Rapport d’enquête Événement de mer survenu au voilier PARADISE le 5 mars 2019 (SUITE)


Rapport du BEA Mer
"Conformément aux dispositions susvisées, l’analyse de cet événement n’a pas été conduite de façon à établir ou attribuer des fautes à caractère pénal ou encore à évaluer des responsabilités individuelles ou collectives à caractère civil. Son seul objectif est d’améliorer la sécurité maritime et la prévention de la pollution par les navires et d’en tirer des enseignements susceptibles de prévenir de futurs sinistres du même type. En conséquence, l’utilisation de ce rapport à d’autres fins que la prévention pourrait conduire à des interprétations erronées. "
A bons entendeurs !

L'équipage
11 fév. 2020
11 fév. 2020
0

Une non information, je n’ai pas participé au fil précédent et ne participerais pas à ce fil

11 fév. 2020
5

tu viens tout de m^me de participer d'une certaine maniére

11 fév. 2020
0

Merci de la non info :-))
Qui encore ?
;-)

11 fév. 2020
0

Pourquoi "A bon entendeur" ?

11 fév. 2020
0

Moi aussi, je n'étais pas sur place mais je crois que Cata Horus non plus.... Mais qu'il a une info communément appelé en anglicisme un 'fakenews'. C'était radio ponton

11 fév. 2020
4

Ce qui serait dommage, alors que le premier fil s'est plutôt bien déroulé, ce serait que celui-ci devienne ce qui avait été évité...

11 fév. 2020
0

Il reste encore des choses à dire sur ce sujet après > 275 interventions?

11 fév. 2020
2

Il faudra surtout nous expliquer l'intérêt d'ouvrir un nouveau sujet : le forum n'est pas capable de supporter un sujet avec quelques centaines de réponses ? A part inciter les gens à en remettre une couche en faisant du copier-coller de messages déjà postés dans l'ancien sujet...

11 fév. 2020
0

Ben!! Dans la mesure où on apprend qu'une personne est descendue dans le bib, puis en ai remonté !! Info non vérifiable bien sûr mais rapporté d'un hisséen connu(est-ce un argument?), alors que les détracteurs du rapport (sûrement mieux qualifié que les gars du BEA), disent que la chose est impossible, moralité pas besoin de matos. Faudrait savoir ??

11 fév. 2020
-5

FAUX, "une personne est descendue dans le bib" ce n'est pas ce qu'il avait écrit. Par ailleurs, quand on navigue depuis 50 ans,on connait du monde et il n'y a pas que de mauvaises informations dans ce qui nous remonte.

Par contre le BEA a été pris à écrire des contre-vérités voire des mensonges. Ses conclusions sont, pour le moins, biaisées.

11 fév. 2020
8

@viking : comme d'habitude, quand on émet ce genre d'hypothèse, si on ne donne pas une source vérifiable publiquement, ça reste du propos de comptoir, et pour ma part c'est un manque flagrant de respect pour les protagonistes de l'histoire, surtout ceux qui ne sont pas revenus.

Voilà, le fil est arrivé là où il ne devait pas.

11 fév. 2020
-6

Hi : "on ne donne pas une source vérifiable publiquement".
Quand un ami te livre une confidence, il n'attend pas que son nom apparaisse sur un site public. ** Ce n'est pour autant que l' information est fausse. **

Cela s'appelle le "off" si cher aux journalistes.

11 fév. 2020
5

Le "off" a bon dos... Quand un journaliste fait du off, c'est pour apporter un peu plus qu'un simple "on dit". Sinon, il dit "la rumeur prétend que". En l'occurence, pour pouvoir te réclamer du "off", il faudrait que ta démarche soit celle d'un journaliste, c'est à dire d'apporter toutes les informations nécessaires pour éclairer le lecteur, quitte à ne pas dévoiler toutes tes sources. Mais te contenter de dire "le BEA ment", c'est plutôt loin d'une démarche journalistique, ça manque pour le moins de faits, et pour tout dire c'est assez sordide.

11 fév. 2020
2

Un migrant sud-georgien dissimulé dans le radeau de sauvetage, comme dans Tintin ou le film "en solitaire". Trop bien!

11 fév. 2020
0

Il a quand même été écrit sur l'autre sujet de discussion (continuons ici puisque l'autre fil à été bêtement fermé sans aucune raison) qu'une personne avait été présente dans le canot de sauvetage et avait tenu la main du skipper sans réussir à le hisser. Comme on ne signale pas la disparition d'une troisième personne, on peut donc en déduire que si elle était dans le canot, c'est qu'elle en a été récupéré. Si c'était le cas, je ne vois pas pourquoi il n'en serait pas fait mention dans le rapport du BEA Mer.

En résumé : que celui qui a évoqué cette "histoire/fable" cite ses sources... Pour rappel, internet c'est comme la mer : c'est grand mais ce n'est pas complètement une zone de non-droit et certains délits comme la diffamation concernant les personnes impliquées qui leur auraient menti au BEA peuvent se lancer dans des poursuites.

11 fév. 2020
2

Tout le monde n'a pas un super débit internet, les fils longs rament alors.
Merci d'avoir fermé le précédent.
😉

11 fév. 2020
-9

Pour moi, dès la première lecture, il était évident qu'il s'agissait d'une maladresse d'écriture *. Le BEA l'aurait effectivement précisé comme il n'a pas indiqué une précision que je garde pour moi.
Ils ne l'ont pas indiqué alors que *
je suis convaincu qu'elle leur a été signifiée
.

11 fév. 2020
1

Le BEA l'aurait effectivement précisé

Il aurait précisé quoi ? C'est franchement pas clair, tout ça.

11 fév. 2020
4

On approche de la théorie du complot... Ce fil devient n'importe quoi.

Vu que certains (dont tu fais partie Viking) n'ont pas réussi à dédouaner ce malheureux capitaine de ses manquements (ça bizarrement on ne te voit pas l'écrire...), on change de cible pour attaquer le BEA en les accusant de tous les maux.

Bientôt, on verra écrire que cet accident tragique est la faute du BEA.

Je n'ai aucun parti pris, mais comme disait mon père, si on sait quelque chose, on le dit, sinon on se taie. Les sous entendus qu'on commence à lire sont à la limite de la diffamation.

11 fév. 2020
2

Pas limite : on est déjà plein dedans :
- critique du travail du BEA Mer par des sous-entendu qu'on évite bien d'étayer.
- Accusation à peine voilée que les survivants auraient menti au BEA ou que le BEA aurait tronqué cette vérité dans son rapport.

On attend toujours (pour toujours ?) que certaines citent leurs sources... Quand à venir dire "oui mais non, par respect pour les personnes je ne dirais pas qui" c'est vraiment du foutage de tronche : on vient sous-entendre que ces gens auraient des choses à cacher sur un drame dans lequel ils ont été impliqué et ensuite on se planque derrière le respect de ces mêmes personnes pour ne pas assumer ses écrits...

11 fév. 2020
-7

Et cela, ce sont des sous entendus qu'on évite bien d'étayer?

Le BEA est dans l'erreur, volontairement ou pas: "Le défaut d’entretien du moteur est un facteur contributif de l’échec des manœuvres de récupération."
Alors qu'ils écrivent aussi : "Dans l’instant, le marin ...., DEMARRE le moteur..."
et plus loin:
"Alors qu’il va l’accoster (le canot de survie ) et que le capitaine y est toujours accroché, le moteur CALE, un bout s’est probablement pris dans l’hélice."

Quand à ma source des propos que je n'ai pas cités, cela reste du "Off", comme on dit.

11 fév. 202011 fév. 2020
5

Relis dans le bon ordre.

D'abord :
- "Alors qu’il va l’accoster et que le capitaine y est toujours accroché, le moteur cale, un bout s’est probablement pris dans l’hélice."

  • "Le marin essaie sans succès de redémarrer le moteur"

  • "Il a été impossible de redémarrer le moteur après qu’il ait calé"

Un bout dans l'hélice empêche l'inverseur de tourner mais n'a jamais empêché de démarrer un moteur.
Ou alors, il a essayé de démarrer le moteur avec l'inverseur engagé.
Mais on n'en sait rien.

D'une manière plus générale :

"En outre il n’y a pas de batterie spécifiquement dédiée au moteur." ce sont donc les batteries de servitude qui servent à démarrer le moteur.

"Seules deux batteries de servitude sur quatre ont été changées, elles s’épuisent rapidement en débitant dans les anciennes"

"Il arrive que le moteur de propulsion connaisse des problèmes de démarrage.
Il ne délivre pas sa puissance nominale car les filtres à gasoil ont manqué d’entretien pendant l’hivernage. Le préfiltre notamment aurait dû être changé."

"le marin se souvient d’une odeur de brûlé peu après avoir lancé le moteur de propulsion" sous-entendu quand le moteur à démarré la première fois et donc avant qu'il ne cale.

OK, comme il y avait un bout engagé autour de l'hélice, il est probable que démarrer le moteur n'aurait servi à rien puisqu'il aurait peut-être calé à nouveau.
Mais ça on n'en sait rien puisqu'il n'a pas démarré à cause du démarreur qui a cramé.
Il n'a pas cramé à cause du bout pris dans l'hélice sauf s'il a actionné le démarreur avec l'inverseur engagé.

11 fév. 2020
-2

C est, selon le rapport, P16, l'humidité infiltrée depuis la clef du boitier de démarrage moteur, situé dans le cockpit de la barre qui a perturbé le fonctionnement du démarreur. On aurait pu s'attendre, en bonne logique, à une préconisation (dans les fameuses recommandations) de dispositif d'étancheité de ce boitier de démarrage moteur extérieur. Mais ce n'est vraiment pas le problème du BEA, qui dans ses recommandations finales (le but déclaré en intro du rapport) ne fait aucune proposition concrète, semblables à celle de Poupon. On pourrait évoquer, en reprenant point par point les différentes avaries : le doublage des hublots, des toiles anti-roulis réglables, des points de fixation pour les harnais à l'intérieur de la casquette. Mais non. Les rapporteurs ne le font pas parce qu'ils ne savent pas le faire, experts de la marine marchande, habitués aux cargos et pas aux voiliers de plaisance.

Il n'est pas probable que démarrer le moteur n'aurait servi à rien. C'est certain. Une hélice qui fait caler un moteur ne peut plus tourner. Ca, c'est sur.

11 fév. 2020
1

Perturber le fonctionnement ne signifie pas empêcher le fonctionnement.

12 fév. 202012 fév. 2020
1

Il y a confusion ou manque d'info concernant le BEA .. Le BEA est un bureau ce n'est pas une personne ou plusieurs personnes ,c'est un établissement . Il y a les experts qui font l'enquete mais ils se renseignent ,ils s'adressent à des specialistes qui donnent un avis sur tel ou tel point tel que des mecanos ,ou les bureaux de certifications ou m^me ils s'adressent aux chantiers etc ... ce n'est pas des monsieurs "je sais tout" . Et au sain du BEA il y a meint spécialistes de tout horizon pas uniquement des gens issu de la marchande

Puis fort de toute l'enquete ils rédigent un rapport collegialement

11 fév. 2020
1

De plus "le moteur cale, un bout s’est probablement pris dans l’hélice."

Probablement ça veut dire peut-être, que ce n'est pas sûr.
Mais on n'en sait rien non plus.

11 fév. 2020
0

Viking tu sais lire, il est dit que le capitaine était le seul à démarrer le moteur. Que lors du démarrage la fourchette est restée coincée (le matelot parle d'odeur de brûlé). A partir de ce moment là il y a impossibilité de redémarrer (démarreur cramé), pour quelques raisons que ce soit. Il serait intéressant, comme en médecine, de savoir si les intervenants ont des '' intérêts '' dans l'histoire. Moi personnellement je n'ai aucun rapport avec ce bateau, son équipage et les passagers de ce bord (ni d'autres d'ailleurs). Et vous ?

11 fév. 2020
1

Cette fixation sur le moteur... est ce le point problématique Viking?

C'est quoi réellement le fond de ta pensée Viking? Que le capitaine n'a rien à se reprocher et que c'est de la pure malchance?

Vraiment je ne sais pas quoi penser de tes interventions qui d'habitude (même si on est d'accord ou non) sont en général construites.

11 fév. 2020
-8

Effectivement, je sais lire mais certains d'entre vous ne veulent pas comprendre et n'ont pas lu suffisamment ce rapport.

Il m'a fallu lire trois fois ce rapport pour bien le comprendre.

Ma "fixation sur le moteur" est la preuve que le BEA dit tout et son contraire. Relisez ce que j'ai écrit deux posts plus haut.

Quand "au fond de ma pensée", je l'ai écrit précédemment sur l'autre fil. Et je n'ai jamais écrit que Arnaud n'a rien à se reprocher

11 fév. 2020
6

Le lire une fois suffit pourtant pour comprendre.
Tout y est très clair dès la 1ère lecture.

11 fév. 2020
2

Il n'y a rien à comprendre Viking... Le voilier n'était pas en état comme il le devrait, aucune consigne de sécurité + une vague par malchance = 2 morts.

Le BEA rapporte les faits, on peut ne pas être d'accord sur l'interprétation faite mais personne ne peut contredire les faits.

11 fév. 2020
1

Ça Yves bien d'accord avec toi et déjà pour un solitaire l'état du bateau fait peur (aux dires du BEA), mais pour naviguer en équipage et faire du business, y a comme un gros problème, partager par l'équipage ??

11 fév. 2020
2

A quoi bon continuer la discussion ? Viking reste volontairement le plus évasif possible sur "ce qu'il sait" et comment il le sait, et n'a absolument pas l'intention d'en dire plus (on se demande bien pourquoi...Et puis non, on ne se le demande pas...). C'est donc à classer dans la case "ragots malveillants", et on passe à autre chose.

11 fév. 2020
1

Deux personnes très expérimentées (le capitaine et l'invitée) ont payé de leur vie (leur imprudence ?)
Le canot quand il a été retrouvé était vide et d'après le rapport deux personnes sont passées à l'eau.
De toutes façons il y a ou aura enquête et s'il y a dissimulation ou faux témoignage, le juge tranchera.

11 fév. 2020
1

Il n'y aura pas d'enquête judiciaire, parce qu'il faudrait que quelqu'un porte plainte. Ce ne sera pas le skipper, ni la seconde, ni la famille de l'invitée (l'une des fondatrices de la société GNGL). Reste la victime du syndrome de Stockholm, pour emprise mentale?

Ce rapport du BEA est un rapport de sécurité, pas judiciaire, ce que semblent oublier de nombreux contributeurs. J'essaie d'en montrer les nombreuses défaillances, en tant que rapport de sécurité qui n'aboutit sur aucune préconisation concrète.

11 fév. 2020
0

Il n'y aura pas d'enquête judiciaire, parce qu'il faudrait que quelqu'un porte plainte.

Ca pourrait être le BEA, pour diffamation. Ce serait assez fondé...

11 fév. 2020
-2

Diffamation, rien que ça, pourquoi pas blasphème, pendant qu'on y est? Vite consulter le dictionnaire pour éviter de confondre diffamation et critique argumentée et constructive.

11 fév. 2020
0

@holothurie : relis la définition juridique du terme "diffamation"... tu verras que ça colle assez bien.

11 fév. 2020
0

Un lien qui fonctionne :
www.bea-mer.developpement-durable.gouv.fr[...]019.pdf
Notre ami Cata Horus en a dit trop ou pas assez ?
;-)

11 fév. 202011 fév. 2020
1

Probablement ...

holoturie tu fais une affirmation par rapport à une non-plainte.
Le rapport dit qu il y avait eu une plainte auprès du TGI donc déjà dans ce cas il y a eu une assignation c'est obligatoire et la plainte porte sur une personne morale à priori. Cette plainte concernant déjà des pb liés à la sécurité. Elle peut ne pas être instruite avant ou après l'accident (en cas d'avis de classement le procureur motive sa décision mais le plaignant peut faire appel avec constitution de partie civile ...) et aussi le parquet peut s'autosaisir vu les événements. Exemple de délit :
Il y a délit, lorsque la loi le prévoit, en cas de faute d’imprudence, de négligence ou de manquement à une obligation de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement, s’il est établi que l’auteur des faits n’a pas accompli les diligences normales compte tenu, le cas échéant, de la nature de ses missions ou de ses fonctions, de ses compétences ainsi que du pouvoir et des moyens dont il disposait. (On peut écrire au pluriel aussi)

Entre affaire civile et pénale... on ne sait même pas si la première a débuté un jour ou pas ou si l action publique s'est éteinte du fait du dc
On pourrait discuter longtemps sur qui pourrait porter une plainte après l accident , pas forcément des rescapés d'ailleurs ...
Sur internet on ne trouve rien sur la suite donné au rapport 2020 du BEA

12 fév. 2020
8

Que dire de plus. Je suis fort choqué de tous ces jugements à l’emporte pièce.
Arnaud a fait une, voire plusieurs erreurs.
Mais je rejoins entièrement les commentaires de Viking, pleins de sens comme d’habitude.

Et je vous invite a vous poser les bonnes questions.

Le voilier a été plaqué par une vague avec la tête de mât sous plusieurs mètres d’eau, donc coque en partie en l’air (110 degrés dit le rapport).

Les deux personnes à l’extérieur ne pouvaient que tomber a la mer. Et que le bateau soit Solas, NUC ou autre n’aurait rien changé. Est-ce qu’attachées, cela aurait changé quelque chose, personne ne peut l’affirmer avec certitude.

Et, au final, Arnaud, conscient et non blessé n’a pas réussi a remonter dans la survie.

Et j’affirme que c'était quasiment mission impossible dans cette mer, habillé comme il l’était et bateau non stoppé.

Et je tire mon chapeau aux personnes qui étaient a bord, à part le bouton MOB, elles ont fait preuve d’une réactivité exceptionnelle et ne peuvent rien se reprocher.

Et je remercie chacun de faire preuve d’un peu de retenue et de ne pas systématiquement se poser en juges. Je rappelle que le point de départ de ce fil était de tirer des enseignements de ce tragique accident.

Hervé

12 fév. 202012 fév. 2020
3

Bonjour
Merci Hervé.
Mais
-tu as parlé de quelqu'un dans le radeau, ça reste mystérieux !
-ce n'est pas mettre en cause personnellement Arnaud Dalhenne que poser la question de ce statut qui permet à des voiliers de faire des navigations pro aussitôt engagées avec le statut plaisance.
Alain

12 fév. 202012 fév. 2020
3

Catamaran Horus fait juste du rétropédalage après avoir lancé des affirmations sérieuses et graves et s'être rappelé qu'Internet n'est pas une zone de non droit.

Quand à sa façon de considérer certains éléments comme non problématiques car "pas directement lié à l'accident", elle démontre surtout une méconnaissance de ce qu'est un rapport d'enquête qui va lister tous les problèmes découverts concernant un bateau qu'il ai de près ou de très loin un lien avec l'accident.
L'absence de chauffage entrainant des conditions de vie particulièrement pénibles et usantes a clairement pu avoir un impact sur l'état de forme des personnes concernées le jour du drame. Ce point a donc clairement sa place dans le rapport.
L'absence de briefing de sécurité relève de l'amateurisme.

Quand au fait que le bateau opérait illégalement et sans aucun contrôle du charter, c'est là aussi un point très important et le minorer relève de la malhonnête intellectuelle.

12 fév. 2020
0

Je te rejoins sur ce point. Aucun doute ou aucune excuse, ce bateau aurait dû être en NUC, embarquant des passagers à la personne.

Hervé

12 fév. 2020
0

J’arrive pas à éditer pour ajouter :
avec en prime un équipage de professionnels.

12 fév. 2020
0

@iclo420

L'absence de chauffage entrainant des conditions de vie particulièrement pénibles et usantes a clairement pu avoir un impact sur l'état de forme des personnes concernées le jour du drame. Ce point a donc clairement sa place dans le rapport.

Absolument pas d'accord. Un intérieur chauffé fait qu'il y a choc thermique quand tu sors et tu n'es pas prêt pour la manœuvre avant acclimatation.

Chez moi non plus, pas de chauffage en nav. Tu vis dans 3-5 degrés en permanence, et dehors ou dedans tu te sens à l'aise. Moi je continue même à prendre mes douches au seau d'eau sur le pont. Mais je n'oblige personne à faire comme moi! L'absence de chauffage contribue à une bonne intégration dans le milieu et augmente la sécurité.

12 fév. 2020
0

Tu as raison : je me demande pourquoi on chauffe encore nos maisons... Allez bonne journée.

12 fév. 202012 fév. 2020
12 fév. 202012 fév. 2020
0

....

12 fév. 2020
1

D’accord avec toi. Il m’est arrivé d’avoir le pont blanc de neige et surtout pas de chauffage.
Nos enquêteurs sont des marins, certes, mais combien sont des voileux ?

Hervé

12 fév. 2020
4

voilà ! Catamaran Horus a tout dit, respect aux équipages qui naviguent dans ces mers, quelque soit leurs choix, ces équipages qui ont plus de connaissances de la mer et de ses dangers que l'immense majorité d'entre nous, et salut éternel à celles et ceux qui n'en sont pas revenus.

bon on ferme le troquet ou on remet une tournée sur le sens de pose du joint de culasse ?

12 fév. 2020
0

Autre point que personne n’a relevé (pourtant dans le rapport BEA).

Que tous ceux qui ont eu a rouler un génois et affaler une grand voile par 40 noeuds de vent et une grosse mer lèvent la main. Et, en prime, sur un bateau de cette taille.
Il faut bagarrer dur et ça ne se fait pas en une minute.
Une des causes est que le bateau continuait à avancer, rapport BEA. Récupérer un naufragé dans ces conditions est mission impossible, moteur ou pas.
Les belles théories du 8, c’est dans les bouquins ou dans des conditions maniables.

Hervé

12 fév. 2020
-2

Sans avoir briefer la manoeuvre d'homme à la mer et donc l'affalage des voiles en telles circonstances, c'est en effet encore plus compliqué.
Es-tu conscient que ton argumentation ne tient pas la route et finit par incriminer encore plus les personnes responsables de ce bateau au moment du drame.

12 fév. 2020
1

Ce sont des navigations engagées, il y a des risques. L'équipier ne doit pas être la par hasard.
Moi, je privilégie l'expérience au matériel, ils n'en manquaient pas d'expérience on le voit bien.
Ca se termine mal, vous voulez un coupable, vous allez chercher du côté du matériel...
Quand papy tombe à l'eau, je n'ai vu personne ici lui reprocher de ne pas savoir faire un noeudmarin ou de ne pas entretenir son bateau.

12 fév. 2020
3

Ce n'est pas ça le problème. Comme relevé par beaucoup, il est possible que même avec un maximum de matériel en état optimal l'accident peut arriver et faire des victimes. C'est du sens commun.

Mais là, le problème est que le BEA - qui ne fait que son boulot en relevant les faits qui ont pu concourir ou contribuer au drame et qui auraient peut-être aussi contribuer à l'éviter s'ils avaient été résolus - est gravement mis en cause (il est quand même accusé de mensonges), ce qui nuit à sa crédibilité, et au delà à la crédibilité de l'ensemble des moyens mis en œuvre pour améliorer la sécurité. C'est pas rien, c'est pas une petite pique. Et ceci, en s'appuyant sur des faits totalement invérifiables, sans la moindre source fiable. Rien que du ragot, du bruit de couloir. C'est ça qui est grave. Dans quel but, si ce n'est se faire mousser, style "je connais l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'os" ?

12 fév. 2020
2

Hi; je propose que tu rencontres viking pour et va régler ton problème. Évite le combat à main nu, l'est costaud le viking. Le BEA s'en remettra, toi c'est pas sur.
Tu connais la charte du forum, soit gentil applique la...et ne t'acharne pas comme un troll...

12 fév. 2020
2

En voilà, du constructif ! 😆

12 fév. 2020
3

Quelles sont les bonnes questions à se poser Cata?

Pour le reste, le premier sujet était globalement sain jusqu'à ce que le BEA soit attaqué de "mensonges et d'arrangements avec la vérité" sans aucun fait ou preuve apporté.

Personne ne mets en doute le fait que le moteur entretenu aurait changé les choses ou que l'entretien général du bateau aurait permis de changer l'issu. Cela ne veut pas dire pour autant qu'il faille chercher à dédouaner le skipper de ses graves manquements qu'a souligné le BEA.

Pour le reste, dire que le BEA ment sans apporter aucun fait, mais simplment dire "je sais mais je dis rien", c'est de la diffamation pure et simple.

Tout le monde a été d'accord sur le reste, l'équipage a réagi remarquablement bien au vu des circonstances et des éléments qu'ils subissaient (ne pas oublier qu'un des équipiers n'avait aucune expérience en navigation).

12 fév. 2020
0

Bonjour,
Rapport lu et la moitié du fil précédent ainsi que celui ci.

Donc on a une personne, un professionnel, qui part dans les Rugissants,
- sans s'attacher dehors par 50 noeuds.
- sans dire aux autres de s'attacher.
- sans révision moteur.
- sans BATTERIE moteur.
- avec un électricité de fête foraine.
- et qui laisse ses équipiers éplucher des pommes de terres dehors sous la capote.

C'est trop énorme pour être croyable. On ne peux pas faire plus irrespectueux envers la mer. Et envers le monde du nautisme.

Décidemment, plus j'en apprend sur le milieu et plus il s'avère que les "pros" sont des charlots. Les skippers comme ceux qui bossent dans les chantiers. A 30 minutes de décalage de quart près et le destin voulait que ce soit lui qui revienne et 2 autres personnes disparues. C'est révoltant.

12 fév. 2020
0

Goj, je ne peux laisser dire cela. Il y a des bons et des mauvais et il y a des gens qui font leurs travails point. Dis moi ton métier ? Mettre en cause le BEA au motif que '' Arnaud'' ceci ou cela, n'est pas un argument de valeur, c'est juste, a mon sens, de l'affectif.
N'importe qui, sans même avoir une grande expérience du bateau sais lire un rapport d'enquête (qui porte bien son nom).

12 fév. 202012 fév. 2020
7

faut arréter de fantasmer, 35 à 50 nds de vent et des vagues de 5/6 m par le travers, c'est pas la tempête du siècle; et un voilier de 20m passe les doigts dans le nez dans ce type de conditions; on trouve ça facilement en méditerranée, golfe de gascogne et manche, nos terrains de jeu favori;
qu'il se soit pris sur la tronche une "grosse" vague est aussi un cas très classique surtout par mer croisé;
compte tenu de l'expérience du skipper, il ne pouvait qu'être préparé à ce type d’événement et donc ne pas en être surpris; la vague ne devait pas être si "grosse" que ça puisque le voilier ne subit aucun dommage et, sans les personnes à la mer, aurait poursuivi sa navigation sans encombres;
il y a donc manifestement un problème d’impréparation, que ce soit du capitaine, de l'équipage ou du bateau; excès de confiance du capitaine ? je penche plutôt pour cela;
le drame vient du fait que 2 personnes sont tombées à l'eau car, là, l'histoire n'est plus du tout la même ... on connait la suite ...

12 fév. 202012 fév. 2020
0

Off On on est dans une discussion on-line! c'est pas l'analyse du radeau de la méduse Il faudrait fermer les écoutilles Avoir un recadrage ou un Droit de réponse du BEA qui est accusé d entraves à la manifestation de la vérité Le sujet à clairement dérapé ça a été dit plusieurs fois

12 fév. 2020
5

Laurent le Hareng résume très bien ce qu'il faut retenir pratiquement de ce fait divers avec hélas deux morts passés par dessus bord alors qu'il n'y avait a priori aucune raison qu'il en soit ainsi, si des précautions élémentaires avaient été prises ou imposées, comme le BEA le souligne bien.
Sur le plan juridique en recherche de responsabilités la disparition du Skipper n'éteint pas forcement une démarche à la demande par exemple d'une famille. Ce qui rendrait inconfortable la situation du second s'il avait été déclaré comme tel ou s'il pouvait être constaté qu'il l'était bien de fait. Naturellement la Société en temps que personne morale pourrait aussi en subir les conséquences.

12 fév. 2020
0

Pour info, le second qui est une seconde était en cours de validation, quand au matelot, qui passe second après le drame, ses capacités ne sont pas misent en cause, c'est juste qu'il était pas déclaré(ce qui en soit n'est pas dramatique).

12 fév. 2020
1

Sur un plan juridique pur, la responsabilité et ses conséquences financières ont fortement évolué depuis 50ans, souvent validée par la Cour de Cassation.
Exemples: La maitresse d'un employeur, sans lien écrit avec celui-ci, se comportait de fait dans l'entreprise comme second de son amant. Au final elle a été reconnue comme en partie responsable de l'entreprise et de ses déboires et condamnée à rembourser des sommes très importantes alors qu'elle croyait ne rien devoir à cette entreprise !
Problème du donneur d'ordre: EDF sous traite à une entreprise sous-marine indépendante, l'examen d'un barrage. Un accident de plongée se produit, mal géré par l'entreprise. EDF est au final rendu responsable financièrement.
Un médecin à 10mn du lieu d'un accident est contacté au téléphone par les pompiers pour des décisions à prendre sur un accidenté en péril de mort imminente. Le cas est très bien décrit par les pompiers et à juste titre le médecin décide du transfert immédiat au CHU prévenu , seule chance de l'opérer en urgence. Le blessé décède. Le médecin est condamné, car il ne s'est pas rendu sur l'accident pour examiner le blessé alors que le temps nécessaire aurait enlevé toute chance de survie au blessé.
Etc... De nos jours un responsable a intérêt à l'être vraiment. Il n'a plus droit à l'erreur

12 fév. 2020
2

Le BEA fait des rapports suite a des accidents en mer pour en tirer les conclusions et donner des recommandations pour eviter d'autres drames ,ce sont leur missions , ce n'est pas un tribunal ,ce n'est jamais méchant. Mais les pires ,les carnassiers ce sont les enquetes diligenté par les assurances qui interviennent pour verser des sommes dû par exemple en responsabilité civile lors d'un decés ...là ils enfoncent la tete sous l'eau au coupable ou soit disant coupable ...là c'est dur dur ..

12 fév. 2020
0

Dans le cas d'une personne en formation, a priori, le formé n'est pas en situation d'autorité donc pas en première ligne de responsabilité, sauf situation de droit général (cf non dénonciation de crime ou comportement totalement non lié à la formation). Naturellement le formateur DOIT
être déclaré formateur, avoir inscrit le formé, être couvert, lui-même ou au sein d'une société, en responsabilité civile par une assurance correspondante.

12 fév. 2020
0

Ce pose la question de la validation d'un brevet, il n'y a pas a priori de formateur, juste un temps de navigation. Par exemple, je me suis auto-validé.
Mais sinon bien d'accord avec Gorlann.

12 fév. 2020
1

Est ce que la Route du Rhum qu'elle venait de courir comptait pour un temps de navigation?

12 fév. 2020
1

Probablement non, il doit s'agir d'embarquement marmar.

12 fév. 2020
0

Je me garderai bien de tout commentaire sur cette affaire, notamment parce que je n'en ai pas la compétence. Par contre je me permets une observation. Pour qu'une enquête juridique soit engagée le dépôt de plainte n'est pas nécessaire. Il suffit d'un simple écrit au Procureur de la République ou encore que celui-ci s'auto-saississe au vu de "faits" nouveaux, par exemple ce rapport du BEA...

12 fév. 2020
0

Le «Tribunal Maritime»» est peut-être concerné...
Récemment, condamnation de capitaine et du chef de quart qui a mis le cargo mer-rivière sur la plage de Bonifaccio...
🤔

12 fév. 2020
-2

Pour la route du Rhum je pense que même les multi n'y sont pas à titre professionnel, comme le copain de Celui qu'ils appellent Arnaud, le skipper du Paradise(donc question flou sur le rôle des AffMar, pas besoin d'aller à Ushuaia) !! On peut donc mettre en cause l'administration? Question plainte, n'importe qui peut le faire. Le président Chirac est ''tombé'' comme cela!!

12 fév. 2020
0

Pour finir, et le rapport du BEA a valeur d'expertise ??, même si ils se targuent du contraire.

09 mar. 2020
0

Dans les croisières que j'encadre, et sur tout les bateaux de l'association.
C'est pas compliqué, dès que l'on prend un ris ou sous spi, ou de nuit
on a son harnais .
pour ma part, on s'accroche systématiquement , même dans le cockpit , sous spi ou de nuit.
et de jour, à la ligne de vie avant de sortir du cockpit.
Car même de jour, par beau temps et forte brise >20 kts , de partir au tas sous spi, on est super content de savoir que tous sont attachés.
Sinon le rapport de Mer est accablant

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Ecosse, convoyage en 2007

Souvenir d'été

  • 4.5 (43)

Ecosse, convoyage en 2007

novembre 2021