Quelle allure pour dérouler/enrouler le génois ?

Hi,

Ok c'est sûrement (encore) une question de béotien mais j'assume. Faut bien se les poser au moins une fois.

Pour dérouler ou enrouler le génois, en solo, par vent soutenu (genre 20 noeuds), quelle allure faut il prendre ?

Certains conseillent une allure abattue pour déventer le génois avec la GV ce qui réduirait l'effort sur la bosse et l'écoute.
D'autres disent au près serré voire bout au vent si le moteur est toujours en marche (après avoir hissé la GV) pour la même raison (réduire la traction sur écoute et bosse).

J'ai testé les deux sans trouver le bonheur. Au près serré le génois claque et ça tire fort sur les bouts. Au largue c'est stressant parce que le bateau roule et finalement le génois claque aussi, moins vite mais plus fort (elle se dégonfle et regonfle brutalement).

Merci pour vos conseils avisés.

Je suppose que l'allure sera la même pour enrouler.

L'équipage
23 fév. 2020
23 fév. 2020
1

Salut Candide29,
Je n'ai pas de réponse mais la meme question que toi avec exactement le même raisonnement et les mêmes constats ... comme quoi tu n'es pas seul 😁

23 fév. 2020
3

au près on augmente le vent apparent donc l'effort sur la bosse est supérieur ,
donc au près bon plein en retenant l'écoute pour qu'il s'enroule bien ,la position du chariot est primordiale
aux allures arrivées le vent remplit la voile et c'est presque impossible à enrouler sans s'aider du winch,
ce qu'il faut éviter à tout prix dans les surfaces convenables +- 50m2

garder la drisse bien étarquée et surveiller celle de spi avant la manœuvre pour éviter qu'elle ne soit attrapée par l'émerillon .

alain

23 fév. 2020
2

Quel intérêt de se fatiguer bêtement et chercher à tirer comme un malade sur les manœuvres et l'enrouleur au risque d'avoir des problèmes, quand on peut abattre légèrement pour soulager l'ensemble et faire facilement ce que l'on veut faire avant de reprendre son cap.
Dans tous les cas le premier moteur d'un voilier c'est la voilure. Le moteur doit servir le moins possible sauf impératif de sécurité. On doit s'adapter au vent et ON DOIT ANTICIPER les réductions.
A 20knt de vent on est déjà prêt à réduire ou à utiliser une trinquette.

23 fév. 2020
0

Une fois que tu as dit ça , tu n'a pas répondu à la question ...
AMHA , et avec l'expèrience , ce que dit le Chat et tout à fait juste , réduire le vent apparent en abattant vers 90° du vent , puis dérouler le gegene en contrôlant la bosse d'enrouleur pour ne dérouler que ce qui est nécessaire ( avec 20 nds de vent vrai on commence à réduire ) .
Réglage du chariot d'écoute et on borde en reprenant le cap .

23 fév. 2020
-1

Dans les allures avant une voile est une aile et son comportement suit une pôlaire liant portance et trainée, selon son profil du moment. Pour une vitesse donnée de vent relatif, la portance d'un profil donné, est fonction de son angle d'incidence relatif à son vent, ce qui va de pas de portance jusqu'à son angle de décrochage en passant par son angle de portance maximum.
Pour réduire la portance et donc les forces résultantes générées et transmises par la voile à ses points de tire, il faut alors diminuer l'angle d'incidence de la voile par rapport au vent relatif sans être obligé d'aller jusqu'à l'annulation de la portance et ses éventuels inconvénients pratiques.
Par rapport à une aile rigide une voile rajoute de la complexité par l'évolution de son profil.
Un profil rendu plus creux va alors aussi avoir tendance à porter plus.
Cela incite donc à anticiper la réduction, tant que la situation reste maitrisable.
Nous sommes des êtres visuels mais sans procédés rendant visible l'air nous ne le voyons pas.
Aussi faut-il regarder sa voile et la girouette et essayer de "voir et comprendre dans sa tête", ce qui se passe. Il est d'ailleurs tout aussi important de surveiller l'aspect de son mat et des haubans qui encaissent des efforts très importants.

4

Je me souviens avoir enroulé vent arrière : c'est là que j'ai découvert que l'on pouvait faire un coquetier avec un génois comme avec un spi : une poche en haut, une poche en bas et un noeud au milieu.
J'enroule avec le vent sur l'avant du travers et depuis que j'ai une manivelle électrique j'enroule sans laisser fasseyer (génois de 65 M2)

23 fév. 202023 fév. 2020
2

De mes expériences:
Au près, vent apparent fort et voie hyper tendue => grosse traction sur le bout de l'enrouleur. Avec le risque d'un enroulement hyper serré qui fait qu'il manque des tours sur le tambour. :-(
A une allure où la voile se vide (portant ou trop choquée), l'enroulement est hasardeux et la forme ne sera pas régulière.

Je suggérerais: comme pour prendre un ris au près: abattre d'une 15zaine de degrés, choquer en conséquence ce qui réduit les forces partout et enrouler.
Cela ira plus vite et avec moins d'effort.
Par ailleurs, un étai le plus rectiligne possible aidera l'enroulement.

Sujet connexe:
Je crois que pour les voiles creuses, style code xx, l'enroulement doit se faire avec la voile en ralingue, guindant souquée.
J'ai constaté qu'en enroulant voile gonflée, le creux peut être entrainé et s'enrouler à l'envers.
Je vous laisse imaginer la galère pour redérouler un code 0 de plus de 150 m² :-(
Je suis preneur de l'expérience d'autres héossiens.

23 fév. 2020
3

Pour dérouler en principe entre 60 et 90 ° du vent.
Faire un tour mort sur un Winch avec la bosse ce qui éviter le surpatage dans le tambour de l'enrouleur.
Pour rouler a la main de préférence entre 120 et 150° du vent.
maintenir l'écoute pour faire un bon enroulement.
Ensuite détendre la drisse du génois.
Penser a reprendre la drisse a la prochaine sortie.

23 fév. 2020
0

120 à 150 ° du vent, apparent ou réel?

23 fév. 2020
0

Pour moi réel mais a chacun de faire ses propres essais.

23 fév. 2020
0

heu comment dire au portant, c'est à dire au de là de 90° le vent apparent...bref mais de toutes les façons les voiles ne connaissent que le vent apparent si minime soit-il!

23 fév. 202023 fév. 2020
0

Par rapport au vent on choisi le portant car il y a moins de vent apparent c'est donc plus facile...

23 fév. 2020
5

Il faut se faire sa propre idée par l'experience...

Et là du coup tout devient simple ...tu te mets au près et tu essayes de rouler ton génois à la main ...c'est dur! tu abats lentement tout en tirant sur ton boute et quand cela vient facilement ( toujours à la main) et bien tu as ta réponse.

23 fév. 2020
0

Je n'ai pas testé l'option "près bon plein", uniquement près ou grand largue.
Si la météo daigne s'améliorer un jour je ferai des essais entre le bon plein et le petit largue.

Merci pour vos réponses et vivement le printemps.

23 fév. 2020
1

Je plussois pour la solution au grand largue.
J'ai pris pour habitude d'abatre pour déventer le genois, sans le choquer, et de là, le rouler à la main en laissant filer au fur et à mesure l'écoute de génois.
Au début j'avais tendance à choquer aussi le génois, comme si je réglais le bateau grand largue mais le vent peut venir gonfler les premiers tours d'enroulement, ce qui fait un boudin pas propre à la fin. L'autre problème, plus embetant, c'est que si le barreur, ou le pilote, ne garde pas bien le cap, le génois se gonfle d'un coup et si il y a un peu d'air il de vient impossible de rouler, voir la drosse te glisse des mains, et là tu reparts à zéro. J'ai l'impression que si il est sur bordé, il est moins sensible à ça.
L'autre astuce pour moins forcer comme un boeuf est te tirer en arbaletrier.

Mais c'est sûr que la base pour rouler propre et sans galère est de bien dérouler en controlant le défillement de la drosse. L'angle de sortie de la drosse par rapport au tambour et très important aussi.

23 fév. 2020
0

Quasi rien à ajouter à Vili Oumo: Au grand largue, sans choquer en grand le génois, on va moins vite par rapport au vent, il est en bonne partie déventé par la GV, et on peut alors enrouler à la main. Si on doit utiliser le winch pour la bosse d'enrouleur, c'est qu'il y a un problème (sur mon bateau, 35', 30m2 de génois).
Pour dérouler, on est encore au moteur (en général), donc toute petite vitesse presque bout au vent, mais sur le bon bord, on déroule en bordant le génois dans le couloir, et on choque ensuite progressivement en prenant le bon cap.

23 fév. 2020
0

Pour ma part, si trop de vent, rapproche toi du près serré ou grand largue, difficile par travers. Ma technique est de lâcher doucement par 1 mètre et de rentrer par 1 mètre. Si trop de tension, lâche 2 metres pour rentrer 1 mètre.
Par vent faible n'importe quelle allure.

23 fév. 2020
0

bien sur sans moteur en bon marin !!

23 fév. 202023 fév. 2020
0

Dérouler c’est pas un souci ; on utilise le devent de la Gv et on freine le déroulement à la main avec un tour sur le winch; ça fonctionne très bien du près au grand largue.
Pour enrouler on peut faire pas à pas en étant au près sans trop perdre sur la route; on abat de 15• puis on rattrape à l’enrouleur. On revient au prés génois réglé puis on abat 15• pour casser l’écoulement laminaire et rebelote..Mais à vingt noeuds établis aux allures proche du vent j’enroule le génois et je passe sur la trinquette sur l’étai largable et je gagne en VMG.
Aux allures arrivées il n’y a pas de souci pour enrouler à 20 noeuds le génois derrière la gv.

23 fév. 2020
1

Hello,

En général, je ne change pas d'allure (ou très peu) pour réduire le génois.

L'important est de soulager le génois pour ne pas que ça tire trop sur l'écoute et donc sur la drosse d'enrouleur.

Par exemple au prés, je choque un peu et j'enroule dans la foulée. Le bateau continu sous GV pendant la manœuvre mais ça dure très peu de temps. C'est vrai que parfois ça enroule serré mais au contraire, plus le "boudin" est fin, meilleur est le profil de la voile et normalement il y a assez de marge dans la drosse pour pouvoir enrouler serré, sinon, revoir le réglage de la drosse en laissant quelques tours de marge.

Le critère pour savoir que ça tire pas trop, est de pouvoir enrouler sans le winch, ou au pire en passant un tour mort dans le winch mais sans la manivelle. Si ça tire trop, ne pas insister, relâcher un peu plus de génois. Même si le génois bas un peu, ça ne dure pas.

24 fév. 2020
0

+1
étant la plupart du temps sous pilote, j'enroule/deroule avec des changements d'allure relativement petits, très souvent aucun.
Loin d'en faire une règle génerale, mais parfois pendant des journées entières avec le vent de 10 à 30-40 noeuds en rafales, le régulateur est bougé à la limite de quelques dégrés, sinon juste écoute et drosse d'enrouleur.

23 fév. 2020
1

Pour dérouler 60/80 degrés, pour enrouler 120/140.
J'ajuste systématiquement ma tension de drisse à l'allure donc quand je manœuvre drisse toujours peu tendue, aucun risque d'enroulement avec ma config (rondelle + poulie de renvoi).
Toujours à la main, mais j'ai installé une petite poulie winch Harken qui est très utile dans les deux sens. (35m2)

0

Bonjour,
Pour moi, je déroule au près Bon plein. J’enroule de même. Mais au winch électrique car il est impossible de le faire à la main, sauf dans très peu de vent (60 m2). De même, j’ai essayé de retenir l'écoute à la main: heureusement que j’avais des gants .... un tour mort sur un winch est impératif.
Bonne soirée,
Patrice

23 fév. 202023 fév. 2020
0

plus 1 avec matelot 17523.
je ne le fait que depuis peu,mais rouler le genois a 140 du vent est tres facile et demande moins d’efforts.

pas de voile qui fasseye ni d'écoute qui cherche a te deglinguer la tronche 🥴

23 fév. 2020
-1

si la question concerne le départ ou l'arrivée au port (donc moteur allumé), tu te mets face au vent pour hisser la GV et dérouler le génois; même chose au retour pour la manœuvre inverse.

23 fév. 2020
1

oui, évidemment, au moteur, face au vent c'est mieux...

Je crois bien que la question est sous entendue "en route sous voiles"
c'est comme ça que l'ont compris la majorité des intervenants on dirais 😊

25 fév. 2020
0

oui, évidemment, au moteur, face au vent c'est mieux...

La photo de la capote explosée remet en question cette technique ..

Ma question concernait les deux situations: à la sortie du port, moteur en route, et aussi en route sous voiles si le vent faiblit ou se renforce.

25 fév. 2020
0

Capote et voilure n'ont aucun rapport.
La capote ne participe pas à la propulsion et la sécurité du voilier.
Dans tous les cas on doit privilégier la sécurité du bateau.
La première propulsion du voilier c'est la voile, le moteur pouvant tomber en panne.
Une capote explosée veut dire qu'elle ne devait pas être à poste par vent destructeur.

25 fév. 202025 fév. 2020
0

C'est quoi cette photo de capote explosée? je ne l'ai pas vu. Et quel rapport avec la réduction ou établissement de voilure?

Mais c'est vrai que face au vent au moteur, c'est plutôt pour la GV, pas pour le génois qui est l'objet de la question.

5

je ne déroule pas face au vent car avec un génois à fort recouvrement il s'abime dans le gréement.

26 fév. 2020
0

C'est quoi cette photo de capote explosée? je ne l'ai pas vu.

Ah euh oui tiens deux messages ont disparu de cette conversation ??
C'était une photo d'un panneau crevé sur une capote de descente, sûrement une claque des écoutes de génois.

@outremer: oui t'as plutôt raison .. mais ça répond pas à la question.

23 fév. 2020
2

Je privilégie plutôt le travers. Quand je suis seul, je mouline l’enrouleur sur le winch self tailing et je retiens l’écoute sous le vent sur un winch, 3 tours, la main sur les bouts pour freiner.
Ca marche avec toutes les forces de vent.

Hervé

25 fév. 2020
3

Dérouler le génois face au vent conduit à le faire frotter sur plein de choses quand il bat.
Le faire de telle sorte que le fasseyement soit en dehors de la plage avant.

25 fév. 2020
1

Dans la demande il est spécifié " par vent soutenu" parce que par petit temps tout est permis..... ou te sera pardonné.
Alors,pour dérouler par 20nds ou plus, face au vent, au moteur, avec le gv qui flappe de partout, tu rajoutes un peu de houle, les sorties de ports sont souvent bien pour ça, le bateau pas du tout appuyé, c'est pas pour moi, j'aime trop mes voiles.
En général (je suis seul), je prends ma route sous GV, je regarde comment le bateau se comporte et lache progressivement et tranquillement du génois en retenant la drosse d'enroulement.
Pour enrouler (40m²), au portant c'est sûr ! Je dévente le génois, reprends un peu d' écoute et enroule à la main. Jamais eu de problème. Code 0, vent de travers je lache de l'écoute à la limite du fasseyement et j'enroule en lachant de l'écoute régulièrement, nickel !

26 fév. 2020
2

puisque vous vous occupez des dypthères ,personne n'a précisé le type de gréement ,
on ne procèdera pas de la même manière avec un génois à 150% ,qu'avec un génois autovireur et une grande GV
es-ce un sloop ou un ketch ou la voile d'avant est plus utilsèe que la GV quand on sait se servir de l'artimon
certains réduisent d'abord les voiles d'avant d'autres la GV en premier .
je nepense pas qu'il y ai un régle générale mais plutôt au cas par cas .
et moi je m'en fous je n'en ai pas ,de génois ,
alain

26 fév. 2020
3

Bonjour, comme je suis peu expérimenté, je fais comme j'ai appris en stage : j'abat. Après le hissage de la GV vent debout, j'abat pour quelle soit appuyée par le vent, donc près, bon plein et je déroule. Pour enrouler, j'abat jusqu'à ce que le bateau soit à plat, donc grand largue, sans relâcher d'écoute de génois. Là on voit le point d'écoute monter, signe qu'il est déventé, et hop roule ma poule.

26 fév. 2020
-1

pour enrouler un génois il faut:
-Qu'il ne soit pas dans les BDF
-Qu'il ne porte quasi pas (écoutes bien choquées donc)
-Que le vent apparent soit si possible limité
et si l'on peut contrôler la chute c'est mieux!

Donc:
-en deçà de 30° il est dans les BDF donc cela ne va pas
-Au delà de 90-100° il continu à porter même très choqué, et l'on ne contrôle plus la chute
-Entre les deux, c'est selon le vent apparent...

=> Temps maniable, on roule à 40°... Ou à n'importe qu'elle allure d'ailleurs, si vraiment peu de vent (exemple avant de remettre le moteur en route!)
=> Dans la brise, on roule à 70-80°, mais attention aux écoutes qui fouette... et plus on abat, plus il faut choquer, plus cela fouette!

26 fév. 2020
0

Un détail qui n'en est pas un, et qui est souvent négligé, c'est la qualité de la bosse d'enrouleur. Lorsque l'on tient de la changer régulièrement et que l'on ne prend pas le ultra bas de gamme, c'est de suite beaucoup plus facile.(c'est valable pour toutes les manœuvres mais d'autant plus vrai pour l'enrouleur).
Soigner le chemin de cette bosse pour qu'elle force le moins possible, en respectant l'angle de sortie du tambour, est aussi plus que judicieux.

26 fév. 2020
0

Envisager une bosse en Dyneema pour privilégier la glisse?

26 fév. 2020
0

Pas forcément dyneema. Mais une bonne drisse pré étirée est un bon choix.

26 fév. 2020
0

Je pense qu'un critère important de choix de la bosse d'enrouleur est du bout qui ne s'écrase pas.
En effet, s'il s'écrase les tours supérieurs vont s'encastrer dans les tours intérieurs et contrecarré nos efforts pour enrouler/dérouler. :-(

26 fév. 2020
0

Donc polyester?

26 fév. 2020
0

surtout typé drisse et de bonne qualité, idéalement pré-étiré

26 fév. 2020
1

quand ça devient dur à l'enroulement, si vous prenez la bosse avant le bloqueur pour la souquer, vous multipliez votre force par 2 un peu comme qd on envoie un équipier au pied de mat pour hisser la gv...
pour les premiers tours, ça aide beaucoup !

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

En Patagonie

Bricolages d'hiver

  • 4.5 (123)

En Patagonie

février 2020