question pour un electricien

Connais-t-on quelle intensité maximum on peut faire passer dans un cable de section donnée (par exemple 25 mm2)en régime stabilisé avant que ca présente un danger comme la gaine qui fond ou le feu qui prend dans le bateau. En général on fait le calcul inverse.

L'équipage
16 juil. 2008
16 juil. 2008
0

alors
cela dépend de beaucoup de facteurs dont
La chute de tension raisonnablement supportable sur du 12V (bien sur il y a la norme pour la distribution domestique ou industrielle)
ensuite il y a le mode de pose du câble, a l'air libre, enterré ??, plusieurs les uns a coté des autres et ainsi de suite.
La température ambiante différente aux antilles ou ici
Le type même d'isolant, PVC, PRC
voilà un petit résumé des différents facteur à prendre en compte pour déterminer l'intensité maximum admissible dans un conducteur et ceci quel que soit la démarche, en partant d'une intensité a faire passer ou d'une section connue, quel est le max de I admissible.
Chercher sous google Détermination de la section d'un conducteur.

16 juil. 2008
0

maintenant
tu veux faire passer surtout sur quelle longueur l'intensité ?

16 juil. 2008
0

section des cables
bonjour à toi Girouette,

Un petit site bien fait et simple d'utilisation.

www.techboat.com[...]001.asp

Corsso :pouce:

16 juil. 2008
0

le problème
est la valeur de la chute de tension, 5% c'est de trop, on ne peut pas se permettre de perdre 0,6V sur la ligne.

16 juil. 2008
0

la limite extrême
je dirais qu'un câble peut supporter 10 à 15 A/mm² suivant les conditions de pose

Ceci dit, pour une application en 12V et un circuit qui n'excède pas quelques mètres il est plus raisonable de compter 3 à 5A/mm² tout dépend de l'application : éclairage, électronique , frigo , gindeau , radar, etc.. et du service intermittent ou permanent

16 juil. 2008
0

donc
si je met 60 A dans mes cables de 25 mm2, soit 2,4 A/mm2, sur 15 m je ne risque rien ? La chute de tension sera de l'ordre se 0,6 V

17 juil. 2008
0

pour un chargeur ?
sans vouloir polémiquer, il me semble que pour un chargeur à 3 etats, dans la phase initiale à intensité constante, la tension monte doucement jusqu'a disons 14,8 V. Dans mon cas, elle ne monterait qu'à 14,2 V, mais l'essentiel de la charge serait acquise à la bonne intensité. Dans les autres phases, l'intensité diminue assez fort, et donc aussi la chute de tension, si bien que finalement ce serait sans doute un peu plus long, mais peut-être pas tant que ca et la pleine charge serait acquise. Mes fils resistants ne sont pas comme une diode qui n'a pas une chute de tension lineaire/intensité.
Ce que je dis est peut-être complètement faux. Ces sujets sont tellement peu intuitifs.

17 juil. 2008
0

Pas de risques, mais :
- Pour de l'éclairage, pas de problème au contraire : les lampes à incandescence durent plus longtemps si elle sont sous alimentées...

  • Pour un chargeur, c'est catastrophique : la batterie ne recevant pas la bonne tension prendra beaucoup plus de temps à être chargée.

  • Pour un moteur électrique... c'est le pire ! Par exemple un moteur de guindeau, ou celui d'un démarreur va absorber plus d'intensité s'il est sous alimenté : plus la tension chute, plus l'intensité augmente, et plus l'intensité augmente plus la tension chute... à la fin, ça fume !

_/)

17 juil. 2008
0

Pour un chargeur
Sauf si ton chargeur est équipé d'une sonde de tension qui mesure celle-ci aux bornes de la batterie pour compenser la chute de tension des câbles, ça va très mal fonctionner !

En plus, le chargeur "renseigné" avec une tension fausse, (celle qu'il mesure à ses propres bornes) va passer en mode absorption alors que la bonne tension (aux bornes de la batterie) n'est pas atteinte, puis en mode floating bien avant que la batterie soit chargée.

Conséquence : en général c'est la mort prématurée de la batterie...

En pratique : le plus efficace est d'installer le chargeur au plus près des batteries afin de limiter la longueur des câbles 12 volts. Il est plus facile et moins onéreux de transporter du 230 volts que du 12 volts sur des grandes longueurs ! ;-)

_/)

17 juil. 2008
0

Dans tous les cas...
Il ne faut jamais aller dans les limites, toujours garder environ 30% mini de sécurité, cela évite de chauffer, que cela soit des fils ou transfo, etc....en plus quand un fil chauffe il change de résistivité

17 juil. 2008
0

est-ce la bonne question ?
Je crois que ce n'est pas la bonne question: sur un bateau la limite admissible du courant admissible dans le câble n'est pas l'échauffement du câble, mais la perte de tension admissible en 12V.

La limite "incendie" est très loin au dessus de la limite "perte acceptable en 12V"

C'est pour ça qu'en 230V domestique on indique d'abord une limite "incendie" (en gros 10 A/mm2) quelle que soit la longueur de la ligne (longueurs usuelles dans une maison !) ...

... alors que sur un bateau on indique la limite "perte acceptable". Et dans ce cas, la longueur de la ligne compte exactement autant que la section du conducteur: doubler la longueur = obligation de doubler la section à perte égale.

Pour un chargeur moderne à 3 étapes dont on veut un fonctionnement correct, la perte de tension acceptable est au grand maximum 0.1V pour la valeur maximale du courant du chargeur.

17 juil. 2008
0

Tout à fait d'accord avec Robert....
c'est pour cela que j'indique dans le forum "Fusible" qu'en 12V ou 24v il vaut mieux surdimensionner les cables ce qui permet en autre de diminuer les pertes en ligne et par conséquent de diminuer le risque d'échauffement des cables

17 juil. 2008
0

échauffement ...
Dans un bateau les câbles ne s'échauffent quasiment pas. Car s'ils devaient s'échauffer, cela créerait de telles pertes de tension en ligne que le fonctionnement de la plupart des instruments et même l'éclairage seraient très perturbé, voire impossible pour certains.

17 juil. 2008
0

O,1 V
je suis surpris de cette valeur de 0,1 V pour le courant maximum admissible alors que justement lorsque le courant est maximum, la tension est encore variable dans de grandes proportions et que les reglages fins de tension se font à courants faibles. Peux-tu justifier cette valeur. Les manuels des chargeurs disent bien (certains)qu'en cas de chute dans les fils, il faut prendre la tension à la batterie mais sans indiquer de valeur.

17 juil. 2008
0

0.1V ?
Le courant de charge est maximal jusqu'à le tension maximale de boost (entre 14 et 15V environ selon la batterie)

Un chargeur performant, avec compensation de température de la batterie, ajuste sa tension de passage boost-bulk à quelques dizaines de millivolts près. Notamment à cause du coefficient de température: 0.1V est équivalent à une variation de température de la batterie de 4-5°C environ.

Si donc les fils font perdre 0.1V de tension au moment du boost (courant maximal de charge) tout le calcul du chargeur est faussé, mais c'est encore acceptable à mon avis ... mais certains sont encore plus exigeant que moi !.

17 juil. 2008
0

chute de tension
pour un chargeur (ou un alternateur) la chute de tension admissible est faible mais il faut aussi tenir compte que la tension batterie est plus faible quand le "besoin" de charge est plus fort ceci donne quand même une latitude de manoeuvre supplémentaire d'au moins 0.5V .

En fait le problème ne se pose pas ou peu avec un chargeur qui a une intensité limitée de toutes façons mais il peut devenir crucial avec un alternateur qui reprend de surcroit la totalité de la consommation en plus de la charge des batteries quand le moteur tourne

C'est pour palier à ce problème que certains systèmes sont dotés d'un fil de mesure de faible section indépendant de celui de charge
ceci dit un câble de 25² derrière un alternateur 750W (60A) c'est du luxe ! L'éloignement de 15m (7,5m AR me semble curieux dans ce cas.Où est ton tableau et est-ce bien la bonne place ?

Si c'est pour un guindeau (1000w ou 80A) avec 30m A-R 25² ça peut être juste , c'est pour ça que certains navigos montent une batterie tampon type démarrage à l'avant afin "d'éponger" le pic de courant du moteur

18 juil. 2008
0

Batterie à l'avant
Comme elle n'est dédiée qu'au guindeau, on peut la considérer comme une batterie moteur : en pratique elle est très peu déchargée.

Avec un guindeau de 1000 watts, pour remonter 30 mètres de chaîne on consomme 80 A durant 5 minutes. En tenant compte de l'ami Peukert ça fait entre 10 et 15 Ah à recharger suivant la capacité de la batterie...

Ce n'est donc pas le même raisonnement que pour la batterie servitude qui demande plus d'attention car beaucoup plus sollicitée.

_/)

18 juil. 2008
0

hummmm ....
à mon avis voilà un cas difficile à bien gérer du point de vue de la charge, avec deux batteries en // et distantes de 15 mètres !

Si j'avais le choix, et s'il y a de la place, je les mettrais cote à cote en // comme de coutume près de l'alternateur et du chargeur toutes les deux, avec un "tuyaux" de 35 mm2 vers l'avant pour aller au guindeau (distance = 7.50 m si j'ai bien compris ?). C'est ce qui est d'origine sur mon bateau, et ça ne pose pas de problème au guindeau qui fait 1500 watts. Et je mettrais le guindeau sur la batterie moteur, et pas sur la servitude.

Câblé ainsi, c'est classique, et on sait que ça marche bien ... enfin, sauf si Tilik dit que c'est stupide, auquel cas je fais amende (amande amère ?) honorable :heu:

18 juil. 2008
0

Dans ce cas
quand même inhabituel, deux solutions : revenir à un montage plus "classique", ou prévoir un bon budget batteries... (amha)

_/)

17 juil. 2008
0

pour une chute de tension
faut consulter un cardio :doc:

:jelaferme: désolé :-(

18 juil. 2008
0

batterie a l'avant
je suis dans le cas où il y a une batterie a l'avant pour le guindeau, en parallele avec une batterie a l'arrière (d'ou les 15 m de cable). C'est ce qui me pose un problème pour recharger les deux batteries simultanement avec le même chargeur (ou alternateur). Lorsque je lis la litterature, il parait important que la tension d'absorption assure une charge complète, mais pas trop quand même pour na pas faire bouillir, en tenant compte de la temperature etc..et pareil pour le floating. En revanche, la strategie de passage du boost à l'absorption a l'air assez variable (parfois c'est le temps, parfois la tension, parfois on dit 70% de la pleine charge, parfois 80% etc..) donc y passer un peu plus tôt ne me semble pas grave. La tension d'absorption risque d'être un peu faible au debut, puis elle devrait s'ameliorer quand le courant decroit. A 10A, ma chute de tension n'est que de 0,1 V

18 juil. 2008
0

non
la batterie a l'avant est aussi batterie servitude. Il y a 100 Ah à l'arrière et 120 Ah a l'avant. J'ai évidemment besoin des deux sur une journée (environ 100 Ah, donc 40% de decharge)? Cest pourquoi elles sont en //.

18 juil. 2008
0

Ce que tu décris
est bien ce que je considère comme "classique"... ;-)

_/)

28 juil. 2008
0

intensité max
Bonjour.
En général, on compte 7 A/mm2 pour de l'alternatif et 5 A/mm2 pour du continu et ce pour une longueur de 3 ml. Par sécurité, on comptera 3 A max/mm2 en continu soit 75 A pour du 25 mm2

09 déc. 2009
0

Intensité par rapport à la section.
Bonjour.
On extrait la résistance du cable en fonction de sa longueur de la section et du matériaux qui constitue l' ame du cable: ici c' est du cuivre.

R= rhô l/s.

R=résistance
rhô= résistivité du cuivre (recuit=17)
(écroui=18)
l= longueur du cable
s= section du cable en mm²

09 déc. 2009
0

juste un tite question !
un an 1/2 aprés le début de ce post, je remarque, à moins d'avoir besoin de binocles! et j'en ai besoin , que tout le monde parle de section de cable, c'est trés bien, mais que personne ne parle de la qualité du cable! monobrin ? multibrin ? si multi combien de brins ? un cable tout simple en 2.5 mm2 accepte bien plus de puissance et à bien moins de résistivité qu'un multi. si vous voulez des calculs de perte de tension sur l'un comme l'autre et que le fil est tjrs actif, je peux vous envoyer les calculs. Paramêtres nécessaires : longueur du cable, qualité du cable (dia, composition toronné droit, ou spiralé, l'effet transfo n'est pas le même ), tension ( entre 12v et 14v voir 28v continu je suppose )et résistivité du consommateur ou intensité maximum absorbée.
Cdlt

09 déc. 2009
0

un bateau ça vibre
le rigide n'est opas le bienvenue, mais qu'appelles tu l'effet transfo, je ne connais pas cet effet ?
Enfin je sais ce qu'est un transfo, mais en alternatif.

10 déc. 2009
0

l'échauffement plus important
Effectivement peut-être mais voyons ça sous un autre angle, plus de surface de conducteurs en contact avec l'air, donc plus de surface de refroidissement, le coeur du conducteur sera donc porté à moins haute température....mais tout ceci c'est quand on travaille aux limites des conducteurs (rentabilité maximum)avecles chutes de tensions autorisée par la norme....mais sur nos bateau comme il est dit plus haut les deux principaux critères sont la chute de tension maximum souhaitable (1%) et la résistance mécanique, donc forte section et fil souple.
Quand à la supraconductivité , c'est pas de notre ressort ;-)

10 déc. 2009
0

?
Faut tout de même pas se prendre la tête pour la différence entre la résistivité du monobrin et du multibrin, torsadé ou pas :heu:

09 déc. 2009
0

effet transfo
Surement le terme n'est pas approprié, mais sur un torsadé, en fonction de l'intensité , l'echauffement est plus important que sur un droit, donc la résistivité du cuivre devenant plus importante à chaud, la perte de tension sera supérieure pour la même section. vive la criogénie !( suis pas certain de l'ortho !
Voili voilà voileux

09 déc. 2009
0

intensité max
bonjour !
la règle de base pour un conducteur de cuivre quelque soit la longueur est la suivante:
5 Ampères pour 0.5 mm².
La chute de tension liée à la longueur du câble est une autre chose à prendre en compte surtout concernant le 12 v.
A+pour d'autres infos
Partick

10 déc. 2009
0

pas du tout
5 a par mm2 voir 7 et bien mieux

10 déc. 2009
0

section des cables
Voilà un autre site qui te donnera une réponse:
www.seatronic.fr[...]age.php

Sur les catalogues d'AD, Uship.. (à la partie guindeau) il y a également des abaques qui permettent de calculer la section des câbles en fonction de la longueur.

Attention ne pas oublier que la longueur à prendre en compte est la totale : aller et retour.

10 déc. 2009
0

R=ROxl/S
R étant la résistance en homs
L la longueur en metres
RO la resitivité du metal
S la section en MM2

aprés il suffit d'appliquer P= U2/R
ou P=UI OU u=ri

suivant ce que l'on veut savoir
cuivre recuit 17 / 18 suivant la qualité

et voili voilou
alain :-)

10 déc. 2009
0

P=
U²/R tu veux tout dissiper sous forme de chaleur dans ton fil???
P=UI c'est la puissance absorbée par le récepteur ?
U = RI tu veux sans doute parler de la chute de tension dans le fil !

Donc définir quel U quel I et le R.....
17/18 cela signifie 18 ohm.mm²/m ???

Pas si voili voilou pour quelqu'un qui lit le fil.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Recouvrance, Portsmouth, commémoration Trafalgar, 2005, durant le feu d'artifices

Souvenir d'été

  • 4.5 (170)

Recouvrance, Portsmouth, commémoration Trafalgar, 2005, durant le feu d'artifices

novembre 2021