Question météo : négocier les dépressions quand on va dans leur sens

Bonjour à tous et bonne année.

Voila ma question météo du jour.

Dans le livre de JY Bernot (p 207-208), il est indiqué lorsqu'on est en train de se faire rattraper par une dépression bien creuse et que notre route est dans son sens de déplacement :
"éventuellement, s’abriter dans le centre de la dépression en attendant les vents favorables à l'ouest de la dépression".

Si la théorie me va bien, en pratique que fait-on pour s'y abriter.
Si je suis sur une transat retour en équipage réduit, que la dépression sera sur moi dans 24 ou 48h : je me met à la cape ? je réduit la voilure pour être rattrapé plus vite par la dépression ? je remonte franchement vers le nord pour viser son futur centre ?

Merci de votre éclairage

Nota : cette préconisation de s'abriter dans le centre ne vient bien sûr qu'en position n° 2, la position n°1 étant : tenter de s'éloigner du centre si on en a la possibilité.

L'équipage
01 jan. 2012
01 jan. 2012
0

Bonjour
Dans l’hémisphère nord, si je navigue dans le même sens que la dépression et que j'ai de l'eau à courir, je reste dans la moitié sud de cette dépression car les vents sont portant, la mer sera dans le même sens que la navigation et l'allure plus confortable.

Si je peux, je m'éloigne des isobares trop rapprochés.

Si j'ai un doute j'essai de garder la mer, la houle et le vent dans le même sens.

Si je veux rejoindre le centre de cette dépression, je devrai passer par une période de vents de travers et si cette dépression ne garde pas sa trajectoire je peux me retrouver dans la partie nord de celle-ci avec vent et mer contre la houle. (sens de la houle atlantique nord ouest)

De toutes façon le déplacement des dépressions est souvent trop rapide pour que l'on ai beaucoup de choix (en voilier). Au mieux on peut sécuriser sa route et prendre une allure confortable.... si on a de l'eau....

Après le passage de la dépression, quelque soit le choix que l'on ai fait, il peut aussi y avoir le chaos (pas de vent et grosse mer)

01 jan. 2012
0

Les vents vont dans un sens anti-horaire autour d'une dépression.

RV

01 jan. 2012
0

J'ai rencontré un convoyeur qui en était à sa 43ème transat (!). Son unique instrument (ok c'était peut-être un peu de la provoc...) était son baromètre : "si ça chute tu vas sur tribord, si ça monte tu vas sur bâbord". C'est un peu ce que j'ai fait, malgré tous les gribs et logiciels météo possibles, davantage d'ailleurs pour contourner les anticyclones que les dépressions.
Des dépressions j'en ai rencontré à l'aller, bien d'accord avec Iemanja : on a beau essayer de les prendre dans le bon sens, en voilier on a peu de marge de manœuvre. Les gribs permettent quand même d'anticiper quand on a de l'air, et quand c'est le cas on est heureux !
Pour répondre à la question posée, je ne viserais pas le centre, difficile de savoir où il sera dans 24 ou 48h. Si la dépression est vraiment creuse je me tiendrais à distance en prenant de l'est pour revenir au portant quand elle est là (les vents sont déviés vers le centre de la dépression, donc on reste tribord amures). Si elle n'est pas trop creuse, je reste sur ma route et je profite du portant en restant bien sûr au sud-est.

01 jan. 2012
0

Je comptais bien faire comme toi, mais je voudrais savoir à quoi pensais l'auteur lorsqu'il a écrit ces lignes, peut-être n'est-ce que pour les maxi-multicoques...

01 jan. 2012
0

encore plus simple : pour sortir de la dépression, naviguer tribors amures.
Ceci dans l'hémisphère Nord, au Sud c'est le contraire.

01 jan. 2012
0

Dans l'hemisphere sud , à force d'avancer dans le sens des dépressions , elles nous rattrapent si on ne naviguent pas sur un open 60 .
En clair , cela veut dire , que c'est sympa au debut ( portant ) et doucement ça force jusqu'à la tempete , la vrai ....
Puis vient la rotation et les vent cycloniques sont bien là . Se faire tout petit ...

01 jan. 2012
0

Pour l'avoir vécu je ne pense pas que ce soit une bonne idée.
En effet le centre de la dépression est calme au niveau du vent, par contre la mer est très forte et les vagues sont croisées, il n'y a plus la mer du vent. A un moment ou il faudrait se reposer et c'est impossible. le vent fort revient très vite. C'est comme si on prend 2 coups de vents de suite...
Ça m'est arrivé sur une transat retour en 2007: une nuit à 50 nds, une demi journée à se faire secouer et re 50nds d'un seul coup sur la tête c'est un très mauvais souvenir.

02 jan. 201202 jan. 2012
0

je crois que les excellents textes de JY Bernot trahissent un peu le penchant "course" de l'auteur

pour un bateau de course aller chercher les 15 noeuds plutôt que les 10, ou les 20 plutôt que les 15, ou aller se battre contre un vent 15-30 dégrés plus serré pour essayer d'avoir après 5 noeuds de plus au portant, etc etc sont des contraintes importantes, bref ce sont parmi les cas qui distinguent la course de la croisière en équipage réduit (solo, familial..) où les contraintes sont toutes différentes: avoir 20 noeuds au lieu de 25 est presque toujours préférable, que ce soit du près ou du portant; mais aussi avec les incertitudes des prévisions: si une prévision donne 15 noeuds cela signifie probablement entre 12 et 20, possiblement 25 en rafale au cas où, si la prévision donne 20 noeuds cela peut vouloir dire entre 17 et 23 si on a de la chance, rafales à 30-35
et bien si je suis en croisière il n'y a pas de doute sur le genre de situation que je vais préférer...

idem pour les logiciels de routage, pour des bateaux qui font 5-6-7-8 noeuds amha il faut spécifier les polaires du bateau avec une vitesse qui décroît sensiblement au délà d'une certaine vitesse du vent, juste pour prendre en compte le facteur "reductions du risque" qui amha est beaucoup plus important que le "temps de traversée plus rapide" pour un bateau de croisière qui n'a pas vocation de battre des records de vitesse.

Comme pour plein d'autres choses, la course peut avoir des retombées intéréssantes pous la croisière, il suffit de bien en cerner les limites; aller à la recherche des 30 noeuds de vent car ils donnent 0.25noeuds de vitesse bateau en plus amha peut être un paris pour un bateau de course, mais pour un croiseur tranquille est un contresens :oups:

02 jan. 2012
0

Je suis bien d'accord avec toi. En ajoutant que si le vent est une préoccupation, la route peut être aussi dictée par la ou les houles. L'état de la mer casse bien le moral et le matériel. C'est pour cela que les polaires sur un croiseur ne veulent pas dire grand chose. J'ai traficoté les miennes. Elles me confirment dans les grandes lignes la date de départ pour quelques jours de mer et les grands bords à tirer, départ bâbord ou tribord amure.
Vu la précision météo dans le Pacifique et la teneur des gribs par iridium, on en vient à gérer le temps présent sans espoir de négocier vraiment une dépression. Elles se déplacent 4 à 5 fois plus vite que le bateau. Avec une prévi potable sur 2 ou 3 jours, et d'autant moins fiable qu'on sort du régime établi des Alizés, on va où?

02 jan. 2012
0

Merci pour cet éclairage qui correspond bien à mon sentiment sur cet excellent livre.

Le conseil "si ça chute tu vas sur tribord, si ça monte tu vas sur bâbord" correspond en gros à suivre une même ligne de pression. Quelle est la référence : 1015 ?

Je descend jusqu'à toucher une pression de 1015 si une dépression approche et inversement si je souhaite contourner un anticyclone ?

Fab

02 jan. 2012
0

Les bons conseils du pote convoyeur de Teles et ceux de PapyBoum vont dans le même sens que ce que j'ai appris pour ma part. Tu rajoutes les compléments de Piep, et tu as bon. Le but est d'éviter les vents mais surtout les vagues, car c'est l'état de la mer qui casse le matériel, pas le vent. D'ailleurs, quand tu es au mouillage, ce que tu crains, c'est bien la houle, et ce qui piaule au dessus, passe au dessus. En d'autres termes, tu peux réduire, jusqu'à sec de toile ou presque (le TMT permet de lever le nez du canot), par contre, tu ne peux pas réduire ta carène ... hé oui.

03 jan. 2012
0

un peu la meme expérience que gilles 44 :
dejà une belle houle + vagues d'environ 8 m je decide de me reposer alors que le vent se calme, sous regulateur .
Je me réveille en sursaut car le voilier tape dans la mer carrement de face à cause de la rotation des vents revenus encore plus forts .
Le baro est remonté

03 jan. 2012
0

ET quand on va dans l'autre sens ?cela m'intéresse.
JJ

03 jan. 2012
0

quand tu regardes le vent de face, la Dépression est à ta droite (dans l'hém N)

04 jan. 2012
0

Bien oui, c'est évident.
En ce moment, je lis tout ce que je peux sur ce type de sujet, même chez les Anglais il y a un fil en ce moment.
Eh bien, nous sommes marron! Sauf à pouvoir anticiper avec des données avant le départ après, c'est de l'observation pour savoir où se trouvent les dépressions.
Pour ma part, je dois faire un aller retour les Açores au printemps-été, et la stratégie est assez simple.
- avoir le maximum de données avant le départ pour essayer d'avoir une route pour près d'une semaine ?
- après, observation, baromètre, et un ou 2 fax météo en cours de route pour situer les dépressions, cela peut servir.
- in shalla, puisque même en déviant une route, vu ma vitesse que puis-je faire ?
- je n'aurais qu'un poste BLU en communication.
JJ

06 jan. 201206 jan. 2012
0

Partir de la Galice (A Coruna par exemple, ou Camarinas mieux...) permet de réduire la durée de la traversée (6 à 8 jours). J'ai utilisé en route avec grand profit les fax météo de Northwood (Pinneberg lorsque je ne captais pas bien Northwood): au retour, j'ai modifié ma route directe vers la Bretagne pour la Galice en raison d'une poussée de l'anticyclone. Prévoir du gazole si on veut avancer en cas de pétole... Mais il y a eu du vrai mauvais temps sur le trajet fin août, début septembre (attention aux tempêtes tropicales arrivant des Antilles), mais aussi une toute petite dépression très creuse et rapide au large de la Galice. Les cartes météo à 96 et 120 h sont assez bonnes pour les dépressions, moins bonnes pour la position et la force de l'anticyclone.

03 jan. 2012
0

je n'arrive pas à bien visualiser la trajectoire. Dans un retour bermudes/açores je rencontre une dépression avec des vents dans le sens contraire des aiguilles d'une montre ma descente sur les açores en principe babord amure va donc devenir tribord amure en prenant un cap au sud si je veux du portant, Est-ce cela?

04 jan. 2012
0

Ce que j'en ai vu , c'est difficile à anticiper sur un voilier moyen . J'avais spotté une dep. qui avait démarré en jamaique ( logiciel ). J'allais la croiser et autant vous dire que j'étais à l'affut du net sur toutes les radios . Pour l'anecdote , c'est là que l'on se rend compte que les voiliers meme grands genre 55 - 60 " ça ne tire pas tant que ça- quand ils dépassent les 200 m , c'est paname!
Une fois arrivé aux açores, on s'est retrouvé à discuter de cette " tempete" . personne ne l'a évité . j'aurais pû etre plus intelligent et écouter les conseils du net en tirant au sud mais ça m'a gonflé et j'ai continué à l'est .
Finalement , ça s'est bien passé pour tout le monde .
Un coup de vent dans ce coin , ce n'est pas à la hauteur de ce que l'on peut supporter dans les hautes latitudes ....

05 jan. 2012
0

Il y aussi le problème du Gulfstream à gérer en partant des USA.

Voir le récit du naufrage raconté ici :
www.artseaprovence.com[...]our-ii/

Ca calme net... carrément effrayant. Moi qui comptait partir la première semaine d'avril.

05 jan. 2012
0

Tribord amure c'est très bien pour s'éloigner de la dépression, mais attention il ne faut se tromper d'allure! cela dépend de ta position par rapport à celle-ci si tu es au nord dans le quart nord est , entre le travers et le largue c'est bien idem pour le quart nord ouest. Au sud dans le quart sud est attention il faut naviguer au près/bon plein sous peine de rester dans la trajectoire de la dépression, et dans le quart sud ouest vent de travers petit largue. Et si tu ne sais pas vraiment ou tu es Buys-ballot est ton ami...:)

27 juin 2012
0

J'espère que ta réponse est pour Gribou, parce que maintenant on ne sait plus où on en est, il y en a un qui va vers l’Espagne et l'autre qui veut aller dans l'autre sens.
Essayons de rester dans le fil initial si c'est possible.

05 jan. 2012
0

Bon, mais tout ça c'est dans l'absolu, dans la vraie vie il y a plein d'autres paramètres qu'ils faut prendre en compte.

05 jan. 2012
0

Pour jouer avec les dépressions il faut un bateau qui va vite très vite, avec nos 6 nœuds à moins d'avoir 24 heures devant soit, pas grand chose à faire...

12 fév. 2012
0

Bonjour,

il me reste encore une question : avec une dépression derrière, lorsqu'on pense que la dépression va nous arriver dessus, faut-il s'en éloigner en remontant vers le nord, ou s'en éloigner par le sud.
Si l'on suit le dicton du convoyeur : si le baro descend tu descends, ne risque t'on pas au final de se retrouver en plein sur la trajectoire ?

Enfin, est-ce que quelqu'un aurait un schémas d'une dépression avec en superposition la direction des vagues et de la houle.

Merci Fab

27 juin 2012
0

Par rapport à ce qu'a écrit MP plus haut avec ses quadrants c'est bien comme principe et comme il dit tu fais confiance à M. Buys-Ballot, mais quand tu as le vent dans le museau si tu ne surveilles pas ton baro comment être certain par exemple si on est à gauche d'une dépression ou à droite d'un anticyclone tu peux très bien te faire coincer entre les deux et là c'est l' engrenage et les vents qui vont avec.
il y avait une carte(500hpa) sur l'autre fil qui le faisait bien voir.
De toute façon si tu navigues en transat retour et que tu te trouves dans le quadrant NO ou SO tu suis la dépression donc tu prends une allure de confort par rapport à la mer, la dépression va bien plus vite que le bateau.
Si tu te trouves dans le quadrant NE c'est que tu n'as pas surveillé ton baro et là tu peux encore virer vers le SE si la mer le permet(sinon Orangina) .
Si tu te trouves dans le quadrant SE tu vires vers le SE et tu t'éloignes du plus gros du vent.
Les gribs c'est bien pour une région, encore faut-il avoir une vue globale de l'atlantique pour voir la situation générale et ne pas manœuvrer pour s'éloigner d'une branlée et aller s'en prender une autre plus dangereuse.

Cdlt

27 juin 201227 juin 2012
0

C'est très facile d'avoir des gribs ou des cartes qui couvrent une très grande région pour un poids en ko très faible, et ça évite toutes les incertitudes de la loi de Buys Ballot qui est inutilisable dès que les dépressions sont déformées ou en chaîne... c'est à dire à peu près tout le temps quand on navigue ailleurs que dans la théorie.

Le suivi du baromètre améliore la connaissance, mais c'est une information trop ponctuelle pour en déduire la situation atmosphérique générale, par exemple si on se retrouve sans le savoir dans un talweg.

Idem pour les nuages, c'est un indicateur important de plus, mais ils ne sont pas toujours comme dans les livres, et parfois même invisibles alors qu'un front actif encore loin nous rattrape à toute vitesse et va nous tomber dessus la nuit suivante.

Utiliser Buys Ballot quand on n'a rien d'autre sous la main, avec circonspection, pourquoi pas, mais l'élever au rang de règle universelle comme le fait MB est stupide et dangereux.

Il y en a qui vont rétorquer qu'autrefois on n'avait pas besoin de tout ça, et gna gna gna... mais combien ne sont jamais revenus à cause du manque de prévision un tant soit peu crédibles ?

27 juin 201227 juin 2012
0

Oui, roberto, le gradient !

D'ailleurs, sur une autre fil, la dépression de f_blc n'est pas très creuse.
Elle est juste "comprimée" dans ses isobares au Nord.
Les gradients sont d'autant plus importants et le vent en conséquence...

Edit :
Je n'aime pas trop le griiigriiigriii.

27 juin 2012
0

Allons allons! tu reçois des cartes fax quand tu navigues et tu ne sais pas ou est l'anticyclone? pourtant cela ne bouge pas vite ce machin là. En plus je ne sais pas d'où il sort ça papy geraldh:" mais l'élever au rang de règle universelle comme le fait MB est stupide et dangereux. " j'ai jamais dit cela moi!

Moi j'écoute mon bon Maître en météo. Quand la prévision ne correspond pas aux observations et que l'on ne comprend plus rien, au secours Buys Ballot!

C'est comme fblc avec sa virée aux Açores qui à perdu la position de l'anticyclone alors qu'il na pas bougé depuis la fête du travail...

28 juin 2012
0

Je venais des Bermudes.
A 150NM, la VHF ne passe pas.
Mon Iridium merdait en data.

28 juin 2012
0

Disons une date de départ entre le 15 et le 20 Avril et une carte d'analyse et une prévision à 120 h. facile de comprendre le système météo dans le quel on est. Une situation ultra classique avec un AC bien installé, c'est bien pour cela d'ailleurs que l'on choisi ce moment pour faire cette traversée. Alors as tu fait du sud mou de chez mou ou es tu monté au nord. Quoi qu'il en soit, ces choix sont fait justement par rapport à l'anti-cylone des Açores.
Donc même sans rien, juste un baromètre, des observations on peut comprendre ce qui se passe... et en aucun cas, une dépression pouvait venir du sud des açores, pour se retrouver dans son vent d'est. Impossible d'être au Sud de l'anti-cyclone pour être dans son vent d'est...Donc surtout que vu la gueule de la carte d'analyse de M.Sham je pense que tu as eu du SUD est mais pas de l'est je dirais du 120° 130°. Donc au secours Buys ballot 120+110=230 ou 130+110=240 et même 120+90=210°

Pas vraiment du SUD- 180 -tout ça.
En plus tu savais parfaitement que tu naviguais en bordure de l'anti-cyclone.
Au vu de ce que te racontais ton baromètre tu pouvais comprendre que tu te trouvais sur un front.( voir son petit Bernot page 400 )

En plus sur ton Grig les isobares te donnait une indication cela pouvait être très difficilement d'une dorsale de l'anti- cyclone.

Ton vent (d'est) ne pouvait venir que d'une dépression qui était entre le 210 et le 280.( supposition en fait c'était plus haut, mais pas du SUD )

Et là comme dit mon bon Maîiiiiiiiiiiiiiitre il faut être un peu imaginatif; vite fait un petit croquis pour comprendre.

Comme les DEP vont d'ouest en est ou d'ouest en Nord est, dans le coin-ben oui la terre ne sait pas mise à tourner dans l'autre sens juste pour te faire chier. tu n'étais pas victime d'un complot- Aller au nord ou nord ouest c'était passer devant la dépression, sur son trajet. imaginer vu le vent de naviguer dans son nord fût présomptueux. Il ne restait que d'aller vers les hautes pressions ou d'attendre la bascule.

28 juin 2012
0

Si bien sûr. Un poste Sangean 818 mais d'une performance médiocre (jamais réussi à capter RFI - qui d'ailleurs n'émet plus).

28 juin 2012
0

"et RFI alors?"

pour info, RFI a arrêté ses émissions de bulletins au 31.12 de l'année dernière...

fblc se trouvant dans la limite entre la Metarea II et la IV, aujourd'hui en phonie il reste:
Les bulletins en phonie "High seas" des Etats Unis: ils donnent seulement les phénomènes dangereux avec une description très vague (je les écoutais tous les jours puis j'ai arrêté), pour la metarea IV.
Ce qui est très bien pour comprendre ce qui se passe est la "Atlantic tropical discussion" et la "Atlantic outlook" ou nom similaire, mais elles ne sont pas transmises en phonie, on doit les recuperer par requête email.

Monaco Radio (MetareaII) ne se reçoit pas bien du tout de ce côté-ci (Acores), au Brésil il passe comme si c'était de la VHF mais ici j'ai vraiment beaucoup de mal.

Navtex Açores avec "problèmes techniques" pendant les deux derniers mois au moins, trèèès probablement même avant.. aujourd'hui je l'ai éteint.

Quant aux "dieux", "saints" et compagnie... pour citer le chef prévisionniste de Météo France: "prévoir le temps en regardant le ciel, nous à Meteo France on ne sait pas faire"
ubi maior, minor cessat

cordialement

27 juin 2012
0

geraldh

je partage à 100%, quoi que je penche plutot pour les cartes fax que les gribs, j'aime bien le griiigriiiigriii :)

je rajouterais à propos des limites du baromètre, ok c'est très utile sans doute (pour dire, j'ai un barographe a bord), mais bon: une dépression et un anticyclone mobiles qui se déplacent l'un vers l'autre, même sans se creuser ni rien, cela peut donner coup de vent ou pire sans que le baro bouge d'un hPa, juste par augmentation du gradient et sans que l'on ait d'idée de quel côté aller.

Si je me souviens bien, un cas très semblable est la Tempête Queen Mary birthday en pacifique sud, il y a une quinzaine d'années, vents en tempête avant le creusement juste par augmentation du gradient, puis dépression : dans les bateaux il y avait des gens comme Stan Honey, les Dashews etc qui ont peu-être quelques millions de milles ensemble et pourtant n'y ont pas échappé. Mais bon je remonte très en arrière donc c'est peut-être une autre tempête :jelaferme:

27 juin 2012
0

Et pour vous donner le fond de ma pensée dans le cas" Açorien de Flbc " je suis assez convaincu du fait qu'il n'y avait pas de prévision ni observation ... je n'arrive toujours pas à savoir si il partait des Açores ou si il arrivait aux Açores et 150 Mn cça c'est la vraie question? et RFI alors? je ne sais pas comment retrouver les bulletins de cette date mais dans situation générale la position de l'anticyclone et son état c'est la base non?
Et à Horta c'est un désert Hertzien et numérique?

28 juin 2012
0

Pas de radio?

28 juin 2012
0

Quelle poisse ...et oui j'avais oublié c'est fini Arielle Cassime! Bon il ne s'agit pas de prèdire mais de savoir dans quoi on est, et perdre l'anticyclone aux Acores c'est un comble non?
:-)))

28 juin 201228 juin 2012
0

MB nous dit " j'ai jamais dit cela moi! ", et pourtant, quand on relit toute sa prose d'il y a quelques jours à peine assénée à grands coups de certitudes...
www.hisse-et-oh.com[...]t-monte

27 juin 201227 juin 2012
27 juin 201227 juin 2012
0

Moi j'ai appris avec JY Bernot et ses émules, et tu vois Geraldh ils disent exactement le contraire de toi! je dis bien tous sans exception donc si tu veux entre toi et eux mon choix est vite fait.Tu peux continuer sur ce ton là comme tu veux mais tu n'as aucune crédibilité désolé...

28 juin 2012
0

C'est une excellente référence, mais la qualité du maître ne fait pas toujours celle de l'élève, même en commençant sa phrase par un "moi je" péremptoire.
D'ailleurs quand je vois que vous êtes capable de vous tromper par 2 fois de 180 degrés en tentant d'appliquer la simpliste loi de Buys Ballot, j'ai comme l'impression qu'il vous reste pas mal de notions élémentaires à maîtriser un peu mieux :

www.hisse-et-oh.com[...]t-monte

Ce n'est n'est pas pour rien s'il faut des années d'études pour former un météorologue, sans oublier toute l'humilité qui convient devant la complexité des phénomènes mis en jeu.

Sur ce, je vous laisse avec plaisir le dernier mot si cela vous tente.

29 juin 201229 juin 2012
0

Ben puisque tu me laisses le dernier mot, je ne ferais pas de manière, je vais le prendre...buys ballot est une certitude comme pleins d'autres: le soleil se lève à l'est, la terre tourne autour du soleil et tout cela n'est pas prêt de changer même avec toute la fausse modestie du monde...ben oui j'ai fait deux fois un 180°! Je m'en suis expliqué, delà à en tirer des conclusions sur ce ton chagrin... je préfère mon cerveau dyxlesique a ton mauvaise esprit.
Heureusement pour moi il ne me joue des tours qu'à l'écrit, sur la route je suis dans le bon sens.
Pour ta part ton handicape me semble beaucoup plus sévère et l'âge avacant je craint que cela ne s'améliore pas.
ton cas est dèjá très sérieux tu n'as lu que ce tu voulais lire car un peu plus haut, 18 posts exactement, si tu ne projetais pas ton ombre partout comme ça, tu aurais pu lire:
"MB
Bon, mais tout ça c'est dans l'absolu, dans la vraie vie il y a plein d'autres paramètres qu'ils faut prendre en compte.
"

29 juin 2012
0

Ben puisque tu me laisses le dernier mot, je ne ferais pas de manièreS, je vais le prendre...buys ballot est une certitude comme pleins d'autres: le soleil se lève à l'est, la terre tourne autour du soleil et tout cela n'est pas prêt de changer même avec toute la fausse modestie du monde...ben oui j'ai fait deux fois un 180°! Je m'en suis expliqué, de là à en tirer des conclusions sur ce ton chagrin!. je préfère mon cerveau dyxlesique a ton mauvaise esprit.
Heureusement pour moi il ne me joue des tours qu'à l'écrit, sur la route je suis dans le bon sens.
Pour ta part ton handicape me semble beaucoup plus sévère et l'âge avançant je crains que cela ne s'améliore pas.
ton cas est dèjá très sérieux tu n'as lu que ce tu voulais lire car un peu plus haut, 18 posts exactement, si tu ne projetais pas ton ombre partout comme ça, tu aurais pu lire:
"MB
Bon, mais tout ça c'est dans l'absolu, dans la vraie vie il y a plein d'autres paramètres qu'ils faut prendre en compte.
"

29 juin 201229 juin 2012
0

Doublon

29 juin 201229 juin 2012
0

Doublon

27 juin 2012
0

Dans son excellent DVD prévoir sa météo à 24 48 72 heures
Je vous invite tous voir et revoir le chapitre 8: Préparer sa navigation
(ce qu'il ne faut pas faire et ce qu'il faut faire).

Si il y a bien un domaine ou l'on peut apprendre à terre, se perfectionner et progresser c'est bien en météo, pas besoin d'être sur l'eau...d'ailleurs les routeurs enfin bref ...

27 juin 2012
0

Vous me donnez tous envie d'en avoir le coeur net et, surtout, de mieux prendre en considération le baromètre.
Quelqu'un aurait-il ce dvd à vendre ?
Ou un support équivalent traitant pareillement du sujet ?

27 juin 2012
0

Tu fais bien, il vaut mieux s'adresser au bon dieux qu'a ses saints
www.4-oceans.com[...]teo.asp

C'est pas cher pour la qualité de la prestation!

28 juin 2012
0

salutatous

très instructif le témoignage de sean seamour II, 80 nds et des vagues de 20m ... voire plus puisqu'il soupçonne une vague scélérate d'avoir coulé ce bateau et un autre

50% en plus ? soit 30 m !!!

que voulez vous faire dans ces conditions ? rien, avoir le bon bateau, c'est à dire solide et étanche et attendre que ça passe (si on peut !!!)

99.99% des bateaux de plaisance qui naviguent ne peuvent pas résister à ce type de conditions

il n'y a que Banque pop V qui va assez vite pour éviter un coup de vent, et encore ...

conclusions ? penser à passer, avant de partir, à lourdes, à fatima, à la mecque, aux murs des lamentations, ou tout autre endroit qui vous satisfait pour que la bonne étoile qui vous guide ne soit pas endormie à ce moment là

à ce propos, dans les radeaux de survie, on trouve des prières pour toutes les religions, c'est dire ...

cordialités maritimes
larent le hareng

29 juin 2012
0

Tu as vu Geraldh, en plus je yoyotte ^^
c'est pas une preuve qui va dans ton sens Ça! mdr!

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

août 2017 de retour d’Ecosse vers Bangor

Après la pluie...

  • 4.5 (130)

août 2017 de retour d’Ecosse vers Bangor

mars 2021