remonter son mouillage à la main

bonjour à tous
pour ceux qui remontent leur mouillage à la main, de préférence en solo avec de la mer du vent des crampes dans les bras ... et qui n'ont jamais essayé cette technique !
mouiller avec un orin, avancer sur l'orin et le remonter en décrochant/soulevant l'ancre de 2 à 3 mètres puis remonter les 50 mètres de chaine à toute vitesse, tant qu'il reste un peu de chaine au fond vous ne devriez pas dériver trop vite ! c'est beaucoup plus facile que de tirer comme un âne sur une ancre crochée... et si vous n'êtes pas assez rapide et que vous emplafonnez le super maramu derrière vous c'est qu'il est temps de vous offrir un guindeau electrique :langue2:

L'équipage
27 oct. 2017
27 oct. 2017
0

Du stress quand même .Bateau largué, compte a rebours enclenché . Le super maramumu passe à l'aise, mais mon canote non. Ceci dit je retiens la technique comme pratiquant du guindeau a bras . :scie:

27 oct. 2017
3

Le plus raide c'est pas l'ancre ,elle vient a la fin quand t'es bien chaud ,c'est le km de chaîne qui pèse . Mais avec un peu de gaz a peine embrayé, et quelques allers retour au cockpit pour calmer tout ça, c'est du velour, même dans du vent .Mais très chiant . ;-)

27 oct. 2017
5

La difficulté n'est pas de bouger le bateau mais bien de relever la chaine et l'ancre une fois à l'aplomb.
En BZH Nord si tu relèves a marée haute, tu te retrouves vite avec 40 kg si chaine de 8 et plutôt 50 kg si chaine de 10.

Et archimède est bien fainéant sur l'acier, il n'aide guère.

27 oct. 2017
0

Je pense que la technique 'remontée a la main' trouve vite sa limite des lors qu'on est sur un bateau un peu grand ou lourd . Je ne me verrai pas faire mumuse comme ça avec un rêve d'Antilles ou même un Dufour 35. Sur un petit canote ça passe, mais bon, tout monde n'a pas un petit bateau. Alors chacun adapte sa navigation. Il m'est aussi arrivé de rester bloquer net du dos ,avec la chaîne a pic dans une grosse quinzaine de mètres de fond ,heureusement les voiles déja établies ,avec du vent , j'ai réussi aller m'installer à la barre en priant pour n'avoir pas a réduire le temps de rentrer .

27 oct. 2017
4

ma technique (chaine de 10 et ancre de 16kg) lorsque les conditions ne sont pas bonne ,je frappe un bout sur la chaine et le raméne au which de genois et ainsi je remonte bien 8m et en 3ou 4 fois je fais bien l'essentiel sans fatigue

27 oct. 2017
1

moi aussi, et ej pense meme à une manivelle électrique / perceuse puissante

27 oct. 2017
0

Un crochet sur la chaîne que l'on utilise aussi sur un prussik posé sur le câblot ...

27 oct. 201716 juin 2020
1

Bonjour,
il y a aussi le guindeau marseillais... suffit d'un flotteur genre bidon de pétrole de 20l équipé d'un anneau brisé inox à travers lequel on passe la chaîne, et après, c'est le moteur qui fait le reste.
D'abord, on va frapper la chaîne à l'arrière, puis moteur en avant. L'ancre décroche, le mouillage remonte en filant au travers de l'anneau, puis l'ancre vient se bloque en surface dans le flotteur. On peut alors décrocher la chaîne de l'arrière, et retourner à l'avant rentrer tout le bazar sans forcer.


27 oct. 2017
1

Heu tu peux m'expliquer comment un bidon de 20 l peut apporter la flotta nécessaire pour maintenir tel sur ton schéma une ligne d mouillage de 40, 50, 60, ... kg ?

27 oct. 2017
0

j'ai vu une vidéo pas du tout compris et en plus vu le temps que ça prend ce n'est possible que si il n'y a pas un bateau à moins de 200 metres !

27 oct. 201727 oct. 2017
0

C'est un schéma de principe, il faut bien entendu que le flotteur puisse supporter le poids de ce que tu veux remonter... Sur ce bidon de 20l, on remonte sans problème 100m de chaîne de 6 avec le grappin inox dix fois par matinée quand on pêche dans la rade.

27 oct. 2017
2

Tu dois avoir un soucis de perception.
Un volume de 20 l ne portera pas plus de 20 kg dixit archimede.
de la chaine de 6 c'est 0,8 kg au m soit 80 kg pour 100 m.
Un bidon de 20 l ne peut pas porter 80 kg.

27 oct. 2017
0

Evidemment si au lieu d'utiliser une ligne mixte vous utilisez 100 m de chaine de 6 ou 300 m de chaine de 10 :reflechi:

27 oct. 2017
1

Tu ne tiens pas compte:
1- de la force de traction verticale exercée par la vitesse du bateau
2- du fait qu'une des extrémités de la chaîne étant attachée au bateau, le flotteur ne supporte plus que la moitié du poids du mouillage.
De toutes façons, ça fonctionne, tu n'as qu'à aller te balader dans la rade pour voir des dizaines de bateaux effectuer cette manoeuvre. Et un peu plus loin, les pêcheur de thon au broumet sur les fosses font pareil, avec du matériel certes plus costaud, mais le principe reste le même. Et eux, c'est au moins 300m en 10.

27 oct. 2017
0

oui ...voui....
le seul laps de temps qui pose problème(,si le mouillage est encombré et le vent fort) c est celui entre=
1/la chaine+ancre presque à pic donc il y a toutes chances de dérapage
et
2/l' ancre arrivéé au davier
donc 1 et 2....faut faire vite... là soit rambo et ses bras soit un guindeau assez costaud et rapide...

27 oct. 2017
5

une autre solution
on embarque un paquet de mouillages ,et à chaque fois on l'abandonne ..
:mdr:
alain

27 oct. 2017
2

:reflechi:
OK, j'ai enfin compris le sens de"jeter l'ancre"
Merci le chat :topla:

29 oct. 2017
1

Environnementalement non soutenable :non:

27 oct. 2017
0

Justement avec le guindeau marseillais, tu n'as pas ce problème. Tu choisis ta direction et l'ancre ne dérape que quand tu es en route et manoeuvrant. De surcroît, le mouillage suit le bateau et tu contrôles visuellement la position du flotteur.

27 oct. 2017
8

4 ans sans guindeau, j'étais très fier... et je me suis niké le dos, avec sequelles....maintenant j'ai installé un guindeau, trop tard :doc:

27 oct. 2017
3

sans doute dû a une mauvaise position , le dos ne doit pas travailler , on remonte le mouillage avec les jambes et les bras ..

pour ma part j'ai un guindeau manuel que je n'ai jamais utilisé ,c'est trop lent et fatiguant

27 oct. 2017
1

J'ai aussi un guindeau manuel, je ne m'en sers que pour décrocher l'ancre lorsqu'elle est trop enfoncée dans la vase et ensuite, assis derrière la baille, et c'est les jambes qui font le boulot. C'est vrai que ça va plus vite, et en plus, un peu d'exercice, ça ne peut pas faire de mal.

27 oct. 2017
0

la méthode corse du chat est certainement la meilleure mais la méthode à la marseillaise parait géniale d'autant plus que les corses qui utilisent la méthode marseillaise ne doivent jamais remonter le mouillage mais le trainer de poste en poste, non ? par contre hoolof t'es sur que lorsque tu passes en marche avant le bidon ne suit pas le bateau et la chaine coulisse bien dans l'anneau ? à moins que ce système ne soit utilisé que pour des mouillages avec cablot ?

11

Une solution alternative :

Au moment de lever l'ancre pousser un cri strident, le corps penché en avant, la main sur l'arrière des hanches suivi de : "putain de merde, v'la-t-y pas qu'ça r'commence" puis s'effondrer lourdement.

Normalement, l'équipage, voire un voisin, va venir à la rescousse.

Une petite explication sur fond de : "lumbago", "sciatique", "peut plus bouger" etc.
Ne pas hésiter à broder, surtout si le "sauveteur" a lui même connu ces nuisances...
Il suffit alors de désigner de la tête, avec un air malheureux, le mouillage, d'exposer l'urgence du retour et, au final, d'inciter le sauveteur à proposer son aide pour remonter le mouillage.

Attention : ne surtout pas demander, ça pourrait paraitre louche et tout faire foirer

Une fois le mouillage relevé, le sauveteur devrait normalement s'inquiéter de savoir ce qu'il peut faire pour soulager la douleur.

Il suffit alors de demander un verre d'eau et le cachet blanc "miracle" qui est dans la pharmacie (un PEZ citron habilement dissimulé dans une boite facilement reconnaissable).
Ingérer le verre d'eau et le PEZ, attendre ensuite au moins 5 secondes avant de se relever, puis faire quelques foulées bien souples pour démontrer l’efficacité extraordinaire de la médication.

Ensuite, poliment (ou non, c'est comme on veut et on s'en fout : l'ancre est levé), renvoyer le sauveteur à ses occupations premières.

C'est pas élégant, certes. Mais c'est beaucoup moins cher qu'un guindeau et beaucoup moins fatiguant que le faire soi-même à la main. :litjournal:

27 oct. 2017
5

:pouce: c'est la plus belle méthode que je n'ai jamais lu :mdr: :pouce:
Je vais me méfier maintenant :mdr:

29 juil. 2018
1

Méthode largement empruntée au milieu footballistique non !?

0

Je suis totalement étranger à la contemplation béate de jeunes éphèbes en short courant sur l'herbe derrière une baballe.

Néanmoins, ce qui ressort de l'image que j'ai de ce milieu ne me permet pas d'imaginer qu'il soit possible qu'il soit en capacité de développer la moindre mesure au delà de chercher à se piquer la seule baballe dont ils disposent ce qui dénote, a minima, un manque complet de jugeote.

30 juil. 2018
0

De Nemo à Neymar, il n’y a qu’un pas... :heu:

27 oct. 2017
2

quand j'étais aux lipari à panarea ou vulcano je ne me rapelle plus laquelle , on m'a déconseillé de mettre mon ancre et ma chaine à l'eau à cause du souffre qui attaque la galvanisation ..
donc un sac à pommes de terre rempli de galets amarré avec un câblot
que l'on laisse pendre à l'avant à 40 ou 50m et on recule vers la côte
jusqu'a ce que ça coince dans les rochers et c'est pas ce qui manque ,
on porte une amarre à terre et en jouant sur les deux le bato est tenu
quand on veut partir un coup de moteur le sac se déchire et les galets restent au fond ,il n'y a plus qu'a embarquer le câblot
évidement il faut une bonne provision de sacs ,mais les galets c'est pas ce qui manque dans ce coin ..
alain

28 oct. 2017
0

la" méthode sac"".. on te l'a conseillé certainement à Vulcano...ou le volcan crachotte en permanence des vapeurs de souffre..celles qui chauffent l eau de mer prés des bains de boues....lesquels sont je crois devenus payants!

27 oct. 2017
0

Guindeau manuel, mais je ne suis pas assez rapide, à peine l'ancre décrochée je dérive et mon hors bord ne me permet pas de manoeuvres improvisées. Il faut d'abord que je voies dans quel axe il dérive avant d'accélérer où que j'aie 60m libre autour pour faire un tour, galère...

27 oct. 2017
0

renvoies ton câblot au cockpit dans une gamelle ou remonte ton mouillage par l'arrière .
alain

27 oct. 2017
0

Autre solution:
1) Mouiller une ancre légère sur câblot (éventuellement amarrée à l'arrière).
2) Remonter tranquillement et complètement le mouillage principal et lourd.
3) Revenir au cockpit, pour remonter le mouillage léger et appareiller.

Je l'ai pratiqué quelques fois dans le temps, avant d'avoir un guindeau.

27 oct. 2017
0

Le technique d'hooloof je connais pour les plongées profond avec geuze. Pas de chaine mais du câblot et là ça marche vraiment bien.

27 oct. 2017
0

Je commande le guindeau depuis le cockpit, ça me permet de contrôler ma position par rapport aux voisins.

27 oct. 201727 oct. 2017
0

Un guindeau électrique, pas plus cher qu'un lecteur de carte haut de gamme... Je choisis le guindeau électrique...pour qui fréquente le plus souvent des mouillages forains!... Et un lecteur de carte "bas de gamme"!... Comme on devrait pour la sécurité disposer d'un minimum de cartes papier...au moins atterrissage...Mon choix est fait!

27 oct. 2017
0

Le pb c pas le coût c l installation, strat baille a mouillage , percer les cloisons gros cables

27 oct. 2017
0

Ce n est parce que c moins dur que de passer un câble pour un radar que c facile :litjournal:

28 oct. 2017
0

Obligatoire sur le First 30 me semble t il, d après ceux qui l ont fait

27 oct. 201727 oct. 2017
0

Moins compliqué que passer le câble d'un radar sur mat ou portique! Je l'ai fait! Je sais ce dont je parle! Et avec du câble de 70 et fusible de 100A

28 oct. 2017
1

strat baille a mouillage
c'est pas systématique... :reflechi:

27 oct. 2017
0

on dirait que QUIZAS a inventé l'eau chaude

27 oct. 2017
3

Quizas est à la mer et propose un bon sujet bien marin . Ça change .et c'est bienvenu de se demander comment pouvoir un jour remonter une pioche, à l’ancienne .Avant de se précipiter sur son téléphone .

28 oct. 2017
0

Moi, ce que je fais quand j'ai envoyé toute la chaîne et qu'il y a du monde autour : je reprends la ligne jusqu'à ce que l'ancre décroche ou peu s'en faut, je mets en route le moteur déjà chaud, lentement pour ne pas endommager les oeuvres vives et une fois suffisamment à distance je remonte le reste tranquillou en faisant gaffe à mon dos et au reste.

28 oct. 2017
0

Manilon J'ai plusieurs fois obsérvé cette technique ,pratiquée par des gars tout seul sur des bateaux un peu grands, et je l'avais retenue. Temporiser, va bene .

28 oct. 2017
0

Bien entendu je mets cap au large et évite de traverser une zone encombrée avec mon ancre au ras du fond. Si elle est bien crochée je reprends quelques mètres dès qu'elle ne l'est plus afin de ne pas labourer le sol et je continue jusqu'à une zone où je peux prendre mon temps pour le restant.......

28 oct. 2017
1

"et si vous n'êtes pas assez rapide et que vous emplafonnez le super maramu derrière vous c'est qu'il est temps de vous offrir un guindeau electrique "

hum ...perso j'estimerai qu'il est temps de jouer à la pétanque plutôt que d'etre "skipper"

29 oct. 2017
0

Et si votre ancre est plantée d'un mètre ou plus dans la vase comme la mienne en mai dernier à Volos j'aimerais bien savoir comment vous feriez ça m'intéresse.
Je précise que c'est un port donc des bateaux partout.

29 oct. 2017
0

guindeau manuel ou on plonge

29 oct. 2017
0

bien sur les méthodes proposées de l'orin ou du bidon sont à essayer en mouillage forain avec un peu de place autour ! si tu es sur qu'elle est bien enfoncée dans la vase tu peux peut-être reprendre de la chaine et avancer doucement au moteur sur l'ancre pour la dégager ??? et toi comment fais-tu dans ce cas ?

29 oct. 2017
1

Si tu mouilles sur fonds inconnus tu n'oublies pas d'oriner :langue2:

2

C'est dégueulasse d'oriner par dessus bord dans les mouillages! :non: :mdr:

29 oct. 2017
1

Il n'y a pas d'autre solution que de l'arracher en avançant une fois remontée la chaîne a la verticale. Il est rare que le guindeau seul arrive à l'enlever en général il disjoncte et il faut attendre pour renclencher le thermique.
Le sujet était remonter à la main donc en solo c'est pas facile à gérer.
J'en ai parlé dans le fil sur la Grèce quand le frein du guindeau a lâché pendant que j'étais en train de préparer l'annexe et que tout s'est déroulé doucement. Dans ce cas c'est comme si je n'avais plus de guindeau avec 80m à remballer a la main contre un vent établi à 25 kts c'est du sport. Heureusement qu'un jeune allemand est venu m'aider sinon j'y aurais passé la nuit.

Comme c'était le premier mouillage de la saison j'avais oublié de mettre l'orin et pire j'avais également oublié de mettre la main de fer sinon je n'aurais pas eu ces soucis.
Maintenant j'ai un système de mon invention j'ai équipé l'orin avec un flotteur qui coulisse sur l'orin sans pièce métallique et au bout de l'orin une bouteille d'un litre avec du sable et de l'eau comme ça le flotteur reste à peu près à la verticale de l'ancre. Si j'ai le temps je vais équiper le flotteur d'une petite lampe de jardin avec PS pour l'éclairer de l'intérieur la nuit.

29 oct. 2017
3

Personne n'évoque l'utilisation des vagues pour arracher une ancre ou pour avancer sur la chaîne. C'est pourtant une évidence. On bloque la chaîne tendue sur le bitte dans le creux de la vague et on laisse la flottaison du bateau faire l'effort lorsque la vague arrive. On reprend le mou et ainsi de suite.

29 oct. 2017
0

oui oui mais assez risqué car si ton ancre est bloquée sous un rocher au mieux tu plies ton ancre au pire tu arraches ton point d'amarrage ou ton guindeau ! cette technique n'est utilisable que si l'on est absolument sur d'être sur un fond de vase. en fait quelque soit le type de fond l'orin frappé sur l'ancre au bon endroit est sans doute la méthode la plus facile pour dégager une ancre et soulager le remontage de la chaine, dans les mouillages possibles avec orin ce qui n'est pas toujours le cas ...

29 oct. 2017
0

Remonter le guindeau en manuel jusqu'à mise sous tension de la ligne, attendre que la houle (10cm suffisent) tire dessus, retendre et répéter jusqu'à libération de l'appareil.

29 juil. 201816 juin 2020
0

Bonjour,
Je réactive ce fil car j'aimerais avoir votre avis sur la technique proposée par Calypso2 que j'envisage pour cet été :
Le propriétaire du Bavaria 39 que je vais louer à Stockholm en août vient de m'annoncer que le guindeau électrique est en panne et ne sera pas réparé à temps. Le bestiau fait 12 m et 9 t en charge, avec une ancre (en principe) de 21 kg sur chaîne de 10. Pas très réaliste de remonter ça à la main (ou alors grosse galère et mal de dos garanti).
Il y a bien un mouillage de secours (j'ignore de quoi il est fait) et un mouillage AR à la suédoise (sur sangle), mais ce dernier est en général assez léger et prévu pour embosser lorsqu'on s'amarre face aux rochers. Il est certes possible de mouiller l'AR et de passer la sangle sur l'AV, mais ça me semble tout de même assez léger pour passer une nuit.
Je souhaiterais donc savoir si la manoeuvre décrite sur le schéma joint vous semble réaliste sur ce type d'unité, sachant que je pars avec femme et enfants (4 pax en tout) et sans mon ami Schwarzenegger...
L'idée est de mouiller normalement avec le mouillage principal, mais en choisissant de faibles fonds (- de 5 m), ce qui est fréquent en Suède, de façon à limiter la difficulté. Un orin aussi long que possible serait frappé sur la verge de l'ancre et servirait à la remonter au winch, pendant qu'un équipier à l'AV remonterait le mou de la chaîne (une dizaine de kg, je pense). L'équipier AR/barreur actionnerait le winch en aidant au moteur si nécessaire.
Le tout uniquement par beau temps, bien sûr, et de façon occasionnelle lorsque l'amarrage à la suédoise n'est pas possible.

Merci d'avance pour vos retours,
Alain

30 juil. 2018
0

salut octo35
c'est la solution que je proposais en sujet de fil : le plus dur à la main est de décrocher l'ancre du fond donc on avance sur la bouée de l'orin et on décroche l'ancre avec l'orin quitte à la laissée décolée d'un mètre puis on remonte le mou de la chaine d'un coté et l'ancre de l'autre avec l'orin.
par 5 metre de fond tu vas avoir maxi 15kg de poids de chaine et ton estimation poids ancre à 21kg pour bavaria 38 me parait beaucoup (15 kg plus réaliste) donc sans doute pas besoin de winch mais d'un équipier condition physique normale et position académique pour tirer.
l'histoire de ceux qui vont s'amarrer sur la bouée de l'orin ! si tu n'est pas en mediterranée ça devrait le faire :-p sinon ça permet de se faire des connaissances !
avis perso tu peux valider tes croquis, bons mouillages

29 juil. 2018
1

c'est pas mal ton truc avec la bouée ..
mais je ne fiche mon billet qu'en moins d'une demi-heure il y en a un qui va venir s'amarrer dessus .
:pouce:
alain

29 juil. 2018
0

C'est pour éviter ça qu'on y va après le 15 août. Il n'y a plus grand-monde là-bas, les vacances scolaires sont finies pour eux.
:-)

29 juil. 2018
0

Si c'est occasionnellement par beau temps, pourquoi pas plutôt un 2ème mouillage léger?

29 juil. 2018
0

Oui, j'y pense aussi, mais je ne sais pas à quoi ressemble le mouillage léger sur ce bateau.
Cette combine vise surtout à permettre l'utilisation du mouillage principal.

30 juil. 2018
0

Pour éviter ce que dit Alain, mettre une bouée la plus petite possible ou mieux,un vulgaire bidon.

30 juil. 2018
0

La méthode de l'orin est pas mal quand il n'y a pas de courant et que tout ce qui flotte évite dans le même sens.
Tu peux aussi fixer une 2ème main de fer sur un bout et wincher pour remonter. Tous les 5 mètres environ, tu bloques la chaine avec la 1ère main de fer fixée à l'étrave et tu ravances la 2ème.
C'est un peu long mais ca marche bien (testé cet été, 2 semaines sans guindeau, chaine de 10 ancre 16 kg, fonds 5 à 10 m).
Tu peux aussi compléter le dispositif en soulevant ton bout au niveau du pied de mat, afin d'éviter à la chaine de raguer trop fortement sur le pont.
J'espère que le loueur te fait une concession commerciale, sans guindeau dans cette taille, c'est quand même sportif ....

30 juil. 2018
0

Comme dit Papaet en réalisant un mouflage pour démultiplier la traction.

30 juil. 201830 juil. 2018
0

Du coup, il n'y a aucun ragage sur le pont.

30 juil. 2018
0

@ventdebout : moi non plus, mais au moment où j'ai loué le bateau, le guindeau était censé fonctionner... Voilà un inconvénient de louer à un particulier. Cela dit, l'an dernier j'ai loué à une société charter, rien ne fonctionnait sur le bateau... pas même de ligne de mouillage à l'AV ! :-/

@papaet : je ne pense pas qu'il y ait de mains de fer sur le bateau, mais l'usage de la ligne de mouillage légère (5 m de chaîne + 50 m de câblot et ancre de 20 kg - lourde, tout de même) pourra faire l'affaire. Le mouillage AR aussi, par temps calme.

En Suède, l'amarrage normal est face au rocher, sur les arbres ou des anneaux fixés dans le roc à l'AV, embossé sur ancre légère à l'AR. Le mouillage sur ancre principale à l'AV est occasionnel. Mais c'est bien d'avoir cette possibilité.

C'est les vacances, on verra bien...

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la tempête sur Toulouse, on a pu sortir la voile de notre drakkar !

Après la pluie...

  • 4.5 (154)

Après la tempête sur Toulouse, on a pu sortir la voile de notre drakkar !

mars 2021