Question sur Cunningham / nerf de chute

Hello,

Au risque de passer pour un ignorant je me risque a cette question :

Est ce que le cunningham qu'il y a sur les bateau de régate est la même chose que l'on appel nous le nerf de chute de GV?

Je ne crois pas, mais quand je regarde sur un bateau de régate cela ressemble beaucoup.

J'aimerai pouvoir ramener le réglage de nerf de chute au cockpit, avez vous déjà réalisé ce montage?

L'idée plus précise serai de pouvoir reprendre le nerf de chute depuis le cockpit, en particulier quand ca soufle beaucoup, et que la voile est arrisé c'est franchement galère de récupérer le nerf de chute dans les plis de la voile. De plus je n'arrive pas vraiment a l'étarquer et la chute de ma GV fassaille dans la brise. Comme c'est très mauvais pour la voile et qu'en plus ça amène des vibrations, je cherche une solution.

J'aimerai pouvoir reprendre le nerf de chute quel que soit le ris en place, j'ai pensé a un système de mousqueton que j'accrocherai sur une boucle sur le nerd de chute a chaque niveau de ris. Mais ça risque de limité l'étarquage de lu nerf.

Avez vous d'autres idée ou conseilles pour régler le nerf de chute?

Merci!
Thomas.

L'équipage
30 jan. 2012
30 jan. 2012
0

Non.
Le cunningham sert à étarquer le guindant (bord d'attaque) tandis que le nerf de chute agit sur la chute (bord de fuite).

0

bonsoir
le cuningham : permet d'étarquer la voile parle bas et réduire un peu et avancer le creux.
Le nerf de chute permet d'empêcher la voile de fasseyer sur la chute entr les lattes. Sur certaines GV le nerf de chute passe dans une petite poulir au point de drisse et redescend la long du guindant. On le règle en pied de mât (et pourquoi pas un retour au cockpit)
Il y a un petit taquet coinceur au niveau de chaque ris.

cordialement
Hubert, de Cherbourg

30 jan. 2012
0

Du coup les voiles de régate n'ont pas de réglage de nerf de chute?

Oui il y a un taquet au niveau de chaque ris, c'est quand même bien galère a utiliser.
Si on pouvait ramener ce réglage au cockpit ça serai top, en plus on a une meilleur vue sur la chute depuis le cockpit.

30 jan. 2012
0

Ce sont deux choses différentes. Le cuningham, c'est un bout qui permet d'étarquer le guindant de la GV par le bas. Il s'utilise quand la tétière est bloquée, soit par un hook, soit parce qu'elle est en haut de la gorge de ralingue, ou si l'étarquage par la drisse est trop dur, par exemple avec une voile full baten. Cela permet d'applatir la voile particulièrement si le vent monte ou au prés. Une alternative est le riz de fond, qui consiste aussi à aplatir la voile en prenant un tout petit riz (10 cm), ce qui a pour effet d'effacer le creux.

Le nerf de chute est un bout continu, généralement en spectra, glissé dans la gousse le long de la chute et parfois de la bordure. Il peut faire les deux en continu, avec une poulie au point d'écoute, et dans ce cas se règle effectivement depuis le point d'amure, en pied de mat. Le nerf de chute sert à raidir la chute, pour éviter qu'elle ne batte entre les lattes (ou sur un génois, sur toute sa longueur). Il améliore le rendement de la voile, tout en évitant qu'elle se dégrade en battant.

Pour l'étarquer avec un ris, normalement il doit sortir juste au dessus de l'oeillet du ris, et tu dois avoir un taquet coinceur pour le bloque. Tu n'as donc pas à t'occuper de ce qui est sous le ris, tu n'as pas à fouiller dans ta voile ferlée. Il est au dessus, dégagé. Et ce montage te permet aussi de ne pas t'en préoccuper quand tu renvois le ris, le bout, en s'étarquant, sort du taquet coinceur au niveau du ris.

Jacques

30 jan. 2012
0

Hum!!! Je maîtrise mal les centimètres mais il me semble que 10 cm pour un petit (grain) de riz c'est beaucoup. :-p

30 jan. 2012
0

Nerf de chute....
Bonjour , normalement , le nerf de chute de la GV , sort de son fourreau , à chaque oeil de ris ,il passe par un coinceur en sifflet , et continue dans son fourreau .....il faut juste le retendre , pour empêcher la chute de battre entre deux lattes..lorsque l'on rehisse , il suffit de tirer le nerf de ch..pour le dégager du ,ou des coinceurs , dans le cas ou deux ris ont été pris , successivement....

30 jan. 2012
0

Je comprends bien et effectivement le taquet sort au dessus de l'oeillet de prise de rie, mais c'est quand même galère a reprendre, il faut penser a sortir le nerf du taquet du bas avant de prendre le ris puis reprendre du moue au niveau du ris et enfin tirer comme un sourd sur ce petit bout en spectra qui brule les doigts !

30 jan. 201230 jan. 2012
0

ris, riz, rie: il manque Ri,Ry,Rhi,Rhy...
Il y a moins de faute pour cunningham ;)))))))
C'est pas gentil de se moquer, pan sur les doigts

30 jan. 2012
0

Bonsoir,
Nerf de chute,comme disent Erendil et Pitalugue,sauf que je n'ai pas de coinceur,seulement une boucle en sangle sur laquelle est tendu le n.d.c. à chaque ris.
Si la tension n'est pas suffisante,surtout au 2eme ris et au prés par vent fort, je retends en ajoutant un bout que j'enléve avant de renvoyer..

30 jan. 2012
0

Sur ma voile il y a un taquet et le nerf de chute est accessible pour chaque ris.

30 jan. 2012
0

Erendil....
Bonsoir Jacques , je crois qu'on a répondu au même moment......ou presque...Cordialement.

30 jan. 2012
0

Et on dit la même chose ! Mais c'est toi qui a le bon mot pour le taquet, c'est bien un coinceur sifflet.

Amicalement,

Jacques

30 jan. 2012
0

question a un euros
le nerf de chute reste un "petit" reglage a part en regate!!
par contre a tu un retour de l'alebat au cockpite ?
a moins que ta gv soit mal taille
bien etarquer l'alebat devrais suffire a bien applatir ta gv

30 jan. 2012
0

halebas ..... (merci pour lui)

30 jan. 2012
0

Halebas??? Probablement une autre différence entre le français et le québécois??? Mais chez moi on met un trait d'union hale-bas.

31 jan. 2012
0

Non, non, le français et le québecois, tout pareil pour hale-bas, comme hale-haut (ou balancine) :heu: :tesur:

31 jan. 2012
0

Une bonne salade de riz avec de l'alebat au cockpite y que ça de vrai!!
Boudidiouuuuuuu

30 jan. 2012
0

Ce n'est pas pour permettre un réglage fin mais plutôt pour empêcher le fasseyement de la voile dans la brise.

Ça serai pratique d'avoir un retour au cockpit dans un simple clam. A la main au pied de mat, je n'arrive pas a le prendre correctement ce nerf.

30 jan. 2012
0

Le nerf de chute n'est en effet pas un réglage réservé aux régatiers mais bien utile à qui veut conserver sa voile longtemps.

Thomas pour ta problématique de retour de nerf de chute au cockpit, l'idée est bonne mais à mon sens presque impossible à réaliser puisque le point de tir change à chaque ris.

Il faudrait faire une boucle sur le nerf de chute à chaque niveau et venir y frapper un mousqueton rapide que l'on changerait de boucle à chaque changement de ris et qui serait renvoyé eu cockpit. Problème il faut que la boucle puisse rentrer dans le gousset sans se bloquer nul part (entré de gousset ou taquet sur la voile). Tout celà me parait bien compliqué pour un réglage qu'en principe on ne touche que très peu.

31 jan. 2012
0

Alix 6,50...
Bonsoir , le hale-bas de bôme ne sert pas à aplatir la voile , mais à contrôler son vrillage....en effet , l'air se déplace plus vite en haut du gréement qu'au niveau de la bôme , ce qui demande un angle d'incidence différent , qui se traduit par un léger vrillage de la GV ....qui est plus bordée en bas qu'en haut.

Raidir trop le h-b dans le petit temps , revient à "fermer" la chute , ce qui gène l'écoulement de l'air........pour traduire le phénomène , on pense au parapentiste , qui veut freiner , et qui tire ses suspentes arrière , pour "fermer" la chute et ralentir l'écoulement....pour tourner , il tire d'un seul coté

De même , sur un génois dont la chute est détendue ,on bloque le nerf de chute ,pour empêcher la voile de vibrer , mais ça ferme la chute , et ça freine un peu ....c'est pour ça que les solents et certains gènois possèdent des lattes.....

Pour aplatir la GV , on utilise l'étarquage de bordure en bout de bôme , la tension de drisse , qui est facilitée par le cuningham , et éventuellement le cintrage du mat , sur les gréements fractionnés.....Bon vent.

01 fév. 2012
0

Sur un gréement fractionné souple un hale bas puissant cintre aussi le mat éventuellement en lieu et place du pataras (quand il n'y en a pas).

31 jan. 2012
0

Bonjour, cette bordure....
À vous lire, je me rends compte que je la néglige un peu. Réglée un peu "une fois pour toute" avant une sortie. Point !
Je perds beaucoup ??? :reflechi:

31 jan. 2012
0

Je ne connais pas le gréement du Dufour 32 classic, mais je suis persuadé que TOUS les réglages disponibles sont importants pour optimiser la marche du canot.
Pour la bordure, il est vrai que l'on s'en rend visuellement mieux compte avec une bordure libre qu'avec une bordure endraillée. Schématiquement: bordure peu ou très peu étarquée dans le petit temps et reprise progressivement quand la brise forcit.
Tant pour la réponse à la question d'origine de Thomas-75 que pour celle de eppc, je conseillerais vivement la lecture de l'excellent livre (LA BIBLE !) de Bertrand Cheret " Les Voiles: comprendre, régler, optimiser".

31 jan. 2012
0

Il me semble que l'augmentation de la tension de bordure agit sur la réduction du creux. L'augmentation de la tension du guindant avance le creux. Le bord d'attaque devient plus épais ce qui le rend plus tolérant.C'est efficace au pré sur un plan d'eau agité par exemple. Par ailleurs je pense que l'écoute de gv est plus efficace que le hale bas pour travailler le vrillage.

31 jan. 2012
0

entre des voiles fatigués, mal réglées et des voiles neuves bien réglées, tu auras entre 1/2 et 1 noeuds de vitesse en plus et surtout un gain de cap d'au moins 5 degrés, sur 30 milles au près, ça fait une sacrée différence

31 jan. 2012
0

Et le bateau sera moins gitard.

31 jan. 2012
0

Au bout du bout je ne sais pas comment sont fixés les nerfs de chute (probablement simplement cousu...) en tout cas, dans le doute j'évite toujours de tirer comme un âne dessus, s'il claque ça sent la galère pour le réinstaller... :tesur:

01 fév. 2012
0

A propos de nerf de chute : Sur certaine GV, le nerf de chute est monté différemment :
Le nerf est fixé au point d'écoute. Au point de drisse, il y a une poulie et le nerf descend le long du mat et il est réglé en bas, ce qui est plus confortable et facilement accessible, quelque soit le ris !
A demande à son maître voilier préféré.

01 fév. 2012
0

Bonsoir
et ça fait nerf de guindant ?

Alain :-/

02 fév. 2012
0

je n'ai jamais eu à reprendre le n d c en prenant les ris, il est ou il faut déjà le souquer avant de prendre le 1er ris, ensuite je n'y touche plus
par contre la prise de ris au cokpitt est confortable j'en conviens, mais on voit souvent l'oeil de ris bien au dessus de la bôme, pas facile de l'amener et le garder plaqué sur la bôme, la bosse finit par se détendre; pour ma part au 2ème ris voire au 1er si la route est longue, je passe un bout ds l'oeil de ris et ss la bôme et je souque au + serré, ce bout court ne se se rallonge très peu et évite à la voile d'être libérée si la bosse fiche le camp inopinément, si en plus on a mis les garcettes, c'est la voile HS
qd le vent monte, ça fasseye tj un peu car le bateau bouge de cap avec les vagues, mais bon, si ça fasseye trop, il faut abattre un peu à mon avis
c'est triste pour la voile, mais j'aime bien entendre le fasseyement ds les voiles par ciel bleu et vent moyen, ça m'endort et me repose... :jelaferme:
:acheval:
à+
JL.C

02 fév. 2012
0

bonsoir
il suffit de demander à un voilier de faire un nerf de chute avec retour par le guindant c'est aussi simple que ça.
petite poulie sur la tetière de la gv , petit palan cascade et descente du nerf le long de la ralingue avec une bande droit fil plié en deux cousu sur le bord de la bande droit fil de la ralingue , une sortie à chaque ris avec clam cleat et le tour est joué .
ah oui!le nerf doit être fixé par couture au niveau du 1er ris écoute c'est à partir de là que l'on s'en sert .c'est assez facile de le reprendre en pied de mat.
coté chute ,moi en général je le fait sortir de façon apparente nouée sur une sangle plié en deux cousu pour pouvoir le transfiler pour remplacement ou ajuster le reglage du palan cascade en tête.
pour le cuni un retour au cockpit c'est ok et même conseillé mais pas le nerf de chute à éviter car entre le près et le portant le débattement de la bôme va tout arracher si on oublie de le relâcher.
voili voiloù.

02 fév. 2012
0

Pour moi, le nerf de chute est un remède à un défaut de la voile: si la chute est détendue, que ce soit parce que le tissus est détendu ou parce que la voile a été mal taillée, cette chute va battre (ne pas confondre avec fasseyer, qui est lorsque le guindant se dégonfle). Le nerf de chute permet alors de retendre la chute et l'empêche de battre. Mais, généralement cela a pour conséquence de refermer légèrement cette chute et provoque quelque perturbations aérodynamiques. Je suis incapable de traduire cela en dixièmes de noeuds perdus, mais ce qui est sûr, c'est qu'une voile sur laquelle il n'est pas nécessaire de retendre le nerf de chute sera plus belle et certainement plus efficace (c'est un des points que j'apprécie, à la voile: plus c'est beau, plus c'est efficace)

03 fév. 201203 fév. 2012
0

Je partage complétement ton avis.
Idéalement si une voile est bien coupée et en bon état, on ne devrait pas avoir à toucher au nerf de chute, et si on doit y toucher, il faut le faire avec délicatesse en en reprenant le strict minimum. Alors quand je lis qu'il faudrait renvoyer le nerf au mât... pourquoi pas sur un bloqueur avec un winch!...alors là je souffre pour la gv.Mais bon, chacun a bien le droit de bousiller ses voiles.

03 fév. 2012
0

C'est sûr que si on sort uniquement quand le vent dépasse pas les 10nds, inutile de prendre le nerf de chute.

Pour ma part, il m'arrive d'être en mer par 20-30nds et au près par ce vent avec 3ris dans la GV la chute fasseille. Et c'est comme ça que l'on abime une voile en sandwich !

Alors je te retourne le compliment, chacun a bien le droit de bousiller ses voiles :)

Et encore une fois sur une GV de presque 40M2 sous deux ou trois ris, la chute vibre énormément en plus ca ce ressent dans tous le gréement ! Pour empêcher les vibrations il faut reprendre énergiquement le nerf, et ça je te le garantie. Alors le ramener dans un clam au cockpit me semble pas une mauvaise idée, sans pour autant le reprendre au winch.

Par contre je suis bien d'accord avec Vital on risque de tous arracher si on l'oublie pendant un empannage ou autre.

03 fév. 2012
0

La chute d'une belle GV neuve et bien coupée peut parfois légèrement vibrer,à certaines allures, pour une certaine force de vent. Et cela même si elle est parfaitement réglée. Ne dit-on pas que la GV chante quand le réglage est parfait ?
Mais, les vibrations, si elles sont trop accentuées, vont fatiguer la matière et même peut-être provoquer un début de délaminage sur les voiles en composite. Une légère action sur le nerf de chute permet, comme cela a été dit, de supprimer ces vibrations néfastes.
A vrai dire, je ne comprend pas bien la question posée à l'origine, car je ne vois pas de difficulté à régler le nerf de chute directement sur la chute, GV haute ou réduite.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Eté norvègien

Souvenir d'été

  • 4.5 (141)

Eté norvègien

novembre 2021