Réglages des voiles.

Bonjour,

Alors voila, de retour de notre navigation, j'ai une question à poser aux spécialistes. Je possède un Trident 80 et nous avions un vent arrière, ou très grand largue.

Je suis débutant, cela fait simplement un an que je fais de la voile et pour la première fois lors de mon parcours nous sommes tombés dans une mer agitée avec pas mal de vent (Force 7, rafale à 8) et j'avais bien du mal à barrer le bateau et nous avons fais pas mal de yoyo. Nous avons connu cette situation deux fois pendant notre trajet.

La première fois, j'avais simplement de la grande voile, entière jusqu'à 17 de vent et j'ai réduit à ce moment là. Je n'ai pas de prise de ris car j'ai une bôme sur enrouleur. A priori j'avais la moitié de sortie.

Pour la deuxième fois, j'ai essayé la configuration suivante, GV à moitié et Un mouchoir sur l'enrouleur, me disant que cela allais équilibré le bateau. Mais même situation, barre franche dure et nous faisions encore le yoyo. Quand nous avons vu le ciel se couvrir et l'orage éclaté avec des éclairs partout dans le ciel, nous avons décidés de nous mettre à l'abri dans un port.

Après réflexion, je ne comprend pas pourquoi le bateau gité fort et pourquoi nous avons fais autant le yoyo. Je pense que cela proviens d'un mauvais réglage des voiles et afin de ne plus avoir cette désagréable sensations et avoir l'impression de ne rien maîtriser et plus encore mon épouse à eu vraiment peur qu'on se retourne. Donc afin de progresser j'attends vos avis sur la question. Sachant que rien ne vaut l'expérience et que j'ai déjà prévu des sorties avec des amis voileux afin de parfaire mon expérience.

Philippe.

L'équipage
04 sept. 2012
04 sept. 2012
1

J'aurais fait l'inverse : pas ou très peu de GV et de la toile sur l'avant. Tu aurais été sur des rails et sans risque d'empannage douloureux. surtout par force 7 à 8 ... brrrr...
Bon vent

04 sept. 2012
0

Merci de ta réponse Elvis, en effet après en avoir discuté avec mes amis marins, ils m'ont dit qu'il aurait probablement pas mis de GV et laisser plus de Genois à l'avant.

04 sept. 2012
0

.
Qu'appelles-tu "la moitié de la GV sortie" ?

La moitié de la surface, la moitié au guindant, la moitié à la bordure ?
.

04 sept. 2012
0

bonjour, je serai aussi un peu de cet avis, C'est la GV qui fait lofer et giter. Par vent arrière et petit temps on a un spi, donc voile d'avant le vent monte on réduit la GV et on garde une voile d'avant qui va "tirer" le bateau. Et je crois si on le peut c'est d'éviter le vent arrière et faire du largue, GV bien ouverte et voile d'avant.
Mais je ne suis pas un grand régleur de voile c'est juste mes vécus
Gilles

04 sept. 2012
1

Trident, First 30 et surement d'autres, affale vite cette GV qui a part être une arme létale ne sert rien des que tu es à la vitesse de coque !
c'est facile à comprendre, le bateau est tiré par "le nez" avec le genoa, il est docile et stable

04 sept. 2012
0

Gadloo, pour moi c'est la moitié de la surface, mais comme j'ai un enrouleur de bôme j'avoue que je n'ai pas fais vraiment attention et je vais me faire des repères pour effectivement plus simuler des prises de Ris.

04 sept. 201204 sept. 2012
0

Pas mieux: plus de genois et moins de GV. Je me suis fait surprendre par des rafales orageuses au près/bon plein. Le fait de relacher complètement la GV pour qu'elle ne porte plus (pas eu le temps de prendre un ris), rendait les choses beaucoup plus agréables tout en avançant à 6,5 Nds juste avec un demi-genois.

Tu étais à quelle allure et à quelle vitesse avançais tu ?

04 sept. 2012
0

et puis en vent ar on n'appuis pas le bateau du coup les vagues ont tendance à jouer avec le bateau
par force 7 tu devais avoir de belles vagues ou une belle houle d'ailleurs
du coup en haut et en bas de la houle tu n'as pas le même vent (qui est masqué par la vague)
les vagues qui déferlent poussent aussi ton bateau et ton safran ne fait plus aussi bien son office

de toute façon vent ar par petit temps c'est pas forcément terrible non plus avec le génois (GV haute) qui n'arrête pas de se gonfler et dégonfler on tient pas bien la route

donc vent ar avec voile d'av si ça le fait
sinon je remonte plus proche du travers pour avancer être manœuvrant et appuyé quitte à faire un empannage (bon par force 7 on le fait tranquillement l'empannage, voir un tour complet pour passer par un virement souvent plus simple à gérer)

04 sept. 2012
0

Squid, j'étais Grand largue presque vent arrière et j'étais aux alentours des 6 NDS. Ce qui m'a surpris c'est que nous étions vraiment balloté.

04 sept. 2012
0

jeanlittlewing, je prend bonne note de ta remarque. En plus j'ai une voile Full Batten ce qui la rend encore plus raide.

rb1, nous avions des creux de plus de 2 mètres. (Bien sur c'est difficilement mesurable).

04 sept. 2012
0

il y a des proprios de Trident sur >HEO, devraient pas tarder, mais 6 noeuds avec force 7 et des creux de 2 mètres c'est pas bcp pour un bateau rapide

04 sept. 2012
0

Bonjour
au portant, il faut avoir (au maximum) la GV que tu peux tenir au prés - en tenant compte du vent réel actuel et celui prévu... se rappeler qu'au portant le vent apparent est inférieur au vent réel alors qu'au prés l'apparent est plus fort que le réel.

04 sept. 2012
0

au portant, de la toile sur l'AV (à la demande) et la GV réduite à 3 ris et bien plate

04 sept. 2012
0

J'ai eu un bateau rouleur et même en réduisant la surface de GV et en conservant de la puissance devant, le bougre continuer de rouler...
Bien sûr, faire l'inverse en conservant la GV haute aurait ss doute amplifié le phénomène mais le design des oeuvres vives fait la différence. je me souviens d'un bord de VA ss spi dans la houle,en compagnie d'un first 30, c'était un concours de barrique...

Maintenant j'ignore ce qu'il en ait du Trident

04 sept. 201216 juin 2020
0

Bonjour,
à l'époque, pour passer Creus avec un bon coup de tramontane, nous avions l'habitude d'affaler la G.V et d'envoyer le foc 2, ( ben oui, c'était la préhistoire, les enrouleurs n'existaient pas ) dans lequel nous avions la possibilité de prendre un ris. Grand largue / vent arrière, le bateau se comportait très bien, tiré par son foc, bien stable de route, et barre assez douce. Une fois viré le cap, nous renvoyions la G.V avec 2 ris pour longer la côte vent travers jusqu'à Cadaquès. Et nous n'étions pas les seuls à adopter cette config. Que j'ai d'ailleurs reproduite il y a deux ans en sens inverse dans un coup de garbi pour rentrer, dérive relevée, bien confortable.

04 sept. 2012
0

Dans ces conditions, le danger c'est
1 - la bome: si le barreur est dépassé, affaler la GV
2 - l'homme ou la femme à la mer: solution s'attacher (+gilet).

Il est bien moins probable que dans f7 et sur un départ au lof que la mer retourne le bateau plutôt que d'envoyer un équipier pas attaché à l'eau.

La foudre ... D'après le cours des glénans, un seul bateau de l'association aurais jamais été foudroyé en nav finalement sans gros dégats (pas d'électronique).

04 sept. 2012
0

pourquoi si "le barreur est dépassé"
quel est l’intérêt de la gv dans ces conditions ? Tu n'iras pas plus vite.
et la bôme est le première "tueur" de plaisanciers (stats américaines collectées par John Rousmaniere, l'auteur de Fastnet Force 10, entre autres, qu'il a couru sur un swan 47) )

04 sept. 2012
0

D'accord avec toi, mais si en plus le barreur a autant de mal que ce que décrit Xinc63 ...

05 sept. 2012
0

Erendil a reçu la foudre au mouillage il y a une quinzaine d'année. La chaine d'ancre a fait une continuité galvanique avec le gréément. Ceux qui étaient à bord on entendu le gros boum. Mois, j'étais dans l'eau, en apnée, en train de vérifier le mouillage, et j'ai senti la secousse (pas électrique, physique). Au final, aucun dégats sinon la NKE de l'époque qui s'est mise à dérailler sans jamais refoonctionner normalement.

Jacques

04 sept. 2012
0

Perso, par force 7 au portant, je ne mets que sur l'avant moi aussi.
Mais certains pensent que, dans le cas d'un homme à la mer , si on porte la voilure pête pour le près, on a plus de chances de revenir rapidement sur lui.
Je pense que c'est pour ça que Europa1 précise en "2-" que, si on n'a plus la GV, alors il faut impérativement s'attacher avec gilet. (Chose qui, à force 7, s'impose dans tous les cas...)

05 sept. 2012
0

cet argument sur l’homme à la mer ne tient pas la route 5 minutes !
n'importe quoi, on va mettre au prés de quoi ramasser ce qu'on va perdre en route !
et ils feront du près à force 7 avec ton genoa enroulé
avec les bonnes précautions il n'y a pas d'hommes à la mer, ou de femmes d'ailleurs

04 sept. 2012
0

Bonjour
J'ai été dans les mêmes conditions cet été en allant en Sardaigne (35nds établi/rafales à 40 passé). Nous sommes partis au lof 1 fois avant le troisième ris en haut d'une crête. A trois ris, j'ai trouvé ma GV encore trop grande. J'ai établi le storm bag car j'ai dû changer deux fois de route dans la nuit pour éviter des cargos qui ne m’ont pas vu, il a fallu que je vienne vent de travers. Le Rush à été trés difficile à tenir au vent arrière (légèrement épaulé), idem xinc63: zig zag et 48 heures de barre. La houle étant formée vers les 5/6m pour les plus hautes, je n'ai pas osé affaler la GV pour garder de la vitesse (environs 6 à 8.5 nds dans les surfs).
Si vous avez des avis ou conseils sur la configuration, je suis preneur.
Mer visible en début de video sur youtube en tapant"croisière Sardaigne 2012"

04 sept. 201204 sept. 2012
0

C'est sûr, Trident, First 30, Rush, tous ces bateaux sont de la même génération et ont une caractéristique en commun: leur petit cul. Au près, c'est parfait. Vent arrière dans la brise, ils manquent d'appui arrière et partent en lacets, c'est normal. J'avais un Aquila qui se comportait de la même manière. Là, le gênois seul arrange un peu les choses, et encore. J'ai un souvenir ému de départs au lof sous spi barre sur le ventre et rail de fargue dans l'eau qu'on ne pouvait contrôler qu'en larguant l'écoute en catastrophe....

04 sept. 2012
0

Suivant la mer, faut avoir plus de toile devant et surtout bien choqué de manière à éviter le départ au lof, mais si houle te choppe le cul du bateau il y a des chances que tu partes au lof si n anticipes pas. Si un peu de gv, surtout blinder la bordure et surtout CHOQUER le hale bas, prendre du pataras aidera reduire la puissance de la gv. Donc pour le foc, choquer le rail en grand et l ecoute également à la limite du fasseyement du haut de la chute du genois ou foc. Par contre il ne faut surtout pas subir mais avoir un peu de puissance pour mieux passer et garder ccertaine vitesse ...mais dit toi bien que ton allure etait quand même mieux que de tirer des bords...bonnes navs

05 sept. 2012
0

Pour ma part, j'ai toujours gardé un peu de GV afin de rester manoeuvrant au cas où. Avec 35 noeuds à 150° du vent, ill me semble qu'avec un GV à 2 ris et un génois enroulé à 50 % un Trident doit rester relativement équilibré mais on n'empêchera pas un monocoque de rouler
Ne dit on pas "bon rouleur, bon marcheur"

05 sept. 2012
0

Ouais, attention de ne pas se faire "rouler" avec certains arguments... :mdr:

05 sept. 2012
0

En tout cas merci pour toutes vos réponses. Je vais faire plusieurs essais en mer dans les prochains mois afin de trouver le réglage idéal. Je pense aussi par la même occasion me documenter sur le sujet, d'ailleurs dans cette optique peut être avez vous quelques livres à me conseiller.

Dans tous les cas je vais essayer de mettre simplement mon génois la prochaine fois.

18 juin 2014
0

Salut,
question vrillage de la GV: dans les docs qui circulent sur ce forum on trouve souvent des phrase du genre: "Établir le dévers (vrillage) pour que la latte supérieure soit parallèle à la bôme" ou similaire: la latte du haut doit être parallèle a la bôme
pour moi, si la latte du haut est parallèle a la bôme, il n'y a pas de dévers, juste l'angle de la bôme, et dans ce cas, mon bateau FC8 marche moins bien, il aime le vrillage mon boat.
exemple: www.lavoile.com[...]ept.htm
C'est quoi qu'il faut comprendre ?

18 juin 2014
1

C'est complétement con (désolé).
Le vrillage est la conséquence du cisaillement du vent: il n'est pas identique en force et direction en tête de mât qu'au pont. Bien entendu sur un mat de 21m c'est plus flagrant que sur un mât de 6m.
Le vrillage commence par le GE, sur le réglage des pennons en bas comme en haut à l'aide du chariot d'écoute qui régle le haut de la voile.
Une fois fait, la GV doit suivre le même vrillage (chutes parralèles). Tu t'appuie sur ses pennons de chute.
(spécial t-----.n: j'me répète ce matin :-p
comprenne à qui cela s'adresse)

18 juin 2014
0

Boblefou j'ai souvent lu, moi aussi sur des ouvrages censés être serieux d'aligner la latte du haut de la GV avec la bome. Et j'ai eu le même raisonnement que toi. De quelle latte parle t'on ?
J'ai mis des penons partout comme le préconise Oliv44 et là , c'est ok on voit de suite la consequence du reglage. Sans les penons, moi j'avais tendance à border de trop.
Cordialement

19 juin 2014
0

En complément de ce que dit Malevolence, quand on remonte le chariot, il faut faire gaffe à ce que la bome ne dépasse pas l'axe du bateau.

19 juin 2014
0

Là ok !

Encore faut il avoir une girouette.
La girouette étant dans l'axe du vent :Donc c'est "latte du haut bout au vent". Donc la toile du haut bout au vent .

Je résume : Fassement permanent tout en haut de la chute pour bousiller la voile et gagner 0,000001 nds. Perso je vrillerais un poil moins, disons limite fasseyement et pas fasseyement.
Cordialement

19 juin 2014
1

Il faudrait peut-être aussi commencer par distinguer le réglage des hauts entre un gréement en tête (dont la GV reçoit un vent défléchis par le GE) d'un gréement fractionné dont la GV est "seule" en tête.
Le réglage est déjà différent pour ces deux cas, avant d'être en adéquation avec le cisaillement du vent.

19 juin 2014
1

Pour le vrillage, au près, c'est la latte supérieure dans l'axe de la girouette.
Mettre la latte dans l'axe de la bôme, c'est par définition aplatir à fond la GV et ne pas la faire vriller du tout.

19 juin 2014
0

Il faut garder un flux laminaire en haut de ta voile, donc elle doit être à la limite du fasseyement mais ne doit pas fasseyer.
La différence peut être de l'ordre de 0.2nd si c'est bien fait.
Ca influe aussi sur le cap du bateau qui sera meilleur.

19 juin 2014
0

C'est vrai! Je navigue avec des mats 7/8ème dans la plupart des cas, donc ce principe s'applique plus facilement. Dans le cas du trident le mat est en tête donc le réglage est un peu différent mais s'approche totu de même. Le vrillage sera moins prononcé.

18 juin 2014
0

Suis d'accord avec toi, Oliv, mettre des penons est simple, un bout de laine rouge d'un côté de la voile, GV ou génois ou foc, le même vert de l'autre, et répartis sur la hauteur et largeur de la voile pour avoir une vue d'ensemble. Pas cher et efficace.

18 juin 2014
0

Jouer sur le hale bas me semble particulièrement important, il doit à peine tenir la bôme dans ces conditions. cela modifie le comportement. même dans du vent au portant je n'ai jamais affalé la gv, par contre, elle est largement choquée, si elle trop bordée c'est intenable et le hale bas aussi.
6 noeuds, c'est autour de la vitesse de carène.

18 juin 2014
2

Je propose de suivre ce fil sur la rubrique " entre 3 bouées "

Ok je sors , mais pas sur la tête !!!

19 juin 2014
0

Au fait, vous les fixez comment vos bouts de laine?? collés ?cousus ? autres ?

19 juin 2014
0

Une grosse aiguille, un ou deux passages à travers la toile en ayant fait un noeud d'arrê et ça suffit.

19 juin 2014
0

bjr,
cet'y quoi faire le yo yo ??
alain :reflechi:

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

La relève (Jumeaux).

Souvenir d'été

  • 4.5 (24)

La relève (Jumeaux).

novembre 2021