reflexions ,maison ou voilier ?

reflexions d'un jeune terrien ,pas millionaire ,qui ne possède pas de "maison a lui" ,et qui reve de voile parfois :

vaut il mieux vivre sur un voilier (modeste mais correct ),ou dans une maison ?
si on veux avoir une vie simple ,et pas trop honereuse ,je me rend compte qu'habiter sur un voilier ,qu'il navigue beaucoup ou pas ,revient apparemment moins cher ,voire beaucoup moins ,que de posseder une maison ,construite ou achetée ,un terrain ou autres...

le prix moyen d'une maison "moyenne" en france est d'apres une agence immobilière de 800 000 francs ,sachant biensur que ca monte très facilement dans les millions ,sans compter les impots locaux ,taxes foncières ,etc... bref je m'y connais pas trop dans ce domaine ,
mais vu les prix énormes (pour moi) d'une habitation en france ,je pense que ca serait pas un si mauvais choix d'acheter un voilier habitable ,a la fois pratique et cool )meme de 7 à 8 mètres ,je pense qu'il en existe ,pour le prix d'une bonne voiture ,j'ai vu des prix allant de 60 000 francs , a 300 000 ,pour des voiliers corrects de cet ordre ,qu'on y vivent seul ,a deux ,certains en famille... ,
est ce un bon choix que d'esperer ce mode de vie et d'habitat ?
si les mouillages forains sont toujours libres ,pas d'impots locaux ,je pense ,la possibilité d'aller où l'on veux ,poussé par le vent ,sans dépendre de l'etat ,ni de la france..
je reve peut-etre un peu ,mais j'aimerais avoir des avis là dessus ,
car je sais que certains rmiste ,chomeurs ou a revenus modestes ,choisissent l'option d'un bateau ,comme d'autres choisissent le camping ,le squat ou les camping car ,justement parceque ca revient beaucoup moins cher ,c'est a la fois le vehicule et la maison ,tout comme les gitans ,les gens du voyages ,les nomades en general ,je pense que ce style de vie coute moins cher ,que le sedentaire ,vu qu'en france comme dans beaucoup d'endroits du monde , le moindre metre carré de terre ,est propriété privé et se vend cher si on veux s'y installer (une injustice selon moi car comme les indiens le disaient : la terre comme l'air n'est pas a vendre et appartient a tous )

donc j'espère avoir des conseils ou des opinions sur le sujet
maison ou bateau ?

bon vent a vous
wildhorse

L'équipage
31 août 2003
31 août 2003
0

Change d'approche pour y voir clair!
Si tu poses le problème d'emblée en termes de pognon, tu vas vers de sévères désillusions.
D'abord, le bateau n'est pas forcément moins cher,
surtout à l'entretien si tu navigues vraiment, i.e par tous les temps. Et même si tu navigues peu, si tu n'as pas fait (ou pu faire) le choix du neuf toujours cause fric, le milieu salin (air et eau) est très corrosif. Voir son "capital" partir en lambeaux tous les jours un peu plus, n'est pas terrible pour le moral.

Ensuite, la vie en bateau peut être odieuse (espace restreint générateur de conflits à plusieurs et de déprime en solo) si on n'aime pas vraiment ça, si on y est juste pour payer moins de taxes, de charges et de redevances.
Encore que, de ce côté là, les marinas commencent à pousser le bouchon un peu loin... Au point que cela coûte plus cher que, pour faire une comparaison terrienne, les charges dans un lotissement de pavillons pour chaque co-proprio.

Enfin, et surtout, le problème doit être posé en terme de plaisir, d'agrément, du choix de vivre autrement parce qu'on aime la mer, les voyages, les rencontres, l'aventure, l'imprévu et que de toute façon on ne supporte plus de faire partie du troupeau des moutons de Panurge.
Et alors là, oui, c'est super!
Avec cet avantage considérable de la mobilité.

Ton maire change et triple les impôts locaux?
Des sales cons de nouveaux voisins avec moutards insupportables et/ou pittbulls de pourrissent la vie?
Le fisc ou tes créanciers te persécutent?
Une grognasse te pourchasse pour te faire cracher tes derniers sous?
Avec une baraque, t'es coincé. Pris au piège. Fait comme un rat!
Avec un bateau, hop! tu hisses les voiles et tu vas voir ailleurs si l'eau est plus claire, le soleil plus chaud et l'air plus pur.

31 août 2003
0

Pas une bonne idée
Une chose me sidère, dans mes diverses bourlingues, il m’est apparu que lorsque vous rencontré un canot de paumé, il bat presque toujours pavillons français...
À quoi cela peut-il tenir ??

Beaucoup d’autres nationalités partent avec un minimum de revenus, mais ne donnent pas cette impression de délabrement « moral » que vous voyez sous ce pavillon...
Ne parlons pas de la réputation exécrable qui la suit partout...

Il est évident que je ne parle pas des annexes, de ponton flottant, encalminées ad vitam eternam dans les ports de l’Hexagone sans jamais personne à bord.

Alors quoi, pourquoi cet état de fait ? Esprit de débrouille ? Volonté délibérée de se marginaliser ? Ou incapacité à vivre….

Bon pour répondre au sujet... Il est évident, que, si la voile n’est pas une passion, ou n’est pas abordée dans le sens de la découverte, je ne voie vraiment pas pourquoi vous devriez vivre sur un voilier... C’est cher à très cher, pas vraiment agréable, les voisins existent aussi :-)... Le mouillage est une philosophie qui n’est pas à portée de tout le monde…etc, etc…

Pour le pognon, le problème est qu’il est indispensable ! Surtout lorsqu’on n’en a pa...

Donc ma réflexion… Si on part avec vos idées, laissez tomber !

J-C

Si vous n’embrassez que des ombres, vous n’aurez que l’ombre du bonheur...

31 août 2003
0

Faut peser les patates
Si t'achètes une maison ou un appart, lors de le revente quelques années plus tard, tu fera nécessairement une plus value qui te permettra d'acheter mieux ailleurs. Avec le bateau, c'est un tonneau des Danaïdes métallique ou plastique dans lequel tu verses en permanence de l'argent si t'en as, et quand il t'en reste, le fisc et les gestionnaires des marinas sont là pour prendre le reste, et au bout du compte quand tu te decides à revendre, c'est à perte car démodé, pas les derniers gadgets et l'offre et tellement supérieure à la demande.
A part ça avec un bateau, tu possède aussi le plus grand jardin du monde, et ça personne peut te le prendre, rien que pour cela, ça vaux le coup, moi ça fait 20 ans que je visite ce jardin, ça fait plus longtemps encore que je n'ai plus un rond, enfin presque plus, mais ce jardin il vaux le coup et je suis encore loin d'en avoir fait le tour. Une autre option, avoir une maison et naviguer sur les bateaux des autres ...

01 sept. 2003
0

hugues
t'es aller ou?
racontes expliques ..

31 août 2003
0

Attends !
la grosse difference c'est que le bateau va perdre de sa valeur et couter de plus en plus cher d'entretien alors que la maison va prendre de la valeur pour un entretien moyen regulier.
Tu revends ta maison quand tu en a marres, avec la plus value tu achetes le voilier qu'il te faut tout en gardant une reserve raisonnable pour l'entretien et les aleas.
Je sais de quoi je parle, c'est ce que je viens de faire.

le probleme c'est l'attente ! ca permet de fortifier ou d'abandonner son projet.

31 août 200316 juin 2020
0

bateau ou maison
Le problème est arithmétique: étant donné qu'on bateau bien géré coûte 10% de sa valeur par an, moins cher il est acheté, moins il coûte en frais annuels.

C'est évident! les gens "à fric" on consacré leur vie à acquérir cette illusion, ce "liquide" qui ne cesse de couler entre leurs doigts . Pour eux tout passe nécéssairement par là et, dans leur esprit limité depuis leur jeunesse par une longue "éducation" ils n'imaginent pas qu'on puisse faire quelque chose sans.

J'ai renoncé à vivre aux Etats-Unis alors que l'occasion s'en offrait, qu'on me proposait une "situation" aisée, et que bien des aspects géographiques et humains de ce continent m'attiraient: mais la manie des gens de tout considérer par le "Dollar" était insupportable.

J'ai vécu - et navigué - des années quasiment ( sauf épisodiquement ) sans dépasser le niveau du "SMIG", sans être sale et mal élevé (ce sont des options "culturelles" ), sans que les gens des grands "yachts" détournent la tête en se bouchant le nez -au contraire, ils m'ont souvent reçu à leur bord,parfois dans les clubs anglais , Espagnols ou italiens, aussi sur les cargos et sur certaines untités militaires, pratiquement à chacune des grandes escales, sans que les différentes "casquettes" me soupçonnent ou me pourchassent. Dans ma bande de copains et d'amis en Floride, il y avait des ouvriers, le propriétaire d'un compagnie d'assurances et sa famille, deux "routards" québécois, Clark Mills en personne (le créateur de l'"Optimist") qui me prêtait son popre "cat-boat" et sa yole à rames, un Irlandais fortuné et sa famille, un Français qui était en train de faire fortune (et sa famille!), une Russe serveuse dans un restaurant, ma copine Ecossaise, réceptionniste d'un hôtel, fille intelligent et sage, on savait qui faisait quoi et cela n'entrait pas en ligne de compte ni positivement, ni négativement dans les activités communes (principalement navigation, pêche et fêtes)
Il est vrai que j'ai grandi dans un fond de campagne où les gens , s'ils étaient pauvres étaient polis, propres, pour la plupart honnêtes, s'habillaient le Dimanche et les jours de fête: ce qui représente pour moi un effort de respect de soi et des autres.
l'"Amérique" m'a beaucoup appris: ce pays géant, démesuré, où j'étais au début sidéré de voir 7 "Cadillac" neuves dans un petite rue d'une ville de province, le patron de la banque arriver en hélicoptère sur le toit de son "building",où le prix de location de ma voiture (un coupé "Plymouth) coûtait moins cher que celui d'une "Corsa" en France, où l'on prend l'avion comme ici le TGV est aussi celui où il y a au moins 100 fois plus de gens qui naviguent en ballade, croisière-camping, voire croisière sur des petits bateaux, dont une bonne partie est construite par leurs propriétaires. Le raisonnement est sain, celui de gens qui ont "les pieds sur terre" et le coeur sur la mer; je l'ai entendu des dizaines de fois: "je suis jeune, je n'ai pas beaucoup d'argent, je fais avec , et je navigue" - "je suis âgé, plus aussi alerte qu'avant, je veux continuer à naviguer"- "je viens de vendre mon grand bateau, c'était absurde de dépenser autant pour naviguer si peu" - "le prix de revient d'un bateau, c'est tout ce qu'il coûte divisé par le nombre de jours d'utilisation"
"un bateau, c'est fait pour naviguer, mieux vaut un petit qui navigue qu'un grand qui reste au port" - "small is beautiful" - "le temps de navigation varie en fonction de l'inverse de la taille du bateau" etc...

En navigation, je dépense 3 à 4 fois mois qu'à terre. Partout où je suis passé, j'ai toujours trouvé le moyen de me nourrir et d'obtenir le minimum de monnaie nécéssaire. J'en suis venu à la conclusion qu'étant donné mon expérience, s'il m'arrivait d'échouer dans le plus pauvre des pays pauvres et n'en connaissant pas la langue, je trouverais le moyen de survivre en rendant des services adaptés à la situation des habitants. Et , bien sûr, je ne les aborderais pas en brandissant un appareil de photo, un camescope ou une belle montre - question de respect : cela aussi fleurit ou pourrit la vie.
Une place dans une "marina" n'est pas nécéssaire, sauf à qui ne peut vivre sans une borne d'eau et d'électricité. Les milliers de kilomètres de côte ( même en France )ne sont pas encore tous bétonnés, et, pour qui sait bien prendre et organiser un mouillage, il y a encore de belles années. Pour ma part, par commodité, je me suis laissé aller à louer, pour 130€ par an, un mouillage municipal dans un site paradisiaque en Bretagne; chaque fois que j'y vais, je commence par le sentier qui contourne la baie, pour contempler: il n'y a pas de cocotiers, mais que c'est beau! Un seuil (banc de sable qui butte contre une avancée de roche) protège des tempêtes: celle de 1999 a fait moins de mal au bateau qu'à ma maison; j'ai l'électricité et l'eau gratuite, à condition d'avoir un câble et un tuyau de 50m, ce qui n'est pas un problème; même chose pour l'usage de la cale de carénage.
Le bourg et son supermarché sont à 4,5km, la ville et le port sont à 7 km; les Glénan à 2 heures de mer, l'Aven et Kerdruc avec sa crêperie où m'invitent mes invités à une distance équivalente...

Souvenez-vous de la fable du "savetier et du financier" l'argent apporte beaucoup de plaisirs et beaucoup d'ennuis ( même sur les bateaux ).
Les seuls vrais emm... que j'ai eu sur des voiliers venaient de la machine (en fonction du carré , voire du cube de l'extension de celle-ci par les différents acessoires électriques et électroniques).

Après avoir des années choisi le bateau seul, j'ai opté pour le bateau ET la maison. Pour celle-ci, une solide ancienne ferme (qui m'a coûté 41.000€ et supporte des impôts locaux vraiment légers ) où je peux loger, dans une pièce de 7x4m ma bibliothèque d'environ 3.000 bouquins -dont 350 environ de livres de mer et de navigation-, une table à cartes pour étudier les projets de convoyages ou de croisière, un atelier dans une ancienne écurie, et les cordages, chaînes, voiles , pièces d'accastillage et éléments de grements dans une grange. A 2km se trouve le centre ville, avec gare à 1h. de Paris, à 10 minutes un club nautique.
Et pour le bateau je ne navigue QUE sur ,non pas LE , mais MON bateau idéal: le vrai, pas celui des "rêvasseries": celui que je peux m'offir à un moment donné, tout de suite. Parce que le bonheur, en navigation, c'est de naviguer. Le reste, c'est un fratras, une surcharge,dont on peut se passer avec bonheur (sinon pourquoi quantité de nos concitoyens s'obstineraient encore à randonner à pied ou à vélo?)

La photo est celle du prao de Tim Anderson, dont les loisirs sont consacrés à l'étude des praos micronésiens, la création de praos modernes et leur expérimentation en croisière de centaines de milles . Tim Anderson est un brillant ingénieur issu du Massachussets Institute of Technology, spécialiste en haute technologie - informatique et robotique - travaillant à l'échelle mondiale pour la grandes compagnies d'informatique) . Le prao de la photo est fabriqué à partir de matériaux de récupération (une coque d'une épave de Hobie 16, le flotteur est un Kayak, la voile formée de 2 voiles de planche...)

31 août 2003
0

objet
tu as raison Windjammer, il serait temps de consider le bateau pour ce qu'il est, comme un outil pour réaliser des projets, et non comme un objet unique de véneration sans autre but.

31 août 2003
0

ça m'étonne aussi
de poser la question comme ça: pour se "loger": maison ou bateau?

mon conseil:
analyse d'abord mieux ton "projet de vie", car si tu "reves un peu parfois de voile" et regrette que la terre ne soit pas a tout le monde comme les indiens, en te presentant comme "cheval sauvage",je n'ai aucune réponse solide...

que le grand esprit t'accompagne!

sitting bull

01 sept. 2003
0

pas de vérité révélée...
...pour choisir sa vie!Chacun trouve sa voie, y compris en mer, selon les circonstances subies ou choisies (par exemple: le niveau de revenu).Y'a pas de "solution meilleure", juste des cas différents.
Pour moi,la circumnav en famille, j'ai loupé le coche quand il était temps.Je navigue donc par plages de temps,mon temps étant majoritairement celui d'un terrien qui bosse et paye une taxe foncière.J'assume.Mais l'idée reste: deux ou trois ans avant la retraîte, je vends ma baraque (qui vaut deux fois plus cher aujourd'hui qu'à l'achat),j'achète LE canot que je veux pour aller loin, et en même temps un penty dans le Trégor, pas loin de l'eau, pour quand je sucrerai les fraises.Le canot je l'abrîte en Bretagne-nord, je me rôde dessus et lui en dessous, puis quand vient la quille (si j'ose dire: ça sera un dériveur) direction les Antilles, et là-bas, je fais "accueil vacances" pour ma femme,ma descendance, les potes, quand ils veulent...Ensuite, Panama et le même programme plus loin...
Ce n'est qu'une(ad-)équation parmi d'autres:la mienne.

02 sept. 2003
0

que de blabla...
Vas y achete toi un petit bateau pas cher et habite dessus celà te coutera beaucoup moins cher q'une maison , meme avec un petit salaire il te restera du fric à la fin du mois, pas d'impôt locaux, foncier, EDF, eau...
Juste la place de port...
Le jour où tu en as marre tu le revends.

02 sept. 2003
0

dis donc toi !
EH ! Herve ! On a eu la meme idee. Je pars bientot mais je rode 2 ou trois ans en med d'abord. Si on a survecu a ca on part vers les Antilles. On s'y verra peut etre ? Meme idee, meme projet. Pas mal ! Pourvu que ca dure !

03 sept. 2003
0

voilier et domiciliation?
Peut on etre domicilie sur son bateau et si oui l adresse est le port d attache?

04 sept. 2003
0

domiciliation
Un copain avait fait renouveller son passeport au consulat de France à Las Palmas, en demandant s'il était possible d'être domicilié sur son bateau: il lui ont mis le nom de son bateau, au Real Club Nautico, à Las Palmas ; ce qui lui évitait d'être SDF. Conséquence: lors d'escales en France, il pouvait acheter son accastilage- entre autres- détaxé.
Il avait pris soin de vérifier la légalité de la chose à la première escale française, auprès des Douanes.

12 sept. 2003
0

hep,kaj!
Tu dis "bientôt", t'as de la veine!moi j'ai encore 3/4 ans à attendre.Mais le projet est bien ancré (depuis toujours en fait) dans ma petite tête de 54 balais.J'ai l'impression qu'en gros c'est la voie réaliste suivie par une majorité de voyageurs à voile.On aimerait tous pouvoir partir deux ou trois ans à 30 ou 40 ans mais peu y arrivent.En 4 ans d'Antilles, j'ai aperçu plus de gens mûrs voire trés mûrs dans les mouillages ou marinas du secteur, sur des bateaux de voyage, que de jeunes (couples+enfants ou solos).Et puis ma femme m'a prévenu: du saut de puce ok, mais ne compte pas sur moi pour des traversées.Etonnant, à quel point l'idée de passer 3 ou 4 semaines en mer rebute les gens.C'est pourtant le top,et moi c'est pas la mer qui me fait peur, c'est plutôt la côte!
Sinon les Antilles, j'y passe 2 semaines en février et je cherche un canot à louer 8 jours pour 4-5 personnes départ Guadeloupe (petit prix, mais tranquillité, car équipage avec expériences des environs) Qu'on se le dise!

12 sept. 200316 juin 2020
0

bateau ou maison
C'est un choix: celui des beautés de la terre qu'on trouve ailleurs, du monde étrange de la mer(au sens anglais du mot "strange", autrement dit bizarre, inhabituel), à l'épanouissement de soi (parce que, si l'on ne sépanouit pas à cette vie,l'on renonce ou l'on on s'abrutit: il n'y a pas d'autre voie.
C'est le choix des joies, des responsabiliés et des soucis du "capitaine", car tout bateau a un capitaine, sauf à se trouver dans une situation précaire.
C'est l'expérience, la connaissance alimentée par la pratique, les idées trouvées dans les écrits - livres, articles ,"forums" et la conversation aux escales ou à bord avec d'autres navigants. Chaque traversée, chaque sortie apprend: l'âge n'est plus cette impasse, où la vie devient étriquée, et la perspective unique la porte de sortie: Phil Weld a gagné la "transat" de l'OSTAR à l'age de 65 ans; un autre " grand Yachtman" classique, sentant qu'à 83 ans il ne pouvait plus gambader sur la plage avant a troqué son voilier pour un plus modeste, de 8 mètres, qu'il a équipé d'enrouleurs de foc et de grand-voile pour continuer à naviguer dans les mers "pourries" autour de la Grande Bretagne. Je ne continue pas, cela remplirait des pages.

A connaître: le ménage Pardey, qui totalise plus de 100.000 milles,sur deux bateaux successivement qu'ils ont - circonstance aggravante! construit eux-mêmes- et partagent leur expérience exceptionnelle (qu'il s'agisse de la navigation, du gros temps, de la gestion financière du "Voyage", de la nourriture , enfin de tous les aspects de la vie en "grande plaisance") dans un "news" gratuit -que je "pompe " sans réserve tant il est enrichissant- ( www.landlpardey.com[...]ow.html )

et le "conseil" qu'ils donnent, tout de bon sens:

"Variable Destination Navigation
A small tip for those who are headed off on their first voyage. When folks ask you what your plans are, make life easier for yourself by saying, we use variable Destination Navigation. That way you won't over stress yourself by having to stick to a self imposed schedule, nor disappoint anyone when weather delays, interesting side trips, money problems or family matters force you to choose a different route or schedule. Truth is, we have practiced variable destination navigation for the past 32 years and are sticking to it"

Aux approches de votre départ, je vous souhaite de bons vents, ni trop ni trop peu, le Soleil, la santé, des rencontres sympathiques, et des milliers de milles de bonheur.

12 sept. 2003
0

Heureux qui, comme Ulysse a fait un long voyage...
Et une belle page d'Ella Maillard:

"Qu'est-ce donc qui nous pousse à ressentir tant d'amour pour un bateau ? Si cela tient à son espace confiné, où tout demeure à portée de main, n'est-il pas tout bonnement stupide de vivre dans de grandes maisons ? Ou encore à cette apparence de foyer que nous donne le bois dont la coque est construite, alors à quoi bon nous loger entre des murs de béton couverts de papier à tapisser ? Ce n'est pas le fait de flotter sur l'eau qui procure tant de bonheur, car, le bateau étant tiré à sec, il m'est arrivé d'éprouver le même sentiment de tendresse. Non, je crois qu'il y a là quelque chose d'autre, que cela procède du bateau lui-même, de son esprit qui nous entoure, de ce tout qu'il constitue, de son indépendance. Je crois que ce qui nous émeut tant dans cette création de l'homme dont chaque partie a sa raison d'être, c'est en quelque sorte le caractère qui lui est propre. "

(Ella Marie Maillart, dite « Kini », naît à Genève. Son père, Paul Maillart (1866-1936) est commerçant en fourrures. Sa mère Marie Dagmar, née Klimt (1874-1936), est une Danoise très sportive 1916 Pratique la navigation et la régate sur le lac Léman avec Miette de Saussure et le ski dans les Alpes avec sa mère 1919 Fonde le Champel Hockey Club, équipe féminine de hockey sur gazon 1923 Navigue en Méditerranée sur le Perlette avec Miette de Saussure. Rencontre Alain Gerbault 1924 Représente la Suisse aux Jeux olympiques de Paris. Navigue dans l’Atlantique et la mer du Nord sur le Volonteer. 1925 Navigue en Méditerranée sur le Bonita1926 Navigue sur l’Atalante, en vue d’une croisière dans les mers du Sud. Miette de Saussure malade, le projet est abandonné 1927-1929 Exerce divers métiers : enseignante, modèle, doublure d’actrice dans des films. Membre fondatrice du Ski Club féminin de Suisse 1930 La veuve de Jack London l’aide financièrement à partir pour Moscou. Elle travaille avec le cinéaste Poudovkine. Découvre le Caucase, rentre par la mer Noire et la Crimée 1931 Membre de l’équipe suisse aux championnats du monde de ski à Mürren 1932 Se rend au Turkestan russe et dans les Monts Célestes, découvre les Kirghizes, les Kazakhs et les Ouzbeks. etc...( ce n'est pas d'aujourd'hui qu'ont été inventés l'aventure, les "femmes de mer" , les grands voyages en plaisance, l'ethnologie,le féminisme...) A noter que les voiliers tant d'Alain Gerbault que d'Ella Maillart n'avaient pas de moteur, des voiles de coton et des manoeuvres en chanvre (l'histoire ne dit pas si les marins d'alors en coupaient de temps en temps un petit bout )...)

12 sept. 2003
0

amniautique
...dans le ventre de sa mère, on a tous été un peu chahuté, et on aimait quand même bien ça.C'est y pas un retour à l'oeuf qu'on cherche en bateau, va savoir? :o)

13 sept. 2003
0

Dans ma cabane bambou bambou
Si le voilier est le seul domicile, donc la résidence ppale, il y aura une taxe foncière à payer.
Plan B: cstruire près d'un plan d'eau (mer, fleuve, ou mare selon revenus) et habiter le voilier pdt les tvx. Un cap corse, logeable et de coût modique, pourrait être le bon cheval (6000 € env.)
Plan C: la maison flottante. Doit généralement être autorisée.

13 sept. 200316 juin 2020
0

bateau ou maison
Il y a effectivement comme un retour à l'oeuf...
car comment expliquer que, même amarré le long d'un quai on se sente "ailleurs" dans une sorte de "bulle" qui n'appartient pas au monde "terrien"?
Un "Cap Corse", c'est un bateau très valable: un "Corsaire" en mieux.
Vivre dans un bateau en état de naviguer n'est pas nécéssairement considéré comme y résidant, dans la mesure où, de temps en temps, on change de voisinage (c'est valable aussi dans les "eaux intérieures")

la "bande à Brenet" qui a construit un certaine nombre de "Ferros" près de Marseillan (dont le trois-mâts "Le Toumelin" pendant 8 ans ) a vécu dans des cabanes de chantier.

pendant ce temps je naviguais; j'avais reconstruit un bateau pendant 2 ans, et construit un autre pendant près de 3 ans, presque sans naviguer...

13 sept. 200316 juin 2020
0

bateau ou maison
Mais au bout de 8 ans , ils ont eu ça, et la mer, et la navigation: ( le bateau qu'on voit à droite sur la photo précédente), et, aux dernières nouvelles, ils y étaient encore

13 sept. 2003
0

D'ailleurs les affaires reprennent
www.simplicityboats.com[...]ff.html

Grâce au bateau non navigant la vie à bord devient profitable. Dormant paisiblement à quai le logement flottant se transforme en bar à vin et spiritueux plaisamment nommé la Guinguette au bord de l'eau, les tables étant disposées sur la berge le matin et repliées le soir sur un périmètre limité par des treilles polymères placées en équerre et constituant des parallélogrammes déformables également repliables au soir à ranger au long des coursives du bâtiment.
Un carillon Westminster est arrimé à la muraille côté terre et présenté à l'admiration de la clientèle éclusant les mélanges scientifiquement dosés au bar par le propriétaire-gérant-limonadier soi-même quoique placé assez haut pour demeurer hors d'atteinte de toutes projections liquides afin de tinter ponctuellement tous les quarts d'heure, plongeant dans la douceur et la contrition les buveurs témoins passifs et trop éloquents du soleil couchant.

14 sept. 2003
0

sérieux
on mélange peut-etre plusieurs choses bien différentes:

Naviguer avec son bateau comme maison,le rève du grand voyage, etc.. le sujet de ce site

Et habiter scotchés dans un bateau pour économiser sur le train de vie..avec les vélos et la poussette bébé sur le quai, le pont encombré de tout ce qui ne tient pas a l'intérieur, y compris le linge qui sèche! de préference sans payer le port.. ça je crois que c'est triste , et souvent du a la nécessité d'un retour de tdm douloureux, d'un projet avorté... en tout cas ça ne peut pas etre un projet..

Et aussi vivre sur un bateau de 20m sur le port de St Tropez, pour échapper au fisc en gérant ses stockoptions par Inmarsat, avec Champagne et nanas sur la plage arrière, bien au vu de la foule qui passe devant..

14 sept. 2003
0

la mer à boire, en bouteille, à la maison...
Le problème de maison ou bateau, à mon avis est un faux problème. Du moins lorsque je lis vos avis. En effet, vous avez tous raison, sans avoir tout à fait raison.
Pour ceux qui pensent revente, bénéfices, réinvestissements. Je répondrai plaisir,vivre SA vie, joie d'être soi-même, de s'assumer, dans des règles de vie (propres) ou on peu se raser le matin sans avoir à rougir.Ni sans faire semblant d'oublier le gars que l'on a balancé la veille au chomdu! peu être pour s'acheter le nouveau djibelbeussgabélouzé( A ressort).La liberté d'être un homme. Seulement, tout à un prix et sans passion tout est rien.Hypotéquer sur la vie....Tu ne verras peu être jamais ta baraque prendre de la plus-value et ton bateau partir en miettes ???? La seule certitude que tu puisses avoir, c'est celle de ta mort. Alors, avant d'en arriver là... Fait ce que tu sens le plus. Une chose est certaine, si tu passes une dizaine d'année sur ta caisse, tu es perdu pour la société.Jamais tu ne seras à l'unisson des terriens. Ou alors, dévoré de regrets!
Ils ont choisis la mer et ne reviendrons plus!
Même s'ils revenaient, les reconnaîtriez vous?
La mer les a changé avant de vous les rendre!

15 sept. 2003
0

maison ou bateau
Intéressant l'idée de Michel: cela me convient tout à fait; J'ajoute même (en investissant un peu d'argent de poche) un 8m.JI, sans moteur bien sûr, pour tirer des bords à la voile entre Portofino et Porquerolles (ce qui est le comble de l'audace: chez Sénéquier on cite en exemple à ne pas suivre les rares navigateurs qui osent s'aventurer jusqu'aux îles de Lérins).

En attendant, je tire des bords entre l'île d'Oléron et Concarneau, sur un brave Wharram à qui j'en fais voir de toutes les couleurs, pour mon plus grand bonheur et celui de mes amis. Pas de risque de confondre ce "navire" avec une maison!

Et la maison dans tout cela? Elle sert à stocker les archives photo (qu'il est agréable de parcourir les jours où le vent hurle au-dehors, pendant que la pluie bat les carreaux) , les livres (de mer et les autres), d'anciens livres de bord, les stocks de cartes, l'ordinateur (jamais cet engin à bord - sauf le portable à brancher de temps en temps aux escales- je ne suis pas partisan du mélange des genres), à stocker du matériel, du cordage, de la chaîne et des voiles, réparer, modifier, fabriquer dans une ancienne écurie promue atelier... tout en admettant que c'est un sérieux "boulet", par ailleurs difficile à déplacer hors de vue du "percepteur".

15 sept. 2003
0

bateau-maison
j'ai une maison où j'habite sans avoir besoin de le justifier, alors que lorsque j'habite le bateau, il y a toujours une bonne raison, un but: croisière, pèche, entretien, dépaysement etc.. , avec l'idée de revenir à la maison. Pourtant, il doit y avoir des moments, lorsqu'on fait de vraiment longs voyages, ou le bateau n'est plus comme une parenthèse, même longue, dans sa vie , mais devient sa vie même. Il y a un pas à franchir. Je me demande ce qu'en pense les tourdumondiste. Est-ce un pas dificile ?
Quant-à vivre sur son bateau pour rester au ponton, ce n'est pas trés attirant.

16 sept. 2003
0

La dernière fois...
que j'ai passé en revue les culs de baignoire aligné le long du quai de St-Trop-Pèze ces bateaux étaient des locations où les blaireaux restaient une semaine avant de rentrer au bureau.
Ca ressemblait à une expo-vente de sanitaires-carrelages, section jacuzzis.
On voit de - en - de bateaux de lpaisance de caractère, mais de + en + de jolis petits pointus multicolores restaurés par les habitants.
Quant aux PETITS bateaux plastoc, ils envahissent les belles plages de Porquerolles ou d'ailleurs en mouillant à 5m de la plage.
On a son amarre perso plantée dans le sable, tout un matos de cuistoche et un mobilier pliant débarqué, et on reste jusqu'à la nuit, même on dort à bord après la paella. Tant pis pour les autres. Bientôt le cabanon! Bon, c'est tout de même plutôt exceptionnel...

17 déc. 2004
0

Une vie à inventer
pour ma part, je considère que le premier point a régler est le programe de naviguation.
En général, un petit voilier est plus facile a transporter avec une voiture. la voiture comme moyen de déplacement rapide d'un bassin de naviguation à un autre donne beaucoup d'indépendance sans toutes les tracasseries administratives et financiéres.
Pour ma prt, j'adore camper le soir venu sur des plages déserts accesibles en voiliers.
Pratiquer la pêche est trés interessant.
Généralement je fais du camping et rien n'interdit de louer un logement pour l'hivers.
Ok ce genre de vie n'est pas pour tous le monde Il me convient.
Il y a une infinité de possibilités.
l'an dernier, je me suis construit un tri de 7 m sur une place en gréce pour 1000 euros.
Christian.

20 déc. 2004
0

Oui pour la vie en bato !!!
"Quant-à vivre sur son bateau pour rester au ponton, ce n'est pas trés attirant"
As tu essayer ;-)

Je ne fais pas de long voyages, juste des sorties quelques week-end, et je peux paraitre des fois "scotché au port" ... mais vivre sur un bateau c'est magique, même amarré, si si !

Ensuite il faut trouver le compromis entre le confort souhaité et les performances et donc bien définir son programme de vie/navigation.

Et pour répondre a la question financiere.
On économise ENORMEMENT en vivant sur un bato.
Perso je depense, par an, largement moins que les soit disant 10% du prix du bateau, tout compris (entretien, place de port, assurance, ... &lt1500 € pour un 8m)

Essayes avec un bateau pas cher ou un bateau facile a revendre. Essayes le 1 ou 2 ans et si cela ne te plait pas revends le. La perte que tu feras entre l'achat et la vente sera en decas de tout ce que tu aurais payer en taxes si tu étais rester a terre, sans parler du crédit de la "maison".

21 déc. 2004
0

comment devenir millionnaire en bateau
c'est simple, il suffit de commencer milliardaire.
didier

21 déc. 2004
0

coût et rentabilité
à La Rochelle, l'immobilié a tellement grimpé qu'il est impossible de se loger à un prix correct! :-(

dans ces conditions,l'idée d'un bateau-maison n'est pas ilogique.
14mx4m5 en cata pour la stabilité, petit moteur HB pour dire et éventuellement se déplacer d'un bout du port à l'autre.
tout de plein pied, si c'est bien conçu et pas laid, moi, ça me plais bien.
taxes portuaires incluant l'eau et ordures, pas de taxes d'habitation, pas d'impots locaux, juste éventuellement un surcoût pour l'électricité si il y besoin de puissance :-)...le calcul est vite fait

en plus, quand tu navigues sur ton vrai bateau,en été, tu peux louer !!!(ça se pratique de plus en plus par chez nous,la loc à quai) ;-)

22 déc. 2004
0

maison -bateau ____bateau-maison
j'ai la chance d'avoir les deux! en été je compte louer la maison pour financer le bato

p'tite pub : a louer maison au milieu des champs + deux boxes a chevaux et 1,5ha de parturage clôturés de mai a octobre;
vue imprenable sur les pyrénées, a 1O' du supermarché et 20' de la gare, autoroute et aeroport :-) ;-)

22 déc. 2004
0

les bêtes ???
&gt.....oui, mais qui s'occupera...&lt&lt&lt&lt&lt
le congélateur !!!!

22 déc. 2004
0

les bêtes?
:-) y en a plus, a part quelques moutons (sous le lit) ;-)

22 déc. 2004
0

14x4.5
je me suis mal exprimé quand je parle de cata

en fait je pense à un ponton de 14mx 4m50 supporté par deux espèces de flotteurs (non, pas des fûts de 200L ;-))supportant un ensemble immobilié type house-boat avec terrasse balcon ... :-D

par contre il faut une vague forme de monocoque pour ne pas être taxé à 150%

enfin, je ne vais pas construire ça tout de suite car j'ai déjà un 8m50 sur le feu :-) :-) :-)

23 déc. 2004
0

Selon
un reportage sur le sujet, et sauf erreur, les péniches à Paris devaient garder la capacité de manoeuvrer et se déplacer en tant que de besoin au gré des directives de l'autorité fluviale concernée, du moins dans le tronçon intra-muros plus encaissé et au débit précipité.

Je me demande quelle est leur facture de chauffage après un hiver dans une grande cale humide.

23 déc. 2004
0

batelier de la vodka
pas de la volga :-D :-D :-D

donc pas marin d'eau douce ;-)

pour revenir au house-boat, je pense qu'il faut particulièrement travailler l'esthétique, sinon c'est vite infame :-(

24 déc. 2004
0

Péniche
Ma nièce habite une péniche du coté de Montereau. Pas humide, superbe aménagement. Il y a une contrainte majeure : tout les 10 ans il faut mettre au sec et faire radiographier la coque par Véritas ou similaire... La facture est beaucoup plus salée que l'eau de la Seine!!! :-(
(de mémoire et sans garantie :entre 100 & 200 kf)

26 déc. 2004
0

j'ai l'impression que wildhorse a disparu
depuis longtemps,et le fil germe comme une graine,
grandit,magie de la diversité de nos facons de vivre.A un moment de ma vie le fait de reduire volontairement mon espace de vie habiter ds un cabanon chauffé au bois que j'allais couper ds la garrigue,a redonné une saveur a ma vie,c'etait un choix ,pas une obligation, mais ca m'a reconnecté a qqch d'essentiel.

26 déc. 2004
0

Affirmatif!

Tu as raison Gébé, comme toujours, enfin, presque ;-)
J'ajouterai juste ceci:
Il faut une certaine force de caractère (et ça, on l'a de naissance
ou pas) pour échapper au matraquage permanent de la société
de consommation qui voudrait nous faire prendre le superflu
pour l'indispensable, la camelote pour la qualité, l'ignorance pour
le progrès, les conneries des pubs pour des vérités éternelles et l'esprit
moutonnier pour la manifestation la plus remarquable de l'intelligence.

Sans vouloir rallumer des polémiques (quoique...)
Quand je vois aujourd'hui sur certains bateaux qui font du côtier
plus de matos (en puissance) qu'Apollo XI qui avait à bord l'équivalent
d'un pentium 30, je me dis que quelque part nos contemporains n'ont pas
besoin d'aller sur la lune pour marcher la tête en bas.
Mais bon...
Si les esclaves aiment leurs chaînes... Et leurs ancres s**** qui vont avec! :-)

26 déc. 2004
0

Planier
tu as du lire Giono?. ;-)
Heureusement, on ne se remet jamais de cette bonne infection-là.
Un Américain a lu L'Homme Qui Plantait Des Arbres et ils font pareil chez eux!

26 déc. 2004
0

bravo gebe
puisse l'essentiel nous contenir encore longtemps,
ou bien l'inverse..

26 déc. 2004
0

Retour à la nature
Que le cabanon en terre (au milieu de la garrigue) ou le bateau en mer nous rapproche de la nature je veux bien.

Mais le bateau au ponton, aux Minimes par exemple, là j'ai quelques doutes.

Mais c'est peut être une question de point de départ.

MichelR

27 déc. 2004
0

et pourtant
bateau ponton 1 (avec vue sur large du haut de la digue) + bus de mer + vieux port :-) :-) :-)il en faut pas plus pour prendre goût au bonheur ;-)

peut-être un appart rue sur les murs? (pour les ceusses qui sont pas du coin, la rue sur les murs est la rue qui va de la tour des 4 sergents ou de la lanterne, à la tour de la chaîne, avec vue sur la mer, le chenal ....les francofolies... :-D

29 déc. 2004
0

Maison ou bateau? Pourquoi pas une maison flottante?
Whikdhorse: Energie (solaire) gratuite en prime pour aussi faire économie sur tes factures EDF...

A consulter :

www.maison-solaire.com[...]OT.html

www.maisonflottante-floatinghouse.com[...]in.html

Pour te déplacer, tu fais du hitch-hiking (mot à mot, tu t'accroches à un point d'attelage d'un autre bateau !)

Plus classique, mais plus de problèmes d'entretien: la péniche.

29 déc. 2004
0

maison flottante?
beneteau?

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Plage des Cabanes de Fleury, après la crue

Après la pluie...

  • 4.5 (6)

Plage des Cabanes de Fleury, après la crue

mars 2021