question d'un débutant : béquillage en zone de courant

Bonjour à tous,

Mon DL de 10T est équipé de 2 bequilles inox.
A priori pas de soucis pour bequiller en zone calme, où le courant reste faible.

Mais comment faite vous dans les zones à plus fort courant ?
Une ancre à l'avant et une aute à l'arrière pour toujours rester dans l'axe ? Pas vraiment envie que ça se passe mal et d'avoir de la casse !!!

merci pour vous avis éclairés !

L'équipage
20 déc. 2012
20 déc. 2012
0

Pourquoi 2 ancres ? avec 1 seule il restera dans l'axe du courant sauf si la force du vent est supérieure à celle du courant, ce qui se passe lors de mortes eaux .

20 déc. 2012
0

Ben non : marée descendante, je suis dans l'axe du courant, je tire sur la chaine d'ancre. Je me pose avec les bequilles.

Après la renverse, le courant est inversé de +-180°
Pas certain que le bateau n'aura pas tendance à vouloir pivoter autour de sa bequille. et ça encore plus quand le courant est proche des 2 nds.

Pour m'être loupé sur un banc de sable sans les bequilles, à la renverse, même avec 60 cm d'eau, le bateau à pivoter autour de l'ancre.

Pourquoi n'aurait-il pas envie de faire la même chose lorsqu'il y a une bequille ?

20 déc. 2012
0

le problème avec deux ancres c'est que le bateau a trop souvent tendance à se mettre en travers à cause du courant si bien que le résultat peut être pire.

20 déc. 2012
0

Ok

mais alors comment faire ?

0

soit ne pas mettre de béquilles (mais votre fiche n'étant pas renseignée je ne sais pas quel bateau vous avez)
soit mettre deux corps morts, un à l'avant l'autre à l'arrière.
Si le bateau reste longtemps il va faire une souille et un jour ou l'autre il va se poser à côté avec une béquille dans le trou.
Il serait mieux en bordure de rivière dans un endroit hors courant avec deux ancres à l'arrière et deux amarres à l'avant
(je suppose que c'est pour hiverner ?)
Hubert, de Cherbourg

20 déc. 201220 déc. 2012
0

Il faut que tes béquilles soit un peu plus courtes, disons 10-15 cm. A la levée, les béquilles ne toucheront plus, le bateau pourra pivoter sans retenue. Le risque est toujours qu'en prenant de la vitesse lors de la rotation, une béquille touche un monticule comme aiment en créer les pêcheurs qui cherchent des vers, ta béquille touche et plie.

est-tu sûr qu'il y a 2 noeuds pile où tu échoue ? C'est plutôt dans le chenal, car le banc de sable où on s'échoue freine le courant.

A Audierne, dans tout l'avant port sur le banc de sable, les bateaux sont sur un corps mort unique, et ce depuis des années. Le plus gros risque pour eux est de talonner lors de passage de pêcheur a x fois les 3 noeuds réglementaires

20 déc. 2012
0

salutatous
effectivement, il manque des infos concernant ta question
ton bateau est un DL donc très peu de tirant d'eau; de plus j'imagine que les béquilles n'ont de rôle qu'à l'empêcher de basculer.
- ton port se situe où ?
- nature fond ?
- le fond est plat ?
- tu échoues dans quel 1/12 ème ? calcul du courant en conséquence
- assez de place pour éviter ?
- le vent est toujours supérieur au courant, la composante vent+courant va être aussi importante
le principe de mouillage que tu décrits convient ... en théorie;
la pratique sera fonction de tes réponses aux questions ci-dessus
cordialités maritimes
larent le hareng

20 déc. 2012
0

Attention aussi au courant qui peut affouiller sous la semelle des béquilles.
Il est souvent plus sécuritaire de laisser le bateau se coucher.

20 déc. 2012
0

il peut y avoir un gros inconveniant a tenir le bateau devant et derriere suivant le plan d'eau .

c'est la direction du vent , si par fort vent celui-ci est sur le travers au moment de l'echouage la bequille sous le vent va fortement travaillé ,pilonné m^me si'il y a un peu de clapot et faire souffrire le bateau .

il faut mieux alors ne pas avoir de bequille et laisser le bateau se couché ou le plus s^re une seule ancre à l'avant

20 déc. 201220 déc. 2012
0

Voilà la fiche est complétée
mais ça ne vous aidera pas beaucoup. Très peu d'exemplaires construits et pas certains que d'autres naviguent encore.

Je confirme bien pour les 2 nds (ça peut même être plus).

Pour mes bequilles, elles sont 20 cm plus courtes

Par contre, ce n'est pas pour hiverner.

C'est plutot pour se poser le temps d'une marée dans une baie (baie de Somme par exemple) ou sur un banc de sable par exemple.
Test préablable des fonds pour avoir du plat et du sable dur.

C'est un peu dommage d'avoir des bequilles et d'au final devoir laisser se coucher le bateau. C'est quand même pas très pratique ...

20 déc. 2012
0

2 noeuds au moment où le bateau se met à flotter, soit avec 1 m seulement d'eau ? :reflechi:

0

c'est parfois au moment où il n'y a plus beaucoup d'eau que le courant se déchaîne. J'ai eu le cas à Chausey et aussi dans le chenal de Portbail oùù j'étais arrivé trop tard.
Dans le chenal le courant devient si fort qu'il crée des vagues de sable : le mousquetaire était posé droit l'avant sur le sable et le safran ne touchant pas par terre ! (et il ne piquait pas du nez) bien sur je n'avais pas mis les béquilles c'est préférable

Hubert, de Cherbourg

20 déc. 2012
1

pour les bequilles la regle c'est qu'elles permettent au bateau de giter d'environ 3° 20cm plus court me semble beaucoup , la bequille va supporter beaucoup de poids et risque de plier et d'enfoncer la coque

20 déc. 201220 déc. 2012
0

Ok. Avant toute tentative, je referai une mesure lors de la prochaine mise à l'eau.

A priori erreur de mesure, car le précédent pratiquait régulièrement le bequillage. C'est dommage qu'il ne puisse plus partager son expérience...

20 déc. 2012
0

Ce n'est pas toujours possible, mais c'est vivement recommandé : repérer les lieux à l'avance et regarder comment les autres bateaux se comportent à l'échouage. À défaut, se renseigner auprés des usagers locaux.
En fait, c'est là tout le pb de l'échouage : autant échouer dans des conditions connues (fond, météo) est facile, autant échouer dans un endroit inconnu est parfois risqué (vécu).

20 déc. 2012
1

mais si j'ai bien compris le contexte, c'est béquillage à l'occasion de ballades; donc juste pour pouvoir remplir les verres à pied jusqu'à ras bord? donc dans ce cas, le bateau étant sous surveillance, le béquillage n'est pas à proscrire. S'il s'agit de laisser le bateau plusieurs jours ss personne à bord, et bien ne pas béquiller...

20 déc. 201220 déc. 2012
0

Bonjour,
va donc voir là
www.jaoulvoiliernomade.fr[...]ex.html
ou je raconte mon béquillage au Havre de Règneville.
C'est une zone à très fort courant côté Règneville où aucun bateau sur bouée ne béquille. Coté Agon, oui, on n'est pas dans le lit du fleuve.
En général, il faut éviter béquiller dans un goulet, au milieu d'un chenal ou bien là où c'est le plus profond dans une baie. Car c'est là où dès que les alentours découvrent, l'endroit le plus profond se fait collecteur de toute une anse. Le courant accélère et fouille sous le bateau. Et ça fait n'importe quoi! Le pire est quand le bateau se met travers au courant juste au moment de poser. Ca veut dire qu'au flot suivant, la puissance du courant fera peser le bateau sur la béquille sous le courant qui aura tendance à vouloir passer sous la quille.

20 déc. 2012
0

oui, ton passage a été signalé. Il est assez fréquent que nous soyons prévenus par mail de l'arrivée d'un bateau "visiteur" qui nous demande qq infos avant de tenter "l'aventure", et je trouve que c'est un bon principe ;-)
Et la plupart du temps, nous sommes à même de mettre à disposition un mouillage pour éviter l'ancrage forcément à bonne distance du ponton d'accostage.
tu t'en es bien sorti : le dernier à avoir béquillé est un Sangria; son bordé, ouvert, s'en souvient.
Même si la rive côté Agon est plus calme, je déconseille tout de même le béquillage.
Au plaisir de te revoir dans le "Havre".

20 déc. 2012
0

Le mouillage avant arrière marche assez bien à condition que le mouillage arrière soit de mème qualité, pratiquement identique au mouillage avant, les deux devant ètre très bons (une ancre franchement envasée est assez difficile à remontée). Un mouillage prolongé serait toutefois plus fiable avec des corps morts. Avec un fond fluctuant on ne peut garantir à tous les coups une posée correcte de béquille et les béquilles ne sont pas faites pour des mouillages tumultueux. Autant mouiller alors dans un endroit à flôt.

20 déc. 2012
0

la solution ne serait-elle pas d'avoir de solides béquilles, seulement un peu plus courtes mais pas trop avec une large semelle, le tout amarré solidement devant/derrière ?
C'est ce que nous faisons régulièrement à Sauzon où le courant n'est pas trop fort c'est vrai sauf qu'en fin avril début mai nous avons subi 58 noeuds de vent d'après la météo locale. Nous étions embossés sur deux ancres, le bateau s'est évidemment mis en travers mais sans exagération et nous avons survécu. Quand le bateau commence à flotter il commence à se déplacer en poussant sur ses béquilles alternativement, ça n'est pas drôle, bruits, râclements et sursauts mais si le bateau est solide ainsi que les béquilles et bien ça le fait.
Pour nous la grande crainte s'est de se retrouver la béquille sur un trou de fouille-merde. (chasseur de vers) bien que ce soit interdit là bas tout le monde s'en fout (mais pas nous !)

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie et avant le grain suivant.

Après la pluie...

  • 4.5 (138)

Après la pluie et avant le grain suivant.

mars 2021