Quels efforts sur un étai?

Bonjour,
Mon prochain bateau (Farrier F22) est prévu avec un gréement dormant en synthétique, et il est même prévu que l'étai puisse être supprimé lorsque les voiles d'avant sont établies (pour faciliter les virements de bord pour les voiles établies en avant de l'étai). Je suppose que cela est possible avec les emmagasineurs, mais cela suppose que la drisse doit subir les mêmes efforts que l'étai lorsqu'il est utilisé, et également que l'accastillage devra accepter ces efforts. Je pense en particulier aux réas, poulies de pied de mât, bloqueurs...
Qui pourrait m'aider à estimer ces efforts?

L'équipage
29 jan. 2012
29 jan. 201216 juin 2020
0

Bonjour

Joli bolide. Sur cette photo, on voit que l'étai est super mou ! Il n'y serait pas, ça serait pareil.
Sauf que s'il n'y était pas, que le spi se dégonfle et porte vers l'arrière, mauvais plan... S'il y est, ça doit quand même faire une secousse !
Alain :-/

www.ukhalsey.com[...]arch09/

29 jan. 2012
0

Ce qui m'inquiète, c'est le près serré avec du vent. Grand-voile bordée à plat, foc étarqué et bordé à plat. C'est dans ces conditions qu'il doit y avoir l'effort maximum dur le guindant du foc. Et si quelque chose lâche à ce moment, bonjour les dégâts!
Alors qui peut me dire comment estimer la force qui va s'exercer dessus?

29 jan. 201229 jan. 2012
0

Quel est l'intérêt d'enlever l'étai, surtout s'il est en textile? Je passage des voiles d'avant n'est pas si compliqué que cela, et c'est une sécurité dont je ne saurai me passer.

29 jan. 2012
0

Le drisse foc sort 15 cm en dessous du capelage, mais celle de Génois 60cm au dessus et celle du Code 0 120 cm au dessus. Et il y a 3 ancrages possibles à l'étrave, sur 25 ou 30 cm, pour le foc, la drisse et le génois; l'ancrage du code 0 étant un peu plus loin (120 ou 130 cm) sur le bout dehors. Cela permet, en utilisant des emmagasineurs, de faire un changement de voile en 4 temps continu: envoi de la nouvelle voile, dérouler, enrouler l'ancienne, et la descendre. Mais, sauf à enrouler la voile à chaque virement, il faut descendre les voiles inutilisées et enlever l'étai, au moins pour l'utilisation du génois. Même pour le code 0, avec l'étai, il faut aller à l'avant le faire passer aux virements (tout au moins sur le Dash que j'ai essayé). Pas facile en solitaire!
Alors, je pense à un étai escamotable, pour tenir le mât lorsqu'il n'y a pas de voile d'avant, et qu'on ramène le long d'un hauban lorsqu'on utilise le génois ou le code 0. Mais il ne s'agit pas que la drisse ou une poulie ne tiennent pas le coup!
Dans le site consacré au F22 Ian Farrier considère que cet étai n'est qu'optionnel ("and an extra 'backup' synthetic forestay should this be desired") car le mat est normalement tenu par l'une des voiles... Mais il est vrai que ce n'est pas hyper rassurant! C'est pour cette raison que je ne voudrais pas sous-estimer la solidité de la drisse et de l'accastillage qui la maintiendra.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Perdu à Paris

Après la pluie...

  • 4.5 (145)

Perdu à Paris

mars 2021