Recherche notice Radio navitech

Bonjour , je viens de dénicher une radio navitech qui fonctionne avec sa ferrite
Quelqu'un aurai la notice de cette appareil
Merci d'avance

L'équipage
07 jan. 2012
07 jan. 2012
0

y a encore des émetteurs gonio ? :tesur:
je ne sais même pas s'il y avait une notice à l'époque, c'est assez basique comme fonctionnement, du genre radio analogique bas de gamme d'aujourd'hui
il se peut que tu aies des quartz, mais comme dit + haut, il n'y a plus de radiophare, donc inutile
si tu as des questions, pose les j' et on essaiera d'y répondre put être qu'un héolien a la notice ds son grenier
la gonio peut fonctionner sur les radios comme France inter,Europe... en GO
bonne réception,
JL.C

07 jan. 2012
0

Bonjour,

En cherchant sur le net j'ai peut être trouvé une piste pour toi .....

www.radiomaritime.com[...]/

il semble y avoir pas mal de trucs pour toi voir même un contact interessant.

Thierry ;-)

07 jan. 201207 jan. 2012
0

Bonjour,
Je n'ai pas la notice mais le schéma. J'en ai utilisé un il y a...trente ans. C'était simplissime à utiliser. C'est un récepteur très bas de gamme vis à vis des standards d'aujourd'hui et même de l'époque, tout en germanium.
A la lecture du schéma que j'ai sous les yeux en écrivant, c'est vraiment basique:
-Attaque directe du signal d'antenne sur le mélangeur AF121 Ge (Pas d'ampli HF)
-Étage de présélection classique, sans plus.
-Simple hétérodyne avec deux étages FI donc trois transfos.
-BFO: un vrai détecteur de produit, bonne surprise.
-Étage de sortie BF classique avec un Push-pull.
-Possibilité pour la version Super Navitech de mettre un quartz.
-Alimentation en 9V
-Possibilité de branchement d'une ferrite extérieure pour la goniométrie.
Pas mesuré mais il avait si mes souvenirs sont bons une sensibilité et une sélectivité plus que passable.
En comparaison avec un Sailor R108, même époque, même clientèle (Plaisance) que j'ai encore, c'est le jour et la nuit (Mais ils n'était pas au même prix). Le Navitech, tout pour le look (Déjà à la mode) et un schéma très basique et pas marin du tout (A part le look) ,le R108 plus austère mais tout à fait performant et marin.

Parfait pour décorer le bateau ou le salon, il a une belle boite, un look rétro, c'est à peu près la seule utilité qu'il peut avoir.
Il n'y a plus de radiophares et faire le point avec France inter, et RTL, pas terrible.
Ce qui est scandaleux c'est le prix auxquels certains le proposent dans certaines petites annonces alors que c'est et que ça a toujours été, le mot est lâché, une daube du point de vue technique. Mais il était joli, la belle affaire...

08 jan. 2012
0

Pour répondre à ton dernier paragraphe, la nostalgie n'a pas de prix!

08 jan. 2012
0

Tout à fait d'accord, la nostalgie n'a pas de prix et j'ai moi-même acheté des objets qui me plaisaient par nostalgie bien au delà de leur valeur d'usage, je comprends donc tout à fait ça. Je voulais simplement donner un point de vue technique aussi objectif que possible sur cet appareil du point de vue de son utilité pratique et réelle à bord (Après tout nous sommes sur un forum de navigateurs et non d'amateurs d'objets anciens).
Je m'en suis aussi moi-même servi en gonio à l'époque et il m'a en effet rendu d'honnêtes services. Après j'ai eu un R108, que j'ai toujours (mais plus à bord) incomparablement meilleur (Et beaucoup plus cher).
Si un heureux possesseur de cet engin voulait bien me le prêter pour quelques jours, je serai curieux de le passer au banc pour pouvoir vraiment fournir des données indiscutables et chiffrées sur sa sensibilité et sélectivité.
Si d'autre part l'un de vous en a un en panne, je me ferai un plaisir de le réparer gracieusement s'il n'est pas trop détruit (Le CV était très fragile et les transistors sont au Ge). Un réalignement par contre se fait sans problème.
Me joindre en MP pour le schéma du super navitech.

0

malgré tout, avec le double accord sur le poste et sur la ferrite, il fonctionnait moins mal que les plastimo ou autre navigairs de l'époque.
Il m'a dépanné pas mal de fois dont un retour de l'Aber Ildut à Cherbourg avec une visi entre 40 et 100 m.

Hubert, de Cherbourg

08 jan. 201208 jan. 2012
0

Il y en a un à vendre dans les annonces à ...120€ pour mettre dans un salon :heu: :tesur:

12 fév. 2012
0

Cher,cher. Je viens d'en trouver un à une brocante à Bruxelles pour 20 € et optiquement du moins en parfait état. Reste à le tester. Le brocanteur croyait que c'était un kit pour enfants. Lol.

08 jan. 2012
0

Merci à tous , je suis preneur du schéma , pour info cette radio restera au salon , je l'ai récupéré pour l'objet en lui même
Et puis écouter RTL avec dans le salon à coté d'un système audiovideo moderne je trouve ça sympa
Salutations

0

est-ce le premier modèle à cadran rond ou le plus récent à cadran rectangulaire et prise pour quartz ?
Hubert, de Cherbourg

08 jan. 2012
0

Alors en effet, par son esthétique, il vous donnera toute satisfaction.

08 jan. 201216 juin 2020
0

j'ai le mode d'emploi du "super navitech QZ 3
8 pages dactylographiées

ça irait ?

08 jan. 2012
0

Je suis preneur avec plaisir
Salutations

08 jan. 2012
0

A cette époque lointaine, le SuperNavitech avec sa ferrite gonio était le summum de l'électronique.
Pour les "jeunes" qui ont toujours connu au moins le GPS, voici, de mémoire, quelques idées sur son utilisation.
Hors France INter, la seule météo était les deux bulletins quotidiens du Conquet ou de Boulogne, je crois. L'accord pour entendre ces émetteurs était une opération aussi longue qu'aléatoire.
Pour trouver à peu près sa position, il fallait connecter la ferrite gonio (j'en ai deux à la maison!) et l'accorder pour relever 2 ou 3 des radiophares de la Manche : Barfleur, Pointe Ste Catherine, La Héve, Ver sur Mer et il m'en manque un.
Ils émettaient tour à tour leur indicatif en morse, puis un son fixe pendant 30 seconde dont il fallait obtenir l'extinction du son et noter le relèvement correspondant sur le compas de la ferrite. Si on en ratait un ou deux, il fallait recommencer le tour! Problème : au coucher du soleil ou temps couvert, voire brume (!!) la réception pouvait être très perturbée, voire impossible. Par temps d'orage, les parasites atmosphériques pouvaient empêcher toute réception ou donner une (im)précision de l'ordre de 15°!
En complément, on pouvait, sur une autre fréquence attraper des radiophares aéronautiques par exemple, comme Aurigny, ce qui pouvait tout de même permettre un homing.
IL était donc préférable de bien maîtriser son estime car ce moyen de positionnement était tout de même assez aléatoire!
Le chapeau résultant du relèvement de 3 radiophares pouvait en effet être un vaste sombrero!
Nous ne connaissons heureusement plus les doutes et les sueurs froides de cette époque. Je me souviens à ce titre d'une arrivée sur Aurigny dans un énorme orage, sans visi et dans les rafales. Heureusement, les dieux de la mer veillaient sur nous!

08 jan. 2012
0

Pour les deux bulletins de Boulogne et Le Conquet, j'ai oublié de mentionner que, par définition, on commençait toujours par tenter de capter celui qui était précisément inaudible du point où on se trouvait (le syndrome de la file de caisse de supermarché!) et que l'on réussissait finalement l'accord sur l'autre, c'était la fin du bulletin et il fallait attendre le suivant, quelque 12 heures plus tard!

08 jan. 2012
0

Que de bons souvenirs Ecumeur nous rappelle. Vous avez oublié les joies du Consol où il fallait compter le nombre de points et de traits avec un total de 60 et un equisignal entre les deux. On faisait alors la moyenne des traits et des points perdus et on les répartissait pour avoir un total de 60. On reportait ensuite sur une carte avec un canevas comme pour le Decca (Je l'ai encore). Il était inutile d'avoir une gonio, un simple récepteur GO suffisait (Le navitech en l’occurrence). Il y avait un émetteur à Ploneis (Brest), à Stavanger en Norvège et à Lugo en Espagne. Ce système avait été développé au départ par les allemands pendant la guerre sous le non de Sonne. Il a fonctionné jusqu'en 1970. Ca ne nous rajeunit pas...

0

Antifer ?

Hubert, de Cherbourg

09 jan. 2012
0

Certainement pas Ouistreham. C'était Ver sur Mer, quelques dizaines de milles plus à l'ouest.

09 jan. 2012
0

Oui Antifer en effet, indicatif AN, il y avait aussi Ouistreham et le bateau feu du Havre.

08 jan. 2012
0

Oui tout à fait ! d'autant plus que lorsque les relèvements étaient voisins de 180°, le point était impossible (parfois sur la cote atlantique). On pouvait juste faire du "homing", route directe sur le relèvement.

0

pour le homing sur une île, on pouvait se tromper de côté car la gonio donnait la direction à 180° près !
mais cette configuration était assez rare.

Hubert, de Cherbourg

09 jan. 201209 jan. 2012
0

C'est pour celà que sur le sailor R108 il y avait une antenne auxiliaire omnidirectionnelle de lever de doute dans la gonio BK171 qui permettait de savoir de quel coté se trouvait l’émetteur. Il fallait tourner la gonio de 90° dans le sens antihoraire pour retrouver le signal maximum puis appuyer sur le bouton Sense. Si l'indication du S-mètre (Aiguille) diminuait, c'était que le radiophare était devant, s'il augmentait c'est qu'il était derrière... Plus simple à faire qu'à expliquer...
Le navitech n'avait pas ça...

09 jan. 2012
0

Il reste les radiophare aéronautiques, non ?

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Encore la pluie...

Après la pluie...

  • 4.5 (50)

Encore la pluie...

mars 2021