Recit d'une "tempête" semé d'embuches

05 jan. 2021
05 jan. 2021
0

C'est ça la méditerranée... hostile.
Une bonne leçon en tout cas. Mon ancre est toujours sécurisée en traversée, mais peut-être pas au point de résister à des déferlantres.


05 jan. 2021
3

Angoissant ce récit... et une chute que l'on était bien loin d'imaginer le tout bien écrit, bravo.


05 jan. 2021
0

C'est la mer, c'est la météo, fiable, certes mais pas trop et encore moins avec les phénomènes locaux (pas le cas ici)

Par contre le coup du mouillage qui file discrètement en douce sans ordre du capitaine
;-)
Ca s'appelle de la mutinerie !!!

C'est vraiment un rappel pour tous ceux qui ont l'ancre à poste, assurez !

mais j'ai déja lu l'exemple d'un mouillage qui est sorti de la baille à mouillage et est partie aussi faire sa vie à l'eau !


05 jan. 2021
0

Je l'ai vu dans le port, ça, un Kirk qui partait, on a entendu du bruit et le bateau est allé se planter dans les ducs d'Albe de l'autre côté du chenal. L'ancre était tombée, a croché au fond et le barreur n'a pas capté tout de suite...
Je ne suis pas surpris par ce récit, la Med peut être vraiment méchante et change d'humeur à une vitesse phénoménale.
Mais quand même, dévider le mouillage, emberlificoter les écoutes, déchirer le gênois et être en avarie moteur au même moment, c'est carrément la preuve que la loi de Murphy, ça reste redoutable...


05 jan. 2021
0

Oui effectivement, là l'équipage à eu de l'occupation, et bien des choses à réfléchir pour la suite.
C'est quand même chaud.


05 jan. 2021
0

Hello,
J'ai lu ça...effectivement, beaucoup d'emmerdes...une petite pensée pour les journalistes embarqués dans la galère?
Au moins, ils auront des choses à raconter...


05 jan. 2021
6

Je pense qu'il faut prendre ce récit comme un cas d'école. Le lire et se poser les questions "pourquoi cette galère et qu'aurait-il du faire?"
Tout d'abord, Janvier dans le golfe du Lion comme en Atlantique, ce sont des moments et des endroits ou il peut faire mauvais et ou de petites dépressions locales peuvent donner des conditions dures. Donc, ne partir pour une traversée de plusieurs jours qu'avec une couverture météo blindée. Sinon, (surtout en Med), on suit la côte et on se fait des étapes de 40' maxi.
Ensuite, le mauvais temps arrive. Le boulot du chef de bord est de tout vérifier (encore un fois) Les harnais, les pompes, l'amarrage des choses restées sur le pont (dont l'ancre).
Les choses empirent, quelque chose ne va pas : La cape. Il faut savoir s’arrêter, réfléchir... Ici ; "pourquoi n'avance-t-on plus?"
Enfin, dans le mauvais temps et à part avarie de voile au vent d'une côte, le moteur n'est jamais une solution. Il peut se désamorcer d'autant plus que les mouvements sont importants faisant remonter les saloperies dans le réservoir, il peut chauffer sans qu'on s'en aperçoive, il peut entrainer plus d'avaries qu'il ne résoud.
Je ne juge pas et je sais que dans la nuit, le froid, le mauvais temps, il peut y avoir des erreurs, mais l’intérêt de ce genre de récit est dans la formation.


jdmuys:– 40' – c'est quarante minutes d'angle, c'est ça?·le 05 jan. 2021 19:35
ED850:1 mille marin est 1 minute de latitude, quelle que soit celle ci.L'écriture de 1 mille par 1' est donc tolérée.·le 05 jan. 2021 19:40
edouard17:À l'équateur, pour être précis...·le 09 jan. 2021 21:54
Flora :):Non, une minute de latitude à n'importe quelle latitude = 1 mille marin.Que ce soit à l'équateur ou sur nos côtes...·le 09 jan. 2021 22:58
05 jan. 2021
2

Je plussoie Ed, comme on dit sur les forums.

Mais depuis le début de l'après-midi où j'ai commencé à lire cette histoire (j'ai du m'interrompre entre temps pour reprendre ce soir), il y a un truc qui me trotte dans la tête :
"Le coup de vent de Sud (ou Sud Ouest, je sais plus) n'était pas prévu"...

Heuuuu...

Je crois que si, parce que je m'étais fait la réflexion que j'étais vachement bien à la maison, et que prévoir des traversées pendant ces vacances, ça n'aurait vraiment pas été une bonne idée, c'était baston vers les Baléares, baston vers la Corse, baston vers le Var (pas forcément au même moment ni dans le même sens, mais baston à un moment quoi qu'il en soit). Et qu'effectivement tu te prenais une branlée dans un sens avant de te prendre la même dans l'autre en moins de 24h (et je n'ose même pas imaginer l'état de la mer au large) en allant au sud (je suis à Gruissan).
Au moins un modèle météo (ICON ?) affichait ça.

Enfin, c'est pas très grave, à part le génois, il semble que tout soit d'aplomb, et l'équipage avec, ce qui est bien le principal.

Et je retiens le coup de la mutinerie de l'ancre : je la regarderai d'un autre oeil dés à présent lorsqu'elle commencera à se faire lécher les moustaches par les vagues un peu fortes. Je la mettrai en camisole !


05 jan. 2021
6

Je pense que l'équipage n'était pas bien amariné pour pas dire débutant.
sur un bateau de cette taille, bien équipé et entretenu, c'est une formalité de passer des creux de 4m et des vents à 35-40 nds.

Le coup de l'ancre qui tombe c'est une blague? une ancre doit être sécurisée, une tige en travers, un mousqueton sur la chaine, etc ou bien rangée dans la baille. (ce que je fais pour des traversées à la voile)
Le coup de l'annexe sur le pont, idem, il faut absolument éviter d'avoir cela gonflé sur le pont quand des rafales à 30 nds sont annoncées ... ce qui était le cas! (et cela est monté plus haut!)
Enfin la voile qui se déchire, c'est le signe d'une garde robe pour le moins usée. c'est ok les voiles usées, mais pas pour aller jouer dans le golf du lion l'hiver.
Le moteur? pas de chance peut-être ... mais un remplacement régulier des filtre avec une petite analyse de ce qu'il y a dedans, plus une inspection tous les 2 ans du fond de réservoir m'ont toujours préservé des pannes lié au circuit de GO.

Voyons le bon coté des choses: Le métier rentre et il n'y a pas eu de bobo
Ils vont aussi apprendre à lire les grib. pour ma part j'ajoute 1 beaufort à ce qui est annoncé sur les grib ... et j'estime que le vent en rafale sera le vent réel ... ca permet de savoir à peut près ce que l'on va avoir!
Pour avoir été en mer le 31 et le 1er, je confirme que la houle de sud était sympathique et le reflet de ce qu'ils ont eu un peu plus bas.


Hubert, de Cherbourg:Sur mon premier gibsea 105 l'ancre était dans la baille à mouillage mais le système de verrouillage du capot n'etait pas terrible.Un jour dans le raz l'ancre est montée sur le pont !·le 05 jan. 2021 20:04
Régio:Idem dans le raz Blanchard, une déferlante a sorti le capot de la baille à mouillage ·le 07 jan. 2021 09:57
05 jan. 2021
0

Dans leur récit ils citent un sauvetage au barcarés,au même moment.
www.lindependant.fr[...]190.php


05 jan. 2021
2

La mètèo fiable sur plusieurs jours ??????
en mèditerranèe rien n'est moins sûr,cet été on a vu le ciel changer en moins de dix minutes et on est passès de F2 à F7,heureusement on était au portant,on a eu juste le temps de rèduire avant que le vent nous tombe dessus.


LPDJOUR:Oui, la météo dans le Var peut changer en 30 minutes de F2 à F7. Il y a des microclimats difficiles à prévoir. Les rafales annoncées finissent par être le vent moyen. Les différences de profondeurs et de types de fonds marins provoquent des vagues localisées plus élevées que prévu. La Méditerranée n'est pas une mer facile.·le 05 jan. 2021 21:08
Bianca:Depuis 15 jours il fait un temps épouvantable sur les Baléares, c'était annonçé et sans surprise.Mais j'ai bien aimé ce récit, celui d'une "première fois". Quand on l'a vécu on est capable ensuite de décider, envers et contre tous "je ne sors pas". (Á Palma ça fait 2 semaines que j'attends une petite accalmie pour essayer mon nouveau pilote, Demain ça a l'air bon...)·le 05 jan. 2021 21:37
05 jan. 2021
2

La fenêtre météo avait quand même l'air assez "étroite".


06 jan. 202106 jan. 2021
8

C'est un 52 pieds.
Comme me le répétait mon loueur/moniteur préféré : "Le bateau passera, mais l'équipage, il n'y a que toi qui sais."

Ici, le bateau est présenté comme " un voilier très marin, sécurisant et confortable, idéal pour les grands voyages en famille." .
S'il est bien préparé, il est évidemment capable de passer un vent de 40 noeuds et une houle de 4 mètres. Ou alors, faut se mettre au ping pong et attendre la risée pastis.

Par contre, partir dans ces conditions avec un bateau non préparé (ancre, annexe, tiroirs, etc...) et un équipage non amariné ?
L'explication tient certainement dans le fait qu'ils avaient des invités à bord, avec certainement un timing à respecter. Mauvais plan.

Il faut apprendre à lire, mais surtout à corriger, les fichiers gribs et analyses météo.
Cela se regarde 8 jours à l'avance, et on observe les évolutions dans les prévisions, et on choisit la fenêtre en fonction de la météo, pas de l'avion à prendre...
Comme je l'ai appris, je rajoute systématiquement 20 à 30% aux vitesses de vents annoncés, et encore 30 à 50% en cas d'effets locaux. Cela m'explique les commentaires négatifs sur les prévisions qui apparaissent à certains toujours fausses.
Par ailleurs, il faut bien être conscient que si la météo est fiable dans les phénomènes (quand on sait la lire et la corriger), elle l'est moins nettement dans le timing. Le F7 annoncé demain midi peut fort bien arriver à 5 heures du matin, ou à 5 heures du soir. Partir entre 2 coups de vents annoncés rapprochés est donc jouer à la loterie, et il faut s'attendre, plus exactement être certain, d'avoir à en étaler un. Au moins.
Enfin, les orages restent imprévisibles tant en localisation qu'en timing. La météo ne parle que de "risques", ce que je traduis toujours par "certitudes".
Avec ces corrections, je trouve que la météo est très fiable, en Méditerranée. Y compris cet été avec le médicane en Grèce.

Ici, le bateau est passé. Même avec son ancre et 90 mètres de chaine dans l'eau, il a tenu.
Mais rentrer la trinquette pour dérouler le génois dans ces conditions, le résultat est quasi garanti. Mettre en route le moteur dans ces conditions, Ed a raison : le résultat est aussi quasi garanti.
Enfin, se rapprocher de la côte pour se "mettre en sécurité", sans voile et moteur à problème ? là, le résultat n'était absolument pas garanti. Mais les passagers ont eu leur avion ...


06 jan. 2021
0

Oui et j'ai du mal à croire que personne n'a été traumatisé et que les enfants ont hate de repartir en mer.

En tout cas moi à leur place j'aurais envie de changer de mode de transport !


faby9:Non. Manifestement le capitaine n'a pas été en panique, il a géré ce qu'il a pu en conservant son calme. Du point de vue des enfants, il a maitrisé. Le bateau n'a pas été en danger, 40 noeuds et 4 mètres de houle c'est pas un souci pour un 50 pieds. Il n'y a pas de raison pour que les enfants soient traumatisés. J'ai un gamin qui a toujours été malade lors des traversées. Jamais pu s'amariner, dès qu'on naviguait à la voile, il se couchait, pour revivre une fois l'ancre mouillée. Devenu adulte, il est revenu passer une semaine sur notre voilier dès qu'on l'a acheté.·le 06 jan. 2021 17:47
matelot@62903:Moi c'est pas vraiment ce que j'appelle gérer mais bon... Le simple fait de te mettre dans une galère pareil, même si tu gardes ton calme, c'est quand même pas top ! ·le 06 jan. 2021 19:50
06 jan. 2021
4

Bon , tout est bien qui finit bien et le skipper a correctement géré les ennuis qu’il avait lui même créés. Cependant permettez moi de promouvoir une allure qui solutionne tous les problèmes, LA CAPE. Le bateau soulage quelque soit la mer, l’équipage se repose, mange confortablement, ça permet d’aller faire un tour de pont jusqu’à l’avant en sécurité et de tout vérifier. Cette allure semble désuète et oubliée. J’ai passé la majorité de mes coups de vent à la cape à attendre que ça se passe , a dormir la nuit , a manger aux heures des repas et je pense que les heures perdues sur la route ont largement étées compensées par la sécurité pour le bateau et l’équipage.


matelot@62903:Oui tu as bien raison. Sauf que là je crois qu'il fallait fuire une dégradation météo.·le 06 jan. 2021 19:51
Tangalo:C'est vrai que la cape courante repose l'équipage et le bateau, et je ne la qualifierais pas de désuète. Si peu de skippers l'utilisent, c'est simplement par manque de formation.·le 06 jan. 2021 20:45
06 jan. 2021
1

Étonnant tout de même que le skipper n’ait pas associé les bruits bizarres qu’il entendait avec l’idée que l’ancre se soit détachée et que la chaîne se soit déroulée. C’est pourtant un accident assez fréquent par gros temps.


Hubert, de Cherbourg:C'est le problème des grands bateaux : l'étrave est loin !·le 06 jan. 2021 20:29
faby9:Etonnant que sur un tel bateau il n'y ait pas un bloque chaîne... pourtant si pratique !·le 06 jan. 2021 20:52
06 jan. 2021
2

tout est bien qui finit bien, et c'est tant mieux
le skipper a fait ce qu'il fallait dans ces conditions ou on fait ce qu'on sait faire, et faire demi tour semblait être la meilleure solution, avec du SW, peu de chance d'être jeté à la côte
néanmoins ce qui m'interpelle quelque peu, c'est la vitesse de 2 knts sur un 52" qu'il souligne sans recherche du problème, passer de 7 à 2 knts, je me serais posé des questions et aurais cherché la solution; ça arrive dans des mauvaises conditions, voilure mal réglée, cap mauvais et ça n'avance pas et mettre à la cape (ce qui a été tenté) avec l'ancre pendante alors qu'on cherche à dériver un max, oui il aurait dû creuser un peu à mon avis...
mais bon, au coin du feu, ça semble évident
JL.C


07 jan. 2021
1

La med est traitre, je peux le confirmer. c'est pourquoi les bateaux ici doivent être équipé d'une garde robe a mon sens complète que pour des nav atlantique en semi hauturier (ici le bateau n'a jamais été à bien plus de 60 MN d'un abri!): 40 nds n'est pas un phénomène isolé ni rare!

fin des 80's début 90's il y a eu +- dans la même zone un crash avec un Feeling 1090: Un déferlante s'est abattu sur le bordé avant, et tout ce qui était fixé sur ce bordé avait "éclaté" coté intérieur: toutes les aménagements de la cabine avant si ma mémoire est bonne. (bateau quasi neuf à l'époque)
le bateau avait également démâté et avait été secouru.
Certe les feeling était réputé pour être échantillonné assez juste: solide dans les fonds mais bordé prévu pour le programme du bateau à savoir pas faire le TDM par les 3 caps, mais plutôt du semi hauturier et vacances, mais cela révèle bien la force de cette mer que certains considèrent comme un grand lac


Skolovensru:A la même époque , un gars rencontré aux Antilles à terre ne se baignait pas leur feeling 1090 s’était cassé sous eux dans un coup de bora au sud de l’adriatique , ils avaient passé 48 heures dans la survie , récupérés par un cargo soviétique. La Méditerranée en hiver peut être très dangereuse. Les romains disaient mare clostrum.·le 07 jan. 2021 18:20
juliusse:C'est une légende. Les Romains en effet ne naviguaient pas l'hiver. Mais mare clausum ne signifie pas que la mer est fermée à la navigation. Cela signifie qu'ils considèrent que la mer "leur appartient" et qu'ils peuvent en réglementer l'usage(la phrase étant "mare nostrum, mare clausum"). D'ailleurs "mare clausum" est toujours un terme toujours utilisé en droit maritime. Les eaux territoriales par exemple, sont mare clausum, par opposition aux eaux internationales, qui elles sont mare liberum.Claustrum, c'est de la matière grise, rien à voir avec la navigation.(enfin si, sans cervelle, c'est compliqué de naviguer, et encore).·le 07 jan. 2021 18:32
tdm2023:ave Ô julius·le 07 jan. 2021 18:34
07 jan. 2021
1

Je me sens un peu concernée, ayant pas mal navigué en hiver en Méditerranée et ayant dit que c'était tout à fait possible...

MAIS certainement pas partir de Canet tout droit vers les Baléares avec une telle prévision météo (oui c'était prévu !).

On fait des sauts de puce jusqu'au plus près, disons Palamos et là on décide !

(je vois seulement maintenant que c'est un grand bateau quand même... peut-être un gros manque d'expérience ?)


Flora :):Ah d'accord ! j'en reste sans voix......"Je réalise que depuis notre premier virement de bord pour éviter le cargo la veille, une déferlante a dû emporter notre ancre sous l’eau avec les 90m de chaîne. Depuis, nous trainons ça sous le bateau, nous rendant non manoeuvrant et presque à l’arrêt dans 40 noeuds de vent. Comment n’ai je pas pu m’en apercevoir. Dans la tempête, avec le bruit du vent, le déferlement des vagues, je n’ai rien entendu. La nuit, même en allant sur la plage avant avec ma frontale, je n’ai pas porté attention à l’ancre."...·le 07 jan. 2021 11:33
faby9:Bah oui. C'était son "grand" départ. Avec des invités à bord ayant avion à prendre (?) . De plus, il devait totalement "contre" l'AIS (la peur des choses essentielles comme la belle mère et le banquier), ne sachant pas s'en servir. En tout cas il ne mentionne pas dans son récit très complet et bien écrit l'utilisation de cette aide qui lui aurait été bien utile. Il n'a donc pas pu voir qu'en réalité le cargo passait largement loin de lui, qu'il n'avait qu'à suivre les règles du RIPAM (certains les ont qualifiées de désuètes...) , que le virement était donc inutile, etc.·le 07 jan. 2021 13:51
JeanLW:La présence de deux - malheureux - journalistes s’explique par la démarche, devenue habituelle, du super blog, chaîne YouTube etc cela dit le skipper est sympathique et courageux et bricoleur, il sera sans aucun doute un bon skipper·le 07 jan. 2021 14:39
Flora :):Ah oui il va s'en souvenir du coup de l'ancre... c'est fou qu'il s'en soit pas rendu compte !·le 07 jan. 2021 17:00
Arzak:En tout cas ça fait couler beaucoup d'encre numérique !;-)·le 08 jan. 2021 11:00
07 jan. 2021
0

Faut pas jeter la pierre au skipper malheureux responsable de ses propres ennuis. Qui n'a jamais fauté? En remontant le mistral F6 musclé mer bien formée au large des calanques vers le golfe de Fos, j'ai fait la même bêtise, mon ancre mal sécurisée par une garcette qui a cassé est partie à l'eau, la différence c'est que le bruit de la chaine qui se déroulait m'a alerté et que j'ai pu bloquer la chaine après seulement 25 mètres déroulés sur les 50 dont je disposais. Ce fut compliqué de remonter le mouillage. Mise à la cape dans une mer formée, ma femme à la barre, et malgré le guindeau électrique, j'ai du mettre une demi-heure, mètre par mètre entre deux vagues, pour récupérer l'ancre, un rodéo sportif et humide avec la chaine qu'il fallait bloquer avec le pieds pour l’empêcher de sauter hors du barbotin, gants bottes et harnais croché court de rigueur.


Hubert, de Cherbourg:Normalement à la cape il n'y a pas besoin de barreur. C'est un des avantages de la cape.·le 07 jan. 2021 16:43
Flora :):Oui...·le 07 jan. 2021 17:02
07 jan. 2021
8

J'ai adoré ce récit. Le capitaine a également ramené tout le monde à bon port. Et il partage ce récit. Grand merci à lui.


Flora :):Oui tu as raison, c'est sympa de sa part de le raconter !·le 07 jan. 2021 17:01
Pat45:sympa, et courageux!·le 07 jan. 2021 18:50
08 jan. 202108 jan. 2021
2

Lorsque j'ai acheté mon bateau actuel, 2 heures après avoir quitté son port d'attache par force 5 au près dans la houle j'entends un boum boum boum. C'était l'ancre qui avait quitté le davier et tappait sur la coque. Juste une griffe dans le gelcoat mais bon...à ce jour, un an après je n'ai pas encore trouvé la façon idéale de bloquer l'ancre. J'ai vu il y a qlq semaines sur une vidéo youtube de erik aanderaa que son ancre était bloquée sur son davier par une espèce de grosse goupille qui passe par les joues du davier et à travers le jas de l'ancre. Je trouve ce système tellement évident... Je vais essayer de le copier.

J'admire la candeur de l'auteur de cet article. Il est rare d'avoir la sureté en soi suffisante pour pouvoir avouer ses erreurs. En preuve de cela, il y a eu un fil sur HEO sur les moments ou on a eu peur en naviguant. Dans 9/10 des exemples cités les intervenants citaient des causes externes (cargos qui foncent sur eux etc), alors que dans la vrais vie une proportion beaucoup plus importante de nos peurs sont causées par nos propres conneries.


Hubert, de Cherbourg:Avoir eu peur d'un cargo ou d'un pêcheur relève souvent de sa propre connerie : mauvaise estimation·le 08 jan. 2021 12:39
faby9:"mauvaise estimation·"@Hubert : Même si tu as raison à 99,99% ( les cargos ne restent pas dans une route de collision ! il faut le répéter...), on n'en sait rien dans ce cas ici.Pour le savoir, de façon certaine, permanente et immédiate : un AIS. La peur du flicage par la belle mère ou le banquier, ou la difficulté à comprendre le fonctionnement, ce n'est rien à côté des services rendus. ·le 08 jan. 2021 13:11
Hubert, de Cherbourg:Je me suis un peu stressé à l'entrée ouest du rail aux casques : 7 cargos convergent je voulais les laisser passer mais je me suis sans doute trop approché du premier qui est dérouté pour passer derrière moi je me suis alors trouvé dans un paquet de 6 qui ne pouvaient pas manœuvrer étant trop près les uns des autres j'ai fait route entre deux à cap inverse mais cela surprend.Une autre fois de nuit un cargo a changé de route mettant le cap sur moi ... Le projecteur m'a été utile mais il était dérouté à cause d'un chalutier.Si j'avais utilisé le radar j'aurais vu ce chalutier pour une fois mal éclairé.·le 08 jan. 2021 13:26
Tangalo:Un truc qui me déplaît souverainement, c'est de sortir du Vieux Port l'été entre 6h30 et 7h00 A.M cap à l'ouest vers la Camargue...Là, tu as une noria de paquebots qui se succèdent pour rentrer déverser leur cargaison de gogos à La Joliette, et toi, tu es comme un animal à grandes oreilles sur une autoroute. Faut bien viser pour passer entre deux. Pourtant, il n'y a jamais à ma connaissance eu de collision entre un paquebot et un plaisancier dans la rade.Le seul accident dans cette zone a eu lieu de nuit, c'est la vedette de la Douane tous feux éteints qui a arraché l'étrave d'un canot à moteur qui rentrait au Vieux Port en lui coupant la route.Soi-disant qu'ils étaient en intervention, ce qui justifiait l'absence de feux de route...·le 08 jan. 2021 16:20
08 jan. 2021
0

Le gars a bien assuré. La tête dans les fonds à bricoler le moteur, pas évident.
Par contre je n'ai pas compris pourquoi il fait demi-tour. Il avait du SW au près au début, par contre était annoncé de la tramontane de NW ensuite. En remontant vers la côte c'était encore faire du près.

Mais 1/je n'y étais pas, et 2/je n'ai peut-être pas bien compris


08 jan. 2021
1

Récit instructif et raconté avec humilité, contrairement à certains commentaires toujours des mêmes du haut de leur suffisance.
Sur ce type de bateau avec le fracas des vagues et du vent ça ne m’étonne pas du tout qu’il n’ait pas entendu la chaîne se dérouler et raguer. Avec la longueur de chaîne une fois déroulée l’ancre est trop profond pour taper.


08 jan. 2021
1

Le récit est instructif si on analyse l'origine des problèmes et si l'on cherche ce qui aurait pu les éviter. Si on ne fait que critiquer la compétence du capitaine, ou si on ne fait que louer comment s'est terminée l'aventure, on n'apprend rien.

Je maintiens qu'un 52 pieds peut sortir en hiver avec une météo annonçant un vent de 30 noeuds, ce qui se traduit par du 40 très probable + effets locaux. Le bateau passe, lui. L'équipage, c'est au capitaine d'en juger. Pas d'erreur à ce niveau.

Coté équipement :
Mon ancre ne peut pas quitter le davier : une tige d'acier goupille de 8mm, qui traverse le davier au-dessus de la verge pas loin du rouleau, l'en empêche.
La chaine est bloquée par un bloque-chaîne qui ressemble à www.svb-marine.fr[...]ne.html
ce système est très fiable et devrait être généralisé (très utile pendant la manoeuvre de mouillage). Et en navigation, je l'assure avec un bout (à la réflexion peut-être un peu léger?).

Mes tiroirs et portes sont verrouillés, tout comme mes planchers. Pas d'ouverture inopinée (sauf les tiroirs sous le lit, trop grands et donc trop lourdement chargés : faut que je remédie à cela ).

La seule vraie erreur du capitaine, s'il en est une, que je relève est d'avoir cru que le cargo lui fonçait dessus. C'est un défaut d'équipement du voilier, sujet très régulier sur ce forum, qui montre là son importance.
Un simple récepteur AIS aurait parfaitement, constamment et immédiatement levé son doute. Un émetteur AIS aurait en plus alerté le cargo, pour le cas où son radar était en veille.
Si l'AIS confirme la collision, il le fait de très loin, un appel à la VHF mentionnant le nom du cargo aurait fait son effet (pratique, l'AIS : il donne toutes les infos du cargo, il manque juste l'âge de son capitaine!).

=> Un AIS aurait évité la décision du virement de bord qui a été la source de tous les problèmes.

A part ça, comme je l'ai écrit plus haut, je trouve qu'il a géré les problèmes avec calme, au point qu'il a conservé la confiance de son équipage, qu'il a ramené à bon port. What else ?
Certes des choix sont discutables, et c'est l'intérêt d'un forum d'en discuter, en rapportant sa propre expérience : le moteur, le génoa, l'annexe, les tiroirs. Mais on fait nos choix dans un contexte donné.
Et d'autres choix sont positifs : le PAN PAN, la réparation réussie du moteur.


Flora :):En longue navigation, la meilleure place de l'ancre c'est quand même la baille à mouillage bien verrouillée !·le 08 jan. 2021 13:27
faby9:Sur petit voilier, ça se conçoit aisément.Sur les plus grands, ça se complique sérieusement. Pour une traversée de 3 semaines ou 2 mois, OK, mais pour une traversée de quelques jours... ·le 08 jan. 2021 13:58
Flora :):J'ai eu deux bateaux de 35 et 40' avec chacun une baille à mouillage dans laquelle on mettait plusieurs ancres, on laissait jamais les ancres à poste dans le davier... Je vois pas en quoi c'est compliqué ? Ou alors c'est mal foutu au départ.·le 08 jan. 2021 14:12
iff:Hé si, Flora, c'est compliqué d'être un marin ! :-))·le 08 jan. 2021 14:24
faby9:C'est pas mal foutu sur mon voilier: c'est sécurisé. Déjà ôter la goupille qui interdit à l'ancre de sortir de son davier, faut jouer l'équilibriste. Equilibriste ensuite avec 25 kg + chaine au bout des bras. Ensuite, je ne vois comment mettre l'ancre dans la baille sans démonter la jonction (l'ancre passe pas au bloque chaîne), sauf à laisser la baille ouverte. Franchement, pour quelques jours de nav (en Méd, 3 nuits maxi) , non , je ne le fais pas. ·le 08 jan. 2021 14:27
Hubert, de Cherbourg:J'ai connu des bateaux où l'ancre ne passe pas entre le balcon et l'enrouleur ...·le 08 jan. 2021 14:26
iff:"J'ai connu des bateaux où l'ancre ne passe pas entre le balcon et l'enrouleur ..." Virer l'enrouleur ! :-))·le 08 jan. 2021 14:32
Pat45:Hello...ma Fortress ne rentrait pas dans la baille à mouillage, trop large...je l'ai toujours laissée à poste, avec juste une goupille passant au dessus du jas, qui l'empêchait de (trop) bouger...avec ses 7kgs, elle avait tendance à sauter du davier si ça tapait de trop...Lors de la traversée du gascogne sur le tri, j'avais par contre sécurisé la Spade de 30kgs en l'amarrant au taquet central par un bout.Sinon, on peut sûrement limiter les risques en tendant au maximum la chaîne avec le guindeau?·le 08 jan. 2021 17:40
Pat45:pas le jas, la verge...·le 08 jan. 2021 17:42
08 jan. 2021
0

Un davier avec un axe goupille pour tenir l’ancre c’est la base sur un bateau hauturier!
Ensuite on perce la verge de l’ancre au bon endroit si la verge le permet (la kobra est merdique pour cela.
La delta ou rocna est mieux de ce côté)

Ensuite un guindeau avec une ancre et une chaîne bien bridé doit être la règle également.


08 jan. 2021
2

Ce n’est quand même pas compliqué de faire un noeud de chaise sur l’ancre et de frapper le bout sur un des taquets d’amarrage. C’est simple, peu coûteux, visible, et à toutes épreuves😉


Kobaia:C'est ma technique 😉·le 09 jan. 2021 09:59
faby9:C'est un minimum. Il a l'avantage de protéger le guideau qui ne subira aucun effort. Mais il n'empêchera pas l'ancre de sortir du davier, éventuellement prendre la houle et taper sur la coque... A ce moment, il faudra que le bout (et l'étrave!) soit super solide pour encaisser. Mon bloque chaîne fait ce travail.J'en reste à soit enlever l'ancre et la stocker dans la baille à mouillage (très compliqué pour moi), soit avoir un système qui interdit à l'ancre de sortir du davier : axe goupillé. Sur cet axe au dessus du jas, j'ai un réa sur lequel passe le bout amortisseur à plat pont, évitant ainsi un point de ragage.. .·le 09 jan. 2021 10:55
Cédric 1983:On va arrêter d’exagérer: les pignons d’un guindeau digne de ce nom vont parfaitement accepter de retenir une ancre, même grosse, même frappée par des déferlantes ...Sur une traversée océanique l’ancre ne sera pas à l’étraveUn axe en travers du jas fait le job pour la sécurité en doublant les mesures anti problème.Quand je parle de guindeaux digne de ce nom j’inclus lofrans... mais effectivement avec un Quick j’aurais des doutes aussi 😬·le 09 jan. 2021 11:15
barilau:J’ai fait plus de 100000 milles avec ce système sans jamais avoir eu de pb!·le 09 jan. 2021 12:13
faby9:Pas de doute : tu as la plus grosse. C'est l'argument qui permet d'affirmer qu'un bout frappé sur l'ancre et un taquet interdit à celle-ci de sortir du davier. ·le 09 jan. 2021 12:58
barilau:Si le davier est conçu correctement c’est le cas...et il ne s’agit pas d’avoir la plus grosse mais de partager son expérience! Maintenant si c’est insupportable je n’insisterai pas·le 09 jan. 2021 14:08
faby9:":Si le davier est conçu correctement c’est le cas.."c'est le cas du mien. Et j'explique pourquoi autrement qu'en annonçant le nombre de milles parcourus comme unique argument d'autorité.·le 09 jan. 2021 15:59
jdmuys:Faby ton montage m’intéresse. Tu aurais quelques photos?·le 09 jan. 2021 19:33
faby9:Le davier fait partie intégrante de la coque. Je le crois assez bien conçu :-)2 tubes alu de diamètre 10cm prolongent l'étrave en avant et forment le davier.On distingue 4 axes : le plus en avant (1) empêche l'ancre de se soulever et de sortir., et la chaîne de quitter son réa. Il porte un réa utilisé pour mon bout amortisseur. Il pourrait également servir à une seconde ancre (?). Le suivant (2) porte le réa sur lequel repose le jas de l'ancre au repos, ou la chaine pendant le mouillage.Ensuite vient (3) un rouleau en inox dont la rainure détord la chaine et sur lequel repose le jas quand l'ancre est à poste.Le dernier (4), situé plus bas, porte un troisième réa, qui pourrait être utilisé pour une deuxième ancre (?).J'ai également une sorte de davier intégré sur la jupe, avec 2 réas l'un au dessus de l'autre. ·le 09 jan. 2021 21:33
09 jan. 2021
0

Le bout sur l ancre c très insuffisant, il en faut plusieurs, dans un aller retour en corse au bon plein j ai rajouté bout sur bout, la Kobra est moins facile à coincer qu une plage, mais avec les bouts et une tension minimum sur le guindeau ça va

Avant sans le guindeau je mettais l ancre dans la baille maintenant je en préfère pas qu elle cohabite avec le moteur du guindeau😎

En tout cas môme le a appris le skipper ce n est pas un truc a prendre à la légère.

Le bloque chaîne, bel outil mais je n en aurais pas la place


09 jan. 2021
1

ça m'est arrivé avec le neptune 99 au kerkenah en passant dans le sillage d'un bato de pêche ,la cqr
c'est décrochée et est partie toute seule ,mais nous l'avons entendu de suite et comme il n'y a pas de fond elle à croché de suite on a fait un beau 180 ,pas de casse ,mais après je ne l'ai plus laissée dans le davier ,direction le coffre de la baille bien fermé avec un loquet et un verrou .
alain


09 jan. 202109 jan. 2021
0

Pour jdmuys.
Le davier fait partie intégrante de la coque. Je le crois assez bien conçu :-)
2 tubes alu de diamètre 10cm prolongent l'étrave en avant et forment le davier.
On distingue 4 axes : le plus en avant (1) empêche l'ancre de se soulever et de sortir., et la chaîne de quitter son réa. Il porte un réa utilisé pour mon bout amortisseur. Il pourrait également servir à une seconde ancre (?).

Le suivant (2) porte le réa sur lequel repose le jas de l'ancre au repos, ou la chaine pendant le mouillage.

Ensuite vient (3) un rouleau en inox dont la rainure détord la chaine et sur lequel repose le jas quand l'ancre est à poste.

Le dernier (4), situé plus bas, porte un troisième réa, qui pourrait être utilisé pour une deuxième ancre (?)


jdmuys:Merci Faby. Jolie conception·le 11 jan. 2021 04:04
juliusse:C'est plus un davier, c'est un beaupré 😜😉👍. En tout cas là, pour perdre l'ancre, il faut le vouloir. Bien conçu en effet.·le 11 jan. 2021 08:56
faby9:Oui, le bateau est bien conçu. Ce "machin" ne porte pas de voile, ce n'est donc pas un beaupré.J'aurais plutôt parlé de bout-dehors, sur lequel se fixe génaker ou autre.Mais c'est bien un davier, avec ses 2 plaques verticales entre lesquelles se placent des réas pour la ligne de mouillage. La différence avec les daviers communs, c'est que ça doit coûter moins cher, qu'il est très complet, pratique et très solide.·le 11 jan. 2021 09:25
09 jan. 2021
0

C sur quel bateau? En tout cas pour perdre l ancre sur ce bateau faudrait vraiment le vouloir !,,


Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Mouillage a cap Lardier dans une eau digne des plus beaux lagons

Souvenir d'été

  • 4.5 (153)

Mouillage a cap Lardier dans une eau digne des plus beaux lagons

novembre 2021