... hum hum
Ca ne m'enchante pas de trimbaler les blocs en AX ou autre, à commencer par le port d'attache où toute manutention est pénible (configuration des lieux).

Faute de compresseur, restent les magasins et autres clubs. Pour les clubs : licence FFESSM demandée ? idée du tarif ?

06 juin 2012
0

La licence n'est pas demandée.
La date de réépreuve est vérifiée ainsi que l'étiquetage éventuel du TIV.
Economiquement, le compresseur ne pourra jamais être amorti.
L'intérêt n'est évident qu'en cas de zone non équipé.
En doublant le nombre de bouteilles et avec un diable pliant, c'est jouable de s'en passer.

06 juin 2012
0

Bj,

Tout d 'abord, cela dépend de la fréquence, si c'est pour plonger 3x par an et en cas de problème de bateau,ancres... etc tu remplis dans des clubs, si c 'est pour une utlisation fréquente, pourquoi pas un compresseur???
a+

Joël

06 juin 2012
1

Le matérie de plongée bouteille est hélas lourd et encombrant. En navigation il est à fond de cale et peut servir de lest.
Le compresseur représente un sacré basard mais c'est pratique. Le petit Coltri est bien. On peut utiliser comme moteur le Honda (bruyant) ou un moteur électrique si on gonfle au port. J'ai toujours à bord une 15l et une 6l
(plus le nécessaire médical avec oxygène). Cela m'a déjà rendu service.
Il ne vaut mieux pas penser à l'amortissement de ce matériel couteux.

08 juin 201216 juin 2020
0

Perso sur mon ACM j'ai un compresseur de marque coltri avec moteur honda ca marche bien mais il faut bien purger le compresseur toute les 5 minutes et changer les filtres tres régulièrement

08 juin 2012
1

maintenant j'ai un recycleur avec 8-10 heures d'autonomie !!!!!

10 juin 2012
0

Merci de tous vos conseils avisés.

Plus de doutes, étant donnée la fréquence d'utilisation, c'est clair pour moi qu'il faut que j'utilise les possibilités locales de gonflage.
Effectivement, l'idée d'un second bloc est bien moins coûteuse qu'un compresseur.

Par contre, quel est le véritable intérêt d'avoir une bouteille d'O² à bord ?

10 juin 2012
0

Si tu ne vois pas l'intérêt d'une bouteille d'O² ... ne plonge QUE dans une structure organisée, jamais seul ou loin de tout ...
Si tu persistes, une "petite" formation est indispensable pour connaitre les dangers de la respiration hyperbare ... :doc:

22 juin 2013
0

La bouteille d'O² est à la plongée ce que le radeau est à la voile : ça ne sert à rien, ça encombre...
...jusqu'au jour ou ça te sauve la vie !

22 juin 201322 juin 2013
0

En TDM, on plonge loin du bateau mère, à partir du zodiac et soit seul, soit avec son épouse qui préfère la plupart du temps rester sur l' annexe ou plonger avec tuba . Bien souvent, par exemple aux Bahamas, aux Tuamotu, les éventuels secours sont à 48 heures minimum de nav.
En cas d'accident, il est très difficile voire impossible de remonter dans l'annexe . L'épouse n'a pas (à de rares exceptions près) la carrure nécessaire pour hisser le mari en difficulté surtout s'il n'a pas pu larguer le matériel...
De plus les courants nécessitent ( passe d'atoll, tombant extérieur etc...) que l'on vienne vous récupérer alors il faut bien que quelqu'un reste dans l'annexe!( Donc plongée solo )
Alors la bouteille d'oxygène, le défribillateur, c'est bien joli, mais cela s'adresse à des équipages de plusieurs personnes et toutes qualifiées!
Autrement, il vaut mieux compter que sur soi...

22 juin 2013
1

Ma femme n'est pas plongeuse, mais elle est formée à faire une respiration artificielle dans l'eau, à sortir de l'eau un plongeur inanimé de 80 kg, à administrer de l'O², à prévenir les secours....
Ce n'est pas une garantie mais on augmente les chances par cette formation et ces équipements.

Un peu comme en voile ou je lui ai appris le matériel de secours et comment on s'en servait.
Ceci dit, en TDM on peut aussi se passer de VHF, de feux de détresse sous prétexte qu'on est à des jours des secours.

18 juil. 2013
3

Même sans être spécialiste, il est indispensable d'avoir à bord au moins une bouteille d'O2 et un sachet d'aspirine: en cas de suspicion d'accident: O2 à 15 l/min et une dose d'aspirine et hop en route pour le centre médical le plus proche. C'est basique mais ça peut éviter des ennuis très sérieux...
Et, si tu te poses la question de l'utilité de l'oxy, il vaut mieux que tu évites de plonger avant d'avoir suivi une formation...

18 juil. 2013
0

Puisqu'il semble y avoir sur ce fil des plongeurs avertis une question :
est il encore possible de faire sabler (l'intérieur ) d'une bouteille de plongée ?
Car j'ai deux bouteilles nickel dehors et (apparament) dedans (elles n'ont été regonfler que deux fois.
Mais elles ont le tord d'etre peintes à l'i terieur en epoxi, et pour les faire réeprouver ...refus !
Motif : on ne peut pas voir l'etat de l'acier derrière l'epoxi .
A une certaine epoque ces boutielles étaient sablées (à l'interieur pour retirer l'epoxi) et reeprouver sans probleme.
Apparament plus possible , ou pas trouver la bonne filière , alors si quelqu'un sait comment faire , il est le bien venu.
C'est bouteilles doivent plus me servir comme "stock" d'air comprimé pour gonfler les projectiles du lance amarre que pour la plongée.

18 juil. 2013
0

bonjour certain club pour enlever la rouille ,une chaîne soudée à un axe entraîné par une perceuse, le résultat et nickel , ensuite la faire réprouver. Sur mon bateau une de 15 litres et de 9 litres pour les avaries elle ont 2o ans et viennent de se refaire requalifier. André

18 juil. 2013
0

OUI bien sur il est possible de faire un sablage de l'interieur des tes blocs, puis de faire la requalification periodique

18 juil. 2013
0

Il y a juste un petit surcoût a payer.
C est une opération tout a fait standard pour notament éliminer les moins de rouille qui peuvent de former a l intérieur.

18 juil. 2013
0

Merci de vos réponses, mais lorsque j'avais voulu faire rééprouver ces bouteilles , refus du magasin (La Rochelle ) au pretexte quelles etaient peintes (d'origines) à l'epoxi à l'intereiur , et lorsque je lui ai demandé pour un sablage de cette peinture réponse cela ne se fait plus ....( un peu comme le plombier de Perret) m'aurait il menti ? Peut etre dans l'espoir de vendre deux blocs ?
Elles sont pourtant nickel

18 juil. 2013
0

j'ai depuis des années un compresseur coltri 6m2 thermique qui est bruyant mais n'est jamais en panne.
je lui ai fait un cocon en CP et le tout t est solidement fixé au pont..je suis le seul a plonger maintenant donc je n'ai plus qu'un 15l au fond d'un cofre; il y a toujours un peu d'air dedans en cas de besoin urgent

19 juil. 2013
0

Le sablage, ou grenaillage existe toujours; il suffit de s'adresser au bon technicien...
Le petit Coltri à moteur thermique est très fiable et rustique; si on l'entretient bien, il peut durer plus de quinze ans.

19 juil. 2013
0

Des adresse sur La Rochelle ou dans l'est ?
Merci

19 juil. 2013
0

si c'est pour le compresseur
www.tekplongee.fr[...]/

19 juil. 2013
0

à bali il y a un français en prison pour perpete qui a eu la bonne idée de mettre de la daube dedans
alain :lavache:

19 juil. 201316 juin 2020
0

Et le nargilé ?
Un pas mauvais compromis pour bricoler sous la coque, et/ou autres travaux à proximité du bateau (verif mouillage, etc...)
frederic


19 juil. 2013
0

Le narguilé pour bricoler sur le bateau ou autour , n'a qu'un seul defaut (pour moi) c'est qu'il faut l'acheter alors que les boutielles je les ai ! :mdr: :mdr:

19 juil. 2013
0

j'ai transformé mon détendeur en remplaçant le tuyau d'origine par une longueur de 6 m , je me contenterais de descendre à moins de 2 m mais pourrais intervenir longtemps la bouteille sur le pont
vu mon age j'ai arrété, la plongée il y a dix ans, mais un bout dans l'hélice .......

19 juil. 2013
0

Pour avoir essayé le compresseur à bord, je déconseille.

Le truc faisait un bruit de tracteur. Impossible à utiliser au mouillage, sauf à se foutre totalement des voisins même lointains et d'être soi même sourd comme un pot.

Jacques

19 juil. 2013
0

j'ai eu un petit coltri 3 cylindres avec un moteur thermique honda le tuyau d'aspiration de 4m je le hissais avec une drisse ,il ne faisait pas plus de bruit qu'un groupe électrogéne débit 3m3/h
une heure de recharge pour ma 15l
un jour à ustica des italiens sur une vedette à coté avaient fait la fête tout le nuit je l'ai mis en route à 7h du matin échappement enlevé ,il y en a un les yeux à moitié ouvert
qui est venu me dire de faire gonfler à la station et qu'ils payaient le gonflage si j'arrétais mon compresseur ..
alain

19 juil. 2013
1

Sur la question des gens qui plongent seuls et loin des infrastructures sanitaires (ce que je comprends bien !): la bouteille d'oxygène ne sert vraiment qu'à les rassurer donc pas comparable à l'utilité d'une survie sur un voilier. Quand au collègue qui déclare que son épouse est capable de pratiquer une respiration artificielle dans l'eau et qu'elle sait ramener un mec de 80 kg sur le pont: il ne faudrait pas confondre ce qui s'apprend dans le cadre de session de formations et la vrai vie. La respiration artificielle est un concept dépassé (à part chez les jeunes enfants!), quand à la technique de remonté d'un mec inconscient à bord (que j'ai aussi apprise) elle sert surtout faire entrer des sous dans les caisses de PADI. On peut pas tout avoir: prendre des risques sans risque ça va être difficile.

19 juil. 201319 juil. 2013
19 juil. 2013
1

Je rajoute pour aller jusqu'au bout de ma pensé que la maitrise est bien souvent une illusion et qu'il y a beaucoup d'accidents avec des mecs expérimentés: en plongée, en montagne, en moto, etc. Dans les activités à risques, un débutant prudent et humble aura des chances de survie bien plus élevées qu'un "pro" vaniteux. Voilà c'est dit et ça me détend de l'avoir dit :-)

19 juil. 2013
0

Seul et loin de tout , au milieu de la nature sauvage, même le vaniteux fait rapidement preuve d'humilité...
( De toute façon le public est absent, et la faune locale ne s'épate pas de grand chose!)

19 juil. 201319 juil. 2013
0

oui mais il y a en montagne en rocher et en plongée aussi ceux qui font ce qu'il faut, le bateau c'est aussi une activuté dangeureuse comme la bagnole....si on veut plonger ou on veut on a un compresseur en connaissance de cause , sinon il faut stocker des bouteilles pleines meme pour les intervention mineures, personellement je n'aime pa trop ca.
.
montgne pareil fausse manoeuvre t'es mort, bateau tu tombe a l'eau t'es souvent mort, et puis une vie de travail t'es mort aussi :oups:

19 juil. 2013
2

Les réalités physiologiques sont incontournables. La plongée bouteille a un risque de 1/1000, avec 2 groupes distincts d'accidents: ceux des néophytes, avec le plus immédiatement grave la surpression pulmonaire et ceux de l'accident de décompression, qui laisse un petit délai, des gens entrainés victimes de pas de chance mais surtout hélàs faisant des erreurs absurdes voir quasi volontaires. Dans tous ces cas il y a urgence et tous les moyens rapides de réanimation sont utiles: sortir la victime de l'eau s'il n'y a pas mise en oeuvre de procédure de recompression en plongée, utilisation d'O2 pur en attendant l'évacuation en centre spécialisé (+ hydratation et antiagrègants) qui doit faire partie de l'organisation d'une plongée. Pour les cas mal partis les manoeuvres de ranimations sont toujours indispensables avec variantes récentes cherchant à favoriser la circulation devant la respiration (le défibrillateur n'est pas habituel sur un petit bateau) .
Une ranimation immédiatement entreprise et bien conduite offre 75% de chance de sauver le cerveau et tardive moins de 5%!!!!!. Les enfants sont beaucoup plus sensibles que les adultes à l'anoxie cérébrale (peu de temps hélàs entre l'arrèt circulatoire et la décérébration).
Perso j'emmène à bord le sac de réanimation de base (O2 etc..) (qui m'a servi dans ma vie pro médicale) et mon épouse pro paramed sait aussi s'en servir.
On fait de la plongée sérieusement (les pros le font bien) ou on n'en fait pas. C'est comme la parachute (risque 1/100)

19 juil. 2013
1

Je ne voudrais pas que l'on se trompe sur le sens de ma réaction d'humeur. Comme tu le dit très bien Outremer, et tu semble savoir de quoi tu parle, oui à l'oxygène dans le cadre de ce "petit délai" que tu mentionne à juste titre. Et il y aurait beaucoup à dire sur le volume de la dite bouteille et sur son entretien en milieux salin et humide (allez regarder de plus près l'état du matériel dans certains clubs !)
Simplement, je trouve que certaines réponses données à des "débutants" (je réfère à la question de chrysm sur l'O2) me semble bien péremptoire sur la forme et très peu précise sur le fond. "la respiration artificielle dans l'eau" en est une et la remontée à bord d'un corps inanimé de 80 kg m'en semble une autre. Quand à l'emploi de l'aspirine et bien que cette recommandation soit encore en vigueur dans de nombreux manuels: elle reste très discuté par les vrais pro (ça existe aussi !) Alors je préfère la réponse de Uchafu qui me semble réaliste et pragmatique puisque la discussion concernait la pertinence d'avoir un compresseur à bord, donc sur le moyen de pouvoir plonger loin des infrastructures. Sinon si quelqu'un à une expérience de l'emploi d'un défibrillateur sur le pont humide d'une bateau, je suis preneur sachant que l'eau salée est un excellent conducteur :-)

20 juil. 2013
0

Quelle agressivite depuis combien de temps tu plonge et tu navigue au moins deux ans?

20 juil. 2013
1

malheur a moi qui ai un compresseur et qui l'ai utiliser tres regulierement pendant un tdm de 5 ans...pas d'oxygene et pas de defibilateur, d'ailleurs qui aurait gerer ca...
.
NON le probleme n'est pas la: si on tombe a l'eau on est mort, si on a un accident de plongée ( un vrai) loin de tout pareil ou paralysé.... ce doit etre clair pour ceux qui pretique cette activité hors des structure club ou autre..
vous avez tous tendance a vouloir absolument ne pas predre de risques et sourtout ne pas apprendre a les gerer....
.
la mer comme la montagne c'est un metier , si vous etes des consommateurs un jour ou l'autre vous aurez un vrai accident, que ce soit en plonger ou autrement...il faut pour faire des sports extreme ( notre activité en est une) se frotter au danger par etape et apprendre = cela prends des années...
je pense que pour maitriser raisonnablement tout les aspects des dangers de la plaisance il faut 20 ans de pratique reguliere

19 juil. 2013
0

La bouteille d'O² ne sert qu'a rassurer ??? Je rêve !

Sais-tu seulement qu'elle sauve réellement des centaines vies ???
A toutes fins utiles, je rappelle que les accidents de décompression les plus dangereux sont ceux où le plongeur sort de l'eau sur ses palmes...
En effet, ma femme sait me remonter, et si je peux être aussi affirmatif (ou vaniteux, c'est selon), c'est qu'a chaque saison, on s’entraîne à cet exercice, rien à voir avec de la théorie ou de quelconque caisse à remplir.
Sur un voilier, à moins d'être dénué de toute imagination, on peut utiliser un tas d'outils pour remonter quelqu'un d'un gabarit supérieur au sien.
D'ailleurs, dans nos tests de saison, on fait aussi des exercices d'homme à la mer et exercices d’évacuation (sans aller jusqu’à ouvrir la survie tout de même ). Combien le font ?
Et tout ça car on a l'humilité de croire qu'un truc puisse nous échapper, que l'on puisse se planter, qu'un truc puisse mal tourner.
Cela ne veut pas dire pour autant que le jour J tout ira sur des roulettes, mais on aura imaginé des solutions, testé, et appris de nos erreurs.

19 juil. 2013
0

Outremer, tu dis que "La plongée bouteille a un risque de 1/1000" quelles sont tes sources ?

Le risque d'ADD en plongée est de 1/100 000 pour une plongée de 35 min à 30 mètres.
Source : Bernard Gardette, Docteur Es Science, directeur scientifique de la COMEX.

20 juil. 2013
0

si on a un risque toutes les 1000 plongées ,je suis mort au moins trois fois et peut étre plus .
j'ai eu un compresseur et deux équipements complets à bord
une bi alu de 2m3 et une acier de 3m3
tout ça avec un cg45 et un royal mistral , bien sûr la fenzy et sa sparklet et je ne suis pas mort même pas un accident .
il faut dire que j'ai été formé à la faculté de st mandrier ..
alain

19 juil. 2013
1

Le risque cité est logique dans un contexte Pro et particulièrement à la Comex. Il traduit la fiabilité actuelle statistique des tables et procédures Médecine du Travail (publiées au Journal officiel) pros issues de la Comex (La FFSM a fini par utiliser ces Tables de Travail plutôt que celles précédentes des plongeurs militaires poseurs d'explosifs). (A noter qu'il aura fallu 100ans à partir de Paul Bert pour établir ces tables (ou l'équivalent sur Ordi)).
Les Pros sont super bien formés, superencadrés, utilisent des mélanges adaptés et disposent obligatoirement d'un caisson hyperbare sur le chantier. Leurs accidents sont d'abord de type BtP.
Il en va tout autrement des très nombreux plongeurs amateurs, dont une partie reste hors structure et peu ou pas formés et certains autres veulent transgresser ce qu'ils ont appris.
Encore une fois les accidents de plongée ne se résument pas aux accidents de décompression, le plus immédiatement gravissime à la plongée bouteille étant la surpression pulmonaire. Mes sources sont le Certif de Médecine hyperbare (intervenants civils et militaires de la majorité des centres hyperbares de France).

20 juil. 2013
0

A bord j ai un compresseur coltri a 2300 € en 20 minutes tu gonfles un quinze litres
Attention interdit de remonter saint jacques tourteau et homard ;-)

20 juil. 2013
0

Outremer, cette étude du boss de la comex, ne s'est pas cantonnée aux plongées en contexte pro, et ils recouvrent des chiffres de la FFESSM.

Pour être précis, si on prend les risques que l'on va appeler graves, c'est à dire ceux nécessitants une hospitalisation, le risque en France est de 1.2/10 000 (324 hospitalisation sur 2.5M de plongées). (source FFESSM). Cette accidentologie est 10 fois inférieure à celle constatée chez les coureurs à pied.
Quant au nombre de décès, on est entre 15 et 20 par an. (source FFESSM)

Pour arriver à ton chiffre de 1/1000, il faut aller chercher sur des profils de plongées à 60 mètres à l'air, ce profil de plongée n'est pas légion, loin de la.

20 juil. 2013
1

Il n'y a pas que les accidents de décompression!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Les chiffres de mon époque pas si lointaine concernaient l'ensemble des activités de plongée et l'ensemble des accidents qui peuvent alors arriver.
Si les satistiques s'améliorent je suis le premier à m'en féliciter.
Les morts cités sont encore trop! (à peine inférieur à l'avion de tourisme fortement encadré)
Mais faire sortir des statistiques les accidents classés pas graves (?) pour minimiser la réalité des problèmes de plongée????????
La comparaison avec les coureurs à pied est ridicule.
Mais si vous en avez besoin à titre perso pourquoi pas.
Par exemple : Risque de l'avion 1/1000000 comme la prise d'Aspirine

20 juil. 2013
0

Si je n'ai pas répondu à l'époque c'est que je débutais sur ce forum et que j'ai été surpris par la forme de certaines réponses qui supposent à partir d'une phrase ou d'une question ce que d'autres peuvent maîtriser ou non. Mon expérience en plongée vous ne la connaissez pas sauf à avoir plongé avec moi. Ce qui dorénavant est impossible vu que je n'y suis plus autorisé (à mes risques et périls comme disent nos amis toubibs).
Ma question relevait de l'utilité de circonstance et de lieu et non pas de son utilisation dans le cas d'un accident de décompression. J'en ai vu un sous mes yeux lors de ma première plongée fait pas un vieux pro expérimenté (je crois qu'à l'époque il était soudeur en plongée ). Du coup depuis ça à renforcé mon aprehension ainsi qu mes précautions. Mais je sais aussi que certaines ne servent à rien si personne ne sait s'en servir correctement en situation d'urgence par simple manque de sang froid lorsque ça implique un proche , ce qui est de mon point de vue classique et humain.

21 juil. 2013
0

Outremer, je vais rester aussi courtois que possible, mais à partir d'un moment donné il faut arrêter de se moquer du monde !!!
.
Tu nous sors des chiffres vaseux qui sortent de sources invérifiables dont le périmètre change à chaque fois.
.
Même les chiffres que tu nous sors sur le parachutisme sont faux. Sans chercher beaucoup, on arrive à trouver des stats de 2003 : l'accidentologie en parachutisme est de 6/10 000 et non 1/100 comme tu nous annonces (la mortalité est de 0.33/100 000).
.
La plongée, c'est ça aussi, être un minium précis.
.
Pour revenir à la plongée, il n'y a pas que les accidents de décompression, oui. Mais franchement, est ce que tu crois que les crises cardiaques sur le quai, le type qui se reçoit une bouteille de plongée sur le pied va vraiment grossir les stats ?
.
Pour ma comparaison avec les coureurs à pied, c'est juste pour faire relativiser que toute activité sportive comporte un risque, y compris celles qui paraissent sans risques. (je compare 2 disciplines sportives et pas un médicament vs un moyen de transport).
C'est justement parce qu'en plongée on a conscience de ce risque que l'on s’entraîne pour y faire face, du moins, le moins mal possible.

21 juil. 2013
0

Puisque tu parle d'aspirine ....sont usage est à prendre avec des "pincettes"
D'ailleur été remplacer par d'autres produits (non sans risques non plus ) dans les dotations médicales.
L'aspirine tue ...aussi

21 juil. 2013
1

J'essaye à chaque fois que je réponds sur ce suje sur HeO de faire profiter les lecteurs de mes connaissances professionnelles entre autre en Réa médecine hyperbare et médecine aéronautique
(puisque je plonge et que je pilote) , dans le but d'un rappel constant à la sécurité (car une bonne partie de ma vie je me suis occupé de gens avec un plus qu'un pied dans la tombe). Dans ces circonstances intéressantes (sauf pour le patient) on peut voir facilement les réalités physiologiques. D'ailleurs ces formations étaient suivies souvent par des Réa. Les gens, civils ou miltaires, tous pros, qui organisaient ces formations sur un ou deux ans n'étaient pas du style vaseux!!.
Durant ma période club de plongée j'ai pu hélas vérifier qu'il était très facile de dévier des précepts avec des conséquences dramatiques vécues, et qu'il était très mal vu pour des raisons commerciales d'essayer de ramener des fanatiques à la raison.
LA PLONGEE EST PAR DEFINITION UNE ACTIVITE POTENTIELLEMENT DANGEREUSE, mème si cela semble vous déplaire. Tout plongeur doit en ètre absolument persuadé pour appliquer avec rigueur ce qu'on lui a appris. Sa vie est en jeu,
comme en avion: Quand cela ne passe pas cela casse!

21 juil. 2013
1

Si on cherche le risque 0, de plus en plus à la mode, arrêtons tout simplement de vivre, et "à plus forte raison" de plonger...
Si un individu n'est pas conscient des risques d'une plongée loin de tout centre médical bien équipé, c'est que sa formation est nettement insuffisante...
La plongée est une activité "à risque", et plonger sans formation est totalement inconscient. Prenons nos responsabilités individuellement donc en toute connaissance de cause.
Au sujet de l'aspirine:
Tout médicament comporte des effets secondaires, ou indésirables, qui peuvent survenir de manière totalement imprévue...
Je suis convaincu, sans chiffres à l'appui, que dans le domaine de la plongée, comme dans d'autres domaines, l'aspirine a sauvé plus de gens qu'elle n'en a tué...
Son avantage indéniable est que c'est un produit facile d'accès et facile à utiliser: même à dose pédiatrique, elle est efficace dans le traitement de première intention des accidents de décompression; et en cas de suspicion d'accident, en prendre une dose n'a pas de conséquence néfaste (sauf pour ceux chez qui elle est contre-indiquée bien évidemment).

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Les Cabanes de Fleury : l'orage est à terre

Après la pluie...

  • 4.5 (156)

Les Cabanes de Fleury : l'orage est à terre

mars 2021