Qu'auriez-vous fait ce jeudi matin [18.08.22] si vous étiez au mouillage ?

Il y a eu des rafales à 220 kmh ce matin en Corse.
Et le plus inquiétant la météo n'a rien vu venir...alors que l'on a des bons systèmes prédictifs (je pense à Arôme).
Pourquoi était ce si peu predictible?
Je navigue Manche et Atlantique et je ne connais très mal la météo méditerranéenne.
Comme certains parmi vous je me suis demandé ce que j'aurai fais :
-Au mouillage
-en mer
Au port on va dire que ce serait plus simple même si cela doit être chaud.
Je dois dire que je ne sais absolument pas ce que j'aurai pu faire ...
Rester au mouillage? Mais une ancre peut elle tenir?(et affourcher à 220 kmh..on ne peut pas tenir sur le pont...)
Partir au large ?
Il faut du courage...est ce la moins pire? Mais quel état de la mer?
La question que je pose: connaître l'expérience de ceux qui ont vécu des circonstances semblables...et ce que vous avez fait?
Ne faisons pas dériver la question sur ce qu'il "aurait fallu faire " mais bien...."ce que vous avez fait!"
Amicalement.
Philou

L'équipage
18 août 2022
18 août 202218 août 2022
5

Bon, le plus facile est en mer ouverte (pas de côte sous le vent). J’abats tout, bloque ma barre sous le vent (safran au vent, quoi) et j'attends que ça passe à sec de toile. Ça ne dure pas plus d'1 heure et la mer ne grossit pas trop.
Côte sous le vent : je me bats, tourmentin, artimon arisé moteur pour aider et j'essaye de m'en tirer.
Au port, je m'angoisse, car les pontons qui lâchent ou un autre bateau qui défonce tout et on est dedans grave. Mais on ne peut rien faire.
Au mouillage : J'ai de la place, je rallonge avec tout ce que j'ai (100m de chaine + 70m de câblot) et j'assure l'amarrage à bord sur plusieurs taquets, garde le moteur en route pour être prêt à manœuvrer au cas ou un autre me tombe dessus. (j'ai 340m d'évitage)
Si je manque de place je rajoute autant que je peux, et fais comme précédemment.
PS : Il m'est arrivé de quitter un port en cas d'avis de tempête pour aller mouiller dans une baie que je considérais protégée. J'ai plus confiance en mon mouillage qu'en les pontons des ports encombrés.


Colino:Salut. Juste une question, si tu as de l'eau à courir sous le vent, se mettre à la cape à sec de toile va mettre le bateau travers au vent j'imagine ? Donc potentiellement travers à la houle ? Et pour toi c'est préférable à laisser un peu de toile et partir en fuite ? Pour protéger le gréement c'est ça ?Merci pour ton expérience, j'ai jamais vécu mais j'ai vu les deux techniques et je m'interroge sur la meilleure...·le 18 août 21:36
ED850:Dans ce cas, oui, car même avec du vent fort, il n'y a pas énormément de houle et la mer n'a pas le temps de se former.Avec un vent très fort, le bateau prends un peu de gite se mets à 60/80° du vent en présentant un franc bord important et dérapant à 1 à 3 noeuds sous le vent. Il crée à son vent une zone perturbée qui casse un peu la mer.Si moins de vent, un tout petit bout de GV bordée dans l'axe et un bout de foc à l'avant bordé à contre fait le job. L'important est de dériver et giter un peu.En fait je n'ai jamais eu de très gros mauvais temps (genre atlantique nord en hiver avec des creux de 18m). Pris la cape quelquefois, mais plus pour se reposer et attendre un peu que le vent tourne. Mais on ressens une telle sérénité à la cape même dans des conditions un peu musclées que je m'y tiendrais si je ne peux faire route. Edit : j'ai regardé tes questions/profil : Notre bateau fait 15m et 18 tonnes. La conduite à tenir sur un bateau de 6m n'est bien sur pas la même. Le mauvais temps démarre pour nous au près à 30 kn et au portant à 45.·le 18 août 22:06
James :Plus 1000 !Boire un café en bouquinant à la cape ...·le 18 août 22:07
Colino:D'accord, merci. Donc plutôt la cape que faire route sous le vent (en fuite quoi). Intéressant, j'aurais dit que c'était plus sûr et plus confortable de garder la houle par l'arrière (en admettant qu'on ait de l'eau à courir bien sûr), mais en effet à sec de toile ou quasiment, le bateau doit être quand même relativement stable... sans compter que l'orage a des chances de passer plus vite qu'en suivant le vent...Merci à toi pour ton expérience !·le 18 août 22:09
18 août 2022
0

Pour des périodes courtes la mer n'a pas le temps de se former. Je pense que le mieux est de partir au large si on est pas sûr de son mouillage. Il faut toujours s'éloigner du mauvais temps et 224km/h en Corse, on a vu le résultat aux infos.


18 août 2022
2

Très intéressant....
Dans vos 2 cas vous ne restez pas au port.
Instructif.....


ED850:Dans le cas corse, si. Car rien de prévu. Quand tu te rends compte que ça forcit, il est trop tard pour te tirer. Par contre, en cas d'avis de forte tempête annoncée longtemps à l'avance ou de cyclone, se mettre dans un coin à bonne tenue, relativement protégé et peu fréquenté en mouillant très long peut être une stratégie payante.·le 18 août 20:49
18 août 2022
0

Heĺlo,
Une seule expérience de ce genre de conditions, mais aux Antilles, et avec 70 noeuds maxi.
A l'époque, je m'étais réfugié dans une baie que je connaissais par coeur, les étraves dans la vase, 3 amarres dans la mangrove, et une ancre à l'arrière.
Tout s'était bien passé, le cata avait juste été poussé de quelques mètres sous l'effet du clapot...


18 août 202218 août 2022
0

Pas facile de répondre...avec 100 noeuds de vent,des éclairs partout,en mer comme au mouillage on est en survie...
Pas de visibilité,on ne peut plus aller sur le pont,tout s'arrache,les génois se déroulent,les panneaux solaires et les capotes/bimini s'arrachent...
Totalement illusoire de penser possible de faire autre chose que fuir à sec de toile en mer.
Travers avec 100 noeuds,même sans voiles le bateau est couché.
50/60 nœuds c'est gérable mais c'est déjà ultra violent...
J'ai eu 50/60 noeuds au petit port de Vallée Gran Rey à la Gomera (Canaries) c'était limite les vagues passaient par dessus la digue et de tout volait en l'air,un coup à se faire décapiter...
Les locaux nous ont obligés à dormir chez eux,on a accepté et finalement le bateau a tenu.
Si le port est grand et enfoncé dans les terres il y a beaucoup de frottements (mais aussi des effets venturis) et ça peut peut-être être moins violent.
Même chose à Formentera avec plus de 50 noeuds dehors mais c'était gérable au port.
Mon ancien canote(Dufour 4800) avait pris un cyclone au port du Marin-je venais juste de le vendre et le nouveau proprio était comme moi en France-100 noeuds aussi et ça l'a fait avec bome en bas sans voiles à poste,et amarres doublées.
Ma mère qui était dans sa maison à Cap Ferré me disait qu'on entendait le bruit abominable des rafales avant qu'elles n'arrivent...un coup à devenir fou...


18 août 2022
1

La rapidité des phénomènes me fait penser à ce qu'on peut rencontrer sur nos lacs, le Léman entres autres🤔


18 août 202218 août 2022
2

Une modeste expérience particulière.
Il y a une dizaine d'année, près du cap Creus, un coup de vent étant annoncé (force 7), avec un ami nous avons été refusés au Port de la Selva. Nous avons donc décidé de mouiller dans la baie. Nous avons plongé pour nous assurer de l'accrochage de l'ancre. A une vingtaine de mètres, nous avons vu le bloc de béton d'accrochage d'une bouée de chenal... Nous avons fait ce qui est interdit, nous y avons attaché une seconde ligne de mouillage (décrochable si nécessaire).
Le vent est monté à 80 noeuds en début de soirée, est resté à 50 noeuds toute la nuit et est remonté à 83 noeuds au lever du soleil avant de se calmer. Nous ne connaissions pas les lieux : la baie est face à une vallée qui produit un effet venturi pour les vents du sud !
Autour de nous une grande partie des bateaux a décroché. Nous avons fait des quarts durant toute la nuit, prêts à mettre le moteur pour s'écarter afin d'éviter un abordage.
Au petit matin, nous n'avons pas regretté d'avoir enfreint les règles.


roc:Tiens, quand j'étais gamin (10/11 ans...) on a pris, avec mes parents, une monumentale branlée du Sud à la Selva aussi. Quand le vent est rentré, ça faisait le bruit d'un train entrant en gare ! L'anémo du voisin (nous n'esn avions pas de fixe sur le petit Samouraï familial) est resté bloqué à 120 Kn pendant 1/2 heure, et moi, fier et inconscient dans mon jeune âge, annonçait que c'était un "Ouragan", c'était marqué sur le papier des instruction nautiques ou autre truc inutile en de telles circonstances que j'avais dégoté dans l'équipet "des livres". A noter que la chatte était devenue à moitié folle, et voulait m'attraper par la peu du cou pour me faire rentrer dans le bateau 10 minutes avant l'évènement (ce que j'avais fait pour avoir la paix), puis me faire rentre dans l'équipet en forme de tunnel où elle avait l'habitude de roupiller quand on naviguait (et là, je ne l'avais pas suivie).·le 18 août 23:24
Akay2:Superbe ton histoire de chat...·le 20 août 21:10
18 août 202218 août 2022
0

Ben ce matin, j'etais au mouillage à Ajaccio...pas glop, j'ai chassé.
Coup de bol, une vieille épave à bloqué mon ancre.(dégagée par la suite par un copain plongeur).
J'ai chassé pour deux raisons :
- pas assez de touée à cause de l'encombrement du mouillage (3 fois la profondeur soit environ 35 m) et du coup pas trop la possibilité de rajouter de la chaine.
- fond de tenue mediocre (j'ai remonté une serpillière de plus d'un mètre de long.)
Loi de Murphy : j'avais en plus un problème d'inverseur (bête boulon de cable tombé en fond de cale) ce qui ne m'a pas permis d'epauler au moteur.
Pour palier au manque de longueur de la chaine, j'ai surdimensionné l'ancre : Rocna 25 kg pour bateau de 10.40m.
Visiblement, ça ne suffit pas, ce n'est pas la bonne solution.
Une remarque, j'avais fait tête dans le sens Ouest /Est.
Le vent à soufflé du Nord. Est-ce que le fait de faire pivoter l'ancre ne l'aura pas aidé à se désengager, et ensuite, vu le mauvais angle de tire du à ma faible touée, elle n'a pas voulu raccrocher ?
Pour moi, plus de peur que de mal.
Ouf, on serre les fesses pour cette nuit. (Je me suis mis ailleurs !)


Little Wing:Plus de peur que de mal ! Tu étais à Porticcio ou au mouillage de l amirauté en fond de baie. C de loin le meilleur refuge. J ai vu à la télé plusieurs bateaux sur les plages, dégâts matériels mais plusieurs plaisanciers blessés léger d après corse matin. Bon courage pour cette nuit 😎👍·le 19 août 00:28
Rigil:Bonne nuit heureusement ! ·le 19 août 15:51
18 août 2022
0

Ca fait 3 jours qu'entre le Languedoc et la corse, les prévisionnistes parlent de phénomènes météo d'une violence exceptionnelle. Ce fut le cas (+ de 55 noeuds aux Embiez pour un voisin de club). Ca veut dire que ca peut te tomber sur la gueule à tout moment. J'vais prévu une mini croisière vers ... les Embiez pour ces 3 jours.J'ai ajourné. Le port, vite. Sauf qu'en Corse, même après le 15 août, c'est compliqué. Je me demande si je n'aurais pas opté pour aler au large (une quinzaine de milles à courir) et, le cas échéant, à la cape (aucun vent dominant ne permettait de prévoir une grosse mer et l’orage passant relativement vite, il n'a pas le temps en dehors du plateau continental de lever une mer grosse).. Je dis ça, mais je préfère ne pas avoir eu à gérer ça!


19 août 2022
1

C'est là où un étai largable où l'on peut mettre un tourmentin voire une petite trinquette prends tout son sens.
Quand je vois la plus part des voilier sans étai (gréement 7/8 pas pratique) avec juste genois sur enrouleur et GV roulée dans le mat...je me dit que pour se dégager d'un mouillage avec le vent qui commence à monter dans les 30/40 nds cela doit être impossible...


Silvershadow66:Jusqu’à une certaine force de vent ok mais à 220km/h, aller sur le pont pour greer une trinquette ou tourmentin … J’y crois pas trop. Il faut anticiper me direz vous? Et bien avec un GSE ou une voile sur enrouleur on peut aussi. ·le 19 août 13:45
jackx308:Sortir de la toile a 100 N.!!!!! Même les imocas aux Vendée globes, ne le font pas, la surface du mat et de la bome est déjà trop importante.·le 28 août 09:08
19 août 2022
4

ca a ete si soudain ,que si j’avais ete dans la baie de porticcio j’aurais rallongé ma longueur de mouillage,moteur en marche.
partir aves zero visibilité (taper un bateau en derive,qui part comme moi ou au pouillage) sans savoir dans quel sens se deplace l’orage ,ni si l’intensité va augmenté…je ferais tout pour bétonner ma position.


19 août 2022
0

Le poids ne sert pas à grand chose si pas ou peu d'accroche.
Iris en 95. Nous atterrissons à PàP sur le dernier vol avant fermeture de l'aéroport.
Je file à l'ilet du Gosier pour vérifier le mouillage du Corneel, corps mort d'environ 80 kg, 2.5 m de fond. Je lache toute la longueur dispo environ 15m de chaîne et 20m de cablot. Il fait déjà nuit, comme je ne peux rien faire d'autre, je retourne au rivage, comme j'étais venu, à la nage.
Des pointes à 95 nœuds. Au matin, dès l'accalmie je suis retourné au bateau. Il était temps que ça s'arrête. Le bateau avait chassé de 150 m et était sur 8 m de fond. Il n'aurait pas tenu beaucoup plus longtemps.
J'avais pourtant pensé que les 80 kg de béton que nous avions coulés avec les pêcheurs locaux suffiraient. (Corps mort que nous avons retiré par la suite)
Après ça, j'ai eu une place à la marina. Et même si ce n'est pas la sécurité totale, au moins, c'est mieux pour les assureurs.
Mais être à bord par +100 nœuds est certainement une toute autre histoire.


19 août 202219 août 2022
0

Le seul truc à faire c'est peut-être se méfier en cas d'arrivée de dépression orageuse,et de se réfugier soit dans un port sûr et bien protégé,soit dans un genre de trou à cyclone comme aux Antilles ?
J'aimerais bien savoir aussi si les bateaux sur les bouées devant le port de Calvi ont tenu ?
Honnêtement à 100 noeuds au mouillage ou en mer je ne le sens pas trop,même si ça ne dure pas trop longtemps.
Un orage soudain à 40/50 noeuds par contre c'est gérable,ça reste violent mais c'est humain.


Shari:On parle de 100 noeuds, mais ces 224 km/h n'ont pas été relevé sur la côte. C'était un peu plus à l'intérieur des terres, dans une vallée exposée, où on peut supposer un effet venturi. Sur les côtes, on a relevé 60-70 noeuds, ce qui reste bien assez violent malgré tout! ·le 19 août 09:00
James :À Calvi 175 km/h...Et c'est pas pris loin dans les terres...peut-être à l'aéroport mais c'est juste à côté du mouillage . Ça fait presque 100 noeuds...·le 19 août 09:20
Alpaga:Attention ce sont des rafales pas 100 noeuds établis·le 19 août 12:03
James :Bien sûr !Finalement rafales à 185 km/h...C'est quand la rafale arrive que tout s'accentue.Au moins 60 noeuds établis apparemment. Ceux qui y étaient pourront le dire...·le 19 août 12:20
19 août 2022
6

Je vais peut être choquer, mais si je sais suffisamment tôt qu'un truc comme ça m'arrive dessus au mouillage, je file dare dare me mettre à l'abri à terre. Entre ma vie et mon petit bateau je fais mon choix.

Le problème c'est que bien souvent tu sais pas suffisamment tôt.


SENETOSA:Arrive un moment où penser à soi et à son équipage doit devenir prioritaire. Du bon sens.·le 19 août 10:13
mitch58:oui mais ce n’est pas la configuration de ce qui s’est passé..pas de previs,orage tres violent..pas d’anticipation.peut etre pas le temp non plus de quitter le nord pour mettre l’équipage a terre.. ·le 19 août 15:49
19 août 2022
1

Les mouillages de la côte Ouest m'inquiètent toujours, souvent petits, ouverts avec du monde. Avec un truc comme ça tu minimisés avant que ça arrive et quand ça arrive plus rien a faire que d'avoir peur
Je préfère la côte est , sans doute moins spectaculaire mais tranquille


roc:C'est sûr : deux mouillages abrités au sud, aucun au nord, et une grande plage entre les deux. Tranquille !·le 19 août 09:43
19 août 2022
2

Des orages violents avec 50 n et des rafales + 50% à sont assez courants en Méditerranée. J’en ai fait l’expérience deux fois en navigation en 15 ans, la première au large de Porquerolles après une traversée en venant de Corse, on s’est mis à sec de toile en fuite on avait de l’eau à courir, la mer se levait progressivement mais cela restait maniable. Une autre fois en solo au sud est de la Sardaigne, c’était assez compliqué j’étais près des côtes j’ai voulu m’éloigner mais au large la mer était bien formée et le vent forcissait j’étais très peu toilé mais c’était trop, le bateau se couchait dans les rafales, très difficile d’aller à l’avant en faisant confiance au pilote même avec la télécommande; j’ai donc tiré des bords carré trinquette arisée trois ris dans la gv. A noter qu’à chaque fois j’avais plié rangé le bimini et l’annexe et arrimé enroulé serré le génois. J’ai eu peur pour la capote. Ça a duré trois heures quand j’ai pu rentrer dans la Marina de Villasimus il y avait des dégâts sur les pontons défenses éclatées coques abîmées même barres de flèches tordues la gîte avait été de 30° et plus dans les rafales et des gréements s’étaient accrochés entre eux.

Et deux fois avec 50 n au mouillage, mon mouillage a tenu 65 m chaine et 15 m de câblot « élastique » dans 4m à 5m de fonds. Mon ancre à la particularité de s’enfoncer plus on tire dessus avec un angle inférieur à 15°, Rocna Vulcan 20kg pour 12m et 9tonnes. Fonds : le premier sable et vase le second sable. À chaque fois j’ai mis 20 mn pour remonter l’ancre en utilisant le poids et l’inertie du bateau au moteur pour sortir l’ancre. Le risque dans les mouillages c’est qu un bateau au vent décroche. Et si on doit partir il faut être prêt à abandonner le mouillage.


19 août 2022
0

J'étais aux Embiez pendant le coup de vent de NE avec des rafales à plus de 50n sur ma panne. Je trouve qu'il n'y a pas eu beaucoup de problèmes dans le port à part un génois déroulé en lambeau et des tauds endommagés. Le vent était pourtant travers aux vents dominants et travers à la plupart des bateaux sur les pannes.

Trois bateaux, au mouillage devant l'île, se sont échoués sur la plage. Ils étaient particulièrement exposés au vent de NE et au clapot. Deux ont pu être dégagés.

D'autres bateaux, dont essentiellement des catamarans, étaient mouillés plus à l'abri entre le Brusc et la Coudoulière. Le bateau d'une amie qui y était n'a pas décroché. Il a malheureusement été abordé par un autre bateau qui a occasionné pas mal de dommages. C'est vraiment pas simple pour les gros catamarans car il y a très peu de places de port disponibles pour eux. Au mouillage avec 50n de vent, c'est pas simple d'éviter un abordage. Il est impossible de couper le mouillage en chaine et il faut du temps pour arriver à le remonter. C'est pas facile et il faut donc de la réussite ou de la chance.


Erickalon:Je me permets de souligner l'importance d'amarrer l'extrémité de la chaîne au moyen d'une étalingure en textile pour pouvoir libérer le mouillage en toutes circonstances, si nécessaire en sectionnant la dite étalingure.·le 19 août 13:36
Lulu2:Pour couper une chaîne ou un câble, une disqueuse sur batterie convient parfaitement et remplace avantageusement la cisaille. Il y en a des petites (80 mm) qui sont suffisamment efficaces.·le 19 août 15:42
mitch58:j’en ai une a bord,prevue si dematage pour pouvoir couper hauban ou etais pour eviter le pilonnage du mat sur la coque.·le 19 août 15:53
Shari:Lulu2, je comprends l'idée, mais franchement, à l'avant du bateau secoué comme il se doit dans les conditions envisagées, j'ai beaucoup de mal à m'imaginer jouer de la disqueuse sur une chaine... Alors qu'une étalingure, c'est quand même pas compliqué à réaliser et encore moins compliqué à sectionner. Ne crois tu pas? ·le 19 août 18:15
Flora :):@J-MarcLe port des Embiez est très abrité de tous les vents et de la mer d'où qu'elle vienne. Ouvert au NE, mais il y a 1 mille de fetch...Le problème, c'est le nombre de bateaux serrés comme des sardines !·le 19 août 18:25
Lulu2:@ Shari. L’un n’empêche pas l’autre.·le 19 août 18:33
Cédric 1983:60nds au port des embiez?Je dînais hier soir avec un expert mandaté pour des sinistres à Bandol embiez et porquerolles… et qui venait de passer des coups de fil et faire ses premières recherches.47 nds relevé à la capitainerie du port des embiez qui est bien exposé au NE… c’est ce qui sera marqué sur le rapport… ensuite des témoignages d’un des 4 voiliers qui a finit à la cote de rafales jusqu’à 60nds mais au mouillage! Et vu l’étalonnage du matos raymarine : no comment Bref dans le port il n’y a pas eu 60nds, sinon il y aurait eu beaucoup plus de dégât: par contre il y a un vrai marseillais … aïe aïe aïe… ·le 20 août 11:46
Flora :):Ressenti aussi à St Tropez, mouillage des Canoubiers, nuit du 17 au 18/08 : plusieurs bateaux à la côte, Fritz the cat a eu 45 nds de N. Son mouillage a ripé sans chasser vraiment, il a tenu au moteur mais s'est retrouvé le cul sur une matte. La SNSM l'a remorqué jusqu'à un coffre en bas du cimetière. Mais le vent a tourné SE, il est allé s'abriter à Agay. Aucune casse pour lui.·le 20 août 12:13
J-Marc:Sous un orage, c'est normal que tout le monde ne mesure pas le même vent ni la même direction. La SNSM a indiqué avoir eu à Bandol un vent à 180° de celui qu'on a eu aux Embiez. J'ai d'abord été surpris par le témoignage du patron local de la SNSM mais c'est pas surprenant dans un orage et cela explique que les bateaux aient été jeté à la coque dans des directions opposées entre Bandol et les Embiez. De plus, j'ai indiqué plus de 50n et non 60n. La capitainerie des Embiez ayant son anémomètre 1,5m au dessus de son toit qui est à seulement 3,5m de hauteur, je ne suis pas surpris d'un écart de 5n entre une mesure à 47n avec un anémo à 5m de hauteur et l'autre à 52n avec un anémo à 14 ou 15m de hauteur.·le 22 août 12:36
19 août 2022
0

Je m'étonne que les prévisonnistes n'aient pas tenu compte des cartes correspondant aux jet stream.

Ils avaient une position totalement inhabituelle sur la Corse et ont sans doute contribués à amplifier les orages locaux.

"Le jet-stream est un courant d'air très rapide de quelques centaines de kilomètres de large, et de seulement quelques kilomètres d'épaisseur."
"Le courant-jet résulte d'un double déséquilibre thermique de l'atmosphère."

www.meteociel.com[...]tes.php


roc:C'est hors sujet dans ce fil, mais que sait-on de ce qu'on tenu compte les prévisionnistes (ou pas) ? Est-ce qu'on était dans le bureau du type qui était de veille ? Non. Par ailleurs, il a été dit que le scénario envisagé était que ça passe au large, et que finalement ça s'est rabattu sur sa côté au NO de l'ile. C'était donc prévu, mais pas exactement au bon endroit.·le 19 août 12:56
James :Ils en parlent justement les gars de météo france sur une des discussions, trop de fils à ce sujet,c'est où ?·le 19 août 13:40
BlueNote 83:Sans en remettre une couche, on à eu cet orage dans le var vers 15h je crois.En regardant dans Windy (radar méteo), j'ai vu que ça partait sur le Corse direct...alors ?·le 19 août 14:12
Meganeuropsis:Il faut marier BlueNote et Viking35.Au fait, pourquoi vous n'avez pas appelé le préfet en Corse alors que vous saviez ?·le 19 août 14:39
viking35:megane..Je n'ai jamais écrit que je l'avais observé avant. Ce n'est pas mon métier et je suis loin de la Corse. Mais si cela avait été mon travail, il est certain que j'aurais été alerté par cette configuration inhabituelle qui d'ailleurs venait de la Côte d'Azur.·le 19 août 15:52
Meganeuropsis:viki.... c'est pas ton métier mais faut reconnaître que tu t'y connais vachement. Tu pourrais nous commenter brièvement la carte Meteociel que tu as mise en ligne ? ·le 19 août 18:44
Meganeuropsis:Pour nous aider un peu. Merci.·le 19 août 18:45
Prospero:Au demeurant, pour expliquer la plus grande violence que prévue de la double tempête de 1999,l'hypothèse du jet stream avait été émise. Je ne sais pas s'il est intégré au modèle de prévision. ·le 20 août 06:59
brufan:Imaginons, le Préfet est averti d'une possibilité d'une tempête. Il demande évidemment de quel ordre.Imaginons que la réponse soit "catastrophique", ... il fait quoi notre préfet avec une ou deux heures de préavis ???Il fait vider le mouillage, il envoie faire le tour (en moins d'une heure) de tous les bateaux (encore faut-il qu'il ait à cet endroit hommes et navires pour aller faire ce tour) pour faire évacuer avec pour réponse, au moins une fois sur deux, "mais non, ça va aller, j'ai fait mes observations et calculs, renforcer mes amarres et je ne quitterai pas mon bateau". Bref, 10 à 15 minutes de palabres à chaque fois avec tous les "je sais mieux que tout le monde" qui traînent dans les cockpits ; discussion d'autant plus difficile qu'elle a lieu au petit matin alors qu'il fait encore un soleil radieux et un ciel d'Azur.
Résultat, on aura évacué un cinquième des bateaux quand le truc tombe dessus !Sans compter que ledit Préfet doit aussi s'occuper des conséquences possibles à terre dans une Région où on ne circule pas à 100 à l'heure de moyenne !·le 24 août 15:57
19 août 2022
2

question difficile vu la vitesse de la tempete et sa force et aussi de ne pas etre avertie ,ça c'est la premiere cause ;ne pas savoir ..
sinon en etant à bord le premier reflexe a mon avis était d'allonger au maximum la ligne de mouillage ,a condition d'avoir de la place , voir en mettre une seconde m^me n'importe comment ..Ensuite enlever tout ce qui fait fardage ...
et ça depends aussi des "manies" du bord : personnellement je ne met jamais l'annexe sur le bateau elle reste sur l'eau toujours , tout est toujours ranger aussi bien a l'exterieur qu'à l'interieur , jamais de vaisselle sale et celà quelque soit le temps qu'il fasse beau ou mauvais ..toutes ces petites "manie" fait gagner du temps et évitent les complications lorsqu'il faut agir ... tout est toujours ranger à sa place , la lampe frontale on sait ou elle est m^me sans éclairage etc etc ,les brassieres egalement .
Mais bon vu ce qui s'est passé ...

josé le maniaque mdr


BWV988:Haha, tu as le bonjour d'un autre maniaque, peut-être même pire, mon bateau est toujours prêt à appareiller dans la minute, et même par grand beau temps il n'y a jamais de vaisselle sale ou de trucs susceptibles de tomber...j'ai essayé de me soigner, mais sans résultat...·le 19 août 14:56
Flora :):Moi pareil... si j'ai pas le temps de faire la vaisselle, je la mets dans l'évier profond, ça peut attendre.(alors que je suis plutôt pagailleuse à la maison... mais elle bouge pas).·le 19 août 14:59
Calypso2:ah non ,moi elle est faite la vaisselle ,essuyé ,rangé ,matin, midi et soir ..je pense que c'est des petits "truc" mais en cas de pepin ça ne compliquent pas les choses ·le 19 août 15:02
Calypso2:et je rajoute ,je ne comprends pas que l'on puisse se balader avec une annexe sur un portique ,voir m^me avec son moteur ..et par dessus tout une annexe fixer sur le tableau arriére bien en travers du bateau ...ça me laisse pantois·le 19 août 15:29
Prospero:Un peu pareil, avant la nuit je me mets en condition de pouvoir partir sur le champ en cas d'imprévu. ·le 20 août 09:01
brufan:Allonger le mouillage... dans un endroit bondé où l'évitage par temps calme est déjà limite ! Bien sûr !!!·le 24 août 15:58
Cédric 1983:quand il n'y a pas le rayon d'évitage et que l'on mouille que 3 fois le fond, on ne peut s'en prendre qu'à soit même!!!Cela correspond à un mouillage de beau temps, mais la perturbation étaient annoncée, et si le phénomène a été plus violent que prévu, il était prévu des orages et tout bon marin sait que le vent peut monter brusquement lors d'un orage!·le 25 août 09:21
phil91:+1 j'étais en Corse 3 jours avant et j'ai fait la traversée retour pour éviter cette période orageuse qui était prévue dans les fichiers météo. La veille Arome annonçait des orages avec des vents de 35 à 40 noeuds. C'est déjà un problème dans ces mouillages saturées le 15 aout . Je me suis fais traiter de breton car lors de notre mouillage dans l'anse d'arbitru, j'ai osé faire une remarque sur le rayon d'évitage et la dangerosité de mouiller par devant et par derrière.( plus de rayon d'évitage ) alors que nous avions des beaux orages pas très loin sur la montagne (donc avec un risque météorologique). ·le 25 août 13:43
19 août 2022
1

Que faire quand une avalanche vous arrive dessus ? Franchement, avec des vents dépassant les 200km/h, des mâts qui cassent et les mouillages qui cèdent, je ne sais vraiment pas comment j'aurais réagi.


brufan:Avec le temps minimum voyant arriver la chose, tout fermer, tout caler, tout attacher, doubler les amarres autant que possible, mettre l'équipage au fond du bateau avec gilet, préparer une évacuation d'urgence et un abandon du bateau, briefer tout le monde, essayer de maintenir les moyens de communications, puis plonger en méditation le temps que ça passe (ou prier pour ceux qui croient)·le 24 août 16:01
Cédric 1983:le contest 41 qui a subit au large les 100 nds voir plus n'a pas perdu son mat... les mats tombent si les bateaux se frappent!·le 25 août 09:22
phil91:+1·le 25 août 13:57
19 août 2022
1

Tous les bateaux au mouillage loin s'en faut ne sont pas partis à la cote, la plupart ont vu leur mouillage se déplacer un peu au pire chasser de quelques dizaines de mètres certains sur bouées d'une centaine de mètres parait-il sans doute parce que le vent violent n'a heureusement duré qu'une demi-heure. La rafale à 220 km h était très localisée. Dans la baie d'Ajaccio la rafale la plus forte était à 130 km/H soit environ 70 noeuds. Probablement un vent établi à 50 n et qui a probablement changé de direction au cours de l'orage, c'est encore gérable. Dans un tel cas je me tiendrais prêt à partir moteur en marche pour soulager le mouillage prêt à le larguer s'il chasse et ne recroche pas ou si un bateau au vent me vient dessus.


Rigil:Idem, et c'est a ce moment là que mon inverseur a choisi de me laisser tomber ! 😭😱Quand à rallonger mon mouillage, c'etait déjà trop tard, la main de fer sous l'eau (avec deux bouts en latéral dans chaque chaumards de pavois, système à revoir donc...) des bateaux tout autour qui dérivent aussi.. Bref, j'ai fait le gros dos en espérant que ça ne durerait pas trop longtemps, je ne dérivais pas vers la côte.Par contre mon anémo c'est bloqué a 55 nds pendant assez longtemps (a mon goût !)·le 19 août 19:20
Rigil:Il ne va pas plus haut·le 19 août 19:21
mitch58:bien vu rigil,comment decrocher la patte d’oie de mon cata avec 55 kts de vent..c’est illusoire..c’est trop tard..·le 19 août 19:58
Rigil:A la limite, on la largue et elle coule avec le mouillage, mais bon, mes videos montrent comme ça a été rapide...·le 19 août 20:52
hastaluego3:Domde ! Vous y etiez ? ·le 20 août 05:41
19 août 2022
0

@ domde,ça me semble tres sage,je reagirais comme ca egalement.


19 août 2022
0

Je n’ai jamais eu ce vent , cata 13 m 15 tonnes.
Pensez-vous que mes deux moteurs 40cv permettraient de se dégager contre le vent ?
Dans le canal de Syracuse, un vent un peu plus de 20 noeuds contre le courant, sans être à fond j’avançais à deux noeuds.
D’où ma question.


Rigil:Je ne pense pas, car il y a en plus le clapot levé par le vent, qui va devoir te faire réduire sous peine de casser quelque chose.Autour de moi, en dépit du peu de fetch, ça déferlait, je me serais mal vu mettre à fond dans la plume. (Ce que l'avarie de mon inverseur au plus mauvais moment à empêcher de tester).En revanche, aider l'ancre, j'y crois.·le 19 août 23:08
ED850:Non, pas plus que le double. la seule issue dans ce cas de figure, c'est un mouillage lourd, performant et long (élastique). Le ou les moteurs peuvent soulager, mais pas faire route.·le 19 août 23:11
20 août 2022
1

En 1987, ceux qui étaient au port n'ont pas pu faire grand chose. Des rafales à 220km avaient traversées la Bretagne. Heureusement, c'était la nuit.


Hubert, de Cherbourg:Pas que la Bretagne : le port de Cherbourg avait été entièrement détruit et beaucoup de toitures envolées arbres déracinés et même une 2cv retournée (c'est la seule année où je n'avais pas de bateau) et la côte sud anglaise avait eu aussi beaucoup de dégâts ·le 22 août 10:39
20 août 2022
2

Bjr
vous savez les marinas dans leur conception ,dans leur norme de fabrication de solidité les tempetes ne sont pas prise en compte , on ne prends en compte aucun effort sur les pontons dû aux bateaux amarrés .seul compte le poids au maitre carré sur le ponton dû a un certain nombre de personnes ..le reste est occulté dans les normes ...
Apres interrogation sur ce manque on m'a repondu en haut lieu (il y a longtemps) que ça couterait trop cher de construire un équipement resistant aux tempetes qui finalement n'ont lieu que tous les 30 ou 50ans ..et que les assurances sont là pour couvrir les degats éventuelle ..
A bon entendeur ..
José


Hubert, de Cherbourg:Les ports détruits qui avaient des pontons sur chaînes ont été reconstruits sur pieux qui d'ailleurs commencent à bien rouiller, Saint Hélier à Jersey vient de remplacer les siens.·le 22 août 10:42
20 août 2022
0

bonjour
je voudrai savoir si les bouées de Girolata ont tenues ca m 'a toujours paru douteux avec pas mal de bateaux sur la chaine mère


20 août 2022
1

Il semble que oui, si vous avez accès à FB, une vidéo édifiante.

www.facebook.com[...]3826973


Flora :):Pas en mode public... dommage.·le 20 août 11:30
zoom:essaie ici ?www.facebook.com[...]3826973 ·le 20 août 11:36
equalizer:Je viens de visionner grâce au lien ci-dessus et je n'ai pas de compte. Ça fait vraiment peur. ·le 20 août 11:39
Flora :):Moi toujours pas... FB me fait la gueule !·le 20 août 12:08
jerome1966:Girolata c est un piège avec l obligation de s'amarrer a l'avant et a l arrière....le bateau ne peut pas se défendre en se mettant face au vent.·le 25 août 20:00
Sarkis:Sur facebook, j'ai posé la question à une dame qui était a Girolata. Elle m'a parlé d'un carnage (on le savait déjà) mais surtout que certaines bouées (combien?) n'ont pas tenu.·le 26 août 23:30
20 août 2022
0

Flora :):Merci mais c'est toujours Niet !·le 20 août 12:08
20 août 2022
1

Petite parenthèse :
Je pense que ce fil mériterait un titre plus explicite, afin de le retrouver plus facilement, car on y trouve pas mal de précieux conseils et retours d'expérience


Flora :):Oui, quel titre tu préconises, il faut le dire à la modération, ils le feront.Si "fou de bassan" est d'accord ?·le 20 août 12:15
Estran:Par exemple : "Orage meurtrier en Corse (18/8/22) : qu'auriez-vous fait ?" – pour reprendre l'intitulé de l'autre fil sur le sujet·le 21 août 09:49
Flora :):La modération a déjà rajouté la date et fou de bassan fait référence à la Corse dès la première ligne...·le 21 août 19:44
20 août 2022
0

Je pense qu'en haute mer cela aurait été mieux jouable car à l'arrivée des côtes les vagues déferlent plus violement.


20 août 2022
-1

Salut à tous ,
ce mardi 16 aout j'étais à port man ,au matin le vent a tourné est et tout le monde commençait à partir ,
j'ai fait de même et suis allé m'abriter devant l'ile du levant à droite de l'entrée du port
nous étions pas mal à faire de meme ,et aussitôt ancré ,renverse à 180°
tout d'abord petite brise, j'allume de suite le moteur ,le vent forci
je mets le cap sur mon ancre pour la soulager et en 3mn ,l'enfer ,
mer blanche ,bateaux en travers ,chaines tendues, visibilité 20M maxi,
c'était sauve qui peut,
en premier j'ai eu de la chance ,car mon ancre tient mal sur les herbiers et n'avait pas vérifié le mouillage sur sable ,j'ai raclé le fond avec mes 35m au fond vers le large ,beaucoup de chance que je n'ai pas ramassé un autre mouillage,
j'ai ensuite attendu au milieu du passage des grottes avec mes 35 m au fond ,le temps que ça se calme ,
on ne pouvait pas regarder face au vent,je ne sais pas comment les autres s'en sont sortis.


genavigue:Il ne faut pas mouiller sur les herbiers !!!·le 21 août 19:21
20 août 2022
2

Certes, il y a l'évitage et l'habitude de mouiller dans des coins surpeuplés, mais 35m, c'est ce que je mets quand je vais pique niquer à midi sans passer la nuit dans un mouillage pas trop profond et de bonne tenue.
Là, on va se trouver un coin pour se mettre à l’abri en prévision d'un orage. Alors, soit on n'a rien de plus et on sait que notre mouillage ne tiendra pas et on va dans un port. Soit on mets plus. Autant qu'on peut et on rajoute du câblot derrière, au cas ou, si on n'a pas assez de chaine.


Domde:Et le mieux est peut-être de relever le mouillage et de partir au large ces phénomènes mto ultraviolents ne dure pas et il suffit d’avoir de l’eau à courir pour les affronter avec le minimum de risques ·le 21 août 00:28
mitch58:Partir au large si le vent le permet, en direction et force ( 60kts dans le nez..😒), si la mer n’est pas démontée ,si la visi le permet ( si plusieurs quittent le mouillage comme toi en aveugle)…tout ça en mode « doute »·le 21 août 01:58
Domde:Dans le cas d’espèce il fallait partir dès les nuages noirs en vue, après c’est en effet très risqué voir impossible Est ce que je l’aurais fait ? J’en sais rien. Ça serait intéressant de savoir si certains ont choisi cette option et ce qui leur est arrivé.·le 21 août 08:19
Flora :):Sur la video du "port" de Girolata, une femme skipper d'un gros bateau à moteur dit qu'elle est partie à temps... mais c'était peut-être son programme prévu de toute façon !On parle d'une centaine de bateaux endommagés... combien tournent en Corse à cette époque ?·le 21 août 08:42
Little Wing:Sur l autre fil le cata qui était parti s est fait sérieusement secouer ·le 21 août 08:44
Rigil:A Domde,Impossible en effet, c'était un petit jour gris, le nuage ras du sol est arrivé à la vitesse d'un cheval au galop.Pour ma part, j'estime que seul un largage de mouillage en zone libre était envisageable (et encore, sans prendre le temps d'y fixer une bouée de recuperation)La suite, ben c'est la collision avec les voisins qui sont tous trop proches (août en Corse je le rappelle).Je ne pense pas qu'un voilier avec moins de 80 cv aurait été manoeuvrant.En tous cas, mes voisins étaient couchés sur l'eau a sec de toile...·le 21 août 08:50
CapCool:Je suis d'accord avec mitch58.Avant l'orage, difficile d'imaginer l'apocalypse.Pendant l'orage, c'est trop tard : manoeuvrabilité aléatoire, visibilité réduite.Je ne me suis jamais retrouvé au moteur faceà 50 ou 60nd de vent, je ne suis pas sûr de pouvoir garder un cap.·le 21 août 09:36
mitch58:et comment imaginer qu’un phenome de cet ampleur va debarquer sans crier gare..tu es au mouillage ,ton ancre a bien accrocher lors de la marche arriere,tu as largué 5 fois la hauteur d’eau..a priori ,je ne penserais pas partir a ce moment la .peut etre ,si encore temps ,porter une 2 eme ancre..et tout arrimer a l’extérieur.·le 21 août 20:49
21 août 202221 août 2022
3

bonjour a tous, avec 200/230 kms de vent il n'y a pas de solutions miracles universelles!tout depend du bateau, de l'environnement de son experiençe et d'un minimum de chançe ou de malchançe!perso je ne vais jamais dans les mouillages surpeuplés, j'ai une grande mefiançe des temps orageux de aout et septembre apres de fortes chaleurs! en Bretagne sud l'annèe derniere à la meme epoque nous avons eu un episode un peu similaire ciel noir ,veritable enclume avec des reliefs jaune comme l'on ne voit jamais chez nous! vers 17 h nous devions ramenè le bateau de mon fils à Brest et prendre le raz de sein, mon epouse qui nous avait conduit à sainte Marine etait inquiete de nous voir partir ! nous ne sommes pas des debutants perso 50 ans de convoyages partout et mon fils officier marmar et commandant; notre materiel est en parfait etat et nous connaissons le secteur par coeur! cependant je ne sentais pas ce depart????la meteo n'etait pas particulierement alarmiste mais je n'aimais pas l'atmosphere ambiante ,il y avait pourtant beaucoup de voiliers dehors et bien entendu les glenans etaient sursaturès de bateaux! on decide donc de remettre notre depart àu lendemain matin! ça n'a pas trainè un brusque coup de vent, des eclairs et un pluie torrentiel à ne plus rien voir , le vent est montè crescendo=appel de detresses tout azimuth à la vhf, bateaux à la cote ,panique generale voiliers accrochès à des bouees snsm debordèe etc etc mais heureusement le vent s'est calmè relativement rapidement bref un bon coup de vent d'orage mais certainement plus faible qu'en Corse!
pour repondre à la question si j'avais ete au mouillage,?= en cas de mouillage surpeuplè j'aurais balançè mon mouillage fissa avec un orin au point d'etalingure et je serais parti au large au moteur(bien sure il faut un bon moteur) a peu pres seul au mouillage j'aurais envoyè toute la chaine(je ne met que de la chaine) et je me serais appuyè sur le moteur dans la mesure bien entendu ou il n'y a pas trop de houle mais bien sure ce n'est que de la théorie, chaque cas est different! lors du fameux fasnet des annèes 78 je m'etais refugiè dans une baie sur le cotè de Gernesey mais la houle etait tellement importante que piece d'etrave tordue il a fallut reprendre le large et abandonnant le mouillage ! mon ami Artimon avec son garcia 60 pieds a pris 160noeuds en Patagonie , ancre roccna tordue mais il n'a pas chassè.....

toute ma sympathie à ceux qui sont dans les galeres apres ce cataclisme


Rigil:C'était la nuit du 15 août 2020...encore une fois, pas de bol, j'etais dedans !Ca a commencé à tonner vers 22 heures, nous passions Penmarch route vers La Rochelle, nuit infernale et spectaculaire, rafales à 50 nds, heureusement, à bord d'un bon bateau (Amphitrite) et au portant : pas de mer sur le pont, on filait sur un rail, de l'eau a courir, cela aurait pu être grisant si nous n'avions pas eu la trouille de se prendre un eclair. Effectivement, ça criait a la VHF·le 21 août 20:45
Rosbraz:Pour aller dans le sens de ce que dit captainwat2 et essayer d'apporter des éléments de réponse à la question initiale du fil "qu'auriez-vous fait...". Le soir du 15 août 2020, nous étions à l'ancre aux Glénan, à La Pie depuis deux jours, plutôt près des rochers sur notre HR 38, quatre personnes à bord, toutes en forme et équipiers confirmés. En voyant l'orage approcher, nous avons relevé notre ancre pour nous éloigner des dangers et aller mouiller loin des rochers et des autres bateaux, qui étaient nombreux, mais en restant cependant sur le secteur de la Pie, qui est, pour ceux qui connaissent, entouré de roches. Cinq mètres de fond, trente mètres de chaîne de 10, ce n'a pas été suffisant quand l'orage a éclaté et que le vent est monté. Nous avons rajouté progressivement trente mètres de chaîne (donc soixante mètres de chaîne de 10 au total) et appuyé au moteur. Ce n'était toujours pas suffisant et nous voyions que nous chassions doucement mais sûrement. Un voilier inoccupé sur corps-mort n'était plus bien loin, les roches non plus. Plus question de mouiller à nouveau, il aurait été de toute façon impossible, guindeau électrique ou pas, de relever notre ancre tant le vent était fort et la chaîne tendue. Nous avons alors décidé tant qu'il était encore temps de filer le mouillage par le bout et nous sommes sortis de l'archipel pour gagner le large, moteur (Volvo 60 CV) à 3000 tours pour gagner au vent. Une fois en mer, nous nous sentions en sécurité. Nous avons attendu à distance que ça ce calme, et l'acalmie ne venant pas, nous sommes allés à la voile (c'est à dire un petit bout de génois déroulé qui nous propulsait à six noeuds) nous réfugier à Concarneau. Le lendemain matin à la première heure, nous revenions sous un splendide ciel bleu et une mer plate récupérer nos apparaux de mouillage. Tout cela s'est fait évidemment avec une certaine émotion, mais sans problème :--En prévision de telles circonstances, l'extrémité de notre chaîne n'était pas fixée par une manille au fond de la baille à mouillage mais frappée sur un petit bout extrêmement résistant et suffisamment long pour arriver jusqu'au niveau du pont, une fois la chaîne totalement sortie. Pas besoin d'outil, il suffisait de sortir son couteau de poche pour couper ce bout et laisser filer tout le mouillage.--Lorsque nous mouillons, nous oringuons presque systématiquement. Il n'était par conséquent pas trop douloureux de prendre cette décision car nous savions que nous pourrions récupérer facilement notre ancre et sa chaîne.--Deux équipiers sont restés à l'avant et ont veillé à ne surtout ne pas perdre de vue la bouée d'orin, pour renseigner le barreur, qu'il ne vienne pas bloquer l'hélice dans le bout de l'orin. Car si cela arrive, sans mouillage principal et sans moteur, c'est la catastrophe complète...--Mais aussi, il faut avoir un peu de chance pour que tout se passe bien quand le vent monte soudainement à 50 noeuds et que la pluie fouette à l'horizontale...Pour finir, ces phénomènes orageux ne sont pas nouveaux. Pour ceux qui aiment Jean Merrien, qu'ils relisent "L'homme de la mer"', qui décrit la soudaineté et la violence d'un orage non loin des Glénan en 1939. Jusqu'à ce soir du 15 août 2020, j'avais pensé que Merrien forçait le trait.·le 21 août 23:16
Flora :):Excellent récit d'une non moins bonne décision. Il faudrait faire un copie-collé, le déplacer dans le fil pour plus de visibilité ... ·le 21 août 23:24
vannina:" lors du fameux fasnet des annèes 78 je m'etais refugiè dans une baie sur le cotè de Gernesey mais la houle etait tellement importante que piece d'etrave tordue il a fallut reprendre le large et abandonnant le mouillage ! "ah, aurions-nous été voisins de mouillage alors?souvenirs vagues de l'époque, surveillance constante du mouillage y compris avec quarts de nuit, ça remuait! on n'avait pas chassé.·le 21 août 23:58
mitch58:bien vue l’etalingue longue,qui evite de disparaitre au fond de la baille de mouillage couraue entre les dents,qui peut etre coupee au niveau du pont..demain je modifie 👍🏼👍🏼👍🏼👍🏼·le 22 août 00:37
Larent le Hareng:@ Rosbraz : oui, mais, comment était orienté le vent et donc la mer du vent ? dans le cas de l'évènement corse qui nous occupe, les bateaux se sont retrouvés coincés dans un piège au vent de la côte, ils devaient lutter contre le vent ET la mer du vent (vagues de 4 m est il dit ...) pour sortir du piège ... c'est là que le scénario est implacable·le 22 août 05:58
CapCool:Je partage les mêmes interrogations que Larent le Hareng.·le 22 août 09:56
mitch58:c’est ce que j’ai dit plus haut: partir oui,mais si le vent a 60 nds dans le nez + mer+ mauvaise visi..tu decides d’y aller??·le 22 août 14:57
Flora :):Solent a dit qu'il avait eu de WSW et ensuite du N tout aussi fort dans le même mouillage à côté de Cargese.·le 22 août 18:05
brufan:pour reprendre sur le récit de Rosbraz : " quatre personnes à bord, toutes en forme et équipiers confirmés. "... c'est rarement la cas en Corse au mois d'août ! Ce sont plutôt des familles qui sont à bord de bateau de loc' ou de leur propre bateau qu'ils ne quitteraient jamais et à bord desquels, au mieux, un seul a une petite expérience mais n'a jamais expérimenté ce genre de situation.·le 24 août 16:15
Domde:Qui peut se vanter d’avoir affronté une telle situation imprévue parmi les heossiens même les plus aguerris. Sans doute à peine une poignée.·le 24 août 16:32
22 août 2022
5

Alors voilà ce que j’ai fait :

Dès la première rafales à 81nds, j’ai consulté le fichier Excel qui permet de calculer la longueur de chaîne et le poids de l’ancre et j’ai relu quelques chapitres du livre d’Alain Poiraud. 😂😂
Pour les détails j’ai un rapport de mer que je réserve à mon assureur pour le moment.
Bonne journée à tous.


Flora :):Bon tu n'as pas perdu ton humour ! Bonne suite de vacances.·le 22 août 07:40
Solent:Plus sérieusement, tu es la balle de tennis sur un match de finale entre Rafal et Federer et tu attends la fin du match.·le 22 août 07:47
Flora :):Ah oui, la comparaison est parlante... quelle horreur !·le 22 août 08:03
22 août 2022
0

viking35:8 fois la profondeur en chaine! Si tous les voiliers avaient mouillé avec le même sérieux, rares auraient été ceux à faire côte.·le 22 août 08:33
ED850:Oui, on lit "J’avais mis 80 mètres au final, pour un fond de 10 à 11 mètres, et j’avais doublé des amarres à la chaîne sur le bateau pour soulager le guindeau ».·le 22 août 08:41
Morteen:Vous allez dire que je pinaille...Ils avaient "souqué les voiles sur leur bôme" (sic) et "doublé des amarres à la chaîne sur le bateau pour soulager le guindeau".Rien ne vous choque ?·le 22 août 08:43
Little Wing:Je suis heureux que le Swan 65 Salina, le plus beau bateau de série amha, est intact. Mais je ne vois aucune raison de m’esbaudir, il a pu mettre toute sa chaîne parce qu’un 65 pieds ne vient pas se faufiler dans un mouillage blindé de 40 pieds. 10 metres à Calvi c ‘est déjà assez loin, de plus un bateau de 30 tonnes au fardage modéré ne bouge pas comme un fétu de paille . Il a juste attendu, good for them ‘·le 22 août 09:23
Little Wing:Et 80 metres en proportion rien d’impressionnant non plus·le 22 août 09:26
22 août 202222 août 2022
0

Ah Morteen,tu nous manquais,le silence était assourdissant !
Chassez le naturel il revient au galop ...si tu as une autre remarque pertinente sur le sujet elle est la bienvenue !
Restons positifs le foie travaille moins ...

Blague à part,équipage expérimenté,bateau bien placé pour pouvoir rallonger le mouillage et bien préparé.
Ce qui me frappe c'est les sourires des gars sur la photo!

Ne jamais se mettre au milieu et sous le vent du troupeau c'est la base...
Quans je vois le blaireau parisien interviewé sur une vidéo et son beau canote déchiqueté avec les voiles carbone,ça me fait sourire...
Beaucoup moins quand ses gamins sautent à l'eau pour s'échapper...ils auraient pu se noyer...quel manque total de préparation !


Morteen:"(...) si tu as une autre remarque pertinente sur le sujet elle est la bienvenue !"Merci Maître. Donc, toi qui est loin d'être un débutant, rien ne te choque ? ·le 22 août 09:08
22 août 2022
-6

Avec l'aimable autorisation de James, je veux bien préciser mon étonnement. Passons (si vous insistez) sur le fait que souquer une voile n'est pas une expression correcte. Mais bon, ce monsieur est présenté comme skipper professionnel, alors tout de même, étrange expression. Par contre, il précise avoir "doublé les amarres à la chaine pour soulager le guindeau". Quand vous mouillez, vous laisser la chaine sur le barbotin, vous ? C'est le guideau qui tient le bateau ?


Mathieu Enfant Sauvage:Doubler implique qu'il y en avait déjà.·le 22 août 09:39
Morteen:J'ai vu Mathieu, c'est "soulager le guindeau" qui me dérange.·le 22 août 09:40
ED850:Oui, je pense qu'il dit par là qu'il mets plusieurs bouts en plus de la chaîne.J'en mets toujours un tout en laissant la chaîne sur le barbotin, mais en cas de mauvais temps, il m'est arrivé de doubler ce bout pour qu'il force sur plusieurs taquets différents.Tout comme l'expression utilisée de voiles "souquées" sur les bômes. Ce n'est peut être pas le bon terme, mais il exprime cependant bien ce qu'il veut dire soit, ferlé les voiles étroitement serrées sur les bômes.·le 22 août 09:50
CapCool:@MorteenJ'ai l'impression que tu es le seul à ne pas avoir compris.·le 22 août 10:19
matelot@53588:Il n'a peut être pas utiliser les bons mots, du moins les mots des vrais professionnel, mais il a préservé son navire et son équipage ce qui pour un "amateur" mérite un coup de chapeau !!!·le 22 août 10:35
genavigue:Je suis d'accord que l'expression peu rigoureuse, est quand même comprise. Enfin moi j'avais compris.·le 22 août 11:20
22 août 202222 août 2022
0

sur les bateaux de loc, le classique, c'est 20 m de chaîne et 20 m de bout ... on va pas tenir grand chose avec ce type de mouillage ... et tu prends une assurance pour couvrir la caution que tu laisses ...


22 août 2022
0

Et bien ... Je suis un débutant (pas Parisien), sur D382GL avec un mouillage mixte 30m chaine de 10 et 30m de câble. Ancre delta de 16kg.

J'étais à Galéria 3 semaines avant. On a pris 30-35 noeuds la nuit suivante a la Revelata sans bouger d'un cm, bien ancré dans le sable avec 40-45 m lachés. Et le lendemain on est rentré en France.

Mais depuis ce drame je ne cesse de m'interroger.
Qu'est-ce que j'aurai fait ?
Je pense que j'aurai rallongé au max possible selon l'encombrement du spot , et que j'aurai fini par couper le câble si mes 40 CV me permettait de ne pas aller à la cote.
Je dis ça mais ... avec le bimini, les panneaux solaires, l'annexe dehors, et de temps en temps le gennaker aussi ... Je me serai fait broyer c'est quasi sur :(

Est-ce que j'aurai eu la présence d'esprit de tout remballer la nuit d'avant ? Je check la météo 3 fois par jour, avec 3 jours d'anticipation. Pas sur que je l'aurai vu venir celle la , vu la violence.

En tous cas, Windy et MF sont mes sources d'info, et s'ils ont été défaillant, j'aurai rien vu venir du tout.
Mes limites : 25 noeuds en nav. Au delà je navigue pas parce que ça ne m'amuse plus. Le bateau en serait capable mais pas l'équipage. Au mouillage, 35 noeuds bien préparé ça me gène pas. Au delà : abri au port.

Mais 90 franchement ... Chapeau à ceux qui s'en sont sorti. Ils devaient tous être préparé un minimum j'imagine.


Cédric 1983:Ton mouillage est limite pour un bateau de ta taille et fardage… tu serais parti à la cote.20kg + 50m de chaîne + ton câblot serait plus adapté… mais c’est toi qui vois·le 22 août 13:27
Alcove:Je pense que tu as raison ! C'est un point que je dois absolument revoir pour l'année prochaine.Idem, un système de démontage rapide des panneaux. La révision du Lazy qui laisse l'air s'engouffrer. Bref, prévoir un gros coup de vent. Ce que je n'ai pas fait cette année !·le 22 août 15:21
Cédric 1983:pour ton bateau une bonne spade de 20 kg reste "compacte" et assure une bonne tenue ... je vais me faire crier dessus car ca coute 620€ euros et qu'une kobra 1er prix est moins chère ... mais il faut voir ce que l'on veut!·le 25 août 09:24
22 août 2022
18

Bonjour

220km.h de vent, tu ne peux rien faire à part te tuer. Pendant un coup de vent comme ca, tu ne peux rien faire.

oui on peut tenir mais si on a fait le job avant.
Je vais raconter 2 expériences notables qui sont loin des 100nd de vent:
1. en med, 69nd au mouillage, c'était prévu, un coup de tramontane. 2 ancres modernes surdimensionnées on était mises devant, bien enterrées au moteur préalablement, avec 100m de câblot pour 4m de fond, tu vois le scope.... Le fond était de mauvaise tenue. Je savais tout ca. J'ai reculé d'une dizaine de mètre pendant ces jours de tram. Donc parfait mais j'avais fait le job avant. Qu'est ce que j'aurais pu faire pendant si ca avait merdé, rien. Rien du tout. J'ai 2x60cv avec d'excellentes hélices. C'est beaucoup mieux que 1x120cv pour une poussée statique. et c'est plutôt très puissant pour un cata de 15m très léger, avec des fenêtres à 45deg et pas de troisième étage, pas d'enrouleur... (donc un fardage mesuré) Je n’étale pas 60nd de vent au moteur. Déjà essayé.
Donc au moteur, sur un voilier dans des vents comme ca tu ne peux RIEN faire.
Mettre le tourmentin, oublie. Il ne doit pas y avoir beaucoup de personne qui ont mis un tourmentin par juste 50nd de vent. dans 100nd de vent, juste avec le mat, le bateau est couché, tu prends 70 deg de gite minimum et ca ne remonte pas. Augmenter la surface de voile en mettant un tourmentin dans ces conditions ?? oublie.

  1. 85nd de vent en Islande (ma maison) pendant 6 heures puis 50nd de vent pendant 36h. les 50 nd de vent avait l'air pétole à coté. je fais 90kg pour 1m75 35 ans à l'époque, genre 3eme ligne de rugby. En ciré (Islande) je me faisais baladé par le vent comme une feuille morte, je ne pouvais pas marcher dehors, il fallait que je me mette en boule dans les rafales. Pareil, c'était prévu, j'ai pris mes dispositions, et nous en sommes sortie sans une égratignure. Qu est ce que j'aurais pu faire pendant ? RIEN, je ne peux même pas me déplacer moi même ! Je rappelle qu'il y a un carré dans les équations entre la vitesse du vent et la force du vent, donc entre 85nd de vent et 100nd de vent, c'est presque le double de force de ce que j'ai vécu ce jour là, je ne peux même pas l’imaginer, je ne serai pas surpris que ca soulève mon catamaran.

qu'est ce que tu peux faire pendant dans 70-80+ nœud de vent ? rien
- déjà tu ne peux pas aller dehors, au delà de 70-75nd de vent, en plus du problème de la force du vent qui t'empêche de te déplacer, il arrache l'eau de la mer et c'est d'une telle violence que ca fait mal, t'y vois rien, t'es dans l'eau, t'as du mal respirer et tu tiens pas debout.
- le moteur n'est pas assez puissant de très loin
- remouiller, a sec de toile tu seras a qq nœuds de vitesse (4, 5 , 6nd). A sec de toile, je suis à 6nd dans 40nd de vent avec mon bateau... quelqu'un a déjà mis son ancre avec une vitesse de qq nœuds ? quand l'ancre elle va gripper, ton guindeau il va faire POUF détruit directe, le reste de ta chaîne va se vider et hop t'as perdu ton mouillage. A la limite si tu ne mouilles pas sur chaîne mais sur câblot, alors tu pourras freiner gentiment le câblot sur la poupée, mais putain fait gaffe à tes pieds, à ton équipage, que personne ne marche sur le câblot et que personne n'est une boucle de câblot autour de sa jambe, ca ira très très vite et ca va tirer des tonnes. Or dans des moments comme ca, c'est la panique, on marche partout et bonjour l'accident. Au revoir la jambe.
- mettre une voile, un peu de sérieux t'es déjà couché à sec de toile...

la seule chose que je tenterai probablement si ca se barre en couille pendant un coup de vent comme ca, c'est de choisir l'endroit de mon échouage qui sera inévitable. Plutôt une plage ou la vase que la falaise et les cailloux. et plutôt en marche avant que marche arrière. Encore faut il qu'il y ait ça sous le vent...


Rigil:Bonne analyse.Ca change des "j'aurais fait çi, fallait faire ça, moi j'ai déjà vécu ça..."Perso, je ne la ramène pas, ça fait plus de 50 ans que je pratique la mer, gosse sur le bateau de papa, gamin en deriveur, plaisancier, marin de commerce...j'en suis à mon 9ème bateau, eh ben, je me suis "ch.er" dessus...Pas eu le temps ni la possibilité de faire grand chose.Ca fait bizarre de se sentir plus spectateur qu'acteur.Je connaissais la faiblesse de mon mouillage (3 fois la profondeur seulement), j'ai fondé tout mon espoir sur ma grosse ancre moderne vu que je ne pouvais pas rallonger. J'ai mis des grosses défenses partout pour les voisins, et j'ai subi les 200 m de dérive lente.Plus de peur que de mal, mais je ne donnerais aucun conseil en la matière.Sans eau à courir, on ne peut pas faire grand chose dans ces conditions là.Alors bien-sur, si la veille au soir en me couchant, ou même une heure avant j'avais su exactement ce qui nous arrivait dessus, j'aurais appareillé et voyant le phénomène je serais allé faire le forcing au port tout proche, quitte à accoster au quai gasoil ou à prendre un des corps mort des paquebots.. ·le 22 août 14:03
Larent le Hareng:tout à fait d'accord, quand ça part en cacahouète comme cela, tenter de viser la plage de sable pour s'échouer en marche avant et espérer sauver l'équipage au mieux et peut être le bateau mais, dans un deuxième temps ...·le 22 août 15:10
Colino:Intéressant, merci, je crois que c'est la seule réponse qui envisage qu'aucune des (bonnes) solutions ne marche au final... ça me semble très instructif de se dire : et si tout ce que je fais ne marche pas ? Comme quoi il y a toujours des alternatives "moins pires" à anticiper... Merci !·le 22 août 16:36
22 août 2022
3

Il y a sur le net la vidéo d'un voilier accroché à une bouée à Bandol pendant l'orage, avant et alors qu'il part s'échouer sur la cote. Au début de la vidéo, il n'a plus qu'une amarre simplement passée dans l'anneau métallique de la bouée. On voit très bien l'amarre frotter dans l'anneau avant que le bateau parte à la côté.

Par grosse houle, aucune amarre normale ne peut résister longtemps aux frottements en passant simplement dans un anneau de bouée de mouillage.

Il y a plusieurs solutions simples pour éviter l'usure de l'amarre autour de l'anneau :

  • Amarres solide et souples avec boucle et cosse fixées à l'anneau par l'intermédiaire d'une manille
  • Amarres avec une grande boucle en extrémité qu'on passe dans elle-même autour du métal de l'anneau; cette boucle va se serrer autour du métal de l'anneau ce qui empêchera les frottements et l'usure ; elle sera juste difficile à enlever sans une pince ou sans avoir cousu au milieu de la boucle un bout permettant de desserrer l'amarrage.
  • Gainer la boucle en extrémité d'amarre avec une sur-gaine dyneema qui améliore la glisse et résiste très bien à l'usure.

Personnellement, j'utilise systématiquement la deuxième solution pour me fixer à une chaîne, un anneau de bouée ou un taquet de ponton.. Je vais cependant sur-gainer les boucles avec du dyneema. J'ai pu voir que c'était très efficace sur les bras de spi qui frottent sur les câbles et ridoirs de galhauban. Cela facilitera aussi le désassemblage.


Café noir:Il est aussi possible de passer un morceau de chaine en place de ces aussières.J 'en ai plusieurs à bord, (à la base pour ceinturer des rochers coupants et passer une aussière dessus) mais ça le fait très bien pour se mettre à un corps-mort quand les conditions sont mauvaises, ou pour un amarrage à quai dont le granit est un peu trop rustique pour laisser raguer un aussière même fourrée.·le 22 août 17:46
22 août 2022
0

Moui donc, y a pas grand chose a faire dans mon cas.
Guindeau sous dimensionné, mouillage sous-dimensionné , trop de fardage.
Faut rester humble, on serait allé au tapis comme tout le monde.


viking35:"au tapis comme tout le monde."
Le Cross signale 48 voiliers échoués. Ce n'est pas tout le monde. ·le 22 août 16:59
Larent le Hareng:@ viking35 : et dans quel état sont les autres ? pourquoi veux tu minimiser la violence de cette tempête et les conséquences sur les bateaux ? et absolument conclure à l'incompétence des skippers ? tout le monde a essayé de sauver sa peau ... point barre !·le 22 août 17:18
viking35:Où as tu lu que je " minimise la violence de cette tempête?" Je rapporte des faits.Par ailleurs, un orage n'est pas une tempête. ·le 22 août 17:56
22 août 202222 août 2022
5

je viens de discuter avec une amie skipper pour une boite de loc,lagoon 39,elle etait a menasina au nord de sagone le matin ,mouillee dans 11 m.
la veille elle check la meteo et voit que c’est bien orageux.
le matin,a 7.00 elle regarde windy et notamment la fonction qui permet de voir l’animation de la derniere heure ( icone nuage avec éclair ⛈)
elle voit le monstre d’orage arriver sur l’animation et le temps de reflection ca commence a se lever.
elle decide de partir se sentant trop pres des cotes et mouillé trop profond.
le temps de relever le mouillage et c’est deja fort,( elle m’avoue que si elle avait attendu un peu plus ,elle n’aurait certainement pas plus relever mouillage et partir) elle fait passer les gilets aux pax,heureusement son mari est la en equipier et lui donne un sacré coup de main.( psychologiquement,j’imagine volontier que dans ses moments de stress intense,que c’est bien de pouvoir parler a quelqu’un en qui on a confiance,reactif,compétent)
elle sait qu’il y a un caillou a passer en sortie de baie au sud.
le cata est bringballé dans tous les sens.
son objectif,passer ce caillou.
4 a 5 m de mer,ca piaule,elle demande a son mec de lancer un mayday pour qu’il sache qu’il sont en mer .
ne pouvant passer le caillou en sortant de la baie,bateau tres peu manœuvrant,et voyant qu’il ne sont pas loin,elle decide de revenir sur ses pas et le passe aidé par le vent entre ile et caillou.
un stress de moins.( en image plus bas,sans que ce soit sa trace mais une interprétation de ce qu’elle m’a raconté)
elle m’a dit ,autant il etait evident qu’elle devait foutre le camp,autant une fois dans en mer elle doutait de sa decision..tout en se disant : sur qu’on finissait sur les cailloux.
tetanisee a la barre,jambe ecartee,polaire et veste de quart elle est transie,pourtant elle me dit je sent l’eau sur mon visage chaude..c’est interminable,les pax pleurent,vomissent,etat de choc..
lorsque ca commence a se calmer un peu,elle commence a revoir la cote,et le nombre de bateaux échoués ,vision apocalyptique..
elle descends sur ajaccio,et une fois les sanguinaires passés,3 h apres leur depart ,ça se calme.
l’annexe a peté un palan ,elle traine a moitie dans l’eau,le moteur est parti a la mer tapant contre une des jupe.
elle m’avoue avoir du faire face a des situations dures de vent et de mer dans le passé,mais là,elle m’a dit avoir eu la peur de sa vie..
respect 🫡


Solent:Bonne nouvelle, on se demandait avec les « rescapés de Cargèse «  si ils s’en étaient sortis.·le 22 août 18:34
Solent:Effectivement ils n’avaient pas le choix ils étaient mouillés au mauvais endroit dans ces circonstances.Partir en mer était extrêmement dangereux, aller sur les cailloux aussi. La responsabilité à due être énorme.·le 22 août 18:39
Corlazo:Voilà un récit qui invalide donc le propos tenu quelques posts plus haut : "Pendant un coup de vent comme ça, tu ne peux rien faire." Voilà une skipper qui a fait quelque chose : elle a fait route et sauvé son bateau et son équipage.Je ne comprends d'ailleurs pas comment elle a pu y parvenir si, comme Solent le décrit sur l'autre fil "Orage meurtrier en Corse", les conditions étaient "60 à 75nds de SSO en permanence pendant une heure puis 45 à 60nds l’heure suivante de Nord". Comment a-t-elle pu faire route dans du SSO de 60 à 75 nœuds, avec un Lagoon 39, au vent de la côte ? Grand mystère...·le 23 août 01:03
viking35:"Grand mystère..." La Corse est grande.Il n'y a pas pas eu un seul orage.Les conditions météo étaient évidemment différentes entre Girolata et Ajaccio. Comme l'étaient les compétences et les puissances des moteurs. Par ailleurs, fort heureusement, la majorité des voiliers s'e sont sortis. Je rappelle que le Cross a indiqué que 48 voiliers s'étaient échoués. ·le 23 août 03:25
Pat45:Il faut savoir prendre des décisions, et s'y tenir...bravo à elle de s'y être tenue.souvent, dans ce genre de conditions extrêmes, le facteur chance joue aussi un grand rôle...·le 23 août 10:31
Corlazo:Salut Viking. Solent et le Lagoon 39 étaient voisins de mouillage dans la même baie, à Menasina. Donc les conditions que décrit Solent correspondent de très près à ce que la skipper a rencontré. Elle ne devait pas être bien loin de la côte comme le montre le schéma de Mitch, ça a dû être particulièrement stressant. Ensuite, avec la bascule au Nord que décrit Solent, elle a pu faire route sur Ajaccio.·le 23 août 10:40
22 août 2022
1

"elle demande a son mec de lancer un mayday pour qu’il sache qu’il sont en mer ." Grosse erreur, si cela correspond à la réalité.


Morteen:Ce n'était pas approprié en effet mais la panique explique l'erreur. Oublions ça, l'important est qu'elle ait sauvé le bateau et l'équipage.·le 22 août 21:09
22 août 2022
0

c'est curieux sans doute autre temps autre moeurs ..il restait tout de m^me une derniere chose à faire dans cet enfer pour etre sauvé ...prier le chapelet pour les catho , les autres le Coran ...
apparemment personne n'y a penser 😊


22 août 2022
0

et si tu te retournes ou heurtes un truc qui fait couler,dans 60 nds de vent et 4/5 m de mer,t’as le temps de lancer un mayday..?
pour moi elle a bien fait:
le cross savait qu’il y avait un bateau en mer,a telle heure et tel endroit.en cas de naufrage,perte des moteurs ou de safrans,ils avaient l’info .
suffit lorsque tu es sorti d’affaire de donner l’info au cross que tout est ok pour toi.
pour moi c’est de l’anticipation,et c’est bien vu.


Kiwi29:Non, le cross avait l'info d'un mayday point..avec tous les risques d'un mayday pour l'equipage (ou alors il,faut en dire plus sur l'echange qui a suivi avec le cross )·le 22 août 18:19
James :Entièrement d'accord avec Mitch !Mieux vaut prévenir,et elle a sauvé bateau et équipage, bravo !·le 22 août 18:20
viking35:A qui sert le Pan Pan pour vous? Pour info, je connais un "skipper" solitaire soit disant pro qui a été hélitreuillé contre son gré après avoir confondu Mayday et Pan Pan...·le 22 août 18:25
Calypso2:mayday mayday il n'avait pas lieu d'etre lancer a ce moment precis ..sans doute un peu de panique (sans etre péjoratif) juste une info au Cross de la situation surement .. mais le cross devait étre totalement saturer ·le 22 août 18:25
genavigue:Il me semble que la Mayday doit être lancé lorsque le bateau n'a aucune chance d'être sauvé. Pas pour informer le cross.·le 22 août 19:33
Kiwi29:Le baba qui ne semble pas etre encore bien acquis...et surtout ses consequences en terme de "maitre à bord"·le 22 août 19:35
James :Au moment où il ont lancé le message ils devaient penser que c'était la fin...J'aurais bien voulu vous y voir les gars !On peut comprendre la situation à ce niveau extrême, non ?Le jury a tranché elle est coupable...·le 22 août 20:09
genavigue:Non elle n'est pas coupable. Personne ne lui jettera la pierre. Je rappelle simplement les règles que l'on apprend pour le CRR·le 22 août 20:27
Morteen:Bonjour. C'est le "pour qu'ils sachent qu'ils sont en mer" qui pose problème.Si c'est la raison du message, ce n'est pas une détresse, ce n'est pas une demande d'assistance, donc pas de MAYDAY. Après, nous n'y étions pas et parfois les récits ne sont pas l'exact reflet de ce qui s'est passé.·le 22 août 20:55
mitch58:qu’est ce qui t’empeche en fin de messagélorsque tu donne les precisions de l’urgence,que tu n’est presque pas manœuvrant,tu as des passagers,tu es dans phénomène hors norme,que la situation est contenue pour l’instant..sortir la reglementation du crr,droit dans ses bottes..🙄·le 25 août 18:47
22 août 202222 août 2022
2

J’ai vécu un certain nombre d’orages en mer et en ai deux en mémoire au mouillage. Sur deux voiliers différents sans guindeau et en équipage familial avec mes enfants jeunes.

  • HOUAT en été sur un Fandango - 10 m - avec un moteur capricieux. Mouillé à la limite de la basse mer , j’ai sûrement mouillé la totalité de la chaine dont je ne me souviens pas de la longueur. L’ancre était une CQR sur du sable et nous avons laissé passer les 45/50 noeuds sans difficulté, contrairement à quelques autres voiliers.

  • Les GLENAN sur un First 305, avec le même jeune équipage et sans guindeau, compte tenu du mouillage exigu et encombré, j’ai préféré faire route sur Concarneau à une dizaine de milles alors que l’orage grondait.

  • Sur un Sun Fizz, au sud de SERCQ, j’ai observé ce qu’on appelle un « grain blanc ». Ayant observé un Kelt 8 m se faire littéralement coucher à 1 mille devant nous, j’ai fait tout affaler, y compris la GV, en attendant que cela nous tombe dessus. Cela a duré 5 minutes à plus de 50 nds, sans pluie et sans nuages, avant de revenir à la situation précédente.

Chaque situation orageuse est différente. Je ne crois pas que l’orage vécu à Calvi était le même que celui de Girolata ou Ajaccio.


viking35:Les courageux anonymes peuvent ils m'expliquer en quoi mes expériences ne correpondent pas aux questions posées ? Un peu de courage !"La question que je pose: connaître l'expérience de ceux qui ont vécu des circonstances semblables...et ce que vous avez fait?"·le 22 août 19:40
James :40/50 noeuds c'est de la rigolade à côté de ce qu'il y a eu...Toi tu aurais fait quoi ?·le 22 août 20:12
Alcove:Je suis assez d'accord ,selon les endroits la situation à été différente.Aussi 50 noeuds ça reste dur, mais viable. 90 noeuds par contre, y a plus rien à faire quand ca te tombe dessus d'après ceux qui l'ont vécu et que je crois volontiers. Seule l'anticipation peut aider visiblement. Sans garantie.·le 22 août 20:31
genavigue:Je pense qu'il faut à nouveau rappeler les règles : a savoir que la hauteur d'eau d'un mouillage doit être de 5 à 7 fois l'immersion, prendre un fond qui croche, ne pas mouiller sur des herbes etc....Je ne fais pas de morale, mais il faut partir d'une bonne situation·le 22 août 20:31
James :J'ai déjà pris plus de 50 noeuds au mouillage,contre un quai,dans un port dangereux et en nav,mais comme vous dîtes bien là c'est un tout autre monde,c'est de la survie pure...Déjà 60 c'est limite et très chaud,alors au-dessus je me sentirais tout petit et surtout très humble devant ceux qui ont sauvé leur peau,leur bateau et leur équipage !Je ne suis ni un surhomme ni un marin exceptionnel, je connais mes limites et avec le matériel moderne et un bon bateau on peut faire face à de gros coups de baston,mais là c'est pas du rock ni du hard rock,je ne saurais même pas dire...Restons modestes...·le 22 août 20:50
Calypso2:materiel moderne ,bateau moderne je dirai que c'est là aussi qu'est le probleme ,je voudrais bien savoir combien de taquets ont peté ..·le 22 août 20:58
James :Ça c'est sûr !Rien qu'à voir les tupperware demantibules sur la plage...·le 22 août 21:00
22 août 2022
0

Pas d’expérience de conditions identiques. Mais si ça devait m’arriver au mouillage, il est clair que l’ancre commencerait à chasser. Si je chasse vers la côte, est-ce que déployer l’ancre flottante en plus d’allonger le mouillage et d’allumer le moteur ne serait pas une solution pour freiner la dérive? Bien sûr, faut-il encore arriver à l’immerger avant qu’elle ne se transforme en cerf-volant...


22 août 202222 août 2022
2

le mayday est envoyé si il ya un risque pour la vie humaine.
la c’est le cas ,ils sont dans une mer forte ,bcp de vent ,pas de visibilite,la cote proche,6 passagers dont la vie est en danger,peu de manœuvrabilité ou pas et surtout sans savoir si ca va augmenter..la skipper a imaginee que ca allait mal tourner,elle anticipe.elle n’est pas sur son canape ecran a la main a philosopher de ce qu’il faudrait faire ou pas ,tasse de the a la main..
elle est dedans jusqu’au cou.
mais c’est vrai ,il faut peut etre attendre que 2 passent par dessus bord,avec voie d’eau..skipper pissant le sang avec un bout de plexi ,qui vient d’eclater ,planté dans le mollet

pan pan lorsqu’il y a une avarie,c’est different

et,nul besoin de partir en vrille sur le sujet mayday ou pan pan,parceque là je sent bien que ca va etre open bar..


Kiwi29:Visblement tu devrais te poser dans ton canapé et reflechir un peu , on est tous bien au courant de la situation et nous 'aurions pas aime y etre ...mais c'est une erreur ·le 22 août 19:39
mitch58:ok kiwi,on a pas le meme avis,ce n’est pas grave 😉·le 22 août 19:42
James :Ça coupe les cheveux en 4,avec des petites expériences en exemple...Ces réactions me rendent franchement misanthrope...Faîtes gaffe que l'apéro ne tombe pas sur votre clavier,mais au moins vous pourrez dire "pan pan",hi hi hi...·le 22 août 20:18
Kiwi29:Et tu as la bonne reponse ...puisque tu as bien lu le doc de mitch ·le 22 août 20:49
roberto:Pour pinailler si on veut, mais le Mayday est pour "danger grave et imminent, et que l'on demande assistance immédiate", la necessité d'assistance immédiate faisant souvent la différence entre mayday et panpan; s'il n'y a pas cette necessité d'intervention extérieure il n'y a pas mayday.En d'autres termes, on peut envoyer un panpan pour éviter un mayday plus tard..·le 22 août 21:23
mitch58:Danger grave et imminent :Voilà c’est exactement cela. Dans un orage de cet taille , en mer avec des passagers on peut s’estimer en danger grave et imminent c’est à dire qu’il ne s’est pas encore produit mais pourrait arrivé à n’importe quel instant.Tu rajoutes le doute et le stress..Mais c’est vrai qu’on a des rambos de la navigation et connaissant sur le bout des doigts la réglementation.le doute le stress le déni la fatigue il ne connaissent pas .·le 22 août 21:40
roberto:Généralement c'est le Cross qui reconnaît bien la différence entre les deux, du moins pour les alertes en phonie.bv·le 22 août 22:32
Sarkis:Elle aurait dû, à lire certains, attendre que le bateau se fracasse sur les rochers pour lancer un mayday. Pfff.·le 22 août 23:26
roberto:Si c'est pour moi, tu remarqueras que je n'ai fait absolument aucune reference au bateau en question (dont je ne connais rien). Sinon, donner des leçons ou lancer des "pfff" à qui ne le fait pas est encore plus risible.·le 23 août 00:03
Sarkis:Non Roberto. On ne peut pas intercaler de réponse et donc mon commentaire arrive après le tien. Il ne t'est toutefois pas destiné. Le Pfff s'adresse à ceux qui pinaillent sur mayday ou pas. Dans ces conditions, le skipper pense aussi et surtout à son équipage. Il considère, sûrement à juste titre que des vies sont en danger si le bateau vient se crasher sur les rochers. Plus on attend et plus, si le pépin doit arriver, il va arriver. Ça donne tout son sens à un mayday qui risque bien d'être inutile si il est lancé au moment de l'accident. Je partage tout à fait la posiiton de Mitch58·le 23 août 00:45
James :Plus 1000 Sarkis !·le 23 août 06:28
roberto:Dans le cas spécifique je suis d'accord, dans une situation totalement chaotique où selon les mots de la personne "on a la peur de sa vie" j'aurais fait probablement le même choix. cdlt r.·le 23 août 11:05
Flora :):Je crois que, étant un peu superstitieuse, j'aurais lancé un PanPanPan plutôt qu'un Mayday... ce qui alerte tout autant à l'autre bout. En décrivant la situation en deux mots. On ne sait pas si on lui a répondu ? Ni les suites...·le 23 août 14:51
Meganeuropsis:De toute façon, vu le nombre ingérable d'appels qui ont certainement eu lieu ce jour-là à cette heure-là, Mayday ou Panpan, je serais curieux de savoir combien il y avait d'opérateurs présents à ce moment-là et comment le CROSS a pu gérer ça. Entre les appels sur le 16 et ceux qui ont été diligentés via les portables ...... Le CROSS n'est pas un centre d'appels ordinaire comme quand on appelle les pompiers ou police-secours où là il y a du monde et de nombreux postes téléphoniques. J'espère qu'il y aura un débriefing de la part des autorités et qu'on aura un retour. ·le 23 août 18:54
mitch58:quand ton bateau fais ce qu’il veut,que tu te bat pour essayer de passer un caillou non loin,tu n’as pas de visi😶‍🌫️,tu ne sais pas si le vent et la mer vont encore grossir,que tu as des pax a bord..🤮…malades…tu attends 😏..!?tu attends quoi? le crack de la coque sur un recif,la ou tu vas devoir gerer fissa un embarquement sur la survie dans une mer demontee et un vent qui t’empeche de te tenir debout..et,ah oui,envoyer un msg de détress…. trop tard🫢alors le cross devait tellement avoir d’appel a ce moment,qu’il ne doivent peut etre meme pas se souvenir de ce mayday..ont ils deja du faire fasse a autant d’appels en meme temps??·le 24 août 00:00
22 août 2022
-1

c'est surement con ma reflexion : mais la preconisation de veiller en permanence lorsque l'on est sur ancre a dans ces circonstances tout son sens
si un homme ou une femme avait été de quart a surveiller la meteo et les alentours la petite demi heure d'anticipation aurait fait pour certains bateaux toute la difference ..
Mais on est en plaisance et on passe outre les "regles" ..resultat


Numawan:Je confirme que cette réflexion est très conne. 😜·le 22 août 20:55
Meganeuropsis:Confirmation validée. ·le 22 août 21:30
Larent le Hareng:je plussoie dans la confirmation !·le 22 août 21:46
Brandan:Totalement d'accord avec toi Calypso. Dans la soirée du samedi 13 août dernier nous avons subi un orage à Camaret. Rien à voir avec les événements corses. Mais quand même. Vers 22h un bateau allemand chasse sur son ancre. Le gars, seul à bord, ne réussissait pas à relever son mouillage et finalement la SNSM est intervenu pour le tirer d'affaire. Vers 1h du matin j'ai trouvé que j'étais proche d'un trimaran hollandais. Est ce lui ou est ce moi qui chassait ? Je n'en sais rien, impossible de voir des alignements dans la nuit. J'avais 50m de chaîne de 10 et une Spade de 20kg. En tout cas, à la faveur d'une accalmie je décide de relever le mouillage et d'aller mouiller ailleurs.Il est évident que rester de quart au mouillage, dans ces conditions est absolument nécessaire. Ceux qui trouvent cela "c.n", libre à eux !·le 22 août 22:31
Numawan:Calypso ne suggère pas de veiller juste quand on est au mouillage dans des conditions difficiles, mais tout le temps … 😳·le 22 août 22:44
Brandan:Ce qui est sûr c'est qu'il faut tout le temps se méfier.·le 22 août 23:15
Solent:C’était le calme plat à 8h00, à 8h5 le vent monte à 27 nds quelques secondes puis passe directement à plus de 80nds.On fait quoi de plus grâce à cette veille ? Donc je confirme oui c’est très c…·le 22 août 23:27
Calypso2:Je ne suggère rien je dis que dans le milieu marin il est préconise de faire une veille permanente lorsque le bateau est sur ancre. Seulement nous plaisanciers on passe outre.on voit la le résultat, nous sommes de piètre marin. Quand je vois le nombre de bateaux dans certaine zone il faut vraiment avoir confiance dans le mouillage des autres pour aller dormir tranquillement. Et ce n'est pas le GPS qui va avertir lorsque le bateau du voisin viendra éventré le votre. Chaque fait comme il l'entend mais dans ces conditions à nom bord on fait des quarts. Passer 2h la nuit sous un ciel étoile c'est un vrai bonheur ·le 23 août 08:13
Solent:Là tu persistes. Pour info j’étais réveillé depuis 3h00. J’ai tout bien rangé mais encore une fois c’était le calme plat 5 minutes avant 8h00. Ça change quoi ta veille ? A 80 nds tu ne contrôle plus rien.Et pour la nuit étoilée c’était couvert.·le 23 août 20:56
Domde:En pleine journée avec pas mal de vent le bateau a 50 m devant moi a chassé d’abord lentement puis brusquement, je l’ai vu arrivé j’ai rien eu le temps de faire. On s’est légèrement touché puis il a disparu. Donc la veille la nuit au mouillage on peut se demander à quoi ça sert. Par mauvais temps ou annonce mto défavorable on veille. Dans tous les cas alarme de mouillage. Par beau temps dodo·le 23 août 23:53
22 août 2022
7

Oui mais il n’y avait aucune alerte à ce moment-là.
Pourquoi veiller au mouillage quand tout va bien hormis de peur de se faire piquer son annexe..


22 août 2022
1

(je n'ai pas tout lu)
«Tout le monde est bon marin par beau temps», et moi, aussi, je suis bon marin par beau temps.

Depuis un fauteuil fort confortable dans un appartement (au moment où j'écris ces lignes), la THEORIE me chuchote à l'oreille (sans en être sûr à 100%) : «Avec le voiler que tu as (10m, 2.7t tous pleins fait, et qui gite facilement par petit temps), si tu n'as pas anticipé la situation et qu'à 06h30 tu es réveillé, prends le large, descend vers le sud avec la plus petite toile la plus en avant possible, en prenant le vent par trois quart arrière. Bois (de l'eau) et alimente-toi régulièrement pas avec des sucres rapides (pour éviter l'hypoglycémie»

Ca, c'est la théorie (et j'insiste : je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée).

En pratique .... je crois que je n'aurais pas eu le courage de partir. Par manque de courage et faute de place aux ports je serais resté au mouillage. J'aurais enlevé toutes les voiles, y compris la GV pour offrir le moins de prise au vent possible (ça je sais que je l'aurai fait, j'en suis sûr). Mais la finalité aurait été très dramatique au moins pour le voilier. Léger, peu de surface mouillée, l'étai a 2 ans mais les haubans en ont 16 (j'ai prévu de les changer l'an prochain), 25m de chaine de 8, 35m de câblot, ancre ultramarine 12Kg (offerte, je ne l'ai pas acheté, c'est une longue histoire). J'ai de gros doutes que j'aurais tenu au mouillage.

Je pense qu'il est humain d'avoir peur, de reconnaitre sa peur, et d'admettre qu'elle paralyse et empêche parfois de prendre les bonnes décisions.

Voir une grosse barre de nuages noirs arriver, ce n'est pas avoir une paire de c#### que d'y aller droit dedans sous voile, c'est avoir un tempérament suicidaire .... ou simple inconscience de l'ampleur du danger.

Je serais curieux de connaitre la vitesse de déplacement de cet orage. Si quelqu'un a l'info ....


mitch58:Voir une grosse barre de nuages noirs arriver, ce n'est pas avoir une paire de c#### que d'y aller droit dedans sous voile, c'est avoir un tempérament suicidaire .... ou simple inconscience de l'ampleur du dangerje suis d’accord avec toi:quand on voit la photo de l’orage arrivér,et qu’on a 2 minutes pour prendre une decision..faut avoir un put.. de sang froid..mon amie skippeuse,elle la fait,elle a quitté le mouillage et est allé droit au large,avec la responsabilité de ses clients et du cata de sa boite.alors du bol , de la clairvoyance,de irresponsabilité,du suicidaire..!félicitation a elle d’avoir mener a bien sa decision..beaucoup d’experience,de la connaissance, de sang froid,une pointe de chance ( pas d’avarie sauf annexe en vrac trainant derriere un palan cassé) ·le 23 août 00:30
Camille06:@mitch58 : je pense qu'à la place de ton amie je n'aurais pas réussi à prendre cette (sage) décision.Après... va savoir... facile de pianoter sur un clavier d'ordinateur. Dans la vraie vie l'adrénaline s'en mêle et fait des miracles (testé et approuvé) aussi bien sur le plan physique qu'intellectuel.·le 23 août 01:18
mitch58:je pense quelle savait qu’elle allait finir sur les rochers.son experience.·le 23 août 03:11
vannina:ici il est dit plus de 100 km/h de vitesse de déplacementwww.wedemain.fr[...]erecho/ ·le 23 août 03:42
22 août 2022
0

Est-ce que l'un(e) d'entre vous connait la vitesse de déplacement de cet orage ? (je ne parle pas de la vitesse des vents, mais de la vitesse de déplacement de la grosse cellule orageuse)


Café noir:ça c'est une bonne question ! (mais je crains que cela n'aille très vite par rapport aux possibilités de vitesse de nos bateaux.)·le 22 août 23:31
Camille06:@Café noir : avoir ce genre d'info (certes théorique) permet de se donner une idée de la durée du mauvais moment à passer si une personne avait pris l'option "je quitte le mouillage, je trace à l'ouest/sud-ouest tant que je peux et quand je ne peux plus j'abats au sud avec un petit torchon le plus en avant possible du bateau.·le 23 août 01:20
22 août 2022
1

Environ 45-50 noeuds NE.
Il est parti vers 0330 des Baléares, à 0800 sur la Corse, 240 milles en 4.5 heures on est autour de cet ordre de grandeur. De là deux heures environ pour les 90 milles avec l'Italie.

Sur le site on peut interroger les archives des images des relevés des impacts des foudres, on voit cela très bien.


Café noir:Oui, mon frère était à Minorque (au nord) à ce moment là. Il dit qu'il n'a jamais vu un orage avec autant d'éclairs. Éclairage quasi permanent, mais finalement assez peu de vent.·le 23 août 00:22
roberto:À Mallorca il y a des récits qui rélatent 40-50 noeuds. Là c'était peut-être encore pire commme (manque de) prévision, le fenomène a commencé sur place sans aucun autre avertissement, puis s'est déplacé.·le 23 août 00:25
Sarkis:Environ 45 noeuds entre la Corse ouest et la côte Ligure.·le 23 août 00:47
23 août 2022
5

Qu'auriez-vous fait ce jeudi [18.08.22] matin si vous étiez au mouillage ?

Bon, ben moi je vais être honnête. Je suis plutôt du style couche-tard lève-tard. À 8h du mat, c'est trop tôt pour moi. Donc je crois que j'aurais tout simplement dormi.
😵‍💫


23 août 202223 août 2022
2

Je ne serai pas partie au large je pense, pas parce que ce n'est pas la chose à faire, mais parce que je n'en aurai jamais eu le reflexe, ou le courage, ou je ne sais quoi, mais sûr de sûr que je ne laurai pas fais en voyant l'arcus.
J'aurai refais un mouillage rapido en empenellant, et me serai posé ma question de mettre un tourmentin à poste. (Pas de genois sur enrouleur ici, juste des voiles à endrailler) (il n'aurai sûrement servi à rien d'ailleurs vu que le vent portait à la côte mais jaurai fais ça en sachant lorage approcher)
Jaurai aussi allumé le moteur, mais il aurait pas pu aider de beaucoup avec ses huit chevaux.

Et si javais eu encore plus de temps: bôme posée dans le cockpit, et retirer le panneau solaire...

Si j'ai le temps de rien, voici les aventages : je ne mouille que dans le sable, j'ai jamais d'annexe qui traîne, je mets toujours une garde au mouillage, et je mouille toujours comme si jallais me prendre une tatanne..

Et j'aurai mis mon gilet, mais sans m'attacher à la ligne de vie

Mais vu la force du vent, aucune idée si mon bateau aurait tenu.. il a jamais chassé même dans 50 nœuds, mais 100 noeuds j'ai jamais vécu..


23 août 2022
0

Bon, je viens de visualiser les archives d'impacts de foudre .... Je reviens sur ma fausse-bonne-idée super théorique depuis fauteuil d'appartement :
- Une cellule orageuse qui se déplace à 40-45 noeuds
- pas la possibilité de s'échapper par le nord de la Corse parce que trop forts vents de face
- pas la possibilité de faire une grande distance vers le sud

C'est ce qui s'appelle «Être fait comme un rat» , ou, d'un point de vue purement administratif (voire "suce-boule des assureurs") «Être à + de 60 miles d'un abri».

En supposant que le "festival" commence à 08h00 et que la cellule se déplace à 40 noeuds, ça signifie qu'à 07h00 elle est à 40 miles de distance !

Arome 12Z et Arpège 12Z sont dispo la veille vers 19h00, WRF 12Z vers 20h. Je les aurais consulté avant dodo c'est certain. Les aurais-je consulté sur une très vaste zone géographique ? Ca c'est déjà moins sûr.

Je n'aurais pas consulté WRF 18Z à 2h du matin, ni Arome 18Z à 2h du matin.

Il aurait eu fallu (ah elle est belle la théorie de comptoir) que je consulte Arome 00Z dispo à 6h du matin (ce qui est archi faux en pratique car à cette heure là j'aurais dormi sûr à 95%). Et même en consultant Arome 00Z à 6h du matin, pour être dans l'hyper urgence parés à 6h15... Pfff , en 1h45 de temps je n'aurais pas parcouru une grande distance vers le sud. Pour quoi ? Se prendre un sévère coup de pied au cul au large et finalement décider d'abattre pour passer les bouches de Bonifacio ? Ouais beh non-merci.

Ca a soufflé à combien dans les bouches de Bonifacio ce matin-là ?


Café noir:Là, on est d'accord, surtout lorsque à postériori on voit l’étendue de cet agrégat de cellules orageuses·le 23 août 10:50
23 août 2022
1

Notes à moi-même pour m'améliorer :
- Lorsque je re-trainerai mon bulbe sur tout le côté Ouest Corse ou tout le côté Ouest Sardaigne, bien me souvenir que l' "abri", par rapport aux coups de vents d'ouest, se trouve de l'autre côté de l'île
- prendre la météo sur une très vaste zone géographique
- Essayer de se coucher tôt même en vacance (hmm)
- Essayer de se réveiller à 6h du matin pour le bulletin Arome et WRF 00Z

Aussi, ça serait bien si les mairies des villes côtières faisaient sonner (automatiquement) leur sirène si les bulletins météos WRF et Arome 18Z de 2h du matin indiquent quelque chose de très puant en approche.

(Bientôt les (r)assureurs rajouteront dans leur contrat : «Obligation de faire une veille météo 24h/24 pour être informé de la totalité des bulletins sous peine de non remboursement en cas de ..»)


23 août 202223 août 2022
0

Hello,
Je n'y étais évidemment pas,mais quand on s'est pris avec ma copine l'énorme orage sur Cassis il y a quelques années qui a fait tant de dégâts l'été (plus tornades et bateaux à la côte en de nombreux endroits),c'est la houle anormale qui m'a alerté.
Le fait de n'avoir ni guindeau ni moteur a influencé ma décision aussi de bouger du mouillage (sur un bateau de 10 mètres),et on est partis sans même remonter l'annexe ni sortir son moteur que je venais de mettre à l'eau.(remarques déplacées d'ailleurs sur sa présence à l'époque quand j'avais mis la photo de la tornade passée pas loin sur un fil de Heo...)
On voyait bien ensuite au loin la barre noire au loin pleine d'éclairs où des inconscients plongeaient.
Comme je l'ai déjà raconté on s'est pris la grosse branlée à Sicie au portant et en arrivant sur Porquerolles mais les questions sont:
Y a-t-il eu une houle annonciatrice ?(on a parlé aussi d'un mini reflux de la mer comme pour un tsunami)
Voyait-on la barre orageuse de loin ?
Pour ceux qui avaient une vue dégagée vers le large of course...


Rigil:En ce qui concerne Ajaccio, pas de houle annonciatrice et visu sur le nuage 5 mn avant seulement : il arrivait de derrière la ville et la montagne dont la crête se prolonge jusqu'aux sanguinaires., le ciel était déjà fort gris.Jusqu'au bout j'ai espéré du 35/40 nds max sous l'orage comme fréquemment et comme le laissait à peine prévoir la meteo.·le 23 août 07:22
Solent:Pas de houle calme plat 10´ avant. Ciel couvert. Déjà dit rafale à 27 de quelques secondes, puis 81nds d’un coup. La barre orageuse était visible à 8h10 photo à l’appui. Après c’était le shaker géant.Je vous laisse j’ai une fuite de gasoil dans les fons 🤬🤯·le 23 août 07:27
James :Aïe !Pastis ou ricard dans les fonds après nettoyage...Un peu pour rincer,hein,juste pour cacher l'odeur...Pas gâcher non plus faut pas exagérer !·le 23 août 08:30
Solent:Ça y est c’est réglé, la platine du piquage n’était pas jointive. j’ai de l’ouzo…·le 23 août 10:19
roc:Sacrilège ! De l'ouzo pour parfumer les fonds...·le 23 août 13:31
James :Hi hi hi Mais boire de l'ouzo avec l'odeur de gazoil dans les narines...Un choix cornélien !·le 23 août 15:20
23 août 2022
-2

Bonjour,
Je n'ai rien lu sur la tenue des bouées d'amarrage de Girolata ou de Calvi (en dehors d'une vidéo où il me semble voir une bouée blanche à l'avant d'un gros yacht à moteur échoué sur la plage de Calvi). Quelqu'un a-t-il des infos à ce sujet ? Pas grand chose sur ce qui s'est passé dans les ports non plus.

Un commentaire : la plupart des bateaux au mouillage étaient vraisemblablement mouillés dans des zones où la posidonie tapisse les fonds, dont on connait la très faible capacité à retenir les ancres.

Ces zones sont déjà interdites au mouillage aux Baléares pour des raisons (affichées ! il y en a peut-être d'autres) de protection des herbiers et un skipper français a été menacé de 3000 € d'amende à Majorque si on le reprenait à faire trainer sa chaîne dans l'herbier.

Bonne journée,


Solent:Tu y étais sur les fonds ? Tu étais entrain de te baigner avec ton Masque ?Pour info à la Giro il y a très peu de fond dans les bouées, les quillards ont forcément talonné.·le 23 août 10:23
34martin:Merci de l'information mais ça ne répond pas vraiment à ma question.·le 23 août 11:44
Solent:Ah dommage, je pensais que tes dons de voyance étaient plus étendus.·le 23 août 12:32
Rigil:On mouille pour la plupart avec l"appli Donia la nuit et le jour on vise le sable, faut pas prendre les gens que pour des cons non plus...l·le 23 août 15:12
Rigil:De plus, les autorités veillent au grain la dessus, j'ai vu des gardes à Sant Amanza et la douane et les gardes près de Scandola faire dégager manumilitari des voiliers mouillés sur la posidonie...les PV pour les yachts de plus de 24 m pleuvent aussi...·le 23 août 15:15
34martin:Alors les temps ont bien changé ! En juin, en rade de Fornells, nous avons failli éperonné un 50 pieds français qui dérivait perpendiculairement à notre voilier amarré à une bouée, il a réussi à nous eviter mais son ancre était cachée dans une boule de posidonie de 80 cm de diamètre. Donia est en effet un outil important dans l’évolution des pratiques.·le 23 août 15:30
Domde:Il y a trois ans dans mouillage de l'ile de Minorque une 40 pieds sous pavillon français avait mouillé un peu sur des posidonies le préposé à la surveillance est venu voir avec son zod et un masque et lui a demander d'aller mouiller ailleurs, c'était un jeune en maillot de bain, le skipper lui a ri au nez en lui disant que non il n'était pas sur les posidonies, le gamin à appelé à la VHF, 10 mn après la maréchaussée locale était là et grosse prune payable immédiatement sous peine de mettre le bateau sous séquestre.·le 23 août 18:26
Solent:@martin34, ben oui tu vois on évolue même chez les sauvages.·le 23 août 20:59
34martin:Bien sûr que les pratiques évoluent mais le fait même que la police intervienne montre qu'il y a encore des progrès à faire pour un certain nombre de skippers, surtout quand les mouillages sont encombrés et que les zones de sable sont déjà occupées.·le 25 août 10:02
23 août 2022
1

Bonjour,
J'étais dans les iles d'hyères depuis le début de la semaine.
J'avais retenu de mes expériences de se méfier de la Corse après le 15 août. N'ayant pu partir naviguer avant, on a donc renoncé à la Corse. Bonne intuition. Et qui confirme clairement ma méfiance de la Corse après le 15 août.
La météo annoncait depuis près d'une semaine un coup d'est sur la cote varoise. Une semaine avant, c'était une belle baston avec possibilité de largade pour le mercredi. Mais plus on s'approchait du mercredi, moins les prévs annoncaient un vent fort, mais la menace orageuse commençait à s'annoncer.

On était à Cavalière le mardi. Je cherchais un bon abri pour le vent d'est, et bien fermé pour les orages et leurs vents tournants.

On est donc allé à Léoube. C'est une crique entre la Londe et Brégançon, protégé coté est par une belle forêt, et coté ouest par un ilot également boisé. Les arbres, c'est parfait pour casser le vent.

Bon choix. On a jamais eu plus de 25 nds, alors qu'ils mesuraient 115 Km/h à l'aéroport de Hyères, à 3 km.

Le vent d'est a été, comme prévu, quasi insensible. Il devait souffler à une vingtaine de nds dehors. Et l'orage nous a un peu secoué, mais on était en mode guerre, trampo dégagé, foc dégréé et rangé à l'intérieur, annexe retournée et attachée, chaine du mat à l'eau. Alors tranquille à l'intérieur à regarder la pluie et la grêle tomber.

Le jeudi, comme d'hab en med, le temps se dégage mais on revoit un orage se former, et la météo annonce une vigilance orange. La zone orageuse vient du nord. On se dit qu'il faut mieux aller à Porquerolles pour s'éloigner de la cote. On mouille à la Courtade, et on voit le carnage tomber sur Léoube, où on était une heure avant, et passer entre Porquerolles et Port Cros pour s'éteindre en mer.

Mon avis dans le débat ?
-Surestimer les risques météo. Ca ne veux pas dire rester au bistro, mais se préparer tout le temps à une dégradation subite. Je ne laisse rien flotter la nuit, l'annexe et les paddles sont remontés sur le trampo, le foc est ferlé (il est endraillé), les panneaux (volants) rangés. Bref, rien ne va s'envoler et le fardage est limité autant que possible.
_Choisir son mouillage. Tout peut être différent à quelques milles, tout peut être différent selon le niveau de protection du mouillage et la qualité de ses fonds. Et on n'hésite pas à bouger s'il ne convient pas à la situation. Il y a parfois des trou de souris parfaits à quelques milles, autant les chercher. La météo aujourd'hui nous permet d'avoir une bonne idée sur ce qui va se passer dans les prochaines heures. S'il faut se barrer, autant ne pas attendre que cela ne soit plus possible.
-Vérifier son ancre. Un tour avec un masque permet de voir comment est posée l'ancre et ce qu'il y a autour. Cela permet aussi de vérifier si l'ancre se plante dans le sable ou si on est sur une dalle. S'il faut remouiller, autant le faire tout de suite qu'en pleine nuit dans la baston.
-Le danger c'est aussi les autres. J'évite, aussi pour cette raison, les mouillages encombrés.

Et pour répondre à la question, franchement, je ne sais pas ce que j'aurais fait en Corse. Je ne sais pas ce qu'annonçait la météo pour où. Et la Corse a moins de mouillages abrités que la rade d'Hyères. J'imagine que, au nord, je serais allé me cacher à Fiume Santo, face à St florent et j'aurais été tranquille. Au milieu, je serais allé à Sagone, que j'ai toujours pris pour un bon abri d'été, et j'aurais perdu mon bateau comme ceux qui y étaient. Au sud, j'aurais surement terminé à Tivella et va savoir ce que ca aurait donné.

S'il y a des orages seuls, sans en même temps du vent fort sur la zone, l'idée d'aller quelques milles au large pourrait me tenter. Les rafales d'un orage lèvent rarement des grosses vagues. On affale, on range, et on attend que ca passe. Mais le problème, c'est qu'il y a souvent un temps pourri avec les orages, donc du vent et de houle.


Alcove:Léoube c'est vraiment tout petit, et pas de fond. J'ai pas pu y aller avec mon canote... Tirant d'eau 2m.Suis allé a coté : L'Estagnol.·le 23 août 15:15
Erendil:L'estagnol, encore moins de fond. Tu ne peux quasi pas renter.Léoube, tu as 4 m au centre. Moi avec mes 80cm j'étais au plus près des bouées jaunes coté nord est.·le 23 août 15:23
James :Merci les gars pour cette info,une impression d'écran, une !·le 23 août 15:25
Alcove:erreur de ma part, j'ai confondu Leoube et le trou d'eau entre Leoube et L'Estagnol. (Ou seuls quelques petites embarcations peuvent se loger)Léoube j'ai pas tenté. Mais je retiens l'adresse (même si je préfère L'estagnol et son restau sur la plage :p)·le 23 août 15:30
23 août 2022
0

Bonjour à tous,

Visiblement personne n'a abordé le sujet, mais peut-on espérer avoir un retour sur la tenue des bouées de mouillage qui ont été sollicitées lors de ce surpuissant épisode orageux ?
En effet; de plus en plus de mouillages méditerranéens (Mas pas que) vont être équipés à plus ou moins courte échéance, de bouées afin de préserver les fonds, en conséquence, les mouillages sur ancre vont devenir de plus en plus rare, et le mouillage sur bouée devenant la norme.(C'est d'ailleurs déjà le cas sur la plupart des zones intégrées à des parc régionaux ou nationaux.)
Ces bouées qui pour la plupart sont payantes (Maintenance oblige), sont-elles fiables pour de telles puissance de vent ?
A partir du moment ou les équipages respectent les règles de bon sens, longueur adaptée, fardage réduit au maximum du maximum, quelles sont les limites de ces mouillages ?
Couleur des bouées, longueur (Ou poids) du bateau, surface exposée etc.

Merci pour partager votre savoir.

Cordialement.

Serge


roberto:J'ai vite vu le contrat ces jours-ci: il me semble que à Calvi les conditions d'utilisation requièrent que les utilisateurs quittent les bouées avec du vent supérieur à 4-5bft (?)·le 23 août 17:51
Domde:Certes pour ceux qui pratiquent ce mouillage c'est ainsi depuis plusieurs années mais ce matin là il n'y avait pas de vent ni d'annonce avant l'arrivée du vent en quelques minutes donc aucune raison de quitter le mouillage. J'aimerai bien savoir comment les bouées ont tenues et combien se sont retrouvé sur la plage et qui sera responsable de quoi, surtout qu'on ne peut pratiquement plus mouiller dans la baie sauf à s'éloigner à l'opposée de la ville du côté d'Algajo, ou on peut mouiller dans des fonds de bonne tenue mais uniquement protégée des vent d'Est et pas de l'ouest.·le 23 août 18:37
MEMSEL:Ah là le débat risque de se corser un peu. En effet, si les capitaineries demandent de larguer les bouées dès que le vent atteint un certain seuil, il va falloir que ces mêmes capitaineries acceptent d'accueillir tous ceux qu'elles obligent à larguer ces mêmes bouées. Non ?·le 23 août 18:58
Calypso2:Ce n'est pas des bouées de mouillage que l'on vous installe mais plutôt des jouets. Jamais entendu que leurs usages étaient limitées par chez nous.·le 23 août 19:12
Little Wing:Ne pas comparer les mouillages abrités de Bretagne et nos mouillages semi ouverts·le 23 août 20:44
Flora :):Non Little Wing : il y a de très bons mouillages abrités en Méditerranée, le problème c'est uniquement la surpopulation au mois d'août essentiellement.·le 23 août 21:04
Little Wing:@flora je connais un peu, cites moi entre Marseille et Menton un ou plusieurs mouillages où tu peux laisser ton bateau sur 12 mois, en Bretagne ils ont cela ce qui explique que Calypso ne comprend pas nos difficultés. J’ai écumé les cotes corses pendant 5 ans je connais un peu quand même ·le 23 août 21:09
Little Wing:J ai eu aussi une bouée à bandol 3 ans, en cas de larguade c est sauvé qui peut·le 23 août 21:10
mitch58:a st cyr a coté,c’est pareil..sauve qui peut.a la ciotat idem.·le 24 août 00:12
CapCool:Pour info - par exemple, à Fornells (et c'est le cas pour toutes bouées cbbasea des Baléares), l'organisme de gestion des bouées décline toute responsabilité au delà de 10 nds.·le 24 août 09:38
Calypso2:Effectivement je comprends mal. Un mouillage c'est du matériel, béton plus chaîne et on peut faire une installation qui va tenir le bateau c'c'est simplement une question de solidarité. Pour l'anecdote mon bateau était son mouillage lors de la tempête en Bretagne en 1987 il n'a pas bouger d'un poil. ·le 24 août 09:50
Calypso2:Pas de solidarité mais de solidité ·le 24 août 09:51
Little Wing:Jose, meme avec 3 ou 4 mètres de creux et déferlantes, ?·le 24 août 13:48
MEMSEL:A Calypso2 : Effectivement de solidité, mais aussi et surtout d'entretien, d'où la nécessité d'être financé par les utilisateurs.Pour le reste; je suppose que des études très poussées ont dues être effectuées pour mettre au point des bouées que j'ai vu sur certains mouillage. Il s'agissait d'un câble gainé (Ou d'une chaine je ne me souviens plus) d'un plastique assez rigide afin d'éviter que ce dernier ne racle le sol, et qui m'avait l'air extrêmement solide.Mais solide jusqu'où ???Existerait-il des abaques intégrant la force du vent, de la mer, du poids du bateau et de son fardage, pour savoir à quoi peut-on se fier lorsque l'on est sur corps mort "officiel" ? En Espagne (Costa-Brava) la couleurs des bouées indique la longueur du bateau pouvant s'amarre dessus. (Rouge < 12m ; Blanc >12m et < à ?).Merci pour vos partages.·le 24 août 14:20
Flora :):@ Little WingIl y a malentendu : je ne parle pas de mouillages pour laisser le bateau seul pendant 12 mois... je parle de bons mouillages pour laisser passer du mauvais temps quelques jours en étant à bord, comme les gens en vacances en Corse. Je connais un peu aussi pour avoir pratiqué cette côte avec un petit bateau en hiver. En partant de Marseille : les calanques, ensuite devant Cassis, derrière l'hiver Verte à La Ciotat, à l'extérieur de Bandol, devant les Embiez, dans la rade de Toulon, à l'entrée de St Mandrier, à la Badine de Giens, plusieurs à Porquerolles et à Port Cros en fonction du vent, les Canoubiers à St Tropez, Aguay que tu connais bien ! Lérins entre les deux îles ou au Nord de Ste Marguerite, sous le phare du cap d'Antibes dont j'ai oublié le nom, la rade de Villefranche, le petit mouillage super sympa au sud de St Jean-Cap Ferrat et ce doit être tout jusqu'à la frontière italienne.Je répète : mouillage sur son ancre gratuit, en restant à bord, près à déguerpir !En Corse, je ne connais que Porto-Vecchio et Campomorro comme mouillage secure.·le 24 août 15:05
Little Wing:On est d’accord j’essaie de faire comprendre à Calypso qu’il n’y a aucun endroit sauf à prendre le risque de perdre son bâte pour le laisser 12 mois sur 12. Il fait un peu exprès je pense 🤓·le 24 août 15:29
Little Wing:Et par beau temps on peut mouiller à peu près n importe où ! Y compris au sud de st honorât, ou j étais le week-end du 15 août 2021, a peu près seul alors que les bateaux étaient à touché touché entre les îles. Sinon sauf erreur de ma part les calanques c fini sauf port Miou payant·le 24 août 15:31
Flora :):Comment ça les calanques c'est fini ? En dehors de l'été, à partir d'octobre, on mouille partout comme on veut.·le 24 août 22:11
Little Wing:Je pensais que c était total , je mets à sec fin octobre je verrai merci ·le 24 août 22:37
Morteen:Pour les calanques de Marseille :www.premar-mediterranee.gouv.fr[...]1ae.pdf ·le 26 août 07:58
Flora :):Mauvais lien, ne peut pas s'ouvrir.·le 27 août 19:23
23 août 2022
0

Ton voit des bateaux sur la plage avec des bouées mais vu ce truc de ouf …
Sinon à Cannes obligation de quitter les bouées si MF annonce F6


23 août 2022
0

J'ai déjà vu 1 skipper seul sur un gros beau voilier en mouillage à Elba ( l'été / Porto azzuro / bien encombré) lever l'ancre dès l'apparition d'un gros nuage sombre au large côté Est, puis revenir quelques heures après . Je m'étais juste un peu inquiété, et le vent avait été à peine fort. Je pense que je ferai pareil que lui la prochaine fois car c'est une bonne sécurité.

Sauf que dans le cas du 18 aout, l'heure n'était pas propice pour voir arriver le phénomène de loin.

Les vidéos du net me font imaginer que si j'avais vu ce bloc arriver déjà de très loin, suffisamment loin pour ne pas voir l'état de la mer associé, alors j'aurais au plus vite quitter mon mouillage pour fuir vers le sud, mais à plus faible distance je suis quasiment sûr que l'image du mur sombre et du tapis blanc avançant à quasi 100km/h m'aurait pétrifié et j'aurais chercher à limiter la casse au plus possible (gilets de sauvetage, bôme basse, sécurisation voiles, chaine rallongée, moteur en soutien...).

Dans le cas de la côte Corse, il est dit que la pluie a été limitée. Néanmoins, il y a beaucoup de vidéos montrant des abats de grêlons énormes. Dans ce cas-ci, je vois peu de bateaux en méditerranée qui peuvent protéger de tels grêlons le skipper qui décide de prendre la mer pour affronter la tempête au large.


23 août 2022
1

Un témoignage remarquable sur FB

Entraide et solidaire
J ai pu voir de beaux exemples en arrivant le 18 et les jours suivants a Girolata. Les Corses, touchés par le décès de leur pêcheur et ami ont assuré l essentiel, gite et couvert pour ceux qui n avaient pas pris l option Porto ou Ajaccio via Snsm. Les plaisanciers en s aidant, se passant les outils, de la nourriture. Et surtout en échangeant des mots, en se confiant. Ma compagne et moi, apneistes de passion, avons libérés quelques lignes d arbres ou inspectés ce qu on pouvait vu la turbidité de l eau.
Et si mon expérience de l orage peut servir même si je n ai fait que subir:
Nous étions en pleine traversée du golf de Sagone. Au fly d une vedette de 9m ,un rodman 900. Je naviguais tranquille, 8 nds, une ligne de traîne rapide, bref peinard. Et je me retourne, un mur noir, ma compagne descend l échelle, je lui jette le chien et ce fût la guerre. La pluie et la mer mélangées, le bimini explose et me bastonne, l annexe s envole avec également la plage avant. J ai mis les moteurs a fond dans le sens du vent, je regarde le compas, ce truc inutile qui fait verrue sauf que quand tablette téléphone, lunettes se sont envolés, seul cet azimut a 30 me laissait espérer ne pas percuter la planète de suite. Je pense vingt minutes de cette folie. Puis une heure à gérer des déferlantes de 4m.Enfin je peux lâcher les commandes pour les reprendre en bas, je retrouve ma compagne meurtrie de plusieurs vols intérieurs.
Petite précision pour ceux qui pensent réfléchir et anticiper, j ai fait 6 ans de royale dont 4 dans le Pacifique et l indien . Des fuites devant des cyclones en nouvelle Zélande. Bref aucun épisodes ou cela passe de 15 nds à plus de 100nds en 5 secondes. Nous étions quelques-uns en mer et apparemment c est passé pour nous. Alors même si cela n est pas un choix, cette situation est moins cassante. Mais je me demande encore pourquoi j en suis sorti...et arrivé a Girolata deux heures plus tard j enviais presque mes compagnons d infortune qui avaient la terre à deux encablures.
Courage à tous et bons vents, moi je vais revoir l emplacement et la disponibilité de la survie!


24 août 2022
0

merci pour ce récit,une fois de plus c’est la fulgurance et l’amplitude du phénomène qui ont pris tout le monde de court.


24 août 2022
0

En ce qui concerne les alarmes à la population, le tocsin bien sûr sinon,
C était en action à Chicago au moins en 96, quand il y avait un tornado warning Les programmes tv étaient remplacés par un écran orange clignotant et la tv hurlait tornado warning, mis au goût du jour ?


24 août 2022
1

Ce qui m'étonne le plus est le faible nombre de victimes à déplorer malgré l'extrême puissance des événements météo, parmi des centaines de bateaux en mer ou au mouillage sur le passage de l'orage pendant ces deux heures infernales, dont près d'une cinquantaine se sont échoués.
Et c'est très bien comme cela ! Dans d'autres circonstances plus anciennes (Fasnet…) ou même récentes comme en baie d'Ajaccio l'an dernier, certains bateaux se sont disloqués ou ont disparu corps et biens.
Il n'est pas question de ne rien tenter et je garde en mémoire deux heures de lutte au moteur contre un NW qui est monté à 45 n, une nuit au mouillage à Notre Dame à Porquerolles. Mais on est bien loin des 100 n qui se sont abattus sur l'W de la Corse.


24 août 2022
0

Par curiosité j'ai rentré les données suivantes dans le tableur d'artimon sur les mouillages. En statique (sans houle significative) pour un vent établi à 70 n et rafales à 100 n, cela donne pour mon voilier une traction égale à 2,6 tonnes. En mettant mon mouillage le plus performant dans 10 m de profondeur (hauteur au davier) 55 m de chaine + 30 m de câblot en 22 + un système d'amortissement en patte d'oie de 10 m sur le pont, je décroche d'après le tableur à 2150 kg de traction avec une ancre type Spade de 20 kg pour 38 pieds d'un peu moins de 9 tonnes, c'est la limite de décrochage de ce type d'ancre dans des fonds de bonne tenue. Je me demande comment beaucoup de bateaux ont malgré tout tenu.
J'ai déjà pris un coup de 50/60 noeuds pendant une après-midi dans le fonds du golfe de St Florent, la houle rentrait (1,5 m) tout l'avant du bateau était sous l'eau par moment. J'avais chassé de quelques mètres la première heure puis plus du tout.

Bien sur j'aurai démarré le moteur (40 CV) pour soulager le mouillage mais je pense que la traction de compensation ne doit pas dépasser 500 kg de traction. Cela aurait été très très juste sans compter que la houle devait quand même être présente.


MEMSEL:Merci pour cette initiative. Cela commence à donner quelques éléments concrets. Mais je recentre le débat sur les bouées qui vont devenir la norme dans la plupart des criques et autres mouillages méditerranéens, mais pas que. Jusqu'où peut-on leur faire confiance ? Existe t-il une norme (Poids du bloc immergé, diamètre du câble ou de la chaine jusqu'à la bouée) qui corresponde à une taille de bateau (Poids, fardage) ? Je suppose que les organismes qui installent ces bouées doivent avoir des informations sur le sujet ?·le 24 août 21:57
Domde:J'ai aussi posé cette question sans aucune réponse que ce soit sur les bouées de Calvi ou celles du Golfe d'Ajaccio. Il y a une question subsidiaire sur la responsabilité de celui qui offre ce service en échange d'un prix donc avec une obligation de résultat en tant que professionnel. En théorie lorsque le vent dépasse F5 on doit abandonner la bouée par exemple pour celles de la rade de Calvi. Vu la rapidité avec laquelle le vent est monté, l'ensemble des bateaux se sont retrouvés piégés sur ces bouées avec l'impossibilité d'abandonner la bouée en raison du risque de se retrouver pratiquement à coup sur échoué sur la côte, la condition d'abandon de la bouée est donc inapplicable sauf à mettre en danger la vie des personnes sur le bateau. Il va donc y avoir des recours des assurances des propriétaires des bateaux qui sont partir à la côte auprès de l'assureur du gestionnaire de la ZMEL et en particulier auprès de celui de la Girolata qui avait un peu trop serré les bouées. Il sera intéressant de lire les conclusions du Tribunal.·le 24 août 22:22
MEMSEL:On attendra les conclusions. Mais a t-on des informations sur les bateaux qui étaient sur des bouées et qui ont subi cette horreur ? : Sont-ils partis à la cote ? Ont-ils percutés leurs voisins ? Le corps mort a t-il dérapé ? La chaine a t-elle résisté ? ·le 24 août 23:01
Calypso2:Les gestionnaires des bouées ont obligatoirement une assurance en cas de rupture de leur installation. Maintenant c'est à eu de limite ou non leur installation en informant l'usager. De plus en plus il y a des instructions sur les bouées même notamment consternant le poids du bateau. ·le 25 août 08:47
Morteen:Domde bonjour la réponse est dans ta question. Le gestionnaire de la bouée a une obligation de résultat et donc une responsabilité jusqu'à force 5. Le plaisancier qui reste amarré à la bouée au delà de force 5 engage sa propre responsabilité et rompt le contrat commercial.·le 25 août 11:25
MEMSEL:J'ai trouvé quelques informations sur les ancrages de mouillages sur le site d'un professionnel : www.ancrage-ecologique-harmony.fr[...]chnique Je cite : Un seul ancrage dans le sable reprend un effort de 33kN soit 3,36 tonnes. Équivalence à un corps-mort béton de 6 tonnes et de dimensions : 2,3 m de côté x 0,5 m de hauteur. Surface 5,30 m².- Un seul ancrage dans la matte vivante de Posidonie reprend un effort de 24kN soit 2,45 tonnes. Équivalence à un corps-mort béton de 4,5 tonnes et de dimensions : 2 m de côté x 0,5 m de hauteur. Surface 4 m².- À titre indicatif, un voilier de 16 m x 4,50 m soumis à un vent de face de 120 km/h et au courant associé, génère un effort horizontal de 14kN soit 1,43 tonne.Cela commence à donner quelques infos sur les capacités des mouillages fixes, à comparer à nos chères ancres...·le 25 août 11:39
Cédric 1983:le voilier de face ... ne le reste pas longtemps... maintenant, une ancre moderne de bonne conception et de 20kg tient les 2T sans problème sur le sable...soit x100 de son poids, on parle pas de Kobra ou de delta (qui tiennent *60 environ), mais de spade, ultra, rocna etcSi les conditions sont excellentes, ces valeurs peuvent être dépassée de 30 à 50%...maintenant que l'on sait cela, on mouille dans un endroit dégagé, avec de la place, et dans le sable ... mais surtout on équipe son bateau comme il faut!·le 25 août 11:54
Cédric 1983:et pour ceux qui sont surpris d'avoir vu les bateaux tenir, c'est assez logique: le coup de vent a été relativement court... après 48h il y en aurait eu beaucoup plus sur le sable! et surtout la très grande majorité a utilisé le moteur pour soulager!·le 25 août 11:55
MEMSEL:Merci pour ces infos sur les ancres, mais on sait tous que nous devrons les utiliser de moins en moins surtout en méditerranée. Aussi il me paraissait important d'avoir un comparatif et des informations sur la tenue des mouillages qui deviennent la norme et surtout qui nous sont imposés.·le 25 août 12:25
Domde:Bonjour Morteen,Je prends souvent des bouées au mouillage contraint et forcé, j’ai jamais lu ou signé un telle clause. Donc elle n’est pas opposable, et par ailleurs un telle clause à mon avis serait léonine et invalidée par un tribunal car être contraint de quitter la bouée dans le contexte du 28 août revient à risquer sa vie celle de son équipage et accessoirement détruire son bateau. J’ai bossé quelques années chez un gros assureur et ce genre de clause est très dangereuse pour un assureur.·le 25 août 13:02
Morteen:Il y a un règlement intérieur qui limite l'utilisation de la bouée à une certaine force de vent. Point n'est besoin qu'il soit signé par l'utilisateur pour être applicable, il suffit qu'il soit affiché quelque part. Le règlement dit que la bouée ne doit pas être utilisée au delà de force x pas qu'il faut la quitter, c'est subtil mais donc tu n'es pas sommé de la quitter. Rien de Léonin donc, le fournisseur précise les capacités techniques de son installation. Et donc si la bouée chasse avec ton bateau par force 8, c'est de ta faute, pas de celle du fournisseur de ce service. ·le 25 août 15:18
Little Wing:@morteen, le règlement indique tu DOIS quitter la bouée si bulletin MF annoncé F6 , bouées de CannesJ ai pris un orage violent le 12 juillet et ça n a pas bougé, les catas du club de voile glissaient super vite sur la,tranche et deux m ont heurté,visi zéro, coups de gîte 30 degrés, je dirai 40: noeuds·le 25 août 15:25
Little Wing:@morteen, le règlement indique tu DOIS quitter la bouée si bulletin MF annoncé F6 , bouées de CannesJ ai pris un orage violent le 12 juillet et ça n a pas bougé, les catas du club de voile glissaient super vite sur la,tranche et deux m ont heurté,visi zéro, coups de gîte 30 degrés, je dirai 40: noeuds·le 25 août 15:25
Domde:MF n’ayant rien annoncé donc tu quittes pas la bouée. Quand au règlement intérieur sa valeur juridique est nulle si celui qui prend la bouée ne reconnaît pas en avoir pris connaissance.·le 25 août 16:54
Morteen:Quand tu vas dans un port, tu "reconnais avoir pris connaissance du règlement intérieur" ?Mais je comprends ce que vous voulez dire, je ne dis pas que vous avez tort, au contraire. Reste que si la force du vent dépasse celle autorisée, si vous ne quittez pas la bouée, vous contrevenez au règlement (que l'on trouve généralement sur le Bloc Marine, le Marin Breton, Navilly, etc.) et donc le gestionnaire des bouées n''est pas responsable en cas d'accident.·le 25 août 17:01
Little Wing:@domde Tu dois t annoncer et accuser réception du règlement , et envoyer par mel copies francisation et assurance. Et un semi rigide passe tous les matins et vérifie très sérieusement e5 courtoisement. Si tu n acceptes pas le règlement tu dégages Arrêtes de penser surtout depuis un moment que tu sais tout mieux que tout le monde surtout quand visiblement tu n as pas pratiqué cette excellent Zmel gratuite·le 25 août 17:18
Little Wing:Un des intérêts d Heo est le partage d’expériences vécues et sur le plan juridique tout peut arriver, attendons de voir les jurysprudences Girolata et Calvi. On en peut reprocher aux responsables de ne pas avoir prévu l’imprévisible mais Girolata avait mis trop de bouées c sur·le 25 août 17:21
James :À Calvi et à la réserve de Scandola personne ne nous a donné l'info sur la limitation des bouées en cas de vent supérieur à x noeuds...Je ne suis pas juriste mais on n'est pas informés. Je ne sais pas si le proprio du bateau a signé quelque chose ?·le 25 août 17:38
Little Wing:Désolé domde mais j ai pratiqué TOUS les champs de bouée de la côte et de la corse, j ai été un peu vif . Mais à Cannes ils ont pensé à tout, c parfait, c la deuxième saison où je profite de mes 21 jours gratuits ·le 25 août 17:43
Calypso2:On lis des choses magnifiques, un encrage supportant un effort de 3, 6t équivaut à un béton d'un poids de 6t qui plus est de 2, 3m de côté, vu la surface on peut bien doubler l'effort du à la sussion·le 25 août 19:34
Cédric 1983:Arôme avait prévu dans ces gribs un phénomène hors normes… bref on savait, mais trop tard·le 25 août 20:24
MEMSEL:A Calypso2 : Veuillez m'excuser mais je n'ai pas saisi le sens de votre commentaire. "Doubler l'effort du à la sussion" ?·le 26 août 19:16
Calypso2:Le bloc de béton de masse de 6t aura un poids de 3t dans l'eau à cause de la poussée dArchimede. Seulement lorsqu'il sera dans le fond lorsque l'on le lèvera il y aura l'effet ventouse qui peut et sera équivalent à son poids voir bien plus s'il est enfouis ·le 26 août 21:01
rati:Encore eût il phallu que je le susse !·le 26 août 22:41
Rigil:Très interressant ce questionnement sur le mouillage et la résistance. Je ne trouve pas grand chose sur la résistance des ancres empennelées.A mon mouillage, je n'ai pas trop le choix de la touée : trop de monde autour. Ni de l'emplacement, je bosse là. J'ai une grosse et bonne ancre, mais elle a chassé quand même. Pour l'instant, j'ai empennelé au cas où un nouveau derecho se présenterait (une Frortress fx 37+ 3 m de 14mm+ 5m de bout+ Rocna 25 kg et environ 35 m de 10 mm) je n'ai pas confiance dans la fortress ni dans la Rocna, ca fait 3 fois que je casse avec cet été dans d'autres circonstances. J'ai commandé une Spade.Mon futur montage sera Spade 25 kg que j'ai commandé + 3m de chaine 14 mm+ Rocna 25 kg + 35 m de 10mm.J'espère que ça tiendra mieux 🙏·le 27 août 20:55
roberto:Rigil,se souvenir aussi que à géometri donnée la tenue d'une ancre dépend (essentiellement) du type de fond, l'ancre rentre dans le fond, ramasse/concentre un gros morceau de fond, ce qui va fournir la plupart de la tenue est la résistance à cisaillement du matériel du fond, combien le gros morceau va rester collé au reste autour de lui. Une géometrie d'ancre descendra mieux en profondeur, une autre reussira à agir sur une plus grosse masse de matériel, etc etc, mais avec des ancres similaires en poids/forme enfouies dans un même matériel difficile espérer des résultats radicalement différents.·le 27 août 21:39
Rigil:Je comprends, c'est pourquoi pour l'instant, j'empennellais avec une plate + une "moderne" , mais quand je vois la fortress "couler moins vite que la chaine", j'ai des doutes 🤣·le 27 août 21:58
genavigue:On est souvent surpris par la jurisprudence. Les règlements des ports et leur obligation de quitter un mouillage au delà d'une certaine force, aboutissant à mettre en danger la vie des occupants du navire, n'est pas sûre de tenir devant un tribunal. Tout comme les textes des assureurs d'ailleurs. Les règles établies par les ports pour les bouées ne font pas loi. Attendons le jugement.·le 28 août 08:32
Domde:Je suis tout à fait d’accord avec ce point de vue surtout que les assurés en simple ex ne sont pas dédommagés même s’il s’agit d’un tiers qui les a percutés nobostant la qualité des mouillages sur bouées rendus obligatoires et impliquant une proximité dangereuse par fort motivé par des considérations pécuniaires ·le 30 août 23:37
Domde:Simple rc !·le 30 août 23:37
25 août 2022
1

Il me parait plus qu'évident et j'ai toujours fait comme ça, lorsque possible, de privilégier largement l'abris au port même si c'est refusé et a couple des flics (comme déjà dit). Il y a toujours un risque d'abordage, amarrage difficile au ponton ou autre mais certainement, aucun risque grave, d'ailleurs y a t il eu beaucoup de dommages dans les ports lors de cet événement Corse, j'ai pas vu.
Evidemment dire "je pars au large" ca fait plus "vrai marin" pour la galerie de HeO!


phil91:je ne connais pas le galerie Heo mais avoir de l'eau à courir est toujours préférable. Les témoignages de ceux qui étaient en mer sont là pour en témoigner. Cela a été dur très dur mais ils ont ramené leurs bateaux à bon port avec des dégâts mineurs ( pas de démâtage , pas d'hélitreuillage ....) J'ai eu une expérience presque similaire à Minorque ( moins de vent 60 noeuds) Nous étions 4 voiliers en mouillage au nord de l'ile dans une cala (mouillage de beau temps) . UN front orageux non prévu est arrivé en quelques minutes . J'ai eu le temps de quitter le mouillage pour partir au large. On s'est fait brasser ( Gilet de sauvetage , veste de quart , masque de plongée) pendant une heure . C'était chaud . Le voisin avait de même . Les 2 autres voiliers sont restés au mouillage . Ils ont dérapé et un a fini sur les rochers. Si on peut , prendre de l'eau à courir est préférable à un mouillage forain où globalement vu la saturation du lieu personne n'est mouillée correctement ( longueur de chaine et cabot , vraie main de fer ....)·le 25 août 13:56
Morteen:Ce n'est pas le sujet Phil91, Jupiteri parle de se réfugier dans un port, pas de rester au mouillage.·le 25 août 15:23
Little Wing:Page. 4·le 25 août 16:28
phil91:Morteen avec des coups de vent hors norme , je préfère avoir de l’eau à courir que se croire à l’abri dans certains ports ( Corse) . J’ai vu une vidéo sur un bateau à moteur et en voilier en perdition à Saint Florent qui jouaient au bateau tamponneur lors du coup de vent du 18 dans le port. J’ai le souvenir il y a quelques années de nuit épouvantable à Propriano avec de la casse …. Certains ports offrent un abri sécurisé mais pas tous (en fonction du coup de vent) . En plus coup de vent au mois d’août en Corse , essaye de trouver une place à la dernière minute dans un port Corse. Tu te feras refouler ….·le 26 août 00:30
Jupiteri:La vidéo en question montre une grosse vedette qui rentre dans le port ce n’est donc pas le sujet…quant à rentrer dans le port de force en urgence je l ai déjà fait dix fois, aie eu a faire face soit à une certaine tolérance soit à une angélique à la cores (8 ans en corse) don l habitude…·le 26 août 13:32
Jupiteri:Je voulais dire engueulade à la corse pratiquée pendant au moins huit ans… retourne chez toi sale arabe a pu se transformer en sale breton ou pondit c est pareil..·le 26 août 19:34
Pat45:a nos tous débuts, en 2013, on avait pris un bon coup de vent au port du Havre, à bord du cata.autour de 70 noeuds enregistrés au sémaphore, parait-il...grosses rafales, pluie abondante tombant à l'horizontale.Je m'étais retrouvé coincé aux sanitaires, ça a été un peu la panique à bord...le mono d'à côté(je payais double tarif, mais il y avait la place pour un mono, hein...)s'était à priori bien couché sous les rafales, son mât frôlant le nôtre...on a en quelque sorte servi de gros pare bat.De ce fait, l'aérien de l'anémo a été arraché, lui a tordu quelques balcons...Yves, ancien pilier du forum, était à bord...j'imagine qu'il s'en souvient encore.·le 27 août 19:01
Jupiteri:Quelques éventuels dégâts au ports (loin d'etre certains si on se débrouille) ne peuvent se comparer à une grosse anxiété au large et des risques majeurs surtout avec un équipage peu aguerri...·le 02 sept. 09:54
25 août 2022
3

Peut-être connaissez-vous déjà cette vidéo.
Je me réjouis de ne pas avoir été sur place à ce moment-là.


BlueNote 83:Non ils ne risquent pas de connaitre, ils sont au bistrot !!!·le 27 août 18:46
Crypto_Sail:Ce Monsieur (avec un grand M) a eu du courage.Et penser à protéger son moteur en évitant que de l'eau de mer entre par la sortie d'échappement, je n'y aurais pas penser non plus, je me serais mis en fuite et attendu que ça passe...·le 19 sept. 17:07
25 août 2022
0

Je crois que j'aurais mis le moteur à fond vers le larg quitte à abandonner mon mouillage dans l'affolement général. .
Près des côtes mon petit bateau n'avait aucune chance. ...


hastaluego3:C'est exactement ce que j'ai fait avec un voilier de 14T et un moteur de 75 cv ( mouillage largué ) . Il était impossible de tenir le bateau au mouillage malgré le moteur à 2800 T/min. ·le 31 août 20:47
25 août 2022
5

Trouvé cette vidéo par hasard. Ça donne un idée de la vitesse à laquelle le truc arrive. Si tu n’as pas anticipé, tu n’as plus qu’à subir...


Larent le Hareng:plus qu'impressionnant !·le 25 août 21:45
mitch58:juste impressionnant,la vitesse et la violence de propagation ..😳·le 26 août 01:12
25 août 2022
5

Superbe vidéo qui montre bien la rapidité de l’événement.
Le phénomène n’était pas prévu. J’avais anticipé un coup de vent costaud pas un ouragan.
Quand ça arrive tu subis. Tout le reste ce sont des propos de comptoir.
Au niveau de la mer en gros tu as 10 secondes pour fermer les hublots et démarrer le moteur et t’accrocher.


26 août 2022
2

Solent, je comprends ta réaction. tu l'as vécu, tu sembles un peu traumatisé et c'est bien normal.
maintenant il faut que ça serve, ça peut, ça doit servir aux autres.
je note tout de même que le phénomène était notifié la vieille sur Arôme, précisément. dans ce genre de situations il me semble important de consulter toutes les sources. windy, par ex, est un très bon site et permet en qqs clics de visualiser tous ces modèles, consulter en mode rafales.
un seul bulletin n'est pas à recommander. on a déjà aborder ce sujet ici des prévisions qui semblent alarmistes pour certains alors que d'autres les prennent en considération.
je suis interpellé par le récit de la vidéo en mer avec plus de 100nds.
il parle de son bateau qui s'enfonce, rentre dans l'eau avec son pont avant ou arrière au niveau de la mer. est ce du à la pression du vent et quid des tableaux ouverts??
si je suis persuadé d'avoir 60nds et que je ne peut pas être sur de mon mouillage je vais en mer.
si je suis persuadé d'avoir 100nds, je prépare le bateau (mouillage, point d'impact sur la côte etc) et je vais avec mon équipage me mettre à l'abri.
le problème on l'aura bien compris c'est qu'avec des si...
je souhaite à tous ceux qui l'ont vécu un prompt rétablissement.


J-Marc:Lors d'un championnat du monde de quarter tonner en Corse en 84, on s'est pris un violent grain à l'arrivée de la grande course qui avait déjà été très dure. Tous les bateaux se sont retrouvé avec le mât dans l'eau. C'était des bateaux de 8m, larges et légers. Ils ont rapidement dérivés sur le côté avec la coque qui s'enfonçait dans l'eau avec la dérive et la force du vent sur la coque couchée. Il a fallu affaler les voiles pour que les bateaux se redressent. On a alors pu repartir au près avec juste le foc n°2. J'avais été surpris par l'eau qui était à 1 cm de la descente quand on dérivait avec le bateau couché alors qu'elle était à 70cm de l'eau pendant les essais de stabilité de la jauge IOR avec le mât à l'horizontal. Il y en avait pratiquement pas en en fait. La jauge nous obligeait alors à conserver le panneau de descente toujours attaché au bateau sur ces courses au large. C'était judicieux car il ne faut vraiment pas le perdre.·le 26 août 11:23
J-Marc:Lors d'un championnat du monde de quarter tonner en Corse en 84, on s'est pris un violent grain à l'arrivée de la grande course qui avait déjà été très dure. Tous les bateaux se sont retrouvé avec le mât dans l'eau. C'était des bateaux de 8m, larges et légers. Ils ont rapidement dérivés sur le côté avec la coque qui s'enfonçait dans l'eau avec la dérive et la force du vent sur la coque couchée. Il a fallu affaler les voiles pour que les bateaux se redressent. On a alors pu repartir au près avec juste le foc n°2. J'avais été surpris par l'eau qui était à 1 cm de la descente quand on dérivait avec le bateau couché alors qu'elle était à 70cm de l'eau pendant les essais de stabilité de la jauge IOR avec le mât à l'horizontal. Il y en avait pratiquement pas en en fait. La jauge nous obligeait alors à conserver le panneau de descente toujours attaché au bateau sur ces courses au large. C'était judicieux car il ne faut vraiment pas le perdre.·le 26 août 11:23
Little Wing:J ai un deuxième panneau de secours à bord, ça gaine pas sous les coussins de la v berth·le 26 août 16:11
Solent:@senetosa Le pb de ces fils c’est qu’on tourne en boucle avec des si, j’aurais fait çi, j’aurais fait ça, donc ça m’énerve plus que le coup de vent. Je le répète tu as 10 secondes pour réagir, et je m’étais bien préparé la veille. Donc je publierai un article pour donner l’avis de quelqu’un qui y était ça changera. Pour l’instant je viens de traverser, mon bateau va bien et moi aussi et je n’ai pas beaucoup de réseau.·le 27 août 11:00
Arawaks:Solent à raison. Nous (ma femme et moi ) y étions à Campomoro et effectivement c'est arrivé tellement vite que tu n'as plus le temps de rien faire. Perso nous n'avons pas eu de casse. A si le moteur de l'annexe qui n'a pas aimé le bain de mer. Mais à Campomoro il n'y a eu "que 70 nds". ·le 30 août 18:22
26 août 202226 août 2022
5

En ce qui me concerne j'étais le 17 aout 2022 dans la baie de rosas. Je m'y rendais pour trouver un abri du coup de vent de NO prévu pour les 3 jours suivants. le 17 aout 10nds étaient annoncés. En fait le No est rentré plus tot mais pas ingérable. Il y avait 20 à 25nds. J'essaye de mouiller dans ce qu'il reste de la baie de monjoï (c'est devenu une annexe du port de rosas) après avoir évité les cals au nord de cadaquès déjà bien remplies. Arrivant en sortie de la baie de montjoï j'ai un visuel sur un gros écueil (les branchs) et les ports d'empuria, de santa margarite et de rosas. Tout ce fond de baie est couvert par d'épais nuages très noirs. Ca sent l'orage. Sortant d'un essai de mouillage tout est encore rangé. Génois roulé, gv dans l'easy bag. Le salvamento passe avec un open en remorque direction rosas.Je réduis le régime moteur dans l'espoir que l'orage glisse le long des montagnes en m'évitant.
Puis le vent change de direction. Il vient maintenant de rosas. J'enfile mon ciré. Il monte très très rapidement à plus de 55nds. Je n'ai pas le temps d'enfiler mon gilet avec le harnais. MA femme et ma fille sont dedans. La pluie est intense. J'ai une visbilité d'un vingtaine de metres. Je ne vois évidemment plus la cote. JE demande à mon épouse de se placer dans la descente, tablette orientée vers moi que je sache ou est cet écueil. Moi je me bats avec la barre pour tenter de maintenir le bateau autour du bon plein. Il m'a fallu mettre le moteur quasi à fond (un 60cv lombardini qui équipe le sun fizz sur lequel je navigue). Je ne parviens pas à remonter plus près du vent. Les rafales et la mer (qui s'est très vite levée autour de trois metres selon moi et 5 selon la salvamento) me placent régulièrement travers au vent. A cet angle le bateau se fait coucher. Je suis debout quasi à la verticale le temps qu'il remonte un peu au vent. un voilier apparait puis disparait dans mon champs de vision. Je masque le plus possible mon visage pour éviter de trop me faire fouetter. La pluie s'est compactée. C'est un mélange eau glace qui tombe maintenant. Au bout d'une demi heure qui m'a semblé très longue, après m'être fait couché une bonne demi douzaine de fois la visibilité s'améliore. Je peux enfin me repérer. Puis rapidement le vent baisse. Je peux désormais faire route. Un spectacle de désolation s'offre à moi. Des jets ski sans leur pilote. Des toits envolés. J'offre des bouts au moniteur qui va récupérer les jets et les pilotes. L'école de voile a perdu une partie de sa structure envolée. DEs bateaux sont échoués sur la plage et sur la descente de l'école de voile. Trois bateaux sont empilés sur la digue. Un bateau au port a enregistré des rafales à 78nds. J'ai pu discuter le lendemain avec des bateaux échoués. Ancres empenelées avec 60m de chaine de 12 sur 7m de fond le bateau a glissé (un gros acier à bouchain. Dégats jusque la peinture d'un angle du bouchain). Un 11m alu de méta qui n'a eu que le temps de démarré son moteur et qui a quand même chassé au delà de 50nds (un gars très expérimenté qui arrivait de la réunion).

Je n'ai moi non plus pas trop eu le temps de la réflexion. Une option s'est imposée à moi et je m'y suis tenu.

L'idée d'une cape sèche ne dérive sans moteur ou de se mettre en fuite ne me sont pas venues à l'esprit. Sans doute parce que pour moi sortir de la baie c'était se prendre la houle de tramontane croisée avec celle de l'orage...donc danger. En ce qui me concerne peu de dégat . Un trou dans l'easy bag (sur un point d'appui non protégé) et le capot du tridata qui s'est envolé (il était mal rangé). Le lagoon qui était contre la digue a eu les deux bordés bien abimés avec hulots cassés. Le grand soleil qui était appuyé sur lui les chandeliers pétés et les bordés rayés. La lu qui appuyait sur le grand soleil le balcon arrière dessoudé et les chandeliers pliés.


26 août 2022
1

Quand je vois les vidéos, essentiellement des vidéos de voiliers de plus de 40 pieds lourds et taillés pour le large, je n'ose imaginer comment j'aurais pu m'en sortir avec mon Django de 7,5m.

En effet, mouillage léger, coque légère et large qui tire des bords au mouillage, moteur hors bord inefficace...
Aurait-il fallut prendre le large? (je pense que je ne l'aurais pas fait)

En supposant qu'il soit possible de fuir à sec de toile, enfermé à l'intérieur, est-ce que le bateau aurait pu encaisser? Se serait-il comporté comme une balle de ping pong de part sa légèreté ou aurait-il été roulé par les vagues et le vent?

Bref, beaucoup de questionnements et peu de certitudes ; je pense en tout cas que j'aurais été dans une situation très critique malgré un bateau plutôt solide et marin.

Pas pressé de vivre ce type d'expérience...


26 août 2022
-11

Démarrer le moteur. soulager l'ancre, la remonter ou tout larguer et à fond face au vent


James :À 80 noeuds ou 100 noeuds tu recules au moteur face au vent,même à fond...Et tu ne peux même pas rester face au vent, dès que tu prends de l'angle ton bateau se couche dans l'eau à 70 degrés, très bien expliqué dans la vidéo mise en ligne sur plusieurs fils.Même à 60 nœuds pas sûr sur la plupart des voiliers ni de relever son mouillage ni de remonter le vent.Même à sec de toile le mat,la coque,le roof et le reste font une prise au vent,faut pas le négliger. L'Abeille Flandre,les gros yachts les cargos,etc...peuvent se prendre plus de 50 noeuds de face,nous dans nos rêves à la rigueur...·le 27 août 00:09
Numawan:Avez-vous lu ce fil? La plupart des bateaux ne sont pas capables d'avancer face à des vents de 60 nds. Ne parlons même pas de vents de 100 nds. Ce que vous recommandez vous enverrait probablement sur la côte en quelques minutes.·le 27 août 00:10
tailana:Merci de lire mon témoignage posté juste au dessus. Il m' a été impossible de remonter au vent au moteur avec un voilier pourtant bien motorisé. Je me suis effectivement fait coucher à plusieurs reprises·le 27 août 00:38
MBI:Je pense que j'aurais tenté ça, n'ayant jamais rencontré cette situation , je j'ai aucune garantie du résultat ...il faut bien tenter quelque chose plutôt que d'aller d'échouer sans rien faire, après j'ai rien lu sur le fil trop long , je ne sais même pas si la terre était sous le vent ·le 27 août 12:31
MBI:Loi@Tailana je viens de lire ton témoignage si je comprends tu as essayé ce que penserais faire, moteur à fond et remonter dans le vent...et vous n'êtes pas mort c'est le principale le matos on s'en fiche finalement tu n'as pas eu trop de casse avec cette solution·le 27 août 12:44
MBI:Hissé o était à la cape sèche en fuite le bateau était intenable.Tailaina fait du bon plein.50 knd au moteur ( 40ch) avec 38 pieds vent de face c'est absolument pas un problème très courant à Marseille Au-delà je n'ai pas vécu mais d'après les témoignage entre 50/70 cela le fait ce qui ne veut pas dire facilement ...·le 28 août 08:51
27 août 2022
5

Je n'ai pas tout lu, mais la question posée est un vrai dilemme.
J'était en mer les 17 et 18, route vers le nord, cote ouest.
Le 17 au soir Arome annonce le coup de vent sur toute la cote ouest, mais plus fort (rafales à 100Nds) sur la partie Sud.
J'ai pris la décision de m'échapper par le nord et d'affronter le coup de vent à 25 nautiques au large de Cargèse. On aura de la mer à courir, et avec 60-70 oueds de vent je sais que ca le fait.
Pas de chance, le front avec rafales à +100Nds se sera déporté vers le nord, pile ou j'étais partis...

Je racconte tout ca dans une video:


Solent:Salut, je me suis posé la question après coup de savoir comment c,était au large, j’ai la réponse 🥶 on avais le choix entre Charybe et Scilla, c’est passé et ça tenu tant mieux.·le 27 août 11:53
Hissé O!:Je ne connaissais pas l'expression ;-) ·le 27 août 11:59
27 août 202227 août 2022
2

Oui, on a vu ta vidéo sur un autre fil, et on a été plusieurs à te remercier et te féliciter. Sacré aventure (ce qui ne tue pas rend plus fort) !
Perso, je l'ai écrit, de Campo Moro j'aurais rejoint Propriano, je n'aurais pas eu les "couilles" d'aller chercher 60-70 nœuds, surtout avec un équipage familial. Je ne suis pas spécialement débutant, j'ai commencé l'habitable à 17 ans, j'en ai 65, j'ai été skipper pro pendant des années, je n'aurais pas osé, donc respects. Mais entre les risques que l'on prend avec 60 nœuds de vent, la fatigue, l'incertitude sur l'évolution du temps, la casse possible, le moral nécessaire, j'aurais préféré risquer d'abimer le batal au port. Ce n'est pas une critique, au contraire, juste un commentaire et l'occasion de te remercier à nouveau pour avoir si bien partagé ton expérience.


Hissé O!:Merci, je suis ahuri par l'intérêt et les commentaires que cette video à suscité. C'est un vrai sujet, que faire?Et no problem, la critique est constructive.On a tous des vécus différents, des bateaux différents, équipages différents, etc.Effectivement, le risque avec 60noeuds, c'était de prendre beaucoup plus.J'ai déjà eu l'occasion de naviguer sous tourmentin dans un 50 établi avec rafale à 60, pendant 1heure. Ce n'est évidemment pas une partie de plaisir, mais je sais que mon Contest 41 se comporte parfaitement dans ces conditions.Je n'aurais pas eu cette expérience précédente, je pense que j'aurais forcé la main à un port (désolé Monsieur, le port est plein, il n'y a plus de place...).·le 27 août 11:30
Morteen:Ca m'intéresserai d'avoir ton avis sur le rôle qu'a pu jouer (ou pas) la grande et lourde surface de panneaux solaires sur le comportement du bateau. ·le 27 août 11:37
Hissé O!:Le poids je pense pas. Mais la surface (un peu moins de 4m2) n'a certainement pas aidé car a la gite ils offraient une plus grande surface..Sans les panneaux, aurai-je été manoeuvrant? Je ne sais pas. Il y a qq mois, a 50-60, nous avions beaucoup de gite, env 40° (j'ai un inclinomètre dans le cockpit qui va jusqu'a 45). j'avais le tourmentin (8m2 sur l'avant) et donc qq m2 sur l'arrière avec les panneaux. Hissé O! traçait sa route sans broncher, bien équilibré.Le 18 Aout, pas de tourmentin (pas monté volontairement), mais toujours ces qq m2 sur l'arrière. Nous étions couchés. Impossible de dire si ca poussait plus sur le cul du bateau. Notre franc bord est très important, d'autant plus que bateau couché il offre une surface accrue. Donc est ce que ces qq m2 supplémentaires sur l'arrière ont changés la donne???En tous cas, sans vouloir faire de pub, j'avais choisi ces panneaux (Vertex S de Trinasolar) car ils sont performants (Shingled) et résistent à 4000 Pa de charge de vent. Je les ai montés sur des cornières Alu de 3mm d'épaisseur pour assurer encore plus de rigidité.·le 27 août 11:55
Calypso2:A 100nd la pression du vent tourne autour de 50 kg par mètre carré donc 4m mettons 3 ça fait 150 kg vu le bras de levier par rapport au centre de rotation ça doit faire un moment de chavire ment non négligeable ·le 27 août 18:44
CapCool:@ Hissé O!Merci encore pour ta contribution majeure.Dans ta super video, il me semble que tu ne parles ni de bimini, ni de capote. Pourrais-tu nous en dire quelques mots ?·le 27 août 18:52
Hissé O!:Pas d ebimininninde capote. Sur Hissé O! nous avons un doghouse rigide. Pas moyen de le rabattre donc et le vent s'engouffrai dedans, j'avais aussi peur que ça puisse tout arracher. ·le 27 août 19:15
CapCool:@ Hissé 0! Merci pour ta réponse.·le 28 août 09:52
27 août 2022
0

Effectivement on peut toujours forcer une place de port, cela m’est déjà arrivé, et je n’ai jamais vu un employer de port déplacer de force un bateau, notamment en corse ou j ai eu une place pendant près de huit ans.


27 août 202227 août 2022
0

Hissé o: Votre témoignage est fort intéressant. En particulier, vous êtes le seul à indiquer que les 100 nds était prévu dès la veille au soir sur Arome. Par ailleurs vous confirmez que le Contest 41 est un voilier extrèmement marin, les connaisseurs le savait.

Si j'ai bonne mémoire, vous mentionnez votre inquiétude concernant le désamorcage du moteur à cause de la gite.

Pourquoi n'avez vous pas envisager de vous mettre à la cape sèche, voire en fuite?


Hissé O!:Merci.J'étais a la cape sèche. J'ai tenté la fuite, mais le voilier était incontrôlable, couché.·le 27 août 18:09
ED850:Oui, j'ai eu le même questionnement que viking. Pourquoi avoir gardé le moteur allumé alors qu'il était inopérant et que la gite pouvait éventuellement l'endommager?·le 27 août 18:48
SailCamille:C'est expliqué dans la vidéo.Il craignait un retour d'eau de mer dans les cylindres par l'échappement, à cause de la gîte excessive (ce qui ne devrait pas arriver dans des conditions normales, mais c'était des conditions tout à fait exceptionnelles).D'où l'idée de maintenir la pression dans l'échappement avec le moteur allumé. ·le 27 août 19:19
27 août 202227 août 2022
0

Bonjour Hissé O,
J’aimerais savoir où tu a eu l’info Arôme sur les 100nds.
je suis surtout ces données en côtier sur W4D et je n’ai jamais vu passer ça.
De plus le run 12Z était plus pessimiste avec plus de vent que le 18Z ou les prévisions ont baissé. De ce fait je me suis dit bon ça va être plus cool 🙄
Je ne sais pas ce que j’aurais fait avec une previ à 100nds (à part prier) mais la solution était peut-être de partir perpendiculaire à la côte le plus loin et le plus vite possible.
Bon voila que je me mets a faire des suppositions…


Hissé O!:Salut, comme je l'explique sur la version longue de la video, sur Windy.com.Fait exceptionnel, il y peu plusieurs update en l'espace de 3 heures.Je regarde les rafales, pas le vent soutenu moyen.·le 27 août 18:39
Solent:Merci, je ne regarde pas assez Windy, habituellement c’est ma femme qui le regarde et moi je m’occupe de W4D mais j’étais en solo. Oui le mode rafale bien sûr et je rajoute 10nds bon poids.·le 27 août 19:22
Rigil:Oui j'avais vu un monstre sur Arome mode rafale en regardant vers 23h00 (fallait déjà être très curieux car tout les autres modèles étaient trés corrects).C'est sur l'appli "méteo et radar" que j'ai vu arriver l'orage Bon, j'ai chassé, mais si ma platine de cable d'inverseur n'avait pas choisi ce moment là pour jouer les filles de l'air, ça passait...j'ai mesure depuis : chassé 150m Ouf, sans casse !·le 27 août 19:47
27 août 2022
1

moi,je tire mon chapeau a ceux qui sont parti dedans,la boule au ventre certainement,mais se disant si on reste au mouillage ca ne va pas tenir.

affronter mer et vent avec un grand point d’interrogation : est ce que ca va passer
rester au mouillage avec un grand point d’interrogation :est ce que ca va tenir..

tout ca en 2 temps 3 mouvements,avec ce truc que tu vois t’arriver dessus.
comme certains,pas sur que j’eusse ( pas souvent que je l’ecris celui là ) la presence d’esprit de me dire qu’il fallait se barrer affronter ce monstre..


Rouletaquille:Bravo pour le j'eusse mais mauvaise concordance des temps. Avec j'eusse il eût fallu dire qu'il faille se barrer affronter le monstre. 😉😃 Mais je plaisante....Quant à choisir de partir au large, c'est effectivement la moins pire des solutions quand on se trouve si près des côtes à condition que l'on se trouve dans le secteur de vent qui pousse vers le large...·le 27 août 20:13
Rigil:D'autant plus qu'on n'était pas sûr du pire !Jusqu'à ce que je vois les voiliers couchés à sec de toile au mouillage, je n'y croyais pas trop.·le 27 août 20:15
mitch58:oui,c’est une faille qui ne m’etonne pas de moi d’avoir utiliser “ qu’il fallait”..si j’avais suças avant..🫢j’ai faux encore..🤫·le 27 août 21:51
Calypso2:Je pense que ceux qui sont partis ne pensaient sûrement pas à ce qu'il les attendait. Et on peut se poser la question s'ils avaient su auraient ils pris la mer, moi je ne le pense pas à moins d'être suicidaire.Ils en sont revenus , bon marin sûrement, bon bateau mais aussi une dose de chance et le coup de vent n'a pas duré longtemps et la mer n'avait pas eu le temps de se former·le 28 août 08:31
28 août 202228 août 2022
0

Si j'ai bien compris, les 100 nds précus par Arome le soir du 17 ont été progressivement revus à la baisse au fil des heures.

Je pense que si j'avais visualisé cela alors que les autres modèles ne l'indiquaient pas, j'aurais conclu à une erreur d'Arome.


MBI:Un modèle comme arôme qui donne du 100 déjà je fais +20% sachant que ce sont des orages qui sont annoncés, que les modèles pataugent un peu pour les orages et que en plus au-delà de 50/60 pour le vent les modèles délirent Donc méfiances ++++ pas de retour au travail qui tienne, si je dois supposer quelque chose c'est en pire ....J'aimerais bien retrouver le bulletin de Météo France du 17 et celui du 18 6h y avait il un BMS ou plusieurs? Mais comme tout le monde ne regardé plus que windy ce visualisateur brut de modèles qui fait croire que tout le monde et devenu météréologue ou pour le moins un expert en bougeant son doigt sur un écran ...·le 28 août 09:25
Rigil:C'est exactement ce à quoi j'ai pensé : une aberration logicielle.·le 28 août 10:54
28 août 2022
-1

"Le modèle AROME est le modèle de prévision numérique du temps à maille fine exploité en opérationnel à Météo-France."

Comment expliquer la déclaration de Météo France:
«Nous n'avions pas d'éléments nous permettant de dire qu'on sortait de la gamme des orages que l'on envisage dans nos vigilances de niveau jaune».

D'autant plus que la position du jet-stream était tout à fait visible sur la Corse.

Pour information : « Le jet-stream est un courant d'air très rapide de quelques centaines de kilomètres de large, et de seulement quelques kilomètres d'épaisseur. »


28 août 2022
0

Pour répondre à tes 2 posts :
Arome du 17 à 12Z prévoit un très gros truc centré sur le golfe de Valinco le 18 à 9h locale.
Arome du 17 à 18Z prévoit un truc sensiblement moins puissant entre Corse et continent.
Arome du 18 à 00Z prévoit à peu près ce qui s'est passé.
(A noter que ces 3 run Arome étaient consultables avant l'évènement sur différents sites web)
Arome du 18 à 03Z se trompe, comme celui de 18Z.

AUCUN autre modèle, que ce soit Arpège, ICON, GFS etc. ne prévoit un gros truc (si tant est qu'ils prévoient un truc, d'ailleurs).

LA question est : faut-il croire un modèle qui est censé être le plus performant mais qui hésite, et qui est le seul à prévoir l'évènement ?


MBI:Un modèle n'est qu'un modèle, un truc bête tout droit sortie d'un ordinateur, ce n'est en aucun cas une analyse faite par un météréologue ...Le modèle n'est pas un horaire de chemin de fer...ce n'est JAMAIS A prendre pour argent comptant ·le 28 août 10:14
CapCool:J'utilise beaucoup Arome en Méditerrannée. Plusieurs fois, Arome a été le seul modèle à prévoir un évènement météo particulier. MAIS, il arrive à Arome de prévoir des conditions exceptionnelles et de se planter. Fin juin, par exemple, au SW de la Corse, Arome prévoyait 45 nds (hors rafales) alors que tous les autres modèles ne prévoyaient que 10 à 15 nd. J'ai pensé à une erreur d'Arome et j'ai traversé; Arome s'était bel et bien planté. Suite aux évènements récents, ce serait à refaire, je ne traverserais pas. J'ai plusieurs fois défendu que les prévisions météo à court terme étaient excellentes en Méditerrannée. Désormais je serai davantage circonspect, notamment en matière d'orages et de vents catabatiques.·le 28 août 10:14
MEMSEL:@MBI "Un modèle n'est qu'un modèle, un truc bête tout droit sortie d'un ordinateur" qui lui même est sorti tout droit de plusieurs cerveaux humains, amélioré année après année... Je n'ose imaginer les prévisions d'un tel phénomène il y a 20 ans·le 30 août 23:27
viking35:Il y a 20 ans, on connaissait déjà les jet streams sans pour autant les prendre en compte. Tout comme maintenant.Il y a 50 ans, cela avait causé 30 morts en Bretagne et Normandie avec un fréquentation maritime infiniment moindre qu'en Corse."Ce dimanche 6 juillet 1969 tourne à la catastrophe dans tout le Nord-ouest du pays. Alors que la météo avait annoncé un temps calme, une tempête se déclenche par surprise au large de la Bretagne. En quelques minutes, les vents atteignent la force de l'ouragan sur la pointe du Finistère avec des rafales à 157km/h à Penmarch et 156km/h sur l'île de Batz. Cette tempête hors du commun en cette saison ravage ensuite toute la moitié Nord."karibario.blogspot.com[...]14.html ·le 31 août 06:30
Meganeuropsis:"Il y a 20 ans, on connaissait déjà les jet streams sans pour autant les prendre en compte."C'est une plaisanterie viking ? On connaît l'existence des courants jet depuis le 19ème grâce aux cerf-volants mais surtout aux premiers ballons-sondes. Les japonais ont été les premiers à les quantifier au début du XXème s. et ont exploité ces connaissances durant la seconde guerre mondiale. Le développement de l'aviation civile a fait le reste. Donc, il y a 20 ans, ça faisait déjà longtemps que les météorologistes en tenaient compte pour leurs prévisions. Voir la trop célèbre tempête de 99 que tout le monde a encore en mémoire. ·le 31 août 08:27
viking35:On ne les appelait pas jet stream mais vent d'altitudes. Cite moi, un seul évènement météo où is étaient cités depuis 50 ans. La tempête de 99 n'en parlait pas , avant. ·le 31 août 09:33
Little Wing:Souvenir, la veille de la tempête disons en fin de nuit vu le décalage horaire entre Chicago et Paris, le pilote d’Air France nous a annoncé qu’il avait battu son record ou le record de la compagnie à cause des Jet stream records, je crois qu on avait gagné 2 heures ·le 31 août 09:48
Morteen:Permettez moi de citer l'excellente analyse a posteriori de Guillaume Séchet :www.meteo-marseille.com[...]ut-2022 Extrait : "Toutes les conditions étaient donc réunies aujourd'hui pour un épisode sévère sur la Corse avec une instabilité particulièrement prononcée, un vent d'altitude marqué (courant jet) et une dynamique atmosphérique favorable à la formation de ce type d'orages très venteux."·le 31 août 10:10
Meganeuropsis:viking : peu importe comment on l'appelait. On connaissait son existence. Toi tu l'appelles jet stream (dénomination anglophone) et moi courant jet (en français). Alors un seul exemple : lors de la tempête du 16 novembre 1940 (ça va ? c'est assez éloigné dans le temps ?) un courant jet à 300 hPa avec des vents à plus de 500km/h avait été relevé par les services météo américains. Si ça avait été relevé c'est sûrement parce qu'on savait que ça avait une incidence. ·le 31 août 10:14
viking35:Je n'ai jamais douté que l'on connaissait les vents d'altitude et qu'en aviation , on les appelaient Jet-Stream mais nous sommes en plaisance. Et j'attends que l'on me cite un évènement météo où on a incriminé les vents d'altitude alias jet stream. Pour information, le 6 jullet 1969 a causé 30 morts en Bretagne. ·le 31 août 11:00
Morteen:ici : "Toutes les conditions étaient donc réunies aujourd'hui pour un épisode sévère sur la Corse avec une instabilité particulièrement prononcée, un vent d'altitude marqué (courant jet) et une dynamique atmosphérique favorable à la formation de ce type d'orages très venteux."·le 31 août 11:02
viking35:Où as tu lu cela ? ·le 31 août 12:03
Morteen:Sur mon post 4 messages plus hauts, je propose l'analyse de Guillaume Séchet : "Permettez moi de citer l'excellente analyse a posteriori de Guillaume Séchet :"·le 31 août 12:10
Meganeuropsis:@Morteen : tu ne fais pas le poids. Viking ne croit que ce qu'il a lui-même écrit dans son karibario. Karibaro doit être la référence absolue pour tout échange . Sinon, ça n existe pas 😝 Depuis hier il a dû nous le mettre en référence au moins 15 fois. Ça devient clownesque. 🤡 ·le 31 août 12:48
Calypso2:C'est vrai que tes polémique ça devient clownesque à chaque fois que quelqu'un a un avis différent du tien·le 31 août 12:58
Morteen:Oh je ne prétends pas "faire le poids", je me permets juste une information. ·le 31 août 13:19
MEMSEL:Merci à Morteen pour la diffusion de cette super analyse dans laquelle j'ai appris pas mal de chose.En particulier l'effet des précipitations ralentissant voire arrêtant même, l'emballement du front orageux en refroidissant sa base, à condition que ce même front se déplace lentement, ce qui justement n'était pas le cas ce 18 aout, car ce front était "poussé" par le fameux jet stream. On peu supposer que les "bêtes ordinateurs" vont s'enrichir des données engrangés afin, nous l'espérons tous, de mieux prédire ces phénomènes.·le 31 août 14:23
MEMSEL:A voir dans cette analyse de Monsieur SECHET le "run" AROME du 18 aout, et la naissance, à une cinquantaine de milles à l'ouest de la Corse, des taches blanches indiquant les vents à plus de 200 km/h se déplaçant vers le golfe de Gènes en s'atténuant (Modérément). ·le 31 août 14:40
viking35:Morteen : "Toutes les conditions ETAIENT donc réunies..." Tout est dans l'imparfait.Moi aussi, le lendemain, j’ai eu la curiosité de consulter les cartes relatives aux jets-stream ce jour-là et remarqué que la position du jet-stream était tout à fait inhabituelle sur la Corse ce jour là. J'écrivais aussi : Comment se fait-il que les météorologues de Météo-France n’aient pas remarqué ce phénomène caractéristique d’une anomalie ? «Nous n'avions pas d'éléments nous permettant de dire qu'on sortait de la gamme des orages que l'on envisage dans nos vigilances de niveau jaune» Météo France . Cela n'a plus à certains. ·le 31 août 16:41
28 août 2022
0

Cet évènement servira car le retour d'expérience permet d'envisager des options auxquelles on n'aurait pas pensé. Les rares fois où l'on s'est trouvé à beaucoup chasser ou avec un problème moteur avec un fort vent onshore, j'avais préparé mon mouillage secondaire comme ancre de miséricorde, mais heureusement je n'ai jamais eu à la mouiller. Quelqu'un a t'il l'expérience d'une ancre de miséricorde par fort vent?


Rigil:Par curiosité, quelle est ton ancre principale et quelle est ton ancre de misericorde ?Un peu traumatisé, je dois avouer que depuis, j'empenelle à chaque mouillage prolongé ou quand je dois quitter le bord.·le 28 août 11:07
28 août 2022
0

Delta 10 kg, 50m de chaine de 8. Ancre secondaire plate (idem Brittany) 10KG (je sais c'est léger), 30m de chaine de 8, 20 de cabot plombé.


Rigil:Ok, en théorie, l'ancre de miséricorde est la plus grosse du bord, cette qu'on utilise pas au quotidien à cause de sa manipulation plus difficile. En l'occurrence dans ton cas, c'est plutôt la mise en place d'un deuxième mouillage que tu évoques.J'ai déjà pratiqué, en affourchant, à Ouessant en baie de Lampaul où nous étions coincés par la météo (mouillé en annexe c'est du sport à remonter si on n'a pas assez de longueur à "donner" au deuxième mouillage quand on remonte le premier.)Souvent, toujours à Ouessant, nous embossions avec ce deuxième mouillage pour pouvoir nous maintenir face à la houle entrante et dormir correctement...·le 28 août 11:50
28 août 202228 août 2022
2

Je ne crois pas qu'il y ait un seul et unique modèle qui sort des ordis,mais plusieurs, et que le choix est fait par un humain.
C'est ce que disait un ingénieur météo à la radio sur cette situation,les modèles donnés étaient différents il a bien fallu choisir.
Le souci c'est que si un seul paramètre change le résultat change.
En tout état de cause je regarde toujours plusieurs météos,windy et windguru où je regarde aussi arome et hirlam,et sur windy je regarde le radar en temps réel qui remonte un peu dans le passé pour les orages.
Il était évident qu'une grosse masse orageuse arrivait.
La force et l'intensité sont difficiles à prévoir,et en plus pas de houle annonciatrice, c'est que ça s'est accentué au dernier moment.
En tout cas rester agglutiné au milieu du troupeau débutant c'est une grosse erreur.
Ceux qui ont eu les couilles de bouger,du moins les deux exemples que l'on a,s'en sont bien sortis,sans trop de casse.
L'exemple sur Calvi d'un bateau préparé qui a bien tenu au mouillage est aussi édifiant.
Pas de place pour les approximations dans un truc aussi violent !
Et arrêtez de mettre en cause la météo,ça n'est pas une science exacte,un peu de bon sens comme Hissého et prendre une décision courageuse en bon marin,la messe est dite il me semble ...


28 août 2022
4

Pour répondre, maintenant à tête reposée, à la question initiale "qu'auriez-vous fait si vous aviez été au mouillage le 18 au matin", je pense pouvoir dire que, au mouillage, mon caleçon aurait passé un très mauvais moment et en garderait encore les stigmates.

Parce qu'évidemment, même si j'avais eu la curiosité de regarder en soirée la météo (orage annoncés, mais pas excessivement violents, et un modèle sur les 3 ou 4 que je regarde qui donne l'alerte...) je n'aurais probablement pas bougé.

Peut-être que par précaution, j'aurais allongé le mouillage si c'étit possible le soir.

Et le matin, un peu après le réveil, comme les autres, j'aurai pris cher et j'aurai essayé de sauver les meubles en mettant le moteur en appui du mouillage et en me ch!@nt dessus...

Ou peut-être que la veille au soir j'aurais eu un présentiment salvateur (ça arrive...) et j'aurais décampé. Mais où ? Probablement pas au sud vu qu'Arome de 12Z annoçait fort au S. Donc au nord, funeste choix puisque c'est au N que ça a été le plus mauvais. Exception : si j'avais été à une extrémité, je serais passé à l'est qui devait être épargné, ou avec en tous cas de l'eau à courir sous le vent...

Bref, autant vous dire que je suis bien content de ne pas y avoir été (merci à ma panne de pilototo, parce que justment, vers le 10, on devait rentrer de Grèce en passant par... la Corse, juste à ce moment là - croisière avortée, on est simplement restés un peu plus de 15 jours en Corse, jusqu'à début aout, avec un temps magnifique).


Rigil:👍👍👍😉Ben, c'est ce que j'ai fait...faut dire que j'avais pas le choix de la destination, je bossais à AJ ce jour là.·le 28 août 13:53
mitch58:a roc,ca sonne comme du bon sens..·le 31 août 00:52
31 août 202231 août 2022
0

TEMPETES EXCEPTIONNELLES : 6 juillet 1969, octobre 1987

karibario.blogspot.com[...]14.html


Kiwi29:Bof bof , deux tempetes. Deux origines differentes dont l'une etait connue pour ses risques ....tres loin du pb actuel (HS)·le 31 août 10:22
viking35:Laquelle était connue de toi ? ·le 31 août 10:44
Kiwi29:Celle de 1987 etait largement prevue et anticipée , pour info,j'ai,quitte le boulot vers 17h avec consigne de securiser ...( les avions de nos collegues avaient ete deroutes sur Nantes dans l'apres midi versus quimper ou Brest et les compagnies des 18h ont refuse l'achemeinement routier )·le 31 août 14:36
Calypso2:Oui celle de 87 était annoncée par MF je me souviens d'avoir été inspecter l'amarrage de mon bateau. Par contre les média eux sont passé à côté surtout les parisiens ·le 31 août 15:20
viking35:En 1987, Je ne pense pas qu'il était annonçé des vents aussi forts.·le 31 août 16:46
Calypso2:Si si ils avaient annoncé vraiment fort même très fort, ce fut certainement plus important mais on était prévenu ·le 31 août 16:58
viking35:Octobre 1987 sur Wikipédia: "La météo avait annoncé une petite tempête en provenance des Açores. Celle-ci a touché les côtes bretonnes plus tard que prévu (vers 18 h). Cette dépression se déplaçait à 50 ou 60 km/h et ne fit que très peu de dégâts. Cependant, une plus forte dépression s'est formée le long de son front froid dans le golfe de Gascogne quand l'advection froide venant du nord a atteint les eaux très chaudes pour la saison. Cette intrusion d'air froid était en conjonction avec un fort courant-jet venant d'ouest et un fort mouvement vertical ascendant qui lui donna une pression centrale de 958 hPa (958 mb"·le 31 août 18:14
Calypso2:à 13h "La Météorologie nationale (ancien nom de Météo France) ne s’y trompe pas, qui annonce l’arrivée imminente d’une violente tempête, avec des vents de force 11 à 12 (soit le maximum sur l’échelle Beaufort) et des rafales prévues à 150 km/h."·le 31 août 21:03
Calypso2:voir OF ·le 31 août 21:04
Kiwi29:Les avions sur brest etaient deroute des 14h sur nantes et l'info etait qu'il n'y aurait pas de transport avant le lendemain Oui Viking elle etait annoncée ....·le 13 sept. 15:59
31 août 2022
0

je ne suis pas électronique truc météo et autre . Je regarde juste la météo à la capitainerie avant de partir ...

Ce que j'aurais fait avec mon 32 pieds ? je ne sais pas précisément, mais où oui : dans la culotte ! avant de me retrouver en morceau quelque part...

J'ai vu la vidéo du lien donné par La Contrie, et les visages de mort de l'équipage.

Ma conclusion: sauve qui peut, abandon du navire et équipage à terre. Et si la météo se trompe et bien, tu as perdu ton bateau pour rien. Donc je n'abandonnerai pas le navire. Donc pas de solution.

A+


31 août 2022
0

J'ai ouvert un autre post connexe pour ne pas alourdir celui-ci, mais j'aurai surement plus de réponses ici : quelles ont été, selon vous, les informations visibles sur les baromètres des bateaux au mouillage sur la côte ouest corse avant l'arrivée du phénomène ? Est-ce que les évolutions heure par heure sur lesdits baromètres permettaient de s'inquiéter ?


Hissé O!:J'étais en mer à 25 nautiques à l'ouest de Cargèse. Aucune baisse significative du baromètre. J'utilise un Aranet4, tres précis qui conserve un historique sur 2x semaines.·le 13 sept. 16:57
31 août 2022
6

Bonjour,
le 15 au matin j'étais à tizzanno avec mon merry fisher 1095, sur windy(ECMWF) ils annonçaient déjà des rafales à 40 nœuds( on en parlait déja sur les pontons). j'avais investis exprès avant de partir sur une rocna vulcan 16 kg et 50 m de chaînes de 10 au cas ou.
j'ai réfléchis à quel endroit je pouvais me protéger au mieux mais vu que deux jours avant on avait déjà pris un orage à campomoro et que j'étais pas trop rassuré parce le merry fisher au mouillage avec du vent c'est une vrai girouette, j'ai préféré anticiper et filer sur porto vecchio au port. je suis arrivé le mardi matin exprès bien avant pour être sur d'avoir de la place et j'en suis bien content. j'ai perdu deux jours au port mais tant pis, je voulais pas mettre en danger ma fille et ma femme.
je pense que même avec la meilleur ancre du monde, il faut quand même rester prudent et toujours garder à l'esprit que la nature reste la nature.
seb


IROISE:Bonne réaction, j'aurais fais la même chose ·le 02 sept. 15:27
13 sept. 2022
0

Les fichiers AROME DE CE MOMENT très très difficile.


MBI:Enfin, je le vois ce fichier...et bien voilà maintenant on sait qui et qui!Avec le témoignage de ALOHA cela ce confirme.Ces informations météo sons accessibles avec n'importe quel portable ( ici le logiciel sailgrib)Je garderai mes conclusions pour moi.·le 13 sept. 16:46
NATILEA:Ces 2 fichiers sont datés après l’événement 10h et 11h il ne s’agit pas de prévisions ·le 13 sept. 17:16
MBI:ah là on reconnait le spécialiste! bravo Natilea! ·le 13 sept. 17:29
13 sept. 2022
1

Non ils ne sont pas dates APRES ce sont des fichiers livres à 0 heûre ou peu s en faut.
Le 15/08.
drive.google.com[...]Fr/view .

Voilà l’evolution d’heure en heure depuis 0heure le 15 pour 24 heures et+à visionner avec Sailgrib ça marche peut être avec d autres.


MBI:le 17/08 minuit tu veux dire dans ce cas les logiciels météos inscrivent dans leur cartouche le 18/08 comme là sur sailgrib...8 heures au moteur à 6knt cela fait 48 mn cap 190° et tu es sorti de la merde.·le 13 sept. 17:51
ptiplouf:Comment fais-tu pour avoir des grib arome sur plus de 2 jours dans sailgrib ? Est-ce qu'il ne s'agirait pas plutot du fichier du 18/8 00:00 qui est mis à dispo à 2h du matin dans sailgrib ? ·le 13 sept. 18:19
MBI:sur sailgrib c'est 48 heures point trait.·le 13 sept. 18:32
MBI:il s'est trompé en écrivant la date Bentous2le cartouche indique bien 18/08 00.00·le 13 sept. 18:34
13 sept. 2022
1

Alors si les mecs ne savent pas lire les cartouches des fichiers et cartes météo ou va t'on!
pour le coup, ici les mec ont 24 h de retard...tu m'étonnes qu'ils râlent contre MT qui se trompe toujours.......que nenni c'est pas MT qui se trompe c'est eux qui ne savent pas lire et ne connaissent pas les conventions d'écriture.


13 sept. 2022
0

0 heure TU soit mini 2 h du matin plus un décalage d’émission de parfois plusieurs heures… il n’y a pas grand monde qui l’a eu ce fichier.
Voilà ce que j’avais à 8h10 le fichier de 18Z soit 18h TU de la veille… y’a un blèm.


MBI:pas de blem tu sais déjà le 17 vers 20 H que cela va être la merde au vent des côtes le fichier donne 30 knts donc tu peux déjà compter sur 40knt établis Nous sommes déjà entre coup de vent et fort coup de vent soit 8/9 sur l'échelle beaufort ...donc en BMS Moi je ne suis pas balèze comme tout nos héros de H&0 à 8 je me planque si j'ai le choix ...Donc je reprend cela me laisse 12 heures depuis la mis en ligne du fichier 12 à 6 knt au moteur cela fait 72 mn je suis loin mais loin·le 13 sept. 18:28
MBI:@Solent peux tu afficher les rafales?·le 13 sept. 18:36
Solent:Tu les as les rafales, regarde bien.·le 13 sept. 19:37
MBI:vu! la cape en dit long...donc c'est de l'orage et là première info le modèle ne sait plus faire...cela être pire que annoncé certainement pas une amélioration ...voilà 12 heures avant te voilà prévenu.·le 13 sept. 19:50
13 sept. 2022
0

Franchement je ne comprends pas ce commentaire :"on sait qui est qui" ca veut dire quoi?
Dommage de garder tes conclusions pour toi.les fichiers Arôme résultent d'une mise à jour toutes les 6 heures. Soit :1h30;7h30;13h30 etc .


MBI:tu n'es pas visé Bentous2 au contraire je te remercie d'avoir mis ce fichier en ligne·le 13 sept. 18:17
13 sept. 2022
0

Je redonne une copie d’ecran de l’AROME du 18/08 à 0heure révisé toutes les 6 heures que j’ai consulté vers 7h ayant de la famille arrivant à Ajaccio par le ferry.les fichiers Arome sont sur 2 jours heure par heure. Vous pourrez voir en bas de l’écran, la date et l’heure du fichier.


MBI:ce qui serait intéressant c'est de visualiser celui de 2 heures du matje n'arrive pas à ouvrir ton fichier il lance sailgrib mais rien ne s'affiche y compris dans le dossier grib?·le 13 sept. 19:21
Bentous2:Mais comme tu peux le constater en bas de la copie d’ecran le GRIB est celui de 0h le 18.la prévision Arome est sur 2jours heure par heure.·le 13 sept. 19:29
Solent:0h00 TU, j’insiste, le fichiers GRIB sont en Temps Universel. si tu l’as consulté à 07h00 heure locale, ça ne dit pas à quelle heure il a été disponible. Malheureusement il y a toujours un décalage plus ou moins important entre l’heure TU et la disponibilité suivant les logiciels.·le 13 sept. 19:34
MBI:cela ne traîne pour qu'il soit en ligne globalement c'est dans la demi heure donc 0H30 utc donc 2H30 heure locale.·le 13 sept. 19:39
MBI:erreur la mise à jour c'est 1H30 heure locale·le 13 sept. 19:42
Solent:Je te laisse à tes certitudes. Bye.·le 13 sept. 19:45
MBI:ben nous vla bien!·le 13 sept. 19:57
MBI:faut pas se fâcher pour cela surtout que l'on peut vérifier ...donc la mise à jour de 19H30 à19H59 n'est pas encore en ligne ...·le 13 sept. 20:03
MBI:20H52 toujours rien·le 13 sept. 20:53
MBI:21H15 toujours rien·le 13 sept. 21:16
MBI:alors que Windy semble à jours ·le 13 sept. 21:18
MBI:meteociel est lui aussi 12H·le 13 sept. 21:27
MBI:ah lala quand on se penche sur le sujet c'est le bordel...Windy à mis à jour il y a 3H40 avec le fichier de 12H ...donc 4H après son édition ...·le 13 sept. 21:30
MBI:bref en l'état Solent a raison!·le 13 sept. 21:32
13 sept. 2022
0

Ca a été dit, redit, re-redit depuis le début de ce fil, mais il n'y a que les têtes de pioche qui ne veulent pas l'entendre.

Arome a bien prévu (dans le scénario que le collège de météorologiste choisit de livrer) un très fort épisode orageux touchant la Corse dans son run du 17/08 à 12Z et celui du 18/08 0Z (mais pas celui du 17/08 18Z où il voit le phénomène plus entre Corse et continent).

Donc oui, Arome prévoit assez précisément le cataclysme dans son run du 18/08 0Z... qui est disponible dans sur les différentees plateformes en téléchargement ou consultation à partir de... 3 heures du matin, heure locale en France, ou plus tard.

Qui est capable de me soutenir qu'il fait une veille météo à 3 plombes du mat' au milieu de ses vacances en plein été après une belle journée ?
Celui qui fait ça, je lui ris au nez très franchement, et il passe immédiatement pour le plus bel imbécile que la Terre ait porté depuis des lustres, doublé d'une parfaite illustration de ce que la suffisance et la prétention peuvent faire dire.


Domde:En vacances surtout avec risque d’orages en Med j’ai mon horloge interne qui me réveille systématiquement vers 6h30. Je regarde vite fait les fichiers grib dont Arôme et les prévisions. Cela m’aurait donné un peu plus d’une heure pour réagir.·le 14 sept. 08:12
Calypso2:Perso je ne soutiens rien mais mouillé dans une zone en été avec autant de bateaux dont je ne sais rien de leur façon de faire. Je ne soutiens pas mais j'affirme que l'on fait les quarts à bord de Calypso. Et bien content de te faire rire et tu peux me traiter d'imbécile ça me laisse totalement froid ·le 14 sept. 08:18
Sarkis:Domde, une heure ça fait vraiment pas beaucoup. Au mieux, ça laisse juste le temps de se sortir du piège de Girolata mais pour aller où ? Et pour ceux qui étaient au mouillage? ·le 14 sept. 08:29
Calypso2:Et pour qu'il n'y ai pas de quiproquo cette nuit on n'aura pas fait les quarts pour zone encombrée mais compte tenu qu'il était annoncé 30 ou 40nd j'aurais tout fait pour être tranquille en sécurité dans un port, ·le 14 sept. 09:03
14 sept. 2022
3

Du calme ROC cela ne change rien je me répète: tu sais déjà le 17 vers 20 H(fichier de de Solent) que cela va être la merde au vent des côtes le fichier donne 30 knts donc tu peux déjà compter sur 40knt établis Nous sommes déjà entre coup de vent et fort coup de vent soit 8/9 sur l'échelle beaufort sue c'est un orage cape à 1190 ...donc en BMS Moi je ne suis pas balèze comme tout nos héros de H&0 à 8 je me planque si j'ai le choix ...Donc je reprend cela me laisse 12 heures depuis la mise en ligne du fichier 12h à 6 knt au moteur cela fait 72 mn je suis loin mais loin.J

'ai laissé un message à ma boite que je ne serais pas là, j'ai appelé la nounou et prévenu la personne qui arrose les plantes et nourrit les chat que mon retour est reporté.

Je ne reste pas sur place à boire du rosé ou à me la couler douce car le temps sensible est super cool par ce que je regarde la météo et j'ai appris à la lire donc je me casse et surtout je ne prend pas mes désirs pour des réalités.

Donc de surprise il n'y en avait pas, sauf en puissance ( et encore car on sait que pour les orages les modèles ne savent pas faire)
Donc comme dans 99% des cas l'erreur est humaine.

Voilà en définitif ce que je pense.

Ma conclusion ne JAMAIS se baser sur le temps sensible pour prendre ses décisions


MBI:Il y a des témoignages exemplaires d'équipages qui la veille ont pris leurs dispositions en images celui du Swan par exemple, dans la bonne humeur mais bidon de survit près et masque sur le nez.Plus d'autres témoignages écrit.·le 14 sept. 09:35
roc:Encore une fois, consulte les archives, Arome 1.3 ou Arome 2.5 ne prévoient pas, dans le run du 17/08 18Z des vents établis supérieurs à 20 ou 25 Kn, et pendant moins d'une heure, entre 8 et 9h locales, des rafales à 55 ou 60 Kn. Donc, si tu n'es pas branché sur Arome, et si tu ne regardes pas spécifiquement les rafales, zobi, tu passes à travers parce que c'est seulement ça et riien d'autre qui pourra te mettre la puce à l'oreille. Et basta cosi.·le 14 sept. 18:57
MBI:Tiens informe toi!et quand tu vois un modèle informatique tergiverser tu prends le scénario le pire pas celui qui t'arrange...sinon ben tu viens pas chouiner. Et si il se passe rien et bien tant mieux!·le 14 sept. 19:04
roc:Quand t'as un truc dans la tête tu l'as pas aux pieds : je ne chouine de rien, et je ne prends pas ce qui m'arrange, c'est toi qui parle du run Arome du 17/08 18Z montré par Solent. Et je te dis que l'archive librement consultable (l'as-tu fait ?) indique ce que j'ai écrit plus haut. Et basta définitivement cosi, là je peux plus rien pour toi.·le 14 sept. 19:10
MBI:ROC c'est toi qui ne lit pas le run de 18Z me suffit amplement pas besoin de plus.·le 14 sept. 19:14
Hissé O!:Avec Windy.app j'ai eu 3 mises à jour Arome 1.3 en l'espace de quelques heures. Il est possible que cela soit venu d'un problème de Windy.com qui doit certainement maintenir un cache local,ais un amis.qui bosse dans le HPC et qui a vendu les serveurs de calculs utilisés par MF m'a did qi'il y avait un run de lancer toutes les 2h. Tout n'est pas publié. En tous cas j'ai retenu le scénario le plus mauvais, et suis partis, sans le savoir, me jeter dans la gueule du loup au large de Cargese·le 14 sept. 19:18
MBI:oh lala 3 fois ils changent c'est super méfiance la veille vers 22H nous savions que cela allait être chaud 40knt établis ...c'est déjà 8/9 sur l'échelle de beaufort.A mon avis comme tu le dis dans la vidéo votre départ était motivé par la reprise du travail ...et ça c'est une grave erreur! et 60 knts c'est énorme c'est 11 sur l'échelle BF violente tempête, surtout quand tu sais que c'est un orage et que tu peux ajouter 20/40% en rafales.voilà en gros ce que j'en pense de ton expérience.·le 14 sept. 19:54
14 sept. 2022
0

O rage o tempores !

Quand tu es dans la mouise,
Ne compte pas sur Dieu pour te faire la bise.

Soit tu prends tes jambes à ton cou.
Soit tu te terres dans un trou.

Consulter les oracles tu feras,
Mais ton bon sens garderas,
Et Sainte Spade tu prieras !

Survitons bien mes frères !


14 sept. 2022
0

bon allez! je vais être généreux, pour votre information sachez que contrairement à ce que notre bon sens aimerait

LE BAROMÈTRE MONTE PENDANT LES ORAGES

Truc que l'on sait depuis le 18 ème sciècle.


Hissé O!:Dans ce cas précis, le baro est resté stable!·le 14 sept. 11:32
MBI:mouais ben il doit déconner ton baro, c'est pas une opinion c'est une réalité scientifique qui s'explique ·le 14 sept. 11:54
Hissé O!:Le baro (un Aranet4) fonctionne parfaitement. J'ai consulté l'historique (une mesure toutes les 3 minutes) après coup. Je n'ai pas eu l'idée de faire une capture d'écran, mais je me souvient que l'on était resté stable avant, pendant et après.·le 14 sept. 12:02
MBI:c'est bizarre car sous orage la pression monte c'est un truc qui a fait l'objet de milliers d'observation scientifique depuis le 18 ème siècle ·le 14 sept. 12:33
MBI:avé des S·le 14 sept. 12:34
Hissé O!:J''etais en mer à env 25 nautiques de Cargese. Peut-être que le comportement est différent dans ce cas ?·le 14 sept. 19:02
MBI:pas assez calé sur le sujet je ne peux pas te dire désolé.·le 14 sept. 19:06
MEMSEL:Si on revient à l'explication de M Guillaume SECHET (Météo Marseille) (Merci Morteen), sur la vitesse phénoménale de déplacement de ce front orageux poussé par le jet stream qui empêchait le refroidissement de la base par les précipitations, comme cela se passe habituellement, on peut supposer que les modèles de variations de pressions sous ce type d'orage ne soient pas ceux attendus.Il faudrait lui poser la question. Ensuite je suppose qu'on a les relevés des stations météo côtières mais aussi ceux en mer. ·le 14 sept. 23:23
MBI:tout cela pour dire que en situation orageuse on ne peut pas faire confiance aux données des modèles et les infos du baromètre.Nous voilà bien seul et abandonné...Donc principe de précaution, on imagine le pire, on ne fait pas le malin, et on se prépare ainsi que le bato au pire.Et si il ne se passe rien et bien tant mieux. ·le 15 sept. 07:27
MEMSEL:Il est clair qu'une baie, même bien protégée, n'est pas un port. D'ailleurs l'homme a construit ces derniers pour protéger ses navires des phénomènes météos. Comme on va pas transformer tous les lieux de mouillages en ports, il faudra réfléchir à deux fois avant de prendre un mouillage dans ces conditions.·le 15 sept. 08:50
Dim31:Non MBI, ce n'est pas bizarre. La ''réalité scientifique qui s'explique'' peut s'appuyer sur une hypothèse qui n'était pas vérifiée ce jour là. La météo est extrêmement complexe et les certitudes absolues ne valent pas grand chose, en particulier si on n'est pas un expert++. Ceci est transposable à beaucoup de sujets. J'en fais aussi les frais de temps à autre...·le 15 sept. 10:34
MBI:Je ne fais pas la confusion recherche scientifique et science ( corpus scientifique) Cette histoire de pression qui monte pendant les orages c'est très robuste.Reste toujours l'hypothèse que l'instrument de mesure déconne, ou que la période de mesure ne soit pas la bonne.·le 15 sept. 10:54
Dim31:Bah MBI tu dis toi-même que tu n'es pas hyper calé sur le sujet. Pour le coup, je ne cherche pas plus loin. Si on a un spécialiste des orages ici, il nous dira ce qu'il pense. Sauf tout mon respect, je mets en doute ta vérité générale plutôt que l'observation de Hissé O! . Mais je reconnais que la question est intéressante.·le 15 sept. 18:32
roberto:Il y a eu un voir deux fils spécifiques sur la pression barométrique et le MCS "corse" ou plus simplement des orages typiques.·le 15 sept. 18:54
Hissé O!:Il y a bien quelqu'un qui a fait des relevés sur la cote Ouest lors du passage du front orageux? Sinon une station meteo dans le coin de Cargese ou Calvi?·le 15 sept. 22:18
34martin:Voir www.infoclimat.fr[...]53.html qui donne les relevés de l'île Roussewww.infoclimat.fr[...]54.html ceux de Calvi Sainte Catherine·le 16 sept. 08:22
14 sept. 2022
0

Une pression constante de l’aiguille du baromètre, avec peu de variations, est généralement synonyme de beau temps.

Une pression atmosphérique qui grimpe rapidement alors que le temps est changeant signifie que la météo s’améliore. Plus elle s’approche des 1015hPa et si elle les dépasse, il y a de fortes chances que le beau temps s’installe.

En revanche si l’aiguille du baromètre baisse (car la pression atmosphérique diminue) à un rythme soutenu, l’orage est probable. Et si la pression descend sous les 1000hPa, voire même les 990hPa ou les 980hPa, vous risquez de subir une tempête. Aux abris, même si c’est plutôt rare en France !


MBI:Bentous2 tu te surpasses là!·le 14 sept. 12:34
CapCool:@Bentous2Tu mélanges tout : les orages ne sont pas des dépressions !·le 16 sept. 09:38
14 sept. 2022
0

Un orage est causé par des courants d'air ascendents (convection - updraft) dans de l'air humide ou de plus en plus saturé d'humidité (dew point). Quand la pluie arrive, l'air frais est propulsé vers la base (le sol - downdraft), et de ce fait la pression va remonter.


15 sept. 2022
0

Face au vécu la vérité absolue et scientifique a parfois du mal...
Pas la peine d'incriminer l'appareil ou sa fréquence de réactualisation.
Mbi tu dis que tu n'es pas assez calé mais tu causes comme si tu avais la science infuse...c'est un peu contradictoire.
La vraie science considère que rien n'est définitivement acquis et tranché,il y a toujours soit une évolution,soit des situations particulières qui n'empêchent en rien une règle générale.


16 sept. 202216 sept. 2022
0

a entendre certains,il n’y avait aux differents mouillages que des blaireaux inconscients,qui ne font pas de quarts au mouillage,ne prennent pas la meteo..
soit ils sont allé a la cote,soit démâté,bateau tamponner par d’autres ,soit ..rien ils sont passés au travers.
je felicite les rambos du baromètre qui “auraient ” tous prevu,compris et exécuté en bonnet difforme .


Dim31:Des noms ! Je veux des noms !·le 16 sept. 07:04
James :Je prépare le goudron et les plumes !·le 16 sept. 08:10
mitch58:albert simon si tu nous entends …desolé 🙁·le 16 sept. 13:51
mitch58:les yaka faukon..j’en connais pleins…a posteriori.mais bizarrement dans l’action,la decision et l’exécution..y’a plus personne.·le 16 sept. 13:55
mitch58:les yaka faukon..j’en connais pleins…a posteriori.mais bizarrement dans l’action,la decision et l’exécution..y’a plus personne.·le 16 sept. 13:56
Dim31:Mitch, tu bégaies ! Est-ce que c'est parce que, comme moi, quand tu cliques sur "Publier" la première fois, il ne se passe rien ? ·le 16 sept. 14:08
mitch58:Bah ouich..!😬Je n’ai pas encore la tremblote ·le 17 sept. 07:28
16 sept. 2022
0

Voilà les relevés du 18


MBI:Celui là n'échappe pas à la règle le baromètre monte pendant l'orage.·le 16 sept. 08:57
Hissé O!:Effectivement. Je ne comprends pas. Je devais être perturbé pour ne pas avoir vu ce pic...Pour tout vous dire, j'ai consulté l'historique de l'Aranet4 dans l'après-midi du 18 pour vérifier la température: ma fille m'avait dit qu'elle avait étouffé de chaud à l'intérieur alors qu'en fait la température était restée constante, c'est juste elle qui a fait du sport pour se tenir à l'intérieur pendant la baston. J'ai ensuite regardé l'historique du Baro, mais avec en tête une recherche d'une baisse significative (je ne savais pas que la pression remontait pendant l'orage). Malheureusement je n'ai pas fait de capture de l'écran.·le 16 sept. 09:57
Dim31:Bien joué, MBI ! Ma moitié dirait que j'avais "tort ENCORE UNE FOIS" :-)·le 16 sept. 13:40
mitch58:toujours ecouter sa moitié…😬·le 16 sept. 13:53
16 sept. 2022
2

Quand j'étais jeune je considérais qu'il me fallait apprendre de mes conneries.
Qqs années plus tard... je considère qu'il faut se nourrir des erreurs des autres, partager les siennes.
plus j'en sais plus j'apprends vite.
il faut parler des accidents, incidents. pas pour distribuer des bons points mais pour s'éviter ou éviter à d'autres les pires scénarios.
pour ce cas de figure, comme pour d'autres, il y a bien sur des trucs à retenir.
je doute qu'un débutant puisse s'y retrouver dans tout ce bordel, dommage!
que ceux qui affichent leur expérience se rentrent dedans à ce point sera interprété comment par un novice?


Dim31:Qu'on se chipote est inévitable. Ça n’empêche pas de se faire son avis.En tous cas, moi, en tant que débutant, je me fais le mien sur plein de points.Mais c'est sûr que c'est pas tout cuit comme un chapitre de bouquin.·le 16 sept. 13:36
16 sept. 2022
0

Senetosa a 100 fois raison : on apprend beaucoup des erreurs des autres lorsqu'ils les partagent.

Et c'est ce que j'ai probablement fait ensuivant ce fil, mais il a aussi raison en disant en pointillé que ce fil est devenu illisible : en suivant ce fil depuis le début, je recolle les morceaux, si je devais commencer aujourd'hui, j'abandonnerais au bout de 10 minutes.


19 sept. 202219 sept. 2022
-1

Bonjour

Je suis tombé sur ce témoignage d'un skipper qui a subit plus de 100 noeuds de vent en mer, lors de la tempête d'août en Corse.
Récit très détaillé et instructif.

Désolé si l'info a déjà été citée plus haut, je n'ai pas encore eu le temps de lire tous les post.


Dim31:Oui, déjà cité plus haut, et ce skipper a ajouté des infos aussi, il est sur H&O et son pseudo est "Hissé O!"·le 19 sept. 13:49
21 sept. 2022
0

Une vidéo FB -je ne sais pas si librement accessible ou pas- avec une caméra sur le mât; il faut la regarder sens dessus dessous, avec les mobiles bloquer l'écran et le tourner de 180°. Le vent tient le bateau très gîté, avec moitié du mi-bau constamment sous l'eau; les pare battages au vent sont pratiquement horizontaux.
m.facebook.com[...]rtini.3


2

Bonjour à tous
Une modeste contribution un peu tardive ...

J'y étais ce jour là: enfin pas tout à fait !
j'étais au mouillage à Campomoro / Propriano sur un Dufour 412.
Certes nous n'avons subi à l'abri de la tour que 50 à 70 noeuds dans les rafales mais je souhaite partager mes erreurs et mes réactions.

Nous avions passé la nuit à terre chez des amis et rejoint le bord à 2:00 du matin mon épouse et Régate notre toutou.
Difficile de recevoir la météo ce jour là, mais j'avais noté que des "incursions orageuses" étaient probables à 80% dans la matinée de ce jeudi. j'aurai dû demander à accéder à Internet à terre et à Arome en particulier, mais je n'avais pas voulu gâcher l'ambiance : erreur n° 1 !

Je n'étais donc pas tranquille, je n'avais pu dérouler que 30 m de chaîne par 8 m de fond et 2 voiliers s'étaient placés très près de nous dans la soirée.

J'ai donc levé l'ancre et me suis positionnée au milieu de la baie par 20 m de fond, et j'ai déroulé 50 m de chaine et 30 m de cablot repris sur les taquets. J'ai sécurisé ce qui était sur le pont mais j'ai laissé l'annexe à l'amarre me disant que l'on verrait au petit jour (erreur n° 2).

Après avoir consulté une dernière fois la météo, j'ai préféré me reposer vers 3:00.
J'ai laissé le traceur et les instruments en marche pour être plus réactif si besoin et activé 2 alarmes de mouillage (traceur Raymarine et Anchor).

Vers 6:00 le toutou m'a réveillé, mais je lui ai demandé un peu de répit avant de sortir comme tous les matins : las, je me suis rendormi (un bien pour un mal car j'aurai pu me trouver dans l'annexe dans la tourmente et mon épouse seule à bord ....)

Le réveil a été brutal: un vent infernal, des embruns, une visibilité quasi nulle. Le bateau avait évité à 180 degrés et fort heureusement je me trouvais à environ 100 m des 2 voiliers les plus proches.

Apparemment l'ancre tenait bon, ce que j'ai vérifié sur la trace GPS le lendemain.

Le bimini que je n'avais pas ferlé de tout l'été pendait lamentablement à l'arrière du cockpit les 4 sangles rompues , 2 panneaux solaires fixés sur l'armature étaient retenus par miracle et l'annexe s'est retournée plusieurs fois , le moteur en sera quitte pour une révision dès le lendemain dans un chantier de Propriano.

J'ai immédiatement démarré le moteur pour soulager l'ancre et éviter de partir à la côte distante de 400 m. J'ai lutté pendant 45 minutes pour maintenir le bateau dans l'axe : peine perdue par moment car le bateau se couchait sans pouvoir le redresser (safran sans effet sans aucun doute).

Il fallait tenir, relever l'ancre dans de telles conditions "en équipage réduit" était totalement exclu.
J'ai pris soin de ne pas trop gagner de terrain par rapport aux voiliers voisins pour éviter de crocher leur ligne de mouillage: moteur à grand régime dans les rafales et 2000 tours pour revenir en tension sur le mouillage.

Ce n'est que bien plus tard dans la matinée que j'ai appris le désastre plus au nord et les 100 nd à Girolata.

Aurai-je réussi à contrôler la situation dans de telles conditions ?

Enfin je n'ai pas voulu jouer au jeu des 10 erreurs (ou plus !) laissant à chacun le soin de tirer les enseignements de ma mésaventure afin de naviguer encore plus en sécurité ....


Hissé O!:Quelque part, tu as eu la chance de ne pas consulter Arome. Car si tu avais eu la météo Arome, tu aurais probablement pris la décision de ne pas rester à Campomoro car c'est 100noeuds qui étaient annoncés à cet endroit! Mon plan initial était de passer la nuit à Campomoro, et je me suis dérouté au large de Cargèse pour échapper aux 100noeuds, mais finalement ca se sera décalé plus au nord vers Cargèse - Calvi...·le 28 sept. 20:29

Votre réponse

Merci de contribuer aux réponses sur HISSE ET OH !

Merci de vérifier de bien répondre au sujet. Fournisser des détails sur votre réponse et partager votre expérience et vos recherches !

Mais éviter de …

  • Demander de l'aide ou de répondre à une autre question (utiliser les commentaires dans ce cas).
  • Porter un jugement et manquer de respect dans votre réponse.
  • Pour plus d'information, consulter la FAQ et la Charte de HISSE ET OH !

Déposer un fichier ici ou Cliquer pour envoyer

Recouvrance, Portsmouth, commémoration Trafalgar, 2005, durant le feu d'artifices

Souvenir d'été

  • 4.5 (116)

Recouvrance, Portsmouth, commémoration Trafalgar, 2005, durant le feu d'artifices

novembre 2021