rail d'écoute de gv.... besoin d'explications

Bonjour,

Je me pose des questions sur l'utilisation pratique du rail d'écoute de GV.
Concernant le hale-bas, je comprends qu'il permet de modifier l'angle de la bôme et ainsi le creusement de la GV.
Quand au rail d'écoute de genoa, idem...en dépit du fait que j'utilise principalement un réglage convenant à 95% des situations, je conçois son utilité pour modifier la tension de la chute ou de la bordure.

En revanche, le rail d'écoute de GV, je ne comprends pas trop l'utilité...
Les efforts exercés sur la bôme sont controlés principalement dans l'axe vertical par le hale-bas, et principalement dans l'axe horizontal par l'écoute.
A quoi ça sert de modifier, par le déplacement de la poulie sur le rail d'écoute de GV, l'angle avec lequel on va tirer sur la bome??? Le but de l'écoute étant juste de ramener la bome dans l'axe du bateau (ou de l'en éloigner) et la bome étant d'une longueur fixe...ok, si on éloigne de l'axe du bateau, grâce au rail, le point fixe auquel l'écoute est reliée au pont, ça va faciliter la traction sur la bôme, mais les poulies sont déjà là pour ça, et autant, dans ce cas, reculer le point d'ancrage sur la bôme vers son extrémité postérieure, si le but est de faciliter l'effort qui est exercé dessus...et se passer du rail d'écoute.
Sur des grands bateaux de course avec des voiles immenses, je conçois que ça puisse avoir une utilité de modifier cette angle afin de faciliter les efforts exercés sur la bôme...mais sur mon 34 pieds rikiki....???

L'équipage
07 fév. 2018
07 fév. 2018
0

Comme tu le dis, le hale-bas sert à contrôler les efforts dans le plan vertical (tension de chute, vrillage), mais en pratique les efforts que ça entraîne sur le hale-bas, la bôme et le vit de mulet sont trop élevés dès qu'on dépasse une certaine taille de bateau (> 5 m).
En pratique, le hale bas sert surtout à empêcher la bôme de monter au portant, et au près on contrôle le tension de la chute de GV avec l'écoute de GV, et le chariot sert à régler l'angle de la bôme dans le plan horizontal.

07 fév. 2018
1

ah ok...compris...merci.
Ta réponse sous-entend que le réglage du hale-bas n'est pas suffisant pour régler la tension de la chute. (effectivement, vu les points d'ancrage respectifs du hale-bas et de l'écoute sur la bôme, je comprends qu'il soit plus facile de régler la tension de la chute avec un point de traction, l'écoute, le plus reculé possible sur la bôme).
Donc si on veut régler la tension de la chute de GV tout en conservant le même angle de bôme, on bouge la poulie sur le rail pour que l'angle de l'écoute soit plus ou moins vertical modifiant ainsi la tension de la chute.
Mais pourquoi, alors "au près" seulement? si le but est de modifier la tension de la chute, c'est autant utile au portant qu'au près, non?

07 fév. 2018
0

On navigue avec des chutes plus tendues au près, notamment pour faire du cap. Au portant, il n'y a pas besoin de beaucoup de tension, le hale-bas suffit. L'autre raison est que la longueur des rails d'écoute de GV est souvent limitée sur les croiseurs.

07 fév. 2018
0

ok merci...tu devrais venir donner des cours dans mon assoc de voile...:D

07 fév. 201807 fév. 2018
0

Plus clair sans doute..
.
Imagines-toi au près, vent tribord à disons 50°.
Si force du vent faible, tu débordes le palan d'écoute de GV au vent, ce qui te permet de garder du creux à ta GV.
Au plus le vent force, tu déplaces le palan progressivement sous le vent ce qui te permettra de donner plus de "plat" à ta GV en bordant l'écoute en faisant appel à ton jugement...

Quant à la longueur des dits rails d'écoute.. le commercial est devenu seul juge en fonction de la clientèle (confort cockpit).
Il est cependant utile de rappeler que cette "mode" de l'existence de rails d'écoute de GV sur des unités pure croisière remonte aux premiers exploits de Tabarly... Bref, pour que la clientèle se sente dans le coup, il n'y avait qu'un pas !

07 fév. 2018
0

oups....je l'avais pas vu celui-là....pourtant je promets que j'ai cherché sur le forum... :oups:

07 fév. 2018
0

un système alternatif au rail de Gv qui dans certaines configurations de cockpit est très gênant (au milieu de la baignoire, en travers, sur les bancs...)
avoir 2 palans et plusieurs points d'ancrages : un sur chaque bord et éventuellement aussi un au centre
en jouant sur la tension des 2 palans sur arrives à avoir les réglages intermédiaires et le vrillage désiré

07 fév. 201807 fév. 2018
0

Il y a aussi une chose essentielle et... basique à rappeler.
La GV EST le gouvernail de ton unité !

Si ton voilier devient ardent, tu vas légèrement et progressivement la déborder.. et inversement s'il devient un peu mou.
Mais attention pas seulement..

Si tu veux border ta GV: donne D'ABBORD légèrement un peu de mou sur l'écoute de ta voile d'avant et puis tu gères ton écoute de GV, et là tu vois l'équilibre que cela donne suivant tes goûts du choix de barrer. Et inversement..

Bref, tout dépend du voilier. Sur les plus anciens, la surface des voiles d'avant prédominait et aujourd'hui c'est le contraire.

07 fév. 2018
0

ouep, j'ai songé à installer ça, mais quand tu navigues seul, en cas de changement de bord, faut gérer les palans en plus du winch du génois. pas impossible mais galère, alors qu'avec le rail la bome bouge toute seule.

07 fév. 201807 fév. 2018
0

Pourquoi pas, et qui fonctionnait bien et à moindre coût... méthode CAROFF reprise également sur les Bi-Loup du chantier WRIGHTON et d'autres..

Oups.. je répondais à Babouch.

07 fév. 2018
0

Un autre lien, un peu ancien mais toujours d'actualité:
www.hisse-et-oh.com[...]ale-bas
La référence à la bible de Maître Cherret me semble également une très bonne idée.

07 fév. 2018
0

La bôme peut évoluer dans le plan horizontale et dans le plan vertical. On peut assurer sur un bord le contrôle conjugué des deux directions par une écoute en bout de bôme mais on ne contrôle alors pas le changement de bord intempestif, avec un risque majeur de balayage du pont jusqu'aux haubans .

On utilise donc pour la sécurité maximum le montage traditionnel à deux palans. Mais alors Il va falloir manier simultanément deux écoutes aux changement de bord, peu pratique en course.
Le hale bas permet de contrôler isolément l'ascension de la bôme et apporte donc d'abord une solution sécuritaire dans cette direction, son utilisation en réglage de creux étant secondaire.
Pour la direction horizontale, les changements de bord rapides la solution des deux palans étant peu pratique on a développé pour la course l'utilisation du rail d'écoute de grand voile qui facilite la reprise de la tension horizontale et le recentrage maximum de la bôme grâce au chariot mobile. A noter que la sécurité face au balayage de la bôme n'est plus assuré complètement et qu'un frein de bôme est alors très souhaitable.
Sur les bateaux plan Caroff on dispose toujours des supports et cadènes permettant d'installer son montage préféré.

07 fév. 2018
1

Le rail d ecoute de gv sert aussi a deplacer le point de tire dans le sens tribord/babaord, ce qui a pour effet de changer l equilibre de force entre voile d avant et gv. Au près, quand le vent est fort et que le bateau devient ardent, tu deplace le rail sous le vent pour changer l angle de la gv Et tu borde a plat.
Si pas de rail, il faut donner du mou a l ecoute de gv et reprendre du hale bas qui de fait doit encaisser plus d effort.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie, le soir en Bretagne Nord.

Après la pluie...

  • 4.5 (174)

Après la pluie, le soir en Bretagne Nord.

mars 2021