quel niveau d'expérience est conseillé pour traverser l'Atlantique

bonjour a tous

j'ai jamais fait de voile, je suis débutant complet.
j'aimerais traverser l'Atlantique en voilier, seul.
après combien de temps de cours/expérience pensez vous que je pourrais me lancer?

Merci pour vos réponses :)

L'équipage
20 avr. 2021
20 avr. 2021
2

Un certain temps... ;-)
Tu vas avoir une flopée de réponses !


20 avr. 2021
4

Tu embarques comme équipier, tu traverses, et après tu le refais seul autant de fois que tu le désires :-)


20 avr. 2021
3

oh la la, ça sent une belle empoignade à venir...en même temps, on n'a pas grand chose d'autre à faire, donc...


20 avr. 2021
0

oulah ça va partir en vrille...


20 avr. 202120 avr. 2021
0

On m'a toujours expliqué qu'une traversée de l'Atlantique au départ des canaries était une nav facile bordant vers le chiant, mais je ne l'ai jamais fait...
J'aurais tendance à dire que la connaissance et la prépa du bateau dans ce cas précis est probablement plus importante que la connaissance de la navigation vu que l'aspect le plus important semble l'autosuffisance au vu ratio durée & éloignement/difficulté pure de la nav.
En ce qui me concerne je me sentirais peut-être surqualifié en Nav (bassin Manche/Bretagne/UK/mer du nord etc.) mais largement sous qualifié en connaissance et prépa de mon bateau pour faire une transat.


Pierre3:Pour rebondir sur mon propos et comme j'aime bien la montagne je vais faire une comparaison à 5 balles. :-)Une navigation Bretagne Nord, anglo normande ou Irlande en Octobre c'est un peu comme faire les droites ou grandes Jorasses dans les Alpes. C'est court mais il faut maîtriser. La traversée de l'Atlantique au départ des canaries, c'est comme un long trekking sur les plateaux de l'Himalaya, ce n'est pas spécialement technique mais si tu te plantes tu ne dois pas trop compter sur les autres, les aspects logistiques, autosuffisance, gestion de la durée sont importants. Pour ce que ça vaut... :-)·le 20 avr. 14:16
hippo0:J'aime beaucoup la comparaison.·le 20 avr. 15:20
mitch58:exactement ça 👍je rajouterai certains l’on fait sans expérience et c’est passé comme une lettre a la poste, d’autres hyper preparés ont rencontré galères sur galeres (bateau,meteo,blessures)·le 20 avr. 15:25
20 avr. 2021
3

Je pense que un truc comme ça on le sent tous seuls, si on est "prêts" ou pas.
Finalement, c'est toujours un compromis entre dégré de préparation et dégré de témérité 🙂


vulcainox 12m:Salut . oui c'est le premier pas qui compte.... meme s'il est vrai que chaque pas est toujours le premier. Tu part... si ca va pas tu vire de bord. c'est l'arrivee qui est risquee .·le 20 avr. 17:05
20 avr. 2021
1

Hello,

Il doit bien y avoir des tutos là dessus sur Youtube, non ?


Camilleb0461:OuiSaori et Tabary·le 20 avr. 18:14
patdu56100:trop drôle!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!tu m'as bien éclater·le 20 avr. 20:04
20 avr. 2021
1

en navigation c'est la terre qui est dangereuse ,pas le large .


VIRGO7:Oui mais dans ce cas !!·le 20 avr. 17:30
20 avr. 2021
1

DROLE ce post,pourquoi vouloir faire le MONT BLANC avant les VOSGES OU Les volcans D'AUVERGNE ?apprendre et connaitre(un minimum) la voile demande des années .mais ...IL NE SAVAIT PAS QUE CELA ETAIT POSSIBLE C'EST POUR CELA QU'il LA FAIT... alors bonne chance ...NAVICALEMENT (d'anciens débutants qui appris la voile avec le guide des glénans)


rati:Perso, mon premier Mont Blanc, je l'ai fait dès 1990 alors que je venais de quitter la région parisienne..., par les 3 Monts, tout seul sans rien demander à personne. Je voulais le faire ainsi et surtout pas autrement ! Y ayant réchappé... je ne regrette absolument rien, bien au contraire si l'on recherche le terrain d'aventure et de découverte encore possible pour qui le veut bien. J'ai depuis mainte fois emmené des gens au sommet mais je reste persuadé qu'ils n'auront pas vécu la même chose...·le 20 avr. 16:02
20 avr. 2021
3

Commence déjà par embarquer à la journée comme équipier. Tu reviendras peut-être dégoûté et malade, et tu changeras tes projets... Par contre, si tu attrapes le virus (pas l'autre), tu auras une petite idée de ce tout qu'il te reste à apprendre.


20 avr. 202120 avr. 2021
6

En ce qui me concerne, ça a été dans les 4-5 ans, à fond.

Je veux dire : en partant de rien, en ayant un boulot chronophage à côté, en habitant à Brest sur mon voilier, en étant tellement passionné et motivé que ça a pris l'essentiel de mon temps libre et de loisir avant le départ.
- Point de départ : j'y connais rien, et j'achète un 32 pieds pour vivre à bord et me faire la main. Toutes les occasions sont bonnes pour naviguer, été comme hiver (vive la rade de Brest). Sur mon navire mais aussi sur ceux des copains, dont certains sont de très bons marins. Je prends des cours de voile légère (laser et cie) en parallèle pour bien tout comprendre. Je me bouffe tous les bouquins qui me passent sous la main, du guide des Glénans à "naviguer par gros temps" de Coles, en passant par le DVD d'analyse météo de JY Bervas que je connais par coeur.
- Je bricole ce premier navire. Un peu pas mal en fait.
- Je le revends, et j'achète un 37 pieds, pas cher. Je me prends une année sabbatique pour le refaire de fond en comble. Il ne doit pas y avoir un boulon que je n'aie dévissé.
Parallèlement, commençant à avoir un poil d'expérience, je pars sur 2 convoyages (La Rochelle > Athènes), dont 1 en plein hiver. Ma première expérience de gros temps, ainsi que de large si on ne compte pas la Manche). J'ai le niveau pour y être utile, mais surtout j'apprends énormément (merci Sam, Christophe). J'y apprends bien plus, terriblement plus que sur un coup de bateau stop en transat-aller où, sauf exception, il n'y a que 5 mn par jour consacrés à la navigation à proprement parler.

Voila. Une fois fait tout ça, je me suis senti prêt à partir, pour aller de Brest (départ à l'automne) aux Antilles. Et ça l'a fait. Y compris le 50 noeuds établis à l’approche de Madère. Si tant est que ça puisse le faire, mais aujourd'hui je ne pourrais pas plus éviter cette situation, et je ne serais pas parvenu à la gérer mieux.

Rétrospectivement (depuis j'ai beaucoup plus de miles au compteur, au large ou en tant que skipper pro) : je dirais que c'était raisonnable, mais qu'il n'en fallait pas moins.
Si ça peut te donner une idée...


20 avr. 2021
2

Je n'ai jamais fait de grandes traversées, toujours en perfectionnement même en navigation côtière, mais je dirais que ça dépend avant tout du tempérament des gens et de l'état d'esprit . Certains ont fait de grandes traversées assez vite, avec très peu d'entraînement ou de connaissances, en apprenant sur le tas, à leurs risques et périls, . Parfois ça s'est bien passé , parfois beaucoup moins apparemment .
Il y a aussi des gens très doués techniquement et qui maîtrisent en côtier mais qui ne se sentent pas le courage de longues traversées, en solo ou avec leur famille , ou qui n' ont tout simplement pas envie
. Je dirais qu'il y a un facteur volonté / envie important, un facteur chance, mais le plus raisonnable c'est bien sûr de se préparer un minimum pour les bases techniquement , la maîtrise du bateau connaître les points importants pour la sécurité à bord, le bon etat du bateau lui-même et ses capacités , bien choisir la meteo/saison au moins pour le debut, si on veut éviter de prendre des risques démesurés .
Au final je pense que quand on est prêt on le sait soi-même, et on ne se pose plus trop de questions , un peu comme pour d'autres formes de voyage ou d'expéditions même si en effet un voyage en bateau prend en général beaucoup plus de temps de préparation, logique! . Sinon c'est juste de l'imagination, mais rêver est déjà un joli voyage


20 avr. 2021
0

Déjà , tu prends quelques cours pour savoir si ça te plait.
Après équipier et c'est pas facile à cause de la concurence .


20 avr. 202120 avr. 2021
1

Ma plus grande traversée était Gibraltar-Portsmouth d'une traite en passant bien au large dans l'Atlantique pour éviter les alysés portugais (vent de nord). 2 semaines (une de moins qe pour l'Atlantique). Prendre de quoi lire etc. est à mon avis le meilleur conseil au dela de l'évidente bonne connaissance et préparation du bateau car il ne se passe vraiment pas grand chose à vrais dire.
Je pense qu'une traversée de l'Atlantique "classique" (Canaries - West indies) est largement surfaite au niveau de la difficulté que ça représente. Beaucoup on largement complèté leur apprentissage de la voile "en route" sur ce trajet, y compris des noms célèbre comme Mike Horn (qui avait fait une initiation sur lac en Suisse avant sa traversée).
Je provoque un peu car je m'ennuie un peu cet après-midi mais le fond de ma pensée tient relativement bien dans ces cordes...:-)
C'est toujours tout droit et le vent et les courants te poussent...
Comme pour nos ancêtres qui ne pouvaient que calculer la latitude, ne pas se casser le nez sur une île à l'arrivée...


bleuoizo:Ouais...Tu as raison, mais pas tout à fait. A moins de se faire livrer le bateau aux Canaries, à priori avant il faut naviguer jusque là. Ce qui peut être plus tendu, surtout au départ de la façade atlantique de la métropole...·le 20 avr. 15:43
20 avr. 2021
0

ce n’est pas tant la difficulté,mais les aleas,les impondérables,le truc qui casse net,la piece que tu n’as pas en double...
le doigt /le bras/ la cheville que tu te casses,l’indigestion d’un truc pas frais ( ex: l’eau)
si tu n’es pas préparé ainsi que ton bateau, a la moindre galère, ça risque d’être une grosse galère.
et comme une galere n’arrive jamais seule...
je dirais en reponse:
vas y preparé.


20 avr. 202120 avr. 2021
0

Le plus difficile, ce ne serait pas le retour?
(mais on a l'entraînement de l'aller)


VIRGO7:Il n’a parlé que de l’aller 😂 Dans l’autre sens c’est plus pareil, ceci dit si tu as fait l’aller tu auras davantage d’éxperience pour le retour.·le 20 avr. 17:35
Patxaran:il a parlé de : "j'aimerais traverser l'Atlantique en voilier, seul.", et c'est vrai que tout le monde pense à l'aller. ;-) je crois aussi que pour le retour on a l'expérience de l'aller + quelques mois dans l'arc antillais.·le 20 avr. 17:45
20 avr. 2021
0

Hello,
Bah...en fait, le niveau d'expérience requis est inversement proportionnel à la chance que tu peux avoir d'habitude, à la solidité, fiabilité, et préparation de ton bateau...
Une bonne condition physique et une forte capacité à endurer peuvent être un atout également...
Mon meilleur souvenir en ce qui me concerne a été le moment ou j'ai pu poser un pied à terre, une fois arrivé à Salvador au Brésil...pour le reste, souffrant d'un mal de mer carabiné à l'époque, et n'ayant pas encore découvert le Stugeron, les souvenirs que j'en garde sont plutôt mitigés...
Ce qui est sûr, c'est que l'expérience vécue a joué dans le choix de mon nouveau boat, le fait qu'il soit sur place sous les tropiques a été un élément important dans ma décision...
Ceci dit, j'ai tout de même dû apprécier un minimum l'expérience, vu que je compte bien traverser le Pacifique un jour...en même temps, j'ai résolu depuis mes petits soucis d'oreille interne, ça aide!


20 avr. 2021
-2

Et une fois que tu as traversé, puisque c'est ton but, tu fais quoi après ?


hihisse:je reste la bas, pourquoi?·le 20 avr. 16:33
Patxaran:autre solution : tu recrutes dès à présent une équipière, pour les longues soirées d'hiver.·le 20 avr. 17:46
20 avr. 2021
1

Vérifier que l'on n'a pas le mal de mer ou qu'on sait le gérer (le problème n'est alors pas le désagrément, on vit très bien avec, mais l'incapacité à se mobiliser pour s'occuper du bateau)
Vérifier que le mat et le reste du gréement est ok
Vérifier que les voiles aussi sont ok, les avoir testées au préalables
Prévoir 2 mois de bouffe (bah, oui, autant voir large, de toute manière la bouffe coûte moins chère sur le continent), (attention, le pain, les légumes et les boites de conserve font des volumes et des poids trompeurs)
Avoir déjà eu des problèmes sur le bateau, et les avoir réparés

Avoir validé que l'on a vraiment envie de faire ca malgré toutes les bonnes raisons de ne pas le faire !


20 avr. 2021
3

je n'ai jamais fait d'alpinisme
je voudrais faire le montblanc en hiver en solo et en claquettes et surtout en short...
alain


ric56:y en a qui ont essayé.......·le 20 avr. 17:18
VIRGO7:Dans 50 ans ce sera possible , est-ce que tu seras toujours là 😢😇·le 20 avr. 17:36
rati:Faut quand même maitriser la technique de cramponnage par planté du gros orteil dans la neige (les tong c'est top !) et ne pas tenir à ses orteils au retour...·le 20 avr. 17:46
Pierre3:Chaque année se trouve sur l'Everest quelques personnes qui n'ont quasi jamais fait d'alpinisme. C'est sérieux ce que j'écris, pas une blague. Des cordes fixes y sont installées et on s'y assure dessus avec une poignée jumar, idem ce que certains utilisent pour monter au mât. Ce n'est pas trés compliqué à utiliser. Il y a une photo qui traîne sur le net ou un sherpa explique à un "client" sur l'Everest comment utiliser la poignée jumar. C'est un peu comme si tu expliques à un type qui fait le tour du monde en voilier par les trois caps que la perche sur le bateau s'appelle un mât. :-)·le 20 avr. 17:47
ventdebout:fait le fritz!on te verra à la tv 😁·le 20 avr. 18:24
ric56:c'est pas une epirb à emmener mais une arva·le 20 avr. 18:26
genavigue:En tongs faut pas exagérer, mais en charentaise pourquoi pas ...·le 20 avr. 18:44
matelot@53588:sauf que l'Everest le chèque de 70000€ ne garantit pas le sommet que l'ascension ne se fait pas en solo qu'il faut une autorisation délivrée en fonction des compétence on n'a jamais vu un béotien complet tenter et encore moins réussir le sommet alors qu'effectivement n'importe qui peut essayer de traverser l'Atlantique à la voile·le 20 avr. 19:55
20 avr. 2021
2

claquettes a crampons chez decath ..obigatoire!!
je conseille le model sherpa hagran choz,prend le model fourré 👍🏼

sinon,oui,se lancer sans savoir ,c’est chouette..c’est le kif..l’aventure..l’adrénaline...yesssss💪🏼
la snsm sera ravi de risquer sa vie pour venir te chercher a la moindre emmerde que tu n’auras pas vu venir ou su gerer.
deja ,on peut tous se sentir désemparé face a une situation alors que l’on a de l’experience,de la reflection,des milles de nav et deja gerer des moments delicats....
alors si tu decouvres au moment ou ca arrive..sans connaissance,sans savoir par ou commencer,ma foi..

ceci n’est pas la regle,seulement mon point de vue.


20 avr. 2021
1
  • Shane Acton avec Shrimpy: A Record Round-the-world Voyage in an 18 Foot Yacht
  • Robert Manry avec Tinkerbelle: There is no dream so large, that it can't fit into a tiny boat...
  • Jean Lacombe avec Hyppocampe: A moi l'Atlantique

ventdebout:jean lacombe, c'était avec un golif si je ne me trompe pas?·le 20 avr. 18:26
rati:Ca c'est après dans les années 60s mais sa première fut en 55 avec son Hippocampe de sa propre conception !·le 20 avr. 18:32
pierol:L'Hippocampe était un bateau construit par le chantier jouet si je ne trompe pas. ce livre est à lire... recueil des erreurs du débutant qui part direct pour traverser l'atlantique sans savoir se servir d'un sextant, le sien étant un mini sextant de récupération de l'armée us sans parler du reste, de son échouage aux canaries ou cap vert de la traversée de l'ile du bateau porté-poussé par les habitants pour repartir de l'autre côté !·le 21 avr. 21:07
20 avr. 2021
2

Un conseil : n’écoute aucun conseil (comme pour un premier accouchement).


outremer:L'accouchement est un acte naturel automatique que la nature réussit sans aucune aide vraiment nécessaire, dans l'espèce humaine à 90/99%. MALHEUREUSEMENT le 1% restant peut mener à la mort de l'enfant et/ou de la mère, dans un drame qui peut être très brutal, ce qui justifie alors une intervention médicale urgente. Le rôle du médical dans les 99% est simplement de vérifier justement que tout va bien. Pour l'Atlantique une simple bouteille jetée à la mer arrive de l'autre côté, mais en combien de temps ???·le 20 avr. 19:02
20 avr. 202120 avr. 2021
0

Si on commençait par des questions de bases

Quelle longueur de bateau ?
Quel budget ?
Vers où ?


20 avr. 2021
2

comment parler de question de base quand on a aucune base, that is the question.


20 avr. 202120 avr. 2021
0

"après combien de temps de cours/expérience pensez vous que je pourrais me lancer?"

Mon avis : selon l'aptitude à l'apprentissage et l'assimilation des lectures, 2 ou 3 semaines de stage dans une école TRES bien choisie suffisent pour envisager une location d'un croiseur de 7 mètres, en dessous de F5.
Ensuite, se faire son expérience en louant de plus en plus grand, de plus en plus loin. Une dizaine de semaines en autonomie, avec des traversées comprenant au moins une nuit en mer.
Un stage en période d'hiver.

En parallèle, acquérir des connaissances théoriques des permis et CRR (et les passer...) et celles pour l'autonomie : moteur, électricité, électronique, météo, médical, survie, etc. (cela peut se faire par des stages)...

A ce moment, on a une petite idée de ce que signifie "préparer le voilier".


20 avr. 2021
4

Je dirais qu'il faut commencer à apprendre à préparer le ti punch et le goûter. Si tu apprécies le plus difficile est fait, tu as déjà les bases pour une bonne arrivée.
Navigue sur tout ce qui flotte au lieu de poser ce genre de question, quand tu seras prêt tu le sauras.


20 avr. 202120 avr. 2021
3

En fait en avançant j'ai parfois l'impression qu'un voilier c'est 20% de connaissances pour le faire avancer et ne pas se planter et 80% de connaissance pour le garder en état et avoir les systèmes qui fonctionnent et ne pas devoir faire appel systématiquement à un technicien. Je connais surtout les 20% et me sens si idiot de devoir demander au voisin de ponton comment retirer la goupille du dessus de mon winch pour le démonter et le nettoyer.
Pour moi c'est ce qui me complexe par rapport à des longues navigations, pas du tout la navigation en elle-même mais ne pas me retrouver comme cet équipage de la transquadra avec une voie d'eau d'origine inconnue "quelque part à l'arrière du moteur" qui a lentement mais surement rempli leur bateau sur un intervalle de plusieurs jours si mes souvenirs sont bons. Si je maîtrisais bien les "80%" je pourrais y aller par élimination en connaissant parfaitement les "trucs derrière le moteur" susceptibles de causer une voie d'eau..(je vois la mêche de safran, l'arrivée eau refroidissement moteur etc mais ultra théorique tout ça).


faby9:+1 pour Pierre. Tout comprendre d'un optimist demande, selon Moitessier, une demi-journée...Faire avancer un croiseur ne demande pas bien longtemps : je ne parle pas d'en tirer la quintessence pour gagner la régate de samedi prochain, mais simplement d'aller d'un point A vers un point B en menant équipage et bateau en sécurité. Les exemples ne manquent pas de navigateurs qui ont ainsi commencé même sans aucun apprentissage (à commencer par les Meffre...). Je maintiens que 2 semaines sont largement suffisantes, si on a pris la peine de très bien choisir son école (La MACIF plutôt que les Glénans, par exemple...); c'est en tout cas ce que m'avait dit mon moniteur, pour louer une petit 7 mètres. Sans oublier que la mer c'est dangereux, tout comme vivre d'ailleurs.Les 80% qui restent, par contre, sont plus longs à acquérir... d'où les locations, les stages techniques, etc...·le 20 avr. 19:46
Lepapé:Je dirais que tout comprendre d'un Optimist c'est un apprentissage de 6 à 12 ans en y allant chaque semaine, pour commencer à se débrouiller avec ce sera plus près de la demi journée.·le 20 avr. 20:36
Lepapé:je veux dire qu'on commence à 6 ans et à 12 on passe à autre chose.·le 20 avr. 20:37
faby9:Je ne fais que citer Moitessier. Sans doute n'y connaissait il rien ? ou bien il forçait un peu le trait. Mais en réalité je le crois volontiers .·le 20 avr. 20:46
20 avr. 202120 avr. 2021
0

faire croire qu' un 100% novice peut en 2 ou 3 stages d'une semaine , louer un croiseur, c'est dangereux


20 avr. 2021
3

probleme de notre epoque: le rapport au temps.
pas celui qu’il fait 🌧🌤,mais celui qui passe ⏰ tic tac.

oui,etre autonome,qui plus est en solo,demande du temps.
ce n’est pas parceque tu sais hisser la gv,border,virer de bord ,affaler que tu sais naviguer..

y’a pas d’appli "traversée atlantique ",dommage ..! sinon,´suffisait de clicker..

apprends,prends ton temps,tu sauras quand c’est l’heure ⌛️ 😉


20 avr. 2021
0

passer le brevet de natation


ric56:Oui mais pour traverser l'atlantique, c'est pas un brevet de 50m·le 20 avr. 19:53
20 avr. 202120 avr. 2021
1

Le truc c’est : «  en solitaire « .
En équipage c’est autre chose.
En solitaire sur une longue période ( enfin tout est relatif c’est pas un tour du monde par les trois caps non plus) le truc c’est ta stabilité émotionnelle qui va compter. Ça, ca ne s’apprend pas. Il faut te tester.
Le reste .. considérations techniques, compétences ça s’apprend. C’est facile.


pepere:Pour faire un parallèle avec la montagne : quand tu dois faire une longueur en traversée sur des prises légèrement recouvertes de glace sous le glacier carré dans la pierre Alain à la Meije c’est pas la même chose que de passer un 7b sur une couenne à 10 m du sol.·le 20 avr. 20:07
ric56:je suis pas maso, je me contente de faire le valon de la meije·le 20 avr. 20:10
pepere:Les vallons de la Meije. Oui beaucoup de plaisir. Pas le même non plus. ·le 20 avr. 20:33
20 avr. 202120 avr. 2021
0

C'est bizarre comme choix!
Question voile pure traverser l'Atlantique c'est pas très dure mais très chiant en soit! Des longs bords de portant, traverser l'atlantique comme but bof et rebof mais comme moyen pour aller traîner ses voiles ailleurs c'est autre chose.

Tu ne vas pas apprendre grand chose et y passer beaucoup de temps, 3 bonnes semaines, le même temps à aller de mouillages en mouillages en Bretagne là tu vas apprendre à naviguer et l'issu de ton périple soit tu seras accro ou tu laisseras tomber... tu auras moins de chemin pour rentrer chez toi.

Ce n'est que mon avis et mon avis sur la voile en général, de mon point de vue: la voile c'est le meilleur moyen pour aller d'un bistrot à un autre qu'il soit à l'autre bout du monde ou pas ^^

PS pour répondre plus précisément à la question je dirais une quinzaine de jours de formation et de pratique suffirait en partant directement des Canaries, traverser le golf et descendre aux Canaries demande un peu plus de connaissances et d’expériences.
Connaissances aguerrissement aux quels tu ne pourras pas échapper si tu veux revenir en France par la mer c'est vachement moins facile.


20 avr. 2021
-1

Rien à voir avec la difficulté de navigation. C’est du défi humain et personnel dont on parle. Enfin ... c’est mon point de vue.


MBI:De quoi tu causes? c'est pas le sens de la question il me semble...·le 20 avr. 20:38
faby9:Défi, rêve, projet... des mots dont certains ont oublié ne serait-ce que l'existence...Vivre c'est dangereux...·le 20 avr. 20:40
pepere:Si tu as trouvé la traversée de l’Atlantique très chiante je comprends bien ou tu te places. ·le 20 avr. 20:42
pepere:tu as trouvé la traversée de l’Atlantique très chiante ? Dommage. Tu as dû loupé quelque chose.·le 20 avr. 20:43
MBI:vous m'avez perdu ^^·le 20 avr. 20:45
MBI:je suis curieux de savoir ce que j'ai loupé, ou plutôt de savoir ce que tu as vécu Pepere ·le 20 avr. 20:48
20 avr. 2021
1

ok mbi,
« question voile pure c’est pas tres dure,mais c’est chiant. »

tous le monde est d’accord avec ça,si tout se passe bien avec le bonhomme en solo,pas d’avarie,pas de meteo : c’est une belle ligne droite qui glisse toute seule.
mais la qualité du skipper est d’anticiper et prevoir.
que peux t’on anticiper et prevoir si on a pas l’experience..rien ,on fonce on verra bien 🤫
ce n’est pas ma philosophie.
a chacun la sienne.


20 avr. 2021
1

Hello,
En plus du mal de mer, on a eu un moteur en rade très vite après avoir quitté Mindelo...puis , dans le pot au noir, alors qu'on aidait avec le moteur restant, une alarme voltage des batteries s'est mise à hurler, elles étaient montées à 16,5V...sur le coup, j'ai débranché une cosse sur le répartiteur de charge, et grillé l'alternateur, et oui...mais bon, les batteries sont redescendues à la normale, après tout, c'était le but recherché...
La dernière semaine s'est faite en ne tenant compte que de la charge prodiguée par les panneaux solaires, heureusement, il s'est mis à faire très beau...
On a aussi failli perdre l'étai de génois...en allant promener le chien à l'avant(...), j'ai trouvé un morceau de goupille sur le pont, je n'ai pas compris tout de suite d'où il venait, du coup le lendemain je me suis aperçu que l'axe était à moitié sorti...bon, branle bas de combat, l'heure était grave, il a fallu bricoler un système avec une poulie flottante, pour avoir assez de force au winch pour ramener l'étai vers le bas, tout ça avec le mal de mer, et mon équipière qui voulait que je force au marteau...bien sûr, je n'en avais pas de rechange à ce moment- là.
C'est pour ça que je parlais de "bonne étoile", ou d'ange gardien...ça peut aider, surtout quand on n'a pas trop de "métier".


Pierre3:Dans ce fil ce qui manque un peu est le ressenti de ceux qui en ont eu l'expérience. Merci de cette contribution.·le 21 avr. 18:25
ventdebout:marteau de rechange ou équipière de rechange? ;-)·le 21 avr. 18:29
Pat45:ni marteau, ni équipière, ni axe...·le 21 avr. 20:18
21 avr. 2021
6

Cela dépend plus de l'âge du capitaine et de son caractère que de l'expérience.
Pour ma première transat, j'avais fait un peu de dériveur sur un lagon, 10 ans plus tard j'achète un vieux 8m en contreplaqué, voiles en coton, et me lance avec le cours des Glénans, un sextant en plastique, les HO 249 et le bouquin de Alain Grée, direction la Polynésie.
Bien évidemment "à la Moitessier" avec régulateur d'allure bricolé, toile de récupération d'eau de pluie, matériel de pêche performant et sacs de riz.

Aux Grenadines, j'ai rencontré un type qui naviguait sur un vieux cotre en bois et utilisait des cartes routières et des brochures d'office du tourisme pour identifier les îles !
Voilà, voilou. On était des aventuriers, les mouillages étaient bien tranquilles, la plupart des ports gratuits ou d'un coût dérisoire (calculés en proportion des cargos) le passage du canal pas cher, et les clearances et autres paperasses très simplifiées sinon carrément oubliées sans qu'on vous en tienne rigueur.
Presque 50 ans plus tard, j'ai refait le même trajet sur un HR qui naviguait à ma place et je me suis passablement ennuyé.


Pierre3:Super sympa ta contribution. Merci.·le 21 avr. 18:26
21 avr. 2021
0

La question est un peu provocatrice. C'est celle d'un rêveur qui croit que tout est facile. Chacune des interventions donne son ressenti par rapport à son expérience. Pour que cette traversée puisse se faire il faut réfléchir à tout ce qui peut tomber en panne avec l'équipement du voilier. Donc avoir toutes les rechanges nécessaires pour intervenir seul. Donc être un très bon bricoleur et avoir une expérience dans beaucoup de domaines. Après il faut savoir si la navigation se fera au travers d'un logiciel ou d'un Sextant en fonction des moyens disponibles.
La seule difficulté a mes yeux est d'affronter deux inconnues, l'état de la mer et le vent. Ca cela demande de l'expérience.
Une formation qui dépendra en temps de comment on ressent ce qui nous est enseigné et on peut être prêt.
Tu souhaites partir seul, donc tu prends forcement des risques. La navigation actuelle n'est plus celle de l'époque Moitessier et encore moins celle de Gerbault. Maintenant tu es un touriste que chacun veut plumer surtout si tu fais les grandes routes de navigations.
Chacun ici te donnera son ressenti par rapport à son expérience. Chaque individu étant "unique" ton expérience ne dépendra que de toi.


Pat45:la question vient surtout d'un gars qui s'amuse bien...hi hi hi-sse...·le 21 avr. 10:28
21 avr. 2021
0

savez vous que certains qui s'étaient lancé dans le premier tour du monde en solo (celui de Moitessier) n'avaient jamais mi les pieds à bord d'un bateau .Bon certain n'en sont pas revenu . Pour l'un d'entre eux un bateau lui avait indiqué le chemin pour sortir du port ,il en était incapable ..

Donc tout est possible


Fabien83:Et à l'inverse, des navigateurs chevronnés, instructeurs en sécurité en mer pour certains, peuvent se retrouver rapidement en difficulté... www.hisse-et-oh.com[...]class-8 ·le 21 avr. 11:12
ventdebout:bombard l'a fait en zodiac (plus ou moins volontairement), d'autres l'ont fait en tonneau.... alors.... pourquoi pas·le 21 avr. 11:27
faby9:Y'en a plusieurs qui l'ont fait à la rame. Un tonneau ? à la nage ? attention, c'est dangereux de dire qu'on peut louer un voilier de 7 mètres après 3 semaines de stage pour naviguer dans la baie de Quiberon...·le 21 avr. 11:45
ventdebout:oui en tonneau, il y a deux ou trois ans, je ne sais pas où il est arrivé... on en parlait beaucoup ici à l'époque. A la rame, c'est tellement banal que çà ne vaut pas le coup d'en parler... Je n'ai pas parlé de location de voilier après 3 semaines de stage, mais je ne pense pas que çà soit difficile...·le 21 avr. 11:41
Polmar:A la nage: Guy Delage. Il a failli ne pas finir. La laisse qui le reliait à son canot s'est détachée et il a du nager vraiment comme un poisson rapide pour le rattraper car le vent l'emportait.·le 22 avr. 18:35
21 avr. 2021
5

je pense qu'il n'y a pas de réponse : En école de voile, on a des stagiaires qui sentent le vent tout de suite, qui se repèrent dans l'espace, qui ne sont jamais monté sur un bateau, mais qui au bout d'un quart d'heure tirent la barre quand le bateau monte sur une vague et devient ardent.
D'autres qui reviennent chaque année et chaque année, te disent "une bouée Est, on passe à droite".
Donc, certains prendront un bateau et iront partout sans casse. D'autre rempliront le réservoir de fuel avec de l'eau (ou vice versa), se prendront la bôme en empannant par erreur ou confondront la marche avant et la marche arrière au moteur.
On a des gamins qu'ont jamais réussi à se faire le cadre en régate et d'autres qui se sont fait le Vendée Globe.


faby9:ça sent le vrai vécu...·le 21 avr. 12:31
Calypso2:finalement comme tout apprentissage quelqu'il soit ·le 21 avr. 12:35
ric56:Comme quoi en partant du niveau 0, 100% novice, 3 stages d'une semaine c'est plus que limite pour être autonome.Dans les baie de quiberon, les loueurs ne prendrons pas le risque pour ce cas là, ni un particulier, en plus un croiseur, c'est gaguesque.Une école forme des moniteurs, n'ayant jamais vu l'eau de mer ou navigué sur un lac en 6 mois, bonjour le résultat.·le 21 avr. 12:48
faby9:"Dans les baie de quiberon, les loueurs ne prendrons pas le risque pour ce cas là,"3ème ridicule.·le 21 avr. 12:51
ric56:C'est plus que du vécu alors des allégations sans fondement !!!·le 21 avr. 12:55
faby9:plus que du vécu... c'est quoi ? ? ? ton expertise , un peu comme les conseillers municipaux ? wouarf. ·le 21 avr. 12:57
ric56:BEMV en 1974, mais le terme n'est pas connu, tous les loueurs du coin doivent sa marrer en lisant certaines conneries( je les connais tous)·le 21 avr. 13:00
faby9:Bah. Ben moi, j'ai les contrats de locations de 2 loueurs du Crouesty... qui m'ont sans souci loué leurs bateaux (enfin, ceux que des proprio leur ont confiés, hein, pas fous, les loueurs...). Premier voilier un Sunway21, je n'avais que 2 stages derrière moi (mais avec un vrai moniteur, pas un qui bosse gratis aux Glénans...). Loué 3 jours en Avril, je l'ai rendu pour un 24 (dont je ne me souviens pas le type) pour les 4 jours suivants. Aucun problème avec Crouesty loc, qui m'a plus tard en été loué de plus en plus grand, sans jamais m'avoir demandé mon CRR, pourtant obligatoire. Tous les gens de ce forum qui ont loué se marrent en te lisant !·le 21 avr. 13:06
faby9:Cela dit, je ne conteste pas qu'il puisse être nécessaire d'avoir systématiquement à suivre plus que 3 semaines de stages, quand on a la malchance de tomber sur une mauvaise école, ou sur un mauvais professionnel. RIC a donc raison, et c'est comme il le dit: pour lui "plus que du vécu", mais de l'intime. Les loueurs doivent bien connaitre ce formateur là...·le 21 avr. 13:44
ric56:Nb: tous les gens se marrent en me lisant, peut être plutôt que faire pleurer·le 21 avr. 13:20
Rederien29:Tous non mais beaucoup ·le 21 avr. 13:49
ric56:Pour info, Mr FABY, il est préférable de parler en connaissance de cause.Tous les moniteurs des glénan ne sont pas des bénévoles.·le 21 avr. 16:44
faby9:Tu ne rates décidément jamais une occasion de te ridiculiser : relis lentement ou demande que l'on t'explique, je n'ai pas dit le contraire....Dans une école fédérale, les aide-moniteurs (tamponnés par la FFV) doivent être encadrés par de vrais moniteurs (titulaires d'un diplôme d'état) qui, eux, travaillent rarement gratuitement, et encadrent encore plus rarement les débutants. What else ? ·le 21 avr. 16:55
ric56:C'est un sujet que tu ne connais pas, c'est d'un ridicule.·le 21 avr. 16:57
Pierre3:Je suis tout à fait d'accord avec ED850. Entre un débutant qui a une tête bien faite et des bons réflexes et un chevronné maladroit je traverse avec le débutant sans hésiter.·le 21 avr. 17:33
21 avr. 2021
2

Ceci afin d’apporter ma contribution à l’édifice de ce fil passionnant .
à la question : quel niveau d’expérience pour traverser....je dirai: un certain niveau...ou même, un niveau certain....


blue kiss:Pour le posteur du fil « qui s’amuse bien, » bien vu Pat 45... ·le 21 avr. 17:16
21 avr. 2021
1

Chacun met le curseur où il veut/peut entre inconscience et responsabilité, goût du risque et sécurité, compétence et chance


21 avr. 202121 avr. 2021
1

a calypso2
tu dis:
savez vous que certains qui s'étaient lancé dans le premier tour du monde en solo (celui de Moitessier) n'avaient jamais mi les pieds à bord d'un bateau .Bon certain n'en sont pas revenu...( j’imagine que c’est l’anglais parti sur son catamaran fabriqué par ses soins qui a fait croire a tous le monde qu’il etait en tete,et qui a disparu ou s’est fait disparaitre,dont tu parles!?)

ca ne veut rien dire.
ca veut dire certains reussisent,d’autres disparaissent...
on a bien avancé sur le sujet.👍🏼

celui qui traverse l’atlantique sans aucune experience et qui arrive a bon port sans encombre ...est un aventurier des temps moderne,un heros,un Kerssauson en devenir,un Tabarly nouvelle generation..

celui qui traverse l’atlantique sans aucune experience et disparait corps et biens est un blaireau ....point.

alors la vie c’est ça : pile ou face..?


Pat45:il y a eu un excellent film sur cette aventure...avec Colin Firth.www.allocine.fr[...]74.html ·le 21 avr. 15:20
Camilleb0461:Ben nonCrowhurst avait déjà navigué, mais que dans le SolentµDonc, il avait les bases·le 22 avr. 10:59
tdm2023:C'était un trimaran. L'histoire est triste.·le 27 avr. 17:05
21 avr. 2021
0

Au lieu de prendre la route des barriques, passe par le Nord, c'est plus court!
Et tu commenceras par de petites étapes, pour apprendre, te familiariser avec le bateau, et évaluer tes limites.


21 avr. 2021
2

NB: la comparaison avec l'alpinisme est à mon avis défectueuse. La haute montagne est un environnement extrêmement dangereux et imprévisible même sous conditions idéales, il n'y a qu'à voir les statistiques d'accidentologie : énormément de morts, surtout parmi les alpinistes chevronnés! Par comparaison le nombre de morts ou blessés graves en plaisance est quasi négligeable, même si un naufrage marque énormément les esprits.
De toutes façons il faut avant tout projet de ce type reconnaître que quel que soit son niveau on est exposé à des risques qui peuvent s'avérer mortels... c'est fou ce que ça détend! ^^ (ça ne doit pas être un prétexte pour partir pas préparé non plus évidemment)


Pierre3:Oui le risque est sans commune mesure. Certains sommets en Himalaya sont encore à 20% de risque d'y passer. On y va et on a une chance sur 5 d'y rester pour toujours, la plupart du temps en pièces détachées pour certaines montagnes (K2).·le 21 avr. 17:10
Alpaga:29% de morts au K2, 34% Annapurna. Faut avoir la foi pour se déplacer sur ces montagnes!·le 21 avr. 17:52
Pierre3:34% sur la face sud de l'Annapurna, pas la voie Herzog/Lachenal :-)·le 21 avr. 18:08
21 avr. 2021
1

C'est un nouveau concours sur H&O :
Celle ou celui qui créera le fil ayant le plus d'interventions en un minimum de temps.
Hihisse est bien parti. ;-)


21 avr. 2021
1

Et surtout, Hihisse, ne te trompe pas dans le choix de ton ancre. et de la date aussi, oui... ;-)
spade? CQR, Delta?


amate:Car en mer, la nuit, on mouille l’ancre tous les soirs...astuce de vieux marins , pour bien dormir...·le 21 avr. 17:40
Patxaran:exactement...·le 21 avr. 17:41
21 avr. 2021
7

je voudrais savoir sur toutes ces interventions combien on traversé au moins une mer même celle d'iroise sans parler de l'atlantique ...
alain


ric56:ben fritz , là on est pas sorti de la med·le 21 avr. 17:41
Pierre3:En chef de bord et pas sur un malentendu...:-)·le 21 avr. 17:59
ric56:Je commence, les trois caps en moins de 80 jours , au départ de hyères:cap de l'estérel, cap d'armes, cap des mèdeset la cerise, retours au point de départ.·le 21 avr. 18:00
Powhatan:Si Hihisse est capable de tirer un seul enseignement de cette avalanche, c'est qu'il est fort ! Ou il voulait seulement se marrer...·le 21 avr. 18:32
Calypso2:la mer d'Iroise ,mon ami faut-il encore etre capable de passer le Raz de Sein , plus d'un n'oseront jamais et plus d'un s'est cassé les dents .. ·le 21 avr. 20:56
Rederien29:Que ne faut il entendre sur le,raz de sein ....·le 21 avr. 23:07
Patxaran:moi ce que j'ai entendu, c'est : "cachez ce Raz (de Sein) que je ne saurais voir....·le 21 avr. 23:10
Rederien29:S'il fallait passer le raz pour tere un marin capable de se taper l'atlantique ...·le 21 avr. 23:13
21 avr. 202121 avr. 2021
1

En accéléré on pourrait imaginer une personne achetant un 9m au printemps, prenant des cours en été, naviguant seul en parallèle en été, complétant sont autonomie en automne et hiver et aussi la préparation du bateau avec quelques bastons force 6 ensuite 7 fin d'hiver sur des parcours de 200-300 miles pour éprouver la bête et la machine pour finir par traverser l'Atlantique l'été qui suit.
Donc 15 mois après avoir mis le pied sur un bateau pour la première fois. Ca ne me choquerait pas du tout si c'est une personne avec la tête bien faite et qui a l'habitude de réussir les projets qu'il entreprend et qui s'y met avec méthode et sérieux, qui y consacre le temps et les ressources qu'il faut.
Laura Decker qui a fait le tour du monde à 17 ans n'a pas attendu de rançir 15 ans sur un Muscadet avant de faire Lorient-La Corogne.


ric56:Tout OK·le 21 avr. 17:53
faby9:Dans ce cas, mieux que des stages dont on sait que l'intérêt dépend énormément du moniteur et du niveau des autres stagiaires, je choisirai l'option "coaching" sur mon propre voilier. Plus cher à la journée, mais pas forcément au final, car certainement beaucoup plus efficace et en prime très adapté à la demande et aux besoins.Bon, faut bien choisir le moniteur, en prendre un qui a l'habitude de former efficacement ses stagiaires sans avoir besoin du nombre impressionnant de semaines proposées par la FFV (ça existe). Le choisir propriétaire lui-même de son propre bateau (pas un qui emprunte ceux des copains) ou qui travaille dans le milieu, afin de pouvoir discuter sérieusement de tout ce qui concerne le voilier mais pas uniquement la voile (moteur, électricité, réparation et entretien, etc.)·le 21 avr. 18:25
Pierre3:Oui ce serait sans doute plus éfficace si le but est d'apprendre vite.·le 21 avr. 18:39
ric56:le coaching est une remise à niveau, un perfectionnement:.·le 21 avr. 18:42
faby9:@Pierre : aller vite, c'était en effet ton idée de départ. Mais au delà de ça, un cours particulier sur son propre bateau par un vrai moniteur compétent, c'est l'apprentissage du solo ou équipage réduit... et ça peut éviter un stage d'une semaine à intérêt quasi nul comme beaucoup -dont je fais parti- ont connu... sous condition toujours d'apporter une extrême attention à éviter certain type de moniteur. On constate la même chose pour les cours de skis collectifs (chez les débutants, l'enfant passe son temps à attendre les autres) vs cours particuliers. ·le 21 avr. 19:01
Pierre3:Oui le coaching sur son propre bateau est du point de vue de l'éfficacité pure imbattable et comme tu dis je parlais de vitesse. Maintenant si on quitte la perfomance de vitesse d'apprentissage le stage a sa richesse aussi car tu apprends aussi des érreurs des autres, tu peux aussi changer de bassin de navigation et de bateau, sans compter un apport social plus riche probalement.·le 21 avr. 19:17
fritz the cat:généralement l'atlantique ne se traverse pas l'été à moins que ce soit l'indien en novembre ..alain·le 21 avr. 19:20
Pierre3:Pour éviter la saison cyclonique on dira printemps alors.·le 21 avr. 19:29
fritz the cat:c'est de novembre à mai ,comme les fraises du sénégal ..bien que mai soit un peu tard dans la saison .alain·le 21 avr. 22:44
Pierre3:OK merci de l'info.·le 22 avr. 11:35
21 avr. 2021
0

Ca dépend des personnes. Certaines apprennent vite et bien, d'autres moins (moi !). Seulement le fait de naviguer sur un lac demande des connaissances spécifiques , alors en mer ...
T'as le code maritime , les manoeuvres de port, de mouillage, et de voiles bien sûr à connaitre au minimum en côtier . En hauturier, tu seras seul ! Faut pas oublier que tu joues gros quand même.Au large, pas de toubib, de mécano, d'électricien,ni cuistot, etc..Tu devras gérer tout ça par toi-même , sans compter la connaissance de la météo pour éviter les grosses fessées surtout pour une première traversée. Je suis loin d'avoir l'expérience de la plupart des héossiens sur ce forum , mais certaines choses me semblent inéluctables sur terre ou en mer, comme l'apprentissage . Acquérir de bonnes bases avant de se lancer à l'aventure est quasi obligatoire . Aller d'un port à l'autre pour commencer, faire de petites traversées puis rallonger les trajets progressivement. si tu as l'occasion de naviguer souvent et encore mieux avec une personne expérimentée , ça peut aller très vite. Enfin moi, c'est ce que je ferais. D'autres pourront t'apporter des conseils plus avisés. En tous cas c'est un beau projet que tu as là. Je te souhaite de le réaliser . Bon courage .


21 avr. 2021
-1

Pour une traversée de l'Atlantique des Canaries aux Antilles LA MÉTÉO c'est pas compliquée et sans surprise ...suffit de partir au bon moment donc de décembre à janvier pour profiter de la belle saison la bas. Les Alizés sont sans grandes variations, aucun risque météo pour cette traversée. Naviguer aux Antilles est très facile. Après pour revenir c'est une autre histoire...


Pat45:oui oui, c'est ce que j'avais lu aussi...6 jours (Canaries Cap Vert) entre 25 et 30 noeuds plein c..., houle de 4m avec une période de 6s, bof...et on avait attendu 1 mois pour trouver une fenêtre à peu près correcte.Beaucoup de casse sur les autres bateaux arrivés à la même période; quelques équipiers qui avaient également arrêté les frais, la mienne avait failli suivre le mouvement ...La partie pour Salvador a été ensuite plus cool, surtout après le pot au noir... au bon plein, sans trop de mer, et avec une 15 saine de noeuds de vent.Quant à la facilité de la nav aux Antilles, bon, c'est pareil, c'est ce que j'avais lu aussi..la réalité, pour ceux qui y naviguent toute l'année, est parfois toute autre, l'avantage étant qu'on se fait brasser en maillot de bain, ça aide quand on prend les paquets de mer en pleine tronche...et on sèche plus vite...mais ça n'empêche que la zone est bien plus sympa que la Med, par exemple.·le 21 avr. 20:52
MBI:Moi je parle de Canaries aux Antilles c'est pas pareil ·le 21 avr. 20:46
Pat45:ok, alors, si c'est pas pareil...mais bon, de ce que j'ai pu comprendre, même si on ne s'arrête pas au Cap vert, la route habituelle est de descendre plein sud des Canaries, jusqu'à hauteur du dit Cap Vert, histoire de choper les alizés, puis de tourner "à droite"...et c'est souvent cette partie là qui est sportive. Mais certains le font en direct, c'est vrai; ou presque...·le 21 avr. 22:42
amate:Vouais , comme tu dis «  certains le font en direct » et se prennent certaines années du vent dans le pif plusieurs jours au départ ... ( enfin si on aime le près) Dommage de louper le Cap Vert, étonnant de beauté ...·le 22 avr. 10:39
MBI:Si tu ne veux pas trop traîner le mieux c'est de partir de Madère toujours vers décembre janvier.·le 22 avr. 17:03
amate:En décembre je suis déjà à Marie Galante avec un ty punch sous les cocotiers....👍🥂·le 22 avr. 17:15
amate:En traînant confortablement tout du long de la route ( départ BZH) suffit de partir à point fin Août .... ( comme la tortue dans la fable) ...comme ça t’es bon partout!·le 22 avr. 17:49
22 avr. 2021
0

Nous avons eu beaucoup plus de vent entre les Canaries et le Cap Vert que lors de la transat. 40 nœuds au départ de El Hierro puis ensuite toujours autour de 25 nœuds, ça s'est calmé en arrivant sur Mindelo.


Pat45:oui, un copain a traversé l'hiver dernier, en solo sur son mono de 40pieds...la Goméra-Mindelo en 5 jours, beaucoup de vent et grosse houle également.·le 22 avr. 10:58
fritz the cat:je l'ai fait une fois en 5 jours dans un coup de kasmin on ne voyait pas à 100m quand nous sommes arrivés à Sal on a vidé l'easy bag avec l'écope ,plein de sable .heureusement que nous avions un radar parce que c'est la route du fer des minéraliers qui remontent de nouakchott.·le 27 avr. 14:26
22 avr. 2021
0

le plus dur c'est d'arriver aux canaries ou il y a de drôles d'oiseaux de pontons à toulon ce sont les marguas ..et il faut rester serein .
après comme disait Bombard on jette un tonneau et il arrive tout seul de l'autre coté .
d'ailleurs je crois qu'il y en a un qui l'a fait dans un foudre aménagé .avec quelques ravitaillements en vols quand même ,il a d'ailleurs mis ses impressions dans la bouée postale au milieu au passage .
je crois qu'il l'avait bu avant pour se donner du courage ...
alain


MBI:Même un ballot de paille traverse l'Atlantique dixit Tabarly ^^·le 22 avr. 16:51
vulcainox 12m:Bonjour.Merci mais defini les marguas. je suis naif et novice. et comme j'ai l'intention de passer .... merci·le 22 avr. 17:20
lilas blanc:Le margua est le surnom que donnent le personnel embarqué de la Marine aux marins des ports militaires ,des remorqueurs et du lamanage. Ils ont la réputation d aller voir les épouses des gens qui sont en mer une fois qu ils ont largué leur bateau ;-)·le 22 avr. 18:39
fritz the cat:ce sont des geais de pontons alain·le 22 avr. 19:00
amate:Devant les geais  .....il faut rester « serins »...·le 22 avr. 19:24
mitch58:en route vers les canaries..🐥·le 22 avr. 20:38
22 avr. 2021
0
22 avr. 202122 avr. 2021
1

Pour ajouter sur la comparaison avec l'avis de Moitessier sur l'optimist, qui peut être maîtrisé en une journée à peine, y compris un gamin , je dirais que pour traverser l'Atlantique ou naviguer au long cours , si on veut partir le plus vite possible et si on ne peut/veut pas passer par la case apprentissage sérieux pour la navigation , la préparation/connaissance technique d'un bateau et les manœuvres entre autres, dans ce cas la maîtrise du projet , selon moi en tout cas, dépendra avant de tout de la motivation et de l'envie de le réaliser , et d un autre paramètre qui peut être important et qui s'est vérifié quelquefois, c'est de remplacer l'inexpérience par le choix d'un bateau le plus simple possible, minimum habitable mais suffisamment raisonnable en taille pour rester facilement maîtrisable, y compris par un débutant, que ce soit pour les manœuvres , l'entretien, les risques lors des accostages etc. Donc choisir plutôt un bateau très simple , sur et costaud, insubmersible pourquoi pas, echouable si possible, greement de catboat ou de jonque par exemple (plus simple a gerer en solo) . Ca rejoint un peu les expériences de marins qui sont allé très loin en étant débutant quasi complet au depart (Shane acton sur un 5,5m biquille, Jean lacombe sur un 5 ou 6m50, Julio villar sur un 7 m autour du monde sans experience initiale, Sven yrvind sur des bateaux miniatures concus par lui meme et beaucoup plus simples techniquement que ceux de l industrie plaisance, et d autres) .
A l'inverse partir en solo sur 10 ou 11 m "classique" et plus technique, sans connaissance en voile,me parait beaucoup plus risqué.
Cela dit, certains auront surement un avis inverse au mien ;)


ric56:En résumé, il faut partir sur un optimist pour traverser., et les moniteurs en classe de mer ou autre sont des nuls.Il faut peut être recontextualiser, MOITESSIER était ingénieur( agronome), de mémoire.·le 22 avr. 19:08
creek:Pas quand meme, l optimist est une image de la simplicité,maitrisée rapidement. Mais les bateaux que je cite sont des "mini croiseurs" (super mistral, golif etc). Ca rejoint le slogan des minimalistes "go small, go simple, go now " ·le 22 avr. 19:00
22 avr. 202122 avr. 2021
2

Bonsoir,
Je suis déçu,seulement quelques petites prises de bec avec les habituels toujours charmants et très amicaux...
J'ai bien bien aimé aussi la comparaison avec le ski,il faut voir un cours de ski collectif avec pas trop de monde ou tout le monde apprend et avec une émulation du groupe très sympa.
J'ai eu des semaines avec 6 à 8 gamins ou adultes ou on s'est tous régalés,avec un niveau à peu près homogène ou même les meilleurs etaient attentifs aux moins bons qui sur les passages techniques,les sauts par exemple,faisaient leur spectacle et rigoler tout le groupe.
En voile aussi un cours avec un nombre raisonnable d'élèves peut être très constructif pour chacun.
Et quand on navigue et apprend à plusieurs le côté humain ressort pas mal c'est toujours intéressant.
Un cours particulier a aussi ses avantages bien sûr,dont aussi le fait de reposer l'enseignant qui n'a qu'une personne sur qui se focaliser.
Hihi a l'air un peu débordé et n'est intervenu qu'une fois,dommage...trop de personnes sur ce post collectif ,hi hi hi...
Je me garderai de donner une réponse toute faite,on peut apprendre dans beaucoup de situations,même au cours d'un repas autour d'une bonne bouteille pourquoi pas ?
Ce qui s'imprime le mieux quand même c'est quand on met l'élève en situation et que c'est lui qui trouve la solution.
Le cours magistral et les grands discours on se rend compte au bout d'un moment que ça ne tient pas trop dans la tête...
Apres je connais un couple qui après une semaine d'école de voile sont partis direct à traverser l'Atlantique sur le bateau du frère et sont arrivés au Brésil sans encombres.
Comme dit Ed il y a des gens qui apprennent vite et qui ont les c... de se lancer.
Perso les meilleurs élèves que j'ai eu en école de voile c'était des montagnards et inversement au ski les bretons m'ont toujours étonné par leurs progrès et leur résistance aux intempéries !


James :Hihisse ...Excuse j'ai mal écrit ton pseudo ·le 22 avr. 20:37
hihisse:yo·le 22 avr. 23:43
22 avr. 202122 avr. 2021
0

Très bonne synthèse Mr james
Quand j'étais moniteur de ski( il y a très longtemps), j'ai apprécié le comportement des bretons, leur progression engagement pour découvrir . Pour le hors piste, je refuse certains endroits suivants pleins de paramètres qui s'appelle la connaissance et l'expérience en ayant appris avec les anciens , le respect et analysé.
certains on affirmé que la compétition , la régate ne sert à rien, j'ai arreté en ski et aussi en voile mais bof cela ne sert à rien de répondre., sur l'eau ou les ski la différance est flagrante.
La grosse différence avec la voile est la discussion sur un forum, en ski c'est sur les piste que l'on voit... en voile , cela discute c'est plus cérébrale, mais, il y a toujours les bases, les fondamentaux, qui sont oubliés , et mis en doute à force de croire que l'on apprends tout dans une bible ou 3 stages d'une semaine.
au sujet de la pédagogie, c'est un art , une adaptation permanente, un certain charisme, mais il y a tellement d'affirmations sans fondement sur ce forum!!
voileusement et arvi .
NB: un géant ou une descente me manque.


22 avr. 2021
1

aux vues du nombre de voiliers qui traversent tous les ans avec des couples de soixantenaires ayant fraîchement acquis leur cata/sloop a l’aube de leurs retraites et sans expérience naitiques... ne perd pas de temps,vas y fonce.
y’a pas de raison...
. pilote auto.. frigo.. irridium go..internet... grib meteo..traceur gps.. balise argos:
putain qu’est ce qui pourrait bien t’arriver..??!


ric56:Plein de choses, même un divorce.·le 22 avr. 21:32
James :C'est ce qui est arrivé au couple dont je parlais...On dira que c'est la faute aux belles brésiliennes, absolument irrésistibles quand on les voit danser...·le 22 avr. 21:48
Pat45:heu, les belles Brésiliennes...bon...il y en a beaucoup moins qu'espéré...contrairement aux belles Guyanaises ou Cap Verdiennes...enfin, ce n'est que mon avis...·le 22 avr. 21:59
Patxaran:pas besoin de traverser l'atlantique pour voir des brésiliennes ;-)·le 22 avr. 22:29
matelot@19001:Oui, il y a beaucoup de déçus à l'arrivée au Brésil 😁·le 22 avr. 23:35
hihisse:c'est ma réponse préféré, merci·le 22 avr. 23:45
James :J'ai été un bon moment à Salvador de Bahia et il y a vraiment de belles filles...des blacks ,des blanches ,des métisses .... waouh !Et ce qui ne gâche rien des sportives...notamment celles qui dansent la capoeira ...Bon au Cap Vert aussi...et les mecs sont balaises aussi...avec les potes on était un peu écoeurés de voir nos copines qui badaient ces grands mecs tout en muscles...juste retour des choses !Hihisse va foncer direct Cap Vert puis Brésil ,il pourra nous donner son avis...·le 23 avr. 00:16
amate:Il y a aussi une variété de langouste qu’on appelle «  Brésilienne » plus petites que les « vertes » mais bien plus « goûtées »😋...... honni soit qui mal y pense 🤔·le 23 avr. 09:16
23 avr. 2021
0

Avant d'entamer une longue navigation seul, il faut d'abord se débrouiller et être capable de dépanner son bateau seul à savoir maintenir sa production d'énergie, choucrouter un safran de secours, connaitre les sources de voie d'eau potentielles propres au bateau.
Il faut également avoir eu quelques belles frayeurs, avoir eu à ranger son intérieur mal arrimé et savoir ce qu'il ne faut pas refaire.
Bref il faut laisser peu de place à l'improvisation si on n'est pas un vrai multitâche.
partir 20 jours seul peut être moins stressant que de faire 3 semaines de semi-hauturier dans une région à marnage, avec des néophytes à bord.


Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Après la pluie en Patagonie

Après la pluie...

  • 4.5 (179)

Après la pluie en Patagonie

mars 2021