Quille relevable

Bon, au lieu de polluer par mes questions les fils ouverts par d’autres ;) (désolé, je sais, c’est une mauvaise habitude), je me décide à en ouvrir un.
Voilà, je voudrais donc parler du principe de la quille relevable. J’ai un projet de construction à (très) long terme et je commence donc à prendre des infos là-dessus.

Première interrogation : y a-t-il une contradiction à avoir une quille relevable sur un bateau en acier ? Question au combien essentielle car je voudrais un boat en acier voire en alu (mais je sais qu’il y a des alu à quille relevable)

Ensuite, je voudrais parler du système à proprement dit.

J’ai entendu sur un autre fil, qu’il y avait des bons systèmes et d’autres qui le sont moins. Si quelqu’un peut me donner quelques noms de systèmes intéressants et rapidement les raisons, ce serait vraiment sympa.

Après quelques recherches, j’ai repéré le système de quille pivotante (First) mais je ne sais pas pourquoi, mais cela ne m’inspire pas beaucoup (je ne parle vraiment que du principe, je ne rentre pas dans les détails). Par contre, j’ai repéré le système de relèvement vertical (Exemples : JPN 12, chantier Marc Pinta ; le Wallis, chantier Gilles Voisin) et là, cela me plait beaucoup plus. C’est deux exemples sont des quilles à bulbe ; cependant, j’en ai vu d’autres dont la quille relevable (c’est le nom donné) ressemble plutôt à une dérive relevable (Exemple : le Patago 50, architecte Jean-François André). Quelle est donc la différence entre ce type de quille relevable sans bulbe et une dérive relevable ???

Enfin voilà, je me pose pas mal de questions qui pour l’instant sont assez générales. Merci déjà pour avoir pris le temps de me lire et merci d’avance pour vos éclaircissements.

Alex

L'équipage
07 août 2007
07 août 2007
0

laisse tomber......
le principe de la quille relevable du first 27.7....usine à gaz....:reflechi: ce principe n'est bien que pour des nav de courte durée..:alavotre:

09 août 2007
0

il y a aussi....
le RUN 45, l 'ALEZAN 49, et d'autres voiliers conçus par Marc Lombard (voir son site) qui ont un systeme de quille relevable avec bulbe.
ce systeme fonctionne bien et permet d'avoir un couple de redressement maxi avec la possibilité d'un tirant d'eau faible bien utile dans certains cas.....
Dom

09 août 2007
0

Quille ou Dérive ?
Ma première expérience (toute récente) avec un Océanis 331 DL me laisse plutot une bonne impression sur la dérive relevable.

Il fallait certes faire 98 tours de manivelle de winch pour passer de la position basse à la haute.
Mais en toute facilité en fait: ma fille de 10 ans se fesait un plaisir d'aller tourner la manivelle pour monter ou descendre la dérive !

Par contre la dérive n'etait pas suffisamment maintenue sur ce bateau.
C'est tellement pénible au mouillage d'entendre la dérive gigoter (claquer) dans le puit que nous avons préférer la remonter pour dormir tranquille malgré le roulis un peu plus important.

Cordialement.

09 août 200716 juin 2020
0

Merci bien pour vos réponses,
Bon, je constate qu’une quille relevable offre vraiment pas mal d’avantages (en tout cas pour ce que je veux faire) à condition d’avoir un bon système de cales ;)
Maintenant, serait il possible de parler un peu du système de relevage de cette quille. Apparemment il y a des systèmes « sans efforts » mais pas forcément très durables (vérins and co). Comme je suis jeune et que je préfèrerais un système simple et robuste, je m’orienterais vers un relevage manuel. Ce serait pour un boat entre 8,5 m et 10 mètres en gros et quille à bulbe à relèvement vertical. Le relevage devra donc être capable de soulever tout le poids de la quille (environ une tonne pour simplifier mais certainement plus proche des 700 ou 800 kg).
Ma question est : pensez vous qu’il soit réalisable de confectionner un système de relevage à palan + winch. Par exemple, avec un palan 8 brins et une tonne à soulever, la force nécessaire est d’environ 150 kg (j’ai rajouté 25 kg de frottement). En installant un petit winch, il serait aisé d’obtenir ces 150 kg.
Trouvez vous ça cohérent ?
Pensez vous qu’un système d’organisation des brins tel que représenté sur le schéma est possible ?
Merci d’avance de vos réponses
Alex

09 août 2007
0

Aie !!!
le schéma est mal passé. Je confirme qu'il y aura un fond sur mon bateau :-D :-D :-D

02 juil. 2014
0

un bateau de 10 m en acier fait environ 6 t même avec un grand TE il faut au moins 30 à 35 % de lest soit 2 t pour les frottements plus tu augmentes le nbre de brins plus ça frotte et plus c'est long ,8 brins 1m à remonter 8 m à tirer .Moi j'ai 1,5 t avec 5 brins sur un winch 52 c'est sportif mais il est électrique (je suis vieux).théoriquement 6kg sur la manivelle pratiquement au moins 3X plus.Quand tu monte quelqu'un de 80 kg au mat sur un 40 il te faut beaucoup plus que 2 kg sur la manivelle.

10 août 2007
0

Même pas...
un petit commentaire sur mon schéma, non :-(
Allez, je suis sûr que vous avez un avis :-D

10 août 2007
0

Voir la solution de Patrick Balta
Salut,
J'ai ete (tres) par une construction et j'au longuement discute avec Patrick Balta (tres sympa, users.skynet.be[...].balta/ ).

Il propose sur plusieurs de ses bateaux (voir enfant perdu) un systeme tres simple, qui ne complique pas la structure.
Le principe de base est d'avoir :
- une quille sabre qui en position basse arrive jusqu'au roof. Le puits n'est pas structurel, il est la pour l'etancheite. LA solidite de l'ensemble est comparable a une quille classique vu la longueur de l'emboitement. La quille est bloquéee en position basse par un simple axe.
- le systeme de remonte est un palan ou un treuil de remorque ou le guindeau, avec un palan (ou poulie) fixe dans le mat.

Evidement, il y'a des inconvenient :
- Le puits est traversant, il est present dans le boat. Mais de petite taille compare a un puits de quille relevable par rotation
- la quille sort a l'exterieur en position relevee et encombre... voir combien tu veux gagner en tirant d'eau, voir si tu veux te poser avec ton boat, etc.
- le systeme est tres simple mais pas tres rapide. voir si tu veux faire ca a l'occasion ou a chaque navigation.

amicalement,
JF

13 août 2007
0

Merci
Merci bien JF. J'ai fait un tour sur le site et c'est vraiment intéressant !
Je vais laisser murire ça en attendant que les choses se précisent.
Amicalement,
Alex

13 août 2007
0

quille et non derive .
Il ne faut pas confondre quille et derive .
Dans le cas de la quille relevable , c' est tout le lest qui entre dans le bateau .(sauf le bulbe ) .
vu le poids du lest sur un bateau de plus de 8 mètres , il est conseillé d' utiliser l' hydrolique . C' est la methode qu' utilisait les Mopelia .
Il faut eviter à tout prix de faire un puit qui se ressère vers le bas . Celà evite les cognements , mais à tendance à bloquer la quille !!!!(exemple vecu sur un RM )
Donc , le puit droit est un bon choix .
A savoir que le principe de la quille relevable n' a qu' un gros defaut ...Il ne faut pas talonner trop fort ... Une deformation du puit , surtout en acier , implique quasiment la perte du bateau ...Trop difficilement reparable ...
la derive relevable , c' est autre chose . Le lest est plus haut , soit dans un saumon ( DL) soit dans les fonds du bateau (DI) . Et donc la derive n' est qu' un bout de tôle qui evite la derive et qui aide à remonter le vent . Cette tôle ne joue que très peu dans le couple de retournement .

13 août 2007
0

Oui
Effectivement, je suis d'accord avec toi sur la différence entre quille et dérive simple mais en fait, il existe une variante qui est parfois appélée "quille sabre". Ca ressemble grosso modo à une dérive mais c'est plus épais et l'extrémité inférieure est réalisée en plomb afin d'augmenter le couple. Il n'y a pas de bulbe et donc la "quille sabre" peut être relevée en totalité, c'est un système qui me plait bien.
Merci bien pour l'info concernant la déformation du puit sur un acier en cas de talonnage...je ne pensait pas que ca puisse être aussi sérieux.

Je suis d'accord qui le puit droit est un bon choix. Cependant, je me pose la question de la nécessité d'une "barrière" entre la quille et les parrois internes du puit afin de limiter les intrusions de corps étrangers qui pourraient couincer au moment du relevage. Cette "barrière" pourrait être constituée par des lèvres en caoutchou ou bien des sortes de peignes (balais) souples. Est ce nécessaire, qu'en pensez vous ?

Autre question : en cas d'échouage, on relève la quille est alors le bateau repose sur le ou les safrans ainsi que sur l'avant du bateau. Cette position me parrait exercer des forces bisards sur la safran...est il nécessaire de prévoir quelque chose de particulier à ce niveau ?

Si vous pouviez donc m'éclaircir sur ces deux points ca serait vraiment bien.
Remerci à tous pour vos interventions :-D

Alex

13 août 2007
0

ce que j' ai vu ...
J' ai toujours vu les quilles relevables "bequiller" .
quand à une barrière entre le puit et le lest , je ne pense pas que ce soit indispensable .
Elle pourrait bloquer les saletés dans l' autre sens !
Il vaut mieux un puit droit avec un leger jeu fonctionnel , style mopelia .
Un point important est de toujours pouvoir controler et entretenir l' interieur du puit ....

02 juil. 2014
0

Attention qd on pense quille relevable on se fait tt de suite du soucis qt à la solidité du voile transversalement (à la gite). Mais longitudinalement le pb est plus complexe. Pas pour le voile qui est naturellement solide mais pour la "tête" de quille et le puit de quille.
En effet au près la coque tangue et sur de nbreux bateau ça fait toc toc; et avec le tps ça fait des gros toc toc.. Et en cas de talonnage tt explose!
J'ai été arrêté net à 6.5Nds par une baleine ds le Pacific et rien n'a plié. Ma quille est bloquée au niveau du roof. Bien sûr elle dépasse très haut en position haute...comme les dérives de cata.
Autre soucis non solutionné sur mon voilier (je n'y avais pas pensé à la construction): talonnage en position relevée (un peu relevée ou bcp). Plus la quille est remontée plus le pb est difficile à résoudre/réaliser...mais c'est faisable. Il faut que ça soit solide puisque c'est justement ds ces cas que les cailloux ne st pas loin du bulbe.
PS: Si c'est bien ajusté, il n'y a rien, ou presque, qui pousse ds le puit.

02 juil. 2014
0

Et quelles sont les combines pour caler la quille et eviter quelle ne bouge dans le clapot ?

N'y a t-il pas un risque lors d'un retournement que la quille rentre à l'intérieur du bateau ?

02 juil. 2014
0

Bon évidemment, c'est pour un bateau plus petit, mais mon système anti remontée d'eau, anti bruit etc. est très performant sur un 550.

kelt550.forumgratuit.org[...]-derive

02 juil. 2014
0

daniel > pas bête le truc de la chambre a air, (petites unités, petits problèmes) ;-)

02 juil. 2014
0

Bonjour

Une dérive un bout de tôle... regarde sur le site de Southerly
tu verras des dérives plus proche des quilles de nos quillard sans bulbe.

Le Moko

02 juil. 2014
0

Bonsoir,

Je suis techniquement assez béotien mais pratiquement assez compétent sur l'utilisation du Mopelia, voilier de 8,5 m à quille relevable... qui est une quille sabre.

La question de savoir si un système à vérin hydraulique pour le relevage est durable semble trouver sa réponse dans l'age de cette installation sur mon canot : 38 ans ... Je ne pense pas que les pbs puissent venir du système de relevage mais plutôt d'un ensemble de paramètres comme la conception et le matériau du puits de quille, du voile et du saumon de quille. Sur mon modèle c'est un joyeux mélange d'inox, d'alu et de fonte... une superbe pile génératrice d'électrolyse et donc de corrosion. Et c'est bien là que les emm... finissent par arriver.

Je manque vraiment d'expérience pour comparer l'intérêt du DI, DL et quille relevable : raideur à la toile, couple de redressement et tutti quanti. Sur le Mopélia je constate que le poids du lest est assez modeste : 440 kgs, mais par rapport à un lest en fond de coque, pour obtenir l'équivalent en terme de couple doit être bcp plus important. J'ai navigué récemment sur un Sauvignon (taille légèrement supérieure) qui est un DI et le lest est bcp plus conséquent (0,8 à 1 t ?), donc a priori un déplacement plus lourd. Dans les molles et le medium ça doit se ressentir...

Bon, pour en savoir plus, il faut aller sur le site du Mopelia

mopelia.free.fr[...]/

L'architecte, concepteur du système de relevage, Charles Chauveau, a semble-t-il eu une certaine réputation à l'époque de la sortie de cette unité, mais pas sûr qu'il soit passé à la postérité. Donc, étant un utilisateur amoureux de ce vaillant canot (tout de même plusieurs virées en Irlande, Espagne et GB, sans parler des côtes Sud et Nord bretonnes et les anglos), je ne suis pas mécontent d'en faire modestement l'apologie.

Cdt

Hervé

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

LAGON aux eaux turquoises et au sable rose de GRAMVOUSA en CRETE

Souvenir d'été

  • 4.5 (37)

LAGON aux eaux turquoises et au sable rose de GRAMVOUSA en CRETE

novembre 2021