Reglages

Je lisais un recit de navigation.Par vent AR de 35noeuds , le skipper parle de GV haute seule.Mon experience perso n'est pas suffisante pour me faire un avis.Qu'en pensez vous .j'attends vos contributions avec interet.
Bonne journee a tous .
Jean-michel

L'équipage
16 jan. 2004
16 jan. 2004
0

A priori ...
et en l'absence d'autres infos (en course peut-être ?), on peut s'inquiéter des choix de ce skipper :-)

Le bateau sera volage, le risque d'empennage est important, s'il faut affaler c'est pas de la tarte ... Bref, quand ça m'arrive de me retrouver ainsi c'est que je m'y suis pris trop tard pour réduire à temps et que je ne sais plus trop quoi faire, et qu'il est plus facile (et trompeur) de réduire en roulant le génois sur enrouleur qu'affaler la GV ...

Et si ça passe de 35kn à 45 ... on fait quoi ?

:-)

Robert.

16 jan. 2004
0

Marseillais ou girouette cassée
A 35 noeuds , même avec tout déchiré à l'avant et un bateau raide, j'aurais pris au moins 1 ris (très raide) ou deux (pas en course).

Bon maintenant si ya pas de mer, que tu risques pas d'embarder, que tu connais le coin, le bateau et que le bistrot est plein à craquer et que tout le monde t'écoutes, ça peut le faire :-p

16 jan. 2004
0

c'est un peu ce qje pe pensais..
Il ne s'agit pas de course mais de grande croisière (hemisphère sud).

Il semble de plus que ce réglage ne permette pas un equilibre harmonieux sur ce bateau ?

16 jan. 2004
0

Ca c'est sur
Plus ardent tu meurs, et une fois sur la fausse panne, bonjour le contrôle, mais y en a toujours pour se faire remarquer :-).
En plus je te racontes pas si t'as l'étai ou le pataras un poil mou ou que le bateau se déforme dans la vague, les coups de fouets que tu infliges au gréement. Si ca tient (mais à 35 noeuds, ya pas d'raison qu'un gréement de croisière malmené se casse la gueule), t'as intérêt à aller faire un tour en t^te de mat à l'arrivée.
Et si c'est barres poussantes sans partaras boujour le LOTO

16 jan. 2004
0

et la voile d'avant,
la question que je me posais en fait: faut il dans de telles conditions : reduire la GV en la gardant seule ou faut il mettre une petite voile d'avant réduite (tangonnée ou non ? )

16 jan. 2004
0

Centre de poussée ...
Dans un objet mobile soumis à une force qui le fait avancer, tu as toujours intérêt à ce que la force soit appliqué DEVANT le point qui retient l'objet, ainsi ton objet "tiré par le nez" sera stable. Si tu le pousse pas les fesses il sera instable : c'est pour ça que toutes les bagnoles ont maintenant des roues motrices à l'avant :-)

Pour un voilier, le frein à l'avancement est globalement vers le milieu de la carène au niveau du plan de dérive, c'est à dire DEVANT le centre de poussée de la GV, et DERRIERE le centre de poussée du génois.

Tiré par son génois seul, le bateau sera hyperstable. Tiré par le spi seul, il sera stable aussi, mais il reste le problème du roulis pendulaire rythmique qui est un artéfact un peu spécial du spi.

Robert.

16 jan. 2004
0

Sur tous les bateaux où j'ai navigué
A 30 knts de vent, au portant, j'affale la GV, assure la bôme sur le roof, et continue autour de 6knts, tranquillement sous GSE lourd, pour un moment.
(Evidemment, il ne faut pas attendre le dernier moment, puisque cela implique de changer d'allure le temps de la manip')

Si ça menace de durer ou d'empirer, j'enroule un peu le génois.
Si ça passe carrément au dessu des 35 knts, et que ce n'est pas une survente passagère, je continue sous tourmentin seul.

Si le vent se stabilise autour de 35 knts avec une mer un peu agitée, je ne fais guère plus de 4 knts de moyenne. Cela épargne le bateau, pas de soubresauts durs.
Et en croisière, l'important n'est pas d'arriver avant les autres, mais d'arriver. Entier de préférence.

--
christian.navis.free.fr[...]ex.html

16 jan. 2004
0

35 nds c'est pas la mort !!!
Tout dépend du bateau !

Avec un un 33-35 pieds au portant, rien d'empeche de garder Gv haute et génois lourd.

Ce n'est pas forcément le vent le problème mais la mer et l'attention demandé au barreur pour ne pas se faire embarqué.

35 noeuds avec une bonne houle bien longue, no problemo pour garder toute la toile, ... par contre 20 noeuds avec une mer légérement de travers et courte là je réduis illico sinon c'est départ au tas assuré si le barreur n'est pas super attentionné

Effectivement il vaut mieux réduire par l'arrière et se faire "tirer" par les voiles d'avant que le contraire.

16 jan. 2004
0

en med
Une manp pareil en mediterranee c'est le depart au tas à 99,99% de chance, la grande houle les belles vagues bien rangees ce n'est pas chez nous

16 jan. 2004
0

Genois seul
C'est guerre mieux, surtout si t'as pas de pataras :-) .
Si tu as un peu d'eau, comme il n'y a que l'avant de chargé, ton centre de carène avance et hoplà ;-) dans le creux de la vague, alors que l'arrière pousse encore un peu....
Si t'as beaucoup d'eau et qu'elle courre vite, tu as les conditions idéales pour sancir.
Equilibre, équilibre, yak'sad'vrhè

16 jan. 2004
0

ça depend beaucoup du ship...
sur les bateaux anciene generation,les gv.etaient plus petites et les genois a fort recouvrement...
ce qui donnait,sur un 30 pieds,genois,35m2 et gv.20.m2 environ,et c'etait moins chiant dans ce genre de situation....
maintenant,c'est le contraire,il faut charger a mort,alors,on met des grandes gv.et des genois plus petits,mais on privilegie les voiles speciales qui deviennent normales,geneck,spi et autres assy.donc,avec des gv plus grandes ,les blemes + grands aussi.
sur mon sirocco,avec prises de ris rapides maison,dans ce cas,j'aurais,bordé a donf,pris un ris,et oui,ça le faisait trés bien,puis,selon,ou un autre,mais pas vraiment utile,et un bout de genois devant,ça c'est sure,pour le reste 35 noeux de vent,c'est pas terrible il faut surtout voir la mer,c'est elle qui fait l'homme ....

16 jan. 2004
0

la dernière fois
que j'ai vu ma grande voile entière avec 35 noeuds j'étais accroché à un winch, debout avec les pieds sur la cloison verticale du cockpit, moitié bome dans l'eau, les barres de flèche en chatouille sur l'eau

puis elle a explosé en deux

alors nous avons décidé d'affaler le spi, tant pis pour la course

c'était pas mal car on a envoyé la voile de cape, une bonne occasion pour voir ce que c'est :-D

16 jan. 2004
0

Roberto
C'est pas le jour où tu lisais cette fameuse carte météo ? ;-)

16 jan. 2004
0

ah ah ah
:-D c'est bien possible
un megaburst supercell, mieux se regarder autour que sur la carte
;-)

16 jan. 2004
0

Ca depends du bateau...
Dans les 40emes les bateau de l'ex whitbread gardent GV haute et spi par 35 nds de vent. Comme ca, ils font du 15nds et n'ont plus que 20 nds apparent. Du coup, c'est maniable...

16 jan. 2004
0

J'aime bien ce genre de conclusion.
Quelle maîtrise.
Tu crois que les marins racontent aussi aux journalistes le nombre de knock down qu'il se prennent dans une étape. :-D

16 jan. 2004
0

cette conclusion ?
utenti.lycos.it[...]Gif.gif

ooooooplàààà

17 jan. 2004
0

gv ou gnoa
Les skippers qui maîtrises des 60 pieds ou + dans les 40 èmes ne sont pas sans experience.
De plus ils cherchent avant tout la performance.

Ce n'est pas l'objectif de la plupart des plaisanciers ou des tourdumondistes, pour qui la priorité reste d'arrivée entiers avec un bateau en bon état.

je l'ai fait souvent dés que le vent monte en med à 30 /35 noeuds. J'ai fait la même chose sur une traversée en tunisie avec GV haute.

Je préfere personellement la solution genoa car plus sécurisant si le vent venait à monter.

Avec des enfants 3.6.12ans cela est moins spectaculaire pour eux,donc plus rassurant que de se mettre face au vent pour prendre un 3 éme ris.

17 jan. 2004
0

rapelez vous.........
les trinquettes jumelles,ça c'etait vachtement bien.............

17 jan. 2004
0

au tapis3 foisl
Ça se passait dans les 40 sud,300miles au large de l'argentine et nous avions + de 50 noeuds par vent de sud est.Nous tentions d'atteindre puta del est et l'artimont ferlé ,la gv aussi, le genois totalement enroulé et avec de nombreux tours d'ecoute pour eviter qu'il se mete en drapeau.Avec la trinquette de9 m2 baumée et une retenue,nous sommes allés 3fois a l'horizontale et parcouru 167miles en 24 h.Ce n'etait pas en regate car mon stewen de l'epoque pessait bien ces14 t de confort.Je peu vous en raconter quelques unes de mes debuts dans les perthuis.

17 jan. 2004
0

au tapis
Il me semble que quant on se fait un "knock-down" dans une tempête, ce n'est pas la toile portée qui est en cause, mais bien la mer.

Les deux fois où ça m'est arrivé, c'était clairement les vagues qui nous roulaient, pas les surventes qui nous couchaient (hé, la deuxième fois, on était à sec de toile, puisque le premier chavirage avait explosé le TMT et causé trop d'avaries de gréement pour qu'on puisse renvoyer de la toile).

Par contre, c'est vrai que si la mer est bien régulière (ce n'était pas le cas), un bateau bien équilibré (donc plus de toile sur l'AV que sur l'AR) pourra surfer plus aisément les trains de déferlantes avec moins de risques de se mettre en travers.

17 jan. 2004
0

ok Hubert
effectivement dans notre situation c'est la mer demanciele qui nous posait le probleme.Des deferlantes a faire rever les surfeurs vraiment qualifiés.C'est le type de vague qui detruisent les proues des cargos et autres pres du cap des aiguilles.

17 jan. 2004
0

Aghulas
Et oui, dans notre cas, c'était effectivement au large du Cap des Aiguilles. Notre problème venait principalement du croisement de deux trains de houle. On tentait de surfer le plus important, mais parfois une déferlante secondaire venue de babord nous fichait en travers, et la prochaine déferlante du train principal n'avait plus qu'à finir le travail en nous roulant.

Je me suis toujours demandé ce que nous aurions pu faire de mieux pour éviter ça. Après coup, il me semble que peut-être en retardant la fuite avec des trainards, on aurait gagné en stabilité de route (c'était un déplacement lourd à quille longue, aujourd'hui on tenterait sans doute une fuite plus rapide au contraire, pour être bien manoeuvrant). Mais faute de l'avoir essayé, on ne saura jamais si ça aurait marché...

18 jan. 2004
0

les bons coins
sont la pour notre propre experience.Apres coup on en tire quelque leçons puis la prochaine ne serra pas la meme.L'equipage,et biensure le patron feront la difference et le choix de la voilure ne sera pas forcement le meme .beaucoup de facteurs sont present pour donner un conseil, peut-etre, ne pas ce trouver ici.
Pour moi le tapis etait due a une enorme qui nous deventait, le bateau perdait de la vitesse et la suivante nous prenant sous la fesse tribord nous bousculait quelque peu.Bon matos et bonne santée son de bonne augure dans ces cas la.

18 jan. 2004
0

ça fait réver..............
.............

18 jan. 2004
0

Mais bon l'experience
aidant........Je me souviens des premiers coups de35noeuds 1 2 3 et apres c'est du gateau.Il en ait de meme pour les 50 noeuds et + .Peut-etre que la mere Mer me reserve une surprise.Ne jamais la sous estimée.Le meilleur confort pour moi c'est davoir toujours la possibilitée d'avoir un bultin meteo de la region.

18 jan. 2004
0

ne pas être là, ne pas s'habituer
&gt un conseil, peut-etre, ne pas ce trouver ici.

C'est lumineusement évident. Mais bon, nul n'est parfait.

&gt premiers coups de35noeuds 1 2 3 et apres c'est du gateau. Il en ait de meme pour les 50 noeuds et + .

Et c'est pour ça qu'on a commis l'erreur de se trouver là ce jour-là. Après le détroit de Magellan et la traversée de l'Atlantique Sud, on pouvait rouler les mécaniques, du gros temps on en avait déjà vu. La météo prévoyait le passage d'une dépression. On s'est dit "chouette, du portant pour partir de Cape Town et dégager vers le Sud, puis une rotation prévisible et encore du portant pour tirer à l'Est vers l'Indien; ça va souffler, mais on a vu pire".

Ouais, mais la dép était bien plus creuse et bien plus rapide que prévu, et elle venait de loin, avec une hénaurme houle qui déferlait en masse. La rotation des vents a créé ce deuxième train de déferlantes qu'on ne savait plus négocier proprement. La fuite pendant plus de 24h nous a rapprochés du plateau des Aiguilles, avec la remontée des fonds qui levait une mer encore plus monstrueuse. Grosse, mais vraiment grosse trouille. Heureusement que le bateau était bien préparé... Brrrr...

18 jan. 2004
0

EQUILIBRE VOTRE BATEAU........
avec 35 knts de vent gardé un peut de gv et de la toile devant si il y a un homme a la mer vous pourrez toujours remonter au vent sinon bonjour les pepins ................... bon vent a tous........

18 jan. 2004
0

L'habitude....
En mer,la seule habitude a avoir c'est de savoir gerrer son mal de mer.............et ne jamais rouler les mecaniques.Si ont ce sort d'une situation incertaine,c'est que nous avons reussi et que la nature nous laisse la possibilitée d'y revenir.

18 jan. 2004
0

L'habitude...
"L'habitude nous joue des tours,
Nous qui croyions que notre amour
Avait une santé de fer..."
(Maxime Le Forestier)

Finalement, l'amour de la mer, c'est une histoire de couple...

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Un souvenir d'un mouillage aux Grenadines il y a déjà longtemps

Souvenir d'été

  • 4.5 (3)

Un souvenir d'un mouillage aux Grenadines il y a déjà longtemps

novembre 2021