quillard ou deriveur??

Bonjour,
j'ai cherché sur ce forum les avantages et inconvénients du quillard et dériveur, mais je crois qu'il t a deux écoles...d'où mes doutes..
En fait je crois savoir que mon emplacement au mouillage sera effectué au choix du bateau.
Dans un premier temps j'ai choisi pour un quillard..mes amis prechent en cette idée..
Mais, vous, pouvez vous me préciser les avantages et inconvénients des deux choix??
Mes qusetions sont vastes..prix,entretien,navigation,confort etc...
j'attends que vous m'éclairiez..merci
en esperant ne pas remettre un débat entre les pros ou anti quillard...

L'équipage
14 oct. 2008
14 oct. 2008
0

c'est tout simple

ceux qui ont un quillard te diront que l'on ne fait pas mieux et ceux qui ont un deriveur repondront que c'est l'idéal.(comme moi )

Perso pour faire simple un deriveur fait ce que fait un quillard mais pas l'inverse.

josé

14 oct. 2008
0

simple
Tu as raison il se met à l'envers mais il ne revient pas

14 oct. 2008
0

Un magnifique dériveur sur le toit ...
cbs3.com[...]85.html

D'ailleurs, on apercoit bien la dérive.

Je sais, il y a des circonstances avec lesquelles les plaisanteries sont lourdes. Mais bon, il a été sauvé, c'est l'essentiel.

14 oct. 2008
0

trouvé ici :
www.capehorn.com[...]ait.htm

"... Pendant plus de 3000 milles, le Cap Horn a emmené YUM sur la mer et m'a apporté une véritable paix de l'esprit. Merci! pour cet appareil simple et efficace qui fait planer sur mon bateau l'esprit de l'Oizo-Magick."

Pierre-André Huglo, Pogo 8.5, Yum

14 oct. 2008
0

fusible sur dérive
petite question sur ce point particulier :
"bloquer la dérive basse avec un système de fusible" :

quel type de fusible utiliser ? une garcette de 3 mm ?

est-ce que cela vaudrait le coup de lui adjoindre aussi un élément amortisseur, genre amortisseur d'amarre, pour absorber une partie de l'énergie ? si on frotte sur du sable, on évite de claquer la garcette à chaque fois.

merci
François

14 oct. 2008
0

Citez-moi
le cas d'un dériveur qui est resté sur le toit... En fait, pour avoir pratiqué au long cours, et longtemps, les deux, je dirai que chacun a ses avantages et ses défauts.Te voilà bien avancé! Il faut choisir en fonction de son programme, sans oublier que dans la famille "quillard" les bateaux peuvent être très dissemblables, de même dans la famille "dériveur".

14 oct. 2008
0

Non
C'est un quillard....

14 oct. 2008
0

je crois que c'était un pogo 8.50
sauf erreur de ma part

14 oct. 2008
0

ou tu as vu
un dériveur?? ça ne peu pas être un dériveur avec le double safran fixe!de plus tu donnes un exemple de bateau très typé régate avec un pont plat qui tient aussi bien à l'endroit qu'à l'envers.
Une précaution à prendre avec un dériveur est de bloquer la dérive basse avec un système de fusible pour qu'en cas de retournement ou simplement se couché sur l'eau la dérive ne remonte trop brutalement en risquant de casser le puits,mais puisse dans le cas d'une dérive sabre remonter en cas de talonnage;
pour le choix 1 quelle région de nave, 2 marrée ou pas, 3 mouillage ou échouage.

14 oct. 2008
0

jamais
essayé de mettre un amortisseur mais si tu sais que tu vas te poser tu dégraphes avant en nav si tu passes sur un caillou il vaut mieux que ça pète assez facilement pour limiter la casse, la dérive ne doit pas servir d'alarme ;-)

0

t'as essayé ?
pascal

14 oct. 2008
0

Précise tes questions, SVP
"en espèrant ne pas remettre un débat entre les pros ou anti-quillard..."

Faute de questions précises, cela sera difficile...

Il y a eu récemment un débat sur ce sujet.

14 oct. 2008
0

Il n' y a pas que deux catégories !
Tous les quillards ne s'équivalent pas, pas plus que les dériveurs.

Il y a une question de tirant d'eau, bien sûr, mais pas seulement. Il y a une nette différence entre un quillard échouable (quille longue par exemple) et le quillard qui porte un bulbe au bout d'un appendice.

Un dériveur lesté n'a pas le même comportement non plus qu'un dériveur intégral.

Il n'y a pas vraiment de solution meilleure qu'une autre dans l'absolu, c'est davantage une question d'adéquation entre un programme de navigation et une technologie retenue.

Par ailleurs, un bateau, c'est un ensemble de facteurs qui interagissent les uns avec les autres et c'est la combinaison de ceux-ci qui déterminera au final le comportement et les aptitudes du bateau.

Amha, il faut étudier les bateaux qui t'intéressent au cas par cas sans faire une fixette sur telle ou telle option technique et voir si le bateau dans son ensemble répond à tes attentes.

Quoi qu'il en soit le moment ou l'on choisit le bateau "qu'il nous faut" est un moment assez merveilleux où se déplient nos rêves déjà élaborés, mais où d'autres encore peuvent surgir que l'on ne soupçonnait pas. C'est l'occasion qui fait le larron ! Ne te prive donc pas de la magie de cette phase d'exploration et laisse toi guider par tes fantasmes les plus fous. La réalité te rattrapera bien assez tôt.

14 oct. 2008
0

Je dois avouer...
Qu'entre un 5O5 et un ecume de mer, c'est clair.
Mais entre les derives lestees, et les quilles qui remontent... Je sais plus !!!!

Quelle difference existe t il encore entre une quille et une derive ????
(Je deborde du sujet... Mea culpa !)
A+, Lolo

14 oct. 2008
0

comme disait
en 1 quel sera ton programme ensuite un quillard est plus raide a la toile un dériveur na quasi pas de tirants d eau voila une première réponse ensuite tu a les amoureux du dériveur et du quillard

14 oct. 2008
0

il y a
dériveur intégral
dériveur lesté
quille relevable
quillard
et tout cela avec encore d'autres artifices bulbe ou non longue ou courte profonde etc

14 oct. 2008
0

PG
Peux-tu nous éclairer sur ton pg?

Med, Manche, Atlantique, nav à la journée, TdM, etc..

Béquiller, beacher, mers dures, mer à fortes marées, etc...

Egalement taille du bateau, mono ou cata, etc...

Je ne me dévoile pas du tt en posant ces questions, mais pour t'éclairer, je suis plutôt adepte du mono quillard, choix résultant essentiellement des types de nav que je pratique aujourd'hui
J'ai aussi pas mal navigué sur des dériveurs. Pour ceux qui connaissent, aller béquiller dans le petit port de La Meule à Yeu, un régal... Ou rentrer ou sortir le premier en été qd les ports de Bretagne sont bondés...

RV

14 oct. 2008
0

re
ma question est en fait, que je vais m'acheter mon 1 er bateau et les avis divergent entres amis. de ce fait je me tourne vers vous.
Mon but est dans un premier temps : le plaisir ensuite cela sera navig a la jounée cotière et crescendo augmenter la nav.
Coté entretien et robustesse vaut-il mieux le quillard ou le dériveur?
Désolé pour ces questions...mais je voudrais pas gacher mon reve en galère..
je naviguerai sur la cote basque...

14 oct. 2008
0

Sans oublier
les doubles quilles....

14 oct. 2008
0

rien de plus à ajouter sur ce qui a été dit
mais une réflexion : la France est parmis les grandes nations nautiques (UK, NL, NZ, USA, etc)le pays où l'on rencontre le plus grand nombre de modèles de dériveurs (intégraux ou pas)en production dans les chantiers petits ou grands.

pour ne prendre que l'exemple des nos amis (?) de l'autre côté de la Manche, les conditions sont a peu près identiques et on en voit beaucoup moins

Encore un exemple de l'exception culturelle bien de chez nous ???

(qui n'a pas que du mauvais par ailleurs....)

14 oct. 2008
0

les deux !
j'aime les quillards pour leur rusticité et simplicité, l'appendice est facile d'accés, simple d'entretient et de maintenance, ce qui n'est pas le cas d'un dériveur, le mécanisme de relevé de dérives posera tôt ou tard probléme, les réparations eventuelles du puits de dérives sont souvent trés compliquées.

J'aime les dériveurs particulierement intégraux pour leur aptitudes à naviguer dans les zones peu profonde ou dans les mers à marnage significatif, les mouillages à ras la plage, la facilité d'echouage ou mieux la possibilité de beacher, nul besoin d'encombrantes bequilles. L'hivernage sur terre plein aussi est simplifié et j'allais oublier la plus grande facilité à leur trouvé une bouée ou un anneau.

Niveau perfs, peut-être un petit avantage aux quillards, particulierement au prés, Encore que...
Les dériveurs ont pour eux la possibilité jouer avec la taille justement de leur plan anti-dérive, ça doit être interessant par tout petit temps ou quand ça se met à souffler un peu fort (on en parlait recemment dans un fil sur les aulofées).

Il y a aussi les biquilles dont tu ne parles pas qui ont pourtant quelques bons arguments, en plus il parait qu'ils deviennent performants.

Tout ça pour dire qu'il n'y a pas, à mon sens, de bonnes ou de mauvaises solutions, enfin si mais il faut alors plusieurs coques ;-)

14 oct. 2008
0

pas de galère ?
alors, dans ton coin à marées, quillard ou biquille sont les plus tranquilles pour le carénage, l'entretien (hélice, anodes, crépines, ...)
pour l'échouage répété, alors dériveur lesté (et béquilles) ou intégral
dans tous les cas un monocoque pas "extrème" fera l'affaire

maintenant si budget + conséquent, alors multi ça doit être super au niveau sensations

14 oct. 2008
0

Réserve sur les avantages du DI
Le beachage est trop souvent réservé à la journée ou alors dans des rias bien abritées, car pendant les 10' précédant la posée, les fonds du bateau raguent souvent, et le sable est abrasif : adieu anti fouling et primaire si c'est de l'alu .

Pour le petit temps le DI sera nettement désaventagé, en raison de sa surcharge de lest ( placé dans les fonds ).

Tu peux prendre le pb par tous les les bouts, le bateau idéal reste à inventer, si tu privilégies les échouages le biquille se rapproche de l'idéal, si c'est les perfs =le quillard, si tu n'échoues que rarement , mais avec Te moindre = le DL .

14 oct. 2008
0

pour moi ...

quille, dériveur intégral, lesté ...

difficile de répondre ça va dépendre beaucoup de ton style de nav c'est vraiment un choix très personnel, comme après une fois que tu aura choisi ça il te restera le bateau a choisir :p

sinon tous il se retourne tous les bateaux enfin ceux de monsieur tous le monde

  • je dirait que la quille a pour elle les pref, la simplicité d'entretien car il n'y a pas de parti mobile, mais ça peu être parfois frustrant de ne pouvoir s'approcher d'une plage ou de s'interdire certain port

  • le dériveur intégral a pour lui sont très faible tirant d'eau un déplacement plus lourd donc c'est moins sportif, mais plus rassurant dans le gros temps (on rentre dans la vague) et on relève un peu la dérive pour limiter l'effet croche pate dans le mauvais temp. Le seul problème tu pause le fond de ta coque sur le sable donc tu abime ton antifouiling voir même pour les moins chanceux un peu ta coque (les mauvaise surprise arrive rare mais arrive :/ ) et si tu es dans un port a échouage avec de la vase ton bateau sera toujours sal. la pluies fait projeter des goute de vase sur ta belle coque (je le sais le bateau du beau père a toujours l'impression de rentrer du paris dakar :p )
    tu as une partie mobile donc de l'entretient avec un puits de dérive. et tu es obliger de gruter pour enlever ce qu'il y a dessous.

  • le dériveur lesté se situe entre les 2
    tu a un faible tirant d'eau, tu es toujours dans un déplacement lourd, tu ne pause plus le fond de ta coque mais ça oblige a utiliser les béquilles et tu as toujours une partie mobile a entretenir.

14 oct. 2008
0

DI
J'ai navigué sur des quillards aussi pendant pas mal d'années et j'ai choisi le dériveur pour la liberté qu'il procure. 1m de tirant d'eau pour 11 m de long. A Carentan, mon port d'attache, je rentre et sort par les plus petits coefs quand d'autres sont obligés de faire relâche à Cherbourg et de laisser passer une semaine que les coefs remontent pour passer le chenal. Je fréquente tous les ports d'échouage de la région sans problèmes. Je remarque au passage que les quillards peuvent aussi s'échouer le long d'un quai mais rares sont ceux qui le font.
C'est un plaisir fou que de se mettre sur une plage et de descendre du bateau pour tourner autour, d'aller se balader sur la grêve et parfois changer les anodes, brosser la carène pour reculer le moment de repasser l'antifouling (quatre ans sans antifouling).
Et jamais je ne vais en marina sauf celle ou mon bateau est à l'année.
Je préfère le DI ou le DL mais pas de quille relevable. Pour moi,la simplicité c'est les fonction anti dérives et lest séparées. Mon bateau à deux dérives. Ce qui lui confère une exceptionelle stabilité de route. Une fois les voiles réglées, on joue sur les dérives pour loffer ou abattre. Je ne barre jamais (sauf aux abords des mouillages). Le voilier navigue barre amarrée ou avec un petit pilote agissant sur un flettner. Au près, il remonte bien, en tout cas pas moins bien que les quillards de croisière sur lesquels j'ai navigué.
Le bateau a 27 ans, les dérives ont leur mécanisme d'origine. Bout de relevage à changer tous les quatre ou cinq ans avant qu'il soit usé. Il n'y a pas de doute, je fais beaucoup plus de choses qu'avec un quillard de la même taille.
Ceci est mon choix et celà correspond à la façon dont je conçois la navigation.
Pour choisir un type de bateau, il faut d'abord définir ce qu'on souhaite vivre sur l'eau.
Si c'est pour régater ou bien aller de marina en marina, il ne faut surtout pas prendre ce type de bateau. En Méditerranée, le DI n'est pas indispensable.
Amitiés,
Régis

14 oct. 2008
0

Jaoul,
Là où vous êtes, même si ça n'est pas la baie de Fundy, on comprend l'intérêt d'un DI!

0

j'ai navigué sur des quillards tres performants
et j'ai choisi le di pour plein de raisons qu'il serait trop long d'expliquer ici ,si tu comptes sur les autres pour affiner ton choix c'est que tu n'es pas encore assez mur pour ce choix ,car c'est tres personnel ,amicalement !

15 oct. 2008
0

DI sans hésitations
Qui n'a pas regardé fébrilement son sondeur et eu la hantise de talonner avec un TE de 1m70 ? voire bcp plus ?
sans compter qu'avec un quillard, vous n'irez jamais ou ira un DI, aller a l'abri dans des criques, remonter des estuaires, s'échouer sur des plages voire, tout betement sortir du port pour cause de marée basse ...
Je possède un quillard, mais tout simplement que pour le même prix, dans les même dimensions un DI est introuvable ...
Et si l'entretien supplémentaire du mécanisme reste un inconvénient, tout les avantages du DI les compensent largement .
c'est mon avis !

15 oct. 2008
0

je ne démontre rien ...
mais j'expose un choix ...
c'est vrai qu'on talonne aussi bien en quillard qu'avec un DI.
sauf qu'on va talonner dans 2 m d'eau avec un quillard ... et dans 50 cm avec un DI ...
enfin, avouez qu'on s'échoue plus sereinement quand on a un DI ...
"l'échouage" avec un quillard, c'est plutot le scénario catastrophe
mais bon, c'est un débat sans fin ...
perso, j'aurais les moyens, ce serait DI !
sans hésitations !

14 oct. 2008
0

Oui...
... et pourtant les DI sont peu nombreux.

15 oct. 2008
0

Sur la côte basque,
que tu ais un 1 m de tirant d'eau ou 2 ne changera pas tes pgs de nav, et le quillard t'apportera + de sécurité et de confort, AMHA.

RV

15 oct. 2008
0

Démonstration...
Tu démontres que le choix d'un dériveur dépend beaucoup de l'endroit où l'on va principalement naviguer.
Quant aux talonnages, j'ai l'impression qu'il y en a autant sinon plus chez les dériveurs que chez les quillards! Aussi curieux que cela puisse paraître!!!

15 oct. 2008
0

Amha
tout est question du programe...

Si c'est pour la balade tranquille, mouillages, échoauges peinards, dans ce cas, le DI est super.

Si au contraire, c'est pour la régate rapide, voire course, dans une mer formée, alors le Quillard me semble plus adapté.

Question de choix.

Perso,je serais tenté par un quillard, éventuellement a quille relevable.

C'est dans la tête, comme si ça m'aporterait un sentiment de sécurité en plus ;-)

Il faut voir aussi par rapport au lieu d'attache, si un grand tirant d'eau peux accéder sans problèmes a son anneau.
Chez moi, c'est le cas.

Bien sur, c'est un humble avis perso d'un néophite

;-))

15 oct. 2008
0

Une
technique certe pas très orthodoxe: naviguer à la dérive/sonde....

Là où l'écho-sondeur ne dit plus rien...tu touches et tu relève juste assez pour passer ou pour virer....
Evidemment il faut aller doucement, mais ça a ouvre des possibilités....inaccessibles à d'autres ....

Sans idées de polémiques............................

15 oct. 200816 juin 2020
0

calypso2

hiverné

josé

15 oct. 2008
0

Oubli ?
Je me permet une intervention : il y a un domaine où la question se pose vraiment, c'est pour les transportables. Il me semble que là, le quillard est moins pratique...

15 oct. 2008
0

re
je tenais a remercier tous les intervenants suite a ma question..
je suis éclairé et ravi d'apprendre encore et encore...

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Cargèse, l'heure bleue, août 2003

Souvenir d'été

  • 4.5 (110)

Cargèse, l'heure bleue, août 2003

novembre 2021