Quelques statistiques et réflexions sur les cartes du SHOM

Le SHOM, de par son appartenance à la 'Grande Muette', ne se caractérise pas par une grande aptitude à la communication. Les rapports d'activité de ces dernières années comportent d'ailleurs de moins de moins de chiffres sur ses résultats financiers.
Voici néanmoins quelques chiffres sur son portefeuille de cartes et leur diffusion glanés dans les rapports d'activité du SHOM de 2011 à 2015.
Le nombre de cartes papier dans son portefeuille baisse régulièrement, et il est aujourd'hui un peu inférieur à 900, contre presque 1100 il y 4 ans, par élimination des cartes copies de cartes étrangères.
Le nombre de cartes électroniques (ENC S-63) augmente régulièrement et couvre aujourd'hui plus de la moitié des cartes papier des côtes sous la responsabilité de la France. L'effort a surtout porté ces dernières années sur les DOM/TOM et nos 'ex-colonies' Ce chiffre va se stabiliser dans les années qui viennent, car la plupart des cartes de la Métropole à grande échelle (autour du 20 000e), celles qui intéressent les plaisanciers mais pas les transporteurs maritimes (exemple Glenan, Golfe du Morbihan) ne feront jamais l'objet d'une édition ENC (de toute façon, à 20 € pièce avec une mise à jour de quelques mois, le marché est limité)
Il est intéressant de savoir que le SHOM a confié la réalisation de ces cartes vectorielles à une entreprise commerciale, n'assurant que le contrôle qualité.
Si on se tourne vers la diffusion, on voit une chute rapide des ventes de carte papier. De 150 000 cartes diffusées en 2011, on est tombé à moins de 90 000. Le nombre de cartes destinées à la Marine Nationale tourne autour de 20000 unités: les ventes au public sont aujourd'hui de l'ordre de 70 000 cartes par an. Si on ne souvient qu'il y a 105 000 VOILIERS de 6 à 18 m en France, on peut en déduire qu'un voileux n'achète sans doute pas plus d'une carte papier tous les deux ans (en tenant compte des 'moteurs' et des pros de la pêche, commerce etc...). Chaque plaisancier doit donc rapporter de l'ordre de 15 € par an au SHOM. On ne connait pas les chiffres des redevances payées chaque années au SHOM par les éditeurs de cartes électroniques vectorielles pour la plaisance (Navionics, Cmap, Garmin...), mais cela ne doit pas faire lourd par carte en raison du coût très faible de ces cartes.
Pour les cartes raster distribuées par des entreprises commerciales et dont la diffusion est encore confidentielle (exemple Weather4D / Geogarage), la redevance par carte ne doit pas être bien lourde non plus puisque des centaines de cartes sont proposées à 60 € / an.
L'avenir des cartes papier apparaît bien sombre, et le SHOM ne bénéficie sans doute pas de l'explosion de la cartographie numérique...

L'équipage
31 mar. 2016

    Votre réponse

    Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

    Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

    Mais éviter de …

    • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
    • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
    • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

    Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

    Après la pluie...la houle dégonfle tranquillement...

    Après la pluie...

    • 4.5 (181)

    Après la pluie...la houle dégonfle tranquillement...

    mars 2021