Quille au chalumeau ?

Il y a eu quelques fils traitant du pelage d'une coque au chalumeau pour traiter l'osmose. Sur les vidéo on voyait l'eau suinter sous la chaleur. Ma quille fonte enrobée epoxy s'est corrodée sous l'effet de courants vagabonds venant du cable que mon voisin de ponton laissait alimenté et trempant dans l'eau du port. Je sais que normalement on sable la quille puis on la laisse sécher 3 à 6 mois puis on refait l'enrobage epoxy. Je me demandais s'il ne serait pas possible et même judicieux de décaper au chalumeau en chauffant sans crainte pour évacuer un maximum de l'eau qui a imprégné la quille, puis un bon lavage/dégraissage, férose et époxy. Un avis/expérience ? Sinon j'ai un devis à 1754 € plus manutention stockage 6 mois à 1124 €. Je préfèrerais offrir un code D à mon Zéphyr.

L'équipage
14 mar. 2020
14 mar. 2020
0

Je serais plus partisan du sablage soigneux que du chauffage haute température.

14 mar. 2020
0

Pour l'accrochage de l'époxy ? Ou pour une autre raison ?

14 mar. 2020
0

à part les fontes de mauvaises qualités la fonte aciérée n'est pas poreuse
y aller à la lampe à souder c'est pas mal bien rincer à l'acide phosphorique dilué ,mesurer l'humidité
et traiter ,le férose c'est excellent comme protection et ça fait primer d'accrochage en plus,il faut un peu de fleur de rouille pour que ça tienne bien .
alain

14 mar. 2020
0

Ben elle doit être de mauvaise qualité, ou bien c'est un effet des courants qui l'ont traversée, mais oui de l'eau ressort par des porosités et fait cloquer l'antifouling juste après qu'il ait été repassé, oh pas des litres ! mais assez pour que l'epoxy ne polymérise pas correctement et ne joue pas durablement son rôle de barrière. Du moins je pense.

15 mar. 2020
0

Voici la méthode qui m'inspire.

15 mar. 2020
0

C'est impossible de chauffer une quille comme une coque en stratifié, en raison des différences de masse et surtout de conductivité thermique. La chaleur du chalumeau va se diffuser dans toute la quille et l'augmentation de température en surface va être minime.

15 mar. 2020
0

l'eau contenue dans la quille est salée et il n'est pas bon de la chauffer, il faut la rincer plusieurs fois et faire sécher. c'est long mais efficace. cordialement.

16 mar. 2020
0

Merci flaneur, c'est en effet judicieux de ne pas risquer d'évaporer l'eau et de laisser le sel. Bien vu.

16 mar. 2020
1

L'histoire de la fonte qui contient de l'eau est archifaux. Une partie corrodée donc dégradée de surface peut garder de l'eau, mais en aucun cas la structure métallurgique de la fonte ne peut en contenir.

16 mar. 2020
0

bonjour Zef29, la fonte est un alliage qui contient du fer et lors de la coulée il se forme des criques (certaines très petites) qui induisent une porosité de la pièce. des méthodes existent pour réduire la porosité. la porosité se mesure en fonction de la pression et du fluide injecté, je crois cependant que les quilles en fonte grise ne sont pas des pièces ayant des exigences élevées et donc la réduction de la porosité n'est pas un objectif. un alliage contenant du fer s'oxyde ce qui se traduit par une couche de rouille qui d'une certaine façon est protectrice. pour nos quilles l'aspect rouillé n'est pas accepté. le vrai problème est quand la rouille provient d'une crique profonde qui va progressivement (très lentement) se creuser. une quille plongée dans l'eau de mer subit une imprégnation en surface qui progresse ensuite lentement. la solution la plus efficace est de laver plusieurs fois et de sécher puis de traiter par sablage (minimum 2,5) pour recouvrir d'un revêtement protecteur étanche.

16 mar. 2020
1

Bonjour,
je suis en total désaccord avec ce que tu dis, sauf bien évidemment tu as des défauts de fonderie.Il n'y a pas de criques dans une fonte saine.
Par ailleurs beaucoup de quilles sont en fonte blanche.
S'il était avéré que la fonte était poreuse, nos radiateurs de chauffage, nos carters de moteurs finiraient par suinter.
La structure de la fonte grise lamellaire ou de la fonte blanche ou de la FGS est parfaitement immperméable.

16 mar. 2020
0

Bonjour,
Sur une partie de la quille où le revêtement se décollait, j'ai gratté au scrapper jusqu'à la fonte, lavé à grande eau puis lessive Saint Marc et gros rinçages, une fois sec Rustol puis 3 couches d'AF ( le tout sur 4 jours) et le lendemain, plein de cloques remplies d'eau. Donc, bien sur le matériau en lui-même n'est pas une éponge, mais oui , il y a des micro cavités, d'origine ou créées par la corrosion, peu importe, le problème c'est d'évacuer l'eau avant de mettre de l'époxy qui sinon ne polymérise pas. Donc la méthode classique c'est rinçages séchages répétés sur plusieurs mois. Et mon post était pour voir si on pouvait accélérer par un passage de lampe à souder (qui permettrait aussi de décaper les couches de revêtement.)
Dans ma vie professionnelle, je n'ai jamais utilisé de fonte mais des pièces de fonderie, oui, en alu ou cuproaluminium, et pour une utilisation marine, on faisait toujours une imprégnation sous vide de résine époxy, pour combler les porosités. Celles-ci ne manquaient jamais de se concentrer dans les dernières zones à se solidifier.

16 mar. 2020
0

J'ai rajouté une Annode en préventif sur le voile de quille dans la partie le plus mince et la corrosion c'est fortement réduite
Yves

16 mar. 2020
0

J'ai rajouté une Annode en préventif sur le voile de quille dans la partie le plus mince et la corrosion c'est fortement réduite
Yves

17 mar. 2020
0

Moi aussi j'avais rajouté une double anode rosace au précédent carénage, car j'avais quelques points de rouille. C'était avant de comprendre l'origine du problème, à savoir une fuite de quelques microampères à travers le cable électrique que mon voisin laissait tremper dans l'eau du port. Ce courant alternatif cherche à rejoindre la terre au fond de l'eau en prenant le chemin offrant le moins de résistance électrique, soit le métal le plus proche du fond : c'était ma quille. Ce qui est curieux et caractéristique de cette corrosion/redépôt au gré des alternances, c'est que mes anodes semblaient intactes visuellement, mais c'était de la poussière agglomérée qui est partie d'un coup de jet d'eau et plus un métal normalement compact. Elles ont peut-être quand même protégé la quille, à moins qu'elles n'aient constitué un point d'entrée pour ce courant vagabond.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

la Bisquine La Cancalaise, en 2008

Souvenir d'été

  • 4.5 (186)

la Bisquine La Cancalaise, en 2008

novembre 2021