que faire quand la brume tombe brusquement ?

Vu que cela m'est déjà arrivé plusieurs fois à l'entrée de la Vilaine, perso, je saute sur mon GPS pour vérifier si la position qu'il me donne est correcte (ben oui, j'ai le visuel et la carto).

Ensuite je me prépare un plan de nav : cap au.... cap retour...

Et bien sûr je flippe car c'est super stressant de ne rien y voir.

Il faut rester TRÈS concentré car ça m'est arrivé de n'être pas assez vigilant (veiller aussi aux manoeuvres des équipiers) et de me retrouver du mauvais coté des bouées !!

Je suis sorti de la Vilaine dans le brouillard, en compagnie d'autres bateaux. Navigation de conserve, les yeux sur le GPS, le sondeur. Avec la connaissance du chenal c'est plus facile (quoique).

L'équipage
16 déc. 2013
16 déc. 2013
0

merci d'ouvrir ce fil, c'est en effet un cas angoissant ...

16 déc. 201316 déc. 2013
1

J'ai très peur.......des vaisseaux fantômes....qui naviguent sans électronique

[url=]

16 déc. 2013
0

Bonjour,
Non, c'est un joli bateau bleu rencontré près de de l'ile de Groix

16 déc. 2013
0

Pas un peu gros pour une gazelle des sables ?

www.lagazelledessables.fr[...]dex.php

16 déc. 2013
0

lu sur livre de bord : ....passage très (trop)près d'un gréement ancien GV4564 .
C'est elle !

16 déc. 2013
0

Ne serait-ce pas Étoile du matin, de Jacques B ?

16 déc. 2013
0

Bonjour,
Une petite gazelle des Sables, non ?

16 déc. 2013
0

Non non. Ci-dessous un lien vers une gazelle réduite à 1/2 (d'ailleurs, c'est probablement le bateau qu'à croisé Lady JANE).
voiliers-a-un-mat.blogspot.fr[...]le.html
Les gazelles étaient des bateaux de pêche dont la carène est caractéristique. On les reconnais aussi à leur pavois à claire-voie.

16 déc. 201316 déc. 2013
2

donc rappel ...
.
sur un voilier, quand il y a du brouillard, c'est souvent qu'il n'y a pas de vent, donc on marche au moteur :
- quand le brouillard arrive, vite se repérer, si on n'a pas de carto numérique noter la position gps, le cap, la carte papier sous la main
- le sens visuel étant altéré, faire travailler essentiellement l'ouie ...
- en équipage, un à l'avant, les bruits sont différents, on n'a pas le ronflement du moteur qui dérange, et on se remplace régulièrement, c'est très stressant, il faut changer de poste
- couper le moteur régulièrement et tout le monde à l'écoute du moindre bruit (moteurs, cornes, ressac, bouées sifflante, etc)
- donner de la corne régulièrement (on retrouve comme ça d'autres petits bateaux encore plus paumés que vous !)
- si on est dans un secteur à risque (chenal, rail de navigation) bien sûr utiliser la vhf régulièrement pour se signaler
- évidemment, mouillage prêt, au cas où ... vaut mieux attendre un moment, qques heures s'il faut sur ancre (si hauteur d'eau suffisante évidemment)
- ne pas changer de cap à vitesse réduite, y'a rien de pire pour un bateau équipé d'un radar que de voir un plot zigzaguer sur son écran !

./.

16 déc. 2013
0

Bonjour Bil56,

juste une petite question qu'elles sont les modalités quand à l'utilisation de la vhf dans ce cas précis ? se signaler ?

Merci.

Gil.

PS: jamais eu l'idée d'utiliser la vhf dans ce cas.

16 déc. 2013
0

Merci bien Bil56 pour ces précisions.

Gil.

16 déc. 2013
0

Essaie de faire cela a Gib :-) T'as pas le temps d'en placer une :oups:

16 déc. 2013
0

Au large du cap Finisterre dans le brouillard j'ai entendu un plaisancier non équipé de radar se signaler par Vhf en traversant le rail. Quand il a contacté un cargo qu'il entendait celui-ci lui a répondu qu'il le voyait sur son radar et qu'il n'y avait pas de problème.

16 déc. 2013
2

" appel à tous (3 fois)
ici (nom du bateau),
à la position ( prise au gps)
faisant route au (cap) - ou au mouillage -
vitesse (si en route)
merci d'exercer une veille attentive
de (nom du bateau), terminé. "
.
on peut faire mieux, mais ça répété à intervalle régulier, ça doit attirer l'attention,
serait étonnant qu'un sémaphore ou un bateau ne réponde pas.
.
je répète, si on fait route, au ralenti ça va de soi, ne pas changer de cap sans raison, sinon, c'est la merde pour ceux qui vous suivent au radar !!!

16 déc. 2013
0

de rien ;-)

16 déc. 2013
2

ca va faire un sacre bordel sur les ondes

16 déc. 2013
0

s'il a du brouillard c'est qu'on a escaladé la colline ..
en mer il n'y a pas de brouillard mais de la brume
alain :pouce:

16 déc. 2013
1

Les météorologues, et donc la météo marine que nous recevons en mer font cependant bien la différence entre les deux termes: source wikipedia par exemple " Par convention, les météorologistes parlent de brume lorsque la visibilité horizontale est supérieure à un kilomètre et de brouillard si la visibilité est inférieure à un kilomètre1. Les marins utilisent souvent le terme de brume quelle que soit la visibilité horizontale et le nomment également fumée de mer quand il s'agit de brouillard d'évaporation." :jelaferme:

16 déc. 2013
0

Bravo ! je crois que c'est ce qu'il faut faire sans oublier le sondeur. Une petite remarque! j'ai souvent remarqué qu'en regardant en haut, au dessus du brouillard, on voyait mieux ce qu'on ne voit pas en regardant devant soi. On s'en est tiré comme ça une fois à la pointe du raz, ce sont nos gamins qui ont vu le haut des rochers.

16 déc. 2013
0

Même expérience que Kaj en faisant route dans la brume entre Port Manech et Port Tudy à Groix. On se cale la gonio sur l'émetteur de Pen Men et on fait du homing.
A l'approche de Pen Men invisible, un équipier lève la tête et aperçoit le phare en haut de la falaise, au dessus du banc de brume, juste devant nous !

16 déc. 2013
0

Avant de couper les rails en Manche West, il y a aussi la possibilité de contacter Ouessant Traffic par VHF (canal 13) et de se faire identifier en communiquant le nom du canot, sa position, son cap, sa vitesse et sa destination. En quittant la zone de surveillance, je contactais à nouveau la vigie pour les remercier de leur surveillance et leur donner ma nouvelle position.

16 déc. 2013
0

Pour éviter l'abordage:
- La corne de brume, ca permet de savoir qu'il y a quelqu'un mais c'est impossible de savoir d'où il vient.
- reduire la vitesse et être prêt à manoeuvrer;
- compter sur son réflecteur radar (pour ceux qui en ont)
- compter sur recepteur/emetteur AIS (pour ceux qui en ont)
- VHF
Pour eviter l'échouement, il n'y a plus que le GPS et le sondeur.

Lors d'une loc d'un HobiCat à la Baule il y a pas mal d'années, force 3 à 4, le brouillard est tombé d'un coup réduissant la visiblité à 10m. On a reduit l'allure, mais un autre cata nous est passé à côté pleine balle. Sans GPS, ni compas, ni VHF, on rentré dès que possible en se référant au vent. Heureusement, il n'avait pas trop tourné (sinon on serait aux US) mais on était facilement à 1km de la base de location en traversant la zone des 300m reservé à la baignade. Je ne crois pas avoir fait plus flippant!

16 déc. 2013
18

Ca ne va pas plaire aux adeptes de la navigation sur cartes papier et a l'estime.
Vive le GPS et les traceurs modernes, ils m'ont bien aidés trois fois en 2 ans por sortir
de La Rochelle, passer les baleines a l'ile de Ré , rentrer a Bourgenay .
A chaque coup arrivé a bon port n'en déplaise aux puristes et aux détracteurs de l'électronique.
@+ Alain

16 déc. 2013
1

Ca sert à quoi un sextant dans la brume ? :litjournal:

18 déc. 2013
1

Le GPS/traceur Raymarine/Navionics a la console de barre m'a permis de sortir en solo de nuit du port de La Rochelle a marée basse sans rien toucher avec 50cm d'eau sous la quille dans le chenal passer entre les arches du pont de l'ile de Ré qu'on ne voyait pas au bout de l'étrave!
Les feux de nav sur le balcon faisaient un halo, qui réduisait encore plus la visibilité.
J'avais rentré la route sur le Traceur, au moteur a 3 kts sous pilote automatique avec la corne de brume sous la main.
En solo tu aurais fait comment avec un GPS simple ? Descendre a la table a cartes ? Reporter ton point sur la carte ?
@+ Alain

16 déc. 2013
12

@ tranchais
pourquoi stygmatiser ?
l'usage de l'electronique moderne n'est pas contradictoire avec celui du papier.
contrairement à ce que beaucoup essaient de faire passer pour du passéisme, le fait d'insister sur la possesion et la connaissance des techniques traditionelles (carte , compas de relevement sextan ect) n'est que l'expression d'une necessite en cas de panne des moyens modernes.
le probleme n'est pas d'utiliser des aides à la navigation modernes et pratiques, il est de leur faire aveuglement confiance et de ne pas prevoir leur possible defaillance en se retrouvant alors demuni.
si le jours ou le traceur plante (pour quelque raison que ce soit) on est incapable de faire un point et de rentrer à bon port sans l'aide des sémaphores ce sera ce jour là que l'on regrettera d'avoir mis tous ses oeufs dans le meme panier.
jpierre
ps
l'etat de fonctionnement d'un appareil electronique n'est qu'un etat annormal entre deux pannes :tesur: :langue2: :lavache:

17 déc. 2013
0

ben à rien de plus qu'un gps en panne.
mais la brume dissipée cela pourra à nouveau aider celui qui saura s'en servir alors que le gps en rade continuera à ne servir à rien.... :bravo: :topla: :langue2: :mdr:
jpierre

17 déc. 2013
0

@tranchais:
soit honnête, le GPS t'a aidé, pas le traceur.
Un simple GPS et une carte papier sur laquelle tu reportes position et route fond aurais fait aussi bien (et même mieux si tu compte la fiabilité)

18 déc. 2013
0

Ben oui. De toute façon t'es au pilote, donc que tu sois dans le cockpit à faire pouet-pouet (ce qui pour moi ne sert à rien), ou que tu fasses des A/R à vérifier sondes et route fond... c'est kif-kif.

16 déc. 2013
6

"Gouverner (un bateau aussi !), c'est prévoir "

Donc, l'idéal, si on a un traceur à la barre (ou à la TàC) c'est d'enregistrer une trace un jour de beau temps pour pouvoir la suivre le jour ou y'a pas de visi . Je me suis entraîné à le faire pour rentrer à mon port d'attache qui a un chenal d'accès très étroit et peu profond ... ça marche nickel !

16 déc. 2013
0

quand cela m'arrive, bien sur sans vent moteur au ralenti, corne de brume, ( je fais du bruit avec) contraire à ce que dis cambuse, au final nous savons si il se rapproche de nous, et quand cela arrive j'amplifie de la trompette, presque arrêté,, les fesses serrées , quand au point gps je sais pratiquement toujours ou je me trouve, je suis en med bien sur. André

16 déc. 201316 juin 2020
4

Quand le brouillard arrive, je fais des photos...

Le reste étant déjà en ordre... et j'allume le radar.

16 déc. 2013
7

Bon, je sais, ça n'apportera pas de solution technique au problème... Je me dois de vous narrer un moment inoubliable qui date de ma jeunesse:

Je me trouvais à quelques encablures dans l'Ouest des Sables d'Olonne par mer plate, quasiment pas de vent, et... Tout à coup une brume à couper au couteau tombe, Boum !

Vitesse réduite cause pétole, et les sens éveillés (l'ouie surtout, la vue pas top !) je tente de porter mon attention sur écoute du moindre bruit révélateur.

J'entends dans le lointain une musique identifiable de suite, à n'en pas douter, il s'agissait de cornemuse !

Faisant route en direction de ce point étonnant, tout à coup, les rideaux de la brume se sont entrouverts sur un spectable irréel: Un petit voiler en bois battant le pavillon "d'en face" avec, bien installé sur l'avant de son bateau, un personnage aux cheveux longs, en tenue écossaise sonnant à tue-tète de son fabuleux instrument.

Je me suis approché au point de pouvoir tenter d'échanger quelques mots, et je me souviens avoir reçu comme réponse à mon désaroit sur ma position et dans un français plus qu'approximatif: Les Sables, c'est par là !

Je conserve ce moment irréel dans mon esprit depuis une quarantaine d'années et chaque fois que la brume apparait, je ne peux m'empècher d'y penser...

16 déc. 2013
0

Mouiller mettre son réflecteur si pas à poste éteindre le moteur rester à l'écoute si il y en à un qui s'approche se signaler ( cloche corne de brume cris etc se servir une petite boisson et attendre..( faire route au GPS et moteur bof)....surtout dans des coins comme l'embouchure de la vilaine ou entrée de port j'suis resté comme ça plus de deux heures seul au même endroit en mer c'est différent ( il y à de l'eau à courrir !!

16 déc. 2013
0

BOF BOF. Si tu es es au dessus d'un trou avec 50M de fond que fais tu ?

16 déc. 2013
0

parmi les autres choses que je fais
. allumer les feux de navigation
. gilets obligatoires pour tout le monde l'(un de peu de cas où je deviens intransigeant)
. radeau prêt à être libéré (j'ai une barre métallique genre antivol, je l'enlève si ce n'est pas déjà fait)
.
le corne de brume, amicalement appelé trompette, est pas mal pour détendre l'atmosphère, on voit des sourires :-)
.
Puis cela dépend du genre d'équipement disponible sur le bateau, perso j'ai trouvé beaucoup de brouillard donc si c'est pour équiper mon après gps et sondeur priorité sans doute au radar (bien avant station du vent, loch, carto electronique et tout cela).
Sans radar, je penche plutôt pour trouver un endroit sûr ou mouiller et attendre, si possible.

16 déc. 2013
0

Une idée en l'air: La majorité des bateaux sont équipés de VHF fixes. En cas de brouillard, en utilisant la vhf sur un canal prévu et en puissance réduite à 1 w, il devrait être possible de savoir sil y a des bateaux proches en émettant un appel bref et en restant à l'écoute. Emettre un point gps par exemple... A utiliser en complément bien sûr...

16 déc. 2013
5

brouillard pas brouillard on fait la nav , non ?? estime, sondeur ou gps ou + radar pour les riches...vous etes angoissés pour le brouillard et pas quand vous allez voter ????
philippe

16 déc. 2013
0

Dans la brume, je dirais qu'il y deux pbs différents à gérer : d'une part, éviter les abordages et, d'autre part, continuer sa navigation.
1) Pour les abordages, le risque dépend de la zone où on se trouve. Émettre les signaux de brume, mettre un réflecteur radar ou ce qui peut en tenir lieu, activer l'AIS, se signaler par VHF (en donnant sa position, d'où l'intérêt de la connaître), allumer son radar, écouter les sons, etc.
2) Pour continuer à naviguer, c'est là que les aides électroniques sont précieuses. Si elles sont en pannes, il reste l'estime, mais aussi et surtout la navigation aux lignes de sonde. Il y a aussi la possibilité de se faire guider par les sémaphores ou par le CROSS (pour couper les rails, par exemple), sans abuser naturellement.

16 déc. 2013
0

ou faire un stage glenans

16 déc. 2013
0

neglans
what else

16 déc. 2013
1

Les CMA se mettent à prier, ou ingurgitent une bonne bouteille, les autres font confiance a leur électronique, sondeur, radar, AIS, GPS, et taillent la route...

0

CMA ? Chers marins anciens ? :heu:

16 déc. 2013
0

lire ma contribition plus haut (@tranchais)
jpierre

0

Ne pas mettre de way point en chiffre rond du genre 49° 45 N 2° 00 W pour tourner à Goury il risque d'y avoir du passage ...

16 déc. 2013
1

deux petites anecdotes concernant le brouilllard : Sortie de la marina de Granville avec un brouillard à couper au couteau. Nous sommes tout de même partis parce que la prévison était optimiste sur la vitesse de dissipation.
Un fois passée la porte, un coup d'oeil au compas pour prendre la route puis on s'occupe du bateau; à hisser, ranger les pare-bat etc... résultat : un peu distrait... suis rentré dans l'avant-port et me suis trouvé face à la muraille que j'ai vue à 10m... hum... C'est dire si on perd ses repères très vite, même qd on connaît parfaitement les lieux.

Une seconde fois, nous allons à Jersey tjrs de Granville. A l'Est de Chausey le brouillard nous tombe dessus. Visi à 50m mais pas de panique, je sais précisemment où nous sommes, j'ai mes deux GPS, une petite brise nous permet de nous déhaler à 4-5 nds. Nous écarquillons les yeux, chacun son bord. Les enfants jouent de la corne régullièrement; ça les amuse (les parents un peu moins). Puis j'entends dans mon arrière le bruit d'un Diesel. Alors je surveille. Toutes les 15", un coup d'oeil dans le sillage et les oreilles grandes ouvertes pour savoir si l'engin est rapprochant (ss aucun doute, vu notre propre vitesse), sur quel bord il va passer; bref, vigilance extrême.... pendant 4 heures! Tout ce temps-là, j'ai entendu ce foutu Diesel dans mes 6! A St Hélier, le brouillard s'est dissipé et j'ai enfin vu cette vedette; au port son proprio m'a dit : "je vous avais dans mon radar; votre route était propre alors j'ai décidé de vous suivre..." Mes cervicales s'en souviennent !

16 déc. 2013
1

j'ajouterais, qu'un petit compas en annexe se révèle indispensable pour les transferts dans le brouillard( pour moi, c'est fait)...... une expérience dans le havre de régneville !!! :lavache:

16 déc. 2013
0

Moi je préfère continuer à la voile plutôt qu'au moteur. Même dans la brume, il y a toujours 5 à 10 nds de vent (en manche, souvnet la brume arrive avec la montante, apport d'eau froide et le vent reste). Cela permet de pouvoir écouter. Entendre un moteur est une chose, mais entendre la direction d'ou il vient est quasi impossible car la brume diffracte les sons, une direction générale donc, jamais précise sinon c'est la mauvaise surprise.
Ensuite, cela surprends, mais il faut partir à la côte, pour trouver des lignes de sondes. Cela sous entends de se rapprocher des dangers et non les fuirs. S'arrêter aux lignes qui vous en éloignent quand même suffisament: 50, 20, 10m rarement moins. De plus, c'est souvent les zones ou l'on trouve les bouées qui permettent de se recaller.
Un sondeur, un GPS de base (pour la route fond), une carte de détail, un compas de route...
Pas besoin de plus.
Et adapter sa vitesse (fond).

16 déc. 2013
0

non il faut militer pour casser les gps(et pis les radars aussi)

16 déc. 2013
0

oui ca fait mal aux oreilles du chat

16 déc. 2013
0

pourquoi? leurs ondes néfastes te brouillent l'écoute?

16 déc. 2013
0

@Motutunga (salut philippe)
Tu remarqueras que j'ai précisé entre parenthèses "pour la route fond"... j'ai pas dit pour le point (mais il peut servir à valider la nav au sondeur).
Tout le monde est à peu prés d'accord (voir je ne sais plus quel autre fil) pour dire que le GPS, rarement mais sûrement, arrive à vous placer sur la côte (de sa faute? de celle de la carte? du logiciel si plottage? peu importe), pourtant bizarement, beaucoup oublient ce "détail" et s'en remettent à lui quand la brume tombe...
Je suis donc d'accord avec toi pour le GPS.
Par contre, pour le radar, là je lui suis favorable. C'est un instrument techniquement bien plus simple qu'un GPS, bien moins soumis aux aléas techniques, juste une façon "autre" de regarder autour de soi.
Pas de magnétisme, pas d'horloge atomique, pas de liaison avec l'extérieur entrant/sortant type satéllites, pas de coordination de différents matériels type satéllites encore, pas de référencement géodèsique pour report sur la carte...

16 déc. 2013
0

Vous faites comme moi, avant de traverser le rail entre Cap Couronne et Roustan, avec 50 à 100 m de visi, j’appelle le sémaphore de Couronne, je les préviens que je vais traverser et leur demande s'il y a du trafic, réponse : pas de pb, pas de traffic.
Je fais route et surprise, un cargo me coupe 50 m derrière (il devait m'avoir au radar).
C'est ça qui est bien, quand y'a du brouillard, ils veillent le radar !

16 déc. 2013
0

C'est l'angoisse. Cela m'est arrivé 2 fois brutalement te de nuit.
J'ai comme vous fait ce qu'il fallait pour la nav, savoir où on est et où on va.( vous avez bien développé).
Loin de la côte c'est simple, près de côte tout se complique si on veut atteindre un port, et là vive le GPS ou mieux un traceur. Si non il est possible de ne pas pouvoir entrer.
Dans les 2 cas, le premier en traversant le rail en direction de Salcombe ( j'ai eu l'assurance d'être vu au radar par 2 cargos)et le 2° en arrivant sur St Vaast de Ouistreham, j'ai salué la possession de mon mer-veille qui a montré toute son utilité.
main bon, je n'aime pas!
JJ

16 déc. 2013
1

Si je peux me permettre d'attirer votre attention sur le fait de ne pas faire la même bêtise que moi , c'est à dire s'équiper d'une corne de brume à bombe qui certes est plus sonore mais qui a le défaut de ne plus fonctionner une fois vide .
Cet automne j'ai fait 1h30 de route dans le brouillard et en mettant un coup de corne toute les 1 à 2 mn , celle-ci s'est retrouvée vide ( bien sur ) dans la partie la plus étroit du chenal , endroit ou on ne peut lâcher la barre ( re bien sur ) pour aller chercher la corne/trompette en plastic qui se trouve au fond d'un coffre .

16 déc. 2013
0

Tu doit te permettre !

16 déc. 2013
0

Très bonne remarque, cher Birdie!
Keep it simple;

16 déc. 2013
0

Désorientation spatiale.....
Tout d'un coup, dans le brouillard, on ne sait plus, pendant un dixième de seconde, où est le Nord. Cela m'est arrivé deux fois.

16 déc. 2013
0

Ma VHF est pourvue d'une fonction corne de brume. Elle émet les sons à la fréquence réglementaire et entre les émissions le HP, que j'ai installé dans le gréement, se comporte en "grande oreille" c'est la fonction " listen back" Je perçois ainsi mieux les sons des navires environnant.

16 déc. 2013
1

Un de mes meilleurs souvenirs de brume, c'était au rassemblement de vieux gréements à Morlaix en 2011. Les différentes flottilles avaient rendez-vous sur le coup de midi au château du Taureau. Nous avions passé la nuit au mouillage à Terenez, puis au matin une brume épaisse (visi 50 m). Après moult hésitations, nous partons quand même prudemment sur le coup de 11 h à travers les cailloux, tout au GPS (waypoints), à l'extrême ralenti, en écarquillant les yeux et les oreilles. Nous arrivons sans encombre au château du taureau et là, la brume se lève sous un soleil radieux, faisant émerger progressivement du coton une centaine de vieux gréements dans ce décor unique.
Photos là :
voiliers-rassemblements.blogspot.be[...]

16 déc. 201316 juin 2020
1

la meilleure manoeuvre quand il y a de la brume
alain

16 déc. 2013
0

la brume il ya des bonheurs et des mauvais souvenirs

des bonheurs : St Malo/Jersey brume intense ,nav à l'estime uniquement , a chaque fois pile poil les bouées étaient a leur place à l'heure dite .
St Malo / Morgate , 36h dans la brume en Bretagne nord ,naviguation au sondeur sur la sonde des 50m

des mauvais souvenirs : quelques nuits sur ancre a attendre que ça ce leve au milieu de nul part : un petit pecheur passe à porté de voix :Mr ou sommes nous? en France ....., merci!!!

16 déc. 2013
0

Bonsoir. Comme calypso mais à l'envers au départ de Guernesey.
Carte, ligne de sonde et sondeur et la brume s'est dissipée juste pour entrer. Pas de gps à l'époque sauf la gonio pas terrible.
Sinon comme déjà dit, un coup d’œil au compas, un relevé du gps et report sur carte papier.

16 déc. 2013
0

Souvenir, aussi, d'une nuit passée au mouillage en pleine brume, à petite distance de la côte, à l'ouest de Pornic introuvable sans GPS inexistant à l'époque. On voyait de temps en temps les phares d'une voiture passer à terre...
J'ai communiqué une position approximative au sémaphore (peut-être Chemoulin?) et nous sommes restés en veille jusqu'au matin ou la brume s'est dissipée progressivement.

16 déc. 201316 déc. 2013
0

Bonsoir. Il y a quelques années, venant de Granville pour rentrer à Port-Bail, je me suis retrouvé dans une purée de pois très dense. A l'approche de l'entrée et pour ne pas me prendre la digue submersible, je n'ai eu qu'une solution, mouiller sachant que j'étais tout prêt. L'eau étant partie, je m'en fut à pied vers l'endroit ou devait se trouver le port et il était bien là. J'avais laissé toutes les lumières du bateau allumées et en retournant sur mes pas, j'ai bien failli passer à côté.

En fait, j'étais sur la plage de Lindberg . Je suis donc resté jusqu'à la prochaine marée et je suis rentré sans encombre et de tant à autre, je voyais un halo produit par les phares d'une voiture et j'ai su que c'était mon père qui me cherchait. La mère étant basse, je n'avais qu'a attendre.

Des histoires comme çà, j'en ai plein. Je n'aime pas la pluie mais je la préfère encore à la brume et tant pis pour mes lunettes.

16 déc. 201316 déc. 2013
0

pour une fois que le GPS n'est pas forcement la panacée , vous avez les chocottes hein!!! :-(
c'est dieu qui vous puni pour avoir eu trop longtemps de mauvaises habitudes....
Mais si vous tenez un livre de bord correct ( voir differents autres fils) au moins vous pourrez faire une estime digne de ce nom, et alors les dieux de la mer et des vents vous accorderons le pardon. Pour une reelle penitence vous ferez la nav a l'estime ET au plomb de sonde exclusivement,sans regarder les ecrans de la quincaillerie au silicium et a l'arsenic
Ceux qui disent que le livre de bord c'est pour les papys seront punis
:policier:
philippe

16 déc. 2013
0

Un vieux sondeur seafarer, à la rigueur, tant qu'il en reste ?

16 déc. 2013
0

Le plomb de sonde, oui mais pas si l'on a plus de 10 m et que ses deux bras pour tout faire.

16 déc. 2013
0

Il y a une quinzaine d'années en Mer du Nord, brume à couper au couteau, vent force 2 à peine et tout d'un coup à 100 m Eagle, le grand voilier de l'US coast-guard ... un instant fugitif et magique ... :whaou: :whaou:

16 déc. 2013
0

il y a presque 20 ans, sortie du Havre, en bordure du chenal, juste à l'extérieur des bouées rouges, petite brise légère sous voiles, soudain une grosse masse blanche nous double à quelques longueurs de bateau, un gros paquebot de croisière tout blanc, d'une hauteur !!! on l'avait pas entendu arriver ... lui nous avait sûrement repéré au radar.

16 déc. 2013
0

De Toulon aux îles de Frioul dans le brouillard, des dingues au moteur plein pot pas loin, les feux inutiles mais le pire c'est devant Marseille, bruits d'hélice partout, sirènes des ferries qui entrent et sortent accompagnés de bateaux pilotes qui ouvrent la voie. Finalement on a failli se faire écrabouiller par un bac qui sortait plein pot du port à Frioul. On n'a rien vu de la journée sauf à l'arrivée à 100m C'est crevant. pas de radar en ce temps là pour nous.
le brouillard nous n'aimons vraiment pas et j'ai plein d'anecdotes amusantes à ce sujet. Amusantes après. Par exemple de l'île d'Yeu à Tharon (estuaire Loire ) sans rien voir, même pas Noirmoutier ou le pilier et avec seulement le compas et une carte papier, à l'époque on n'était pas riches. On n'a jamais su par où on était passé, ne pas voir au moins un caillou sur cette route là c'est impossible.

16 déc. 2013
0

en fait, quand il y a du brouillard... il faut surtout reflechir :heu:

à prendre dans le sens que vous voudrez :mdr:

17 déc. 2013
1

c'est justement ce que fait le radar. :mdr:

16 déc. 2013
0

Il y a un an en novembre j'ai fait le transfert de mon bateau d'arzal au Crouesty .Sortie d'écluse aucune visibilité Je me suis planté à la première verte en la laissant largement à tribord ..marée basse ..planté .le voilier qui me suivait est venu me toucher . On voyait à 2 mètres .et franchement on ne sait plus ou on est .j,ai réussi à me désenvaser mais j'ai préféré attendre .la brume ça fout la trouille .une autre fois. En été dans la teignouse la brume est tombée plus de vent .on a mis le moteur ,ma fille à la proue pour essayer de distinguer les bateaux avec la corne de brume et là aussi .....pas fier le skipper

16 déc. 201316 juin 2020
0

Vaisseau fantôme bis.
Qui saura le reconnaître ?

16 déc. 2013
0

Bisquine ?

16 déc. 2013
0

oui mais encore ? ;)

16 déc. 2013
1

Bisquine de Cancale ?

16 déc. 2013
0

et elle a un nom ...

16 déc. 2013
0

La granvillaise?

16 déc. 2013
0

la cancalaise CAN89

16 déc. 2013
0

Bravo à tous et dommage Bil56, tu as voulu trop en faire ;-)

17 déc. 2013
0

c'est de l'humour? :-D

16 déc. 2013
0

Anecdote, après une escale très sympa à Helford River en Cornouailles. Le matin au réveil, visibilité nulle. Après avoir tourné autour de notre ancre avec la marée, et sans repères à terre, il ne nous reste que le compas de route (pas encore de GPS à l'époque) comme indication. On fait une estime de notre position, on lève l'ancre et nous faisons route vers l'embouchure de la rivière, au moteur à toute petite vitesse.
Jusqu'au moment où nous découvrons une perche rouge que nous allions laisser à notre babord. Coup de marche arrière, recalage de la route grâce à cette perche, et roule ma poule !

16 déc. 2013
0

De nuit dans le chenal de carentan, qui en fin de saison n'a de chenal que le nom, brouillard et 4 noeuds de courant dans une zone minée de hauts fonds, pas d'autre choix que de suivre les anciennes traces, de fixer le sondeur et d'être prêt à balancer l'ancre à l'eau de toute urgence. Mais le plus flippant c'est quand même le gros brouillard dans le canal, on a l'impression d'être encore en mer alors qu'il y a des berges invisibles à quelques mètres. Un bon radar aurait été utile dans le canal, moins pas dans le chenal.

Dans ce qui a été dit je n'ajouterais donc qu'une astuce que j'adopte désormais : être prêt à mouiller en grande vitesse dès que le sondeur passe en dessous d'un seuil critique, pour attendre que la marée monte ou faire demi-tour sans être dépalé par le courant.

16 déc. 201316 juin 2020
0

Réponse complète

16 déc. 2013
0

Je ne connais rien de p^lus stressant que la brume en mer. Comme mentionné par Farfa2, on perd toute orientation, heureusement que le compas est là.
Il est capital de savoir où on est. ce n'est pas parce que tout va bien avant avec une bonne visi qu'il faut négliger la navigation.
Je navigue personnellement en "mixte", cad une position GPS reportée toutes les heures, validée par ce que je vois et l'eau sous la quille. En cas de brume ET de panne d'énergie ou de matériel, je n'ai tout au plus qu'une heure d'estime à reconstituer.
Le sondeur aide bien, notamment pour trouver le chenal du port visé. Je pense notamment au chenal de Ouistreham un jour où on ne voyait même pas les bouées.
Pour éviter une navigation hasardeuse dans un coin à cailloux, je choisi alors une navigation de sécurité dite par certains "à l'anglaise" : par exemple pas moins de x° de latitude et où pas moins de "y" mètres au sondeur, ce qui permet e parer tous les dangers.
Je ne crois guère à l'effet de la trompinette qui sert de corne de brume. Un voilier proche l'entendra sans doute,mais pas un bateau à moteur et certainement pas un chalutier ou un ferry.
Pour une traversée du chenal de Calais sans visibilité, j'ai pratiqué l'appel à Calais Port (VHF17) pour savoir si je pouvais traverser à partir d'une bouée clairement identifiée.
J'ai tout de même quelques souvenirs mémorables, comme la brume tombant subitement alors que nous venions de sortir de Port Braye, destination Guernesey, déjà pris par le courant phénoménal du lieu et avec un moteur trop faible pour le remonter. Nous avons descendu le Singe au GPS sans rien voir. Stressant!
Quant à une traversée du Channel par temps de brume : si elle annoncée, on attend un jour meilleur et si elle nous tombe dessus en cours de route, c'est la veille maxi, signalisation par VHF au contrôle Jobourg Trafic avec position, route suivie et vitesse.
Ceux qui sont croyants peuvent emporter les cierges de leur religion personnelle.

16 déc. 2013
0

j'ai dérapé ! 87 bien sûr !!
j'suis con quand même, j'ai travaillé dessus à donner un coup de main au gars du chantier Labbé,
j'ai chialé comme un gamin au lancement sur la grève de la Houle ...

16 déc. 2013
0

Ben oui alors ! Ce fut une rencontre imprévue mais bien sympathique entre Pen Duick et la Cancalaise devant Bénodet. Sans gps à bord, on cherchait le chenal et on est tombé sur eux ... Bons souvenirs !

16 déc. 201316 déc. 2013
0

La Cancalaise superbe !!

16 déc. 2013
0

La Cancalaise que j'ai eu le plaisir de barrer lors de Brest 92.
A la barre, dans la brise, c'est un vrai camion sans direction assistée !

16 déc. 2013
0

Il y a quelques années le G.P.S n'existait pas, je quittais Cherbourg direction Le Havre par brouillard.
Nous avions du suivre un cap compas pour sortir de la marina, nous avons vu les digues de la petite rade puis nous avons mis le cap vers le fort de l'Est pour sortir de la grande rade.
Au bout d'un moment nous nous sommes dit que nous étions au large mais nous n'avons pas vu les digues ni coté fort de l'Est ni coté Ile pelée, avec une peur rétrospective quand on connait le coin.

16 déc. 2013
0

Depuis que je navigue la 1er fois j'ai eu de la brume qui est tombée en rentrant au Glénans venant de Port Manech , la voyant venir je me suis dl j'ai le temps de rentrer et de mouiller vite fait devant la plage de Penfret la mer était belle, finalement pas le temps mais j'avais eu le temps de voir un bateau dragueur juste avant l'entrée il avait un gros avantage il faisait beaucoup de bruit, j'ai finalement tourné autour de lui pendant plus de 2 h en attendant que la brume se lève, bien sur à cette époque vers 1975, il n'y avait pas de GPS et encore moins de radar sur le bateau

La 2 eme fois venant de Belle Ille direction Port Manech laissant Groix sur tribord
Le brouillard était tombé environ 5 m avant Groix on entendait la corne de brume mais on ne voyait rien et bien sur pas de GPS ni de radar c'était encore l'époque du sextant , entendant la corde de brume qui est le phare de Groix , trouvant le bruit trop proche alors que j'avais calculé une route à 3/4 milles au large de Groix, nous avons par sécurité pris une route au Sud pendant 1 h!

La 3ème fois en sept 2009 départ de Pollença (Majorque) avec le brouillard et ça jusqu'à l'arrivée à Gruissan c'est la 1ère fois que j'ai mis le Radar pendant toute la traversée , c'est à l'arrivée ou cela c'est corsé car il y avait un drôle de bateau que j'apercevais vaguement (je te vois je te vois plus) pour lequel je n'arrivai pas à déterminer si il allait dans mon sens, à un moment j'ai pensé qu'il allait me tenter dedans ai mis le moulin au maxi et mis de la distance, arrivé à bon port, et la le radar ne m'a servi à rien je suppose gros bateau en bois?

La 4 eme fois il y a pas longtemps c'était en 2011, revenant d'Italie je venais du Frioul , au départ bonne vue puis petit à petit la brume s'installe est s'épaissie , à tel point que je ne voyait plus le phare du Planier , j'avais vu avec l'AIS l'arrivée d'un Ferry venant de Corse, celui ci ne me gênais pas trop car je savais par ou il allait passer, par contre j'entendais un moteur très prêt de moi genre pêcheur malgré l'utilisation de ma corne de brume au moins 10 fois, je n'ai jamais eu de réponse de sa part , je crois me souvenir que quand tout c'est éclairci j'ai été boire un coup, mais pas d'eau!'

En conclusion même avec des instruments modernes c'est très angoissant surtout quand on est petit sur l'eau, mais il faut rester en veille et sur le qui-vive pendant toute la durée de la brume ou du brouillard

16 déc. 201316 déc. 2013
0

J'ai été moi aussi surpris le jour ou j'ai croisé de près un voilier en bois de plus de 20 mêtres qui n'apparaissait pas sur l'écran du radar. :-(

16 déc. 2013
1

??????? mauvais réglage, car le fait qu'il soit en bois n'absorbe pas les ondes pour autant!

16 déc. 2013
0

Bonjour
Moi j'ai rien compris :
A quoi sert la VHF dans la brume ? Qui ou Quel canal appel t'on ? Pour faire quoi ? Ca sert à qui et à quoi ?
Pourquoi encombrer les ondes ? juste pour dire qu'il y a de la brume et que l'on souffle dans la trompette ?.
Bref je comprends pas
Cordialement
:reflechi:

16 déc. 2013
0

surtout au large pour passer un rail. En cotière, si tout le monde se met à le faire, en été, cela ne servirait plus a grand chose...

17 déc. 2013
0

Si, elle peut être salutaire . il y a un mot dans le fil. Je m'en suis servi une fois . Un écho du mer-veille dans le rail, un appel VHF sur le 16 donnant ma position et mon cap, Une réponse "I am machin, I see you" j'étais rassuré.
Simple sans encombrer.
JJ

17 déc. 2013
0

Mes connaissances en anglais ne comprennent pas le mot "machin" !
C'était en français dans le texte, I presume ?

17 déc. 2013
2

Suivez les dauphins !
Un jour on s'est retrouvé à 8 voiliers dans le brouillard entre Méhaban et le Golfe, on suivait tous le premier évidemment (et probablement que lui continuait en pensant que si tout le monde faisait cette route là c'est que c'était bon) quand on s'est aperçu brutalement que nous étions tous sur les buissons de Méhaban, (un gros merdier de cailloux avec du courant) tout les bateaux se sont dispersés dans le brouillard et demi-tour. C'est alors que devant nous un dauphin s'est montré et nous l'avons suivi. Au poil ! On s'est sorti du merdier grâce à lui.
Le brouillard s'est ensuite dissipé nous étions au large de Méhaban mais il n'y avait aucune épave nulle part, donc tout le monde s'en est tiré.

17 déc. 2013
1

Kaj
, moi cela m'est arrivé vers les années 75 je venais de Belle Île direction Port Manech en ayant tracée une route qui passant théoriquement à 3/4 m au large de Groix laissant l'île sur Tribord, route de nuit, le vent de SW se lève sérieusement mer bien formée , en plus pour tout corser gros orage pluie qui avec mes lunettes m'empêchait de voir correctement,
Je ne voyai même pas le phare de Groix n'y n'entendais sa corne de brume, je vois un clignotant rouge je me dis j'ai sérieusement dérivéil me semble que c'est une des bouées du chenal de Lorient, Ok je vire mais avec un pressentiment qui me disait en même temps tu fais une erreur, avant de virer j'avais prévenu mon fils qui était à la barre je vais à l'avant pour essayer de mieux voir, si je gueule demi tour tu le fait Immédiatement , j'étais sous GV un peu déchirée et j'avais mis le moteur, en allant à l'avant, je ne vois plus de feu, par contre je vois arriver sur mon Bâbord parallèlement à ma route une harde de Dauphins qui commencent à me couper la route, heureusement j'avais lu le livre de Chichester à qui pareille aventure était arrivée, j'ai tout de suite réagi en gueulant à mon fils Demi Tour, cap au sud pendant 1heure, les Dauphins nous ont accompagné pendant environ 50O mètres , ayant la pluie dans le dos et regardant de nouveau dans la direction de notre ancien cap, j'ai aperçu des brisants qui visiblement devait être à environ 1/2 mille. J'étais sur les Chats, c'est arrivé aussi à Tabarly au même endroit, les Dauphins sont d'ailleurs souvent de le coin par mauvais temps. Nous étions 6 à bord

17 déc. 2013
0

Bonjour
Les prévisions meteo sur la brume ? Est elle annoncée à chaque fois ?
Ou c'est au petit bonheur !? Vos constatations ?
cordialement

17 déc. 2013
0

la brume peut avoir deux "origines":
- le brouillard d'advection
- le brouillard de convection.
L'un s'anticipe facilement, pas l'autre (je ne sais plus lequel)
En manche, il arrive souvent en été qu'un "mur" avance avec la renverse de marée (à la montante). On passe d'une visi sup à 10milles à 20m de visi. sans que la météo n'ai dit quoi que ce soit.

17 déc. 201316 juin 2020
0

En voilà un exemple au niveau du cap Creus, avec l'approche d'un front froid en aout 2011. Beau soleil au sud et visibilité < 30 mètres au nord.
Mais c'est quand même moins fréquent en Méditerranée, que chez les Bretons. De plus, avec la brume il n'y a pas de vent, donc moteur obligatoire et veille attentive.

J'ai eu une brume tenace en 1978 avec le Love-Love, en navigation de nuit entre St Cyprien et Cadaquès. A l'époque il n'y avait pas de GPS et le point se faisait à l'estime.
Bien que nous en soyons proches, le phare du cap Creus était invisible et la seule façon pour se repérer a été de faire des relèvements fréquents du mugissement de sa sirène.
C'était assez stressant.

17 déc. 2013
0

A Sicié aussi, effet de cap ?
Orographique???

17 déc. 2013
0

ma pire expérience:
retour des Scilly sur Ouessant,
brume en arrivant dans le rail ext, s'épaississant progressivement, radar en route, appels vhf pour se signaler, visi de plus en plus nulle en approchant ouessant, visi 20m en entrant dans la baie de Lampaul, on a vu le yourc'h en arrivant dessus, arrivée au mouillage complètement anéantis par la concentration, le stress.
1H ou 2 après, tombée de la nuit, on voyait les étoiles !
sans radar, je serais retourné en mer tirer des bords le long de la côte ...

17 déc. 2013
0

En med c'est relativement courant l'été du coté de Narbonne...Agde d'avoir un mur de brume tres occultant venant de la mer vers 15hà17h par grand beau temps et vent marin faible 2à 3 nds.
Mais hélas je n'ai jamais vérifié si la meteo l'annonçait.

17 déc. 2013
0

Fairelepointtouteles10'minutesetnaviguerenpointillesurcartepapier
Keskil a mon ordi
Ca m est arrivé 2 x dans le raz de Sein
Une fois en cherchant Penfret
Une autre fois en sortant de la Chambre des Glénan
Une fois en passant la Teignouse qu on n a d ailleurs pas vu !
Une fois en sortant de Lorient

17 déc. 2013
2

Ça fait plusieurs interventions de marins chevronnés ici qui relèvent que le GPS ne fonctionne pas/sert à rien dans la brume. Sauf que je ne comprends pas...
Quelqu'un pourrait il m'expliquer pourquoi ça fonctionne bien la nuit (et le jour) et pas dans la brume. A moins qu'il ne s'agisse d'un autre problème que je n'eusse point pris en compte ?
.
Merci par avance de vos lumières...

17 déc. 2013
1

où t'as vu ça ?

18 déc. 2013
0

le gps fonctionne quel que soit le temps ou la visibilité, là n'est pas le probleme.

le soucis par temps de brume ou par nuit noire sans feux, c'est que les cartes sont souvent moins precises que le gps et qu'elles peuvent presenter des "erreures" pouvant aller jusqu'à 300 m (dixit shom) en fonction de l'age des relevé et du systeme géodesique utilisé.
dans un chenal etroit ou en bordure de plateau rocheux, cela peut faire tres mal.....

par brume le radar est effectivement plus fiable à condition de savoir s'en servir (le mettre en route c'est facile).

mais de toutes façon ces aides electroniques ne dispensent pas d'entrenir une estime sur papier et d'adapter sa vitesse aux conditions ainsi que de preparer un eventuel mouillage d'attente

(à ce sujet je connaissait un gars qui par brume epaisse larguait systématiquement 30 m de chaine en disant qu'ainsi l'ancre crocherai avant le danger. cela peut etre une methode)

cordialement
jpierre

17 déc. 2013
0

Tu as mal compris un GPS marche sans problème dans le brouillard par contre certain d'entre nous dont moi en racontant nos histoire pour certaine datant des années 75/80 à cette époque les GPS pour les petits bateaux n'existaient pas c'était encore l'époque du sextant et de la navigation à l'estime avec 3 relevés au compas pour faire le point alors dans le brouillard cela ne marchait pas!!

18 déc. 2013
0

Certe le GPS n'existait pas pour les petits bateaux mais il y avait le Decca qui lui avait quelques soucis par temp de brume ainsi qu'au lever et c.oucher de soleil. J'en ai posséd? un sûr mon Dufour 31 et à l'époque c'était déjà un énorme progrès car il nous donnait une position à 200 m près et avait les même fonctions que nos GPS actuel.

19 déc. 2013
0

La gonio et le consol...

19 déc. 2013
0

Avant le Decca il n'y avait que la gonio

17 déc. 2013
0

Il y avait aussi la gonio à l'époque.
Elle m'avait aidé pour confirmer l'estime, lors de la croisière en question, à l'atterrissage sur le Cap Formentor (Majorque).

18 déc. 201318 déc. 2013
0

Y'avait même un émetteur aéro bien commode...
C'était pas POllensa ?
.--. ---
Alain old man...

18 déc. 201318 déc. 2013
0

C'était il y à 25 ans, j'ai oublié le ... (s)...
La brume en arrivant, tout comme pour la Corse, classique !
Joli, la brassière d'époque !!!

18 déc. 201316 juin 2020
0

Oui Iff POS (.--. --- ...). C'est celui-là que j'avais utilisé pour mon estime. J'étais à environ de 2 milles du cap Formentor (vers 10 heures du matin) mais il n'était toujours pas visible, car temps assez brumeux. Après une première traversée de 120 milles on peut se poser des questions.

18 déc. 2013
1

Aujourd'hui, il y a le radar. J'ai utilisé cet outil plusieurs fois l'été dernier, dans des brouillards plutôt épais. C’est bien pour le dessin de côte, pour les gros bateaux, mais j'ai vu que cela excluait presque tous les pneumatiques et autres petites embarcations de pêche. Donc, j'ai navigué comme tout le monde: les yeux vissés sur la proue du bateau et la peur au ventre de toucher une embarcation.

18 déc. 2013
1

Cela est certainement dû à un mauvais réglage de ton radar.
J'ai déja utilisé le mien le long des côtes du Finistère Nord de Ouessant à Roscoff et je peut te dire que je les voyais sur l'écran tous les pèches-promenades en pèche à la dérive par 50 mètres de visi.

19 déc. 2013
0

je partage ton avis , j'ai m^me l'impression que par temps de brume le radar est plus performant

0

Bonjour
Avec mon radar Furuno si la mer est plate je vois les flotteurs de casiers et les mouettes posées sur l'eau à 300 mètres.
Avec un gros clapot ventre raz Blanchard, je perd un remorqueur de la marine quand il est à moins d'un mille, noyé dans le retour de mer : si n'efface le retour de mer, n'efface le remorqueur avec !
Cela m'est arrivé aussis avec un chalutier en rentrant des acores, sauf que lui on ne l'jamais vu au radar, seulement à vue à moins de 300 m. Un peu surpris ...

Hubert, de Cherbourg

19 déc. 2013
0

et bien tu voie Roberto je n'osais pas ecrire que l'on pouvait par temps de brume donc mer plate voir des casiers ou des mouettes au radar par crainte de passer pour un meridional plutot qu'un breton ..

19 déc. 201319 déc. 2013
0

+1

la preuve, vidéo du radar et vidéo des casiers (on en perçoit juste quelques uns mais le radar n'avait pas faux c'etait plein)

sybrancaleone.blogspot.fr[...]ar.html

un autre fois pareil je vois une ligne de points devant moi, je pensais à des petites barques de peche, je me suis approché tout doucement et hop les mouettes se sont envolées, plus de ligne sur le radar :-)
Avec les vagues comme tu dis c'est toute une autre histoire..

19 déc. 2013
0

Le problème dans un coin comme le Blanchard, (idem avec une grande houle), c'est qu'on ne voit pas le bateau qui est dans le creux, ni en visuel, ni au radar, même lorsque la visi est bonne!

18 déc. 2013
0

J'ai cotoyé il y a quelques années un personnage qui naviguait avec son petit chien.
Il me disait et répétait que son chien ressentait et avertissait de l'approche des autres embarcations, parfois au delà de l'horizon, quel que soit le temps ou la visi, même et surtout par temps complètement bouché.
Je dois dire que ce personnage (je ne siterai pas son nom) avait parfois et même souvent un sommeil de plomb, favorisé par un "médicament" puissamment... alcoolisé...

18 déc. 2013
0

Son chien portait le nom d'un appareil metéo de base ?

18 déc. 201318 déc. 2013
0

Il aurait pu l'appeler aigle 4 (traduire en anglais... ) ! ! ! :mdr:

18 déc. 2013
0

Prier. (lol).

19 déc. 2013
0

avant que la brume tombe, en étant un peu attentif, on remarquera que l'horizon se rapproche ou/et que le ciel s'assombrit à l'horizon. Souvent on remarque, la veille, que l'humidité devient très importante même par grand beau temps. La brume est rarement imprévue mais il faut savoir relever quelques signes discrets.

19 déc. 2013
0

Oui kaj, souvent on la voit arriver. Il y a 4 origines pour la brume ou brouillard (suivant visi).

19 déc. 201316 juin 2020
0

sinon, un prend un radiosondage réel
www.meteo.fr[...]obs.htm

ou un diagramme prévu par modèle, il y a plusieurs cas de figure plus ou moins complexes qui indiquent la possibilité de brouillard, mais quand on voit ceci par exemple: forte inversion, température du point de rosée égale à la température de l'environnement... il y a déjà de fortes chances.
Mais bon pour le fun, une donnée comme cela est sûrement déjà intégrée dans le bulletin, l'exemple c'était il y a une dizaine de jours, le bulletin indiquait bien sûr brume-brouillard

19 déc. 2013
0

Merci pour vos réponses !!
.
Cependant je ne vois pas ce que l'estime apportera de mieux qu'un GPS à partir du moment où l'erreur provient de la cartographie. Il n'y a pas de raisons (au contraire même de nos jours) que la carte papier n'ai pas les mêmes erreurs que la carte électronique. Si à cela on ajouter l'erreur de l'estime, ça commence à faire beaucoup de variables un peu trop importante si on a besoin d'informations précises (cas de la proximité de la côte ou des entrées de port).
.
Quant aux radars... il y aurai beaucoup de chose à dire là dessus... mais c'est un autre sujet.

19 déc. 2013
2

Je ne pense pas qui y ai une "manœuvre " type lorsque le brouillard nous surprend car les possibilités sont différentes suivant la zone ou l'on se trouve par contre il me semble prudent de noter fréquemment ( perso toutes les 20mn ) les coordonnées ( si GPS ) , le cap et la vitesse .
Les 3 ou 4 fois ou je me suis retrouvé dans de la purée de pois , je suis resté sous voiles car même s'il y avait moins de vent il en restait suffisamment pour avancer à presque 2n et je trouve cela préférable car il me semble que l'on entend mieux et dans le brouillard l’ouïe m'aide beaucoup .

19 déc. 2013
0

oui, il n'y a plus que l'ouie comme récepteur en cas de fort brouillard et avec le moteur pas facile !

19 déc. 2013
1

bha sur une carte papier tu te positionne par rapport a la carte papier (ligne de sonde relèvement etc...)

Avec le GPS ta référence c'est la position GPS que tu reporte sur la carte et si ne fait pas un minimum gaff au ligne de sonde etc pour corréler l'info tu peu faire une erreur de report ou si ton signal est pas asser bon avoir une grosse incertitude. Sur une carte elec elle peu aussi être mal géoréférencé.

19 déc. 2013
0

Si tu as une grosse éolienne, tu la branches à l'envers en renvoyant du jus dedans pour la faire tourner à fond et chasser le brouillard.
:acheval: :acheval: :acheval:

19 déc. 2013
0

Une réserve de kleenex à portée de main : indispensable pour s'essuyer les lunettes.

19 déc. 201316 juin 2020
0

rendre obligatoire voiles et coques fluo?

19 déc. 2013
1

Par contre il me semble que par temps de brume il serait prudent de porté la brassiere

car en cas de collision on est vite passer par dessus bord.

19 déc. 2013
0

+1
c'est ce que j'avais indiqué plus haut, parmi toutes les choses à faire, gps ou pas, priorité aux gilets de sauvetage, chez moi obligatoires pour tout le monde.
+ feux de navigation, quand on entrevoit quelque chose ils aident à reconnaître dans quelle position il est ou dans quelle direction il bouge, ça vaut pour les autres mais pour nous aussi :-)

19 déc. 201319 déc. 2013
1

Quelques anecdotes et retour d'expériences. On en a tous des tas. Je partage celles-ci avec vous.
La navigation par temps de brume ce n'est effectivement pas la joie. L'été 2012, nous avons fait la route de Cherbourg à Ouistreham sans rien y voir ou presque. Parfois on ne distinguait même pas l'avant du bateau. Nous étions le 18 Août 2012. On a quitté Cherbourg sous un beau soleil et le brouillard est arrivé avant la pierre noire. 4 à bord avec 2 enfants de 12 et 7 ans. Le rôle du skipper prends là tout son sens. Outre la navigation il faut rassurer les enfants. Finalement on a fait les clowns et rigolé pendant toute la traversée. Cela a aidé. Souvent pas de vent donc une grande partie au moteur. Avec les équipements de bord on se sentait quand même rassuré. On savait exactement où on était, on pouvait suivre sur les écrans les bateaux équipés d'AIS et le radar était en route avec une zone de sécurité programmée.
Finalement on n'a pas rencontré beaucoup de monde pendant la traversée. Mais l'arrivée s'est faite de nuit et là on arrivait dans une zone très fréquenté par les pêcheurs. On a beau les voir (pas tous) à l'AIS ou au radar, c'est toujours une grande émotion quand finalement on les entend tout autour. Je vous assure que ce jour là on ne distinguait aucune lumière. Un d'eux a croisé juste devant l'étrave. On a pensé qu'il savait ce qu'il faisait.... Les bouées de signalisation du chenal de Ouistreham quand on l'a emprunté ou le phare n'étaient même pas visible. Le phare est apparu quand on en a été à 100 m !!! Une vraie purée de pois. C'est une fois amarré au ponton visiteur qu'on a pu mesurer à quel point c'était épuisant de naviguer dans le brouillard. On était mort de fatigue. On rencontre tous ça un jour. Si au large c'est moins dur, près des cotes on flippe toujours.
Dans ces conditions les équipements de sécurité doivent à mon sens être portés par tous. Et tout le monde doit participer à la veille auditive et visuelle.
Je bénis l'électronique de bord. Quand j'étais jeune sur mon Fantasia je n'avais rien d'autre que le compas, la gonio et l'estime. Là c'était vraiment flippant. J'ai navigué un jour en flotille avec un ami en First 25, Bien que près, on ne se voyait pas et on a vite abandonné notre projet de retour à Fécamp pour rentrer dans le premier port accessible. C'est au pif et grâce quand même à la puissante corne de brume de Grandcamp qu'on a pu en trouver l'entrée. Heureusement car dans la nuit suivante mon épouse était transportée d'urgence enceinte de 8 mois avec une pneumonie. On a aussi parfois de la chance ....et aussi un peu d'inconscience.

19 déc. 201319 déc. 2013
1

Bof! pris dans la brume, il suffit de mettre une bonne paire de lunettes de soleil et de s'envoyer une bonne rasade de tafia!
Efficace,moins couteux et plus agréable que de passer son temps devant un rat d'art! :acheval: :acheval: :acheval:

19 déc. 2013
0

Un exemple typique des dangers engendrés par ces appareils modernes:

Le bon sens marin serait de ne pas sortir lorsque le brouillard est prévu et attendu voire déjà là et encore moins de nuit.

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Les Cabanes de Fleury : l'orage est à terre

Après la pluie...

  • 4.5 (38)

Les Cabanes de Fleury : l'orage est à terre

mars 2021