Quelqu'un aurait il pratiqué le dematage sans chevre, avec l'elinguage en Y ?

Quelqu'un aurait il pratiqué, le matage - dematage en solo, sans chevre. Mais avec le systeme de haubanage-élinguage en Y comme sur ces videos.




-Savoir si la stabilité serait suffisante pour operer sur l'eau. Voir à l'extreme si c'est possible d'en faire une manoeuvre ordinaire de nav.(pour un petit bateau de 6m).
-Comment determiner precisement le point de pivot du ou des Y en fonction du type de basculement du mat. Les mises en tensions necessaires.
Merci d'avance pour vos retours d'experiences.
Papy_jame

L'équipage
28 oct. 2013
28 oct. 201328 oct. 2013
0

Jamais utilisé ce genre de dispositif mais mâtage ou démâtage à 2 et en un clin d’œil ou presque.
Sur le flirt, d'origine, il n'y a pas d'axe de rotation en pied de mât mais juste une sorte d'encoche et il faut une personne en pied de mât pour le maintenir.

:oups:Désolé, je n'ai pas répondu à la question :non:

28 oct. 2013
0

Oui, plusieurs fois, avec un Edel 4 (7 / 8 m de mat GROSSE section). Le palan utilisé pour monter descendre comporte une poulie violon avec coinceur, je stoppe ou inverse la manoeuvre qd je veux, par ex pour balancer la mat d'un bord a l'autre, car il est cravaté a l'emplanture des barress de fleche, et je peux ainsi parfaire son orientation.

28 oct. 201316 juin 2020
0

j'ai fabriqué un support pour tenir le pied du mat sur un brio et j'ai dématé et relevél le mat sur l'eau sans aucun problème

28 oct. 2013
0

Pas avec une chèvre, mais vous prenez un bouc, vous lui dites fonce et il vous démate le bateau.

28 oct. 2013
2

Pour mater:
une paire de jumelle et une pince à épiler.
Vous prenez vos jumelles à l'envers, regardez votre mat, prenez la pince à épiler et levez votre petit mat avec

28 oct. 2013
0

Oui sur tri avec mat de 10.50, facile, avec la bome comme tangon, mais il faut impérativement tenir le mat en lattéral et ne pas oublier le pataras pour éviter au mat de tomber cote avant.

28 oct. 201316 juin 2020
0

Vu à La Trinité.
Il a fallu cogiter mais il manipule son mât seul. (et c'est plus haut qu'un flirt :lavache:

28 oct. 2013
0

Et puis alors qu'est-ce-que c'est joli et bon pour le bord de près!... :-D

28 oct. 2013
0

Impressionnant !

28 oct. 2013
0

J'ai utilisé une fois cette technique avec du matériel que l'on m'avait prêté pour mon mat qui fait presque 10m et doit approcher les 80 kg ( estimation de ma part , je peux me tromper ) alors que le bateau était sur bers , c'est très simple , un peu lent mais je ne sais pas pourquoi j'avais balisé sec de peur que quelque chose ne lâche , depuis on démate/remate à 3 à la main .
J'ai la sensation que cette technique est un peu juste pour mon mat vu son poids mais que pour des mats plus légers c'est une bonne solution voir la solution pour quelqu'un de seul .
Cependant je ne tenterai pas le coup de cette façon avec un bateau sur l'eau alors que nous avons démâté ce week-end à 3 , à la main , un Jouet 680 au corps mort avec du vent et de la houle , ce qui ma foi n'est peut-etre pas plus " sécure " .

28 oct. 201328 oct. 2013
1

Méthode sûre pour démâter en sécurité un bateau dans ces tailles, avec explications schémas et vidéos:
www.edelvoilier.org[...]dex.php

28 oct. 2013
0

C'est la métode que j'utilise, c'est nickel. Mon pied de mat est comme sur la photo plus bas.

28 oct. 2013
0

Je n'utilise que cette méthode sur mon tri (mat de 11M). Le bateau est prévu pour, pas de problème particulier.

28 oct. 2013
0

enfin faut pas deco... un mat de 6m ... tu te confectionne une fourche avec deux doigts au bout d'un manche de 3m , et tu prends le mat sous les barres de fleches ..ça vient tout seul

28 oct. 201316 juin 2020
0

Parfaitement d'accord, mais à condition d'avoir une articulation dans ce genre là.

28 oct. 201316 juin 2020
0

Ou, comme ça, c'est la grande classe. :bravo:

28 oct. 2013
0

Mâtage sans équipement particulier. Le mât est haubané sans tension et je double le haubanage avec les drisses de génois et de Spi un peu plus tendues. Le pied de mât est équipé depuis peu d'un axe d'articulation. Je me sert de l'étai prolongé d'un bout qui passe dans le davier pour revenir au cockpit puis winch et coinceur pour maintenir le mât. Je lève le mât et tend l'étai, avance vers le pied de mât, lève à nouveau et remet en tension etc... Arrivé à un certain angle il n'y a plus qu'à tirer sur le bout pour finir de dresser le mât. Pour le démâtage opération inverse, il n'y a qu'à faire glisser doucement le bout et réceptionner le mât.
Mât de 8 m.

28 oct. 2013
0

Merci à tous pour vos infos.
-Le lien Edel...posté par J-C est une mine d'info.
-Margotte, tres tres bonne info le fait de devoir caler le pied de mat sur le Flirt. A 2 à la main !? Ca doit etre chaud, faut etre super costaud ? Une fois parti on ne doit plus pouvoir retenir.....
-Bmayer ton experience m'interesse Comment fais tu pour cravater à la hauteur des barres de fleches dessus ou dessous ? pourrais tu detailler ? Quel diametre de drisse utilise tu pour la poulie violon ? nb de brins ?L'effort est il important dans la drisse ? Le centre du Y comment l'as tu determiné ? As tu fixé de nouvelles cadenes ou as tu utilisé des ancrages existants ? Mais tu parle de balancer le mat d'un coté ou de l'autre : N'est pas ce que l'on veut éviter ?
Milo comment dans ta methode garantis tu que le mat ne tombe pas sur le coté .?
Dans tous les cas grand merci, c'est plein d'infos.

29 oct. 2013
0

Oula, va falloir faire une reponse à la Oliv44 ... :-)
1 - Quand le mat est horizontal, l'ecoute de genois passe par dessus la barre de fleche qui est du cote opposé a celui qui va tirer.
2 - La poulie violon, c'est le palan de GV, du 14 je crois, x4
3 - Le centre du Y ? au pif .. une poulie de chaque bord sur les cadenes des galhaubans, remontees, et tenues depuis l'avant (particulier au bateau).
4 - Balancer == corriger le balancement

29 oct. 2013
0

Je n'ai plus les photos retouchees que j'ai mise ici www.hisse-et-oh.com[...]horizon

www.hisse-et-oh.com[...]bernard

29 oct. 2013
0

Milo comment dans ta methode garantis tu que le mat ne tombe pas sur le coté .?

Comment le pourrait il??? il est haubané (Haubans + Bas Haubans) et j'assure en plus le maintien latéral avec les drisses de SPI et Génois que je frappe sur les pieds de chandelier. Ces drisses sont mises en tension puis bloquées sur les taquets du mât.
J'ai fait des mâtages/démâtages sur l'eau, sur remorque... sans souci.
Mon précédent pied de mât ne possédait pas d'axe pour verrouiller l'articulation, je forçais le maintien du pied de mât sur son emplanture avec un bout de 6.

28 oct. 2013
0

Dan29 ..... je ne comprends pas ton systeme, pourrais tu commenter à quoi sert la barre en photo ? Merci d'avance

28 oct. 2013
0

Oui, je l'ai fait au mouillage à Mayero, il y a une trentaine d'année. Mat de 11m, monté sur jumelles, et deux cables latéraux dont laxe de pivotement est aligné sur celui du mat. Facile.
Je viens d'ailleurs de me souder une articulation inox, pour faire le même système sur mon cata que je grée la semaine prochaine.
Attention: Ne pas oublier une bôme à 90° pour que le point de tire soit correct.
L'avoir oublié m'a coûté un mat en bois, ouvert comme une banane à Lorient.

28 oct. 2013
0

Milan crois tu que ce soit possile en laissant la bome en place juste repliée le long de mat avec la GV à poste ? Et evidement mettre un tangon ou autre espar. ?

28 oct. 2013
1

"Çà doit être chaud, faut être super costaud ? Une fois parti on ne doit plus pouvoir retenir..... "
Le mât est super léger, en l'équilibrant, on le porte seul sur l'épaule. Pour que ce soit facile, il suffit de rallonger la drisse et de reculer plus loin pour ouvrir l'angle de tire.

29 oct. 2013
0

La méthode la plus simple, qui ne demande aucun matériel supplémentaire, se fait vers l'avant, en utilisant la bôme comme chèvre. L'application sur mon cata, le mât ne fait qu'onze m., mais ce n'est pas un cure-dent !
cata.iroquois.free.fr[...]ge.html

29 oct. 201316 juin 2020
0

Papy, tu te poses beaucoup trop de questions.
Quand on le fait sans accessoire particulier, il faut veiller à ne pas avoir de vent latéral ni de clapot. Comme le mât n'est pas tenu latéralement, il faut que la manœuvre soit rapide.

Le bateau sur la photo est un Grand Cap, je l'ai mâté et démâté chaque saison et pendant 15 ans dont plusieurs fois seul avec une poulie en rappel frappée sur le haut d'une passerelle du port. Le mât est plus log et beaucoup plus lourd que le flirt.
En Bretagne, il y a des marées, c'est des fois utile :heu:

Le bateau était équipé avec un pied de mât comme ma première photo.
Et la manœuvre , sur le flirt, comme sur beaucoup de canots, se fait par l'arrière.

29 oct. 2013
0

Dans mon cas, j'ai fabriqué une ferrrure de façon à placer ma bôme sur l'avant du mat, car il pivote sur l'arrière. La bôme doit être positionnée avant de commencer, raidie, soit par la balancine, soit par un bout qui ne se détend pas trop. Tu n'es pas obligé de prendre le mat en tête, je le prend à environ 9m sur les 12m. Un bout de l'endroit où tu le fixe, renvoyé sur un winch, ne pas hésiter à faire quelques tours. L'effort est au démarrage, et plus il monte, plus les efforts diminuent. Evidement faire attention qu'il ne passe pas sur son axe: dans mon cas il monte depuis mon bimini rigide jusqu'à avoir un angle d'environ 5° sur l'arrière.J'ai à ce moment un pataras raidi (j'ai un gréement avec pataras) et le mat est encore maintenu latéralement. Je n'ai pas de barres de flèches et mon profil est assez épais, 60kg de mat plus les haubans.
Dans quelle direction descend ton Mat?
J'éviterai de laisser trop de matos à poste, voile etc. de façon à avoir une manipulation simple.
Le plus simple est la bôme dans le bon sens, comme chêvre, ce qui est impossible dans mon cas. A l'endroit où je termine mon cata, il y a des bateaux devant qui empêchent la manoeuvre, mon mat dépassant de 7m sur l'avant où l'arrière, environ, dommage...
Mais en réalité, pas de stress, c'est facile si bien réfléchi avant.

29 oct. 2013
0

Je viens de le faire ce week-end sur mon Flirt.
J'aime beaucoup les commentaires "pas de pb, facile, mat leger, ...". Bravo à vous, mais en solo un petit mât de 7,30 m et 35 kg, quand çà part en vrac on n’arrête plus rien car on est déjà occupé avec le bout de contrôle de la descente. Et casser un mât c'est pas gratos à remplacer, à moins que les conseilleurs soient les payeurs ?.... Ce week-end (dimanche) à la Rochelle il y avait un peu de vent (30 noeuds, rafale à 40), alors en solo si je n'avais pas bien préparé la manœuvre, c’était la roulette russe. . . .

Les points importants :

1) sur un flirt (barre de flèches poussantes) le mât se descend vers l'arrière (et pas vers l'avant !!) avec les 4 haubans en place (on les enlèvera lorsque le mât sera à l'horizontal, ils se détendent au fur et à mesure de la descente). 1) Parce que l'articulation en pied de mât est à l'arrière. 2) Parce que la distance entre le pied de mât et l'arrière du bateau est de 3,50m et que cela permet de mettre un support (par exemple un croisillon en bois pour faire simple) sur lequel le mât viendra se poser en équilibre ce qui permet de venir désengager sans effort l'articulation du pied.

2) il faut toujours utiliser une chèvre (quelle soit en 2 morceaux en V ou quelle soit en un seul (par exemple tangon ou bôme) avec 2 élingues pour la stabiliser...) !

3) Il faut IMPERATIVEMENT haubaner le mât pour stabiliser celui-ci en latéral. En solo il n'y a personne pour le faire à l'aide de deux drisses. Le point de fixation inférieur de l'haubanage doit être exactement aligné avec l'axe de rotation du pied de mât (afin que la tension reste constante quelque soit l'inclinaison du mât lors de la montée ou descente).

4) Plus la chèvre est haute, moins les efforts sont importants.

Mode opératoire :
La manœuvre (et le principe) est très bien expliqué dans le lien de JC.

Par contre en solo et encore plus si tu es sur l'eau, si tu n'as pas de support arrière, pas de haubanage de mât, ... tu vas vite augmenter les risques de descendre le mât un peu trop vite.

Personnelement, j'utilise une chèvre fabriquée avec 2 chevrons en bois (6 x 8 cm), dont un servait comme bout dehors !! Pour le haubanage de contrôle latéral du mat, j'utilise la balancine et la drisse de GV. Le haut de la chèvre est relié à la fixation de l'enrouleur et à une drisse qui revient au winch du cockpit en passant par le davier.
Les efforts (mât à l'horizontal) demandent de tirer un peu fort sur le winch tant que le mât n'est pas à au moins 30°. Le mieux est d'utiliser un palan (celui de la GV !!) comme le suggère bmayer.
J'avais fait les calculs des efforts de compression/traction dans les différents eléments du système pour le mât du Flirt. Il faudrait que je les retrouve ...

Je comprends à travers ta question que tu veux mater/démâter sur l'eau pour par exemple passer sous un pont lors de la remontée d'un canal ou d'un bras de rivière ... donc système sans matériel supplémentaire, il faut faire avec les outils à bord et éviter de tout demonter (voiles, bôme, ...!!
Dans ce cas, tangon (attention si suffisamment solide en compression), ou bout dehors en trouvant une solution pour la fixation en pied de mât.
Sinon adapter sur la partie avant le même système que sur les TES 678, 720 !!

29 oct. 2013
0

Bonjour à tous.
Ebraball:Merci pour le lien et ce dossier tres bien fait et instructif.
Margotte: Je prefere me poser trop de questions avant qu'apres. Même si je reconnais psycoter un peu sur cette manoeuvre.
Milan: La 1ere fois je ferais sans voile ni bome. Mais dans la mesure ou passer de la mer aux etangs marin, ce serait bien de pouvoir faire en laissant voile, lazybag, et ris à poste. D'autant que j'ai dejà dechiré ma voile en la sortant de la bome avec ces maudits crochets de ris. Et le pb de passage parfait des bosses de ris. Bref greer et degreer c'est du temps et ce n'est pas sans soucis non plus.
Lor Eole : Grand merci à ton message super bien detaillé et qui de plus sur le même type de bateau. Je prevois déjà un receptacle à l'arriere et un espar comme chevre, 2m de long te parait il suffisant ?
Je retiens la solution Bmayer de la poulie violon, ça me parait plus secure. Pour le haubanage lateral utiliser la balancine et la drisse de GV me parait une solution parfaite solide et rapide.
Bonnes nav

30 oct. 2013
0

Je viens de mesurer la chèvre que j'utilise : 2,5 m. Donc 2 m devrait convenir sachant tout de même que plus la chèvre sera courte plus les efforts seront important. N'oublie pas que pour ne pas être gêné dans la manoeuvre il faut que la chevre puisse passer à l'intérieur du balcon avant lors du basculement.
Je n'utilise pas de palan ce qui est une bonne indication pour ce rendre compte que les efforts de traction sont assez important.

A l'avenir je compte utiliser mon palan de GV pour ne pas forcer.

29 oct. 2013
0

j'avais un petit mouille cul avec un mat de 6m ,et 3 ponts successifs, ça se fait sans probleme meme sur l'eau une fois que tu as preparé et pratiqué.
L'angoisse c'est avant la premiere fois (comme pour tout)....
aprés ca en devient presque amusant.
Actuellement je cherche un ghibli que je vais équipé de la meme façon, les ponts sont toujours là,ça ne m'effraie plus du tout.
ps; j'ai vu un voilier de 9m demater devant moi, en route. Alors pour nos petits canots....

29 oct. 2013
0

Segio 64, Ton discour est rassurant mais : Plus concretement comment pratiques tu ? comment es tu accastillé pour cette manoeuvre?

29 oct. 201316 juin 2020
0

J'ai utilisé la méthode HENRI pendant plusieurs années.
Seul sur un Start 6 (ex Bahia)
A 2 sur First 235, mat de 9m.
On peut arrêter de dresser le mat en cours de route pour décoincer une drisse par exemple. Rien ne bouge. En général opération sur l'eau car plus de place. Même si un bateau qui passe fait un remous, rien à craindre, les haubans textiles provisoires tiennent le mat comme les haubans normaux.
De plus si barres de flèche poussantes, inutile de dérégler les ridoirs.
Maintenant je cherche la solution pour un mat de 10m. J'hésite à utiliser la METHODE HENRI.

29 oct. 2013
0

papy, j'ai fait que suivre ce qui est indiqué plus haut, rien inventé; jumelles chevre, etc.. mon voisin de ponton avait un super serpentaire, idem en solo ,pas de probleme non plus.

29 oct. 2013
0

guy07800 Super tes photos. Si je t'entends bien, il n'y aurais pas besoin de détendre les hauts et bas haubans ?
D'apres toi Le plus sécur est il :une poulie violon en manipulant sur le pont ,ou bien, au winch en manipulant à partir du coqpit comme tu pratique ?

30 oct. 2013
0

Surtout ne pas toucher au réglages de haubans et galhaubans. Sur des bateaux à barre de flèches poussantes comme le Flirt lorsque le mât est basculé en arrière les haubans sont détendus naturellement. Il faut les laisser en place sur leurs cadenes pendant toute la manœuvre. lorsque le mât sera vertical, les haubans vont se tendre et le mât se mettra exactement à sa place. Pour finir (les derniers cm) de mettre en place la fixation d'étai sur l'avant il faudra étarquer suffisamment la chevre pour mettre les haubans sous tension, d'où l’intérêt d'un palan ....

30 oct. 2013
0

Lor Eole , merci Ca c'est une info tres importante de ne pas mollir les haubans. Ainsi que l'avantage d'un palan pour étarquer la chevre.

-Question bete : Arrive t'on par l'etarquage de la chevre à enlever , degoupiller l'etai sans le detendre ?

30 oct. 2013
0

Oui. Bon t'aurais dû me poser la question la semaine dernière je t'aurais une video ce week-end sur le Flirt ...

Ne pas toucher aux haubans est important car tu gardes tout les réglages du mât.
L'etai est tendu grâce avec la tension dans les haubans. Donc pour "dégoupiller" l'axe de l'étai au point d'amure il faut en effet commencer par basculer légèrement le mât vers l'avant (et cela demande des efforts car les haubans sont sous tension).
Deux solutions :
1) soit tu utilises la chèvre en l'étarquant jusqu'à ce que tu puisses faire glisser l'axe du point d'amure de l'étai qui sera très légèrement détendu grâce à l'étarquage. Et dans ce cas en solo il faut un moyen de blocage de la drisse de la chèvre pour aller tranquillement et sans stress "dégoupiller" l'axe.
2) soit (c'est ce que je fais) tu utilises une drisse bloquée sur le mât (je prends la drisse de spi qui a une poulie solide en tête de mat) pour faire cette manœuvre de mise en tension vers l'avant du mât. Pour me simplifier la vie, je la passe dans le davier à l'avant du bateau puis je la ramène sur le winch de roof. Un max de tour (car çà tire fort pour détendre l'axe de l'étai) et petit peu par petit peu pour pas forcer comme un âne j'étarque jusqu’à ce que je puisse défaire l'axe de l'étai.

Il existe toujours plusieurs solutions pour le même objectif. Le but est de choisir celle qui te conviendra le mieux.
Si je fais la deuxième solution c'est parce que j'ai un enrouleur sur l'étai et comme je ne veux pas l'abimer je préfère qu'il reste bien tendu pendant toute la montée/descente du mât plutôt que de trainer sur le pont et risquer de se tordre. Donc je le fixe sur la chèvre et c'est lui qui me sert de liaison entre le haut de la chèvre et le haut du mât pour la phase de montée.descente du mât. En complément pour prolonger j'ai bien évidement un bout qui est fixé en haut de la chèvre et sur lequel je tire pour effectuer la monté/descente du mât. Ce bout peut être soit mouflé pour diminuer les efforts (par exemple palan de GV), soit renvoyer directement sur un winch lui aussi à travers le davier ou un autre point à l'avant du bateau.
La drisse de spi ne me sert que dans la phase de mise en tension du mât vers l'avant pour défaire l'axe d'amure de l'étai.

J'espère avoir été clair malgré tous les détails.

30 oct. 2013
0

Je suis aussi à la recherche de la méthode idéale pour mater un petit voilier(sunfast20). Le bateau a un système de jumelles qui tient bien le pied de mat mais qui ne résisterait pas si le mat commence à partir de travers.
Le plus rapide c'est à deux avec un qui tire sur la drisse de spi rallongée et l'autre qui soulève et guide le mat depuis le cokpit. Mais c lourd et si on tire la drisse de spi un peu de travers ou avec du vent, ça peut vite partir en couille. Encore plus critique au dématage. Je n'aimepas trop prendre ce risque par rapport au matériel ou aux personnes qui trainent dans le coin. C plus sur d'avoir un système qui tienne le mat latéralement et qui permette de suspendre l'opération si un hauban se coince quelque part. C indispensable si on veut pouvoir mater en solo, sur l'eau ou avec du vent latéral.
J' utilise la méthode décrite ici mais ce n'est pas si simple. Dans mes premiers essais, le point de rotation était positionné par un bout repris sur la cadène de bas hauban, un bout vers l'avant repris au pied du balcon, un hauban provisoire fixé par une cravate autour du mat et un hauban repris sur la tète de la chèvre(un simple bastaing). Si il était bien maintenu ainsi dans le sens longitudinal, il bougeait dans le sens latéral et les haubans provisoires devenaient mous quand le mat était incliné de 45°. J'ai donc rajouté un écarteur(baton en bois) de chaque coté qui prend appui sur le rouf(le rail de foc autovireur) et maintient le point de rotation latéralement. Ils me permettent aussi de mettre le bazar en tension lors de l'installation. Ainsi le mat est bien tenu et j'ai maté avec un vent traversier et rafaleux sans problèmes. Mais il faut l'installer et ça rajoute bien 10 mn par rapport à la méthode à la hussarde à deux.
Pour la hauteur des haubans sur le mat, j'ai essayé au niveau du capelage de spi, c pas bon, l'angle de tire est trop mauvais et avec l'élasticité on n'a aucune tenue du mat. Je pense qu'il ne faut pas dépasser la hauteur des bas haubans. Comme je n'ai pas de balancine de tangon (spi asy) je les fixe par une cravate autour du mat à une hauteur qui me permette de le faire sans grimper dans le mat, soit 2.20 m à peu près. C suffisant.
La longueur de la chèvre ne doit pas dépasser la distance entre le pied de mat et la cadène d'étai sinon elle se bloque sur le balcon et empêche d'amener le mat à la verticale.
J'ai essayé avec une poulie de renvoi et le bout de traction repris sur le winch dans le cokpit, je préfère un palan fixé entre l'extrémité de la chèvre et l'étrave. il y a moins d'efforts à fournir et on est pas sous le mat en cas de pépin. Un palan bouble suffit largement.

30 oct. 2013
0

Exact, en solo pour ne pas galérer la clé c'est le haubanage provisoire pour une bonne tenue latérale du mât. Sur certains bateaux le point difficile est de réussir à aligner les points de fixation inférieur des haubans provisoires afin que la tension reste suffisante durant toute la montée/descente du mât.

30 oct. 2013
0

Fred meteo et Lor Eole Grand merci pour ces precisions. Là je pense avoir toutes les données , pour m'y preparer et m'y mettre au printemps. je pense que le plus dur va etre de trouver avec une precision suffisant l'alignement du pivot du mat. Je devrais m'en sortir.
Bonnes navigations

04 nov. 2013
0

Pour un First 21X, il existe un kit de mâtage/démâtage ( first21.free.fr[...]dex.php ).
Sur mon First 211, j'utilise cette méthode, par contre je n'ai pas le kit :
- A la place du tangon, j'utilise une barre de fer galvanisé que j'ai récupéré,
- J'utilise le treuil de ma remorque à la place du halebas,
- Le pied du mât n'a pas de jumelles, mais juste un axe qui permet la rotation vers l'arrière,
- A la place du support arrière, j'utilise un bout de bois fixer dans le tableau arrière (ou plutôt dans le support de HB qui est fixé au tableau arrière),
- Pour le haubanage provisoire, j'utilise des bouts que je fais passer au-dessus des barres de flèches

04 nov. 2013
0

Grand merci ptit_blond. Tres astucieux l'utilisation des écoutes et rail de foc.

06 nov. 2013
0

pour mon kelt 707,je mate et démâte de la façon suivante.
Je défais les bas haubans des cadénes(moins de risque de se coincer,je prépare un X avec tangon et baume,attachés sur les balcons arrières,le X le plus haut possible que le mat soit déja avec un angle certain.
je monte sur le rouf et je l'améne à la verticale en 3 s,je fixe la drisse de spi à l avant.
je fais cela sur l'eau au mouillage,vent dans l axe du bateau;
Mon mat est rétreint mais assez long,8,30 environ.

06 nov. 2013
0

J'ai pratiqué aussi ce genre de matage/démâtage sur l'eau en levant au maximum le mât avec un support sur l'arrière puis en le poussant depuis le cockpit et une autre personne tire sur la drisse de spi, mais c'est tellement casse gueule et risqué que je préfère passé 10 min de plus à préparer tous les bouts nécessaire au maintient du mât et du tangon et assurer un matage sans aléas où je peux arrêter la manœuvre à tout moment pour vérifier que tout se déroule comme prévu, ou bien si quelques choses coince. De plus, le bateau est vachement plus stable sur sa remorque que dans son élément naturel.

Personnellement, je déconseille cette méthode, le risque de casse est trop important.

06 nov. 2013
0

C'est effectivement rapide et simple....A combien estimes tu ce "certain angle" ? 30° ?

Quel effort environ pour lever , plus de 20KG ?
Merci pour cette idée

06 nov. 2013
0

J ai plus de 60 ans ,le mat doit faire 20 kg,la croix est à 2,20 au dessus du balcon environ,je ne trouve pas cela dur,je suis en forme,c est vrai mais pas scharzy non plus.
On pourrai avoir une croix plus haute et agrandir l angle de départ,pourquoi faire compliqué....

06 nov. 2013
0

J ai plus de 60 ans ,le mat doit faire 20 kg,la croix est à 2,20 au dessus du balcon environ,je ne trouve pas cela dur,je suis en forme,c est vrai mais pas scharzy non plus.
On pourrai avoir une croix plus haute et agrandir l angle de départ,pourquoi faire compliqué....
je pense qu il faut intervenir sur le rouf ,c est moins risqué

06 nov. 2013
0

Ben j'essaierais, seulement apres avoir dématé auparavant, pour maitriser la charge et mon positionnement.
Merci

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer