Quel jeu de voiles ideal pour son multi habitable ?

Trouvant mon cata un peu pénalisé grand largue dans les petits air, avec son mouchoir de poche à l'avant (solent à ris) et n'ayant pas toujours le courage d'envoyer le spi symétrique.

J'ai investit, juste avant de partir en vacances cet été, dans un genois à recouvrement 130% utra léger.
Avec cette nouvelle parure (d'une qualité de fabrication trés moyenne cela-dit) je m'attendais à gagner un peu niveau vitesse et bien pas du tout.

Ma titanesque GV, débordé au maximum, applatit et dévrillée juste de quoi ne pas être deformée par les haubans devente completement le malheureux genois.
si je sur-borde un peu la gv, le genois trouve de l'air mais les performances s'ecroulent rapidement.

Finallement, incroyable mais vrai, si je remet le solent, ce dernier etant moins sensible à la devente de la gv (forme differente, plus fort grammage) je marche mieux qu'avec le genois à recouvrement...

Alors que je reflechi encore à mon prochain jeu de voile, je me demande si un genois à un quelconque interet sur catamaran.

Quelles solutions pour améliorer sensiblement sa vitesse aux allures trés portantes sans devoir envoyer le spi symétrique ?

  • Un spi assymétrique ? je ne suis pas certain que ça soit beaucoup plus simple à envoyer et a affaller qu'un symétrique.

  • Une augmentation pur et dur de la surface de la GV (gv à corne ?) ? j'y pense.

  • Un génois à recouvrement plus lourd et un peut être mieux pensé/taillé ? mouais...

Reste biensur la possibilité de tirer des bords de largue pour eviter le grand largue (et biensur le vent arriere que je ne pratique pas).

Quel est pour vous le jeu de voile ideal sur multicoques habitable de croisiere ?

L'équipage
24 sept. 2009
24 sept. 2009
0

Pas du tout ...
spécialiste du multi ...

Mais, un genaker ou un spi assy amuré sur la coque au vent ??? non ???

Sur certains monos, le bout dehors s'oriente pour déporter au vent le point d'amure des genakers ...

24 sept. 2009
0

trop rapide !
c'est ce j'allais dire ! :-(

24 sept. 2009
0

Jorginho
un tangon ? ça va pas la tête ! ;-)

Plus serieusement oui un spi symétrique est infiniement plus simple sur un cata que sur mono, puisque pas de tangon à mettre en place, plateforme avant confortable pour manoeuvrer et ceux même si je n'ai pas de chaussette (ça ne se justifit pas trop dans ma taille de bateau).

Mais il en demeurre pas moins qu'il m'arrive d'être une feignasse parfois en nav, je n'ai pas toujours le couteau entre les dents, pas envie de sortir le spi, d'installer les manoeuvres bras/ecoutes que je ne laisse pas à poste ect...

24 sept. 2009
0

j'adore ça aussi..
quand je fais de la voile...

Quand je suis en train de deguster un bon lieu jaune avec un zeste de citron, fraichement pêcher atablé en famille dans mon spacieux cokpit tout en progressant à la voile vers mon objectif, le spi il m'emmerde ;-)

24 sept. 2009
0

Hello ;-)
C'est surtout ça qui me ???

[i]et n'ayant pas toujours le courage d'envoyer le spi symétrique. [/i]

Avec ou sans tangon ?
Si c'est avec, et sans chaussette, a la rigueur je te comprends.

Si avec chaussette, sans tangon ( bras et écoutes sur chaque point d'amure ), c'est d'une facilité déconcertante...

Ok, je suis un noob, mais de ce que j'ai pu voir ( et y participer ), avec un ballon de 150 m2, je n'y ai vu aucune difficulté a l'envoyer/affaler...

Et au portant, quoi de mieux qu'un spi... :-)

Ou alors, l'asy, mais faudrait le mettre sur emmagasineur, bien a l'avant, ce qui obligerai peut être a adapter un bout dehors...

:-)

24 sept. 2009
0

J'avais bien l'impression
de dire une counerie lol ;-p

Bref,
Ok pour la chaussette, ça me semblai bien quelque peut " superflu " sur un bateau de cette taille...

[i]pas envie de sortir le spi, d'installer les manoeuvres bras/ecoutes que je ne laisse pas à poste ect...[/i]

Arfff... ;-p

C.E prend un malin plaisir a l'envoyer, même si ce n'est que pour une 1/2 d'heure...
Idem pour les écoutes/bras, poulies de renvoi, elles ne sont posées qu'au moment d'envoyer la bulle.
Dés que le spi est affalé, tout est rangé...
Même le spi dans sa chaussette retrouve sa place dans la soute...

Pis c'est tellement bô un spi bien " porté "

;-) :-) :-)

24 sept. 2009
0

sur mes multi précédents
KL28 et Phaéton 10 metres le jeux de voiles privilégié la grand voile et devant un solent auto vireur ou non + un asy ,j'en ai toujours été satisfait(la même config sur le prochain)et comme dit précédemment trés facile à monter et descendre sur la plateforme avant, amuré sur un boutdehors pour le KL et sur un gros bout aller/retour d'une coque à l'autre sur le Phaéton donc reglabe + ou - au vent ...

24 sept. 2009
0

bon, un assy + solent
Semble être une configuration apprécié.
Ce qui tombe pas mal puisque j'aurais bien ma petite idée sur comment amurer une telle voile.
Je n'ai par contre jamais pratiqué le spi assymétrique.
Quand est-il de son conportement dans le petit temps une fois envoyé ?
Est-ce une voile volage comme un spi symétrique nécéssitant de nombreux et constant réglages en navigation ?
Ce qui est sympa quand on veut faire de la voile mais moins en mode croisiere vacances pépére.

24 sept. 2009
0

Bon, un génois plus un sym...
Un bon génois à fort recouvrement a toute sa justification sur un cata de croisière s'il va en tête de mat: Partiellement déroulé il est pratiquement équivalent à un solent. Entièrement déroulé il donne toute sa puissance au prés bon plein et au travers. Dans les allures plus portantes et fort vent (ou risque de fort vent la nuit) je le porte souvent seul, sans grand-voile. Le bateau fait moins d'embardées, le pilote a moins de travail. Si le besoin se fait sentir, il est facile de réduire depuis le cockpit.
Le spi avec chaussette (amuré sur les pointes) permet d'atteindre avec aisance et confort des vitesses impressionantes. Je le hisse jusqu'à force 5 de vent réel.

24 sept. 2009
0

Il y a une voile qui ne faut pas rater c'est la GV
On l'utilise tout le temps, et facile à régler.

Une Corne, oui si le bateau peut la supporter car les efforts sont énormes. Il faut un mat rigide, et des fixations de palan d'écoute béton.

Pour info, Tancréde (Normanie ou triforsix de M Fortin) a arraché son palan d'écoute pendant le fastnet suite à son remplacement de GV par une GV à corne de même surface. Quand on sait que M Fortin est connu pour la solidité de ses multis rapides, on comprend qu'il faut se méfier.

Sur l'Aquilon, nous avons installé un gennacker Mylar 110% de recouvrement, et nous en étions extrêmement content. 60° du vent dans le petit temps, on gagner 25% de vitesse par rapport au foc. Je pense que cela vient plus d'un problème de forme. Les voiles légères doivent être plates sur nos engins et si possible en matériaux composites si on veut tirer un peu dessus, mais la encore attention aux efforts.

Alex

24 sept. 2009
0

Déja, pour aller où ?
Les angles morts dans le petit temps ou le médium en cata sont gigantesque. Tu ne peux pas remonter à moins de 50° du vent réel, mais il est aussi difficile de descendre à plus de 140°. Tu peux arriver à 155°, peut être 160°, mais immanquablement tu déventeras ta voile d'avant.

En fait, ce n'est pas trés intéressant de chercher à descendre trop, parcque même si tu y arrives, par l'effet du vent apparent, tu n'avanceras de toute façon pas vite (le vent vitesse se déduit du vent réel au portant, s'il n'y a pas beaucoup de vent réel, il ne reste plus grand chose).

Tu as trés souvent intérêt à tirer des bords à 140°, et dans ce cas ton génois léger doit bien fonctionner.

Un spi assy est aussi une trés bonne option. Pas pour descendre plus, puisque tu ne dépassera pas non plus les 160°, mais pour la vitesse apportée par la surface.

Le problème se pose quand tu est obligé de descendre (parcequ'il n'y a pas de place, que tu es coincé sous le vent d'un truc qui t'empèche de loffer). Il n'y a pas beaucoup de solution, sinon de se trainer le temps que ça passe.

Donc en synthèse, ma solution idéale :

Une config de route comme la tienne : belle GV et solent à ris. Pour le prés dans le petit temps, un génois léger que tu peux blinder pour faire du cap. Pour le travers et équivalent, un génnaker. Pour le portant un spi asy.

En terme de surface, pour Erendil, 34' et 3 tonnes, cela donne ça

GV : 32 m², dacron dimension
Solent : 15/11 m², dacron dimension
Génois léger : 21 m², membrane Trilam
Génnaker : 38 m², nylon (mais pas le même qu'une toile à spi. Il est tissé comme un dacron)
spi : 70 m², nylon

Jacques

24 sept. 2009
0

réglage de l'asy
Plus tu descends, plus tu dois l'épauler, c'est à dire le faire basculer au vent.

Après, s'il n'est pas assez bordé, il fera "l'oreille", c'est à dire que l'amure (et en particulier à hauteur de l'épaule) se roulera vers l'intérieur.

S'il est trop bordé, il s'étouffera, tu perdras en vitesse, et il finira par faire ce qui se passe aussi quand tu as trop abattu, il s'effondrera par le milieu.

Avec un peu d'habitude, il est facile d'anticiper. Pas assez bordé, c'est l'oreille. Trop bordé ou trop abattu, le spi dandine et s'effondre par le milieu.

Jacques

24 sept. 2009
0

Oui, Erendil
Effectivement, sans avoir pris de mesures precises, la limite ou la gv devente la voile d'av et particulierement ce genois léger se situe dans ces eaux là, +/- 150°.

Bon j'imagine qu'il n'y a pas de solution miracle c'est ce type de bateau qui veut ça, il faut tirer des bords de largue ou accepter de se trainer, gv sur-bordée.

24 sept. 2009
0

Oui, mais
là le banquier et la femme du capitaine risque de ne pas être d'accord :-)

Reste la GV à corne, aprés une saison à regarder comment travail ma gv à fort rond de chute vent arriere, j'ai le sentiment que ça pourrait être trés interessant, les points d'ancrages des palans de GV ne m'inquietent pas (j'ai fait du trés solide et sur-échantillonné) par contre je ne sais pas si le gréement serait trés adapté...

24 sept. 2009
0

gv et solent
sont au même niveau d'usure et tiendront encore une saison, pas plus.

24 sept. 2009
0

Rendement de la voile à corne
Concernant l'écoulement de l'air sur une voile, on sait que le plus important c'est l'extrados. C'est pour cela que les mats tournants sont très utiles, même si ce ne sont pas des mâts ailes (corde courte).

Or, le haut d'une voile sur un mât fixe est peu performant parce que la mat perturbe l'écoulement sur une grande proportion de la corde de la voile.

A mon avis, la corne n'apportera un gain significatif qu'avec un mat tournant, ou, au moins, avec un rétreint important dans le haut du mat.

24 sept. 2009
0

1
pécable ;-)

25 sept. 2009
0

Et si il garde le même mat
le centre de poussée sera plus haut.

D'ou obligataion de réduire plus tot.

Sur un bateau aussi court ( ce n'est pas une critique) et pas taillé pour la régate , je me méfierai un peu des risques d'enfornement au portant dans les surventes.

24 sept. 2009
0

en dacron
elles ont 20 ans...
C'etait probablement des voiles de trés bonnes factures.
le solent latté à ris se tient encore bien et malgrés plusieur reparations j'arrive encore à l'applatir convenablement au prés. Mais pour combien de temps encore ?
j'ai quelques reparation a faire dessus si je veux que ça tienne encore une saison, là l'oeillet inox du point d'ecoute vient de s'arracher et le nerf de chutte à filé de son gousset...

Pour la Gv en debut de saison ça "allez", en fin de saison elle devient trés difficile à applatir, c'est même plus du tout possible dans sa partie basse qui fait irremediablement un petit ventre.

Les coutures semblent encore tenir bon, j'ai du remplacer tout les coulisseaux qui ont cassés les uns aprés les autres, au prés dans les petits airs et le medium elle marche mieux avec ris de pris ce qui veux tout dire...
bien qu'a fort rond de chute elle n'est pleinement latté que dans sa moitié supérieure cause à mon sens de la déformation dans sa partie basse.

Je vais essayé de refaire une saison en l'état, en les bichonnant cet hiver, il faudra que je change tout d'un coup de toute façon au pire dans 1 an.

J'anticipe un peu beaucoup mais me pose énormement de questions sur leurs formes, coupes, tissus, j'avoue j'ai des envies de belles voiles.

24 sept. 2009
0

celle-la je l'attendais :)
non, mon bateau ce n'est pas orange, evidement.

Mais est-il incompatible d'aimer tantôt tirer le meilleur parti de son canot, en tirer la quintessence la manivelle de winch entre les dents, tantôt aimer se laisser aller au fil de l'eau et du vent tout en en refaisant le monde en famille ou entre amis...

J'aime ces deux aspects de la plaisance, ces deux mondes...

24 sept. 200916 juin 2020
0

Investissement
Un bout-dehors et la panoplie complète :
- Foc ou solent autovireur
- Genaker
- spi asymétrique

Mais, ce n'est pas donné...

24 sept. 2009
0

Bon, dans l'ordre...
Quel est l'état des voiles que tu as déja ?

si tu dois en remplacer, c'est laquelle que tu dois remplacer en premier ?

La GV à corne ? Attention, comme cela a été déja dit, difficile à régler et nécessite du matos solide, notamment au niveau de la drisse, du rail et du chariot d'écoute.

je ne te conseille pas de changer une GV en état correct pour une GV à corne, le gain n'est pas suffisant pour justifier le coût.

Le plus efficace ? Ajoute un gennaker sur balestron. Le balestron se bricole (le mien, je l'ai fait avec un vieux jockey pool trouvé à ship occase). Il te faut un emmagasinneur (pareil, trouvé pour rien chez ship occase. Et puis la voile elle même... Le gennaker est une voile trés polyvalente, facile à manier, facile à envoyer et trés puissante. Elle est particulièrement efficace dans le petit temps.

Maintenant pour que cela à un sens, il faut que le gennaker soit au moins 30 % plus grand que le génois léger que tu as déja.

Sinon, attaque direct le spi. Sa plage d'utilisation est un brin plus réduite. Par contre, dans la plage 100 - 150° il est imbattable.

Mais franchement, du jour où j'ai eu un gennaker, le spi sort bien moins souvent.

Jacques

24 sept. 2009
0

ils sont en quoi ?
Dacron simple ? laminés (c'est à dire avec un film de mylar entre deux taffetas) ?

Je te demandes cela parce que les laminés sont beaucoup plus resistants qu'ils n'en n'ont l'air. La voile reste en forme trés longtemps, même si, d'apparence elle est pourrie parce que tachée, sale...

Je suis intéressés par le choix que tu feras sur la voile à corne ou pas. C'est une question que je me pose aussi.

J'avais dans l'idée de refaire mon solent cet hiver et ma Gv l'hiver prochain. Alors l'idée de la corne me tournait dans la tête.

Erendil a 20 ans et son gréement aussi. J'hésite un peu à augmenter la puissance de la GV. Je me pose aussi la question des chariots de lattes. Actuellement, j'ai des patins plastocs comme coulisseaux et j'en suis bien content. Mais je ne suis pas certain que cela fonctionne pour une GV à corne. Passer à des chariots billes coutera aussi cher que la voile...

Pour infos, je commande mes voiles chez Brice Berthier, All Purpose. Il m'accorde 20% de réduc si je commande longtemps avant (genre trois mois ou plus).

Jacques

24 sept. 2009
0

j'ai un mat
tournant.

24 sept. 2009
0

impeccable je ne sais pas...
mon mat, tournant donc, 7/8éme est composé de barre de fleche non poussante, pas de bastaque, la rigidité du dernier 8éme, non rigidifié par le losange donc est-elle suffisente pour encaissé ce gain de surface dans les hauts ?

Autre question d'ordre plus pratique: pour ranger sa gv ? la latte forcée superieure en biais celle qui fait la corne est-elle facilement "demontable" pour plier convenablement sa voile sur la bôme ?

24 sept. 2009
0

Quelques infos supplémentaires
si ça peut aider au shmillblick ;-)

[i]Il existe beaucoup d’arguments pour et contre ces deux types de voile :

Une grand voile à corne a plus de surface, à longueur de mât (guidant) égale, mais un élancement plus faible,

La corne permet un meilleur contrôle de la grand voile par son vrillage et bénéficie d’un effet d’auto régulation lors de survente,

Le haut d’une grand voile à corne est plus tolérant, dans les conditions d’angles d’attaque plus faible (vrillage du haut de la grand voile), et donc, crée moins de trainée induite,

La corne donne un meilleur rendement aérodynamique dans la partie supérieure ou le vent est plus fort (gradient de vitesse), [b]la corne ne va pas améliorer la portance mais va réduire la trainée[/b].

Il est impossible d’avoir un pataras fixe avec une grand voile à corne, d’où la nécessité de bastaques qui compliquent les manœuvres,

A surface égale, une grand voile à corne a un mât plus court, ainsi le centre de gravité du gréement, et le centre de poussée de la voile sont plus bas, [b]ce qui augmente la raideur à la toile (stabilité)[/b],

Une grand voile à corne est généralement plus difficile à gréer et à ranger à cause des lattes qui soutiennent la corne à l’horizontale.
[/i]

Source =&gt www.finot.com[...]es.html

Et ici également, sur un 49er ( mais le principe doit être le même ):
www.voilesetvoiliers.com[...]nt/1550

[i]v&v.com : Quel intérêt a la GV à corne ?

SC :Pour ce qui est de la corne, elle favorise l’ouverture de la chute. Lorsqu’il y a du vent, le 49er est donc plus maniable. Au portant, la différence est flagrante ; la chute étant mieux tenue, les trajectoires s’améliorent – les tornadistes avaient fait le même constat lorsqu’eux-mêmes avaient adopté les GV à corne. Au près dans les petits airs, par contre, les choses se corsent : tenir la corne demande une attention plus importante. Mais dès que l’appui est fait, le 49er [b]gagne en cap[/b] et en vitesse par rapport à avant.[/i]

Finalement, c'est ce que je retiens.
Avec une GV a corne, on peux mettre un mât plus court, ce qui forcément abaisse le centre de gravité, donc rends le bateau plus raide a la toile, donc moins de dérive, gain en cap... :-)

ps) [size=5]J'ai peut être encre dis une counerie[/size] ;-p

24 sept. 2009
0

Moluva
ton yacht, c'est pas "Orange"?... tu navigues pas sur une patte en permanence....Par contre, l'apéro est une des figures les plus probables sur les allures arrivées , les orteils en éventails remplaceraient à merveille la GV à ces angles de vent, et un bon spi symétrique qui passerait à (bonne) volonté d'un bord sur l'autre ferait un équipage parfait avec ta fainéantise! un gennaker (sur emmagasineur ou pas)est une voile trés spécialisée, et surtout trés puissante pour le grément! mouflage de drisse (solide!) obligatoire!
angle d'utilisation restreint...Les voiles à corne sont une mode sur les bateaux de croisière à mon avis sans grand intérêt! privilégies plutôt des belles coupes pour des voiles classiques aux détails bien soignés , genre renforts bien placés, protection contre le raguage etc...Ton boat sera la plus jolie des filles avec sa nouvelle belle robe! ;-)
tchinn!

24 sept. 2009
0

Et c'est l'intérêt du cata
S'amuser à aller vite en préservant le confort...;-)

24 sept. 200916 juin 2020
0

un tangon ??????
pour quoi faire ?

sur un cata, on a deux etraves qui servent aussi bien pour un spi symetrique que pour un assy.... ;-)

25 sept. 2009
0

;-)
Y'a des fois ou je devrais " retourner 7 fois le clavier " avant de cliquer sur OK...

J'sais pas pourquoi j'ai mentionné le tangon...

Mon manque d'expérience surement :heu:

:-)

25 sept. 2009
0

il y a quelques catas oldschool
qui emploient le tangon (iroquoi, hobart, certains naviplanes).
Je ne sais pas trop pourquoi d'ailleur, c'est tellement simple sans, surement pour pouvoir faire du vent plein arriere.

25 sept. 2009
0

Pour chercher du vent plus en avant de le GV
Ce qui limite un peu le devent de la GV

25 sept. 2009
0

avec des réserves
j'ai pratiqué les deux solutions et au final il me semble, avec le même spi, que la solution balestron est plus efficace.

Le spi est mieux tenu.

L'idée qu'il faut décaler le spi lattéralement n'est vraiment juste que pour les monocoques qui descendent, doucement, vent arrière avec un spi symétrique derrière une petite grand voile.

Nous, on va plus vite au grand largue et c'est cette allure qui permet le meilleur VMG.

La forme de l'asy, avec le point d'écoute plus arrière ne marche pas de toute façon trop abattu. Ce n'est pas qu'un problème de dévent, mais surtout d'aspiration par la grosse dépression logée dernière nos énormes grand voiles.

C'est pour cela que le spi se dégonfle par le milieu. C'est la dépression, pas seulement le dévent. Et un tangon ne change rien à ça, l'étrave non plus. La solution, c'est d'avancer le spi. d'où le balestron.

Jacques

25 sept. 2009
0

Voiles pour multi habitable
Pour alimenter le sujet, voici ce que j'ai sur mon azuli, mât 6 m2 pivotant (je suis parti autour de la Méditerranée et vis à bord depuis 2 ans).

GV 56 m2 en Hydranet, 4 ris mouflés ; Génois 33 m2 en sandwich pentex, ; Spi asy lourd 80 m2, 180 gr, au capelage sur boute hors (2,37 m, carbone, un reste du temps des régates !) ; spi symétrique médium 168 m2, 120 gr, en tête ; Drifter en tête sur boute hors 45 m2, pentex 380 gr; Gennaker mylar-kevlar-carbone 92 m2, 260 gr, en tête, sur boute hors ; trinquette auto-vireuse en sandwich pentex 22 m2, 320 gr, une tôle, avec ris à 11 m2. Les spis sont en chaussette ce qui sécurise les manœuvres. Toutes les drisses sont en dyneema (sinon elles cassent) de 14 sauf celle du gennaker (qui sert aussi au drifter et au spi médium) qui est en 18. Pas mal de voiles et solides, mais çà permet d'avancer dans le petit temps au lieu de faire appel à la risée Volvo. Mais évidemment c'est du travail (je suis seul) et il faut compter 20 ' de suée pour envoyer le gennaker ou le drifter. Paradoxalement j'hésite moins à envoyer les spis, surtout le médium qui n'est pas sur boute hors, car c'est moins de boulot. Juste 2 bras et 2 écoutes qui sont tout le temps à poste. Que des surfaces raisonnables donc et surtout un plan de pont complètement modifié pour pouvoir tout gérer seul dans la piaule. Parce qu'inévitablement un jour on se retrouve sous spi dans une rafale à 40 nds et... faut faire avec.J'ai ainsi traversé à plus de 20 nds l'estuaire du Tage avant de pouvoir aller chaussetter le spi.
Quand j'ai fait faire une nouvelle GV pour partir (Incidences Brest, remarquable et pas si cher que çà, surtout pour de l'hydranet qui est vraiment le top pour la croisière ou même la course au large), je n'ai pas voulu de corne car le gain est relativement minime en optique croisière et par contre, affalée, la corne dépasse et est emm... Pour faire une économie de gros sous, de poids (les voiles c'est lourd), d'encombrement (sur nos petits catas), on peut opter pour un gennaker assez plat pour pouvoir remonter presque jusqu'au bon plein. C'est sans doute un bon compromis et évite le gennak ET le drifter. Mais s'il me faut donner la priorité à l'un, ce sera au profit du drifter pour avancer au près dans le petit temps, la pire allure pour un cata où sa performance est directement liée au rapport surface de voilure/déplacement.

J'oubliais:
Dans le gros temps très portant, au large, pour dormir tranquille, je mets 3 ou 4 ris dans la GV, la borde dans l'axe, comme çà elle aide la tenue du mât (doubles bastaques blindées en +), ne gêne pas mais reste prête s'il faut brutalement changer de route, j’envoie la trinquette que je tangonne (eh oui !). Et je descends dans le vent, peinard et peux aller dormir (encore une fois, au large et je suis seul et suis donc organisé en fonction). Un retour des Açores musclé m’a vu ainsi 2 jours à 9,3 de moyenne sous trinquette et mât aile par 45 nds de vent, sans pilote, la route étant très stable (et le pilote hs !) et la vitesse bien maîtrisée dans les déferlantes. 160 ° du vent et de la mer. J’ai pu dormir ce qui aurait été impossible autrement. Mon tangon fait 6 m de long (carbone Ø 125, cloche Harken). Hyper costaud. Pas académique mais efficace.
Je ne cravate plus mes bosses de ris (qui sont évidemment mouflées mais sur anneaux alu sanglés à la chute ; mieux que les poulies et plus léger, technique des 60’ open). J’ai simplement augmenté la résistance de mes bosses : Dyneema de 16 et je ne vais plus jouer les funambules sur la bôme (qui dépasse la poutre arrière de 50 cms sur mon canot’). La bosse d’amure de GV haute est en Kevlar de 18.

Difficile d’être bref pour être précis.

Bon vent

25 sept. 2009
0

Erratum
Pardon, dernière ligne lire bosse de point d'écoute et non d'amure, of course !! Sinon ce serait un cunningham (lequel est un palan 8 brins kevlar de 14 mais qui ne me sert pas souvent)

25 sept. 2009
0

Toujours un privilège de lire les posts de Baami
Je suis vraiment impressionné par les tailles des drisses, 14 ou 18 mm en dyneema sinon ca casse

Je me demande comment ils font pour que ca tienne sur les gros. j'ai visité Gitana à San Francisco en 2008 , le gréément courant était gros' à vue de nez des diametres de 30 ou 35 mm peut etre 40 mais pas plus pourtant par rapport à un azuli les efforts doivent etre des dizaines ou centaines de fois plus importants

25 sept. 2009
0

Expérience sur multi léger
de 8,70 m de long, open, 900 kg. GV classique, sans corne (je n'en voudrais pas, rapport avantage/inconvénient négatif sauf pour bateau spécialisé régate). Solent à ris et spi symétrique envoyé sur bras ecoute sans tangon. Le spi comme ça, je trouve mieux qu'un asy (que j'ai utilisé aussi). Le trou, c'est le petit temps au près entre 45 degrés et 70 degrés. Je pense qu'un génois léger en tête aurait bien marché jusqu'à 10 kn, après plus besoin.

25 sept. 2009
0

Toujours rester en laminaire sur la GV et les voiles d'avant
Tout est dans le titre

&gtReste biensur la possibilité de tirer des bords de &gtlargue pour eviter le grand largue (et biensur le &gtvent arriere que je ne pratique pas).
En fait tu as déjà la solution :-)

Z'ai mit une etoile a chacun, car tout le probleme est là. A partir du moment où les voiles sont en écoulement turbulent il ne reste qu'un seul moyen trouver le maximum de surface, d'où spi.

Mais il vaut mieux un spi plus petit, avec un creux réduit qu'on puisse utiliser au portant au largue (Gv et spi encore en laminaire).

25 sept. 2009
0

sur un petit multi
j'ai choisi (et choisirait encore) de virer l'enrouleur, ainsi on envoit la voile de son choix sur l'etai et diable que c'est plus simple et confortable que sur le petit triangle av instable d'un mono.

Sur un plus gros multi (au dela de 10m ?) la poutre médiane semble être l'ideal mais le cout d'une telle installation ne doit pas être négligeable.
Pourquoi pas une patte d'oie entre les deux coques ? Avec pour effet de relever un peu le point d'amure de la voile de brise ce qui est un point positif si grosse mer.

25 sept. 2009
0

oui
la solution de la pate d'oie sur les coques me semble la meilleure.

Mon problème est la fixation de l'étai laragble sur le mat! Pas de place entre la sortie de drisse, les fixations des haubans et autres triangles avant, et l'enrouleur....

J'ai un peu laissé tomber pour l'instant...à tort

25 sept. 2009
0

salut
Eric

Tu n'as toujours pas résolu ton problème?

Rassures toi moi non plus

25 sept. 2009
0

oui
pour le bas, c'est exactement ce que je ferai.

Pour le haut???

Dès que je rentre, je fais une photo du probème

Bon week end

25 sept. 2009
0

oui
cette chape est l'idée qui m'a été soufflée. J'ai un peu peur de la solidité d'une telle pièce, si elle est vraiment réalisable.

Il faut que je vois avec un pro de l'inox local

Pour le bas, j'avais fait une photo prise sur un cata de assage ici.

Dès que je peux je la fait passer sur HEO

25 sept. 2009
0

non
bien sûr, il n'est pas question d'envoyer les deux ensemble.

Mais l'effort n'est pas si bien appliqué sur une chape double, il me semble?

25 sept. 2009
0

oui
en effet

merci quand même

15 mar. 2010
0

EXEMPLE DU PIANA 30:
Découverte tardive de ce sujet de discussion ...
Au cas où notre expérience pourrait servir, voici ce que nous faisons en option "gros temps" pour nos PIANA 3O:
- Petite patte d'oie en cable monotoron ancrée sur la poutre avant, de part et d'autre de l'ancrage d'étai; longueur faible, juste de quoi échaper le tambour de l'enrouleur;
- Ancrage du bas-étai sur le mat, juste en dessous de la barre de flêche frontale (type guignol) car le haubannage de tenue de profil du mat du CH 30 est à un étage de BdF poussantes avec guignol frontal;
- Bas-étai largable en monotoron avec longueur calculée pour qu'au repos (position stockage), la fixation du bas-étai tombe en pied de mat;
- Au moment d'utiliser le bas-étai, fixation rapide de celui-ci au haut de la pantoire (cf ci-dessus) avec croc-pélican et mise sous tension par ridoir à volant;
- TMT/Trinquette classique, à mousquetons, avec drisse dédiée;
Avantages:
* on peut raidir correctement le bas-étai (important vu l'usage prêvu),
* la pantoire restant à poste, la manip va trés vite,
* la trinquette se trouve surélevée de la hauteur de la pantoire (70/80cm) et se trouve ainsi dégagée de la plupart des paquets de mer,
* le capelage se trouvant à peine à mi-mat, le centre de voilure de cette voile de (grosse) brise n'est pas élevé, évitant de donner une composante de gite trop prononcée.

25 sept. 2009
0

Salut tout le monde,
en plus de cet intéressant débat sur les garde-robes de portant par vent maniable , que pensez-vous qu'il faille adopter pour faire du près (autant que possible ....) dans la brise , au delà de 30 Kn ? Beaucoup de monocoques installent un étai largable pour une petite voile d'avant , et ils ont bien raison .

Sur un cata , si on veut ancrer un étai largable , vaut-il mieux choisir :

  • la poutre avant , juste derrière le tambour d'enrouleur du génois ? pas terrible.
  • placer une poutre médiane allant de la nacelle à la poutre avant ?
  • .... avez-vous d'autres idées ?

Amitiés , Eric .

25 sept. 2009
0

Voiles au près dans du vent
Sur un cata particulièrement, c'est la voile d'avant qui tire le bateau au près. C'est pour cela que le solent est tellement pratique dans la bris.

La coupe d'un solent fait qu'il ne recouvre pas.

S'il a un ris, la chute se trouve même effectivement bien devant le mat.

Sur Erendil, je porte solent et GV haute au près jusqu'à 22 nd de vent. Après, je prend un ris dans la GV, puis un 2ème, puis le ris du solent, puis le troisième ris (hypothèse d'école, puisque cela fait longtemps que je serai parti au portant me cacher ailleurs puisque le vent est déja à plus de 35 nd).

La solution d'une trinquette est séduisante si on a effectivement un rostre ou une poutre axiale entre le mat et l'étai. J'avais pensé aussi à la pate d'oie reculée (il faudrait la mettre un bon mètre derrière le capelage de l'étai) mais je bloque sur sa fixation (pas de cloison ou de point costaud à cet endroit sur les coques). L'idée serait d'avoir la patte d'oie préte à l'emploi, avec un étais largable à frapper dessus, la patte d'oie servant également à amurer la trinquette.

Mais je pense que la complication du bordel ne vaut la chandelle que pour un gros cata, disons plus de 12 m. En dessous, la solution solent à ris + génois léger me semble suffire.

Sinon, oui, virez vos enrouleurs. Un solent à ris bien taillé garde une forme superbe et efficace. Et puisque l'on a dit que c'est la voile d'avant qui tire le bateau...

Jacques

25 sept. 2009
0

Salut Claude,
Hé non, toujours pas résolu , comme toi ... Mais si on s'y met tous , on va y ariver , regarde :

Une patte d'oie volante, solidaire de la trinquette , why not, mais alors avec 3 points d'ancrage :
- deux latéraux (un sur chaque coque, sur le bordé, à la manière d'une cadène de galhauban)
- un médian , sur la poutre , là où est aussi fixé l'étai : cet ancrage médian éviterait de voir le guindant de la voile se balancer d'avant en arrière (n'oublions pas qu'il s'agit d'établir une voile de brise , plutôt au près... le cata va tanguer sérieux).

Si on fait une telle patte d'oie avec du textile magique genre PBO , une fois la voile super étarquée , et bordée, ça devrait donner une bonne stabilité au point d'amure .

Bon, reste maintenant à trouver de la place sur ton mât ... t'as pas une photo de l'embouteillage "capelage d'étai + fixations haubans + sorties de drisses + etc " , histoire d'y réfléchir un peu ?

Bonne soirée à tous , à + , Eric.

25 sept. 2009
0

et doubler le capelage d'étai
c'est pas jouable ?

L'idée serait de trouver ou faire faire un machin qui aurait d'un coté une simple chape pour aller dans le capelage actuel, et de l'autre coté une double chape, pour l'étai normal et le bas étai.

L'idée de rajouter une troisième jambe à la pate d'oie est bonne. Un truc qui évite à l'ensemble de reculer avec la tension de l'écoute, donc repris sur la poutre avant, genre au capelage d'étai ou au point d'amure du génois.

Jacques

Jacques

25 sept. 2009
0

Solidité
En fait, tu n'auras normalement pas les deux étais qui travailleront ensemble (boire ou conduire, c'est bien connu, donc soit le génois dans le médium, soit la trinquette dans la baston. Si tu mets les deux, c'est qu'il n'y a pas trop de vent).

Donc cela doit tenir la traction de la pièce actuelle.

Le truc doit être jouable, et se trouve même peut être au fond d'un catalogue sparcraft ou selden.

Jacques

25 sept. 2009
0

Un pro de l'inox à LR,
qui est aussi un ex ingénieur de chez Porsche ... Il m'a fait de très belles pièces pour "Chez Laurette" (le voisin de "Prince" à l'époque, remember ? ) , et plus récemment aussi pour "Baby Lou" . Il a toujours des idées et un excellent "bon sens mécanique" , va le voir de ma part :
Reinhold , son mail = contact@asmer.fr .

A+ , Eric .

PS : suis-je bête, il y a 90% de chances pour que tu le connaisses déja ?

26 sept. 2009
0

Diamètres "blindés"
Bonsoir,
Toujours coincé par le mauvais temps dans le sud de la Calabre… Il pleut, il pleut, encore un peu et je me croirais sur la Rance ou à Carantec !!! Température différente quand même !
Pour répondre sur le diamètre de mes drisses comparées à celles des 60’, il faut comparer ce qui est comparable. Au temps de la régate, tout était en dyneema de 12, voire 10 pour le petit spi et la trinquette et le rocambeau de boute hors et çà tenait la saison. Après, …peut-être mais le risque de casser en course me faisait tout changer. Je suis ainsi parti en croisière à l’été 2005. Espagne, Portugal, Madère, Açores, retour St Malo. Autour de 4000 miles. Mes drisses qui avaient environ 9000 miles (2 ans grosso modo) ont toutes cassé, sauf celle de gennaker déjà en 18’et qui est toujours là) … Donc maintenant je blinde (et ne suis plus emm… encore que je raccourcisse régulièrement en coupant en tête de mât ; celle du gennaker est mouflée et à titre info j’ai éclaté la poulie alucarbon de mouflage, rupture 11 tonnes, à 20 nds, vent travers un peu serré avec 18 nds de vent réel, il y a quelques années, ce qui donne une bonne idée de la charge). Sur les 60’, ils font une course et changent tout, ils peuvent donc alléger un peu et ne pas prendre de risque. Les forces en jeu sont évidemment énormes, bien supérieures à celles d’un azuli (que je ne mets plus sur une coque ; c’était marrant pourtant) mais la différence est surtout dans le changement régulier du matériel, ce que je ne fais plus. Il me faut donc du costaud pour naviguer tranquille. Mes haubans en dyneema sont, par exemple, en rupture à 23 tonnes !! A 12 t comme à l’origine, je ne gagnais pas 1 kg par hauban, alors, pourquoi se priver, j’ai rajouté des boucles à mon épissure. Cà blindait et diminuait le fluage initial. J’ajouterai que l’azuli est un cata particulièrement physique (plus que le Freydis, par exemple) et surtout s’il est un peu boosté ; cas du mien même si je l’ai assagi.
Autre exemple des efforts qu’on peut avoir dès que l’on muscle un peu son canot’. En juin 2004, je change ma GV. La nouvelle est celle qui est en photo sur le club multi HEO (kevlar, mylar, carbone ; elle a quand même duré 2 ans !! Quand on aime..). Donc, légère, très puissante, très raide. Je la monte sur les patins d’origine, en ertacétal. Des petits boulons de 5 les traversent et viennent se boulonner (3 filets) sur l’attache inox qui porte les boîtiers de latte. On envoie la belle GV devant St Malo et c’est parti vers Cowes pour aller expliquer aux roastbeef qu’ils vont prendre une déculottée bretonne (ce qui fut le cas d’ailleurs !). Et… avant la sortie du chenal, tous les coulisseaux ont lâché. Les boulons ne tenaient plus sur leurs filets. L’effort était trop grand. Démontage, remontage du tout avec des boulons plus longs et cette fois-ci des écrous de l’autre côté. Cà n’a plus bougé. Comme quoi, les efforts augmentent très vite.
Je note une question sur la trinquette. J’ai résolu la fixation d’amure par du bout’ dyneema enzymé de 8 (3T la rupture) passé 4 fois autour de la poutre (les poutres composite de Lerouge sont énormes comparées aux classiques profils alu) et reprise pour ne pas se balader en latéral par une ferrure. Un palan d’étarquage 4 brins dyneema de 10 tire sur l’étai mobile qui porte en permanence la trinquette (impossible à endrailler dans le filet quand çà piaule) et est renvoyé sur un winch au cockpit + bloqueur. C’est plus que blindé mais dans le gros temps çà ne me lâchera pas (et çà ne coûte pas cher ni n’est trop lourd). J’ai eu une patte d’oie en câble inox qui traversait le filet pour s’accrocher sur les padeyes des moustaches de boute hors. Emmerdant au repos pour les virements sous génois même si c’est une bonne solution éprouvée. Mon système me va bien mais je ne prétends pas qu’il soit parfait notamment à cause de l’encombrement de la trinquette en sac dans le filet. L’étai de trinquette se retrouve à 25 cm derrière l’étai du génois, en fonctionnement.
Et nouvel erratum : Mon drifter est en 280 et ma trinquette en 380. Errata, plutôt, il y avait 2 erreurs…
Bon vent, moi je n’en manque pas et aimerais que çà se calme pour repartir sur Lipari et la Sicile. A+

26 sept. 2009
0

baami, je parlais du gros Gitana de 33 metres !
Pas d'un malheureux 60 pieds !

L' azuli c'est vraiment un bateau puissant et sportif et joli en plus

Sinon Lemonchois n'avait pas prévu de changer du gréément courant entre new york et san francisco puis le Japon

J' y étais

www.latitude38.com[...]y.lasso

26 sept. 2009
0

enfin j'étais à l'arrivée
j'ai fait des allez retours sur le ferry sausalito san francisco pour le voir passer lentment la ligne. l'année d'avant on avait eu géronimo qui lui était passé un dimanche en fin d'apres midi à fond. on lui avait réservé un acceuil chaleureux

les 2 sont vraiment splendides, gitana ayant en plus un coté yacht, une finition supérieure à Géronimo et meme une cabine de l'armateur !

26 sept. 2009
0

lipari
Gelso au sud de Vulcano est un mouillage sympa, ainsi que Salina (bonne boulangerie) et Filicudi.
J'ai fait cette route cet été mais dans l'autre sens.

22 oct. 200916 juin 2020
0

Deuxième photo,
le mousqueton de l'emmagasineur est ouvert, et un petit palan déporte l'amure vers l'étrave au vent.

22 oct. 200916 juin 2020
0

Je reviens sur le sujet
des voiles , et sur l'essai de déporter l'amure d'un gennak sur l'étrave au vent , par petit temps et au delà de 140° : un petit essai tout récent s'est révélé assez concluant, et vraiment simple !

Il suffit de gréer un petit palan entre l'amure du gennak et l'étrave au vent , puis libérer la fixation du "nez de cochon" du tangonnet, et zou , ça lui donne un petit air de spi (pas très ventru c'est vrai, mais en tout cas c'est bien mieux comme ça pour le vent arrière quand on n'a pas encore de vrai spi !)

Amitiés à tous , Eric .

PS : première photo , amure classique du gennak sur le tangonnet

22 oct. 200916 juin 2020
0

Troisième photo,
le gennak prend des allures de spi ... plat, mais ça le fait !

23 oct. 2009
0

Patte d'oie avec spi assymétrique
Sauf que sur YAPUKA (LAGOON 410) nous utilisons un petit spi assymétrique 70m² . Le point d'amure est relié a une patte d'oie passant par des poulies fixées sur le nez de chaque coque. Résultat spi propulsif jusque 160 170° ça dépendant de la vitesse du vent plus il souffle et plus on peut descendre.
Jean et Evelyne sur YAPUKA
yapukalecata.fr[...]

24 oct. 2009
0

OK, c'est intéressant
ta patte d'oie entre les 2 étraves.

Mais lorsque tu es vers 110° - 120° , je suppose que tu règles alors l'amure au centre : avec ou sans bout dehors ?

A ce moment là, si il n'y a pas de bout dehors ,
est-ce que l'amure de ton spi ne risque pas de frotter sur le génois enroulé ?

A plus , Eric .

21 jan. 201016 juin 2020
0

Pour manoeuvrer seul et avoir de la perf dans le petit temps
on a un vrai casse tête !
Beaucoup a été dit, et de beaux échanges.
Sur un petit multi, on a des choix difficiles à cause de la taille de la plage avant qui ne supporte pas 3 étais... l'idéal sans doute.

Sur Drop 26 (1,4 t à vide et sans doute 2 t en charge), j'ai changé pour le mat "racing de 12.25 m, et j'ai mis le solent sur enrouleur, car après un essais en baie de Quiberon sur le Challenge 30 de Gérald, j'ai bien vu que dans la piaule, 40n, on n'a pas du tout envie de rester à manoeuvrer sur la plage avant particulièrement étroite de ce tri.
J'ai fait poser par Henri Chemineau (artisan exceptionnel contact@chemineaucomposites.com à St Malo)un bout dehors télescopique de 1,20 m pour positionner un très beau genacker mylard pentex carbonne (conseil de Benoit Crépin armor.voiles@wanadoo.fr à St Malo).
La configuration s'avère particulièrement efficace.
On a donc :
- GV en laminé de 36 m²
- solent auto vireur de 14 m² en maliné aussi
- genack de 38 m², très raide : de 50° à 110° (et même 35-40° dnas les petits airs)
- spi léger de 80 m² dans chaussetten double écoute et double bras
- tourmentin 4 m²

Le spi est indispensable, et ne pas écouter ceux qui vous disent qu'un multi va si vite que tirer des bords de largue sous génack est aussi bien. Faux. On ne va pas si vite que ça, même en faisant gaffe au poids. Pegasus, mon Drop 26, navigue sous genack à 10 - 15 n certes, à 110° max, mais on est mieux sous spi à 150° à 8 - 12 n.

Le genack est sur enrouleur et le solent sur emmagasineur. Je peux garder les deux voiles à postes, sans aller sur l'avant.
Dans le gros temps (j'en ai eu pas mal), le solent sur bout dehors ne bronche pas ... il faut juste qu'il ne se déroule pas. L'affaler c'est mieux !
Pour avoir pas mal navigué seul, je peux dire que cette combinaison est extra. Surtout un solent autovireur avec lequel tu tire des bords sans rien toucher si ce n'est la barre !

J'ajoute à la config que je prends le 1er ris à 30-35 n ce qui donne une idée du confort avec lequel on vit. Le boulot sur les voiles, c'est surtout le spi, car enrouler le solent pour passer sous génack dès qu'on attaque les 70°, c'est cool.

Les premières années (j'en suis à 5 saisons), je n'utilisais le genach que jusqu'à 80°.
L'an dernier, j'ai gréé une poulie sur un système largable pour utiliser la magnifique coupe triradiale au près dans les petits airs, ... et ça a marché !Malgré donc un fort recouvrement, on a gagné plusieurs noeuds sur des eaux désespérément lisses. Il reste à fourer les extrémités de barres de flèches !

En effet, sur un tri, l'acoute de genack aura son point d'acoute fixé sur les flotteurs, donc usage maxi 70° du vent. Pour aller en deça, il faut déplacer le point d'écoute. Il faut donc "prévoir" une écoute temporaire, dont le point d'attache au pont est fixé sur le bordé de la coque centrale, et largable.
De toute façon, les écoutes de mon génack passant par l'extérieur de la voile, on ne peut pas virer avec les écoutes "de bases".
Et puis ce bricolage n'est que pour les petits airs, cad &lt 12-15 n. Au-delà, le solent a assez de puissance au près.

Je suis actuellement tenté par un renouvellement de ma GV qui baille désespérément sur le guindant au près. Et, un voilier renommé de me proposer une corne.
Il parait qu'il y aurait un "système" permettant de déclipser facilement la latte à 45°... A voir.

22 jan. 2010
0

Salut à tous ,
et merci à Bus de faire remonter ce fil intéressant . Ta configuration Solent + grand triangle avant + spi me paraît idéale aussi , c'est d'ailleurs ce que je suis en train d'adapter sur mon cata : je vais changer le génois pour un solent un peu plus petit, en Hydranet , et j'ai reçu il y a quelques jours un superbe Code 0 Incidences , qui devrait booster le bateau de 0 à 12 Kn du près au largue . Au delà , gennaker , ou spi.

Il me semble que pas mal de catas très efficaces (Gunboats, le nouvel Outremer 49 ) ont adopté cette disposition : le génois va-t-il disparaître ? Réponse dans quelques années.

En quel tissu est ton "Gennak " que tu décris "très raide"? Si tu le portes jusqu'à 50° du vent, et même moins dans les petits airs , certains maîtres voiliers appelleraient ça un "Code 0" ; mais peu importe l'étiquette , pourvu qu'on ait l'ivresse, pas vrai ?

Le premier ris à 35 kn , t'es sûr ?
Waoo , ça fait rêver. Amitiés à tous , Eric .

15 fév. 2010
0

Arme de guerre ...
parceque plate et rigide , entièrement d'accord avec toi , et c'est là que les tissus quasi indéformables prennent toute leur valeur : le bateau est transformé .

Encore, avec ton tri tu avais dès le départ une petite bombe ; moi je n'ai qu'un cata de croisière un peu lourd, dont le seul avantage pour les performances est d'avoir des lignes d'eau très fines ... merci Gino Morrelli !
Et je l'ai gonflé au mieux avec une garde robe high tech, il est méconnaissable ; c'est rigolo de voir la tronche de certains zozos un peu trop sûrs d'eux , quand ils voient une "caravane" dopée leur passer sous le nez (j'exagère à peine !) .

Comme quoi une bonne carêne et de grandes ailes , ça file : ne pas se fier aux apparences!

Amicalement , Eric .

15 fév. 2010
0

J'ai un génois léger en Trilam
Il est magnifique.

Deux points à signaler, Rémy Aubrun qui trace les voiles chez AP m'a conseillé de faire gaffe aux UV, c'est à dire de ne pas le laisser en vrac sur le trampo au soleil. C'est d'ailleurs facile, comme il pèse moins de 10 kg il n'y a pas de pb à le ranger dans son sac à l'intérieur.

Par contre, et je vais regarder ça de plus près, j'ai un peu l'impression que le renfort de point d'écoute se décolle.

Jacques

16 fév. 201016 juin 2020
0

Point d'amure
de mon genack / code 0.
Le bout dehors en carbonne, télescopique, a magnifiquement été réalisé par Henri Chemineau, artisan à St Malo.

07 fév. 2012
0

Pour la protection des UV, j'ai trouvé une idée pas mal l'été dernier. Je me sert simplement de mon taud de GV, que je met comme un taud de foc. En fait, le foc reste endraillé avec ses mousquetons, je le plie en accordéon sur le trampo, et je met le taud comme si l'étai était le mat. Trés content de mon coup, cela s'installe en 2s.

Jacques

14 mar. 2010
0

oui
J'ai croisé Samuel hier soir, tu aurais pu faire un petit coucou. Surtout que Philippe d'incidences est un copain également

14 fév. 201016 juin 2020
0

Genak Pegasus 38 m²
Le tissu c'est du "PX10, finish 1.5 mil, poids 3.6 oz" de chez Dimension Polyant".
&gt un milard avec fibres pentex et carbone.
Oui, c'est sans doute proche d'un "code 0", mais ma demande initiale au voilier (Armor Voile St Malo) était un genaker en coupe triradial.

Je suis actuellement en train de faire une recherche pour changer GV + solent. Je prends conscience que mieux une voile est taillée en coupe orientée, triradial, et avec un tissus non déformable, plus elle est performante c'est une évidence, mais sûre aussi, dans le sens où ne "pochant" pas, elle de favorise pas la gîte.

C'est peut-être par ce que que j'ai de "belles" voiles (GV et solent en triradial, DC555 UVM, finish 1.0 mil, poids 6.5 oz &gt milard fibre pentex et tafetas dacron) que je peux les garder jusqu'à 35 n sans ris.
Mais pour être précis, cette donnée c'est par mer peu agitée. Sinon, par mer formée : 1er ris à 25-30 n.
Le tri "permet" ça, car tu "contrôle" l'enfoncement progressif de ton floteur sous le vent. Ce qui me fais prendre le ris, c'est presque plus quand je sens la poupe se "soulever" et le floteur sous le vent qui disparaît nettement sous l'eau. Là, tu sais que tu es à la limite de la limite !!!

Pour l'ivresse oui, ce genaker est une arme de guerre ! Une voile sûre parceque plate justement. Donc à l'oposé d'un spi qui tout d'un coup t'embarque et deviens incontrôlable à la barre. Le genak est la plus belle voile d'avant d'un multi, notament quant tu recherche la performance en vitesse. :-p

Je m'otiente actuellement vers des voiles en TRILAM, un procédé français (proposé par All Purpose à la Trinité), proche du 3DL, mais beaucoup moins cher !

15 fév. 2010
0

Salut Jacques,
pareil que toi : le conseil de la voilerie INCIDENCES pour mon Code 0 en mylar/spectra est le même: ne pas laisser traîner aux UV.

Donc j'emmagasine et range dans un coffre quand il ne sert pas ; si flemme ou conditions changeantes, on affale et on met dans un sac sur le trampo ; 47 m² c'est pas encore trop grand, volume raisonnable à ficeler.

En revanche, les gars de la voilerie sont maintenant très sereins sur la résistance au vieillissement des collages, même s'il est préférable de rouler que de bouchonner !

C'est vrai que ces voiles sont magnifiques : la photo du gennak (ou plutôt Code 0 ) de Bus-Pegasus est superbe ; on en veut d'autres .

Amicalement, Eric .

14 mar. 2010
0

Rencontre avec Incidences et All Purpose
Cette semaine, je suis allé rencontrer ces deux voileries de renom. On est sur des approches différentes.

L'objectif soumis : obtenir sur GV et solent autovireur le maximum de puissance &lt 15 n de vent tout en conservant l'usage de ces deux voiles pour la croisière et le baston.

Incidence m'achemine sur du PE 20 optic de chez DP, avec un assemblage triradial. C'est le même tissu que mon genak, en plus costaud. Donc du pentex dans un sandwich mylar gris (qui protègerait un peu des UV).
Exit le même produit avec un fibre kevlar parce que trop raide (...).
C'est un très beau tissu le PE.

All Purpose m'a tout de suite orienté sur du TRILAM "TT 95 Laminé Twaron double taffetas gris", soit une fibre kevlar (Twaron) et "un seul" fil mylar, le tout bien protégé par le double taffetas. Il y a surtout le fameux "tissage" unique pour chaque voile, en 5 membranes (paneaux cousus), soit un entre chaque latte de ma GV. Proche du D4 donc.
Exit le PE parceque plus fragile pour un usage en croisière.

Les deux voiliers proposent tout de go une GV "à corne", en expliquant que dans les raffales par mauvais temps, et comme en planche, la corne plie et s'efface dans le vent. (a voir !)

J'ai été plutôt très perturbé par ces deux approches, sur des budgets assez proches.
Le TT trilam, aura une durée de vie bien plus longue à tout points de vue : kevlar au lieu de pentex, et double taffetas. C'est moins "beau" qu'une voile en mylar transparent, mais ça fait "plus croisière" c'est sûr". Le Trilam a tout de même un atout esthétique (un critère à ajouter à mon choix) dans les très belles courbes dessinées par le tissage en continu des renforts, ce qui se voit très bien par transparence (trop beau !).
Mais le Trilam avec son double taffetas devrait afficher un poids supérieur. A quantifier.

Je poursuis mes recherches.

14 mar. 2010
0

Incidences sinistré.
Ca faisait de la peine de voir la voilerie dévastée par la tempête, avec tout un plancher foutu en l'air, et tout le monde au turbin. J'ai eu du mal à imaginer l'eau dans les rues le long du chenal qui mène au vieux port de LR.

15 fév. 2010
0

Oracle nous a démontré l'intéret d'un gréement performant
Alinghi n'a fait que compter les points en sa défaveur.

15 fév. 2010
0

Priorité aux extrèmes
Je renchéri avec cette conscience qu'on ne peut pas ne pas avoir : "le plus dur est dans les extrèmes" :-(
- petit temps : même si les multi y sont naturellement performant, il faut des voiles excellente pour réellement avancer
- forte brise et gros temps : il faut des voiles super rigide pour garder la finesse à la barre et ne pas se faire emporter !

Côté UV je confirme que ça vaut le coup de soigner les voiles. Mon genack (effectivement comme un code 0) est sur enrouleur. Ainsi, il est très facile de l'affaler : je couche le boudin sur un des trampolines, puis je le plie en acordéon tous les 1 m. J'obtiens ainsi un tas de spaguettis que fais facilement entrer dans le sac. Ledit sac étant fixé ensuite sur le trempo, sous le vent du bras avant pour réduire sa traînée aérodynamique (y a pas de petites économies de pertes de perf !).
Après 5 saisons, le mylar a un peu jauni, mais la coupe est toujours superbe !
Initialement, en 2005, le voilier (Armor Voile St Malo) m'avais dit 5 ans. Je pense qu'on peu faire 2-3 saisons encore sans soucis.

Par contre, autant le solent est correct, autant la GV est défoncée sur le guindant. Elle n'a tenu réellement que 3 saisons, et il est impossible de l'étarquer depuis.

Quelqu'un aurait-il un avis pour la GV (fullbaten + corne) entre du Kevlar, du Trilam (TT 95, ou 3T 95) ?

16 fév. 2010
0

Normalement c'est ca
www.chemineaucomposites.com[...]/

Mais un autre site semble si être glissé à la place

23 fév. 2010
0

Las, Chemineau Composite n'est plus...
Chers amis, j'ai le déplaisir de vous annoncer que le sieur Chemineau, grand expert es composite, vient tout juste de m'apprendre qu'il avait arrêté son entreprise à Saint Malo fin 2008.
Je l'ai eu au tél tout à l'heure, et il semblait douloureux pour lui de parler de cette rupture avec un travail qu'il affectionnait particulièrement.

Il est à Paris en ce moment, et j'y suis également. Je lui ai proposé de dîner ensemble demain soir. Je vous donnerai des nouvelle ensuite.
Le site ne devrait plus être actif m'a t-il dit.
:-( :-( :-(

16 fév. 2010
0

Tangonet carbone splendide ,
aurais-tu l'amabilité de me donner le mail de ce Mr Chemineau ? J'envisage l'ajout d'une petite poutre de compression entre ma poutre avant et la nacelle : en effet, la compression est acceptable avec le gennak car je le rentre en deça de 80° du vent, mais avec le Code 0 , le vent apparent devient vite plus pointu, on borde, et on comprime beaucoup plus : interrogés, les gars de Sparcrarft sont plutôt rassurants, mais ça me tentait depuis un moment de gagner quelques kilos en changeant mon tangonnet alu pour du carbone ; et tant qu'à faire , je me rassurerais en ajoutant un tube longitudinal pour reprendre la compression de la poutre .

Mail perso = catamangos@yahoo.fr .

Merci d'avance , amicalement, Eric .

16 fév. 2010
0

Ah oui
c'est bizarre ce truc . Je vais essayer tout bêtement henri.chemineau@wanadoo.fr , ça peut marcher !

24 fév. 2010
0

je viens de commander un nouveau foc
en PX10 (mylar) coupe triradiale 3 lattes avec augmentation de la surface avant, pas chez le moins cher, mais chez celui qui ma parlé voiles et non chiffon.

Pour ma part pas de dacron pour un multi, ces bateaux la tirent trop sur les voiles.

Alex

24 fév. 2010
0

Ces nouveaux "tissus"
sont diaboliques , c'est sûr , et ce serait effectivement dommage de s'en priver , surtout sur les catas qui défoncent le Dacron.
Mais je vais devoir tempérer un peu mon enthousiasme ... vous allez lire ci dessous la réponse de Gino Morrelli à ma question "la puissance du Code 0 risque-t-elle de faire fléchir ma poutre avant , qui n'est pas renforcée d'une poutre de compression ?" (en gros, c'est ce que je lui ai demandé , je ne vous ferai pas l'injure de traduire mon english très school!)

Ma question à Gino Morrelli :

Good morning mister Morrelli,

first , excuse my poor english : it was not so easy to learn english in french school !

Second , my question is : is there a risk to bend the crossbeam when using a powerfull sail (such as a laminate Code 0 , when going upwind ) , because of too much pressure from the bowsprit right in the middle of the beam ?

This concerns my Leopard 40' , wich doesn't have a lengthway beam to reinforce the fore beam : so that the bowsprit stress might cause a flexing, and why not bend or break the crossbeam ?

I usally sail with a Gennaker , that doesn't give too much stress in the sheets when going downwind or no closer than 90° : no problem till now ; but now I've just received a laminated Code O, terrific and very efficient sail ... you can sail close to the wind, boat speed increases more and more, apparent wind increases too, you get the sheets tightened , it's nice to feel the cat alive ... but I don't want to down the mast if breaking the crossbeam : should I reinforce the crossbeam by adjusting an aluminium tube between the crossbeam and the boat himself (near the anchor chain locker ) ?

What's your opinion ?

Thank you so much for your advice , Eric

Sa réponse :

Dear Eric , Thanks for the email.

Yes it is probably a problem to add a Code 0 to this type of boat without a fore and aft compression tube. The loads of these sails is really high and can cause problems for the mast as well. I would not suggest using this type of sail.

The mast and beams were not designed for these loads and will probably break something even if used in only light upwind sailing.

If you have any other questions, please feel free to ask.

Sincerely, Gino

Voila , la messe est dite : en gros, pas de souci pour un Gennak de 95 m² en polyester très léger (2.2 Oz) , mais un Code 0 de 47 m² en laminé sera trop puissant ; je vais désormais le réserver aux tout petits airs , et essayer de trouver quelqu'un capable de faire une jolie petite poutre de compression en carbone , comme aurait pu le faire Mr Chemineau !

Alex , tu as une poutre de compression sur ton bateau ? Amitiés , Eric .

25 fév. 2010
0

héhéhé ,
voila donc la solution : le tri !!

27 fév. 2010
0

Merci Bus
pour cette info sur Mr Chemineau . Too bad .

T'as raison côté marmailles ... ils vont me fendre le crâne si je change le cata pour un tri ... et j'avoue que j'aime bien les voir à l'aise sur un bateau cool . (Clarivoile, faut pas te moquer des Privilèges , voyons ...)

Bon ; soyons sérieux : c'est vrai qu'on trouve des tubes carbone tout prêts (Selden) , mais ce que je ne sais pas , c'est où trouver les terminaisons ?

Pour fixer cette poutre de compression longitudinale ("fore and aft beam" pour Gino morrelli) , je pense à un système tout bête de chape : le tube de carbone serait pourvu d'une chape à chaque extrémité, et ces chapes viendraient se poser sur des platines posées l'une sur la poutre , l'autre sous la nacelle : un gros axe inox entre chape et platine, et le tour est joué ! Je ferai facilement souder des platines inox , mais les "embouts chapes" pour le tube, là, je ne vois pas !!! Quelqu'un aurait une idée ??

Merci beaucoup de votre aide , amitiés , Eric .

24 fév. 2010
0

Désole j'ai une coque centrale
et pas de poutre !!!

Pour l'Aquilon il était équipé d'une poutre de compression qui provenait d'un profil de bome.

25 fév. 2010
0

ou
un Privilège :-)

26 fév. 2010
0

Des news de Chemineau
Voila, j'ai rencontré cet excellent à Paris hier. Il a dû effectivement arrêter son chantier au début de la crise, fin 2008. Il retravaille dans l'enseignement de la voile, ce qu'il adorre. Il sera à Dunkerke 7 mois, puis dispo pour d'autres projets.

Je précise à Babylou qu'il existe des tube carbonne "tout prêts", qu'il faut juste "implanter" pour renfocer ton crossbeam (tu nous fais bûcher l'anglais naval - merci !).

... Tu viendra au tri peut-être donc !
... Mais avec la marmaille visible sur ta photo, c'est pas pour tout de suite je pense !

27 fév. 2010
0

non, non
Eric, je ne me moque pas, car je les aime bien, ces Privièges; en tous cas sans commune mesure avec des Lagoons par exemple!

14 mar. 2010
0

Extrémités en ertalon
Sur mon bout dehors rétractable en carbonne, l'extrémité est dans un polyamide de type "ertalon" (ceci est le nom d'une marque je crois).
L'ertalon peut être travaillé au tour dans la masse pour l'adapter exactement à ton tube.
Dans mon cas, l'ertalon pénètre de 5-7 cm dans le tube de carbonne, et on a 5 cm à l'extérieur qui prolongent le tube. Cette dernière partie est percée par un gros anneau en inox sur lequel je frappe mon genaker. En 5 saisons, rien n'a bougé sur cette fixation.

28 fév. 2010
0

Sur Caen je connais un chantier qui peut faire cette modif en composite
Grand Largue Composite, c'est un copain qui tient le chantier, il fait des truc vraiment sympa. Il travaille par exemple la fibre de lin c'est vachement beau. Il travaille le carbone aussi, strat en voie humide, sous vide ou infusion. C'est un ingénieur composite qui préfère travailler la matière que gratter du papier.

Bon j'arrête là, sinon on va dire que j e fais de la pub.
www.grandlarguecomposites.com[...]/

28 fév. 2010
0

Merci Tangnard
pour cette adresse ; je vais aller voir le sîte.

T'as raison Clarivoile, les Privilèges ont le mérite d'être bien construits et répondent super bien à un programme de croisière "pulmann" : je ne dis pas qu'un jour...avec plus de sous dans les poches et moins d'énergie dans les pattes ...qui sait ? Amitiés à tous, Eric .

22 mar. 2010
0

Mes dernières recherches - TRILAM - D4 - PE
Chers amis. Après avoir rencontré les voileries Incidences à LR et All Purpose à La Trinité, voici quelques éléments à chaud, que je fais l'effort de résumer, car c'est dur de s'y retrouver, et parceque formuler m'aide à avancer !

  • mon tissus actuel (5 saisons), du laminé DC (DC555 UVM, finish 1.0 mil, poids 6.5 oz) malgré une partie de fibre en pentex, n’a tenu que trois saisons sans déformation o il faut donc s’orienter au moins vers du tout pentex, voire mieux
  • une GV à corne donnera toujours plus de perf, mais pas que par la surface o flux plus laminaire sur la hauteur (là, c’est technique, et j’ai pas pris de notes !) o par petit temps on capte bien mieux le vent dans les hauteurs (là où il y en a !) o… il faudra prendre un ris plus vite (actuellement 25 n pour le premier au près)
  • Le pentex (PE) et surtout le kevlar (Twaron sur le Trilam) s’allongent beaucoup moins o Donc il vaut mieux payer plus cher, mais garder de la perf sur du plus long terme o D’ailleurs mon genack en PE est toujours superbe (certes moins usité que la GV !)
  • Le Trilam et le D4 se déforment moins parce qu’ils ont très peu de coutures (5 paneaux, ou « membranes » pour la GV, au lieu de 30 ou 40 pour mon actuelle en coupe orientée « triradiale »)
  • Le kevlard est plus sensible aux UV que le pentex o Dans la solution « TT » de All Purpose, le kevlar est protégé par un double taffetas gris traité anti UV o Mon genack en PE a très légèrement jauni, mais se porte pas mal
  • Une solution « film – film » comme le PE sera plus fragile o Aux pliages o Au ragage o Aux chocs divers sur pièces dures o Là aussi, mon genak en PE est encore superbe, mais il a droit à un traitement de jeune fille : max 30 n de vent, toujours roulé jamais plié. Pour une GV … on peut augurer d’une souffrance plus importante du tissu notamment dans la navigation avec la surface arrisée
  • Les solutions film / film comme le PE sont alourdies par ce plastique (mylar) qui pèse et n’offre pas de résistance mécanique o D’où la solution développée chez Trilam de ne mettre qu’un seul film au lieu de deux – intéressant donc en poids (nos multi y sont très sensibles !)
  • Le taffetas o Il parait plus que raisonnable de prendre une solution « double taffetas » pour une nav de croisière, afin de mieux protéger contre « pliures, déchirures, chocs » nos voiles o … même si une voile transparente comme le PE, ça me fait craquer ! o Mais la beauté à contre jour des fibres orientées du Trilam ou du D4 est aussi appréciable !
  • Les formes arrondies des fibres sur les paneaux donnent un look franchement très haut de gamme et esthétique … et avant-gardiste face au classique tri radial ! … et là aussi, j’aime bien être différent et pas « en retard » !

En conclusion, je m’oriente sérieusement vers le Trilam. C’est rigide, léger, et adapté croisière en version double taffetas.
Je vais essayer d'aller visiter l'usine qui fabrique le Trilam, car c'est à Najac, à 1 h 45 de Toulouse ! A bientôt.

:-D :-D

23 mar. 2010
0

RDV avec Pascal Rossignol, concepteur du Trilam
Merci pour ta réponse et ces infos précises sur ton jeu de voiles actuel.
Je note pour l'insigna, car effectivement sur mon D26 (sans doute même pb sur les multi), dès 110°, la GV porte fort sur les bastaques / galhaubans. Je vais aussi gainer ce cable.

J'ai pris rdv ce matin avec Pascal Rossignol, le concepteur du Trilam, que je vais voir dans ses locaux à Najac ce vendredi. C'est à 1h 45 au nord de Toulouse. Je fais tout pour me forger une opinion, forte d'analyses et de techniques, mais aussi d'humain car je n'ai pas assez de connaissances techniques pour apprécier les belles analyses des pro de chez Incidences ou AP.
Tu vois en plus si peu de gens "de croisière" en Trilam ou D4... :-(

Pour la corne, ... ça va changer le look tout en rondeurs de ma GV actuelle, et si je passe en Trilam ou en PE, ce sera dans les deux cas du gris ! Classe peut-être ! En tout cas, à défaut de me pomponner comme ma femme et mon adolescente de fille, je vais changer la (garde) robe, et je rajoute une jupe... tout ceci n'est-il pas dignes de bons soins féminins ? :-D
Donc je passe à la corne (touche masculine ?), avec un peu d'apréhension tout de même. Certes, comme en planche, ça "devrait" vriller dans les rices, et je prendrai aussi un ris plus tôt.
A vérifier les "nouveaux" charriots pour décrocher la tête de ma^t.

Alors certes, je fais ceci pour avoir une belle puissance dans les tous petits airs, mais le D26 ne fait que 6,5 m de large, a des floteurs corrects, mais ça n'est pas un avion de chasse fais pour naviguer sur une pâte !

Je poursuis mes recherches et je rendrai compte.
Bye,
Bus.

23 mar. 201016 juin 2020
0

Maitriser l'option corne
n'est sans doute pas aisé, et je te remerci de cette vigilance. Il faut y aller pour en causer certes, mais il faut aussi "en revenir" pour en causer !

Oui, le jeu des maîtres voiliers, dès qu'on leu parle de trou de puissance dans les petits airs, est tout de suite d'aller sur la corne, sans hésitation. Curieux au demeurant, parceque j'ai apprécié que ledit maître chez Incidence (François Girard), quand j'ai parlé de deux projets pour mieux se mouvoir par petit temps, à savoir rallonger par une jupe et changer les voile, m'a tout de suite dit : "d'abord, rallonger la coque".
Honnête pour un voilier. ;-)
C'est d'ailleurs ce que je vais faire (Maître Boudon au travail dans 15 j. !).

Je sens bien qu'il faudra être prudent.
Sur Pegasus, j'ai un gros rail Lewmar, visiblement bien fixé. L'écoute est du standard : à revoir peut-être, mais ne faut-il pas laisser un peu de souplesse par ci par là sur les différentes composantes du gréement ?

Je n'ai pas de halle bas, et je n'ai plus envie d'en mettre, justement pour bien laisser vriller le haut de la GV. D'accord ?

Alors pour finir, on sent que si on veut sortir du classique, tu te sens aspiré par l'histoire et son modernisme, voire son avant-gardisme. Difficile de lutter. C'est fort l'histoire de notre vie !
A suivre !

24 mar. 2010
0

oui
complètement d'accord avec toi, Jacques

25 mar. 201016 juin 2020
0

Grosses turbulences
La photo se passe de commentaire !
En fait, le D26 aurait été "coupé" à 7,99 m pour une question de jauge de course (mini je crois), ... alors que c'est un bateau de croisière !

Donc oui, on traine beaucoup d'eau en deçà de 8n de vitesse ; car à environ 9 n, l'eau est éjectée grâce à la vitesse. Mais par petit temps, c'est parait-il comme si on traînait un sceau !!! :-(
Oui vu avec Vincent et Samuel de NF3. Je n'ai pas de contact avec l'archi (Patrice Baudry). Mais la jupe sera très appréciable pour sûr.
Env. 70-80 cm.

Le moteur sera déporté de 50-60 cm, donc malheureusement augmentation du tangage par poids aux extrémités, mais augmentation de la surface mouillée et donc de la portée. L'un devrait bien compenser l'autre ! J'espère ! ;-)

25 mar. 201016 juin 2020
0

Plan de jupe - complément des voiles !
Yes !
Tu pense gagner combien en vitesse ?
Au chantier, on me répond entre 0.5 et 1 n. Ce qui serait pas mal sur 5 à 10 n de vitesse par petit temps, ça ferait +10% !

Voici mon plan du projet pour info.

La complexité sur Pegasus est de garder la jupe "ouverte", pour permettre le relevage du safran à l'échouage. Le boitier du safran est donc ici "prolongé" pour fermer la jupe en son milieu.
J'avais vu sur un F24 (dont j'ai les photos) un système identique, mais sur 20 cm de long seulement. Ici, on devrait finir à env 80 cm !

Je suis tout excité sur ce projet, qui va changer la ligne du bateau, l'acoulement, et, ... supprimer le "bruit" du gargouillment sur l'arrière.
On aime aussi la mer à la voile pour le silence et la fluidité non ?

Livraison fin avril... A suivre ! :-D

02 avr. 201016 juin 2020
0

Place au TRILAM !
Visite donc chez Pascal Rossignol, fondateur de CLM, inventeur du TRILAM, vendredi 26 avril.
Isolé dans l'extraordinaire campagne aveyronnaise, Pascal m’a accueillit avec beaucoup de courtoisie. Les grands bâtiments de son usine sont un peu « secret », mais j’ai pu voir le TRILAM en fabrication, assister à la pose des fibres une par une par l’immense bras piloté par ordi, et voir ainsi une voile se construire. :-p

Ce qui m’a choqué, c’est d’assister à une naissance, et non à un process industriel !
Oui, je reste marqué par la vision de cette voile qui prend forme, fibre par fibre, déposées en courbes ou en ligne, d’un seul trait, … magistral, si esthétique.
J’ai compris ensuite qu’au-delà de la beauté du produit fini (une GV de 40 m² comme la mienne serait composée de 5 membranes, … au lieu de 50 pièces cousues sur une coupe orientée classique !), il s’agit de parler de résistance mécanique, de précision et de longévité.

Pascal m’a fait tester la résistance des différentes fibres à l’allongement, dans cet ordre ci (à peu près) : nylon, pentex, twaron (kevlar), vectran, spectra-deenyma, blacktechnora (carbone).
Incroyable de voir un fil de pentex s’étirer de 1 à 2 cm sur 10 m, et le vectran qui bouge à peine de 2 mm…
Très bon aussi de savoir que le super carbone toujours autant à la mode, est un produit cassant et dangereux donc ! :-(

Viennent ensuite les considérations sur le mylar, cette feuille de plastique « qui sert à emballer les fleur » comme dit Pascal, soit un produit sans aucune valeur technologique, si ce n’est son étanchéité à l’air : il y en a au moins une feuille dans toutes les voiles en laminé, pour assurer l’étanchéité. Pas au plan mécanique, c’est nul pour sûr. De plus, ça pèse un max ! ;-)

La construction d’un tissu de voile devient alors un monde de fibre à choisir, pour leur résistance mécanique et aux UV, mais ensuite vient la technologie de l’assemblage. Pascal utilise au lieu de deux films de mylar, un seul, puis de la colle et un « utex », sorte de taffetas super léger. Je ne donnerais pas de secret de fabrication, car l’appréciation dépasse mes capacités cognitives en la matière.
Ensuite, les fibres sont précontraintes, cad tendues avant encollage final. Le rêve !
La voile est ainsi indéformable. :-D

On a beaucoup parlé de performance aussi. Il semble qu’un tissu doit être indéformable pour donner le meilleur de lui-même, dans le petit comme le gros temps. C’est le réglage qui changera !

En conclusion, et modestement, j’ai surtout apprécié de prendre dans ma main les tissus, pour m’approprier ce qui au départ ne consistait qu’à des lignes de montants différents sur les devis que j’avais reçus de part et d’autre, avec toujours le fameux critère « plus cher c’est donc mieux » ! Mais mieux que quoi quand on n’a pas de base, si ce n’est que je ne reviendrai jamais au DC qui a tenu 3 saisons à peine, ou plutôt comme me l’a expliqué Pascal Rossignol, il a tenu jusqu’au premier baston, car une fois étiré, il ne revient pas !
La rencontre avec le TRILAM, ce fut comme boire du vin après ton premier cours d’œnologie : tout d’un coup, le vin n’a plus le même goût, tout d’un coup tu te sens plus fort, tu maîtrise les concepts, tu jouis de la connaissance, et le plaisir n’est plus dans la matière mais dans l’intensité de joie qu’elle te donne. On est loin d’un devis ! ;-)

Et vive l’émotionnel, … aux bases si scientifique ! :-D :-D :-D

02 avr. 201016 juin 2020
0

Rond de foc
C'est effectivement essentiel d'obtenir un recouvrement entre la chute du foc et le mat.

La solution d'un rond de foc est trés bonne.

Cela peut juste poser un problème dans le tout petit temps pour faire passer les lattes de la chute (surtout que j'ai un guignol sur la face avant du mat), mais avec un petit coup à prendre, ca marche quand même.

Jacques

12 avr. 2010
0

Le Trilam est un concept à intégrer intellectuellement...
En fait Babylou, le Trilam est une façon bien différente de concevoir premièrement le tissu, puis deuxièmement la voile.
Il me semble intéressant d'essayer de se remettre en question quand à nos références, et c'est sans doute là, comme pour toutes les révolutions technologiques (j'y vais un peu fort ?), que tout se joue. ;-)

Je suis déçu par mon DC de chez Dimension Polyan, car la GV a bien tenu sa forme 3 saisons (45 j/an) seulement... :-(
Et en réactualisant ma facture de 2005, on a en 2010 pour 20 à 25% plus cher du Trilam INDEFORMABLE avec un protection croisière double taffeta... ! ;-)
Ca parle non ?
Pour ma part, je n'ai pas encore affiné avec AP, mais pour 45 J de croisière par an, je m'oriente vers une voile protégée par un tafeta très léger (Utex 0,5 ou 1), afin d'avoir une performance maximale par petit temps (voile légère).

Pour ta question sur ton solent, ça serait intéressant que tu pose la question à AP, car avec le Trilam, et je l'ai vu de mes yeux :-D
!, tu peux doser toi-même le type et la quantité de fibre déposées par le bras du robot piloté par l'ordi. Donc sans doute y a t-il des combinaisons intéressante à étudier pour le programme de ton solent.

12 avr. 2010
0

voileries speciale tri
Je suis de cet avis cad que sachant que les tri tirent bien plus sur les voiles que les mono j'ai donc épluché les sites des voileries . Quelques uns affichent une spécificité multi mais quand on gratte il s'agit souvent d'équiper des gros cata ou des tri type 60 pieds . Le seul - à ma connaissance - qui a un discours technique plausible spécifique tri est UK Halsey avec en plus des photos de corsair équipé .

Sachant qu'UK Halsey france est à 5 km de chez moi je m'en va les consulter pour quand j'aurais le budget . Je suis un peu comme Bus horreur de me trainer dans la pétole . On verra ce qu'ils proposent , je vous tiens au courant .

12 avr. 201016 juin 2020
0

Le trilam et ris
Le Trilam, comme les autres technologies "membrane" , permet une grande souplesse de depose de fil . Il est envisageable d'intégrer à la structure principale une (ou plus) passe de fils correspondante à la position du solent avec 3 tours par exemple, au même titre qu'un ris spécifiquement tissé dans une grand voile.
Par rapport à des voiles panneaux, c'est une garantie de meilleur vieillissement de la voile enroulée.

Un rattrapage de creux ne pose pas de problèmes sur ces voiles.
Rémi

14 mar. 2010
0

Le site n'est pas mis à jour
Il y a des spécialistes de la communication, d'autres pour le composite... :-) :-)

22 mar. 2010
0

Ouhlala, il y en a des choses...
Déja, Jean Pascal, sur ta voile actuelle en DC, j'aurais tendance à trouver le grammage un peu léger. J'ai le même pour mon solent de 14 m² et j'ai du 77 pour la GV de 32 m². Cela explique peut être la déformation. J'avais volontairement choisi un tissu lourd.

Les membranes (Trilam ou D4) sont quasi indéformables. Cela se sent d'ailleurs quand tu bordes. Tu sens immédiatement quand ca tire, écoute à la main. Cela se joue à 3 cm d'écoute. J

'ai un génois léger en Trilam. La membrane n'est pas protégée par un taffetas, il est donc vraiment léger (je dirais qu'il pése, lattes comprises, moins de 10 kg, surement 7 ou 8, pour 22 m²). Malgré cela, même dans le petit temps, c'est incroyable la puissance qu'il dégage dès que tu le bordes.

Tu as raison de te méfier du ragage, mais cela se règle facilement avec des panneaux de protection en insigna. C'est un truc à bosser lors de la conception de la voile, en réfléchissant aussi bien voile hissée que sur le trampo.

Le taffetas est essentiel pour la protection anti uv. Si tu choisis une voile sans taffetas, alors il faut la ranger dès que tu ne t'en sers plus. Je souhaitais un double taffetas pour mon génois léger, c'est Remy Aubrun qui a finalement choisi un Trilam sans taffetas pour des raisons de souplesse, le même avec taffetas aurait été trop raide et trop lourd. Mais la contrainte est importante. Il faud le ranger.

Cela dit, c'est acceptable, ce n'est pas une voile que je porte en permanence, contrairement à la grand voile. Elle est donc moins exposée au UV. (j'ai un solent donc en DC, un génois léger en Trilam, un gennaker en nylon (avec un tissage serré, pas comme un tissu à spi) et un asy).

Deux choses encore.

J'ai un doute sur le point d'écoute de mon génois léger. C'est un panneau collé formé d'un film avec, noyé, plein de kevlar, de carbonne et de je ne sais quoi en étoile, dans l'idée de ce qu'était le cuben fiber. J'ai eu un peu l'impression qu'il se décollait (cela ne se voit pas, si c'est exact, le décollement se ferai au milieu du panneau). Il y a un agent AP pas loin de chez moi, mais je n'ai pas eu le temps de lui montrer. J'irais bientôt. Je n'ai pas la moindre idée, si c'est vrai, de comment cela peut se réparer.

Je ne connais pas Incidence. J'aurais aimé, mais le commercial local (basé à St Trop), m'a planté deux lapins aux deux rendez vous que nous avions. C'était il y a 7 ou 8 ans. Je ne peux donc pas en parler. Mon jeu en DC avait été taillé à cette époque par Technique Voile, et j'avais déja eu un bon contact avec le commercial sud est, et on avait bien travaillé sur la conception des voiles (c'est justement avec lui que l'on avait convenu de monter le grammage et que j'avais commencé à mettre de l'insigna partout en renfort).

Je suis trés satisfait, et c'est un euphémisme, de la relation avec Brice Berthier et Rémy Aubrun de AP. Je ne les ai jamais rencontré. Nous communiquons uniquement par mail et téléphone. Mais les conseils sont, tu l'as vu aussi en parlant avec eux, trés intéressant, les points de détails sont tous abordés et traités, tu es informé de l'avancée de ta voile, qui arrive à l'heure prévue trois mois plus tôt. Pour mon génois, Rémy m'envoyait en mail des modélisation de mon gréement dormant pour travailler ensemble sur le passage des barres de flèche ou la position de la poulie fixe d'écoute.

Quand à la GV à Corne, c'est à toi maintenant de nous dire ce que cela donnera. Je n'en ai jamais eu. Et tu sais surement déja ce que l'on en dit, la voile vrille dans les rices, ce qui éviterait la surpuissance, et les nouveaux chariots seraient facilement ouvrables pour liberer la dernière latte et ferler la GV. Mais bon, c'est ce que l'on dit !

Jacques

23 mar. 2010
0

La corne sera un plus indéniable MAIS
L'écoute de GV va souffrir. Il faudra passer à un beau cordage (si ce n'est pas déjà fait) avec un minimum d'allongement si tu veux profiter pleinement de cette puissance. De même les points d'ancrage de l'écoute de GV devront peut être être renforcés ou vérifier selon ce qui dira Samuel Boudon (sur Tancrede le proto du Normanni37 les ancrages se sont arrachés lors de la dernière Fastnet à cause de la puissance de la corne).
Une corne n'est facilement arisable dans la baston, il reste donc toujours un peu de toile une fois la GV affalée.

Bref c'est un super jouet mais il faut tout de même ce méfier de quelques points. Pour ma part je prendrai l'option.

24 mar. 2010
0

Hale bas
Vu la longueur de ton rail, un hale bas ne me semble pas inutile. J'ai un rail de 3 m, et le hale bas me sert vraiment, au point que je cherche à remplacer le 4 brins par un 6 brins...

Je pense qu'une corne a vraiment besoin d'un système puissant pour fermer la chute. Sinon, elle risque d'étre trop vrillée, et de perdre justement le bénéfice de la surface supplémentaire.

Ralonger la coque ? Est ce que tu traines de l'eau ? Si ton sillage est plat, c'est inutile, je pense. Tu alourdiras l'arrière, et te compliquera la vie avec ton moteur.

Cela dit, sur ta photo, la flottaison a l'air plus haute que le coin du tableau arrière. S'il est comme cela en navigation, alors tu as certainement le sillage qui remonte, et une jupe t'aidera.

T'en as parlé avec l'archi ou avec d'autres qui l'ont fait sur ton bateau ?

Jacques

25 mar. 2010
0

J'ai le même probléme sur le mien
une jupe est en cours de fabrication.

02 avr. 201016 juin 2020
0

Plan de voilure GV - solent
Avant de vous commenter ma visite chez Pascal Rossignol qui fabrique les process TRILAM, voici un plan de voilure de mon Pegasus, traité par Anders Lewander de chez North Sails en Suède.
Il a astucieusement créé un arrondi sur la chute du petit solent, qui contribuera sans doute à la dynamique GV-foc.

On est sur des bases de 40 m² pour la GV et 13,5 m² pour le solent.
La suite avec les tissus de chez TRILAM.

02 avr. 2010
0

Trilam, suite encore
J'ai donc un génois léger Trilam coupé par All Purpose. Dans ce que tu décris, c'est une version à priori vectran, avec comme tu l'explique un seul utex sur une face et pas de tafettas de protection.

La coupe est superbe.

J'avais signalé un problème de délaminage du renfort de point d'écoute (c'est une pièce rapportée trés chargée en fibre carbone et kevlar).

Après l'avoir montré à l'agent AP de Port Pin Rolland, oui, le renfort est bien délaminé, et oui, cela se répare simplement en le cousant en étoile.

Je ne sais pas pourquoi, par contre, il s'est délaminé en deux ans.

Jacques

02 avr. 2010
0

merci bus
pour ton suivi de « l'étoffe des héros » dont je garde précieusement note.

11 avr. 2010
0

Merci Bus pour ce compte rendu
aussi bien senti !

Ca donne envie de se pencher sur le Trilam .
Sais tu si le Trilam conviendrait pour une voile d'avant sur enrouleur , genre Solent destiné à être utilisé à partir de 15 kn réels , puis partiellement enroulé vers 20-25 ? Une coupe avec rattrapage de creux est-elle possible avec ce tissu ?

Tu as l'air déçu par ta voile en DC : pourquoi ?

Merci de tes réponses , amicalement, Eric .

12 avr. 2010
0

et
connais tu le système Genesis de chez Elvstrom?

12 avr. 2010
0

Tu doses le type et la qualité des fibres
Donc comme les autres tissus, si mal calculé, la voile est trop lourde ou pas assez solide. Avoir un bon tissu c'est bien, mais trouver un maitre voilier qui sache dessiner des voiles correctes pour un tri c'est plus difficile. Donc une voile mal coupée restera mal coupé mais elle ne se déformera pas.

Ce n'est pas le flacon qui donne l'ivresse...

Alex

12 avr. 2010
0

utex et taffetas
Attention, dans les voiles trilam, ce n'est pas du tout la même chose ni la même fonction.

L'utex est un tissu extrémement léger qui sert à la fabrication de la voile. Il ressemble à un filet. Il n'a aucune protection contre les UV.

Le taffetas est un tissus fin collé qui sert à protéger le film contre le ragage et les UV.

Sur la comparaison Trilam / DC, je serais plus nuancé. Si ta voile en DC a si mal viellie, c'est d'abord que l'échantillonnage était beaucoup trop faible. Le DC est un tissu costaud qui a fait ses preuves, et mes voiles en DC restent belle au bout de 8 ans. Mais elles sont lourdes.

Le Trilam est trés adapté pour les voiles de petit temps et de médium, qui doivent être légères.

Jacques

12 avr. 2010
0

Salut Rémy
Je me permet de te présenter aux lecteurs.

Rémy Aubrun est un des responsables de la voilerie All Purpose, spécialement en charge de la conception des voiles.

Jacques

12 avr. 2010
0

et
personne ne connaît le procédé Génesis de Elvstrom?

J'ai du mal à m'y retrouver dans tous ces trucs techniques :-), je vais me mettre au vieux gréements!

06 avr. 2012
0

Ma nouvelle GV Trilam TT et corne est arrivée !

Elle est là, à coté !

Demain, je vous raconte l'essai !

Jacques

06 avr. 201206 avr. 2012
0

J'attends cela avec impatience... j'ai toujours pas pris de décision...
N'oublie pas les photos
Merci

06 avr. 201216 juin 2020
0

Voila voila pour patienter !

Jacques

06 avr. 2012
0

tu dois avoir hâte d'essayer cette petite merveille !

09 avr. 201216 juin 2020
0

Et voila !

Samedi et dimanche, un mistral à tout casser, l'occasion donc de revoir à fond l'accastillage :

Graisse qui va bien dans les winchs
Ajout de deux étages de palan en cascade au hale bas (4 brins, trop faible)
Remplacement des billes du chariot (il en manquait d'ailleurs un bon tiers, sorti par une crique de corrosion).

Déja, un premier constat sur la balance. L'ancienne GV en DC pesait 35 kg. La nouvelle, 15% plus grande, mais en trilam TT, pèse 24 kg.

Aujourd'hui, grand beau temps, avec un petit sud.

La voile gréée trés facilement, il suffit de rentrer les chariots battcar dans la gorge de ralingue en même temps que l'on fait monter.

Voila quelques photos, elle me semble un peu plate, mais c'est probablement l'effet voile neuve dans le petit temps. Il y a aussi un réglage de lattes à surement affiner.

Ca manquait un peu de voilier pour s'étalonner, alors pas de vidéo à la Clarivoile, mais bon, à 60° d'un vent de 8 nd, on était quand même à 7 nd. J'avais l'impression que c'était mieux, mais la carène est aussi nickel.

Il y aura le trophée SNSM dans pas longtemps !

Le rangement par contre n'est pas encore au point. Comme il est impossible de décrocher la corne de son chariot, il reste 1 ou 2 m² impossible à affaler. Et pour la ranger, je n'ai rien trouver de mieux que la ferler sur la bome pour la porter sur le trampo pour la plier. A revoir. Je gamberge sur le système où la drisse passe dans le chariot de tête pour rabattre la corne.

Bien content en tout cas.

Jacques

09 avr. 201209 avr. 2012
0

tres belle voile... pour la "platitude", t'inquiets pas, elle va bien finir par se creuser.... et à toi de trouver les bons reglages (avec ton voilier)

10 avr. 2012
0

c'est bien bô.
Pour l'affalage de la corne, une manille textile en lieu et place de la sangle entre la voile et le coulisseau.

10 avr. 201210 avr. 2012
0

Et puis autre problème (En tout cas sur mon canot), même si tu peux descendre le dernier chariot, la corne reste en l'air à cause de la latte; et son extrémité est encore plus difficile à atteindre, je suppose?

10 avr. 2012
0

Oui, c'est une solution possible, mais pas hyper pratique. Le chariot de tétière est trés haut, et il faut escalader pour maniller ou démaniller le chariot de tétière.

Une solution serait effectivement de virer la sangle, de mettre une manille lyre inox sur le chariot, de passer la drisse dans la manille lyre et de la frapper sur le point de drisse. C'est donc la drisse qui fait la liaison entre le chariot et le point de drisse.

Tu affales la GV, la drisse se détend, la corne se rabat.

Mais je ne vois pas bien comment faire le noeud pour qu'il passe dans la manille.

Jacques

10 avr. 2012
0

L'histoire de la drisse, c'est pour ça.

Si tu donnes du mou (ou si tu désolidarise) entre la tétière et le chariot, alors la corne peut descendre à l'horizontal.

Jacques

09 avr. 2012
0

au point de drisse, pas moyen de mettre un mousqueton largable pour descendre la corne ??

09 avr. 2012
0

Pour la corne, une solution serait de mettre une manille à la place de la sangle cousue qui fixe le chariot de tétière sur le point de drisse de la GV. Et même, je réfléchis à un système ou la drisse passerait dans la manille, en coulissant pour donner le mou qui faut pour descendre la corne.

Pour les réglages, pas de souci, effectivement, cela va venir.

La, j'ai l'impression que la latte de la corne est légerement trop étarquée, et que ca fait un peu refermer la chute.

Jacques

09 avr. 2012
0

la forme de la GV est belle en haut, le creux un peu trop en arr dans la partie basse, amha
un pb de réglage de tension de lattes, de bordure ??

09 avr. 2012
0

Il y avait un truc en bas. Je n'ai pas retrouvé la manille du point d'amure, alors j'ai utilisé le croc de ris. Ca explique aussi le plis que l'on voit en bas. Après, oui, il faut regarder les réglages des lattes, et peut être les affiner coté mat pour avancer le creux.

Jacques

10 avr. 2012
0

Et qu'as tu dans le Trilam?

10 avr. 2012
0

C'est du TT 110, les fibres sont en twaron.

Jacques

10 avr. 201216 juin 2020
0

Voila mon problème.

Après avoir dit à tout le monde qu'une GV à corne c'est mieux, j'ai réessayé la mienne, mais elle est vraiment mal taillée (elle était fournie avec le bateau). J'ai essayé de changer des lattes en parties hautes cet hiver (ce que j'avais en stock), mais c'est toujours pas ça (voir photos jointes). En plus le tissu est vraiment léger, elle n'a que 2 ris, merci Lee Sail.
Elle n'est vraiment 'performante' que dans le petit temps et le médium.

Du coup, j'ai vais remettre ma GV classique à rond de chute, mais je perds 6 m². Même si elle est vieille j'ai moins peur de la déchirée dans une rafale.

Je n'ai pas les moyens pour l'instant de m'en faire faire une sur mesure à corne et en composite (sauf peut être chez Lee sail mais c'est pas la peine).

Je regarde donc ce qui se fait et j'ai trouvé une GV neuve pas trop chère chez X voiles (environ le 1/3 du prix). Le client ne l'a pas prise, elle n'a jamais servie. Cette GV est en Dacron et à fort rond de chute. Les dimensions semblent bonnes (à confirmer ce week end).

Que pensez vous de tout cela ?

11 avr. 2012
0

Sur le second cliché, l'angle de prise de vue est tel que l'on ne voit pas grand chose; ça manque un peu de recul. Si j'interpréte bien, la GV ouvre anormalement juste sous la corne?
Ce qui ne peut s'expliquer que par un pb dans la coupe.
Tu pourrais demander à un voilier qu'il vienne voir le résultat pour identifier le pb et reprendre là où c'est nécessaire. 6m², c'est pas négligeable!

10 avr. 201216 juin 2020
0

Au fait un souci de connexion... Matelot@19368 c'est moi avec mon F27

11 avr. 2012
0

La voile en photo, c'est la lee sails ?

Beeh. Moi je dirais de laisser tomber. la coupe radiale ne tiendra jamais le choc, de toute façon. C'est quoi, comme tissu ?

Et pourquoi tant de lattes (j'en ai 5 sur la mienne, qui fait 35 m² !).

Je ne la trouve pas assez volumineuse dans les hauts, c'est un mix entre rond de chute et corne.

L'autre, la X voile, elle est en quoi (dacron tissé ou laminée ?), coupée comment ?

Pour info, la mienne m'a été facturée 4700 €.

12 avr. 201216 juin 2020
0

La Gv X voile est en dacron haut de gamme coupe horizontal 900€ (photo jointe une GV de la même forme que celle en vente)

Depuis j'ai trouvé chez Microsailing une Triradial à corne d'occasion. J'attends d'avoir plus d'info. 890€. Ma préférence si elle rentre au niveau guindant (un très léger doute) et que l'état est bon.

Pour la Lee sail, oui, je laisse tombé. Ce week end elle est déposée de façon définitive. Je vais juste garder les boitiers de lattes Harken pour la prochaine GV.

11 avr. 2012
0

Et ma GV de 20m² en a 6; c'est grave docteur? Hormis dans la pétole au virement de bord lorsque qu'elles ne passent pas toutes sur la nvelle amure, je suis satisfait de leur boulot...

12 avr. 2012
0

les soucis du passage des lattes:

12 avr. 2012
0

Tribal, je dirais, une de trop chez toi, une qui manque chez moi. Mais sur la lee sails, cela fait beaucoup, et donc du poid en haut pour pas grand chose.

Tu peux toujours la prendre pour en mettre trois sur la chute du solent, ca, ca marche toujours bien !

Alex, t'as bien raison de laisser tomber la lee sails, dont je pense aussi qu'il n'y a pas grand chose à en tirer. La corne microsailing triradiale, elle est en quoi, elle ? L'autre, la mini, je la trouve déja bien datée avec son rond de chute, par contre elle doit être belle à régler (lattes intermédiaires, lattes forcées).

Jacques

12 avr. 2012
0

Je n'ai pas plus d'info pour l'instant que sur le site.

www.microsailing.fr[...]ons.php

15 avr. 2012
0

Salut à tous,

J'ai un peu avancé de mon côté. La GV lee sail est remplacée par le Gv à rond de chute pour l'instant. Mesures prises, les 2 Gv trouvés ne rentrent pas sur mon gréement, donc pas de question à se poser.

Pour la Gv à corne contre Gv à fort rond de chute, je me suis renseigné et voici les éléments glanés :
La corne, c'est mieux dans le petit temps, puis au travers et au portant dans la brise. Au prés dans la brise, en revanche, c'est moins performant et plus difficile à régler. De plus une GV à corne est plus difficile à gérer au équipage réduit et surtout à ranger.

Alex

15 avr. 2012
0

intéressant. Pourquoi est-ce moins performant au près dans la brise?

16 avr. 201216 avr. 2012
0

Apparemment le devers est plus difficile à contrôler.

Sur les DF, il n'y a pas de GV à corne d'origine, et je ne pense pas que le choix soit économique sur ces bateaux.

16 avr. 2012
0

pad d'origine, mais les voiliers avec qui j'ai discuté me conseille la corne. Et Incidences LR par exemple, font beaucoup de voile de multi performants!

Pour l'économie, vu les prix des voiles, on est dans la nuance.... :heu:

17 avr. 2012
0

Ben moi, j'aurai parié que la corne était également + performante au près dans la brise; dans les risées, elle s'ouvre d'elle-même.
Je suis d'accord que l'idée initiale est d'augmenter la surface dans les hauts pour aller chercher le petit plus de pression en cas de faible brise mais par bon vent, elle s'efface et amortit les risées.
Enfin, c'est mon ressenti :tesur:

17 avr. 2012
0

J'osais pas le dire et faire cette comparaison osée, mais le comportement de ma voile de planche de 10m² est parfaitement identique à celui de mon tri

17 avr. 201217 avr. 2012
0

si le haut de la voile de planche dévente y a longtemps que ton mat revient droit... et n'a pas de pression ! sur une planche, on blinde à mort le haut de la voile pour ne profiter que du vent apparent et non du réel : + il y a du vent, + on blinde
en voilier, du fait des haubans, difficile d'avoir un mat "spaghetti"... quoique l'on voit des voiiers avec des bas haubans laches sous le vent... grément + souple

18 avr. 2012
0

en fait difficile de faire le // avec une voile de planche et une GV...! je connais bcp + la planche ! + tu étarques au mied de mat, + le haut déverse, et tu ne t'occuppes à peine de la "bordure" au niveau du wish (puissance en bas de voile)
avant, il y a + de 10 ans, onétarquais juste le pied de mat toujours d ela meme facon, et on reglait la puissance (le creux !) au wish... et on changeait de voile tres souvent (entre 3.5m² et 6 m, j'avais une voile tous les 1/2m²....)
sur un voilier , tu peux jouer sur les bastaques, pataras, hale-bas, rail GV, bordure... mais là je suis nettement moins bon !!

17 avr. 2012
0

d'accord avec Tribal... y a qu'à voir les voiles de planches qui déversent un max dans les hauts... histoire d etenir 1m² de + dans les surventes !

17 avr. 2012
0

J'ai eu cette info de plusieurs personnes différentes.

Je pense que quand la têtière s'efface, elle crée plus de trainé, donc moins bien au prés.

Pour une allure, ou la Gv est mon bonne, elle l'est plus dans tout les autres cas, donc globalement plus performant.

Pour la planche à voile, vous oubliez que le mat est souple. Cette 'souplesse' permet que la GV en cas de survente dévente aussi du côté du vent.
Quand le mat reprend sa position car moins de vent, on bénéficie d'un coup pompe en tête de mat donc ça relance la planche.

17 avr. 201217 avr. 2012
0

Je comprends bien : + il y a du vent, + on blinde

Mais pas : on blinde à mort le haut de la voile pour ne profiter que du vent apparent et non du réel

Pour moi, on blinde une voile pour aplatir au max, car il n'y pas besoin de beaucoup de puissance en planche, mais un mini de trainé (sauf si sous toilé). Sur l'eau en planche j'avais souvent la voile plus plate, je partais un peu moins vite au planning que les copains, mais en vitesse pure j'étais souvent devant.

17 avr. 2012
0

C'est expliqué avec test à l'appui sur un même bateau :

www.jpk.fr[...]998.pdf

Page 101

16 avr. 2012
0

Qu'une GV à corne soit difficile à régler je suis plutôt d'accord, ( que ce soit en équipage ou seul d'ailleurs )
pour ce qui est du rangement: la mienne une origine de chez FP prend chrono en main moins de 10s pour la ranger, ou préparer l'envoi de la GV. :heu:
je sais que j'ai une caravane avec un poteau EDF sur le roof et pas une libellule...:langue2: mais j'ai aucun soucis pour la corne de ma GV :-D

16 avr. 201216 avr. 2012
0

Ficelle, quelle solution as tu adopté pour le rangement de la corne. C'est un problème qu'il faut que je règle. Pour le moment, je réfléchis à l'idée de la drisse coulissant dans le chariot de tétière.

Toi, tu as fais comment ?

Je n'ai encore que quelques heures d'expérience de voile à corne, mais je ne vois pas en quoi elle serait moins adaptée au solo. J'ai le même palan d'écoute et le même rail qu'avec l'ancienne voile. Et au contraire, mon voilier me soutient que, la corne ayant tendance naturelle à vriller dans les rafales, on aurait moins la main sur la bosse de chariot avec elle qu'avec une GV classique.

Sinon, c'est quoi, qui est difficile à régler ? J'ai juste remarqué que la corne (donc le haut de la voile) avait tendance à fermer. J'ai mis ça sur le compte d'une latte forcée un peu trop étarquée.

Jacques

16 avr. 2012
0

Ben en fait, la partie haute ferme trop en effet, je n'arrive pas même en ayant la latte complétement lâche d'avoir le dernier penon correct dans les petits airs...habitudes me venant de la régate en monocoque je navigues encore aux penons sur ma caravane, mais ça va me passer avec le temps...:langue2:
concernant la corne le premier charriot du rail est avec un mousqueton à chappe, que je frappe sur l'anneau inox de la têtière
lorsque je libère la tétière la corne se replie toute seule...la latte en diagonale étant prise sur le deuxième charriot
quant à la poulie mouflée elle est aussi avec un mousqueton HR à chappe... et se frappe sur le même anneau renforcé de la tétière.

j'ai le système démonté à bord, surtout que je vais changer ma drisse d'origine par du dynemma... à peine 17000 nts au compteur et elle s'allonge comme du chewing gum...pas possible d'étarquer correctement une GV avec ces drisses de croisière...

j'ai juste changé la poulie de mouflage par une plus grosse pouvant être équipe d'un mousqueton à chappe. ( le poids que je rajoute avec la poulie Carbo Harken et son mousqueton est largement compensé par les x kgs que j'enlève en passant d'une drisse en 14 à du dynemma en 12. )en fait c'est très simple et facile d'utilisation,j'essaierai de vous faire qqes photos...

16 avr. 2012
0

Tu n'as pas de problème pour ouvrir le mousquetons ? C'est pas trop haut ?

C'est pour ça que je gamberge sur un truc automatique. En fait, je remplace le mousqueton par la drisse elle même.

Dans le chariot de tétière, je met une manille lire de la taille de la sangle qui relie tétière et chariot. La manille est juste frappée sur le chariot. La drisse (épissée pour ne pas avoir de noeud) passe dans la manille. Je vire aussi l'anneau sanglé du point de drisse sur la voile, je le remplace par une manille pour pouvoir frapper la drisse épissée (toujours le problème du noeud).

Bon, bref, l'idée c'est que quand tu étarques la voile, la tétière vient bloquer contre la manille du chariot, et quand tu affales, il suffit de donner du mou pour que la corne se rabatte.

Je n'ai pas mouflé la drisse, guindant de 12 m. Ca te suffit une carbo, charge de travail 360 kg, pour une drisse de GV ?

J'ai aussi changé la drisse pour une malomotion en dynema.

Jacques

16 avr. 2012
0

Oups jacques,
J'ai dit une connerie, c'est pas du carbo c'est du black magic en 75 mm ( importé en douce des states...pour quasi moitié prix ! :jelaferme: :policier:)
Pas trop haut pour moi, mais bon je fais 1,92.. :-p
j'ai abandonné les manilles à ce niveau j'en avais marre de perdre le manillon. à moins d'en trouver d'assez costaud en imperdable...et comme je desacouple forcément la poulie pour bien fermer le lazy bag et éloigner la drisse du mat pour le calme au mouillage ( et le confort de mes voisins qui vivent sur leur cata au port ) j'ai pas trouvé meilleure solution...
en automatique ton montage non mouflé, ça doit fonctionner aussi ;-)

20 avr. 201216 juin 2020
0

Voila d'ailleurs deux photos de mon système:
la première l'anneau de têtière de la GV sur laquelle vient se prendre la poulie de mouflage et le premier coulisseau avec son mousqueton qui vient se prendre sur le meme anneau !

;-)

20 avr. 2012
0

tu as un beau catana à coté de toi!

20 avr. 2012
0

Merci Ficelle pour tes photos.

Le premier truc qui me marque, c'est la taille de ton chariot. Il est monstre par rapport au mien !

Ta solution d'un mousqueton est simple et efficace, mais je ne sais pas si, chez moi, le chariot à demousquetonner n'est pas déja trop haut.

Mais cela me donne une idée, d'ailleurs mentionnée par un autre dans le fil, de mettre une manille textile à la place de la sangle actuelle.

Ca reste encore le plus simple à faire.

Mais je suis en train de faire usiner un truc pour tester la circulation automatique de la drisse dans le chariot... On verra.

Jacques

20 avr. 2012
0

C'est normal c'est pour une GV de camion... :-D :acheval:

20 avr. 2012
0

en fait un transfuge de chez catana Phisa, qui depuis à fermé boutique le phisa XV ( au demeurant superbe ) fut le chant du cygne ....
des copains anglais, G&T qu'il s'appele Gin Tonic... tout un programme !
marche vraiment bien sur l'eau mais nulle part sur ce canot je peux marcher debout...faudrait que je fasses 1,75m max!!
:-(
et amha cher très cher... :-(

20 avr. 2012
0

Je crois même que les Phisa ont amménagé selon un concept développé par l'ancien directeur marketing vente de Catana, sur des moules issus de Catana.

20 avr. 201216 juin 2020
0

C'est tout à fait ça...
les moules des C401
maintenant Catana vient de récupérer les anciens locaux de Phisa ( et les moules de coques qu'ils leur avaient vendus à l'époque ).
le site web de phisa existe tjrs d'ailleurs en voila une photo:

Rien ne se crée rien ne se perd... tt se transforme...
:blabla:

Jacques: je t'ai envoyé qqes phtos sur ta boite erendil ;-)

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

quand le goéland a pied**  il parait qu'il est temps de rentrer...

Après la pluie...

  • 4.5 (81)

quand le goéland a pied** il parait qu'il est temps de rentrer...

mars 2021