Quille rouillée

Ce W-E,j'ai nettoyé le dessous et je me suis rendu compte en brossant la quille que j'avais des plaques de rouille.
En fait ,il s'agit d'une sorte de cloque qui dégage une couleur rouille quand je l'a crève et la brosse,et qui laisse un creux de 2 à 3 millimètres!!J'en ai une dizaine de 2 cm à 5cm de diamètre.
Je dois caréner bientôt,la première fois je l'ai fait faire ,cette fois disposant de temps (et de moins d'argent)je vais m'y mettre mais je n'y connais rien !
Alors voilà ,je lis plein de termes techniques
acide machin,primaire truc etc.
Je pense poncer/meuler jusqu'à la ferraille nue,mais après ? Pour boucher les trous et ensuite ...et ensuite ???
Pouvez faire simple pour un bricoleur débutant,mais qui n'avigue souvent!... et toc!
Merci

L'équipage
20 avr. 2006
20 avr. 2006
0

le plus simple ...
... tu vas chez un ship, tu demande du primaire epoxy, de l'enduit epoxy et de la peinture spéciale, tu meules à vif, tu passes du primaire, tu bouches à l'enduit ( en plusieurs fois et ponçage à chaque fois) puis tu ponces toute ta quille tu passes du primaire partout en plusieurs couches et tu peints puis antifouling biensûr ! Courage !

20 avr. 2006
0

Quille en fonte?
La fonte est poreuse. Attention à bien la faire sécher avant d'appliquer un produit epoxy, sinon humidité coincée = pas beau à voir!

20 avr. 2006
0

L'avis d'un vieux radin ;-))

Je ne sais pas ce qu'en dirait un fondeur, mais jusqu'à présent
à ma connaissance, la fonte n'est pas (ou ne devrait pas être)
un matériau poreux à coeur.

Sauf si on a, délibérément, pour des raisons de rentabilité introduit
du phosphore qui en accélère la coulabilité, ou pire du soufre
qui diminue le temps de chauffe (time is money)
Et dans les 2 cas, on "peut avoir" un produit fragile et poreux,
car d'autres considérations entrent aussi en ligne de compte.

D'où la question, après les coques molles osmosées à la sortie
d'usine, certains fabricants n'optimiseraient-ils pas leurs profits
en prenant pour le lest du bas de gamme de chez Badgam? :-(

A l'inverse, un chantier naval sérieux se devrait d'utiliser de
la fonte au chrome qui résiste bien à la corrosion en milieu marin,
et également aux chocs en cas de talonnage.
C'était le cas autrefois... Mais ça semble de plus en plus rare.
Hélas!

Supposons néanmoins une fonte de qualité moyenne, ni optimisée par
conscience professionnelle, ni sabotée pour se faire plus de fric.

La capillarité agit en surface, par la pellicule oxydée "gonflée" car
en fait elle ne correspond qu'à une centaine de microns,
et bien sûr par les petits trous qui peuvent être la conséquence d'une
oxydation sévère, mais aussi d'un refroidissement de la fonte
dans des conditions pas idéales.
Mais dans les 2 cas, ça reste superficiel, c'est du moins ce que
m'ont dit des techniciens en métallurgie qui n'avaient rien
à me vendre.

Ceci dit, j'ai lu avec beaucoup d'intérê les considérations
pertinentes sur les travaux forcés avec des adjuvants pas donnés.
Certes c'est parfaitement justifié et conforme aux règles de l'art,
mais il y a d'autres solutions moins compliquées et surtout moins
onéreuses!
Aussi, quitte à faire frémir les puristes et scandaliser les orthodoxes,
voici comment j'ai traité les quilles de 2 bateaux:

Après un séchage longue durée à terre (hivernage à sec dans
le midi) j'ai décapé mes lests à la brosse de fer en usant d'un
lave-pont modifié pour la circonstance.
Puis, laissant quand même un léger résidu de rouille pulvérulente
pour l'accroche comme le recommande le fabricant, j'ai passé
plusieurs couches de Rustol Owatrol qu'on trouve dans
les bricailleries à un prix qui n'a rien de commun avec
les marchandises shipchandlérisées.
(non, non, je ne suis pas actionnaire de rustol et je le regrette bien) ;-)

Le produit doit être passé en appuyant fort, de façon à favoriser
une imprégnation maximale, jusqu'au matériau sain.
Environ 6 heures entre les 3 premières couches, puis 12 à 24 heures
pour la 4ème, en évitant de déborder sur les fonds car
ce produit a une composition proche de celle de la résine, et des
incompatibilités peuvent parfois créer de légers problèmes (gel pâteux)

In fine, en primaire 2 couches de sousmarine matrice dure diluée
au rustol dans une proportion 4 pour 1, ça donne une accroche
impeccable.
Puis 2 couches de sousmarine dure, bien épaisse et bien grasse
et les années suivantes du semi-érodable pour ne pas s'embêter.
Et....

5 ou 6 ans après, à peine de rares points de rouille minuscules m'ont
fait l'affront de réapparaître.
Au bout de 8 ou 10 ans, je referai l'opération.
De toute façon, ceux qui traitent leur quille à l'epoxy disent souvent
qu'il faut refaire le travail tous les 10 ans. Alors...

Un dernier mot pour ceux (j'en ai rencontré) qui s'inquiètent de la
perte de poids d'un lest du fait de la rouille.
Pour atteindre une valeur commençant à être significative (et encore!)
de l'ordre de 5%, il faudrait attendre environ 100 ans...
Donc, ça laisse de la marge!

0

Dis Christian
le monsieur, il te dit qu'il navigue souvent... alors l'hiver au sec?

Cela dis, Gwada, Je penche plutôt pour l'avis de Cristian. Cette obsession de l'époxy est assez absurde pour une quille en fonte. Il y a déja eu un fil sur le sujet, et pour résumer:
sèchage correct mais pas hystérique (chaufferette si il fait humide et frais) puis traitement de la zone au rustol plus une couche de primer dilué (rustol/owatrol ou toute autre allonge anti rouille compatible), surfaçage avec n'importe quel bon mastic qualités sous-marine, puis peinture avec une peinture marine de base, comme par exemple du Primocon.

anti fouling pour terminer, par beau temps le tout terminé dans les trois jours après sèchage.

20 avr. 2006
0

ce que j'ai fait ...
la première année qq cloques comme de têtes de petit clou donc rien :-)
la 2ème année des cloques de plusieurs cms de diamètre grandes manoueuvres avec ponçage bouchage primocon etc ... :-(
la 3ème année encore qq têtes de pointe de rouille séchage, meulage des cloques, rustol alu et mise en place d'anode sur la quille
cette année rien donc remplacement de l'anode qui n'existait plus c'est tout
;-) :-)

20 avr. 2006
0

Merci à tous
C'est vrai j'avais oublié de préciser (mais c'est dans ma fiche) que je suis en Guadeloupe et que j'ai un Etap de presque 30 ans .
Certain m'ont dis que la fonte de chez Etap est loin d'être de grande qualité même si les bateaux eux sont réputés très bons.(Ce que je pense).
Donc pour le séchage,il y a de grande chances pour que je laisse le bateau hors d'eau maximum 1 semaine avec une humidité ambiante de 60 à 90% c'est pas le top!
Alors Epoxy ou pas ?
Le jour ou j'aurai sorti le bateau ,je ferai des photos et je vous montrerai ça de près .
PS:Je n'ai pas d'anode sur la quille.
Bonne nav à tous.

21 avr. 2006
0

J'ai partagé mon expérience sur l'autre fil
mais de part sa structure la fonte est porreuse, donc il est impossible de la traiter en profondeur, on peut effectivement traiter la surface d'une quille mais dans quelques années il faudra recommencer, le tout est de limiter les dégats...

21 avr. 2006
0

Décidément...
Il faudrait quand même que les gens qui ne savent pas de quoi ils parlent se taisent... Parce que dire n'importe quoi n'aide pas les autres... La fonte n'est pas poreuse.
Il existe déjà un fil sur le sujet. Fil sur lequel j'ai déjà apporté quelques précisions compte tenu d'un peu moins de trente ans d'expérience en la matière.
Bien cordialement

22 avr. 2006
0

bon maintenant qu'on sait ..
y'a plus de blème

:pouce:

22 avr. 2006
0

Je viens de retrouver le fil en question
www.hisse-et-oh.com[...]dex.php

21 avr. 2006
0

feraillesa beton
pourquoi les ferailles a beton toutes rouillees ressortiraient nickel du beton tres reducteur et que le ciment ne pourrait pas servir de reducteur de rouille sur la fonte quitte a utiliser un liant type G4 pour le ciment en couche fine?
Je sais c' est débile Mais ce que je sais pas c' est pourquoi?
Merci les grands

22 avr. 2006
0

Je cherche un traitement que l'on peut faire en 3 jours
le temps du carénage sans se ruiné pour ralentir
le phénomène
merci de vos expériences et solutions
yves

22 avr. 2006
0

A faire avec précautionS
autrement dit, gants, lunettes...

Après avoir nettoyé en profondeur (disqueuse, brosse, papier émeri...), laver la quille, laisser sécher et puis attaquer à l'acide phosphorique, par réduction, c'est un convertisseur de l'oxyde de fer...
Une fois qu'on a tout traité (3 couches) refaire la quille (moi perso, j'ai fait peinture epoxy, epoxy et primers..)

Mais en 3 jours je doute.... et je ne conseille pas du tout !! la mienne pour la stabiliser (rouille ne sortant plus de la quille) j'en ai eu pour 3 ... Semaines (et encore...)

www.webplanet.be[...]e_6.htm

Je peux dire qu'une chose... bonne m...e

24 avr. 2006
0

Le G4 en primaire
Les primaires époxy ne tiennent pas longtemps sur le métal : il faut tout refaire deux ans après.

Une fois la quille brossée et les amas de rouille enlevés, ne pas dérouiller et passer du G4 de SoloPlast (achat chez Leroy pinpin ou casto).
Ce primiaire polyuréthane adore l'eau et s'en sert pour durcir, du coup il assèche la surface métalique ; inutile de nettoyer le pinceau ou le rouleau (mission impossible).

L'accroche est sidérante et la rouille devient noire.

Passer le primaire epoxy quand le G4 est encore un peu collant.

Démontage impossible ;-)

24 avr. 2006
0

Trop de travail pour un résultat incertain !
Bonjour,
Je navigue le plus souvent possible et mon voilier est dans l’eau toute l’année. Je n’ai aucune possibilité de laisser la quille sécher sous un hangar. Partant du principe que l’humidité et le sel sont installés superficiellement , et qu’il est toujours néfaste d’enfermer l’humidité, je me contente d’un carénage rapide ( pour ne pas laisser le lest trop longtemps à l’air) tous les ans : grattage de l’ancien antifouling érodable et de la corrosion ; à la spatule puis à la gratounette sous eau douce avec beaucoup d’huile de coude suivit de deux couches d’antifouling.
A mon grand étonnement, depuis 9 ans que je procède ainsi je ne constate pas plus de dégradation apparente, j’aurais même tendance à dire que la quille présente de moins en moins de pustule de rouille ?
C’est sur, je n’ai pas un plan antidérive impeccable, mais je ne fais pas de course, bien que j’essaye de faire avancer mon voilier toujours au mieux des possibilités. Mais j’ai plus de plaisirs à régler mes voiles que de mettre le lest à blanc.
Alain

25 avr. 2006
0

lest rouillé
Je ne répondrai pas exactement à la question car le traitement en trois jours ne peut
donner qu'un résultat limité (sinon cela se saurait)
Cela m'étonne que personne n'ait parlé de
sablage; aprés dessalage à l'eau douce et séchage,
le sablage enlève entre autre la calamine ( le
meulage la lustre mais ne l'enlève pas) et donne une
granulométrie propice à l'accrochage de la peinture
Aprés sablage, le lest ressemble plus au sol lunaire; surtout visible sur les bâteaux de série.
Kenavo
Jef

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Litiri

Souvenir d'été

  • 4.5 (44)

Litiri

novembre 2021