Reaction préventif osmose

Mon bateau est un Symphonie de 1979.

Lors du dernier carénage, j'ai constaté plein de cloques sur ma coque.
Pourtant un préventif anti osmose à été appliqué sur la coque en 2007.

En ce moment le bateau est au sec pour inspection du probléme et je n'ai pas encore de retour sur le taux d'humidité de la coque.

Je suis coincé en RP et je n'ai pas de visu sur le bateau, c'est un chantier qui suit le problème.

Le chantier m'informe qu'a première vue, le gelcoat "ne semble" pas touché et que les cloques soient dues à une réaction du préventif suivant deux causes probables.

  • Le produit à été appliqué sur une coque humide.
  • Le produit à été appliqué sur une coque ayant eu un traitement curatif.

Quoi qu'il en soit, il faut envisager un micro sablage pour enlever le produit.

Avez vous deja eu ou vu ce cas de réaction, de plus le montant du micro sablage serait de 1100 €, ce prix vous parait'il correct pour un bateau de 9m60?

Par avance merci.

Stéphane.

L'équipage
08 oct. 2011
0

bonjour
Un préventif sur un bateau ancien c'est très aléatoire : il est probable que la coque contient de l'humidité qui fera cloquer le préventif.
Dans votre cas il est en effet possible que ce soit seulement la couche de préventif qui cloque. Cela voudrait dire surement que le gelcoat est assez poreux pour laisser passer le liqide osmotique sans lui-même cloqer ...
Sinon, dans le meilleur des cas : le traitement a été appliquer sur une coque parfaitement sèche mais le boulot mal fait.
Une seule chose à faire pour l'instant : décaper plusieurs dcm² du système préventif et mesurer le taux d'humidité sur le gelcoat.
Car vous risquez de sabler une première fois pour vous apercevoir ensuite qu'il faut raboter le gelcoat.
soyez vigilant et n'hésitez pas à faire faire la mesure du taux d'humidité par une personne indépendante du chantier si vous avez le moindre doute.
Un traitement osmose curatif coûte mini 300 euros du m²

boncourage
Hubert, de Cherbourg

08 oct. 201108 oct. 2011
0

Hubert a parfaitement synthétisé les tenants et aboutissants du problème.

Je ne ferais donc que souligner qu'un test d'humidité doit être effectué par une personne dont on est certain qu'elle n'a rien à voir avec le chantier.
Mieux vaut attendre que de ne pas voir respecter cette clause.
Le stratifié n'en mourra pas.

0

bonjour
"attendre, le stratifié n'en mourra pas"
sans doute, jusqu'à un certain point, mais plus l'osmose est profonde plus le temps de séchage va être long et peut faire perdre une saison.

Hubert, de Cherbourg

09 oct. 2011
0

et pourquoi ne pas vivre avec ces cloques ?

09 oct. 2011
0

On emprisonne de l'humidité... et alors?

Question naïve : pourquoi éviter à tout prix d'emprisonner de l'humidité dans la coque?

Disons que mon gelcoat est poreux.

-Si je ne fais rien ma coque s'imbibe d'eau. Quand mon bateau passe du temps à terre, il sèche un peu et dès que je le remets à l'eau ma coque est imbibée. Ça crée de l'osmose, ça alourdi le bateau.

  • Si après quelques mois à terre, je lui applique une barrière étanche : j'emprisonne le reste d'eau qu'il y a dans ma coque mais au moins elle ne s'imbibera pas une fois le bateau à l'eau. Donc moins d'osmose et moins de surpoids.

donc en fait la question c'est : est ce qu'il vaut mieux avoir toujours un peu d'humidité ou beaucoup quand il est à l'eau et un peu quand il est à terre?

D'ailleurs à partir de quel taux d'humidité on peut dire qu'une coque est raisonnablement sèche?
Jusqu'à quel taux d'humidité une coque peut absorbée?
C'est quoi les valeurs généralement rencontrées?

Olivier

0

bonjour
l'osmose est une réaction chimique causée par l'eau qui pénètre.
Cela dissoud en particulier ce qui permet à la fibre de verre de se coller à la résine et l'humidité continue à se propager le long des fibres.
On considère que pour traiter il faux un taux inférieur à 5 % (mais ce taux peut différer en fonction des marques d'appareil de mesure, ce qui est paradoxal)
Il est courant sur un terre plein de trouver des coques avec des taux supérieurs à 15 voir 20 % (quand je mesurais le taux pour mon bateau j'allais par curiosité faire des mesures de ci de là ...
Au-dessus de 15 % il faut s'interroger au-delà de 20 % on va au devant de problèmes : délaminage, obligation de creuser parfois assez loin et nécessité de restratifier les zones trop atteintes.
Pour ma part, j'ai fait traiter 3 bateaux en 20 ans, les taux ne dépassaient pas 15 % avec en général 10 à 12 %
J'aurais certainement pu attendre, mais le séchage s'est fait assez vite (cela va quand même moins vite à Cherbourg que par ex au Maroc question de température et d'hydrométrie) et l'humidité était localisée dans le mat.
J'ai pu fair mesurer l'humidité au moment de la revente, dans les deux cas et au bout de 7 ans on était resté en dessous de 5 % .
J'ai vu des bateaux beaucoup plus atteints : le séchage a été difficile et ils ont fini par refaire de l'osmose.
Je dois préciser que après traitement, mes bateaux passent trois mois au sec chaque année.
en espérant avoir répondu à tes questions

Hubert, de Cherbourg

09 oct. 2011
0

Sauf que si tu emprisonnes de l'humidité, le phénomène d'osmose va poursuivre inexorablement son processus. Ne pas oublier que l'osmose suit un processus chimique. La barrière étanche n'arrêtera pas ce processus. Seules solutions :

1) Traitement curatif après séchage complet de la carène.
2) Aucun traitement pour les bateaux qui hivernent à sec pendant quelques mois dans l'année. Le processus sera stoppé en l'absence de pression osmotique.

Dans le cas de BATOA-MAHI, dans les cloques, il y a peut-être, voire certainement, du liquide osmotique. Il suffit de percer quelques cloques pour voir s'il y a effectivement du liquide qui s'écoule et s'il a l'odeur de vinaigre caractéristique de l'osmose. Si le liquide n'a pas l'odeur de vinaigre mais est légèrement gras, voire verdâtre, il est probable qu'il s'agisse d'osmose (J'ai dis probable).

D'autre part, après quelques jours à terre, ce qui semble être le cas, il serait intéressant de connaître l'hygrométrie de la carène. A priori, dans le cas qui nous intéresse, c'est en cours. Ces valeurs en diront certainement plus sur ce qu'il en est.

Tiens nous au courant.

09 oct. 2011
0

Pas facile de faire sécher une coque en bretagne... attention à la méthode que tu choisira pour le faire, si ca en arrive là.

09 oct. 2011
0

Merci Hubert pour les valeurs de taux d'humidité.

Jérome, tu préconises comme beaucoup "Aucun traitement pour les bateaux qui hivernent à sec pendant quelques mois dans l'année". C'est justement dans ces cas là que je me pose la question: pourquoi il est préférable d'avoir 20% d'humidité qui retombe à 15% pendant quelques mois quand on est au sec plutôt que 10% toute l'année (même quand on est au sec)?

Olivier

09 oct. 2011
0

J'imagine que le processus d'osmose est stoppé par la mise au sec du bateau et l'absence de pression osmotique. Le phénomène ne disparaît pas mais il ne s'agravera pas. La carène a commencé à sécher, au moins en périphérie, avec un taux d'humidité qui diminuera de quelques %. Les quelques mois passés à l'eau feront perdre les quelques % gagnés, et ainsi de suite. Le phénomène d'osmose stagnera mais ne s'agravera pas.

10 oct. 2011
0

Bonjour a tous,

Je vous remercie pour vos réponses.
J'ai confiance, le chantier qui fera la mesure d'humidité suit le bateau depuis de nombreuses années et n'a pas la structure pour faire du curatif ni meme le sablage.
Donc peu de chance de voir une démarche orientée.

Je vous tiendrai informé dés que j'aurais des nouvelles.

Stéphane

0

bonjour
si vous deviez faire un traitrement curatif, préférez le rabotage au sablage.
En effet le gelcoat résiste plus que le polyester à un sablage, il faut donc avoir la main légère lorsque l'on atteint le polyester sous peine de faire des cratères qui demanderont un gros travail d'enduit (epoxy).
De plus le rabotage peut être fait par une boîte spécialisée qui se déplace à un coup somme toute raisonnable quant on voit la pénibilité de ce travail.
Ensuite, un bricoleur averti (l'enduit est le plus difficile) et disposant d'un abri peut faire le boulot, mais c'est vraiment du boulot !
cordialement
Hubert, de Cherbourg

14 mai 2012
0

bonjour, je vais acheter un sun fizz 1983, le voilier est a terre, et je voudrais faire un traitement preventif. J'ai trouve plusieurs solvante disponible, comme chez Mautix,preventif PO, a base de resine polyurethane monocomposant desmodur E oule VC Tar chez international?? Ont peu le faire sois meme

15 mai 2012
0

Selon moi, aucun intérêt pour un bateau si ancien.
Soit le gel coat est encore suffisamment protecteur, et c'est inutile,
Soit il ne protège plus et donc l'humidité est déjà dans les polyesters et rogne les fibres et c'est même pire, car ça l'enferme.
Si le bateau est à terre depuis un certain temps, un coup de testeur d'humidité pour être fixé et vogue la galère

15 mai 2012
0

réponse à David,
c'est une très mauvaise idée, un traitement préventif ne peut se faire que sur une coque parfaitement sèche, soit plusieurs années de séchage pour un Sun Fizz s'il n'a pas été préparé pour cela. (et encore, sans garantie)
On peut soir traiter (curatif) soit vivre avec, le processus d'hydrolyse (conséquence négative de l'osmose) est est lent et peut attendre plusieurs années avant traitement.
Vois mon article sur l'osmose sur HEo si tu veux

Alex

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

double arc en ciel au ras de l’eau…magique..!

Après la pluie...

  • 4.5 (148)

double arc en ciel au ras de l’eau…magique..!

mars 2021