Question sur utilisation de la dérive sur DL

Bonjour,
Je suis en train de changer de bateau en ce moment (evasion 32 pour evasion 34)
Pour moi:
Dérive baissée au près et pour les manoeuvres,
Dérive haute au vent arrière,
Quid du travers et d u grand largue?
Avez vous d'autre conseils?

L'équipage
09 mar. 2012
09 mar. 2012
0

j'ai oublié: evasion 34 DL...

09 mar. 2012
0

Pour faire court.

Dès que l'allure fait giter le bateau, la dérive doit être descendue.
Au grand largue la vitesse devrait compenser la dérive mais pas vent travers

09 mar. 2012
0

Je dirais "dès que l'allure fait DERIVER le bateau" ! : au près, par 1 Bft, il ne gîtera pas, ce n'est pas une raison pour relever la dérive.

09 mar. 2012
0

salut,
si ton état de forme le permet, va faire un tour en 420 ou équivalent et tu vas vite comprendre.
Bon vent

09 mar. 2012
1

Nelson,
nous parlons de dériveurs lestés pas de dériveurs intégraux.
les DL ont une surface longitudinale verticale immergée importante avec un "saumon" prolongeant le puits de dérive vers l'avant et l'arrière, ce qui permettrait si besoin la navigation dérive haute en toutes circonstances.
le 420 est une savonnette dériveur intégral, rien à voir.

Altantica,
Nous baissons la dérive du près au travers , ainsi que pour les manoeuvres de port.
Au grand largue, on peut envisager de la baisser partiellement parce que c'est une dérive pivotante, qui donne de la surface plutot sur l'arrière avant d'être complètement basse. mais généralement, dès qu'elle bat un peu dans son puits c'est quelle ne travaille plus , donc on la remonte.

Skol, Jurançon DL 29pieds.

0

31 pieds :oups:

09 mar. 2012
0

Sur un DL je fais comme toi au près et au vent arrière et pour les autres allures, en particulier le travers c'est variable. Si grosse houle de travers je descend la dérive de moitié ce qui semble stabiliser le bateau. Sinon la dérive à bloc si pas trop de houle et pas trop de vent.
En réalité deux cas. Soit je laisse la dérive descendue à bloc comme ça le vérin et le câble sont au repos, soit je remonte la dérive à bloc ce qui adoucit un peu la barre.

Beaucoup d'ailleurs ne s'occupent jamais de la dérive et se contentent de faire un peu moins de près sans que ce soit dramatique. Un coup de moteur une heure avant l'arrivée sera toujours mieux pour aller vite dans des conditions normales.

07 avr. 2017
0

d'accord sur ta premiere partie de réponse...

le bateau peut être dur avec la dérive dans la mer ou la houle assez prononcée...

09 mar. 201209 mar. 2012
1

bonsoir
une indication :
- si la dérive bat dans son puit, c'est qu'elle n'es pas appuyée, elle ne sert à rien.
- si la dérive a du mal à descendre ou monter, c'est qu'elle est en appui : elle est alors utile.

Maintenant savoir s'il faut tout mettre ou pas ...
Sur mon Hood j'ai une dérive à fort allongement profilée (en gros trois fois plus longue que large) et pivotante.
descendue à 45° on benéficie de presque toute la surface et le centre de poussée est assez reculé : le bateau n'est pas ardent.
Plus on descend la dérive plus elle avance rendant le bateau un peu plus ardent, ce qui est intéressant par petit temps.
dans le vent plus fort on en remonte un bout, ce qui revient à la reculer sans vraiment diminuer la surface utile.

ceci n'est pas vrai sur une dérive plus ou moins triangulaire comme sur les ovni où le centre de poussée se déplace moins nettement en fonction de la position de la dérive.

Hubert, de Cherbourg

22 jan. 2013
0

tun e dis pas tout ...
il ne faut pas oublier qu'en position basse comme elle est calée sur l'arriere en donne un angle de 3° par rapport à la ligne de foi qui augmente la remontée au près et 3.2M de T.E c'est pa négligeable
alain

09 mar. 2012
0

Bonsoir,
Pour avoir eu quatre dériveurs dont 3 DL je me permets d'ajouter un autre élément qui complète l'avis de Hubert de Cherbourg: c'est la barre qui peut donner des indications trop sous le vent la dérive est trop remontée et vice-versa.Sous pilote si ce dernier travaille trop un réglage voiles et dérive s'impose.Bon vent

09 mar. 2012
0

Mes vieux amis marins disait toujours
"La dérive, toujours en bas"
sauf au port ou au moteur.
Même si dès fois ça bat un peu au vent arrière, c'est justement un signe quelle est utile ! Ben oui, elle réduit alors le roulis ! Si vous la remontez à ce moment, votre navire balancera encore plus ! Sortez les sceaux et donnez à manger aux poissons !
A plus...

0

ce matin, ayant besoin de tester mon hélice en marche arrière à 2000 tours moteur, j'ai commencé dérive haute (Hood 38 tirant d'eau dérive haute environ 1,5 m) stirctement impossible de faire route : le bateau tourne dans un cercle de trois fois sa longueur ! même en le présentant cul au vent. (à noter que le mât n'est pas à poste)
Même chose dérive basse : tout va bien.

D'une manière générale les manoeuvres de port se font dérive basse dans la mesure du possible même si avec un dériveur lesté on peut se débrouiller sans (sauf longue marche arrière pour moi)
avec un driveur intégral : pas trop le choix ! il faut de la dérive.

Quant à la fonction anti roulis, elle est bien sur réelle, mais pas toujours notable, j'ai une quille assez longue et un tirant d'eau de 1,5 m. le roulis est faible même dérive haute.
Bien sur dérive basse avec 3,3 m. de tirant d'eau, il y a un amortissement du roulis notable au mouillage, mais pas sous voile.

Hubert, de Cherbourg

Hubert, de Cherbourg

07 avr. 2017
1

sun-fizz dériveur pas de problème de manoeuvre..... avec un propulseur d'étrave

ou en utilisant au mieux le pas de l'hélice

et quand on utilise les deux , en marche avant ou en arrière, c'est génial....

09 mar. 201216 juin 2020
0

sur Grenache NEPTUNE 99 dériveur j'ai constaté que au delà du grand largue si je laisse la dérive complètement descendue le bateau est difficile à barrer, le pilote crie au secours.. Dès que je remonte la dérive , de + en + , jusqu'au vent arrière (remontée en plein) tout redevient bien!

07 avr. 2017
0

Bonjour Pascal,comme j'envisage d'acheter un Neptune 99 en vente a Raiatea j'aimerais parler a qq pour avoir des conseils et savoir si la derive fait du bruit en route et si c'est facile de la monter et redescendre.Merci,guy

07 avr. 2017
0

Pascal.Mon email est legeai@hotmail.com

09 mar. 2012
0

Il me semble que l'on peut donc dire qu'un dériveur apprend à connaître son bateau et que tous les petits réglages sont importants pour aller vite et bien.
Bon vent à tous

09 mar. 201216 juin 2020
0

exact titours!

10 mar. 2012
0

Même constatation que les derniers intervenants quand a l'action de la dérive sur la barre.

10 mar. 2012
22 jan. 2013
0

Je profite de ce post sur les dérives pour poser une question. Quelqu'un peut m'expliquer le rôle exact de la "dérive avant" sur un DL?

ie Dérive (mobile en vertical semble -t-il) située devant la dérive pivotante.
J'ai vu ça sur le projet de DL Futuna Explorer:
www.futuna-yachts.com[...]054.pdf

Merci d'avance

22 jan. 2013
0

Des éléments sur divers articles de Jaoul.

22 jan. 201322 jan. 2013
0

Comme mentionné sur la brochure, elle est conçue pour améliorer la stabilité de route et le cap au près. Concernant la stabilité de route, pas de doute, c'est sûr qu'elle doit s'améliorer; a contrario, l'évolutivité s'en ressent; à réserver pour les long bords transocéaniques , par exemple.

L'amélioration du cap, pourquoi pas, mais il y a beaucoup d'autres paramètres à prendre en ligne de compte pour avoir un bateau qui remonte bien au près; je veux dire par là qu'il ne suffit pas de rajouter un plan anti-dérive pour gagner 5°.

0

on peut imaginer que le bateau est dessiné avec un centre de carène assez reculé pour une meilleure stabilité de route au portant, mais que au près il manque de plan de dérive sur l'avant obligeant à cette dérive supplémentaire.

Peut-être aussi que la dérive centrale manque de surface et qu'il faut l'appui d'une dérive supplémentaire ?

Hubert, de Cherbourg

22 jan. 2013
0

si un bateau gite, on reduit la toile
si la barre devient dure et le bateau ardent, on remonte un peu de dérive ...même au pres
il n'y a qu'au portant que la dérive est rentrée

22 jan. 2013
0

Sur le "Trismus" premier du nom, P. Van God avait ajouté une dérive à l'avant de son bateau (en plus de la dérive centrale et de la dérive arrière). C'est le seul qui a eu cette configuration.

Ceci pour permettre d'améliorer le cap au près du "Trismus", et en particulier dans sa manoeuvre de "storm beating", intermédiaire entre le près et la cape par très mauvais temps et mer de l'avant. Apparemment satisfait de la solution.

23 jan. 2013
0

Non, les essais de cette dérive avant n'avaient pas confirmés les hypothèses !
P.Van God ne lui avait trouvé qu'un seul avantage, diminuer les bords tirés par son Trismus à l 'ancre.
Il y avait d'ailleurs renoncé dans son projet de Trismus en alu.
:litjournal:

22 jan. 2013
0

Il semble pourtant que la dérive centrale soit assez profonde (tirant d'eau 1.25 - 3.55 m)

Cette dérive avant vous parait une bonne idée?

22 jan. 201316 juin 2020
0

La série des Via comportait également deux dérives, une grande relativement sur l'arrière, une plus petite sur l'avant.

0

je remonte la derive progressivement du pres serré au vent arriere (di)

22 jan. 2013
1

J'ai un GibSea 37 (alias GinFizz) en DL : dérive haute TE = 1.30 m et dérive basse TE = 2.80 m.
Je n'utilise la dérive basse qu'au près serré et Bon Plein : elle me fait gagner 10 degrés en cap et me "coûte" 0.2 nds de traînée.
En manœuvre de port si je veux gagner en évolutivité je la baisse mais en marche arrière j'ai un bateau beaucoup plus sensible à l'effet de pas, ce que je ne souhaite pas.
Dérive haute, le saumon de quille (2 tonnes) sous coque fait 1 m de hauteur pour 2.50 m à la jonction quille coque et 2 m de long à sa base. Cela me permet d'avoir au portant une stabilité de route sympathique.
Au mouillage je descends la dérive quand je veux casser le roulis du bateau lorsqu'il rentre en phase avec une petite houle traversière : inconvénient, la dérive bat dans son puît.
Mon système de dérive pivotante est très simple, la dérive descend par gravité et est remontée avec un bout de 14 mm qui arrive via une épontille directement sur le pont à un winch et non pas dans le carré comme par exemple sur le GibSea 106, ce qui produit un bruit de respiration d'asthmatique dans le carré engendré par les phénomènes de compression/décompression de la colonne d'air dans le puît de dérive. Je gagne ainsi en en calme et confort.
Je me félicité tous les jours de ce système.

22 jan. 2013
0

Je confirme : la respiration asmathique de la colonne d'air dans le puits (attalia) est insupportable. en solo j'ai toujours l'impression qu'il y a quelqu'un avec moi.....

07 avr. 2017
0

petite correction concernant le gib sea 106 : le bout du palan remonte dans le tube inox de la table du carré et un renvoi le replace sur un winch du roof, il n'y a aucun bruit à l'intérieur, il doit y avoir confusion... et le bateau se passe de dérive à partir du travers si il a assez de vitesse, voir j'oublie parfois de la descendre pour les manoeuvres sans réel soucis.. le gain est de 0.3 kts au portant. (1.2m à 2.1m)

22 jan. 2013
0

Pareil que toi sur mon ne quid nimis.
Il doit y avoir moyen de mettre des cales dans le puit de dérive pour éviter de l'entendre battre mais c'est vrai que cela cale bien le bateau.
Pour le réglage de la dérive je fais comme vous : baissée quasi à fond aux allures près du vent et relevée au portant.

ça marche plutôt bien.

22 jan. 2013
0

ayant aussi un Hood je suis de l'avis d'Hubert, de cherbourg. j'utilise au moteur une dérive baissée de trente cms pour protèger l'hélice

0

tiens, je n'avais pas pensé à cela.
La dérive peut protéger l'hélice ? pourtant l'aileron est déjà assez profond ?

Pour l'anecdote : heureusement que j'avais fait des essais de marche arrière en petite rade et constaté qu'il fallait baisser la dérive pour reculer droit, car aux Shetland j'ai dû suite à une panne d'inverseur, faire plus de 20 milles en marche arrière !

Hubert, de Cherbourg

0

et où est-il ce Hood ?

Hubert, de Cherbourg

22 jan. 2013
0

Bonsoir
Ie vous avais déja répondu, il y a quelques mois, il est à Cannes , il y en a un autre plus motorisé, 65 cv, propulseur d'étrave, radar.....
beau et bon bateau, qui résiste au mauvais temps, aux ans......

22 jan. 2013
0

il n'empêche que même au pres, plus il y a de vent, et plus il faut rentrer de la dérive pour compenser la tendance naturelle des voiliers à devenir ardent quand le vent monte :heu:

22 jan. 2013
0

c'est comme le gruyere :
plus il y de gruyere, plus il y a de trous mais plus il y a de trous, moins il ya de gruyere :reflechi:

23 jan. 2013
0

j'utilise la dérive comme Moanaere2 sur le gib sea 106, sauf que le bout de relevage arrive sur le roof, il n'y a pas de puit dans ce bateau, je fais souvent les manoeuvres sans dérive, sauf lorsqu'il y a du vent de travers.

23 jan. 2013
0

Bonjour, pour le moment par precaution je ne releve pas ma quille au portant lorsque les conditions se musclent ( mer et ou vent) car je suis inquiet de la reaction du bateau (couple de redressement) si depart en travers dans une vague ( lof ou abattee).quand pensez vous? vous etes vous fait deja peur dans ces conditions?

23 jan. 2013
0

Bonjour,
Moi je fais le contraire je la remonte au 3/4 ainsi je ne pars pas au lof ,j'équilibre la voilure et mon bateau pédale tranquille.On a fait des pointes à 11 nds en toute sérénité.
Je le disais au début de cette discussion jouer de l'interaction voilure angle de pression dérive amène à une plus grande connaissance de son bateau de ses possibilités et par là même de naviguer en plus grande sécurité.
MAIS ATTENTION la dérive de mon bateau ne participe pas au lest du bateau à contrario d'un bateau comme le Méridien.Si la dérive est une sorte de quille qui se remonte il ne faut jamais naviguer avec une dérive en position haute.

23 jan. 2013
0

La dérive présente quand même l'avantage de pouvoir éviter l'effet de croche pied de la houle et diminue donc le risque de chavirage.

23 jan. 2013
0

c,est exact eviter le croche pied ,je me souvient tres bien d,une rentrée de l,estuaire de la gironde,grosse houle de 3/4 arierre vent s/o 6b avec raf. 7b j,ai remonte la derive a chaque poussée de la vague le voilier glisser sans prendre de gite .je savait que j ete trop toilée mais je vouler garder de la vitesse pour ne pas trainer dans le coin. gib,sea 105 dl :acheval: :acheval:

24 jan. 2013
1

pour résumer, le plus simple:
Au près dérive descendue à fond.
Au portant dérive relevée à fond
Entre les deux, dérive entre les deux.
ca marche au poil.

24 jan. 2013
0

Pas complétement à fond un peu mais un peu descendue si le bateau n a pas été caréné depuis un moment elle peut ne pas descendre à la demande.Exact cela marche au poil en tous les cas moi cela fonctionne bien et en toute sécurité.Cr fil n' pas abordé la question de la vitesse au moteur en eaux libres C'est fou ce que l'on gagne en vitesse

07 avr. 2017
0

dans les dl il y a aussi les quilles longues avec une ou plusieurs dérives genre trismus neptune 99, hood 38 ,spountz ,freedom
et bien d'autres .
ou l'utilsation de celles -ci est différente .
le lest avec une tôle qui descend est le plus mauvais au niveau hydrodynamisme .
alain

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Bientôt fini ?

Après la pluie...

  • 4.5 (106)

Bientôt fini ?

mars 2021