Qui est encore capable

de naviguer à l'ancienne ? C'est à dire avec les cartes papier, la règle Cras, le compas de relèvement et le pifomètre de précision ? ( On va laisser l'astro pour le moment... ) Je commence à flipper quand j'entends les vendeurs ( non, je ne donnerai pas de noms ) expliquer à son client qui n'a jamais vu un bateau de sa vie que sur son futur voilier de 44 pieds, il n'a aucun besoin de formation particulière hormis les quatre heures de mise en main prévues par le concessioneire. En effet, les voiles sur enrouleurs, la centrale de navigation comprenant bien entendu un GPS lecteur de carte interfacé au radar et au pilote sont amplement suffisants pour naviguer sans plus de connaissances. Et le pire, c'est que le gars achète, et c'est le même qui manque te couper en deux en te refusant un tribord en rentrant à Port Camargue et qui ne comprend pas quand tu lui apprends des choses sur ma mère qu'apparamment, il ignorait.
Allez, sans tricher, combien ?

L'équipage
28 sept. 2010
28 sept. 2010
0

? ...
l'automne ... c'est l'époque où les marronniers portent leur fruits, non ? :langue2:

28 sept. 2010
0

Oups...
apparemment, pardon...

28 sept. 2010
0

Surprenante, ta question...
Normalement, c'est le contraire qui devrait être l'exception... ou alors, j'ai mal vieilli ? ;-)

28 sept. 2010
0

moi
sans problème.
J'ai juste un pauvre gps portable que j'allume pour avoir une estimation rapide du courant en comparant la route fond/ma route, ou alors pour vérifier que j'atteris au bon endroit;

28 sept. 2010
0

capable
moi !cartes papier, rapporteur breton, le compas de relèvement et le pifomètre de - haute - précision |-))
Sur PC 15 h par jour (taf et jeu) alors surtout pas en bateau !
Mais chaqun fait comme y veut !
Elvis au Havre

28 sept. 2010
0

détails :
compas, règle cras et cartes papier. Loch électronique, sondeur électronique + plomb de sonde au mouillage.
Pas de girouette. Ventimètre de poche, baro électronique avec alarme sur pente de pression. Un petit GPS de poche que j'utilise assez peu, ce qui fait que je ne sais pas m'en servir. :-D

28 sept. 2010
0

On n'abandonne pas les bonnes habitudes comme cela.
J'ai plein de cartes et j'adore m'en servir .Le reste (GPS ,Maxsea)pour confirmer.

28 sept. 2010
0

moi, j'en suis capable
Mais je ne le fais pas, parce que c'est plus facile d'utiliser les moyens modernes de navigation. Bien que je suive ma nav sur la carte avec une rêgle Gras lors des traversées.
Un GPS est moins cher qu'un sextan, et maintenant les l'electronique est à la portée de la plus part.
Pourquoi refuser de les utiliser?
Pourquoi toujours penser qu'avant c'était mieux?
Si ce n'est la nostalgie d'un temps passé et d'une jeunesse qui a suivie!!
Tous les jours je fais 100 km sur autoroute, mais il est rare de trouver une 2CV ou 4CV, si ce n'est pour des rassemblements de veilles voitures, nostalgie, nostalgie.
Les bateaux sont devenus plus confortables, pourquoi ne pas refuser aussi l'éclairage à bord, le gaz ou l'eau à l'évier?
Je ne suis pas de la première jeunesse, mais j'essaie de vivre avec mon temps, une preuve, c'est que je répond avec un ordinateur, inexistant il y a moins de 20 ans dans les maisons.
Phil

28 sept. 2010
0

capable mais bon!
je ne sort l'ordi que lorsque je ne connais pas le coin du tout et que je n'ai pas de cartes de détail. Comme on ne peut avoir les cartes du monde entier, je suis bien content que cela existe.
Sinon, le GPS pourquoi faire quand on connait les côtes sur lesquelles on navigue?
et ben pour les jours de brume par exemple, et puis pour savoir à quelle vitesse on navigue (réglages de voiles) quand on a un loch en panne.

et puis pour la sécu, la touche mob c'est pas con.

Marions les deux, le pif de haute précision et la banalité informatique, ça ne peut pas nuire.

Par contre bien d'accord avec l'idée sous entendue de ce fil, on devrait commencer la voile par le système pifomètre et le matériel autonome. Je me demande ce que deviennent ceux qui ne savent pas et tombent en panne d'électricité?

Alex

28 sept. 2010
0

.
Dépend, si il y a l'électronique a bord je l'utilise, j'en use et j'en abuse.
Maintenant il m'arrive encore de monter sur des bateau ou il n'y a même pas de GPS.

j'ai appris a l'ancienne donc voilà.
et même si il y a un gps je fais quand même de temps en temps un point au compas, par 3 relèvement, transport d'amer, ligne de sonde... just pour ne pas perdre la main, pour comparer la précision, pour vérifier.
Je note les point GPS et reporte sur la carte a une fréquence plus ou moins élever en fonction de la distance de la cote, des danger, de ma vitesse fond.

Maintenant pendant les quart de nuit ça occupe, reconnaitre les feux, les relever pour vérifier etc ...

La carte et le papier pour les nav dans le courant je l'utilise encore par ce que pour ça je ne connais pas d'alternative pour préparer une nav. Les logiciel existe peu être mais il coute :p

28 sept. 2010
0

Ce que deviennent.....
Alex, ouvre la VHF sur 16 en été!

Allo Maman bobo... :-( ;-)

28 sept. 2010
0

oui capable
Bonjour à tous

Oui l'ordi tourne pour les grandes balades et pour le plaisir je fait le point sur le papier
avec GPS ou amer si visible.Mais je remarque que je le fais de moins en moins.
Comme dit plus haut cela fait parti de notre quotidien qui lave encore son linge avec une planche et une brosse si doute(demander l'avis à Madame).bon courage .... :-p

Le Moko

28 sept. 2010
0

idem aroc
je suis convaincu qu'il faut savoir naviguer sans les moyens actuels. Je n'ai pas trop de mérite à en être persuadé puisque j'ai commencé à naviguer début des années 80 avec les moyens "rudimentaires" de ces années là.
Aujourd'hui j'utilise les moyens mécaniques et électroniques dont on peut être équipé (radar - gps - répétiteurs - girouette anémo Tacktik - pilote auto sur mêche de safran - régulateur - Navtex - Maxsea avec Ais Nasa sur PC - éolienne _ le bateau était tout équipé quand nous l'avons acheté) tout en gardant toujours présent à l'esprit que tout ce beau matos peut tomber en panne.
Donc la tenue de l'estime "assistée" est essentielle pour parer à toute défaillance.
L'alternative est bien entendue : règle Cras - cartes papier - loch - speedo - compas relèvement - jumelles - crayon affuté etc... et surtout prudence et observation + bon sens.

Jusque là pas de soucis, il faut que ça dure. Nul n'est à l'abri d'un accident.

0

même pas vrai !
Aliguen a écrit de sa belle plume :
"le bateau était tout équipé quand nous l'avons acheté"

c'est même pas vrai !
il n'y avait pas d'anémomètre !

Le principal intérêt que je vois à savoir naviguer sans tous ces instruments, c'est de mieux comprendre ce qui se passe quand on navigue avec !
Et le propre de l'homme étant d'ête paresseux, quand la carto électronique est à bord, on l'allume de temps en temps.
Et dans nos zones de courant, cela permet d'e apprendre de belles sur la réalité du courant.

amitiés cordiales

Hubert, de Cherbourg
aui va peut-être remettre à l'eau le 15 octobre, puis pas mal de boulot pour remonter tout ce qui a été déposé depuis un an ..

30 sept. 201016 juin 2020
0

il ne faut pas regretter le passé
il faut en tirer les leçons pour bien vivre avec son temps.....

-naviguer à l'estime,
toujours le nez dehors,
-identifier et lire tous les indices que le ciel, la mer,les nuages , les caps, les rocs, les péninsules nous donnent...
- mais aussi utiliser tous les documents à vocations maritimes, voire les guides touristiques, les ouvrages historiques et les cartes routières (pour les emplacements des sites anciensqui présentent de l'intérêt, je navigue actuellement en méditerranée centrale des Baléares à la Turquie)

et pourquoi pas, le bateau, acheté d'occasion, et étant équipé de divers matériels appelés "aides à la navigation" les utiliser pour développer l'expérience du capitaine et mieux apprécier les situations pour décider en conséquence.

les instruments constatent mais naviguer, c'est prévoir......

29 sept. 2010
0

Un GPS de poche
tombe rarement en panne... Y a rien de mécanique là-dedans, et ceiux conçus pour une utilisation marine (je pense au Sportrak) sont fiables. En 8 ans, aucune panne. Si plus de pile, hop sur la battertie. Et le risque que la règle Crasse (pour continuer dans les ortographications fantaisistes de cet instrument) disparaisse derrière les équipets me paraît bien plus élevé...

28 sept. 2010
0

JJe sais aussi
j'aime bien ma table à cartes surtout la nuit et je me positione au moins une foie par heure en navigation si je vois la côte sinon je tiens mon estime mais je confirme au GPS pour voir si je suis bon

28 sept. 2010
0

ben moi
marine nationale oblige.
Sauf que j'ai aussi bricolé un truc pas mal avec une carte électronique qui est plus que pratique quand t'es tout seul pour rentrer sur lézardrieux de nuit.
Tellement de jus traversier qu'on peut pas être au fou et moulin et quand t'es obligé de viser le cailloux qui est travers à la route pour aller tout droit, c'est bien de vérifier sa route fond d'un coup d'oeil.

28 sept. 2010
0

mélange des deux
J'aime bien les cartes, sentir le papier, chercher les repères, en même temps je suis à l'aise avec l'ordi (+++boulot) , alors je prends les deux, y compris dans les endroits que je connais, çà me permet de confirmer la précision de l'électronique.
J'apprécie particulièrement la cartographie pour m'aider a trouver les amers (position de l'amer avec son cap + compas de relèvement), pas toujours évident dans les chenaux ...

Toujours une carte de prête, aucun plantage sous linux, windows par contre ...

28 sept. 2010
0

Mais expliquez moi un truc
A part les grands navigateurs, les autres, vous ne finissez pas par connaitre votre coin ?

Je sais toujours faire un point avec relévements, tenir une estime sur la carte et aussi reporter la position du gps ou regarder l'écran de l'ordi.

Mais en général, je ne regarde rien. Je connais le coin où je suis. C'est à dire grosso modo un triangle entre mettons la camargue, le milieu de la sardaigne et le cap Corse.

Dans cette zone, je sais où je suis et je sais où ne pas aller.

Et si je regarde ma position, c'est plus pour savoir à quelle heure je vais arriver que pour savoir où passer.

Même pour traverser, j'en arrive à parfois ne même pas allumer le gps. T'as un cap, une vitesse, le reste n'est pas bien compliqué.

Maintenant, c'est vrai qu'ici il n'y a pas de marée et peu de courant.

Jacques

28 sept. 2010
0

Heu,...
à par mon port de départ, en 35 ans il n'y a pas beaucoup d'endroits où je soit allé 2 fois, et 3 fois.... aucun ! ;-)

29 sept. 2010
0

.
Moi je change beaucoup de zone de nav, et il y a des coins je n'y passe pas souvent, d'autre que je découvre. C'est l'avantage de ne pas avoir sont bateau on a pas le temps de connaitre un côte par cœur.

Il y a bien une petite zone ou je peu me déplacer sans carte, mais bien heureusement ce n'est pas le seul endroit ou je vais :p

29 sept. 2010
0

ne rien affirmer hors de tt contexte....
en effet beaucoup depand des zones de nav...
J'enfonce une porte ouverte:en Méd pas ou peu de courants,de brouillard,d'ecceuils plus ou moins immérgés,de maréés;Du coup la nav,qu'elle soit à l'ancienne ou tt élctronique,ne pose que trés rarement un "problème"Ayant "tourné Corse/baléares/Sicile/Sardaigne/Tunisie/Malte/Croatie/GRèce(ionnienes);...nous nous sommes plantés ds le sable à Djerba et au Kerkennas....Sans gravité..et pour une erreur de 3 à 5 mètres...alors à l'ancienne ou pas...ds ces 2 cas précis??
Par contre,par ex en Norvège,ou sur des zones entières,on ne voit que forets,rochers et ilots déserts,biens contents d'aller (avec cartes papier,)de WPT en WPT,de façon à ne pas faire d'inçessants alers/retours cockpit/table à carte.Encore plus facile et sur avec un gps traçeur(sauf,autre enfonçage de porte ouverte)s'il tombe en panne...Bref tt ça pour dire que le mieux est (serait?)de savoir tt faire à l'ancienne et à coup d'électronique.La "maitrise" de l'une ou l'autre
de ces 2 possibilités,ou des 2 ,ne justifiant aucunement soit de bomber le torse,soit de négliger celle ci ...ou celle là!Faut simplement etre "humble"prudent et patient pour apprendre,se former,et prendre de l'expérience...

29 sept. 2010
0

j'ai oublié....
Erendil nous dit"meme pour traverser j'en arrive parfois à ne meme plus allumer le GPS"....mais c'est précisémment sur ce type de travérséé(à moins de lovoyer ds du gros temps ou des conditions difficiles)...que l'on a nul besoin de savoir ou l'on se trouve avec précision...
Le problème se posera à l'atterissage.Exemple? sur la trés classique travérséé Porquerolles/Calvi,avt les GPS,il n'était pas rare de voir des bateaux demandant ou ils étaient en arrivant en vue des montagnes Corses,au petit matin,ou souvent une légère brume masque les cotes ,ne laissant apparaitre que "le haut de l'arrière pays"....
Meme à cette époque(1977/1980)rares étaient ceux qui avaient à bord les instructions nautiques du SHOM,ou figuraient le plus souvent sous forme de croquis /dessins fort bien faits,les vues des cotes à(c'est un exemple)" 6 m de Revellata vue ds le 95"

28 sept. 2010
0

Moi je sais
Je ne navigue que comme ça en ayant pris soin de préparer ma nav avant le départ, bien tranquillement à la maison, ou bien la veille au soir à la table à carte en croisière et je me "rafraîchis" les idées juste avant d'appareiller.

29 sept. 2010
0

Peut-être as-tu raison Erendil
Mais je pense avoir moins d'expérience que toi et je ressens le besoin de "travailler" ma position régulièrement.

29 sept. 2010
0

moi
cartes papier, regle cras, compas de relevement, compas a pointe seche, sonde a main et sextant, mais j'ai quand meme investit dans un gps portable.

29 sept. 2010
0

pas le temps de s'ennuyer...
Jamais deux navigations identiques en Bretagne Nord. Ok en été c'est plus cool, mais dès les grandes marées, changement des repères, en hiver des bouées qui disparaissent ou se déplacent ...
Même dans un endroit hyper connu, toujours un paysage différent, des couleurs différentes, des oiseaux différents suivants les saisons... sans oublier les bateaux différents également suivant les saisons et périodes...
Effectivement dès que l'on est au large ça devient plus routinier ...

29 sept. 2010
0

ailleurs c'est pire
J'ai fait 4 shipchandlers du coté de Bodrum pour acheter une carte, la seule chose qu'on m'a demandé c'est "pour quel plotter ?" Quand j'ai précisé une carte papier ils ont souri : non on ne fait plus !

29 sept. 2010
0

Comme beaucoup les deux
1 GP 31 + cartes (+ sextant pour le fun) et un petit traceur sous les yeux en approche pour "décoincer" rapidement

29 sept. 2010
0

papier aussi
le gps portable sert surtout de speedo, et je ne peux même pas le brancher sur la VHF DSC. pour le reste de l'électronique, un sondeur à éclats..
Dans le terrain de jeu habituel, la carte est toujours sortie, mais sert peu. Nav classique au delà.
Jacques

29 sept. 2010
0

3 gps !!
des fois , qu'un tombe en panne :mdr:
mais impossible de naviguer sans carte papier ,un compas de relèvement , un sondeur et un loch ..un gps ça fait pas rêver , une carte papier , ha ça oui !!! humm!!!!:tesur:

29 sept. 2010
0

comme Erendil
La plupart du temps, l'électronique est éteinte. Même mon GPS portable n'est allumé qu'occasionnellement.

Cela ne signifie pas que je néglige la préparation d'une nav dès lors que je suis dans une zone que je connais peu ou pas. Mais je ne passe pas mon temps à vérifier ma position, au moins le jour. Il en va différemment la nuit... ou en cas de brume...
Le compas de relèvement n'est à mon sens utile que si on a la nécessité de faire un point très précis, ce qui peut être le cas en effet. Mais lorsqu'une zone est sillonnée pendant 15 ans, on commence à savoir où sont les balises cardinales et autres marques de danger isolé Si je pars de la Grande motte pour aller à la pointe de l'Espiguette, à Palavas, à Sète, je fonctionne à l'oeil, je ne prépare pas de waypoint... ;)
Un gars m'a invité sur son Dufour 405 il y a quelques jours et m'a vanté la sophistication de son électronique embarquée, arguant du fait qu'il pouvait même "rentrer au port" juste en regardant son écran, si par exemple, un brouillard épais lui ôtait toute visibilité... L'argument me paraît complètement spécieux (d'ailleurs il est très probable que si un jour il se trouve confronté à ce type de conditions, il se rendra à l'évidence et ne tentera pas le coup).
Bref, je pense qu'il faut savoir maîtriser l'ensemble des outils à disposition plutôt que de ne s'en remettre qu'à un seul. Et ne pas oublier que les garanties de sécurité découlent d'un ensemble d'éléments qui font système.

29 sept. 2010
0

ma methode

je trace ma route sur la carte papier ,releve le cap vrai à la régle Cras ,tien compte du courant et de la derive au pif ce qui me donne un cap compas (la deviation est negligeable) .

Puis toutes les heures je reporte ma position gps sur la carte et corrige ma route si necessaire en principe c'est bon.

josé

29 sept. 2010
0

qui suis-je alors, si je n'utilise pas
les outils de navigation à l'ancienne? Je navigue avec mon bateau depuis 6 ans. J'ai pratiqué beaucoup la planche à voile dans les années fin 70 et début 80. J'ai pratiqué un peu de dériveur et beaucoup suivi mes enfants en régate pendant des années. Voilà mon expérience marine à laquelle je rajoute quelques régates dans le golfe de Fos à l'automne, mais sans prétention. J'ai effectué la traversée Continent Corse cette année et j'ai voulu utiliser la carte en reportant régulièrement les points GPS sur la carte et bien je vous avoue cela m'a "gonflé". Comme la tenue du livre de bord d'ailleurs. Je le tiens au minimum, heure de départ, météo, cap et heure d'arrivée. Pas de roman. Malgré tout ça je prépare mon année sabbatique pour l'atlantique en 2012. Quant à l'informatique mon premier ordinateur, un apple II en 1980, m'a permis de me familiariser avec l'outil informatique plus facilement que la règle cras.

29 sept. 2010
0

tout électronique
J'ai le nécessaire a bord au cas ou, mais je sais faire le point par triangulation en côtier, je fais une confiance absolue a mes 2 GPS lecteur de cartes. Ils m'ont sauvé deux fois la mise dans la brume comme cela arrive parfois que la visibilité passe de plusieurs miles a 10 mètre en quelques minutes dans les perthuis breton et d'Antioche.
L'année derniere en Décembre, j'ai fait 8 heures de navigation au moteur et au pilote en aveugle passé au large des bancs de sable a marée basse, passé sans correction de cap entre les piles du pont de l'ile de Ré, dont on ne voyait a peine le tablier, et atterri aux Minimes juste dans l'axe du chenal avec 30 cm sous la quille, tout en suivant Madame GPS.
Je me serais surement vautré en naviguant a l'ancienne, compte tenu des courants et de la dérive.
Merci Madame GPS.
@+ et bon vent.
Alain

29 sept. 2010
0

ça c'est sûr
on a bon dire l'electronique c'est pas mal tout de m^me .

amha avec seulement un gps basique c'est largement suffisant le reste c'est un peu de l'amusement .

on parle souvent de point relevé par triangulation avec le compes d e relevement c'est bien moins precis que le point gps reporté sur la carte .le temps de relevé les angles ,les inscrire, les reporté sur la carte et pendant ce temps le bateau avance on est à coté de la plaque à coup sur. par contre le gps imparable

29 sept. 2010
0

Euh
Si la carte est vieille, que tu te situe au gps ou avec les relevés etc ce sera pareil! sauf si tu tiens a jour ton gps lescteur de carte...

29 sept. 2010
0

Je comprend pas tres bien
Donc, comme je le pense aussi, les cartes papiers et electroniques sont les memes (mise a jour aisé des cartes electroniques ou achats nouvelles de cartes papier).
Qu'est-ce qu'il t empeche de faire des relevé sur ta carte electronique? en plus nul besoin de descendre a chaque fois a ta table a carte...
Je pense que beaucoup maitrise bien les cartes papiers mais devrai progressé avec d autre moyens peut etre moins fiable (...) mais beaucoup plus pratique (disponible au commande, zoom, tracage, waypoint, modification rapide et clair...)

29 sept. 2010
0

écumeur
franchement je ne comprends pas bien ton explication ,excuse moi.

tu releves des amers reel ok , puis tu passes sur la carte papier .
-leur positionnement sur la carte est-elle conforme à la réalité? on n'en sait rien supposons que oui il est effectivement plus simple de les positionné correctement qu'une roche dans le fond.bien admettons

Mais rien ne prouve qu'elle la roche sur la carte soit à la bonne place relative par rapport aux amers car il s'agit bien de celà .

tu peux avoir un relevé juste et une roche elle decalé par rapport à la realité ton relevé juste ne t'apporte rien par rapport à la roche.

josé

29 sept. 2010
0

à ecumeur
le Shom fait actuellement une campagne de relevé et de courant entre Cherbourg et la Belgique pour mettre les cartes à jours

29 sept. 2010
0

Règle du pouce ?
C'est bien pour ça que le SHOM recommande toujours d'appliquer la règle selon laquelle il ne faut pas passer près d'un danger à une distance inférieure à un pouce sur la carte ?

Quant au GPS, c'est sûr qu'il a une valeur ajoutée indéniable : il fait un point à quelques mètres près toutes les secondes quelque soit la météo sans se fatiguer et sans rechigner !

29 sept. 2010
0

Et aussi
Un gps lecteur de carte c est pas du luxe non plus, ca permet de visualiser rapidement la position et le cap a suivre

29 sept. 2010
0

Par contre.....
si tu es dans une zone dont les levés cartographiques sont anciens (cad antérieurs à l'apparition du GPS différentiel et autres systèmes précis), le caillou peut être représenté sur la carte à plus de 100m de sa position réelle.
Ce n'est pas moi qui le dit, mais le SHOM dans son petit fascicule "GPS et navigation", qui coute environ 10€, bon marché pour améliorer la sécurité de nos navigations.
Sur la base des coordonnées précises données par le GPS (je suppose qu'il est calé sur le bon système géodésique!), tu peux donc aller directement dessus en pensant passer à distance.
Dans ces cas de figure, il est alors plus sur de travailler "à l'ancienne" avec alignements et compas de relèvement. On se trouve alors en mode relatif et pas de problèmes ... si on vise bien!

29 sept. 2010
0

Rien à voir avec l'âge de la carte
Même sur des cartes récemment livrées par le SHOM, donc à jour, la lecture attentive des informations annexes permet parfois de découvrir des secteurs dont les levés remontent parfois à plusieurs dizaines d'années, voire le début du siècle précédent. Les cartes des divers systèmes de cartographie électronique, traceurs etc.. sont établies à partir des cartes papier du SHOM, de l'Amirauté Britannique ou autres instituts cartographiques officiels. Si des erreurs de position figurent sur ces documents, elles seront transposées sur les documents électroniques.
Lorsque l'on définit sa position par relèvements d'amers, on est en mode "relatif", on se définit non pas en longitude et latitude comme avec un GPS ou un système de navigation électronique mais en relatif par rapport à la position réelle des amers. C'est ce qui fait toute la différence.

Mais si tu es plus compétent que le SHOM en cette matière et que tu as de sérieux arguments pour le contredire, tu peux leur écrire pour leur dire qu'ils sont incompétents.
;-) ;-) ;-)

Je me souviens d'un atterrissage sur la Martinique, avec une carte IMRAY qui ne remontait pas à la bataille de Trafalgar. Il était indiqué une mise en garde dans le cartouche, car les levés remontaient au... 19è siècle! Ce qui explique certaines différences importantes dans ces coins entre cartographie papier et positions GPS!

29 sept. 2010
0

la nav
je sors rarement le matos car je connais toute la cote de banyuls à menton et un peu plus loin ...
mais sur un trans med ou transat c'est agréable de tout stopper sauf le pilote pendant 3 ou 4 jours et d'apprendre à l'équipage la nav astro
en plus ça les occupe avec dieumegarde et bataille ,les tables perpetuelles de lesouder sont pas mal non plus .
quand il fait beau c'est un regal ,mais quand ça brafougne l'electronique ça rassure ...
alain

29 sept. 2010
0

Et les HO 249
qu'en penses-tu ?

29 sept. 2010
0

les ho249
c'est plus simple mais il faut un tas de papier
alors qu'avec les féfé mes rides
90-hv+-d à la meridienne ça va tout seul
alain

29 sept. 2010
0

A condition
qu'il n'y ait pas de nuages.

29 sept. 2010
0

Quoi qu'il advienne,
il faut juste ne pas perdre le sens marin. Vieux proverbe dont j'ai fait ma devise: "Il ne sert à rien sur la mer de savoir où on va si on ne sait pas où on est. Et inversement sur terre."

Donc, bonne fins de navs. ;-)

29 sept. 2010
0

Je crois que ...
le pb, pour le gars qui n'y connait rien, n'est pas tellement de savoir ou il est ... mais bien de savoir quoi faire !! Comment réagir dans un chenal, comment réagir avec un changement de temps ... etc.

F

29 sept. 2010
0

Un de plus
Dans les zones qui le permettent, j'aime bien naviguer sans boussole, sans GPS, sans sextant, en observant la nature à l'oeil nu. Le comble du luxe est d'avoir une montre, pour connaître la longitude. Attention, je ne parles pas de faire un atterrissage de nuit à l'Aber Wrach' comme ça!

Quoique, s'il n'y a pas de brume, avec la libenter et les alignements de feux...

a+ / raphael

29 sept. 2010
0

le recif des moines en corse
tous les ans il y en a qui montent dessus en etant sous pilote avec le gps et comme tous les recifs en corse il n'est pas balisé mais un peu décale par rapport à la position gps .il faut le passer avec des relevements ...
alain

29 sept. 2010
0

Nav tradi et moderne...
Je me suis initié récemment à la carto électronique via un PC, et je dois dire qu’en fait je m’en sers peu (pour l’instant…)
Bizarrement j’éprouve une sensation de régression par rapport à l’utilisation des cartes papier, et à la limite, j’ai peur d’oublier tout ce que j’ai appris en ne pratiquant pas.

Pourtant je reconnais que dans des coins tordus, ça apporte un grand confort, mais je ne me sens pas totalement en confiance.

A contrario mon simple GPS sans carto, dans lequel j’ai rentré des centaines de waypoints par rapport auxquels je me positionne, m’apporte plus de sérénité, parce que ça se rapproche beaucoup plus de la nav traditionnelle, on remplace simplement les amers par des waypoints et le compas de relèvement par le GPS, avec l’avantage de la rapidité et de la précision. Mais le processus est le même, avec toujours cette petite gymnastique intellectuelle (relèvement, déclinaison etc…) qui rassure, contrairement à un point qui se déplace sur un écran.

Mais je suppose que je finirai par m’y habituer, parce que c’est quand même magique quelque part.

Par contre ce qui est vraiment regrettable, c’est que beaucoup de débutants apprennent directement avec la carto électronique, sans passer par la nav de base.
;-)

29 sept. 2010
0

Si le désir me prenait d’y faire un pèlerinage,

je pourrais toujours aller de Bruxelles à Saint-Jacques-de-Compostelle à pied.

Mais, je vous garantis que j’irais motorisé.

Avez-vous la moindre idée du pourquoi ?

Tous simplement parce que pendant le temps perdu à marcher, je pourrais profiter d’un tas d’autres choses... (Il suffit de transposer à votre question):alavotre:

pfffzzzz

29 sept. 2010
0

question Cobra

Mais alors pourquoi utlise tu un bateau à voile pour te deplacer en mer ???

29 sept. 2010
0

Éloge de la lenteur
J'y suis allé à pied et je navigue à la voile en solitaire. L'avantage de ces moyens de transport lents (outre leur côté naturel) est d'y passer du temps sereinement, ce qui permet d'être dans un autre état d'esprit : décontraction, réflexion (ou méditation), anti-stress.

Le voilier réglé, la barre attachée, assis sur la plage avant, je commence par regarder la mer, puis je ne la vois plus, je "rêve". En (très) grande randonnée c'est pareil. Quand ça dure des heures, des jours, des semaines, c'est génial.

C'est à l'opposé de la plupart des modes de vie dans notre société pressée. Pratiqué régulièrement ça fait un bien fou.

29 sept. 2010
0

+1
Ca c'est bien dit...

29 sept. 2010
0

Les anglais disent;
"to spend time"
nous disons ;
"perdre du(son) temps"
J'aime pas les Anglais :oups: mais là ils ont raison (la mort dans l'ame je le reconnais)on ne peut pas perdre son temps, cela induirait que l'on peut en gagner on ne peut que le dépenser sur le crédit alloué..........a chacun de voir la gestion de la dépense.........
:heu:

29 sept. 2010
0

Pour rester sur le même chapitre,
vaut-il mieux bouffer son crédit temps et perdre ces heures merveilleuses de méditation les pieds en éventail une Duvel bien fraiche dans la main, ou ses deniers en s’offrant un programme de nav digne de ce nom…
Car il est évident que pour utiliser le truc que certains vantent sur heo ou le site voisin, mieux vaut se fier à son nez …
Et à un simple bout de papier...

Pour notre amis et le pourquoi du voilier, Simplement pour profiter plus longtemps des pieds en éventail... :alavotre:

pfffzzzz

29 sept. 2010
0

Ceci dit,
tu peux aussi méditer pendant le temps ou tu vat de Bruxelles à Compostelle à pied c'est même à ça que ça sert surtout que c'est long

30 sept. 2010
0

Moi j'ai du mal
mais Donald y arrive tres bien mais c'est vrai qu'il faut pas refuser le progrès d'ailleur je me sert aussi de l'électronique bien sur mais je crois que le fil c'est surtout pour dire que sans formation tradi c'est pas tout le bazar lumineux qui va te sortir d'un mauvais cas bonnes navs

29 sept. 2010
0

avez-vous déjà éssayé
de marcher les pieds en éventail une Duvel fraiche à la main ? ;-)

pfffzzzz

30 sept. 2010
0

Que ce soit
avec ou sans électronique (électronique prise dans son ensemble) la manière d’appréhender les choses n’a aucune raison de changer.

Cela permet seulement d’aller plus vite dans son boulot, donc de multiplier l’analyse des options possibles et de prendre en théorie la moins mauvaise décision

bien sûr, pour cela l’expérience est indispensable, tout comme l’ouverture d’esprit aux nouvelles technologies

Si mon avis vous intéresse, le débat est sans intérêts, car le seul critère réel est le fric qu’on accepte de placer dans ses jouets futiles.
Car en dehors de l’apparence visuelle, ce qui importe ce sont les possibilités d’intégration et d’analyse des données qui font l’intérêt d’un logiciel de nav.

Et au-delà, ses propres capacités à les utiliser... :alavotre:

pfffzzzz

01 oct. 2010
0

comme me l'a dit un jour un équipier novice lors d'une traversée
"Le voilier c'est le moyen le plus lent pour aller d'un bistrot à un autre...".

;-)

29 sept. 2010
0

Rachid
les anglais disent
faire de la voile c'est se mettre sous la douche en ciré en déchirant des billets de mille

:-)

29 sept. 2010
0

il faut oser
poser cette question sur ce site, c'est comme demander si on sait que pour marcher il faut poser un pied devant l'autre!

;-)

0

qui est encore capable ?
presque tout le monde j'espere !c'est le ba ba de la nav ,l'essentiel quoi ,les outils c'est juste pour affiner !

30 sept. 2010
0

Eh ben voilà,
on est dans le sujet. Ce n'est pas étonnant, puisque maintenant un voilier ( de préférence en dessus de 40 pieds ) est devenu une manière d'afficher sa position sociale, ce n'est plus une passion. Je côtoie assez souvent un concessionnaire d'une grande marque et ses vendeurs, je te jure que les dialogues ou les arguments de vente sont parfpois totalement délirants.Ce qui nous fait des bateaux-ventouse au bout d'une saison, parceque Monsieur, la mer, ça fait des bosses, si,si! Et on ne sort que par beau temps pour quand même justifier le statut de skipper qu'on s'est octroyé auprés des copains de boulot, mais bon, ce n'est pas l'enthousiasme. Peut-être qu'on pourrait vendre celui là et acheter un plus gros, pour la sécurité, c'est mieux. Et puis on pourrait avoir la clim.
C'est ça qu'on rencontre de plus en plus sur l'eau, bien droit derrière leur barre à roue, et qui se tamponnent des règles de barre comme de leur première chemise.
Mais à leur décharge, on leur a vendu le bateau équipé de la technologie permettant de boucler un tour du monde les doigts de pieds en éventail.Une des conséquences: la SNSM est devenue ne PME avec un impératif de rentabilité.
Heureusement, c'est quand réconfortant de lire les contributions des Héossiens, qui eux, maîtrisent le problème avec ou sans électronique.
Alors question subsidiaire: A quand un permis voile ?

02 oct. 2010
0

comme dit calypso ..............
les décideurs decideront et peut etre qu'ils vont créer leur propres ecoles de voile un peu comme les écoles "J" aux etats unis avec une attestation de qualification à la clef .
En fait , comme les voilier naviguent peu , pourquoi passer un permis .
regardez les moteurs + de 6 cv utilisable sans permis .c'est vendable .Et regardez à vendre le 9.9 cv d'occase - tres difficile .
En fluvial , les location s'effectuent sans permis mais si c'est un propriété personnelle il le faut, ce foutu permis .
Imaginez la meme chose chez les loueurs de voiliers............

30 sept. 2010
0

.
"Ce n'est pas un permis voile pondu par un Ministère qui améliorera le niveau moyen des plaisanciers"

Il n'y a qu'a voir ce que tu apprend au permis côtier. Dire que des gens sont persuadé de pouvoir prendre un bateau en toutes sécu avec ce qu'il y ont appris :/

30 sept. 2010
0

Peut etre pas un permis
Mais des stages de voiles sous diverses conditions (avaries, meteorologiques etc) obligatoires pourquoi pas...
L'etat a toujours conclué que pour acheter un voilier il faut en etre passionné et s'y connaitre...peut etre avans mais ce n'est plus le cas depuis bien longtemps, faudrai remettre a jour tout ca.
En mediterrannée il m arrive souvent de croiser des voiliers se comportant comme des bateaux a moteur et il n ont rien a leur envier niveau motorisation et vitesse...
Ceetainement des frimeurs comme cités plus haut ou des locations...

30 sept. 2010
0

faire face a toutes situations
Ou presque et une formation que toute personne censé et responsable fait d'elle meme mais le probleme sont ceux qui s'en foute et n'ont peur de rien et ce jusqu'a ce que ca se gate...et la c'est panique, sur-accident, moyen enorme selon la distance ou condition meteo pour les secourir...
Apres il est evident rien de tel que l'experience mais une base est essentiel

30 sept. 2010
0

voile ou moteur
combien de "voiliers" naviguent plus au moteurs qu'à la voile?

que les voileux passent le permis moteur, ce sera déjà une bonne base :-D

01 oct. 2010
0

Et oui
Ici c"esy courant, j'habite toulon et mon bateau est a giens mais la-bas c'est pire (face porquerolles...) au final je met quasimment mon bateau en hivernage juillet/aout...

30 sept. 2010
0

discuter un peu avec la SNSM ou avec certains plaisanciers ?
Les "plaisanciers" récupérés par la SNSM ou ceux qui passent leur temps sur les pontons ne sont pas forcément représentatifs.
Il y a aussi ceux qui ne sont à bord qu'au large pas au ponton et ceux qui ne viennent pas sur leur bateau...

30 sept. 2010
0

Ben moi
Je bouge pas mal, au moins 1500 miles par ans. Pour une grande traversée, je ne me casse pas le c.., je coupe le GPS. Ca me fatigue à la longue de voir le truc me dire en permanecne ce que je dois faire à 10 m près.

C'est fun un atterrissage sur la base du relevé sextant, et là les croquis de côte des IN sont irrenplaçables. Faut juste aimer ça.

Pour des micro traverées très techniques genre Chausey avec de gros courant traversiers, il faut suivre les alignements pour compenser les effets des courants, et là aussi je me la joue traditionnel. Je trouve que l'éléctronique dans ce cas, ce n'est pas facile à interpréter assez rapidement.

Par contre, dès que je suis assez loin de chez moi, c'est tout électronique, simplemnt parce que je n'ai pas les sous pour acheter toutes les cartes papier de détail de mon terrain de jeu (de l'Ecosse au Portugal). Pour 800 euros j'ai toute la carto électronique à jour, pas cher non?

30 sept. 2010
0

et bien non pierre 2
d'étrompe toi la tres grande majorité des plaisanciers ne savent pas faire .

ils naviguent qu'avec 1 methode :les Way point

ils rentrent le point de depart le point d'arrivé ou du virage et reste pile poil sur la ligne .

Et tout le reste ça leur passe par dessus la tête.

Il suffit de discuter un peu avec la SNSM ou avec certains plaisanciers pour ce rendre compte de la grande ignorance ,c'est un peu effrayant et etonnant à la fois.

josé

30 sept. 2010
0

à quand le permis voile?
c'est à l'etude .

Les bateaux écoles font le forcing .

d'un coté les grandes marque sont contre et ont un grand pouvoir car ils siegent au Comité Superieur de la Plaisance qui est decideur en la matiere et de l'autre coté les Bateaux école qui voudraient bien recuperé une clientel apres avoir recupéré exclusivement le permis cotier et le CRR .

josé

30 sept. 2010
0

Je sais conduire, j'ai le permis...
Hooloof nous écrit:
"A quand un permis voile ?"
Ce n'est pas un permis voile pondu par un Ministère qui améliorera le niveau moyen des plaisanciers ou ,alors il faudrait qu'il soit basé sur une validation de l'expérience comme le font les anglais pour le "Yacht master"

Ce pourrait être le sujet d'un nouveau fil.

30 sept. 2010
0

Si le permis voiture
était une garantie de sécurité sur les routes, ça se saurait...

Un permis voile ne fera que rentabiliser l'incompétence de certains, certainement pas fabriquer de bons navigateurs.

Preuve : le permis moteur existe depuis un bon paquet d'années, pourtant ce sont les bateaux qui exigent d'en posséder un pour leur usage qui sont la principale source d'accidents.

30 sept. 2010
0

le pire alex
c'est que la large majorité pensent qu'ils peuvent prendre un bateau en toute sécurité d'autant plus qu'ils n'ont jamais rien appris :

bof ! pourquoi le permis on n'y apprend rien et je sais tout !!...

josé

30 sept. 2010
0

On s'est mal compris,
bien sûr qu'un permis voile s'il est conçu comme le permis mer ( et il n'y a pas de raison pour qu'il en soit autrement, vu que le but est que le maximumde monde puisse l'obtenir afin que les chantiers puissent continuer à tourner à fond ) ne formera pas mieux les titulaires.
Mais à force d'accumuler les incidents quand ce n'est pas les accidents dans lesquels les voiliers sont impliqués, qui mobilisent la SNSM ou la Sécurité Civile, sans compter les assureurs qui commencent à la trouver saumâtre, je pense qu'on va y aller en droite ligne.
Il y a sûrement un technocrate qui est en train de se demander combien pourrait rapporter en timbre fiscaux tous ces jean-foutre de voileux.
C'est pour celà qu'un minimum de formation serait nécessaire avant de sortir pour la première fois le beau voilier tout neuf

0

pour hoolof
j'en ai vu un arriver comme ça a toulon a coté de moi ,la capitainerie a du l'aider pour se metre a quai (mazette un dufour 45)quand on a voulu lui donner des conseils ,du haut de son costard il nous a meprisé ,lol,deux mois apres son beau yacht tape grave le quai ,entrainant des voies d'eau sur le pont (sic)et l'assurance n'a pas voulu payer! allez encore un bobo de moins sur l'eau :mdr:

30 sept. 2010
0

Deux marronniers...
Pfffuuuuîîîî,

Deux marronniers sur un fil, cela en fait un de trop !

1) l'incompétence des nouveaux voileux
2) le permis voile

Faut pas utiliser tous les sujets en même temps, sinon que restera-t-il pour occuper les débats d'hiver ...
:litjournal:

30 sept. 2010
0

Au moins ils ont un lien
et y'aura d autres choses a discuter sinon c'est dramatique!

30 sept. 2010
0

Ne vous inquiétez pas
si vous êtes à cours d’idées qui fâchent, vous m’appelez, j’ai ça en stock... ;-)

pfffzzzz

30 sept. 2010
0

SO Ocean Indien
J'ai souvent traversé entre Mayotte et Madgascar (180 mn), à des époques différentes. A l'aller pas de gros risque, pour louper Mada, faut le faire, mais au retour, c'est assez facile de louper Mayotte, car il y a de forts courants transversaux et dans l'axe, liés à la marée et aux courants gébéraux sur cette traversée et pas d'info là dessus. Avant le satnav, puis le GPS, c'était du homing sur la radiobalise de l'aeroport, pas très facile. Je trouve un réel confort depuis le gps et de la sécurité.
Avis partagé par beaucoup de navigateurs de l'ocean indien, où il y a des dangers ici et là. Notamment par un navigateur solitaire qui m'avait impressionné en faisant d'une traite Bali Hurghada et en reconnaissant que le GPS c'est très bien..

01 oct. 2010
0

est venu sur le tapis permis ou pas??
allez voir les stats des causes d'interventions de la SNSM....
73 % est du à pannes/avaries et ds cette catégorie:cc sont à 61 % des avaries de moteur ..et ds cette catégorie(causes des pannes moteurs) les batteries out/le circuit elect/le circuit carburant/le circuit refroidissement...
Les erreurs de nav ?c'est 12 %.
Le conseil souligne que pas mal de pannes surviennent aprés entretien par des PROFESSIONELS !
Bref plutot que le "classique "permis il semblerait plus pertinent d'améliorer les compétences "d'entretien" des plaisnciers(mais comment faire??)et d'exiger des pros plus de sérieux (et de compétences?)

01 oct. 2010
0

on est d'accord
sur les stats mais quand on entend à la VHF au mois d'aout cette année un voilier de 42 pied envoiller une demande d'assistence pour avarie moteur alors que le termique souffle à 12 noeuds et que la position GPS qu'il donne le situ a 4.5 notique du port le plus proche qui en plus est le sien si ça c'est pas de l'incompétence du skip qui sait même pas se servir de ses voiles jusqu'à ce qu'une bonne ame le prenne en remorque pour l'estrée au port alors c'est quoi surtout que ce mec je l'ai entendu au ponton raler parcequ'il avait du payer alors tu peux avoir tous les instrument et que tu veux si tu sais pas tu sais pas

01 oct. 2010
0

De toute façon,
je ne suis pas sur que s'il n'avait pas oublié ses voiles, il aurait été capable d’apponter avec... :heu:

Dans la même note, si ça arrive à d'autre parmi les crack d'heo ou d'ailleurs, prévenez moi que je me tire avant votre arrivée... :lavache:

Ce n'est pas un manque de confiance, juste un peu de prudence... :alavotre:

pfffzzzz

01 oct. 2010
0

C'est la première fois....
que j'entends parler d'un voilier appontant sur un porte avion!
Ce n'était qu'une taquinerie pour mica971 qui a sans doute voulu dire "accoster un ponton".
Pour l'avoir déjà pratiqué (y compris en solitaire) par plaisir avec des conditions facilement gérables de vent et de courant éventuel ou par nécessité pour cause de panne de machines, c'est toujours un exercice intéressant. Dans le premier cas, le moteur tourne naturellement au ralenti, hélice débrayée pour éventuellement rattraper un coup raté!

01 oct. 2010
0

oubli ?
ben comme il avait le moteur il avait pas pensé à emmener ses voiles, non ?
:acheval:
À propos, comme le secours aux personnes est gratuit et obligatoire, à l'inverse de celui aux biens, c'est normal qu'il ait payé. Sinon il avait aussi le choix d'abandonner le navire hors d'usage :mdr:

01 oct. 2010
0

Apponter sous voiles ?
Bien sûr il n'aurait peut-être pas été capable d'apponter à la voile sans risques (moi non plus je ne suis pas très fort à ce jeu là). Mais mouiller à la voile à l'entrée du port c'est pas bien compliqué. Au pire, en marche avant, accrochage assuré !
Et sur un 42 pieds il y a en général une annexe et son moteur, soit un parfait remorqueur de port, idéalement à couple pour être manoeuvrant.

01 oct. 2010
0

Vous n'avez pas lu
Janichon et son voilier stellaire ?

En tous cas, je ne sais pas pour Mica, mais pour moi y a pas photos, c'est d'ailleurs la raison pour laquelle je préfère fuir...

Cela dit, mon dernier accostage à la voile c'est passé en douceur à Dunkerque au ponton visiteur du Grand Large bicause hélice en vadrouille...
Mais là, c'est facile, il y a toute la place ;-)

De toute façon, mieux vaut mouillez et réparer avant d'entrer car les ports ont rarement suffisamment de place pour évoluer sans risque du moins avec mon jouet... :alavotre:

pfffzzzz

01 oct. 2010
0

Accostage à la voile
J'ai repris le terme de Cobra, alors que je dis toujours accoster. Je ne savais pas que "apponter" était pour les porte-avions. Bon ce sera pour le jour où j'aurai mon yacht de 50m, je garderai mon 6,5m comme annexe. Ça fait moins de bruit que l'hélico ;-)
photos.marinetraffic.com[...]to.aspx

J'ai aussi "testé" une fois l'accostage à la voile, en solitaire et le moteur en panne. Un peu brutal mais pas de casse. Il faut que m'y entraîne...

01 oct. 2010
0

est venu sur le tapis permis ou pas??
allez voir les stats des causes d'interventions de la SNSM....
73 % est du à pannes/avaries et ds cette catégorie:cc sont à 61 % des avaries de moteur ..et ds cette catégorie(causes des pannes moteurs) les batteries out/le circuit elect/le circuit carburant/le circuit refroidissement...
Les erreurs de nav ?c'est 12 %.
Le conseil souligne que pas mal de pannes surviennent aprés entretien par des PROFESSIONELS !
Bref plutot que le "classique "permis il semblerait plus pertinent d'améliorer les compétences "d'entretien" des plaisnciers(mais comment faire??)et d'exiger des pros plus de sérieux (et de compétences?)

01 oct. 2010
0

faudra-t-il un jour
revenir à la règle Cras?
www.reseaux-telecoms.net[...]34.html

01 oct. 2010
0

Cela serait....
rigolo...! ;-)

02 oct. 2010
0

On s'en fout
On aura Galiléo
Wharffff !!!!!!!!

03 oct. 2010
0

Et la marmotte......
met le Galiléo dans le papier d'alu.....:mdr:

01 oct. 2010
0

Pourquoi revenir ?
On ne l'a jamais vraiment abandonnée...

03 oct. 2010
0

c'est vrai,
d'ailleurs je m'en sers pour vérifier que le GPS fonctionne bien ;-)

01 oct. 2010
0

Ça fait un moment
que je ne me suis pas astreint à l'exercice complet… 3-4 ans sans doute… ce qui ne m'empêche pas, pendant une traversée, de noter ma position gps sur la carte papier et de remplir en même temps mon journal de bord. Par contre, pour le cabotage du week-end… je garde l'iphone pas loin et la carte au cas où… mais la plupart du temps, connaissant le coin… je ne note rien…

Prochain tour du côté de Ste Lucie, je coupe le gps et je fais tout à l'estime, loch, carte, règle, compas de relèvement (mon point astro, pas possible, je n'ai plus ce qu'il faut), promis ;-)

03 oct. 2010
0

menager la chevre et le chou
Effectivement, il faut utiliser le matériel qui simplifie la vie, et ne pas oublier non les règles de barre.
Il ne faut absolument pas faire une confiance totale au GPS lors de point précis mais d'avoir la confirmation de son visuel.
Car aujourd'hui, le quidam qui ne jure que par les méthodes dites à l'ancienne, doit se retrouver bien embeté si la brume arrive dans un endroit à trafic....

Mais il peut toujours appelé avec son portable sa femme qui lave le linge au lavoir qu'il aura du retard ..... ne soyons pas sectaire

Amicalement

03 oct. 201016 juin 2020
0

par exemple :
comme ça :

03 oct. 2010
0

Sur Koala, c'est à l'ancienne et au moderne
... règle Cras, compas de relèvement, cartes papier pour y reporter le point etc.

Le nouveau GPS, qui date d'il y a une douzaine d'années, facilite bien les choses et apporte des infos supplémentaires.

Mais en Méditerranée ce n'est pas trop difficile !

03 oct. 2010
0

Bien vu , Martoo
mais on peut aussi en profiter pour gréer quelques lignes pour pêcher la morue...
Ok, je sors :acheval::acheval::acheval:

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Groix pointé des chats juillet 2020

Souvenir d'été

  • 4.5 (1)

Groix pointé des chats juillet 2020

novembre 2021