Quelle différence entre mono et cata pour la nav

Voila de quoi il s'agit

Voilà des années que je navigue sur des monos Je suis propriétaire d'un 47 pieds et je fais environ 4500 milles par an.

On me propose de prendre la barre d'un cata de 60 pieds pour une transat aller et retour.

Je n'ai jamais barré ce type de voilier.

Donc quelles sont les différences fondammentales, C'est à dire est ce que les principes de base des réglages sont les mêmes ?

Peut t-on réllement prendre la barre sans aucune expérience de ce type de voilier ?

Merci pour votre avis

L'équipage
05 sept. 2008
05 sept. 2008
0

a
Bonjour,

je n'ai aucune compétence en cata, mais je me suis laissé dire qu'ils avaient le gros défaut de secouer très fort étant donné que les vagues passent d'abord sous une coque, puis sous l'autre........il parait que dans des mers comme l'atlantique celà peut etre très désagréable.
Mais, peut être a t on exagéré.........

olivier

05 sept. 2008
0

Tango !
Le cata tangue facilement et il a tendance à fortement taper dans la houle quand il quitte son allure favorite qui est le portant. Bref, au travers et au près.
Les intérêts pour le cata sont le côté caravane, la faible gîte et la vitesse pour les outremer par exemple.
Leurs inconvénients sont le manque de plaisir de voile, le tanguage, le passage dans les vagues et les risques en cas de mauvais temps (enfournement, retournement, etc).
Bref, le cata c'est l'idéal pour une famille avec enfants et un programme de longues escales plutot que de la navigation.
Pour le budget, prévoir 1,5 fois le budget d'un mono voir 2 fois. J'ai fait une transat sur un Bahia 46. Nous avons fait des pointes à 18 noeuds et une moyenne Madère/Port Marin de 9,8 noeuds... Par contre, je n'ai eu aucun plaisir de navigation et j'ai même eu le mal de mer alors que je ne l'avais jamais eu auparavant...
C'était dû à une grande fatigue car nous avions passé le Cap Finisterre jusqu'à Madère au travers avec une houle croisée. Il était impossible de dormir dans les couchettes avant sous peine de se taper plusieurs fois tout le corps contre le plafond situé à plus d'1m40 de la couchette (véridique). En plus, la force des vagues avait tendance à frapper les coques et à remonter jusqu'à la nacelle, bien 1m50 au-dessus de la flottaison. Bref, c'était très désagréable et impossible de dormir. Nous avons fini par dormir dans le carré qui est "malheureusement" arrondi et donc pas facile d'y dormir...
C'est pourquoi, je suis parti, finalement, sur le choix d'un trimaran. Je retrouvais le sens marin sans perdre la vitesse ni le minimum de gîte sympathique pour les enfants.
L'inconvénient c'est qu'on perd le côté caravane du cata mais bon, après, c'est une question de choix. Faire de la voile versus du camping... ;-)

Sinon pour les manoeuvres, je conseille le livre de Gilles Ruffet, un spécialiste super sympa, "Le Vagnon du Multicoque de croisière" aux éditions Vagnon.

Amicalement,

Pascal

05 sept. 2008
0

oui
un commentaire sans doute du a un manque d'experience

05 sept. 2008
0

Eh beeee
Je ne suis pas bien certain que c'était de toi qu'il était question dans la mention du manque d'experience...

A moins d'une ubiquité ?

Sinon, effectivement, quelle clairvoyance d'imaginer en 1987 que les Louisianes, lancés trois ans auparavant, allaient devenir la base des catamarans de croisière alors que l'année d'après, Fountaine Pajot renoncait justement à ce concept de cata rapide en lançant le Maldive, en même temps que Bénéteau lançait le Blue II, et que Jeantot sortait les Privilèges. Tandis qu'Edel sombrait avec les Edel Cat 35 et 42, effectivement tous deux dans la lignée des Louisianes. Et que Catana prenait son envol.

Jacques

05 sept. 2008
0

Il s'agit d'expériences sur
Un Bahia 46 et un Cat Flotteur 44 qui sont des bateaux soit de charter, soit de grandes croisières et très lourds. J'ai mis aussi que les cata typés "Outremer" sont dans une autre classe. Beaucoup plus marins et tout et tout.
Mais sans savoir de quel 60 pieds il s'agissait, j'ai fait part de ma toute petite expérience ;-)

Sans rancune ami du cata j'espère

Amicalement,

Pascal

05 sept. 2008
0

Pour le Bahia
Il n'est pas lourd et c'est un très bon cata de croisière, très habitable et très "cosy" à l'intérieur. Il est rapide et sûr. Mais il tangue beaucoup et la position de barre me donnait l'impression d'être dans la peau d'un camionneur.

Avant toute montée sur les barricades, je précise que je n'ai rien contre les camionneurs qui sont, comme tous le monde le sait, sympa ;-)

Amicalement,

Pascal

05 sept. 2008
0

Photos cat flotteurs 44
et les inconditionnels

www.wiki-up.org[...]Wiki-Up

je persiste et signe pour le livre de Gilles Ruffet pour notre ami "convoyeur de 60 pieds" :D

Pascal

05 sept. 2008
0

meuhhh !!!!
Pourquoi généraliser ?

Penses tu que tous les multicoques se comportent de la même manière ?

Penses tu vraiment que le comportement marin d'un Outremer 55 et d'un Lagoon ou d'un Bahia soit similaire ?

Autant, en monocoque, dire qu'un Wally, un Super Maramu, un First 50.7, un Bavaria 31 et un surprise ont le même comportement...

Rien de ce que tu décris ne correspond à ce que je connais depuis 20 ans d'Erendil.

Jacques

05 sept. 2008
0

Tout à fait ignare en multis, en effet !
Alors bon, je n'aime pas user de l'argument d'autorité, mais là tu m'y contrains :

En 1987, après 2 ans de nav' y compris sur des ex-participants à la route du "Rhum", et tout un tas d'autres bipèdes plus sages, mais aussi auparavant sur des pahis polynésiens et des praos lagunaires, et après avoir animé un goupe d'architectes navals (auxquels je rends hommage pour leur appréciable apport technique) j'ai publié un ouvrage sur les multis qui a fait autorité jusqu'en l'an 2000, y compris chez les experts maritimes assermentés.

Pourquoi une telle longévité ? Parce que j'avais vu venir Nigel Irens à une époque où on disait le tri fini, et que j'avais prédit l'abandon progressif en plaisance des catas "anglais" au profit des "Louisianne" reférence de l'époque, qui calquaient peu ou prou leurs ratios d'équilibre et de vélocité sur ceux de la course, et furent largement extrapolés.

Ah oui, tout à fait accessoirement, j'indiquais les particularités du comportement à la mer de ces engins à 2 ou 3 pattes, ainsi que la manière de les piloter en limitant les risques, sans pour autant se priver du plaisir de l'adrénaline.
Du vécu de chez vécu, et on ne peut même pas dire que j'ai pompé sur quelqu'un, à l'époque ce genre de bouquins n'encombrait pas trop les devantures de librairies, même maritimes.

Alors voilà, avant de porter des jugements sur l'incompétence supposée de quelqu'un, on essaie d'abord de savoir à qui on a affaire. D'autant que Gooogle ne demande qu'à aider !

05 sept. 2008
0

Ah
lä j'aime mieux!

En effet sur ces bateaux, tu as raison, bine que le Bahia ne soit pas si mauvais que cela, ä condition de ne pas le charger.
Pour le Cat flotteur, c'est tout à fait exact :-)

05 sept. 2008
0

Des photos du Bahia
pour les amoureux

www.wiki-up.org[...]Bahia46

05 sept. 2008
0

Pas de grosses...
différences, mais tout dépend des conditions de navigation évidemment, de la vitesse à laquelle vous pousserez le voilier, de la carène et encore bien d'autres facteurs.

Les accélérations sont plus importantes en règle générale. Ne pas se laisser piéger par les allures au portant. Le confort sera encore bien présent à bord et rien n'indiquera (hormis l'anémomètre) que vous avez déjà un vent de 20 ou 25 noeuds sur le dos.

Je ne vois pas ce qui vous empêcherait de prendre la barre d'un catamaran si vous avez en moyenne 4500 miles par an au compteur sur un monocoque.

HOOK
Projet Surdivoiles
www.surdivoiles.com[...]

05 sept. 2008
0

60 pieds ?
C'est quoi comme catamaran ?

Jacques

05 sept. 2008
0

Super
c'est un bon coup ça!

Mais quel type de cata est ce?

05 sept. 2008
0

Il a pas de pilototo ?
Ton 60 pieds ?
Eh bé, ça lui fait une belle jambe ! :-)
Normalement, à part sortir du port de départ et entrer dans celui d'arrivée où, voiles ferlées ou enroulées, tu conduis ta bétaillère confortable et tranquille comme un routier sympa... Une fois les jetées derrière, le pilototo s'occupe de tout !

05 sept. 2008
0

quelques differences

Quel type de cata ?

Si c'est un cata un peu sportif et bien toilé :
- pour les virements de bord, au moment de passer l'axe du vent, choquer la grand-voile et ne la reprendre que quand le bateau est passé sur l'autre amure, foc repris. Sinon tu risques de faire un manque a virer, pire reculer.

  • comme dit plus haut, se mefier au portant, ne pas garder trop de voile. Avec le vent apparent, on a vite fait de se retrouver tres toilé sans s'en rendre compte ... jusqu'au momement ou on a besoin de reloffer un peu et la aieee

  • Normalement le bateau ne gite pas.
    Pour savoir si tu es surtoilé, et cela quelque que soit l'allure mon repere est le suivant :
    si le vent forcit et que la vitesse du bateau ne monte pas en proportion il faut reduire. A defaut de sentir les choses tu peux regarder l'anémo et le speedo. Au niveau des sensations, quand le cata est surtoilé, on a l'impression qu'il s'enfonce dans l'eau et qu'il laboure la mer ... alors qu'en étant bien toilé tu le sens accelerer et glisser dans les risées.

05 sept. 2008
0

Et vas y encore sur les généralités...
Bétaillère, un cata de 60' ?

Oui, peut être, sauf si c'est Banque Pop IV ou Gitana XI ou quelques autres, même de croisière...

Jacques

05 sept. 2008
0

c'est
si facile :-(

05 sept. 2008
0

Pas généralités... Simple déductions ,docteur Watson !
A moins d'être suicidaire (et inconscient vis à vis de l'assurance ! )on n'embauche pas comme skipper pour une transat un type qui de son propre aveu n'a jamais barré de cata !
D'autant qu'il ne manque pas de candidats qualifiés, au pair, rien que pour la balade...

Donc, j'en déduis que l'engin doit être une brave bête entre "Privilège" et "Solaris", avec peut-être un zeste de Prout (l'anglais of course, pas le zéphyr du même nom)
Voili, voilou.

05 sept. 2008
0

Et
L'usage du spi beaucoup plus facile, mais celui ci est souvent bien plus gros.

Les efforts beaucoup plus importants.

Refus ä virer, normalement non...enfin, depend des invites!!!! :-)

05 sept. 2008
0

Pareil
Bien d'accord avec toi.

Manque à virer ? une vérité pour les petits qui n'ont pas d'inertie, mais passer les 30', déja moins évident. C'est en tout cas un truc que je ne connais pas, sauf circonstances particulières (bateau arrêté avant le virement).

Le reste : oui, plutôt plus simple, circulation plus facile, donc manoeuvres souvent plus simples.

Facilité de réglage des voiles parce que facile d'avoir du recul.

Facilité sous spi, parce que plage avant dégagée.

Sensation sympa de glisse.

Maintenant, je suis curieux de connaître le bateau...

Jacques

05 sept. 2008
0

oui
moi aussi...Elieuthera?

05 sept. 2008
0

encore un fil à suspens...
:-|

05 sept. 2008
0

Bon alors.
C'est quoi, ce cata ?

Jacques

06 sept. 2008
0

J'ai eu un mono et un cata
...Et je reviens au mono!
mais ce n'est pas la question. En passant du mono au cata, j'ai du réapprendre pas mal de chose et prendre des réflex assez différent.Il y à beaucoup de fausse idée sur le sujet.Comme le prêt ou le confort. Ce qui est vrai c'est que tu es souvent au près, au vent apparent bien sur, car ce sont des bateaux rapides. Donc le réglage des voiles est lus "scientifique." Tu as moins de repère. La girouette électronique installée pour le fun sur le mono à vraiment son utilité sur le multi.
Et s'il est vrai que la première règle sur un voilier est l'anticipation, sur le mono, c'est une question de survie!Je parle en croisière évidemment.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie...

  • 4.5 (17)

mars 2021