Réducteur hydraulique, et blocage de la rotation

Sur mon fier navire, il est installé (entre autre) un inverseur HURTH HSW 630H - 2.0
Il semblerait que de soit un inverseur hydraulique, et qu'il ne puisse pas être arrêté.

Je n'y connais rien, j'ai lu quelques fils, mais je ne suis pas sûr de la réponse.

Est-ce qu'il suffit de mettre la marche arrière pour bloquer la rotation ?
Est-ce que le passage en marche arrière peut se faire n'importe quand, ou seulement moteur en route ?
Si un frein d'arbre doit être ajouté, s'agit-il d'un accessoire à ajouter à l'inverseur, ou un truc à ajouter à la ligne d'arbre ? (auquel cas, est-ce que le fait qu'il n'y ait qu'une énorme ligne d'arbre à cardan qui relie directement l'inverseur et ce qui tient lieu de tube d'étambot (un énorme tube rempli de graisse, je ne sais pas comment ca s'appelle)

Il y aura probablement d'autres questions en fonction de vos premiers retours, je ne sais pas du tout où cela pourrait m'emmener tout ca.

(ah, et comme on veut souvent savoir "oui mais pourquoi ???" : il s'agit d'une étude visant à mettre une hélice repliable qui nécessite un arbre qui ne bouge pas pour se replier)

L'équipage

06 sept. 2021
06 sept. 2021
0

Vous noterez que c'est le manuel de l'inverseur A, et pas H, j'ai jamais trouvé le manuel du H. Je n'ai aucune idée de la différence.


07 sept. 2021
0

Jé pa travaye, jé pa mangé
une pitite raiponse sivoplaiit !

Désolé pour l'humour pourri, il est tard :s


07 sept. 2021
0

Bump !
(parce que je suis sur qu'il y a des gens qui ont la réponse, et que parmi eux, certains ne m'ont pas encore mis à la cale)


07 sept. 2021
0

On a le même inverseur sur le wauquiez 48. On a mis une hélice repliable, mais si on arrête pas brutalement le moteur à 3000tr/mn avec du vent, l'hélice ne s'arrête pas. Il faut ensuite débrayer et redémarrer rapidement le moteur au ralenti pour lubrifier le turbo avant d'arrêter tranquillement le moteur


07 sept. 2021
0

La pression hydraulique de l'inverseur peut être utilisée pour ďésserrer un frein à ressort mais nous n'avions pas la place


07 sept. 2021
0

Merci J-Marc pour ce retour.
Je ne comprends pas pourquoi il faut que le moteur tourne vite pour que ca bloque l'inverseur. Faut-il être embrayé en marche arrière ou en marche avant ?
En tout cas, je note l'existence de freins automatiques qui se branchent sur la pression de l'huile de l'inverseur (même si je ne comprends pas tout)


07 sept. 2021
0

Ça m’intéresse aussi
Avec mon inverseur de hélice autoprop
Je n’arrive pas à bloquer la rotation


08 sept. 2021
0

probablement, l'embrayage ou crabot (je ne sais pas comment c'est fait à l'intérieur) est commandé par la pression de l'huile de l'inverseur via une pompe entrainée par l'arbre du moteur : si le moteur ne tourne plus, il n'y a plus de pression, plus de commande.

Si c'est un embrayage monostable, c'est à dire qu'il vient à sa position débrayée automatiquement (par un rappel à ressorts par exemple, ou autre système), tu ne pourras jamais être embrayé moteur à l'arrêt.

Si c'est un crabot monostable, idem sauf si le crabot transmet un couple au moment où tu coupes le moteur : dans ce cas précis, le couple transmis peut provoquer une force de frottement supérieure à la force de rappel automatique, et le crabot reste en place. Mais c'est provisoire, car dès que le couple disparait ou s'inverse, le crabot revient en position décrabotée.

Mais ce ne sont que de pures hypothèses, la base voudrait d'avoir au moins le schéma hydraulique de cette chose...


12 sept. 2021
0

Si on ralentit le moteur avec le bateau qui marche bien à la voile, l'hélice est entraînée par la vitesse du bateau et elle ne s'arrête pas quand l'inverseur est débrayé
En conservant le moteur à 3000 tr/mn, la vitesse du bateau referme l'hélice avant qu'elle soit entraînée par l'eau.
Pour bien faire, il faudrait une pompe électrique d'huile sur le turbo car il y a toujours quelqu'un qui finit par oublier de rapidement remettre le moteur en marche après l'avoir stoppé brutalement


12 sept. 2021
0

Voici le manuel atelier et le plan qu'on a récupéré pour le wauquiez 48.



12 sept. 2021
0

Je sais pas si c'est utile, mais dans le doute...extrait d'une discussion en MP avec Fritz à propos d'un autre inverseur hydraulique : "par contre il faut les bloquer à la voile avec un frein sur l'arbre ,j'en ai bricolé avec des freins a disques de moto à câble ."


12 sept. 2021
0

Le problème est qu'il faudrait un système qui se bloque sans pression hydraulique et se débloque lorsque la pompe de l'inverseur monte en pression.


12 sept. 2021
0

Sur les grands bateaux Amel, il y a un frein à disque qui bloque automatiquement la rotation quand le moteur est débrayé.

Par ailleurs la doc MaxProp précise que la vitesse doit être faible (< 1,5 nds de mémoire) pour que l'hélice se mette en drapeau.

Il m'est arrivé de bloquer la rotation en appuyant fortement avec un pied chaussé sur le tourteau. (Je sais, ce n'est pas à faire 😱).

Enfin, une question: est-ce-que la rotation, moteur arrêté, d'un inverseur hydraulique entraîné par l'hélice non repliée peut nuire à l'état dudit inverseur?


J-Marc:Oui car il chauffe beaucoup alors qu'il est conçu pour être refroidi par l'échangeur thermique sur le circuit de la pompe hydraulique couplée à l'arbre moteur. L'inverseur fait en plus un bruit désagréable car la vitesse de l'hélice varie dans les vagues. Avec le Wauquiez 48 équipé d'une tripale J-Prop, je n'ai jamais réussi à arrêter le tourteau avec le pied lorsque le bateau navigue à la voile avec du vent. Je suis toujours obligé de redémarrer le moteur, faire un arrêt de celui-ci à 3000 tr/mn puis débrayer et redémarrer le moteur pour un arrêt tranquille de celui-ci.·le 12 sept. 21:02
13 sept. 2021
0

Une discussion intéressante sur le sujet :
www.hisse-et-oh.com[...]elice-1

Mon boat a une grosse hélice fixe et un inverseur hydraulique. Le précédant propriétaire me dit qu'il laissait tourner l'hélice et que cela ne posait pas de problème, notamment pas de chauffe intempestive de l'inverseur (l'hélice est très grosse et tourne lentement). Mais moi ça me plait pas trop - même si j'ai pas de problème d'hélice à mettre en drapeau. Vous êtes d'accord avec moi : sur le long terme, notamment pour les longues traversées, pour prévenir l'usure, il vaut mieux que l'arbre soit bloqué, non ? ou alors, ça ne pose aucun problème qu'il tourne librement ad vitam eternam ?


13 sept. 2021
0

Et que se passe-t-il quand sous voiles le bateau va plus vite que la vitesse atteinte au moteur.

Personnellement, le bruit et les vibrations de la ligne d'arbre m'ont convaincu de tout faire pour avoir toujours une hélice immobilisée sous voiles; sans oublier l'usure inutile du presse-étoupe ou de ce qui en fait fonction.


tdm2023:Donc tu serais d'accord avec moi, d'une manière ou d'une autre, pour le bruit, l'usure et les risques d'échauffement, il est plus sensé de bloquer l'axe (sauf peut être qu'une hélice bloquée a plus de trainée..)·le 13 sept. 19:55

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Perdu à Paris

Après la pluie...

  • 4.5 (121)

Perdu à Paris

mars 2021